Page 1 sur 4 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 108

Discussion: [Lieu] Evendum

  1. #1
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239

    [Lieu] Evendum

    Evendum
    Unique cité d’importance sur la côte sud-est d’Hélonna, Evendum est ouverte sur l’océan et les montagnes. Baignée de surcroît par la Providence, c’est un carrefour commercial actif, qui permet le transport par la mer des productions naines vers Antelucas, Lunaros et plus loin Luménis. Petite particularité locale, la quasi totalité des maisons qui composent la cité sont de pierre et l’architecture fonctionnelle et solide est inspirée de la rudesse des monts voisins.

    Hormis la pierre et les métaux, Evendum est spécialisée dans le cuir, les épices et, de manière un peu étonnante, les chevaux. Les animaux élevés par les nomades d’Evendum sont plus rustiques que ceux qui galopent dans la Trouée, mais on leur devine des ancêtres communs. Evendum se targue aussi d’avoir une des plus belles flottes militaires d’Hélonna, composée de navires solides et d’hommes chevronnés, qui s’entraînent dans le violent océan qui s’ouvre à l’est. On les dit capables de chevaucher la plus féroce des tempêtes.

    Bien qu’officiellement sous l’influence luménienne, l’absence d’une route directe et aisée vers la capitale permet à Evendum de fonctionner de manière très autonome. Son conseil est composé d’une poignée de représentants de la ville, mais aussi d’un ambassadeur nain, le tout sous la houlette d’un gouverneur élu une fois tous les sept ans.

    Les Evendins sont généralement pragmatiques, énergiques et détestent perdre leur temps. Ils sont du genre à agir sans attendre et leur tempérament est à l’avenant : impatient, direct, s’embarrassant peu d’amabilités inutiles. Leur expression favorite est « illico presto ! »

    Evendum n’est pas très religieuse, mais abrite un important dispensaire ilmate, l’Hospice des Saints Serments, renommé dans toute l’île. On y trouve, outre les guérisseurs ordinaires, des experts des troubles mentaux, des malédictions et des pestes magiques, et il s’y trouve en permanence plusieurs centaines de malades. Sans s’affirmer ostensiblement, l’influence ilmate se ressent dans la politique et le mode de vie evendins. C’est pourquoi, par exemple, c’est la seule cité d’Hélonna qui proscrit officiellement le travail avant quatorze ans, et son système d’enseignement public est probablement le plus généreux de l’île. C'est pourquoi, aussi, les Evendins, sous leurs dehors francs et téméraires, peuvent aussi se montrer étrangement fatalistes.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  2. #2
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Quête Solo : Des Racines et des Ailes

    D'ici...

    Le crépuscule étendait déjà son linceul gris sur Evendum quand Albérich entra dans le hall de l’Hospice des Saints Serments. Il avait craint de trouver porte close, mais on l’avait rassuré en ville : il y avait une permanence, jour et nuit, par tout temps, et jamais les Ilmates ne renvoyaient un homme dans le besoin.
    Un homme dans le besoin, c’était ce qu’il était. Il ne savait pas exactement ce dont il avait besoin, mais il était prêt à le chercher n’importe où.
    La Prompte s’était glissée dans le port moins d’une heure plus tôt, sous une averse printanière qui aurait pu avoir son charme si le Luménien n’avait pas vécu dans la brume. Il avait débarqué dès que possible ; il savait que Dame Hermine ne repartirait pas avant le lendemain matin. Les autres passagers continueraient vers Antelucas mais pas lui, pas Hubert, qui gisait pourtant toujours dans leur cabine, dans sa torpeur agitée. Evendum avait été leur destination depuis le début, la maladie du paladin ne changeait rien à la situation. Et en même temps tout. Albérich se retrouvait seul dans une ville étrangère, sans cours d’action clairement défini, les pensées tourbillonnantes, absolument épuisé.
    L’Hospice était situé en bordure de la ville, au nord, près de la rivière. C’était une construction gigantesque, aux allures de château fort, mais percée de mille fenêtres qui invitaient la lumière, sur trois étages. Il y avait des tours, quatre, peut-être plus, une longue allée de sable damé, qui se divisait en plusieurs chemins autour de la structure fonctionnelle : les Ilmates n’aimaient pas les fioritures. Albérich n’y prêta guère attention : il remonta la route principale, grimpa les trois marches qui le séparaient du porche et franchit la porte ouverte. Le hall était vaste, éclairé de torches magiques qui diffusaient une forte lumière, presque désagréable. Deux comptoirs se trouvaient au fond, des bancs longeaient les murs, vides, d’autres s’échelonnaient au centre de la pièce. Il n’y avait personne, juste un novice qui lisait derrière un des bureaux. Il leva les yeux à l’entrée du prêtre, se redressa et prit un air sérieux. Albérich souffla, tempéra sa respiration.

    « Je peux vous aider ?
    — Oui. Je cherche… un prêtre… avec de l’expérience des maladies rares. »
    Le novice parut peu impressionné. C’était sans doute la requête classique des gens qui venaient à l’hospice.
    « Vous pouvez être plus spécifique ?
    — Il n’y a pas un prêtre confirmé, dans le coin ?
    — Je suis habilité à faire le premier tri, messire.
    — Ecoutez, je suis prêtre. De Lathandre. »
    Il écarta les revers de sa veste pour exposer le cercle rose qui marquait son pourpoint gris.
    « Si c’était un bras cassé, je m’en chargerais moi-même. »
    Le novice acquiesça, manifestement mal à l’aise, et tira sur une cordelette. Une cloche tinta, quelque part.
    « Si vous voulez bien vous asseoir… »
    Il s’exécuta, fit quelques pas en arrière et se laissa tomber sur le banc. Cet échange, quelconque, l’avait drainé et il nicha son visage entre ses mains. Il fallait qu’il remette de l’ordre dans ses pensées, sans quoi on le prendrait pour un fou. Il regrettait de s’être montré désagréable avec le malheureux novice et dans le même temps, il s’en fichait éperdument. Il était au-delà des politesses, des bonnes manières, de toutes ces circonvolutions langagières qui visent à épargner l’amour-propre.
    « Messire ? »
    Il releva les yeux et demeura muet de stupeur. La prêtresse qui lui faisait face, modestement vêtue de sa bure grise, les cheveux blonds, veinés de gris, coupés court, les yeux très bleus, avait l’air tout aussi ébahie.
    « Albérich ?
    — Lydia…
    — Diable, jamais je n’aurais cru te voir un jour à Evendum ! s’exclama-t-elle, et son expression disait qu’elle le pensait vraiment.
    — C’est… »
    Les yeux de la prêtresse s’étaient rétrécis et elle s’assit à côté de lui. Le novice, derrière son bureau, avait levé les yeux, puis rabaissés rapidement.
    « Tu as une mine épouvantable. Qu’est-ce qui t’arrive ?
    — Ah… Ce n’est pas moi qui suis malade.
    — Ça je le vois bien. Qui l’est ?
    — Un ami. Il est à bord du bateau qui nous a menés jusqu’ici… Mes sortilèges… n’arrivent à rien.
    — Tu me raconteras en détail. Je vais l’envoyer chercher. Quel navire ?
    — La Prompte.
    — Ne bouge pas, je reviens. »
    Elle s’était relevée.
    « Lydia, attends. »
    Elle s’immobilisa, le regard toujours incisif.
    « J’ai besoin de… savoir… que… la confidentialité… »
    Elle sourit.
    « Nous gardons toujours le secret sur nos malades, Albérich. C’est un des fondements de notre travail. »
    Il opina du chef, toujours sonné, et elle disparut. Quelque chose, en lui, poussa un profond soupir de soulagement.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  3. #3
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Il faisait désormais nuit. Depuis la fenêtre de la chambre où on avait installé Hubert, Albérich regardait les lumières d’Evendum et, plus loin, la masse sombre des Montagnes de Fer. Il n’était jamais venu dans cette région d’Hélonna, au-delà de la Forêt Maudite, n’en savait pas grand chose. Il y avait un temple de Lathandre quelque part, immanquablement, mais les maîtres d’Evendum étaient les Ilmates.
    « Ça va ? »
    Il se retourna et sourit machinalement. Lydia lui tendit une tasse de thé qu’il prit avec reconnaissance. Elle lui serra l’épaule.
    « Tu es prêt à en parler ?
    — Oui. »
    Elle lui désigna les fauteuils près de l’âtre, lequel grésillait allègrement. Il faisait encore un peu froid dans la pièce mais Hubert était en nage et on avait repoussé les couvertures de son lit, libérant ses épaules violacées. Les prêtres qui l’avaient transporté n’avaient rien dit et Lydia avait pris le relais, vérifiant rapidement la température, la respiration, le pouls de son nouveau patient, lui soulevant les paupières, pinçant un doigt, palpant son ventre, avant de prendre rapidement quelques notes. Albérich l’avait observée, avec un curieux sentiment de détachement. Toutes ces choses, il savait les faire lui aussi, il les avait faites. A quoi bon ?
    « Il est paladin, tu disais ? dit-elle, le ramenant dans l’instant présent.
    — Oui.
    — Les paladins sont immunisés à toutes les maladies.
    — Je sais.
    — Tu as essayé de le soigner ?
    — Oui, ça n’a rien donné.
    — Rien ?
    — Ça a été pire, en fait. Ça l'a fait vomir et gémir, sans que son état ne s'améliore... »
    Elle parut surprise, une seconde, puis se redressa, se leva et marcha jusqu’à Hubert. Elle incanta rapidement, Albérich reconnut le sortilège et se porta près d’elle. Il fit bien : elle lâcha un hoquet et trébucha en arrière. Il la rattrapa d’un bras, serviable, et l’aida à se stabiliser. Leurs regards stupéfaits se croisèrent.
    « Albérich, qu’est-ce qu’il a fait, récemment ?
    — C’était une détection du mal. Qu’est-ce que tu as senti ?
    — Une énergie maléfique très virulente, tu l’as sentie toi-même.
    — Comment est-ce possible…
    — Il faut en tout cas éviter de le soigner avec de l’énergie divine.
    — Je ne comprends pas…
    — Il a été mordu ou griffé par quelque chose ? Un loup-garou ? Un vampire ? Une momie ?
    — Pas que je sache. Il a vidé un tumulus des Landes avec des paladins lunariens il y a quelques jours mais il n’a pas parlé d’avoir été blessé… »
    Il hésita. Lydia le regardait intensément.
    « Tu me caches quelque chose, Albérich. » dit-elle.
    L’Ilmate avait toujours été très fine. Ils s’étaient connus dans les taudis luméniens, presque quinze ans plus tôt. Bien connus. Il pinça les lèvres.

    « Ce que je vais te dire…
    — Restera entre nous, je te l’ai déjà dit. »
    Il relâcha sa respiration.
    « Hubert est un demi-céleste. Depuis quelques mois, maintenant, il souffre des épaules. J’ai pensé… que les ailes lui poussaient, simplement. »
    Lydia acquiesça doucement, absorbant l’information. Il s’étonna de sa maîtrise, puis réalisa que c’était une compétence professionnelle. Neutralité, compassion, sérénité. Rien ne l'étonnait.
    « Albérich. Est-ce que tu es sûr que c’est un demi-céleste ? »
    Il secoua la tête.
    « Sûr… Personne ne me l’a dit… et lui-même l’ignorait… Mais par déduction… vu les événements, vu ses pouvoirs…
    — Est-ce que ça pourrait être un demi-fiélon, plutôt ?
    — Quoi ?! Non ! Bien sûr que non ! Il peut… renvoyer des fiélons dans leur plan d’une seule parole ! »
    Il passa les mains sur son visage, frissonna.
    « Excuse-moi, je devais poser la question… »
    Il leva une main défensive puis rouvrit les yeux. Lydia le regardait toujours, avec la même intensité.
    « Est-ce qu’il a renvoyé des fiélons, ou c’était un exemple théorique ?
    — Il a renvoyé des fiélons.
    — D’accord. »
    Albérich sentit la main de Lydia se poser sur son épaule et la presser doucement.
    « Il y a quelque chose de maléfique en lui, dit-elle à mi-voix. Quelque chose qui se concentre dans ses épaules, pour l’instant… Pourquoi crois-tu que ses ailes devraient pousser maintenant ? Comme ça, physiquement, il n’a rien d’un demi-céleste… Il pourrait être un aasimar.
    — Ce sont les pouvoirs dont il dispose qui nous ont révélé sa nature. Mais il ne les avait jamais utilisés, il ne savait rien de son ascendance. J’ai pensé que les ailes lui venaient parce qu’il avait fait plein usage de ce qu’il était… qu’avant, son pouvoir était dormant… Jusqu’ici, il avait des douleurs et je pouvais sentir quelque chose bourgeonner sous la peau… »
    Il rougit. Lydia haussa les sourcils et sourit. Elle ne dit cependant rien.
    « Mais ça n’a jamais pris cette couleur… et il n’a jamais… été dans cet état. »
    Elle acquiesça.
    « Je vais être franche : je n’ai jamais rien vu de tel. Mais je n’ai jamais vu de demi-céleste non plus. Nous avons une bibliothèque formidable, cependant, et je vais interroger — confidentiellement — nos aînés. Il y a certainement une sorte d’exorcisme à réaliser… Quelque chose de maléfique s’est insinué en lui, d’une manière ou d’une autre, et s’accroche à l’endroit où, peut-être, effectivement, ses ailes devraient pousser. C’est comme une lutte du bien et du mal à l’intérieur de lui, en quelque sorte. On pourrait envisager de repousser le mal, simplement… mais vu l’endroit où s’est niché cette… souillure… Ça me semble risqué. Le cœur est tout près, l’esprit aussi. Je pense que nous devons être prudents. Tant qu’on peut le nourrir, l’abreuver, tant que son état n’empire pas, nous devons avoir foi dans la capacité de son organisme et de son essence à lutter contre ce mal, et faire nos recherches. »
    Albérich acquiesça et eut un frisson.
    « Tu es épuisé, Albérich, tu devrais te reposer. Nous allons prendre le relais.
    — Je préférerais…
    — Ce n’est pas nécessaire et pas bon pour toi.
    — Je ne pourrai pas dormir de toute façon.
    — Ça, c’est que tu crois. » dit-elle avec un sourire.
    Il capitula. Elle avait raison, il était au bout de lui-même. Il n’y avait pas encore de réponses, pas l’ombre d’une solution, mais ils avaient progressé un rien. Il fallait avoir foi, en l’homme, dans les dieux tapis derrière lui. Et, dans l’immédiat, foi dans la décoction somnifère qu’on allait lui donner. Les Ilmates, en la matière, étaient des spécialistes.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  4. #4
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239

    Le printemps s’était emparé du jardin intérieur de l’Hospice. L’herbe était encore timide, le sol était gorgé d’eau de pluie, boueux, mais les crocus y éclataient en pointillés jaunes, blancs et violets, innombrables. Quelques arbres, cerisiers et pruniers, étaient déjà couverts de bourgeons blancs, prêts à éclore, mais la plupart des arbres avaient encore un aspect squelettique. Les oiseaux, par contre, chantaient avec une énergie formidable.
    Albérich avait dormi comme une pierre, d’un sommeil lourd, total, sans le moindre rêve. Il savait que Lydia n’avait pas lésiné sur la belladone, mais le dosage avait au final été parfait : il s’était réveillé reposé, chose incroyable. L’angoisse était revenue mais un passage par la chambre d’Hubert l’avait légèrement rasséréné : aucun changement. Le novice de garde l’avait éconduit et il avait obtempéré. Il avait confié le paladin aux Ilmates, il devait respecter leurs usages. Il aurait aimé être impliqué dans les soins qu’ils comptaient lui apporter, bien sûr, mais il devrait en discuter avec Lydia : le malheureux gamin qui veillait sur Hubert ne pourrait prendre aucune décision.
    Il était descendu le long des couloirs, un peu assommé, avait gagné le jardin où il s’était trouvé un banc. Il n’était pas le seul : des Ilmates, jeunes et vieux, mais aussi des patients profitaient du petit soleil printanier.

    « Il y a un réfectoire, tu sais ? Il faut suivre les flèches. »
    Lydia lui tendit un plateau sur lequel se trouvaient une tasse de thé, un bol de gruau, une poignée de fraises. Il l’accepta et sourit.
    « Je n’ai pas réfléchi.
    — Il a passé une bonne nuit.
    — Je sais. Le novice me l’a dit. »
    La prêtresse s’assit. Elle entreprit d’éplucher une orange. Il la regarda à la dérobée. Grande, mince, elle avait l’air encore plus ascétique qu’autrefois. Mais il savait que c’était une impression : sous la bure, elle était souple et tiède, prompte aux caresses. Il se sentit rougir et elle sourit en coin.
    « Tu as viré de bord, alors ? »
    Il manqua s’étrangler dans sa bouchée de gruau.
    « Ce n’est pas si… Disons que l’amour frappe, et voilà… »
    Il haussa les épaules, tenta d’avoir l’air dégagé. Le sourire de Lydia s’élargit.
    « Donc, après m’avoir brisé le cœur, tu te pointes là où je me suis réfugiée avec ton nouvel am…
    — Brisé le cœur ? Je ne t’ai jamais brisé le cœur ! Si je me souviens bien, tu étais amoureuse de ce capitaine de frégate, le génasi d’eau, je ne reviens pas sur son nom ! J’étais… le bouche-trou !
    — Un bouche-trou drôlement doué, dit-elle en riant.
    — Ah merci !
    — Mais tu as raison, je ne suis pas partie à cause de toi. Tu étais l’être le plus gentil de Luménis.
    — Gentil. C’est une insulte, tu sais ça ?
    — C’est brave, l’insulte. Tu n’étais pas brave, Albérich, je te rassure. »
    Il eut un sourire.
    « Mais tu n’étais pas amoureux de moi non plus, rappelle-toi. Tu n’avais le temps pour rien sinon ta mission divine, juste un peu de répit entre les draps une fois par veille, deux fois si tu avais dû assister à quelque chose d’un peu rude…
    — Tu étais déjà tellement détachée à l’époque, toi. Rien ne t’ébranlait.
    — Je suis ilmate. Tu es lathandrite. Pour moi, la souffrance, c’est inhérent à l’existence. Toi… Elle te révolte.
    — C’est vrai. »
    Ils restèrent silencieux une seconde.
    « Evendum s’est montrée à la hauteur de tes attentes, alors ?
    — Oui. Cet hospice, Albérich… C’est un endroit formidable.
    — Il a l’air, oui. C’est un peu dommage qu’il ne soit pas… à Luménis.
    — Ha ! Je te reconnais bien là ! Luménis, Luménis, Luménis. Tu n’as pas changé.
    — Pourtant si, de bien des manières.
    — Tu as grisé, c’est sûr.
    — Toi aussi.
    — On ne dit pas ça à une dame.
    — Désolé. »
    Elle rit doucement, puis posa la main sur son bras.
    « Mais donc… tu n’étais pas aubemestre à Luménis ? Et conseiller, même ? Tu es en vacances ? En mission secrète ? »
    Il la dévisagea et le visage de la jeune femme refléta sa totale ignorance. D’abord stupéfait, le Lathandrite éclata de rire.
    « Ah Lydia, merci ! s’exclama-t-il. Merci ! Je vais rester ici, je crois. C’est un endroit parfait.
    — Mais qu’est-ce qu’il y a de si drôle ?
    — Rien. C’est parfait. Mais je ne suis plus aubemestre et plus conseiller. Depuis un petit temps, déjà.
    — Je vois. Tu te moques parce que je ne suis pas au courant.
    — Mais pas du tout !
    — Si. C’est pour ça.
    — Je ne me moque pas. Je suis heureusement surpris. Vraiment. »
    Elle croisa les bras.
    « Je ne m’intéresse pas tellement… au monde, c’est vrai : j’ai tellement d’autres choses à penser… Mais je suis sûre que les autres étaient au courant. Certains en tout cas. Et sans doute que tu finiras par être reconnu. Mais avec tes joues hirsutes et l’odeur que tu dégages, tu n’es pas exactement l’homme que tu étais. »
    Lydia, pleine d’empathie et de pragmatisme, toujours aussi délicate.
    « Ah. Hum. Est-ce qu’il y a des flèches pour la salle d’eau ?
    — Aussi, oui. »
    Dernière modification par Galathée ; 22/07/2020 à 10h11.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  5. #5
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Hubert avait été lavé et changé. Debout à côté de lui, deux jeunes gens manipulaient ses membres, un à un, mobilisant la chair inerte. Un peu plus tôt, ils l’avaient basculé sur le côté, puis maintenu un moment assis. Il était grand, lourd, parfois détendu, parfois brusquement animé d’un spasme. Lydia avait expliqué à Albérich qu’il était nécessaire de le faire bouger pour éviter que son corps ne prenne de mauvaises habitudes, se blesse aux endroits de pression, de friction, que ses muscles ne fondent, que ses articulations ne se bloquent. Il le savait. Il avait écouté sans rien dire. Perdu dans son angoisse, il n’avait pas trouvé l’énergie de faire le nécessaire. Un sortilège arrangerait tout, toujours, c’était ce à quoi il s’était raccroché.
    Le contempler, vivant mais absent, était douloureux. Il détestait ces étrangers qui le touchaient sans réserve, sans respect pour son intimité. Pourtant il était lui-même guérisseur, savait qu’il n’y avait nul mépris dans leur attitude, que cette distance entre le malade et celui qui prenait soin de lui était critique, et c’était la raison même pour laquelle il devait déléguer la survie d’Hubert aux Ilmates. C’était difficile : il était qualifié, très qualifié, en ces matières. Mais ses émotions le drainaient, l’empêchaient de penser droit, et c’était là que Lydia était indispensable.
    Ils s’étaient rencontrés autrefois dans le Quartier des Taudis, le territoire des Ilmates, où Albérich venait lui aussi soulager la misère des Luméniens. Jamais les servants du Dieu Brisé ne l’avaient rejeté, craint ou critiqué. Il n’était pas des leurs, il avait une énergie qui contrastait avec leur stoïcisme, il était révolté, furieux, compatissant, impliqué jusqu’aux larmes, tandis que les Frères et Sœurs vaquaient à leurs tâches avec discrétion et compassion, diligence et parfois cynisme. Ils retroussaient toujours leurs manches et Albérich, peu à peu, s’était glissé sur une voie parallèle, prêchant peut-être un peu trop le changement, les lendemains roses, auxquels les Ilmates ne croyaient pas. Et Morféa était arrivé. Dans sa geôle obscure, sous le fort de Luménis, Albérich s’était parfois demandé si ses discours d’espoir avaient pu jouer leur rôle dans la guerre civile, s’il avait, à son insu, facilité l’adhésion aux projets du tyran. Personne ne lui en avait jamais fait le reproche, mais il conserverait toujours cette inquiétude, enfouie quelque part : le changement, oui, mais pas n'importe comment.
    Mais Lydia avait quitté Luménis plusieurs années avant l’arrivée au pouvoir de Morféa, pour suivre la voie tracée des jeunes Ilmates les plus doués : l’Hospice des Saints Serments d’Evendum, haut lieu de science, d’apprentissage et de guérison. Il n’en avait ressenti nulle colère, nul déchirement : ils avaient été l’un pour l’autre une forme de catharsis après les rudes journées de travail, sans le moindre engagement.

    « Bon. Nos deux premières possibilités sont la dissipation et la restauration. » dit Lydia.
    Albérich détourna les yeux d’Hubert et revint à elle.

    « Tu es capable de faire l’un comme l’autre, n’est-ce pas ?
    — Dissiper le mal, tu veux dire ?
    — Oui.
    — Ça ne marche que s’il est possédé…
    — Ça ne coûte rien d’essayer. Un peu d’eau bénite.
    — C’est vrai.
    — La restauration est plus onéreuse, mais nous avons le matériel.
    — J’ai les fonds.
    — Tu pourrais donner un coup de main en salle de tri, pendant un jour ou deux…
    — Pendant un an, tu veux dire. Je ne peux pas me le permettre. Je n’ai pas prévu de m’établir à Evendum. »
    Mais si Hubert restait dans cet état, comment le ramènerait-il à Clairétoile ? Et dans quel but ?
    Il songea brusquement à Giovanni, qui était revenu des Enfers dans un état finalement pas très éloigné de celui d’Hubert, vivant mais inerte.

    « Nous sommes descendus aux Enfers. » dit-il alors.
    Lydia le dévisagea.
    « Quoi ?
    — Nous sommes allés aux Enfers. Via un portail. A quatre. L’un d’entre nous est revenu… dans un état similaire. Hubert… Hubert a certainement souffert, mais il paraissait indemne. Fatigué, simplement. Est-ce que… sa nature céleste… aurait pu le protéger ? Retarder… cet effet ? »
    Lydia secoua la tête.
    « Tu m’en demandes beaucoup. Est-ce que cet autre… c’était aussi un demi-céleste ?
    — Non. Un être humain. Pour autant que je sache.
    — La manière dont le maléfice se concentre dans ses épaules me paraît quand même très particulière. Et puis toi, tu n'es pas affecté alors que... » dit Lydia.
    Elle paraissait toujours incrédule.

    « Attends, toi, tu es allé aux Enfers ? Albérich Megrall ? Le clerc des prostituées et des alcooliques ? Sérieusement ?
    — J’ai changé, je te l’ai dit.
    — Je vois ça. »
    Elle relâcha sa respiration.
    « Tentons la dissipation. Si ça ne marche pas, on essaie la restauration. Si ça ne marche pas… On avise. Il y a encore beaucoup de livres dans la bibliothèque. »
    Il aurait aimé la voir, cette bibliothèque, mais rien que d’en entendre parler, il se sentait étouffé, enseveli sous toute cette science qu’il devinait inutile. Il voulait croire en ce que disait Lydia, un simple sortilège, puissant, pour régler les choses. Il se demanda si ce qui avait élu domicile dans le corps d’Hubert avait pu le contaminer, lui aussi.
    « Tu les as mémorisés ?
    — Oui. »
    Elle se leva et fit signe aux deux acolytes de sortir, puis revint avec un bol d’eau.
    « Ça marchera mieux si tu la bénis toi-même. »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  6. #6
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Le premier sortilège n’eut pas l’effet escompté. La dissipation se perdit dans le corps du paladin et Albérich eut l’impression que les marques violacées dans son dos fonçaient, virant au noir, avant de reprendre leur teinte maladive. Ce qui nichait au cœur du paladin s’était accroché en dépit de la magie, c’était davantage qu’une possession ordinaire. Le Lathandrite n’était pas réellement surpris. Heureusement, l’état d’Hubert n’empira pas. Le Luménien était cependant moins motivé par la restauration, onéreuse et risquée. Lydia, elle aussi, était hésitante, mais ils n’avaient pas beaucoup d’options à leur disposition. Attendre ou agir.
    Ils optèrent pour la réflexion.
    Ils allèrent déjeuner sous les bourgeons des cerisiers, discutèrent de Luménis et d’Evendum, un peu de la dictature, évoquèrent les personnes qu’ils avaient connues, quelques souvenirs épars. Mais la conversation peinait à se maintenir. Albérich était trop soucieux, des pensées parasites s’immisçaient dans son esprit et il perdait le fil de ce qui se disait. Lydia était suffisamment futée pour le percevoir et suffisamment empathique pour ne pas s’en offusquer. Elle avait dosé l’infusion digestive qui suivit le repas exactement pour ça, et Albérich lui en voulut autant qu’il s’en sentit reconnaissant.
    Ils regagnèrent la petite chambre austère et renvoyèrent le novice qui avait veillé le paladin. La présence permanente d’un prêtre au chevet de son amant ne rassérénait pas vraiment Albérich, c’était le signe de la gravité de son état. Dans le même temps, à quoi bon se voiler la face ?
    Lydia partit chercher le matériel nécessaire à la restauration, de la poudre de diamant, que grâce aux aventures d’Hubert dans les tumulus des Landes, Albérich avait de quoi payer. C’était ironique, quelque part, qu’il ait trouvé le moyen de son remède à l’endroit même où il avait peut-être été contaminé. Le Luménien était cependant de plus en plus convaincu que la cause était infernale. Aucune des échauffourées avec les morts-vivants des marais n’avait été vraiment serrée, il n’y avait eu aucun signe d’un Mal les dépassant l’un ou l’autre. Mais dans le même temps, les Enfers remontaient à si longtemps, déjà… exactement deux mois jour pour jour. Pourquoi maintenant, soudain, cette chose avait-elle flambé à l’intérieur d’Hubert ?
    Albérich s’assit sur le lit, observant le paladin inconscient, son dos marbré par le maléfice, luisant de sueur, le mouvement rapide de ses yeux derrière ses paupières, signe qu’il rêvait, son expression tantôt relâchée, tantôt tranquille, son souffle, rapide puis retenu, relâché dans un soupir. Il se passait quelque chose là-derrière. Lydia avait raison : il luttait. Peut-être fallait-il simplement lui faire confiance… mais peut-être pas. Comment le savoir ?
    Il avait envie de le toucher mais s’en abstint, comme s’il craignait le contact entre son énergie divine, positive, lumineuse, et ce qui rampait sous cette peau humide. Il voulait faire le bien, pas le mal, et pour l’heure, aucune de ses interventions n’avait aidé Hubert. Non, décidément, il n’était pas emballé par ce projet de restauration.
    Lydia entra.

    « Ça ne va pas marcher, dit d’emblée Albérich. La chose est toujours à l’intérieur. Si elle était partie, on pourrait tenter la restauration.
    — C’est toi le Lathandrite ?
    — Ça n’a rien à voir avec l’espoir, ça a à voir avec la logique. Un minimum de logique.
    — On ne sait pas ce qu’il a, Albérich.
    — Ta détection du mal a failli t’assommer. Un sortilège ou une malédiction ne réagit pas de la sorte. Cela doit être une créature, quelque chose d’une autre nature.
    — Nous connaissons mal les Enfers. Et un sortilège très puissant peut renvoyer une aura débilitante.
    — Un sortilège incroyablement puissant. Et tant qu’il n’est pas dissipé, restaurer ne sert à rien. Une Parole Sacrée aurait peut-être plus de chance de réussir. »
    Lydia ne répondit rien, le dévisageant avec une légère grimace.
    « Tu es capable de ça ? demanda-t-elle finalement.
    — Oui. Mais je suis aussi conscient que cela pourrait le tuer. »
    Il soupira.
    « Emmène-moi à la bibliothèque. C’est la meilleure chose à faire. Si nous arrivons à identifier ce dont il souffre, nos chances de le soigner seront plus élevées. »
    Retour parmi les livres. En descendant les escaliers gris à la suite de l’Ilmate, il songea à la bibliothèque de Clairétoile, aux informations critiques qui s’y trouvaient sans doute. Il disposait d’un sortilège de rappel, il pouvait rentrer en un éclair dans le temple solaire de la cité, avec Hubert. C'était une possibilité. Mais s'il n'y avait rien là ? En repartir serait beaucoup plus compliqué... et les Ilmates de l'Hospice avaient une expérience inégalée en matière de santé et de guérison.
    Tant de facteurs à prendre en compte, tant d’incertitudes, si peu d’énergie.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  7. #7
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Des pages et des pages et des pages encore. Des écritures illisibles, à déchiffrer en faisant mille paris, comparaison d’un mot équivoque à un gribouillis informe, fruit d’émetteurs peu soucieux de transmettre quoi que ce soit à qui que ce soit. Des styles abscons, des termes absurdes. De temps en temps, quelqu’un de clair, avec des phrases déliées, une plume élégante, pour masquer le peu de substance.
    Canoloth, Klurichir, Vrock, Artaaglith, Dretch, Achaïeraï.
    Qui a inventé ces noms ? Est-ce une retranscription des gargarismes heurtés de la langue infernale ? Qui a survécu pour colporter ce savoir ? Est-ce un savoir, ou un délire ? Un mensonge ? De la poudre jetée aux yeux des humains par les démons, pour les effrayer ou mieux les surprendre ?
    Albérich n’en savait rien, sinon qu’ils ne savaient pas grand chose.
    Celui-ci a une gueule à mille dents, celui-là des pattes d’araignée, le troisième paralyse, le suivant ensorcelle, le dernier désintègre en poussant des cris de jouissance.
    Mettre les pieds en Enfer n’avait pas été une partie de plaisir. Y retourner, même en lecture, n’avait rien d’agréable et paraissait, à certains égards, encore plus déconcertant.
    Car il n’avait pas de but clair, pas de piste à suivre, juste un vague sentiment d’urgence qui refusait de se laisser canaliser.
    Il dut son salut au bibliothécaire, un vieux barbon aux sourcils broussailleux, qui le mit dehors à la brune et refusa qu’il emprunte le moindre volume. C’était sagesse : il ne pouvait pas se permettre d’y laisser sa santé mentale.
    Mais rien dans cette multitude de pages ne lui avait fait comprendre ce qui arrivait à Hubert. Ces créatures immondes avaient tant de pouvoirs que, oui, sûrement, certaines d’entre elles pouvaient infecter un paladin imprudent, demi-céleste ou pas. Mais qu’en faire ?
    Repousser le Mal. Le Renvoyer d’où il venait. Il n’y avait pas de mystère : il fallait qu’il tente ce cri de fureur de la Lumière, celui qui arrache les intrus à ce monde et les renvoie là d’où ils viennent. Mais Hubert n’était-il pas, lui-même, issu d’un autre Plan, au moins à moitié ?
    Mais il était bon. Et comme il était bon, il ne risquerait rien.
    Sauf si son essence avait été contaminée, déjà, par ce qui se répandait en son sein.
    Comment le savoir ?
    Comment prendre le risque ?
    Albérich ne refusa pas l’infusion préparée par Lydia, sachant qu’elle ferait taire toutes ces questions stériles. Il ne pouvait plus temporiser, il le savait. La nuit porte conseil, mais la nuit est à Shar. Il valait mieux dormir.
    Dernière modification par Galathée ; 22/07/2020 à 10h18.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  8. #8
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Dehors c’est encore la nuit et la fenêtre invite le frémissement d’une giboulée printanière. Il fait froid, diablement froid, et sombre.
    « Albérich… Albérich, réveille-toi… »
    Il émergea d’un sommeil lourd, frissonnant, légèrement désorienté, reconnut la voix, retrouva les lieux, les circonstances, et le poids des événements, implacable, fondit sur lui pour l’écraser.
    « Tu n’as pas encore prié, n’est-ce pas ? »
    Il tenta de chasser la torpeur de deux mains frottées sur son visage.
    « C’est la nuit, Lydia. Je prie à l’aube…
    — Il fait presque jour. Et il faut que tu demandes son aide à Lathandre.
    — Quoi ?
    — Son état a empiré. »
    Ses paroles lui firent l’effet d’un seau d’eau glaciale.
    « Comment ça ?
    — Il est… agité… et les marques se sont étendues… »
    Elle posa les mains sur ses épaules, comme pour le recoucher, mais c’était trop tard.
    « Il faut une solution, maintenant, et Lathandre…
    — Lathandre n’intervient pas comme ça, pour un oui ou un non…
    — Nous n’en sommes plus là. »
    Il se leva, la contourna et gagna la porte.
    « Albérich…
    — Je dois le voir. »
    Elle poussa un léger soupir.
    « Nous l’avons déplacé. »
    Il s’immobilisa.
    « Quoi ?
    — Nous avons dû le déplacer. Il a… été agité, comme je te le disais… »
    Le prêtre sentit une fureur glaciale, ou était-ce de l’angoisse, ou de la panique, même, l’envahir. Il serra la main sur la poignée de la porte, jusqu’à se faire mal.
    « Où est-il ? dit-il finalement, d’une voix maîtrisée.
    — Nous l’avons transféré… dans la partie réservée aux êtres troublés.
    — Chez les fous, en somme.
    — Les fous, non… Nous ne les appelons pas…
    — Je me fiche complètement de comment vous les appelez ! » explosa le Lathandrite.
    Il entendit du bruit dans le couloir, des paroles étouffées.

    « Albérich, c’est le seul endroit où nous avons des chambres capables de recevoir des âmes…
    — Agitées, je vois. Des cellules, c’est comme ça que vous devriez les appeler.
    — Albérich…
    — Et j’imagine que la confidentialité, tous ces beaux discours… Tu en as parlé à combien d’autres personnes, au juste ?
    — J’ai dû agir, et je suis désolée que cela en soit arrivé là. Mais tu es venu chercher notre aide. Ton ami a pratiquement tué le novice qui le veillait. Oui, j’ai averti mes supérieurs et oui, nous avons fait transférer ton ami dans une autre zone de l’hospice, mais, contrairement à ce que tu imagines, son état… sa santé… restent notre priorité. »
    Albérich avait fermé les yeux, absorbant ses paroles, ses terribles paroles. Son cœur tambourinait dans sa poitrine et le sang sifflait à ses oreilles, mais il devait garder la tête froide, absolument, surtout maintenant.
    « Tué le novice ?
    — Il n’est pas mort. Et ces choses arrivent, ce n’est pas la première fois… Mais nous devions… pour sa sécurité… celle des autres… le transférer. Et maintenant, tu devrais prier Lathandre de nous donner une piste.
    — Je veux d’abord le voir. »
    Il quitta la pièce et partit dans les escaliers, l’esprit complètement vide, sans même savoir où il allait.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  9. #9
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Hubert était enfermé dans une petite pièce carrée, aux murs renforcés d’épaisses couches de paille emballées dans de la toile de jute. Albérich s’était attendu à le trouver enchaîné, ou restreint d’une manière ou d’une autre, puisqu’il était « agité », mais ce n’était pas le cas. Le paladin était libre de ses mouvements et debout, éveillé, il déambulait dans son réduit, traçant des signes invisibles. Le Lathandrite aurait pu y voir une amélioration de son état, mais il savait qu’il n’en était rien, bien au contraire : c’était le signe que ce qui l’avait contaminé prenait le pouvoir. Il faisait encore gris, le soleil se levait péniblement derrière les nuages de pluie, mais les lucarnes placées autour du plafond permettaient de contempler l’insupportable : la souillure avait gagné du terrain. Les veines sombres, violacées, presque noires, avaient colonisé sa poitrine, sa gorge et son visage, zébrant ses joues et assombrissant son regard.
    Le prêtre recula d’un pas lorsque son compagnon leva les yeux, des yeux qui flamboyaient étrangement, vers le judas dans la porte. A sa droite, un Ilmate l’observait, les lèvres pincées. Lydia était assise sur un banc. Il y avait un troisième homme, plus vieux, qui lisait un gros volume d’un air impassible, à côté d'elle. Les lieux étaient loin d’être sinistres, aux antipodes d’une prison. Même si les Ilmates étaient des gens austères, qui préféraient le gris aux couleurs formidables des aubes lathandrites, ils avaient décoré leur aile des âmes troublées de jaunes, de bleus et de roses qui auraient fait le bonheur du seigneur du matin. Guérir, c’était renaître. En cela, leurs cultes se répondaient.

    « Il est en train de se métamorphoser ? » finit par demander Albérich.
    Il aurait dû aller prier, il le savait, mais dans son état de tension, il s’en sentait absolument incapable.

    « C’est possible. » dit l’Ilmate à sa droite.
    C’était un homme chauve, barbu, d’une cinquantaine d’années. Albérich se demandait s’il ne l’avait pas connu à Luménis… peut-être, peut-être pas, il n’en était pas certain. Et ça lui était complètement égal.

    « Il est possible aussi que ce ne soit qu’un symptôme… de ce qui l’affecte. »
    Albérich acquiesça. Il n’aurait pas voulu qu’on le ménage. Quelque chose en lui voulait hurler et frapper les murs, mais la stupeur l’emportait.
    « Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons pas laisser le processus aller jusqu’au bout. » continua prudemment le prêtre.
    Le Luménien le regarda sans rien dire, sans rien mesurer, non plus. C’était un cauchemar. Il allait se réveiller. Hubert souffrait des épaules car il était en train de se transformer en céleste, pas en démon.

    « Lydia proposait que vous interrogiez Lathandre. Si nous n’obtenons pas de réponse, nous tenterons une Parole Sacrée.
    — Je peux le faire, dit-il.
    — Mais ce n’est pas une bonne idée. » répondit l’Ilmate avec une légère grimace.
    Il fallut quelques secondes à Albérich pour se souvenir de ce que cela signifiait : que si l’entité extérieure qui s’était mêlée à Hubert était trop profondément ancrée en lui, il pourrait mourir.
    « Quoi qu’il advienne, je le ramènerai ensuite. » lâcha-t-il d’une voix froide.
    Il avait ramené Thibault, déjà, bafouant les préceptes de Lathandre, le respect du cycle nécessaire de la vie et de la mort. Mais ceci n’avait rien de nécessaire, rien de naturel : Hubert avait bravé les Enfers pour sauver leur communauté, Clairétoile, les Landes, l'île entière. Il avait un rôle à jouer, encore, Lathandre le savait.
    A deux pas des Montagnes et des communautés naines, on trouvait des diamants. Albérich n’avait pas les fonds, mais il se les procurerait, même si cela devait prendre dix ans.
    L’Ilmate acquiesça. Albérich se tourna à nouveau vers la petite chambre capitonnée. Le paladin s’était approché du mur opposé et s’y était appuyé des deux mains. Les bosselures de ses omoplates ressortaient, couleur lie de vin, et le Lathandrite y vit pulser quelque chose. Son ventre se tordit douloureusement, de peur, puis il se détourna. Prier, vite.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  10. #10
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Un silence imparfait régnait autour de lui : les arbres, les oiseaux, le bruissement de la rivière, le murmure de lointaines conversations. La vie.
    C’était le printemps pour tout le monde, Albérich voulait croire qu’il aurait le droit, lui aussi, d’y goûter. L’automne avait été intense, l’hiver épouvantable, et le printemps devait apporter des réponses, avant un été d’apaisement. Jusqu’à ce drame, imprévisible. En même temps, comment avaient-ils pu croire qu’arpenter les Enfers ne leur laisserait comme séquelles que quelques cauchemars ? Giovanni était rentré sans vraiment le faire. Thibault avait fui. Albérich et Hubert s’étaient cru bénis, et ils l’avaient été, en vérité, ils ne pouvaient pas se plaindre : Clairétoile avait été sauvée, ses colons pleins d’espoir avaient survécu, le sceau refermé, la vie triomphante.
    Contrecoup. C’était peut-être ça, l’équilibre de l’univers autour d’eux. On gagne et on perd, le soleil brille un jour, les nuages le couvrent le lendemain.
    Mais Hubert n’était pas mort et Albérich répandit de l’eau bénite sur son visage et ses mains, puis alluma deux bâtonnets d’encens — il avait horreur de cette odeur mais c’était nécessaire au rituel — avant d’entrer en communion.

    L’environnement immédiat s’estompa, l’herbe humide, les crocus jaunes et violets, les abeilles dans les fleurs du cerisier qui le surplombait, les pas des prêtres matinaux allant du réfectoire à l’aile principale de l’hospice. Il perçut encore la caresse froide de la brise dans ses cheveux, sur ses joues, au travers des poils de sa barbe, puis il bascula dans la lumière qui environnait Lathandre.
    Il eut honte d’être à nouveau là, à quémander de l’aide, comme il l’avait fait maintes fois les mois précédents. Il savait, mieux que quiconque, que les dieux avaient leurs propres urgences, qu’ils pouvaient se manifester dans les moments les plus critiques, pour sauver une ville, une île, le monde, mais qu’on ne pouvait impunément les supplier de s’intéresser au destin d’un homme, ou même d’un demi-céleste.
    Il eut honte de douter, aussi, de l’aide que Lathandre pouvait lui apporter.
    Il se laissa un moment baigner par cette lumière, et par l’amour inconditionnel qu’elle suscitait en lui, qu’elle reflétait autour d’elle, et dans cet embrasement spirituel, absolu, il puisa la force et l’espoir dont il avait besoin. C’était déjà ça, c’était déjà immense.

    Lathandre, Hubert peut-il être sauvé ?
    Oui.
    Par les Ilmates ?
    Non.
    Peut-il s’en sortir seul ?
    Non.
    Puis-je le sauver, moi ?
    Il y eut un instant de silence, comme un frémissement dans la lumière.
    Oui et non.
    Et Albérich se retrouva assis dans l’herbe, sous son cerisier fleuri. Il pleuvait dru, il mit quelques secondes à s’en rendre compte. La réponse de Lathandre avait été équivoque, comme prévu, mais il avait replacé, fermement, la solution entre ses mains. Albérich était trempé, déstabilisé, mais il devait avoir foi en lui-même : la survie d’Hubert en dépendait.
    Mais ce « oui et non », que signifiait-il ?
    D’abord qu’il fallait qu’il arrête les Ilmates avant qu’ils ne tentent une Parole Sacrée inutile et potentiellement fatale.
    Il retraça donc son parcours jusqu’au pavillon situé au nord du complexe. C’était un bâtiment d’aspect encore plus militaire que le reste de l’hospice, les fenêtres étaient rares, barrées pour la plupart, et les lucarnes qui le perçaient ressemblaient aux meurtrières d’une forteresse. On entendait des cris sporadiques, des sanglots parfois, des hurlements déments, et, chose encore plus effrayante, des rires dénués de la moindre joie.
    Lorsqu’il frappa à la porte, un regard gris l’observa un instant, puis disparut.

    « Un instant. » fit une voix.
    Rien ne bougea à l’intérieur. Albérich demeura interdit, mais ses pensées dérivèrent rapidement vers sa communion, la réponse de Lathandre, et il réfléchit à ce qu’il pouvait faire… Etait-ce à lui d’aller réveiller Hubert derrière la bête qui l’avait envahi ? Devait-il… faire appel à son humanité ? Son amour ? Lathandre n’aurait-il pas simplement dit « oui », plutôt que « oui et non », si cela avait été le cas ?
    Il se frotta les yeux. L’homme qu’il avait contemplé, dans la cellule, n’était que l’ombre de son amant : il en avait la forme, indéniablement, mais ni l’attitude, ni la démarche, ni rien. Quelque chose occupait son corps. Presque tué le novice. Ils n’étaient pas revenus sur cet épisode, mais à voir la créature qui déambulait sans but dans ce cachot, Albérich pouvait l’imaginer sans peine.
    Hubert peut être sauvé, se répéta-t-il, à mi-voix, et une douce chaleur l’envahit, reflet de la lumière intense qu'il avait contemplée plus tôt.
    Lathandre n’aurait pas menti.

    Il songea à Louis, possédé lui aussi, qui les avait arrêtés sur la route des Enfers. Il avait voulu Hubert, rien d’autre. Avait promis de laisser la vie sauve s’il se sacrifiait. Etait-ce finalement ce qui s’était produit ? La possession démoniaque d’un corps demi-céleste créait-elle une créature surpuissante, comme l’avènement d’un quelconque prince fiélon sur leur plan ? Certains morts-vivants acquéraient la puissance de celui qu’ils avaient été autrefois… Etait-ce le cas des démons ? Peut-être. Ou alors c’était le plaisir de corrompre la Lumière, un reflet de la félicité des Bainites lorsqu’ils torturaient et sacrifiaient une licorne, un paladin, ou… ou un céleste.
    De Louis, Albérich songea à Etienne, qui l’avait perdu. Souvent, il s’était senti proche du jeune Fontbrune, s’était reconnu dans son idéalisme un peu naïf, dans sa ferveur, puis dans sa chute. Fallait-il qu’ils soient mimétiques au point de perdre tous deux leurs amants à la même souillure maléfique ? Mais Louis avait vendu son âme, tandis qu’Hubert n’avait jamais démérité.
    La porte était toujours fermée, il frappa à nouveau.
    « Un instant. » répéta la voix.
    Albérich secoua la tête.

    « Vous avez perdu vos clés ? » demanda-t-il avec humeur.
    Il entendit aussitôt le verrou tourner et la porte s’entrouvrit, juste le temps que Lydia sorte, avant qu’elle se referme. Albérich en demeura stupéfait.

    « Je ne peux pas entrer ?
    — Je ne suis pas sûre que ce soit le moment…
    — Quoi ? Pourquoi ?
    — Ils vont tenter la Parole Sacrée…
    — Et quoi ? Je ne peux pas y assister ? Je suis son ami !
    — Justement.
    — Lydia, cette Parole Sacrée ne va pas fonctionner. Lathandre me l’a dit. Vous m’avez demandé de l’interroger. Vous ne pouvez pas l’aider. »
    Il la regarda droit dans les yeux, elle pinça les lèvres.
    « Tu es certain ?
    — Aussi certain qu’on peut l’être après une Communion.
    — Bon d’accord. Mais tu devras nous dire ce que tu sais. »
    Dernière modification par Galathée ; 10/04/2018 à 08h37.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  11. #11
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Ils arrivèrent trop tard. Quand ils entrèrent dans la petite pièce qui jouxtait la cellule et la séparait du couloir, ils découvrirent une scène de désordre indescriptible. La porte de la chambre capitonnée avait sauté de ses gonds, le banc était en miettes et il y avait du sang en gerbes sur les murs. L’Ilmate le plus jeune était au chevet d’un second, incantant sans discontinuer. Lydia se rua dans un cri vers eux mais Albérich entra directement dans la cellule. Hubert y gisait, recroquevillé sur lui-même, dans un coin. Il était vivant, le Luménien vit tout de suite ses côtes qui se soulevaient rapidement, au rythme d’une respiration haletante. Tout son dos était pourpre, des épaules aux reins, et des veines saillantes pulsaient sur ses bras encore blancs. Si Parole Sacrée il y avait eu, elle s’était révélée inefficace, et avait provoqué quelque chose.
    A qui appartenait ce sang ?

    « N’approchez pas. » dit une voix dans son dos.
    Le prêtre chauve était entré derrière lui.

    « Il a résisté au sortilège. Nous l’avions prévu. Nous n’avions pas anticipé, cependant, qu’il aurait une telle fureur en lui.
    — Qu’est-ce que vous lui avez fait ? »
    Le prêtre leva une baguette de bois poli, d’un pied de long, imbue d’une magie crépitante.
    « C’est un sortilège qui nous sert à neutraliser les patients agités. Il va s’éveiller d’ici une dizaine de minutes… mais nous n’allons pas lui en laisser le temps.
    — Que voulez-vous dire ?
    — Il est dangereux. Vous vous en rendez compte, n’est-ce pas ?
    — Et qu’est-ce que vous allez faire ?
    — Pour l’instant, le sédater.
    — Le quoi ?
    — L’endormir. C’est la seule chose à faire. Nous n’avons pas de cellule capitonnée suffisamment solide pour les cas de son genre. »
    Albérich voulut lui demander s’ils avaient une potion suffisamment forte pour les cas de son genre mais s’en abstint. Attirer leur attention sur ce détail pourrait précipiter des événements qu’il n’avait, pour l’heure, aucun moyen d’empêcher.
    « Et ensuite ?
    — Qu’a dit Lathandre ?
    — Qu’il pouvait être sauvé.
    — Comment ?
    — Vous savez comment fonctionne ce sortilège. On n’obtient pas de mode d’emploi.
    — Mais vous avez pu poser plus d’une question. »
    Il pinça les lèvres. Révéler aux Ilmates qu’ils étaient impuissants à faire quoi que ce soit n’était pas la chose à faire : ils risquaient d’en déduire le pire.
    « Lathandre a dit qu’il ne pouvait pas s’en sortir seul, qu’il avait besoin d’aide. De notre aide. Mais il n’a pas dit comment. »
    L’Ilmate croisa les bras.
    « Vous réalisez que nous ne pouvons pas laisser cette… maladie aller à son terme, n’est-ce pas ?
    — J’en suis conscient.
    — Votre ami est déjà très puissant en l’état.
    — J’en suis conscient également.
    — Il a déjà manqué tuer deux personnes. Si nous le laissons continuer, nous ne sommes pas certains que nous pourrons le contenir sans casse.
    — Que voulez-vous dire, exactement ? Ne tournez pas autour du pot. »
    L’homme soupira. Albérich savait, en réalité, ce qu’il voulait dire, mais il voulait que l’Ilmate le dise. Avec des mots clairs. Avoue ses intentions. Soigner mon œil.
    « Il était paladin, n’est-ce pas ?
    — Lydia vous l’a dit.
    — Croyez-vous qu’il voudrait que nous le laissions devenir ce qu’il est en train de devenir ? Ne pensez-vous pas, s’il en avait la possibilité, qu’il nous demanderait de mettre fin à cette infamie, à tout prix ? »
    Albérich le regarda droit dans les yeux, durement. Il continuait à jouer aux anguilles. Mais l’Ilmate ne flancha pas.
    « Votre ami souffre. Et son essence est en train de virer au noir le plus sombre. L’aura que Lydia a perçue hier est déjà bien plus puissante aujourd’hui. Lathandre vous a-t-il dit ce qu’il entendait par « sauver », exactement ?
    — Lathandre ne voulait pas dire le tuer, lâcha Albérich, durement. Lathandre voulait dire le rendre à lui-même.
    — Qu’en savez-vous ?
    — Je pense que je connais Lathandre un peu mieux que vous. »
    L’Ilmate relâcha sa respiration, sans perdre son calme.
    « Vous avez été chef d’état, n’est-ce pas ?
    — Vous le savez bien.
    — Alors vous comprenez que lorsqu’on est face à un individu qui représente un danger pour une communauté, la communauté doit passer avant l’individu. »
    Il croisa les bras. Deux Ilmates entrèrent, un grand taillé comme un chêne et un plus menu, qui tenait une petite trousse. Ils parurent hésiter en trouvant celui qui devait être leur supérieur face à Albérich, mais le premier fit un geste en direction d’Hubert. Pendant une seconde, le Lathandrite songea s’interposer. Mais il n’en fit rien et les deux hommes le contournèrent pour s’approcher du paladin. Albérich résista à la tentation de se faire volte-face et ses entrailles se crispèrent en percevant les sons ténus d’une intervention qu’il ne pouvait empêcher. Il était seul, ils étaient des centaines, et s’il tentait quoi que ce soit, il serait neutralisé.
    « Laissez-moi l’emmener dans les montagnes.
    — Non, dit l’Ilmate. Si vous croyez que je vais prendre le risque de libérer une entité maléfique, potentiellement surpuissante, à quelques pas de la ville, c’est que vous n’avez pas été chef d’état assez longtemps. Et vous surestimez vos propres pouvoirs, Albérich. Vous avez manifestement un lien fort avec ce paladin, et je comprends que la situation est compliquée — douloureuse — pour vous. Mais vous devez vous montrer raisonnable. Nous sommes face à quelque chose qui nous dépasse, et ce n’est jamais agréable, mais cela ne doit pas nous paralyser. La prévention fait partie de la guérison, vous le savez, vous êtes vous même un guérisseur réputé.
    — Lathandre m’impose d’essayer jusqu’au bout. Pas de baisser les bras parce que je rencontre un écueil. Pas de m’arrêter aux premiers obstacles ou aux limites de mon savoir d’aujourd’hui. Parce qu’il y a toujours demain, et j’ai la possibilité d’être plus loin, demain. »
    L’Ilmate soupira en secouant la tête.
    « Soit. Vous avez jusqu’à demain, dans ce cas. »
    Il ne bougea pas d’un poil et Albérich comprit que c’était à lui de se retirer. Il se refusa à regarder Hubert : il craignait que le voir, dans cet état de perdition terrible, ne lui sape ses dernières ressources.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  12. #12
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Albérich quitta la cellule, l’antichambre, remonta le couloir, sourd aux appels de Lydia, redescendit les escaliers, traversa le hall, gagna la porte puis le jardin, sans que personne ne s’interpose. Lorsqu’il entendit le verrou glisser derrière lui, il se demanda s’il n’avait pas fait une erreur, s’il parviendrait jamais à faire rouvrir cette porte, à retourner auprès du paladin. Il regretta de ne pas avoir touché Hubert, simplement, d’une paume sur sa peau violacée, juste pour leur prouver, à l’un et à l’autre, qu’ils étaient toujours les mêmes et que rien n’était perdu. Mais il n’avait pas osé, trop bouleversé, scandalisé et terrorisé, surtout, par ce qui se déroulait devant lui et hors de sa portée.
    Oui et non, avait dit Lathandre.
    Albérich ne pouvait pas croire que sauver Hubert, c’était le libérer de son enveloppe corporelle. Il n’avait pas quarante ans. C’était un demi-céleste tout juste révélé. Son potentiel de lumière était gigantesque. Lathandre le savait.
    Oui et non.
    Cela signifiait qu’il existait une solution et qu’Albérich avait en lui de la trouver, s’il prenait la peine d’y réfléchir. Il quitta l’hospice par la porte ouest et se rendit au bord de la rivière. La Providence était très large au niveau d’Evendum, ses quais étaient jalonnés de barges ventrues, et un grand pont de pierre, solide, d’architecture naine, la franchissait et se transformait ensuite en route vers les montagnes. Bien qu’Evendum ne soit pas une cité gigantesque, le Luménien devinait des dizaines d’hommes à l’ouvrage sur les bateaux, devant les entrepôts, le commerce en pleine activité, et cela le fit penser à Marcus, son intendant de choc, resté à Clairétoile, et de là à son infâme prédécesseur, Ignace, le diable qui les avait guidés vers le sceau, espérant ouvrir la porte à ses semblables pour qu’ils puissent déferler sur Hélonna.
    Ils s’étaient battus, Albérich, Hubert, d’autres, pour empêcher pareil désastre. Beaucoup étaient morts, des hommes et des femmes courageux, intègres, déterminés. Robert parmi eux, le mentor — un instant — d’Hubert.
    L’Ilmate avait évidemment raison : on ne pouvait libérer une force maléfique dans la région, comme ça, par sentimentalité. Il fallait sauver Hubert ou détruire ce qu’il restait de lui. Jamais le paladin n’aurait voulu devenir un monstre et Albérich lui devait de veiller à ce que les choses n’en arrivent pas là. Mais était-ce vraiment ce qu’avait voulu dire Lathandre ? Oui et non. Sauver son héritage mais pas sa vie ?
    Non, Lathandre aurait été plus clair, le Luménien en était persuadé, si le sacrifice avait été la seule solution. C’était le dieu de l’optimisme, mais pas des faux espoirs.
    Albérich se mit à marcher sur la route qui cheminait sur la berge du fleuve, sans prêter attention au crachin printanier.
    Pendant une seconde, un battement de cœur, il se demanda ce qu’il ferait si Hubert disparaissait. Dans le feu de l’action, sur la route et à Clairétoile, la possibilité de la mort les avait effleurés plus d’une fois mais ils n’avaient eu le temps d’y penser réellement : l’urgence les avait portés. Et quand Hubert avait failli mourir, Albérich avait retrouvé Lathandre. C’était aussi simple que ça. Le paladin était la source de sa renaissance. Comment pourrait-il continuer sans lui ?
    Peut-être justement devait-il continuer sans lui, pour que toute sa lumière ne disparaisse pas avec lui.
    Il s’immobilisa et cacha son visage entre ses mains. Il était en train de réfléchir comme si le paladin — son compagnon, l’être qui l’avait arraché au néant — était déjà perdu.

    « Hé, gars, t’es dans le chemin ! »
    Il s’écarta pour laisser passer une charrette et fit quelques pas ivres vers la rivière, avant de s’asseoir dans les herbes folles de la berge, soudain trop lourd pour avancer. Devant lui, l’eau grise charriait des branchages. Quelques oiseaux, mouettes et canards, luttaient contre le courant avec indifférence. Des moucherons et des libellules bourdonnaient dans les joncs, les uns en grands nuages stationnaires, les autres en vols saccadés. Une barge passa à proximité, transportant des blocs de pierre de la montagne, portée par le mouvement tranquille de la rivière. Son passage dérangea les oiseaux qui l’insultèrent copieusement de leurs cris mécontents. Certains s’envolèrent, quittant les eaux agitées pour gagner la sécurité du ciel. C’est à ce moment-là, en contemplant le ballet de leurs formes élancées sur le gris des nuages, qu’Albérich eut son idée.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  13. #13
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Il quitta la route et la rivière, et s’enfonça dans les terres accidentées qui entouraient Evendum. La ville se trouvait à l’embouchure de la Providence, mais le paysage s’élevait rapidement. On appelait cette région les Falaises du Sud pour une bonne raison : les côtes y étaient inhospitalières, de roches crénelées, de parois abruptes, de récifs mortels. Albérich n’avait pas l’intention de marcher très loin, cependant. Il cherchait juste un endroit tranquille, à l’abri des regards et à l’écart des sentiers. Il s’engagea sur un chemin qui grimpait dans la rocaille, croisa des chèvres en liberté, curieuses de cet étrange promeneur, dérangea des cailles et quelques lapins, puis escalada des pierres, traversa un petit vallon encaissé. Des fleurs roses et blanches, en étoiles ou en grappes, parsemaient le sol d’herbe rase et de mousse, le sol était humide, la bruyère explosait de couleur. II se retourna pour regarder Evendum en contrebas, puis persévéra. Une odeur de crottin flottait dans l’air et loin, sur sa gauche, il aperçut un troupeau de chevaux bigarrés, allant en liberté, peut-être sauvages. Il grimpa encore, vit un faucon s’envoler, sentit la terre caillouteuse s’effriter sous ses bottes, le vent agiter son manteau, et les nuages galopaient dans le ciel, à une vitesse qui promettait pluie et soleil en alternance.
    Puis il s’assit sur un rocher, face à la vallée, prit une profonde inspiration, et incanta. C’était un sort complexe et long, qui nécessitait de rester concentré, de chasser toute inquiétude, mais Albérich avait la conviction d’avoir trouvé la voie, le sens de ce oui et non divin, et il s’y plongea tout entier. Il ne mémorisait cette incantation que rarement et pourtant, ce matin-là, il l’avait retenue parmi tous les possibles. C’était un signe, il voulait le croire.
    Minute après minute, il déroula la litanie spirituelle qui le liait à Lathandre et lui transmettait son appel. Les gestes lui venaient sans effort alors même qu’il pensait n’avoir jamais usé de cette magie. Pourquoi l’aurait-il fait, et quand ?
    Il y eut un vent plus fort lorsqu’il prononça les derniers mots, courba l’échine en signe de respect et ouvrit les yeux.
    Un éclair de lumière le força à détourner le regard un instant.

    « Où est ton ennemi ? » tonna une voix puissante.
    Le Luménien releva les yeux.
    Devant lui se tenait une créature d’apparence humaine, mais plus grande, à la peau d’un vert tirant sur le bleu, sans le moindre cheveu mais pourvue d’une paire d’ailes gigantesques. Vêtue d’un semblant de toge, elle s’était fendue dans une pose guerrière, épée brandie.

    « Il n’y a pas d’ennemis.
    — Pas d’ennemi ?
    — Pas d’ennemi, non. »
    La créature baissa sa lame. Albérich se redressa. Ils se dévisagèrent un instant.
    « Tu as fait appel à moi, humain. De quoi as-tu besoin ?
    — D’aide. C’est une longue histoire. »
    Le céleste s’avança de quelques pas, Albérich ne broncha pas mais évita de le regarder dans les yeux. L’énorme main de la créature — c’était un planétar, la couleur le trahissait, mais il était difficile de déterminer son sexe, si seulement il en avait un — se posa sur son crâne.
    « Fais-moi voir. »
    Le Luménien ferma les yeux et invoqua les images qui lui semblèrent utiles. Hubert, les Enfers, l’ultimatum des Ilmates.
    « Il n’est pas humain.
    — Demi-céleste.
    — Et tu penses que parce que je suis céleste, je vais l’aider ?
    — Oui. Et aussi parce que la lutte contre les démons et les diables, c’est votre spécialité. »
    Le Planétar jeta un regard circulaire sur les lieux, jaugeant chaque chose avec la même intensité : les rochers, la bruyère, le lichen, une fleur violette, des crottes de lapin, puis s’assit en tailleur, au milieu de tout ça.
    « Un fiélon tente de pervertir son essence. Vous avez commis une grave erreur en vous rendant dans un endroit où vous n’étiez pas les bienvenus.
    — Cela nous a semblé… nécessaire. Et il était le plus puissant d’entre nous.
    — Les justifications sont stériles. Ce qui est fait, est fait. »
    Il parut réfléchir.
    « As-tu déjà allumé une bougie au cœur d’une grotte, humain ? Une grotte sans la moindre lumière ? »
    Ce n’était pas vraiment une question.
    « Dans les ténèbres absolues, la moindre étincelle est comme un flambeau, comme un brasier, un fanal. On la voit à des éons de distance et elle attire tous les regards. C’est ce que vous avez fait en l’emmenant aux Enfers. Vous avez introduit une étincelle de lumière dans les ténèbres. Tous l’ont vu. Et tous ont voulu l’éteindre. Il n’avait aucune chance. Vous, les humains, pouvez vous tourner vers le Bien ou le Mal… En cela, vous n’êtes pas complètement étrangers aux Enfers, vous êtes… potentiellement chez vous. Lui, il n’a pas cette liberté. »
    Il regarda Albérich de ses yeux bleu sombre, sans pupille apparente.
    « Les célestes sont fragiles aux Enfers. Extrêmement fragiles. Même les plus entraînés, les plus anciens. Lui, jeune, demi-sang, il était immensément vulnérable. »
    La créature se leva et regarda vers la ville, les plumes frémissant dans la brise. Pendant un instant, Albérich crut que qu’elle allait s’envoler, le planter là, avec ses paroles de ruine.
    « Et… il y a moyen de le soigner ? » demanda-t-il d’une voix qui peina à sortir.
    Le Planétar se tourna vers lui.

    « C’est un combat qu’il mène seul… mais il n’est pas de taille. S’il avait été préparé, il aurait eu une chance. »
    Ce n’est pas la bonne réponse, songea Albérich.
    « Comment l’aider ? » répéta-t-il.
    Le Planétar l’observa sans rien dire.

    « Il y a fatalement moyen de l’aider. »
    Le céleste ne disait toujours rien.
    « Il n’aurait pas dû descendre aux Enfers.
    — Je sais, mais vous l’avez dit, c’est fait. Et ce n’est pas la première fois que vous êtes face à cette situation… vous devez savoir comment faire !
    — Ce n’est pas si simple. Ce qui l’habite est dangereux pour toute vie, et en particulier pour tout céleste. Je ne peux pas en venir à bout.
    — Alors dites-moi comment faire. Je ne suis pas céleste. »
    Le regard du Planétar se fit plus aigu.
    « Cela aura un coût. Et ce ne sera pas dénué de danger. Le plus prudent, le plus simple, serait de le tuer tant qu'il est encore à moitié... ce qu'il est. »
    Albérich relâcha sa respiration.
    « Dites-moi comment faire pour le sauver.
    — Tu pourrais mourir.
    — Alors là, je m’en fiche complètement.
    — Ha ! Aucun humain ne se fiche de mourir. »
    Et pourtant... mais la créature ne pouvait sans doute pas le comprendre. Le Planétar le jaugeait. Il resta silencieux de longues secondes, et Albérich eut l’impression qu’il sentait l’esprit du céleste s’entremêler au sien, à l’intérieur même de son crâne.
    « Très bien, humain. Je peux te essayer de te guider. Mais si tu échoues, je devrai tuer ton amant avant qu’il ne se métamorphose. Son corps mortel est encore vulnérable. Il le sera beaucoup moins une fois que le démon aura pris entièrement possession de lui.
    — Vous savez ce que c’est, ce qu’il a en lui ?
    — Pas exactement, mais ils sont tous les mêmes. Misérables, malfaisants, cruels, puissants… mais pas infaillibles. »
    Dernière modification par Galathée ; 22/07/2020 à 10h31.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  14. #14
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Albérich redescendit de la montagne, accompagné de son compagnon invisible. Il avait la sensation diffuse de la présence du Planétar, comme une vibration interne, mais aucun de ses sens ordinaires ne le percevait. La créature n’avait pas l’intention d’être vue par les Ilmates ou qui que ce soit d’autre : elle avait une mission à remplir, une seule, et elle comptait s’y tenir. Autant éviter les remous. Le Lathandrite avait le sentiment que le Planétar aurait sans doute préféré pourfendre des ennemis plutôt que de superviser un exorcisme, mais il avait accepté et il ne reviendrait pas sur son engagement. Il y aurait un prix à payer, plus tard, si Albérich survivait à la procédure, mais cela semblait trivial au regard de ce qu’il avait à y gagner.
    Quand ils arrivèrent dans le jardin des Ilmates, il se mit à pleuvoir et la pluie devint aussitôt grêle, chassant tout le monde, patients, prêtres et visiteurs vers l’intérieur des bâtiments. Sous l’averse, Albérich avança vers l'aile des aliénés, d’un pas tranquille, puis se sentit soudain attrapé sous les aisselles et, une seconde plus tard, s’éleva dans les airs.
    Il avait proposé de parlementer avec les Ilmates pour avoir accès à Hubert mais le Planétar avait refusé : il fallait profiter de la matinée, du soleil, car c’était le moment où le démon serait le plus fragile. Attendre la nuit, comme Albérich l’avait proposé au départ, l’avait fait rire, une sorte d’écho caverneux plus effrayant que son silence ou ses sourcils froncés. Non, Lathandre était le dieu de l’aube, et même si l’aube était déjà lointaine, la lumière resterait souveraine encore un bon moment, ce qu’il fallait exploiter. La nuit appartenait à ce qu’ils voulaient justement repousser.
    Le vol fut de courte durée : le Planétar les déposa sur le toit du bâtiment. Ils s’introduisirent à l’intérieur via une fenêtre mansardée que le céleste réduisit en miettes d’un coup de botte ou du pommeau de son épée : difficile à dire, Albérich ne le voyait toujours pas.

    « J’aurais vraiment pu les convaincre de nous laisser entrer, remarqua-t-il, en atterrissant lourdement dans une chambre déserte, au milieu des bris de verre et de bois.
    — Perte de temps. » rétorqua son compagnon, quelque part derrière lui.
    Mais à présent, ils étaient clandestins à l’intérieur de l’hospice, dans l’aile la plus surveillée de tout le complexe et le Planétar, contrairement à ses cousins devas, ne pouvait pas changer d’apparence. Mais il pouvait rester invisible. Albérich ouvrit la porte et jeta un coup d’œil dans le couloir. La voie était libre, l’étage — juste au-dessus de celui d’Hubert — paraissait inutilisé.
    La situation était cocasse, Albérich n’était pas un spécialiste de ce genre d’infiltrations discrètes : il n’en avait ni la carrure, ni l’adresse. Mais il chemina, pas à pas, accompagné de son ange gardien, jusqu’à l’escalier. En contrebas, deux jeunes prêtres discutaient du temps capricieux, de ces giboulées violentes et subites, en regardant par la fenêtre. Aucun des deux ne pouvait savoir que c’était là une manipulation céleste. Le Luménien ne voyait pas bien comment il allait pouvoir passer sans se faire repérer mais il sentit une poigne chaude sur son bras, qui le tirait en avant, et il s’ébranla. Au dehors, quelques éclairs zébrèrent le ciel, qui s’était fait encore plus sombre, et la fascination des Ilmates pour ce moment de tempête permit au Lathandrite de s’engager dans le couloir. Il gagna la porte dite, l’ouvrit, et réalisa immédiatement que la cellule qui avait abrité Hubert était toujours béante. Il y entra, le cœur au bord des lèvres, mais le paladin avait disparu.

    « Ils l’ont déplacé, murmura-t-il, en espérant que ce fut vrai, que les Ilmates n'aient pas été poussés à agir prématurément.
    — Trouve-le. » rétorqua le Planétar, insensible à son trouble
    Albérich incanta à mi-voix jusqu’à trouver l’empreinte d’Hubert. Il était plus bas, peut-être même sous la terre, mais il était toujours détectable et donc toujours vivant. Le Luménien s’en sentit immensément soulagé. Cela signifiait néanmoins qu’ils devaient reprendre leur périple à travers les couloirs, courant toujours le risque d’être découverts. Albérich n’avait absolument pas anticipé ce type d’escapade en préparant ses sortilèges sous la bruine matinale.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  15. #15
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Cheminer jusqu’à l’endroit où Hubert était désormais détenu — soigné, auraient dit les Ilmates, mais les lieux prouvaient bien qu’ils n’en avaient plus réellement l’espoir — leur prit un temps qui parut interminable au prêtre. Mais petit à petit, à pas prudents, ils parvinrent à éviter les Ilmates, lesquels ne se doutaient absolument pas qu’ils avaient été infiltrés. Les sous-sols de l’hospice étaient sombres et sinistres, un peu comme les prisons du fort. Il y régnait un étrange silence, presque tangible, et Albérich se demanda si ce n’était pas le cas, s’il n’y avait pas un sortilège permanent pour étouffer les cris. Il ne s’infligea cependant le spectacle d’aucun patient : il savait où était Hubert et marcha droit sur sa cellule, en dépit de la tension qui l'envahissait peu à peu. Jusque là, il avait su ce qu'il aurait à faire, très précisément, à présent, il n'était plus certain qu'il en serait capable. Plus du tout.
    Il était impossible de reculer, cependant.
    Cette fois, le paladin avait été entravé, de chaînes lourdes, qui lui enserraient les jambes, le torse, les bras, le retenant fermement contre le mur de pierre. En face de lui, deux petites lampes à huile diffusaient leur lumière mais aussi un parfum étrange, qu’Albérich supposa soporifique. Le Planétar, toujours invisible, les souffla tandis que le Luménien créait une lueur divine. Albérich scella ensuite les lieux d’un mur de pierre : son compagnon avait à nouveau défoncé la serrure et ils ne voulaient pas être dérangés.
    Le prêtre reprit ensuite son souffle, tenta de faire le vide et dévisagea la créature enchaînée. Hubert l’avait observé pendant qu'il préparait les lieux, de ses yeux désormais tout à fait rouges. Il semblait incapable de percevoir la présence du céleste.
    Rappelle-toi ce que je t’ai dit, résonna la voix du Planétar dans sa tête. Ne te laisse pas impressionner.
    Facile à dire.
    Mais Albérich acquiesça et alla se planter devant Hubert. Ce dernier s’arc-bouta un instant contre ses liens, sans succès.

    « Albérich, libère-moi. Ces Ilmates vont me tuer.
    — Non. »
    Le paladin se contorsionna en gémissant, Albérich ferma les yeux, incapable de s'infliger cette vision, ce corps aimé soumis à pareil traitement, en ces lieux sinistres. Il entendait le sang siffler dans ses oreilles, reflet d'une angoisse qu'il ne pouvait pas laisser exploser.
    « Pourquoi est-ce que tu ne me regardes pas ? Je te fais horreur ? C’est eux… Regarde ce qu’ils m’ont fait. Attaché comme un monstre… »
    Le Luménien ne répondit rien, modérant sa respiration.
    « Albérich, je ne comprends pas… Qu’est-ce qui se passe ?
    — Ça ne va pas prendre. Je sais que tu n’es pas Hubert. Je ne suis pas exactement un novice en ces matières. »
    Une voix changée surgit alors, plus rauque, plus sèche, débordant de malveillance.
    « Mais je vais le tuer, ton amant. Je vais user de son corps pour semer la destruction et de lui, il ne restera rien. »
    Albérich secoua la tête, se força à rouvrir les yeux.
    « Non.
    — Non ? Ha ! Je suis en lui, entremêlé à son essence, et j’y puise pour me renforcer. Bientôt ces chaînes ne pourront plus me retenir, bientôt je serai libre.
    — Mais tu seras mort avant ça.
    — Mort ?
    — Pourquoi crois-tu que je sois là ? Je ne vais pas te laisser profaner sa mémoire en usant de sa forme. Puisqu’il est perdu, je dois t’empêcher de nuire. Il comprendrait. C’est un paladin. »
    La créature rit.
    « Tu n’en feras rien. »
    Albérich sortit un couteau de sa ceinture, un simple couteau de chasse, qu'il utilisait d'ordinaire pour couper la nourriture au coin du feu.
    « Tu ne me laisses pas le choix. »
    Sa voix était sortie avec l'émotion nécessaire, sans besoin de prétendre : il ne voulait pas le faire, il avait peur de le faire, et sans la présence bienveillante mais autoritaire du céleste derrière lui, il ne l'aurait certainement pas fait, quels que soient les enjeux.
    « Tu le tuerais, lui, avec tout ce qu’il a fait pour toi ? Tout ce qu’il est pour toi ?
    — Il est de toute façon déjà mort. »
    Il chercha un espace entre les chaînes, à hauteur du ventre, serra la mâchoire dans un soupir.
    « Attends. »
    Albérich leva les yeux sur le regard rougeoyant, se forçant à l'affronter malgré ce qu'il provoquait en lui.
    « S’il meurt, je ne mourrai pas, moi. Je prendrai possession de toi.
    — Ha. Tu n’en seras pas capable. Je suis bien trop puissant pour toi. C’est une chose de pervertir le corps d’un guerrier, une autre de soumettre l’esprit d’un prêtre. »
    La créature qui avait pris possession d’Hubert ne répondit pas. A nouveau, elle lutta contre les chaînes. Albérich vit les traits du paladin se modifier en une grimace de fureur. Son visage était désormais entièrement pourpre, comme s’il avait été tuméfié par mille coups. Ses bras veinés de noir gonflaient sous les maillons de métal, sans parvenir à s’en libérer.
    Maintenant.
    Albérich poussa un profond soupir puis, sans plus attendre, porta un coup de couteau au ventre du paladin. Ce dernier poussa un cri inhumain, furieux, de douleur, et Albérich trembla tout en maintenant sa lame en place, dans ces chairs tendres et fragiles, conscient de ce qu’il lui infligeait. Il sentait le sang chaud lui jaillir sur les doigts et ses oreilles sifflaient du hurlement de la créature entremêlé à celui, beaucoup plus familier — plus atroce, d’Hubert.
    Il posa le front contre celui du paladin blessé à mort.

    « Je suis désolé. » souffla-t-il.
    Il sentit alors quelque chose lui transpercer le crâne dans une douleur vive, et il tituba en arrière, avant de tomber à la renverse. Il ne toucha jamais le sol. En un instant, il fut ailleurs, la souffrance explosa en lui, partout, il perdit son corps et son âme, il fit nuit et froid et incroyablement mal. Il avait conscience d’être encore, mais sans attaches, comme prisonnier d’un néant qui n’était que torture et tourment.
    Qu’est-ce que tu croyais, humain minable ? ragea la voix, partout.
    Maintenant.
    Qu’est-ce que c’est ?
    Rappelle-toi. Il est seulement à la marge. C’est maintenant ou jamais.
    Albérich rassembla ce qu’il pensait être son esprit, retrouva les mots, un fil de lumière dans le rouge sang de ce qui le pulvérisait, mille aiguilles plantées dans son âme, mille fers chauffés à blanc, mille lacérations, puis libéra sa Parole Divine, sans réellement la prononcer mais en la projetant dans ce vide destructeur. Il y eut un grand blanc dans le grand noir et il reprit son souffle.
    Tout est bien.
    Puis il n’y eut plus rien du tout.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  16. #16
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Il se réveilla dans le froid, les yeux sur le plafond. C’était l’aube et il était seul. Absolument seul. Un rayon de soleil traçait une ligne unique dans son champ de vision, sur la pierre du mur voisin. La fenêtre était ouverte. Les oiseaux chantaient, guillerets, aveugles à la glace qui enserrait tout.
    C’était le printemps.
    Lathandre.
    Il ferma les yeux, chercha l’énergie de son dieu, éperdument, pour s’y plonger, s’y noyer, trouver la force de se lever, de continuer, d’exister au-delà de ce vide immense.
    Et Lathandre était là, rose et jaune, doux comme le soleil naissant, une bouffée d’espoir à vous couper le souffle, et Albérich se laissa pleurer d’extase et de désarroi. Il allait se lever, bien sûr. Il allait persévérer. Mais cela semblait si dur, à l’instant présent.

    « Il y a une raison particulière pour laquelle tu es couché sur ce vieux matelas ? » demanda Hubert.
    Il rouvrit les yeux. Le paladin était accroupi près de lui, pâle comme la lune, la mine interrogative.

    « Je rêve.
    — Il y a mieux comme rêve. Tu peux me dire où on est ?
    — Evendum.
    — Ah. Tu as choisi une auberge très… austère. On dirait presque une cellule ilmate, en fait.
    — C’est une cellule ilmate.
    — Non, manifestement pas : j’ai eu droit à un vrai lit, moi. Oh. Je t’ai poussé, c’est ça ? »
    Albérich rit.
    « On peut dire ça. Tu m’as poussé. Bien poussé. »
    Le paladin lui tendit la main pour l’aider à se relever mais Albérich en profita pour l’attraper et l’étreindre, l’embrassant à pleine bouche. Hubert lui rendit son étreinte et son baiser, puis le repoussa doucement.
    « Que me vaut… Albérich, est-ce que ça va ?
    — Beaucoup mieux. »
    Du bout des doigts, il toucha l’épaule nue du paladin. Celui-ci eut un mouvement de recul, mais Albérich avait attrapé quelque chose de doux et dur à la fois, à pleine main.
    « Sans commentaires, dit Hubert, acide.
    — Elles ont émergé.
    — Formidable. »
    Mais il n’y avait pas de réelle révolte dans ces paroles, juste une légère lassitude.
    « Tu seras magnifique.
    — Je pensais que j’étais déjà magnifique.
    — Encore plus magnifique. »
    Ils se relevèrent et s’étreignirent à nouveau, Albérich noyant son visage contre la poitrine du paladin, s’imprégnant de sa vie, de son aura formidable qui lui avait tant manqué, de son odeur, de son souffle…
    « Rémission totale, je vois. »
    Lydia se tenait dans l’embrasure de la porte, un plateau entre les mains.
    « C’est vraiment une auberge ilmate, alors ? s’étonna Hubert en découvrant la mise de la prêtresse.
    — Lydia, je te présente Hubert. Hubert, Lydia.
    — Dame, je suis honoré de faire votre connaissance…
    — Un vrai paladin, railla la jeune femme, avant de tourner son regard d’aigle vers son compagnon. Albérich, tu me dois des explications. Tu ne vas pas t’en sortir comme ça.
    — Bientôt. »
    Il se tourna vers Hubert.
    « Ce n’est pas une auberge. C’est l’Hospice des Saints Serments, le grand temple et hôpital des Ilmates d’Evendum.
    — Quelqu’un est malade ? »
    Albérich pinça les lèvres.
    « Oh…
    — Quels sont tes souvenirs des derniers jours ?
    — Heu… Maintenant que tu le dis… Ils sont un peu flous. Mais j’ai fait beaucoup de rêves. Epiques. Très épiques.
    — C’est de bonne guerre, je suppose. »
    Lydia avait déposé le plateau sur une table et s’approcha d’Hubert.
    « Asseyez-vous sur le lit.
    — Qui est-ce ?
    — Lydia. Ton médecin.
    — C’est toi, mon médecin.
    — Pas cette fois-ci.
    — Et pourtant… » dit la prêtresse.
    Elle examina Hubert rapidement, les yeux, la langue, la gorge, le cœur, le ventre, puis le dos. Les marbrures violacées avaient disparu. Par contre, deux courtes ailes, déjà articulées, couvertes d’un duvet blanc, sans réelles plumes, émergeaient désormais de ses omoplates.

    « Elles sont sorties. C’était juste ça ? demanda Lydia.
    — Non.
    — Elle est au courant ? s’insurgea Hubert.
    — Je n’ai pas eu le choix. Tu es resté inconscient plusieurs jours. J’avais besoin de conseils.
    — Qu’est-ce que j’ai eu, alors ?
    — Une sorte d’infection démoniaque. Contractée aux Enfers. Ton corps a lutté contre elle et quand le démon s’est retiré, tout ce surplus d’énergie a accéléré la métamorphose.
    — Comment sais-tu ça ? » demanda Lydia.
    Albérich eut un sourire embarrassé.

    « On me l’a expliqué. »
    Elle croisa les bras.
    « Tu as invoqué un planaire.
    — Un céleste, oui. C’était la seule solution.
    — Que demande-t-il en échange ?
    — Il ne me l’a pas encore dit. »
    Lydia secoua la tête.
    « C’était risqué.
    — Mais c’était nécessaire. A présent, Hubert est tiré d’affaire. Et quoi que le céleste exige, je le lui donnerai.
    — Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer ce qui se passe ?
    — Je viens de le raconter. Ta nature a attiré une sorte d’entité maléfique puissante qui s’est infiltré en toi pendant notre voyage aux Enfers… Comme un parasite. Plus tu employais tes pouvoirs et plus cette chose se renforçait… Elle avait… détourné ta source d’énergie à son avantage. Mais ton essence céleste s’est révoltée, sans parvenir pour autant à s’en débarrasser, et tu es tombé dans une sorte de coma. C’est compliqué à expliquer. Je ne suis pas certain d’en comprendre le mécanisme moi-même. Le Planétar m’a aidé à renvoyer… ou détruire, je ne suis pas sûr… ce qui était en toi. Mais ton essence a tellement lutté contre la souillure qu’elle est… surexcitée, en quelque sorte. C’est.. comme une rivière qui était bloquée par un barrage, et celui-ci a cédé brusquement. C’est ce qui fait que tu es en train de te métamorphoser plus rapidement que prévu.
    — Vous allez être assez impressionnant…
    — Je ne suis pas pressé, grommela le paladin. Plus de tumulus !
    — C'est trop tard. Elles seront fonctionnelles dans moins d’un an. Pour l’hiver, a dit le Planétar.
    — Mais merci pour la bonne nouvelle !
    — Il faut que tu t’y fasses, Hubert. C’est ce que tu es. »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  17. #17
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Albérich et Lydia descendirent marcher sous les arbres en fleurs. Le ciel était dégagé. Hubert était resté se reposer : son aura était pure mais son organisme avait souffert, notamment d’une sévère dénutrition.
    « Nous avons été alertés par les cris, expliqua la prêtresse. Ton ami était le seul patient du sous-sol et… Galien avait à cœur de respecter ses engagements mais dans le même temps… Son état empirait à vue d’œil.
    — Je suis désolé de vous avoir mis dans une situation pareille, Lydia, d’avoir amené un tel danger entre vos murs.
    — Tu ne dois pas t’excuser. Tu ne savais pas et c’est notre travail. C’est moi qui suis désolée que nous n’ayons pas pu t’aider.
    — Vous m’avez aidé, d’une certaine manière. Vous m’avez poussé dans mes derniers retranchements. Nous étions face à une situation inédite, et l’aide était disponible. Il fallait simplement que je la cherche au bon endroit. Et puis vous avez contenu Hubert le temps nécessaire… Sans vous, il m’aurait sans doute tué. »
    La prêtresse acquiesça.
    « Tu n’as pas peur, de ce que le céleste va te demander ?
    — Non. C’est un Planétar. Quoi qu’il me demande, ce ne sera pas contraire à mes vœux. Mon rôle est de servir. Je peux le servir lui, un temps. Il m’est venu par Lathandre, après tout. »
    Elle hocha la tête et se tourna vers le bâtiment principal.
    « Ton ami a encore besoin de repos. Et de manger, surtout. Et aussi d’une garde-robe adaptée à la situation.
    — Combien de personnes sont au courant ?
    — Six ou sept. Secret médical, souviens-toi. Mais il devrait adopter une cape. Cela dissimulera les choses un temps.
    — Un temps, oui. Diable. Je ne réalise pas ce que ça va donner. Il va devoir changer d’armure, aussi. Il va être ravi. »
    Albérich s’immobilisa brusquement. Il venait de percevoir une légère pression sur son épaule.
    Je dois te parler.
    Lydia lui serra la main, conscient qu’il se passait quelque chose. Elle scruta l’espace autour d’eux, sans rien voir, puis haussa les épaules.

    « Je te laisse.
    — Merci. »
    Elle s’éloigna à petits pas, lui jetant un dernier coup d’œil, toujours curieuse d’apercevoir l’entité qui était intervenue. Mais le Planétar demeura invisible.
    Tu as réussi.

    « Je ne sais pas exactement ce qui s’est passé… »
    J’ai soigné ton ami dès que la créature l’a abandonné pour te prendre, comme nous l’avions projeté. Tu as lancé ta Parole Divine et j’ai dissipé le Mal. La conjonction des deux sortilèges, alors qu’il n’était plus renforcé par l’essence pervertie de ton ami, a suffi. Il est parti.
    « Il va revenir ? »
    Il ne le peut pas.
    « Tant mieux. »
    Les ailes sont sorties ?
    « Oui, comme vous l’aviez prévu. »
    Le Planétar resta silencieux mais Albérich sentit une main se poser sur sa nuque, ferme et chaude.
    Nous devons parler du paiement.

    « Je sais. Je suis prêt. »
    Ecoute bien, Albérich. Ton ami est sauf, vous allez reprendre votre périple, à la source de ce que vous êtes et c’est nécessaire. Mais, et c’est une certitude, vos routes vont diverger tôt ou tard. C’est un guerrier, tu es un esprit. Vous devez apporter la lumière dans le monde, mais vous ne le ferez pas sur la même voie ni dans le même contexte.
    La main tiède du Planétar se resserra sur sa nuque.
    Cela ne signifie pas que je te demande de t’en écarter. Au contraire. Je suis conscient que vous magnifiez la lumière l’un de l’autre et qu’une déchirure arbitraire vous mettrait en danger, comme elle menacerait le Bien que vous pouvez faire. Mais quand les pistes divergeront, et elles le feront, immanquablement, aujourd’hui ou demain, pour un temps incertain, je te demande de l’accepter et de le soutenir. Tu m’as dit que je devais le sauver car il était demi-céleste, qu’il avait un rôle à jouer dans ce monde, et c’est la vérité. Mais ce n’est pas la raison pour laquelle tu voulais que je le sauve, pas la première en tout cas, nous le savons tous les deux. A présent, je dois te demander pourtant de te plier à cette vérité. Aide-le à jouer ce rôle primordial, le jour venu. Il aura besoin de ta confiance, de ton soutien, de ton amour, pour se réaliser pleinement. Et tu auras toi aussi ta voie à suivre et tu ne pourras pas t’en détourner pour te réfugier sous son aile. Tu devras faire ce qui est bon et juste, même si c’est difficile. C’est le prix de mon aide.
    Albérich acquiesça sans répondre, à la fois bouleversé et conscient qu’il ne pouvait qu’accepter. Il avait la sensation de tout perdre, cependant, et musela son émotion à grand peine.
    N’aie pas peur. Je ne parle pas de solitude, de froid et de silence. Je parle de lumière. Il y en aura pour vous aussi.

    « Oui. »
    Aie foi.
    Et la chaleur invisible se dissipa dans l’air froid, abandonnant le Lathandrite à la réalité. Il y avait du soleil, un soleil timide mais chaleureux aux endroits qu’il frôlait, en taches claires sur l’herbe détrempée. Albérich décida d’avoir foi, comme on venait de le lui suggérer. De le lui ordonner, en fait. Il ferait face le moment venu, il le savait, mais aujourd’hui, c’était le printemps, et il était temps d’en profiter, enfin.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  18. #18
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Localisation
    Hélonna
    Messages 
    3 301
    Vint l’heure de quitter Evendum.
    Hubert avait à peine vu la petite cité : il était resté quatre jours aux bons soins des Ilmates, avait reçu des visites de Lydia, d’un certain Galien, d’Albérich, bien sûr, qui avait pu loger avec lui, dans sa cellule, dérogation apparemment exceptionnelle. Il se sentait immensément las, comme ces lendemains de bataille, dans le fort des Landes, ou au retour des Enfers, et il avait perdu du poids et du muscle. Il avait l’impression d’être essoufflé juste en montant une volée d’escaliers. Albérich lui avait raconté, par bribes, les événements des derniers jours : son inconscience subite à bord de leur navire, les jours d’angoisse et puis la révélation douloureuse de ce qui était en train de se produire, une métamorphose immonde et implacable de son essence, à laquelle il avait failli succomber. Le paladin était à la fois soulagé que les choses se soient bien terminées et en rage de s’être retrouvé à nouveau à deux doigts du néant. Sa qualité de demi-céleste leur avait été utile, et même critique, lorsqu’ils étaient aux prises avec la souillure de Clairétoile, mais à présent, il n’était plus certain d’en voir l’intérêt. En fait, il n’en voyait que les désavantages : un fanal pour attirer le Mal, et ces fichues ailes. Pour l’heure, elles étaient laides et ridicules, longues environ d’un pied chacune, duveteuses comme des poussins immaculés. Elles formaient des bosses dans ses chemises et ses tuniques et Albérich avait proposé d’en fendre la toile pour les laisser sortir. Il avait refusé les deux premiers jours, obtempéré le troisième, résigné. Et puis il y avait la cape. C’était un beau vêtement, de laine bleu gris, fermée par un double lien de cuir à l’avant. Mais qui portait une cape ? Les jouvenceaux pour se la jouer chevalier d’opérette, voilà qui. Evidemment, elle dissimulait efficacement ces petits moignons velus mais au final, quand il se promenait dans les couloirs de l’hospice dans cette tenue, il avait l’impression d’attirer les regards, encore plus qu’avant.

    Albérich vint le chercher la veille de leur départ, pour une ultime nuit à l’auberge. Hubert remercia chaleureusement ses hôtes — même s’ils avaient voulu le tuer, ils avaient des circonstances atténuantes et ils s’étaient rattrapés en lui fournissant des repas roboratifs, puis attendit un moment que son compagnon salue Lydia, l’Ilmate qui — Albérich ne savait rien lui cacher — avait été son intime dans sa lointaine jeunesse. Il n’en ressentait aucune menace : le ciel était clair.
    Puis, l’un dans son pourpoint gris, l’autre sous sa volumineuse cape orage, ils partirent vers la ville.

    « On doit toujours te trouver un cheval. Tu n’as pas fait ça sans moi, j’espère.
    — Je n’aurais jamais osé te priver d’un tel plaisir. »
    Le paladin sourit mais ne dit rien, juste heureux d’être là, sur le chemin, à profiter de la présence tranquille du prêtre. Il n’avait aucun souvenir de ces jours d’absence, juste des bribes de rêves agités, grands combats épiques, qu’il liait aux guerres de l’hiver, contre les Ecorcheurs, les Ithiliens, les morts-vivants et les Créatures Infernales. Mais il était conscient d’être passé très près de quelque chose et d’avoir survécu grâce au Luménien. Une fois de plus. Il devait accepter que les choses tourneraient sans doute toujours de cette manière, à se sauver l’un l’autre suivant les événements : il ne servait à rien de tenir des comptes entre eux.
    « Les nomades du coin tiennent une sorte de foire permanente au nord de la ville. Il paraît qu’on y trouve tous les chevaux qu’on veut.
    — Les chevaux evendins font d’excellents destriers, dit Hubert. Ils sont moins rapides que les bêtes de la Trouée, un peu moins élégants, mais ils ont un excellent pied en montagne et ils résistent aux hivers les plus rudes.
    — Tu sais tout.
    — J’ai un peu plus d’expertise sur la question équine que toi, mon cher. Et tu oublies que nous sommes aux portes de chez moi.
    — Tu étais déjà venu à Evendum, alors ?
    — Quand j’étais très jeune. Je dois dire que je ne me souviens de rien. »
    Il sourit, le vent était doux, portant des odeurs de fleurs agréables.
    « Mais je te laisserai choisir ton cheval. Si nos finances le permettent. J’imagine que… ces derniers jours nous auront coûté quelque chose.
    — J’ai travaillé avec eux pour absorber une partie de nos frais. Ils ont été très généreux, au final. Je pense qu’ils étaient gênés de leur… absence de résultats. »
    Hubert haussa un sourcil mais ne dit rien. Il n’en voulait pas aux Ilmates, mais il était heureux — immensément heureux — d’être en vie.
    Albérich les avait installés dans une petite hostellerie sans prétention qui s’appelait « Les Falaises du Sud », à l’image de la région. Ils avaient prévu de s’y poser un instant avant d’aller chercher ce fameux cheval mais ils finirent par s’y attarder plus longtemps, testant notamment l’un des lits d’une manière probablement prévisible après toutes ces nuits d’abstinence. En quittant les lieux, à la mi-journée, Hubert se gaussa de la gêne d’Albérich, qui semblait persuadé que tout le monde avait tout entendu, tout deviné et ne parlait plus que de ça. Lui-même était dans un état un peu euphorique, se fichant bien, pour une fois, de l’opinion de Toril tout entier.

  19. #19
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 239
    Albérich se choisit un cheval robuste, d’un gris presque argenté, à la tête, aux jambes et aux crins noirs, qu’il décida de nommer Printemps, en l’honneur de Lathandre (et de la saison, accessoirement). Hubert entérina le choix de l’animal, un jeune étalon en bonne santé, au tempérament calme et à la stature parfaite pour un homme de la carrure d’Albérich, qu’ils obtinrent de surcroît pour un excellent prix. Par contre, il critiqua vertement son nom qui, selon lui, ne lui allait pas du tout. Il était pour quelque chose de plus marquant, comme Petit Nuage (surtout parce que ça allait bien avec Grand Vent) ou Espoir ou Faucon. Le Luménien le laissa parler sans l’écouter, parfaitement satisfait du patronyme qu’il avait trouvé à son animal et Hubert gaspilla sa salive en vain, tandis qu’ils procédaient à un ultime ravitaillement avant le départ.
    Le soir, ils mangèrent des fruits de mer, sans doute pour la dernière fois avant l’été, puis montèrent se coucher tôt, pleins de bonnes résolutions. Ils ne s’y tinrent absolument pas et lorsque le soleil se leva, Albérich gémit sous sa couverture, bien plus fatigué que la veille. Hubert, de son côté, paraissait récupérer d’heure en heure. Ils prièrent dans l’aube naissante et un peu plus tard, Grand Vent et Printemps s’élancèrent sur la route qui cheminait dans les montagnes, vers le sud-ouest.
    Dernière modification par Galathée ; 19/04/2018 à 21h18.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  20. #20
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    février 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    18 077
    Rufie et Pabon se mêlèrent à un groupe de marchands occupés à passer les contrôles plus ou moins laxistes des gardes en poste aux portes de la ville. une fois encore, personne ne sembla s'étonner de leur présence, ni les voyageurs, ni les factionnaires. Avec de tels talents pour se faire oublier, Pabon aurait depuis longtemps été un halfelin riche et avec bien moins d'ennuis de surcroît.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  21. #21
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Localisation
    Banlieue parisienne
    Messages 
    1 200
    Pabon était conquis par ce qu'il voyait de la ville.
    C'était la première fois qu'il pouvait entrer ou sortir d'une ville ou d'un village sans ennuis ou de contrôles inopinés, rien que ça, faisait de ce lieu un endroit absolument formidable.
    Il se retint de prendre les fruits magnifiques aux étals des marchands ou d'adresser la parole aux habitants pour leur montrer son enthousiasme.

    Il avait promis à Rufie de se tenir tranquille.
    L'homme est un loup pour l'homme et un caniche nain pour sa femme

  22. #22
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    février 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    18 077
    Rufie n'était absolument pas dupe : les promesses des halfelins - en particulier ceux avec les aspirations de Pabon et son caractère de nature... évasive - ne tenaient pas plus loin que la prochaine distraction. Le dieu semblait toutefois détendu et apprécier leur promenade dans la ville : c'était là son élément, bien plus que les cavernes, les routes ou les bibliothèques. Ici, le monde offrait de multiples opportunités pour les âmes entreprenantes. C'est d'ailleurs en direction du port, le lieu de tous les commerces par excellence que le duo dirigeait nonchalamment ses pas.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  23. #23
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Localisation
    Banlieue parisienne
    Messages 
    1 200
    L'odeur peu agréable du port rappela à Pabon celui de Lumenis, tous les ports avaient cette odeur. Il y avait laissé Grunt son ami 1/2 orque, il pouffa intérieurement en y repensant, Grunt avait surement modifié la physionomie de plusieurs personnes depuis.
    Sa patience était presque à bout quand Rufie posa sa main sur l'avant bras, un petit sourire au lèvres. Pabon sur les talons, Rufie se dirigea résolument vers l'endroit qu'il cherchait.

    ...

    Torshar Boisvert pris un navire pour suivre le mercenaire justicier Frago à Evendum, avec un peu de chance ce dernier trouvera le moyen de découvrir ce médaillon. Torshar était le second du chef des mains rouges qui était resté caché à Melandis, il évoluait à visage découvert comme la vitrine respectable de la secte. La recherche de la discrétion à tout prix de son supérieur était bien pratique, il restait pour tous les membres le relayeur servile des ordres, sans que l'on puisse penser qu'une partie de ces derniers soient en fait les siens. La couverture parfaite pour sa mission.
    Même ses allées et venues aux temples de sa maîtresse passait pour un moyen de garder à l’œil les disciples de celle-ci sous couvert de visites protocolaires. Sa venue à Helonna restait sa seule chance d'accélérer les événements.
    Il se drapa dans sa cape verte et retourna dans sa cabine. Shar sera contente de lui, enfin il l'espérait.
    L'homme est un loup pour l'homme et un caniche nain pour sa femme

  24. #24
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    février 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    18 077
    Mais cet endroit n'était certainement pas celui que Pabon se serait attendu à chercher lui-même : le bâtiment dans lequel Rufie finit par entrer était en effet une boutique assez miteuse et sans devanture ni enseigne qui sentait fort les herbes et les parfums capiteux de certains champignons en tous genres. Dès qu'ils eurent franchi la porte, un vieil halfelin voûté se mit à clopiner dans leur direction et les admonesta d'un ton peu commerçant :

    - On ne touche à rien et on garde ses mains dans ses poches : mes marchandises ne sont pas en libre service. Alors, vous voulez quoi ?
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  25. #25
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Localisation
    Banlieue parisienne
    Messages 
    1 200
    - Vous connaissez l'endroit où je peux trouver une bonne lavandière ? J'ai plein de linge sale et pas le temps pour les laver.

    Pabon avait l'air très sérieux et Rufie leva les yeux au ciel, ce que fit immédiatement aussi Pabon pour voir ce qu'il y avait de particulièrement remarquable au plafond. Le vieil halfelin fit de même, suivant le mouvement, puis réagit avec colère :

    - Vous vous foutez de ma fiole ? Il tendit une doigts tordu vers la porte Allez hop dehors !
    L'homme est un loup pour l'homme et un caniche nain pour sa femme

  26. #26
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    février 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    18 077
    Mais Rufie reprit plus ou moins le contrôle de la situation avant que Pabon n'obtempère à l'injonction ou - pire - ne le fasse pas.

    - Allons, Oncle Scrat, ce n'est pas une façon d'accueillir la famille, si ?

    Le marchand interrompit son inspection du plafond pour jeter un regard furibard dans la direction de l'importun Rufie :

    - Ah, c'est ce sale voleur de Rufie ! Tu veux quoi ? Me dévaliser !?

    Le ton était monté mais le visage du vieux s'éclaira d'un sourire et il donna une accolade bourrue mais franche au compagnon de Pabon.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  27. #27
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Localisation
    Banlieue parisienne
    Messages 
    1 200
    Pabon avait réagit un peu trop rapidement à la question du vieux halfelin, et comme le matin il avait constater qu'un lavage de linge devenait urgent, il avait dit ce qui lui passait par la tête. Mamou insistait beaucoup sur la propreté de Pabon et de ses vêtements. Pabon avait compris qu'il avait fait une bêtise en répondant trop vite, Papou lui avait pourtant dit réfléchir avant de parler, mais l’impulsivité de l'halfelin lui avait encore joué un tour.
    Ses parents humains avaient été très impliqués dans son éducation. Avec plus ou moins de réussite il faut bien le dire.

    Il fut content que Rufie connaisse bien le vieux grincheux, bien qu'il sente aussi fort que les herbes entreposées, ce qui expliquait en partie le réflexe de propreté de Pabon. Il avait peu de références sur les halfelins mais ceux qu'il avait rencontrés étaient propres et généralement soigneux de leurs apparences, même les plus modestes. Pabon souhaitait que ce n'était qu'un déguisement mais sans grande conviction, il commença à regretter le vieux sourdingue de la butte aux cormorans.

    Rufie commençait à se dire qu'il enverrait bien Pabon faire une petite visite aux autres dieux, surtout à ceux qui le considérait comme un dieu de seconde zone, il avait la liste en tête. Encore une fois, ce sacré halfelin l'avait surpris et pour un dieu qui doit soigneusement tout contrôler pour être le maître dans son domaine, c'était vraiment rageant. Encore une fois il prit sur lui.
    L'homme est un loup pour l'homme et un caniche nain pour sa femme

  28. #28
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    février 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    18 077
    Avec un amusement non feint, Rufie avait rendu son acolade au vieux marchand avant de se tourner vers le jeune specimen qui l'accompagnait pour effectuer des présentations sommaires :

    - Voici Pabon : il débute dans le métier mais il est prometteur. J'ai prévu de l'emmener voir la guilde. J'imagine que cela ne te gêne pas trop de nous en ouvrir l'accès ?

    L'expression du marchand changea à nouveau, se faisant sérieuse et conspiratrice. Il s'approcha de la porte pour la verrouiller avant de répondre :

    - Tu peux passer par la réserve mais je dois te prévenir : le maître ne sera pas ravi de te revoir. Il me semble que vous vous êtes quittés en froid et, même si cela remonte à plusieurs années, il a la rancune tenace.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  29. #29
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Localisation
    Banlieue parisienne
    Messages 
    1 200
    Pabon suivit Rufie comme un chiot joyeux qui remue la queue frénétiquement, déclenchant des remarques d'avertissement du vieux marchand sitôt qu'il tendait la main vers un objet entreposé. N'y tenant plus il demanda à Rufie :

    - Pourquoi tu est fâché avec le maître ? Tu a fait une bêtise toi-aussi ?

    Pabon n'était fâché avec quelqu'un que lorsqu'il avait fait une bêtise, il lui paraissait normal que cela le soit pour tout le monde. Sa vision simpliste des relations entre les gens venait sans doute du fait qu'il faisait une bêtise plus rapidement que les autres et avant de qu'un autre prétexte soit la cause de la fâcherie. Cela n'étonna pas Rufie qui avait deviné cela, et ne se lança pas dans une explication trop abstraite pour son jeune "apprenti".

    Il allait devoir jouer finement pour obtenir les renseignements fiables de ce "maître" récalcitrant, mais cela il savait faire...si Pabon ne fichait pas tout par terre !
    Il préféra recadrer le phénomène avant de se trouver devant une situation bloquée, le temps filait et tout retard risquait de mener à une catastrophe.
    L'homme est un loup pour l'homme et un caniche nain pour sa femme

  30. #30
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    février 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    18 077
    Dans l'arrière boutique, Rufie poussa un bac contenant des épices communes pour révéler la trappe promise par le marchand. Toutefois, avant de l'ouvrir, il se tourna vers son acolyte afin de lui livrer quelques explications :

    - Bon, nous y sommes. Le maître de cette guilde, Jimmy Dent-Creuse, me déteste suite à un léger malentendu. Disons que j'avais dû accepter d'effectuer quelques larcins pour son compte mais que mon sens de la probité - si je me mets à voler des mortels je risque d'avoir quelques problèmes avec mes collègues - m'a poussé à ne lui remettre que des marchandises illusoires. Mais nous n'avons pas le choix : il ne livrera pas les informations que nous cherchons à un inconnu et nous n'avons pas le temps de te laisser gagner sa confiance.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

Page 1 sur 4 123 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Lieu] Anarion
    Par Galathée dans le forum La Forêt de la Lorien
    Réponses: 65
    Dernier message: 12/03/2018, 12h36
  2. [Lieu] La rue des bateleurs
    Par Folken dans le forum Les Arcades
    Réponses: 78
    Dernier message: 02/04/2017, 18h43
  3. [Lieu] Bortheias
    Par Galathée dans le forum La Trouée des Chevaux
    Réponses: 394
    Dernier message: 25/06/2013, 21h01
  4. [Lieu] Le Cap du Vigilant
    Par Taliesin dans le forum Les Côtes du Sud
    Réponses: 0
    Dernier message: 15/04/2009, 08h25
  5. [Lieu-dit] Le Pic du Dragon
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/07/2004, 11h16

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258