Page 51 sur 51 PremièrePremière ... 41495051
Affichage des résultats 1 501 à 1 511 sur 1511

Discussion: [Lieu] Au cœur des montagnes

  1. #1501
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 620

    Re : [Lieu] Au cœur des montagnes

    RP : Retour à l'abri

    Astrée lui tira la langue.
    - Je ne m'attendais à rien du tout ! C'est plutôt que je n'avais pas d'idée de gage, alors, comme c'est toi qui a lancé l'idée, je voulais voir ce que tu avais en tête ! Je ne sais pas à quoi je m'attendais, mais certainement pas à ça !
    Puis elle changea bien vite de sujet.
    - Allez, viens, on est à moins d'une heure de chez moi. J'ai hâte de voir si tout va bien là-bas...
    Moïse la poussait dans le dos, visiblement heureux de la revoir. Son poil était rêche etun peu terne, par manque de soins, mais il semblait avoir réussi à se nourrir convenablement.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  2. #1502
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    17 999

    Re : [Lieu] Au cœur des montagnes

    RP : Retour à l'abri

    Kasumi lui vola un baiser avant de s'écarter un peu pour la suivre. Lorsqu'elle se crut tirée d'affaire, il ajouta d'un ton badin, tout sauf sérieux :

    - Mettons que je vais réfléchir à ton gage pendant le trajet.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  3. #1503
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 620

    Re : [Lieu] Au cœur des montagnes

    RP : Retour à l'abri.

    Astrée haussa les épaules.
    - A ta guise ! répliqua-t-elle simplement en s'éloignant en tête, Moïse et Prince sur les talons. Ce dernier avait d'ailleurs repris sa forme d'écureil et avait bondi sur le dos de son congénère, joant les cavaliers, ce que le placide Moïse supportait sans broncher. Il y était sans doute habitué...

    La fin du trajet se déroula sans anicroche. ils quittèrent le plateau et ses pâturages, franchirent le col qui se trouvait juste au-dessus de l'abri d'Astrée, et descendirent lentement, le chemin longeant parfois un petit ruisseau - Astrée expliqua à Kasumi que ce ruisseau se jetait dans la rivière qui longeait "sa" prairie - celle qui se trouvait devant sa grotte.
    Bientôt, la prairie en question apparut, ornée de mille fleurs colorées récemment écloses. C'était le printemps... Le chemin continuait, rejoignant la rivière, mais Astrée bifurqua et longea la falaise, en direction, enfin, de son abri.
    Dernière modification par Voyageuse ; 26/03/2010 à 22h16.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  4. #1504
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Quête Solo : Des racines et des ailes.

    Tant qu’Evendum fut en vue, près de la côte, le vent siffla avec emphase, mais dès qu’ils eurent dépassé une première crête, les deux compagnons retrouvèrent des conditions de chevauchée acceptables. Leur objectif était de descendre un moment vers Garleod, puis de bifurquer vers l’ouest sur une piste moins fréquentée pour atteindre Maleval, de l’autre côté des Montagnes de Fer. A voir leur masse imposante sur le ciel bleu clair, Albérich avait du mal à imaginer qu’elles étaient franchissables ailleurs qu’à la côte, mais Hubert le rassura sur l’existence de sentiers parfaitement praticables. Il resterait sans doute de la neige ça et là, mais en descendant suffisamment vers le sud avant d’obliquer, ils éviteraient les cols les plus escarpés et la plupart des risques. Le Luménien était prêt à se fier au paladin, sans arrière pensée : c’était un enfant du pays, après tout, et es montagnes étaient de toute façon moins dangereuses que les Landes. De plus, tôt ou tard, ils entreraient dans la Forêt Maudite, à son instigation. Non, vraiment, il ne pouvait rien reprocher à Hubert. Ils firent une pause dans un petit vallon verdoyant, où grondait un torrent renforcé par le dégel. La flore de moyenne montagne déployait ses couleurs vives en un court tapis, magnifique, qui captivait le regard. Hubert mena les chevaux auprès de l’onde, qu’ils puissent se désaltérer, tandis qu’Albérich déballait leur pique-nique. Il faisait frais mais agréable, les nuages étaient très hauts, peu menaçants. La ville, déjà, avait complètement disparu, mais on devinait, loin sur la droite, des petites taches en mouvement, vaches, chèvres ou moutons, accompagnés sans doute d’un berger invisible.
    Hubert, libéré du regard des autres, retira sa cape. Albérich ne put s’empêcher de regarder les deux ailes embryonnaires qui pointaient au travers de la tunique de son ami. Il les avait touchées plus d’une fois, elles étaient douces mais déjà fortes, et Hubert ne ressentait plus aucune douleur à présent qu’elles avaient émergé et que la souillure infernale s’était retirée. Le paladin pouvait encore dormir sur le dos, mais pendant combien de temps ? Tout son équilibre, aussi, allait être modifié… Comment allait-il monter à cheval ou se battre, avec ces encombrants appendices ? Albérich voulait le soutenir, absolument, sans réserve, mais ces questions étaient critiques, et Hubert, déjà désemparé, allait l’être chaque jour davantage. Peut-être aurait-il à nouveau besoin de l’intervention d’un céleste, ne fut-ce que pour lui servir de maître d’armes un moment…
    Heureusement, Clairétoile leur servirait de refuge. La nature d’Hubert, sans être connue de tous, surprendrait moins ceux qui le considéraient comme un héros formidable. Mais jusque là, jusqu’au retour dans ce cocon protecteur, ils allaient devoir se montrer prudents. Les traits d’un céleste étaient moins suspects que ceux d’un tieffelin, bien sûr, mais dès qu’Hubert serait exposé, la rumeur se répandrait.
    Albérich sourit en alignant le pain, le saucisson, le fromage devant lui. Comment Gareth Maelwedd le prendrait-il, lorsqu’on saurait qu’il avait fait bannir un demi-céleste de Luménis ?
    Puis il se figea, la main suspendue au-dessus de ses victuailles, et eut un léger haut le coeur.

    « Ça va ? » demanda Hubert, qui s’était accroupi à côté de lui.
    Sa main passa au-dessus de celle d’Albérich, l’écarta doucement. Juste en dessous se trouvait un petit ustensile de cuisine, à la lame brillante.

    « C’est le couteau avec lequel… avec lequel je t’ai poignardé. Je ne suis pas sûr de pouvoir encore l’utiliser. »
    Hubert la prit par le manche, délicatement.
    « C’est un bon couteau. »
    Albérich fronça le nez, poussa un bref soupir.
    « Je sais… Ce n’est pas la question…
    — En fait, tu dis ça juste pour ne plus devoir peler les carottes.
    — Mais non !
    — Si si, je te vois venir, Albérich ! »
    Le Luménien passa deux mains sur son visage.
    « Ne te moque pas. C’est difficile.
    — Le Planétar allait me soigner. C’était le plan, tu me l’as dit, et il l’a fait. Je n’ai même pas de cicatrice. Et aucun souvenir, aucun.
    — Les choses auraient pu mal tourner. Le démon… la chose… aurait pu être trop profondément liée à toi pour pouvoir se dégager à temps.
    — Ce n’est pas ce qui s’est produit. Et c’était un risque à courir.
    — Je sais mais… ce couteau… »
    Il frissonna, se frotta les mains l’une dans l’autre, comme pour en extirper quelque chose.
    « Je ressens mon geste comme si j’étais en train de le faire.
    — Je crois que je fais mieux de te le confisquer. »
    Il ne s’était pas départi de son sourire, ce si beau sourire qu’Albérich aimait tant, et sans le vouloir, le Luménien revit son visage violacé, ses yeux rouges débordant de sang, et il fut forcé de se détourner, un long moment, avant de parvenir à chasser ces visions atroces. Cela avait été si vite, sur le moment, il avait été poussé dans le dos, par le Planétar, par le démon et l’urgence. A présent tout revenait, comme d’habitude. Il était sensible aux réminiscences, il le savait bien. Hubert l’enlaça par derrière, le serrant contre sa poitrine, et sa respiration ample le força à l’imiter, par son mouvement, sa régularité, son incroyable calme.
    « Je suis là. » dit-il simplement.
    Albérich ne parvint pas à répondre, mais ce n’était pas nécessaire. La sérénité revenait doucement, fruit de l’aura, fruit de l’amour, et il se demanda comment, un instant, il avait imaginé pouvoir continuer sans Hubert.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  5. #1505
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Ils chevauchèrent jusqu’à ce que le ciel s’assombrisse. Aussi près d’Evendum, ils avaient croisé plusieurs chariots brinquebalants, descendant vers la cité, un troupeau de moutons rassemblé autour d’une masure isolée, des enfants en maraude, des bergers et leurs chiens énormes, à la fois placides et vigilants, des nains en convoi mais sans marchandises, des chèvres et des chevaux sauvages. Un aigle immense les avait survolés et Albérich avait un moment craint qu’il ne s’agisse d’un dragon, mais Hubert pensait qu’il n’en restait plus aucun dans ce coin d’Hélonna. Il y avait des griffons, par contre, comme les en avertit un trappeur qu’ils rencontrèrent un peu avant la nuit, plus loin vers le nord. Le paladin n’en parut pas particulièrement troublé.
    Ils montèrent leur bivouac à l’écart de la route, dans un vallon où d’autres s’étaient arrêtés avant eux. On devinait encore les traces d’un feu et même l’empreinte d’une tente, qu’ils recouvrirent de la leur.
    Hubert s’occupa des chevaux, confiant la garde de Printemps à Grand Vent, puis vint aider Albérich auprès du feu naissant. Le prêtre avait mis de l’eau à chauffer et y avait déjà jeté un certain nombre de légumes, un peu au hasard — il n’était pas très bon cuisinier.

    « A mon avis, vu le terrain, nous en avons pour cinq jours avant de repartir vers l’ouest. Six, si le temps devient plus variable, ce qu’il risque de faire. Mais tu as bien choisi ta bête…
    — Printemps.
    — Ça reste une bête...
    — Mais il s’appelle Printemps.
    — C’est un nom de… de druide !
    — De druide ? Tu connais des druides qui s’appellent Printemps ?
    — De cheval de druide !
    — Lathandre est le dieu du Printemps !
    — Mouais. Bref. Tu as bien choisi ton cheval. Il a du coffre.
    — Il me plait. Mais il pue.
    — C’est un cheval, Albérich. »
    La température baissait rapidement, Hubert remit sa cape, Albérich son manteau. L’odeur du ragoût, alléchante, se répandit autour d’eux.
    « Est-ce qu’il y a des choses à craindre, dans cette montagne ?
    — La nature, principalement. Et sur cette route, pas tellement. Elle est très fréquentée… moins que celle de Lameroy, mais à peine. A mon avis, les ours dorment encore et les loups ont mieux à faire.
    — Comment sais-tu tout ça, dans le fond… Tu as vécu à Luménis à partir de tes dix ans...
    — Je me suis renseigné avant de partir. Il y avait des natifs d’Evendum parmi les colons.
    — Tu as pensé à tout.
    — Pas à tout… mais à certaines choses. »
    Les flammes conféraient une lumière rousse à l’obscurité. Au-dessus d’eux, la voûte passait du bleu au noir. L’atmosphère était à des lieues de ce qu’ils avaient ressenti au plus profond des Landes.
    « Il n’y aura pas de véritable lit avant Maleval, je le crains… »
    Albérich s’appuya contre son épaule.
    « Je survivrai. »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  6. #1506
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Peut-être était-ce le contrecoup des événements récents ou l’influence de la saison, mais les journées suivantes parurent tout simplement merveilleuses. Il faisait splendide, la montagne était magnifique et ils étaient libres, incroyablement libres, ensemble, dégagés de toute responsabilité, libres de rire et de bavarder, de s’aimer sous la lune, de galoper dans les vallons herbeux, de s’entraîner en bordure des chemins, de se débarbouiller dans les torrents glacés. De toute sa vie, Albérich n’avait jamais ressenti pareil sentiment, il avait parfois l’impression qu’il émergeait d’une longue torpeur, d’un sommeil dont il n’avait pas eu conscience, qui avait duré mille ans.
    A l’aube, Lathandre les embrasait, les gratifiant de sa bénédiction sereine, puis ils enfourchaient leurs montures, Grand Vent toujours en tête, Printemps dans son sillage, et ils poursuivaient leur route. Le terrain accidenté les forçait à cheminer lentement mais Albérich n’en avait cure : il contemplait le spectacle de roche et de verdure, les langues de glace et les ruisseaux furieux, les fleurs innombrables, les oiseaux, heureux.
    Heureux.
    Un an plus tôt, il n’aurait jamais imaginé qu’une telle chose puisse encore être possible. Il avait été heureux, autrefois, au Temple, à Eredhun ou à Luménis, dans sa jeunesse, avant Morféa. Mais jamais comme aujourd’hui, jamais avec cette force, cette exaltation, ce sentiment d’absolue félicité.
    Et tout ça, il le savait, il le devait à Hubert.
    Perché sur son destrier tranquille, immobile sur une crête, scrutant la nouvelle vallée en contrebas, le paladin ne se départait plus d’un léger sourire, comme s’il pouvait lire dans les pensées de son compagnon.
    Albérich n’avait jamais, dans toute sa vie, éprouvé pareil sentiment pour quiconque.
    Tout était loin : Luménis, le vallon, Combeloup, Eredhun, Solarcis, Clairétoile.
    Et pourtant, il faudrait y replonger. A l’instant présent, Albérich ne voulait pas y songer et, chose étonnante, il y parvenait.
    Ils s’arrêtaient de temps en temps, pour manger, reposer leurs chevaux ou croiser le fer un moment. Ils parlaient peu lorsqu’ils étaient en selle, la route ne le permettait pas souvent, mais se rattrapaient lors des étapes. Ils se touchaient aussi, beaucoup, comme si la solitude de leur escapade leur permettait de rattraper tout ce temps perdu à présenter une façade respectable à leurs compatriotes. Hubert avait plaisanté sur leur improbable lune de miel, dans les marécages du nord, mais il avait eu raison : ils étaient sur un nuage rien qu’à eux, extraordinaire, et Albérich était surpris de parvenir à en profiter.
    Ils croisèrent d’autres voyageurs : des humains, surtout, à pied ou à cheval, quelques nains, achetèrent de la viande d’agneau et du fromage de chèvre lorsqu’ils traversèrent un hameau, mais ils ne s’attardèrent jamais longtemps auprès de leurs semblables : ils reviendraient à la civilisation bien assez tôt. Ils essuyèrent quelques averses subites, même un orage violent qui les força à trouver refuge dans une petite grotte, heureusement abandonnée. Il fit plus froid au fur et à mesure qu’ils montaient en altitude, mais ils étaient bien équipés et la nuit, la chaleur naturelle d’Hubert emplissait toute la tente, berçant Albérich quand ils étaient assez rassasiés l’un de l’autre. Ce qu’ils avaient partagé clandestinement, souvent en silence, pouvait s’exprimer sans retenue, et le Luménien songea plus d’une fois à la bienheureuse disparition de tout écuyer. Il n’aborda bien sûr jamais le sujet à haute voix, peu désireux de rembrunir l’humeur de son partenaire.
    Plus ils grimpèrent et plus ils eurent le sentiment d’être seuls au monde, avec les marmottes, les aigles et les chamois. Parfois, ils s’arrêtaient juste pour contempler le panorama, effleurer un morceau de neige éternelle de la main, regarder les fleurs, un lac immobile ou la silhouette à peine perceptible d’un animal escaladant la paroi escarpée de la montagne. Les cailloux roulaient sous les sabots des chevaux, le vent sifflait parfois sans pitié, le soleil était traître, vigoureux sans réellement les réchauffer, et les pics, autour d’eux, les dominaient encore à une hauteur invraisemblable.
    Après les Enfers, c’était enfin, un moment, le paradis.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  7. #1507
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Puis ils commencèrent à redescendre, doucement, et à la mi-journée du sixième jour, ils croisèrent la route qui reliait Lameroy à Garléod. A la jonction des trois voies se trouvait, chose imprévue, une auberge, mais aucun des deux cavaliers ne songea à s’y arrêter pour la nuit. Ils mirent pied à terre, par contre, et décidèrent de s’offrir un repas convenable, peut-être un verre de quelque chose de corsé, avant de poursuivre leur chemin. Hubert avait l’intention d’en profiter pour se renseigner sur l’état de la piste qui descendait sur le versant ouest de la montagne.
    Albérich constata, non sans un pincement de cœur, qu’ils reprenaient leurs distances sans devoir vraiment en convenir. Il songea à Hubert qui avait, depuis toujours, dû cacher ce qu’il était, eut envie de lui prendre la main, s’en abstint évidemment.
    L’auberge était remplie de gens rudes, à la mesure des lieux : des nains et des montagnards humains, des marchands, des trappeurs. Albérich eut l’impression qu’ils détonnaient un peu dans le décor, mais personne ne les importuna et ils s’installèrent à une table libre. Une jeune naine en tablier s’approcha et leur sourit.

    « Bienvenue à l’Auberge du Triangle, nobles seigneurs, annonça-t-elle. Nous servons de la bière… et de l’agneau, en cette saison.
    — Ce sera parfait, dit Hubert.
    — Quel genre de bière voulez-vous ?
    — Une bière naine.
    — Nous n’avons que de la bière naine.
    — Ah. Et bien… une brune pour moi.
    — Nous avons quarante-six sortes de bières brunes, messire. »
    Elle paraissait tout à fait interloquée par la tournure que prenait la conversation et Albérich manqua rire tandis qu’Hubert, embarrassé, grimaçait.
    « Vous avez peut-être un conseil à me donner ?
    — Levez-vous.
    — Quoi ?
    — Levez-vous. »
    Il obtempéra, interdit. Il paraissait immense à côté de la jeune femme. Elle le jaugea, silencieuse un moment.
    « Vous devez encore chevaucher aujourd’hui ?
    — Oui, un certain temps.
    — Vous pouvez vous rasseoir. Vous aimez quelle bière, d’habitude ?
    — J’aime bien la Rayonnante, je ne sais pas si vous connaissez… »
    La serveuse esquissa une grimace.
    « C’est pas de la bière, ça, c’est du pipi.
    — Vous êtes dure ! »
    Elle sourit, le crayon posé sur les lèvres.
    « Je vais vous mettre une Sang d’Ogre. Ça devrait le faire. Si c’est trop fort, je vous mettrai une Sang de Troll, sans supplément. »
    Elle se tourna vers Albérich.
    « Et pour vous ?
    — De l’eau de source. »
    Elle leva les yeux au ciel avec un léger rire, puis haussa les épaules et s’esquiva entre les tables.
    « Je croyais que la meilleure, c’était la Revanche d’Ithilion.
    — L’hiver m’en a vacciné. » grommela Hubert.
    Ils profitèrent un moment de la douce chaleur des lieux et du murmure des conversation autour d’eux, sans plus rien dire, fatigués.

    « Combien de jours jusqu’à Maleval ? demanda finalement Albérich.
    — Quatre. Peut-être cinq. La piste va devenir plus étroite et en descente, les chevaux doivent être plus prudents. Le col du Mont Calme n’est pas facile, non plus, je ne sais pas où en est le dégel. Je vais me renseigner. »
    La jeune naine revint avec la bière d’Hubert et l’eau d’Albérich. Elle resta à leurs côtés pour voir la tête que ferait le paladin en goûtant son breuvage, mais Hubert en but une gorgée sans broncher. L’expression de la serveuse se teinta de respect.
    « Ça a l’air d’aller.
    — C’est parfait. »
    Elle sourit, malicieuse, mais Albérich la devina un peu déçue : elle avait sans doute espéré qu'il s'étrangle.
    « L’agneau arrive dans quelques minutes.
    — Mademoiselle, est-ce que vous avez une idée de l’état de la piste qui descend à l’ouest après la fontaine des six sources ? »
    Elle parut stupéfaite.
    « Vous êtes du coin ?
    — Autrefois.
    — Vous avez perdu l’accent.
    — C’était il y a très longtemps.
    — Je vais vous envoyer Randall. Il saura mieux vous répondre que moi : il a fait l'ascension il y a quelques jours »
    Quelques minutes plus tard, l’agneau arriva, accompagné du fameux Randall. C’était un nain à l’épaisse barbe noire, aux yeux très mobiles, et à la peau tannée par le vent et le soleil de la montagne. Il attrapa un tabouret et s’assit entre les deux hommes, sans faire de manière. Il écouta les projets d’Hubert puis rectifia ses plans, lui traça une carte rapide sur un morceau de parchemin, plaça quelques points de repère, le mit en garde contre les avalanches, les trolls et les torrents. Les griffons étaient au nord de Lameroy, leurs chevaux ne risquaient rien, et les dernières friges avaient été éliminées depuis bien longtemps. Il fallait cependant prendre garde de ne pas offenser l’oréade qui veillait sur le Mont Calme, mais Hubert se souvenait encore bien des offrandes à effectuer.
    « Qu’est-ce qu’une oréade ? demanda Albérich une fois que le nain fut reparti.
    — Une dryade de montagne. Elle veille à l’intégrité de son mont et empêche les gens, notamment les nains, d’y miner. Le Mont Calme est ainsi protégé des importuns, depuis… toujours, je pense.
    — Personne n’a essayé de la déloger ?
    — Oh si, mais c’est une créature très ancienne… Il y a beaucoup de légendes, tragiques pour la plupart, sur ceux qui ont essayé... Les nains, aujourd’hui, sont les premiers à insister pour qu’on la laisse tranquille. Il y a bien assez de montagnes pour tout le monde et, en fait, si on respecte quelques consignes, cela rend le Mont Calme particulièrement… calme, je suppose. Tu ne dois pas t’en faire, c’est vraiment un détail. Je connais les lieux, c’est la montagne la plus proche de Maleval. »
    Sa voix flancha légèrement sur ce dernier mot et Albérich perçut une anxiété qu’il n’avait pas remarquée ces derniers jours. Sous la table, il serra le genou du paladin, qui lui répondit d’un sourire.
    « Ça va. Je… réalise seulement que nous y sommes presque. Je n’ai plus vu ma famille depuis dix ans. Je ne sais pas exactement comme je serai reçu… avec en plus... les questions que j’apporte… Tout ça est compliqué et pour l’instant, je n’en trouve pas… la clé d’approche… »
    Albérich acquiesça doucement.
    « Je pense que tu sentiras ce qu’il convient de faire. Tes interrogations sont primordiales… mais tu sauras, j’en suis sûr, quand le moment est venu… La priorité, ce sont vos retrouvailles.
    — Je n’arrive pas à comprendre… à croire… comment… »
    Il déploya les mains en éventail sans rien ajouter et Albérich devina qu’il parlait de ses ailes.
    « Et pourquoi ils ne m’ont rien dit.
    — Te casser la tête avec ces choses, à quelques jours du but… Cela ne sert à rien.
    — C’est vrai, et je le sais. Mais ça ne change rien au fait que chaque pas supplémentaire… Ah. Tu as raison. Je dois laisser les choses se faire, compter sur la bienveillance de mes parents… Mais j’ai été… tellement dur avec eux… tellement… ingrat.
    — Tu étais bouleversé.
    — Oui. Je pense qu’ils ont compris… en dépit du mal que je leur ai fait en refusant leur aide. A posteriori, je me sens ridicule.
    — Tu étais jeune.
    — Vingt-cinq ans, ce n’est pas si jeune. »
    Albérich lui pressa l’avant-bras.
    « C’est plus jeune qu’aujourd’hui. »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  8. #1508
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Ils reprirent leur route, restèrent encore un temps sur la voie principale puis ils atteignirent la fameuse fontaine des six sources. Ils y remplirent leurs outres et laissèrent boire leurs chevaux, avant de bifurquer sur la piste de l’ouest. Elle était plus étroite, caillouteuse, moins bien marquée, mais restait praticable et leurs montures s’y engagèrent sans manifester de réticence, pas à pas le long du flanc de la montagne. Les contreforts herbeux étaient couverts de fleurs et de papillons, la roche luisait au soleil, et le vent s’était calmé. Même si la route qu’ils avaient arpentée jusque là avait souvent été déserte, Albérich eut une impression de solitude bien plus forte encore qu’auparavant. Ils étaient au milieu de nulle part, désormais, dans un morceau de nature que peu d’êtres pensants traversaient, entre ciel, herbe et pierre. Il se demanda pourquoi un citadin comme lui ne ressentait aucune angoisse devant tant d’immensité, la perspective de se perdre, la difficulté certaine qu’ils auraient à se ravitailler, les risques de chute, de faire de mauvaises rencontres…
    C’était sans doute à la fois grâce à Hubert et grâce au printemps.
    Comment craindre pareille beauté ? Tout était lumière autour d’eux.
    Le soir, ils trouvèrent un refuge, une sorte de cabanon aménagé qui semblait offert au voyageur fatigué. Albérich s’en étonna mais Hubert lui expliqua que c’était là chose fréquente sur le versant ouest de la chaîne de montagnes, et qu’il fallait en profiter sans arrière pensée. Il n’y avait personne à l’intérieur, mais ils y trouvèrent du bois en suffisance, de l’eau, et même des matelas rustiques. Un mot de bienvenue, rédigé en commun, en nain et en gnome, était peint sur le mur du fond, leur rappelant de laisser les lieux propres après leur départ. Albérich dormit comme une pierre et n’entendit pas l’orage qui les secoua un moment. Au petit matin, ils repartirent sous un ciel plombé. Les nuages avaient envahi la montagne et ils cheminèrent dans un épais brouillard, pas à pas, incapables de percevoir le monde à plus de quelques toises. L’atmosphère était particulière, même les sons paraissaient étouffés, mais les chevaux ne semblaient pas inquiets et la nervosité d’Hubert était liée à tout autre chose. Un crachin se joignit bientôt à la brume, détrempant le poil de leurs montures et testant les limites de leurs capes et manteaux. Mais le Luménien, au travers de ce printemps soudain humide, ne parvenait pas à se départir de son bonheur, comme si c’était une sorte de maladie dont il était atteint et que rien ne pouvait soigner.
    Ils s’abritèrent sous un rocher à midi pour pique-niquer. Hubert fit du feu et ils se réchauffèrent côte à côte, glissant rapidement leurs mains gelées dans la chaleur de l’autre. Hubert, évidemment, n’avait pas vraiment froid.
    Ils ne s’éternisèrent pas, cependant : le temps allait rendre le bivouac du soir plus incertain, car il était impossible de discerner les endroits prometteurs un peu écartés de la piste, et Hubert n’était pas sûr qu’ils puissent atteindre un nouveau refuge. Ils campèrent ainsi dans une zone herbeuse, près d’une source, sans certitude quant à l’environnement proche. La brume se leva en début de nuit et le paladin en profita pour faire un tour de reconnaissance dans les environs et s’assurer qu’il ne s’y trouvait rien de suspect. Albérich savait qu’il cherchait des signes de trolls, même s’il n’en dit rien. Pour la première fois depuis leur départ, le prêtre plaça des glyphes autour de la tente, par précaution.
    Les trois jours suivants se déroulèrent sans événement notable : ils escaladèrent des pentes humides, atteignirent des cols, redescendirent dans des vallées et frôlèrent l’immensité du ciel. Le temps redevint plus variable, alternant grand soleil et pluies serrées, et il leur fallut parfois mettre pied à terre pour aider les chevaux à trouver leur chemin dans des passages accidentées de la piste. Il y avait eu des éboulements provoqués par le dégel, des endroits où le chemin disparaissait sous les gravats ou avait été partiellement emporté par un brusque déferlement d’eau. Le premier torrent qu’ils croisèrent était surplombé par un pont instable, le suivant ne l’était pas, ou plus, et ils durent se déporter vers les hauteurs pour trouver un endroit où il était franchissable d’un bond : Printemps passa tout seul, encouragé par son céleste cousin, Albérich et Hubert enfourchèrent le destrier, chacun à leur tour. Ils croisèrent un groupe de nains qui remontaient de la vallée et qui les informèrent de la présence d’un vieux troll autour d’un lac un peu plus haut en altitude. En cette saison, grâce à la profusion de gibier, il était cependant peu agressif. Dans les heures qui suivirent, Hubert rumina pour savoir s’il était son devoir — ou non — d’aller régler son compte à la créature qui, par essence, était mauvaise, cruelle et dangereuse pour les voyageurs. Ce fut au final le caractère impraticable du versant de montagne qui menait au lac qui régla la question. Albérich se fendit d’une plaisanterie sur ce que ses ailes lui permettraient bientôt, mais le paladin se réfugia ensuite dans un silence furieux, qui dura jusqu’au soir. De lendemain, de manière impromptue, ils chassèrent la chèvre sauvage : tout un troupeau les narguait depuis la piste, filant dès qu’ils approchaient, toise après toise, et le prêtre réalisa que le sortilège d’injonction avait un usage tout à fait bienvenu quand on était un peu saturé de légumes bouillis (en réalité, il était capable de créer eau et nourriture de rien, mais c’était moins bon qu’un cuissot de cabri rôti à la broche, agrémenté d’herbes sauvages). Cette fois, à la nuit, Grand Vent les réveilla. Attirée par l’odeur de viande, une louve efflanquée s’était approchée du campement. Albérich n’en sut pas grand chose — Hubert s’en chargea — mais le lendemain leur réserve de viande avait décru et le prêtre devina donc que son compagnon avait eu le cœur généreux. La louve ne les suivit pas pour autant : sans doute avait-elle une portée à soigner.
    Petit à petit, ils descendaient. Parfois, entre deux pics, Albérich apercevait, loin, floue, la moyenne montagne, plus vallonnée qu’acérée, plus verte aussi, leur destination prochaine.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  9. #1509
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Ils parvinrent sur le Mont Calme un matin ensoleillé. La montagne était magnifique mais Albérich ne la trouvait pas très différente de toutes celles qu’ils avaient arpentées jusque là. A l’endroit où l’ascension débutait se trouvait une grande pierre plate, de couleur bleue, à côté de laquelle Hubert mit pied à terre.
    Il y versa un peu d’eau, il déposa de la viande de chèvre, du fromage, des fruits et quelques pièces de cuivre, puis remonta en selle.

    « C’est frugal, remarqua Albérich tandis qu’ils s’approchaient de la fine bande de terre brune qui signalait la piste.
    — C’est symbolique. »
    Il désigna un petit empilement de pierres, sur sa droite.
    « Nous devons rester sur le chemin, ces empilements nous indiquent la zone de tolérance dans laquelle nous pouvons nous déplacer. Au-delà, nous sommes dans son domaine. Nous y aventurer ne serait pas sage. Des chercheurs de pierres précieuses s’y perdent régulièrement.
    — Je continue à trouver curieux que personne n’ait pris la chose en main. Ces créatures sont potentiellement dangereuses… et généralement peu tolérantes des errements humains. »
    Hubert eut un sourire.
    « Lathandre professe une ouverture aux autres races, dit-il. Et les gens de la montagne savent qu’il faut vivre avec elle… en harmonie… plutôt que d’essayer de s’en rendre maître. Même les nains ont fini par l’accepter. C’est dire comme elle s’est montrée persuasive. Ce n'est pas une créature maléfique, en tant que telle. Elle défend sa maison. »
    Albérich secoua la tête mais n’ajouta rien : le terrain et le vent sifflant ne permettaient pas de poursuivre de grandes conversations.
    Ils devaient grimper un moment, puis contourner le flanc de la montagne par la gauche, avant de redescendre en lacets vers la vallée. Maleval ne serait plus alors qu’à quelques heures de route, derrière une ou deux collines replètes. Hubert se souvenait d’un espace propice au bivouac à mi-hauteur, aussi s’arrêteraient-ils pour camper, une dernière fois, sous la protection de l’oréade.
    Ils ne croisèrent personne pendant toute la durée de leur ascension. Il faisait beau, la piste était dégagée, et seuls les insectes et les oiseaux leur tenaient compagnie. La vue était magnifique, s’ouvrant de plus en plus sur la campagne verdoyante du sud-ouest d’Hélonna. A certains moments, Albérich crut apercevoir la mer, mais Hubert le détrompa. Il lui désigna par contre le ruban argenté de la Brève, qu’on devinait parfois entre deux monts, et la direction approximative d’Antelucas ainsi que, plus au sud, la montagne qui abritait Garléod.
    Ils atteignirent le petit plateau dont Hubert se souvenait alors que le ciel avait déjà viré au bleu soutenu et que les premières étoiles faisaient leur apparition sur une voûte dégagée. Il faisait frais, leur souffle était laiteux, et le paladin mit Grand Vent au trot lorsqu’ils aperçurent l’herbe, les sapins et la source tant attendus. Des empilements de pierre délimitaient les lieux dans lesquels l’oréade était prête à les recevoir. Une autre tente était déjà présente, derrière un arbre, et un petit feu brûlait. Albérich en ressentit une légère pointe de déception : il avait espéré profiter d’une dernière nuit solitaire avant le retour à la civilisation. Il savait que les parents d’Hubert ignoraient tout de ses penchants et il imaginait mal le paladin leur en faire la déclaration subite, avec tout ce qu’il ramenait dans ses bagages par ailleurs. Il soupira, mit pied à terre : les vacances touchaient à leur fin.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  10. #1510
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    La tente était occupée par une femme seule, une dénommée Abigail, qui se montra d’abord froide comme un glacier, avant de se détendre lorsqu’elle réalisa qu’ils étaient, l’un et l’autre, de « braves Lathandrites inoffensifs ».
    Pour elle, sans doute, mais Albérich ne se sentait plus du tout inoffensif, et ce depuis un certain temps.
    Elle venait Cogne-les-Torrents, une bourgade proche de Maleval, située un peu plus bas en plaine, et chassait l’hermine et le lynx pour le compte d’un marchand antelucien. Pas sur le Mont Calme, bien évidemment, qu’elle ne faisait que traverser pour atteindre son territoire de trappe. Hubert, enchanté de rencontrer une voisine, l’interrogea sur les nouvelles de la région et, même s’ils ne s’étaient pas connus plus jeunes, la conversation dériva rapidement vers leurs souvenirs quasi partagés. Au bout d’un moment, Albérich décrocha. Il profita de la fin du repas pour s’esquiver avec la vaisselle sale et se dirigea vers le bassin de la source, où il entreprit de nettoyer leurs couverts et leurs bols. Il était heureux pour Hubert mais le temps où il était capable d’écouter pendant des heures des choses qui ne le concernaient en rien était révolu. Ce serait différent dans la famille d’Hubert, bien sûr, car il était désireux — impatient, inquiet aussi — de les rencontrer.
    Il était pensif, les mains dans l’eau froide, lorsqu’il eut l’impression désagréable, indéfinissable, d’être observé. Relevant les yeux, il ne vit d’abord rien dans la pénombre rocheuse qui s’ouvrait face à lui, puis réalisa qu’il y avait là, à quelques mètres, une silhouette de pierre. Seuls ses iris très bleus, lumineux même, ressortaient sur son visage gris. Elle avait des formes féminines, de longs cheveux verts et blancs, pareils à des filaments de mousse, et des vêtements qui semblaient de mailles ternes. De taille moyenne, assise, elle avait la stature plus forte que les dryades forestières, mais il y avait quelque chose en elle d’un peu éthéré malgré tout, peut-être une aura. Il demeura figé, interdit, vérifia que les tumulus de rochers lui permettaient d’être là, se rasséréna, puis jura intérieurement. Hubert ne lui avait rien dit de la manière dont se comporter s’il se retrouvait face à face avec la créature.
    Il évita de bouger. La fée devait maîtriser l’environnement d’une manière instinctive et meurtrière, il ne devait pas la provoquer.
    Elle parla, dans une langue heurtée.

    « Rumol is ka ? »
    C’était du nain. Albérich n’en avait plus entendu depuis des années, et ne l’avait jamais vraiment pratiqué. Il connaissait mieux l’elfique et le céleste, mais n’était, de manière générale, pas très doué en langues.
    « Tha ekan lare dwed. » répondit-il, cherchant à reproduire l’accent rocailleux adapté.
    La créature siffla entre ses dents.

    « Toi humain.
    — Oui.
    — Lui, quoi ? »
    Elle parlait d’Hubert. Elle avait dû percevoir son altérité.
    « Céleste. »
    Autant ne pas compliquer les choses.
    « Cè-llest ?
    — Othrumm thorok… vellar ? »
    L’oréade lâcha un bruit étrange, saccadé, ce qui — Albérich en prit conscience — était un rire. Il releva les yeux. Elle était arborait un large sourire.
    « Kadanlakh ? Fils de jour ?
    — Oui. »
    En fait, il n’en savait rien. Hubert n’était pas forcément le fils d’un solaire : il était probablement plutôt issu d’un déva, mais se lancer dans de grandes explications paraissait impossible.
    « Pourquoi il vient ?
    — Il rentre chez lui. Eska.
    — Eska ? Mot elfe. Je ne comprends pas.
    — Hum. Drukat ?
    — Maison.
    — Voilà.
    — Il né ici ?
    — A Maleval.
    — Ah. »
    Elle opina du chef.
    « Toujours bon rentrer chez soi. » murmura-t-elle.
    Et subitement, elle disparut, comme avalée par le sol. Albérich demeura stupéfait puis relâcha sa respiration. Satisfaite de son interrogatoire, la fée du Mont s’était retirée.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  11. #1511
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Ils repartirent un peu après l’aube. Hubert, après un démarrage assez joyeux et même sifflotant, s’enfonça rapidement dans un mutisme complet. Il était venu se coucher assez tôt, s’était longuement excusé de l’avoir laissé à l’écart, ce dont Albérich l’avait volontiers absous, compatissant. Il n’avait rien dit de sa rencontre étrange avec l’oréade. Il n’était pas certain que le paladin eut été ravi d’apprendre que son aura de céleste était perceptible aussi aisément.
    Albérich aurait voulu trouver un moyen de rasséréner son compagnon, mais ils étaient désormais presque rendus et son angoisse allait immanquablement déboucher sur autre chose, le soulagement, le désespoir, l’exaltation.
    A midi, ils avaient atteint le bas du Mont Calme. La piste s’était élargie, il y avait des traces de sabots dans la boue : moutons ou vaches en pâture probablement. Ils s’arrêtèrent près d’un torrent joyeux, non loin du rocher bleu aux offrandes, qui marquait le versant ouest de la montagne.

    « Je suis désolé d’être silencieux comme une pierre.
    — Les pierres ne sont pas toujours silencieuses. » remarqua Albérich en faisant quelques pas dans l’herbe fleurie, les mains sur ses reins endoloris.
    Hubert lui retourna un regard d’incompréhension et le prêtre se contenta de lui sourire.

    « Ecoute, Hubert, dit-il finalement. Ce moment est à toi et juste à toi. J’y suis… presque un intrus. Tu ne dois pas t’inquiéter de moi. Je suis là si tu as besoin de moi, et je suis invisible quand c’est nécessaire.
    — Je ne serais jamais revenu jusqu’ici sans toi.
    — Nous n’en savons rien. Et ce n’est pas important. »
    Il lui pressa doucement l’épaule, puis ils s’étreignirent une seconde. Albérich sourit de sentir le souffle chaud d’Hubert dans ses cheveux.
    « Ne t’encombre pas l’esprit de choses inutiles. »
    Mais peut-être, au final, s’inquiéter pour lui permettait-il à Hubert de se détacher de ses réelles sources d’angoisse.
    « Au pire nous continuerons à camper, finit par dire le paladin, d’un ton qu’il voulait léger.
    — Nous en avons vu d’autres. »
    Ils remontèrent en selle. Le paysage s’adoucit petit à petit autour d’eux. Ils étaient toujours entourés de montagnes, mais elles étaient plus vertes que grises, désormais, et le gros du massif était derrière eux. Albérich se retourna plus d’une fois pour en contempler les pics acérés, stupéfait d’avoir traversé la région sans heurts.
    Autour d’eux, les traces de civilisation augmentèrent peu à peu. Il y avait des troupeaux dans les alpages, taches blanches ou brunes, parfois proches, parfois à peine perceptibles, mais on entendait sonner les cloches que certains animaux portaient au cou, en fonction de la direction du vent. Ils traversèrent un pont de pierre, assez grossier mais solide, et à l’expression d’Hubert, Albérich devina qu’il reconnaissait les lieux, qu’il comparait la position des arbres, des rochers, des bergeries avec ses souvenirs d’enfance. Le Luménien l’imaginait sans peine, gamin courant sur les sentiers rocailleux, énergisé par la brise fraîche, déboulant dans les champs fleuris, gravissant la rocaille, sauvage et joyeux. Un autrefois lointain, révolu, sans doute idyllique, celui qu’il aurait pu connaître lui-même s’il avait été élevé par son père.
    A quoi bon. La vie serait autre, et Albérich était satisfait du tour qu’avait finalement pris la sienne.
    Le soleil grimpa dans le ciel, les nuages se firent distants, moutonnant sur un bleu infini, la piste louvoya d’un côté puis de l’autre, et au détour d’une courbe, niché à flanc de colline, apparut finalement Maleval.
    Dernière modification par Galathée ; 02/05/2018 à 08h43.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

Page 51 sur 51 PremièrePremière ... 41495051

Discussions similaires

  1. [Lieu] Dargyll
    Par Galathée dans le forum La Côte de la Lumière
    Réponses: 415
    Dernier message: 30/05/2018, 20h21
  2. [Quête] Mauvaise mine : en route vers les montagnes
    Par Taliesin dans le forum La Trouée des Chevaux
    Réponses: 14
    Dernier message: 17/10/2008, 17h19
  3. [RP] Un foyer et un cœur...
    Par Elzen dans le forum Les Portes du Rêves
    Réponses: 0
    Dernier message: 15/01/2008, 14h14
  4. [Lieu] Aghoralis
    Par Morgon dans le forum Les Plaines du Centre
    Réponses: 41
    Dernier message: 17/11/2006, 14h25
  5. [TD] Les Montagnes de Jahlin
    Par Mornagest dans le forum Les Archives du Cartographe
    Réponses: 1
    Dernier message: 12/01/2006, 16h53

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250