Page 11 sur 11 PremièrePremière ... 91011
Affichage des résultats 301 à 323 sur 323

Discussion: [Lieu] Un vallon dans les ténèbres...

  1. #301
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    17 999

    Re : [Lieu] Un vallon dans les ténèbres...

    Quête : un désir de crépuscule

    Malgré le peu de sommeil, le rôdeur se réveilla tôt comme à son habitude. Il se sentait prêt à endurer une nouvelle journée de voyage malgré le froid et l’accumulation des efforts. En sortant de sa tente, il constata que la température avait encore chuté et que les branches des arbres étaient tapissés de givre et l’herbe craquante sous ses pas. Il ne manqua pas de s’inquiéter pour Astrée qui devrait supporter les rigueurs de la chevauchée en étant grandement affaiblie. Puis il songea qu’il faudrait prendre garde aux chevaux dont certains n’étaient pas adaptés à des conditions si rudes. Ces deux raisons chassèrent les interrogations qu’il s’était posé quant à leur itinéraire. Rallier le temple le plus proche à Respelm leur imposerait de traverser un chemin éprouvant et peut être infesté d’ennemis donc il valait mieux emprunter la route de l’escorte du conseiller, partie la veille. Il n’était d’ailleurs pas exclu que leur petit groupe les rattrape en chemin. Si contourner la forêt rallongeait le trajet de retour de quelques jours, Kasumi ne s’imposait aucune urgence sinon libérer la rôdeuse de son mal au plus vite. Une petite part égoïste de lui-même se réjouissait peut être de ce délai supplémentaire mais il était plein d’une sincère sollicitude pour la jeune femme.

    Cette dernière se révéla toujours aussi amoindrie et grelottait malgré le manteau supplémentaire qu’une garde lui avait prêté. Elle semblait néanmoins plus souriante que la veille. Si le rôdeur n’osait pas la regarder trop franchement ce matin, il ne put s’empêcher de lui jeter des regards à la dérobée jusqu’au moment du grand départ. Le matériel fut démonté, réparti et chargé sur les montures avec l’efficacité toute militaire des soldats manifestement habitués aux campagnes. Cette tâche simple aida Kasumi à retrouver sa contenance en présence de la rôdeuse.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  2. #302
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 623

    Quête : un sombre désir de crépuscule

    Astrée avait mieux dormi que la nuit précédente, comme apaisée par la lettre de Belenn.
    En sortant de la tente, elle aperçut Kasumi et lui sourit. Elle se demanda un instant si lui aussi avait reçu une lettre. Oui, sans doute. Elle n'osa pas le questionner : ces lettres étaient trop personnelles. Elle-même n'aurait pour rien au monde révélé le contenu de la sienne, à part peut-être ce qui concernait le cheval que Belenn lui offrait.

    Elle réussit cette fois-ci à avaler un petit-déjeuner normal, sans que Kasumi n’ait besoin d’insister : il semblait d’ailleurs avoir un peu relâché sa surveillance. Malgré le froid et ses forces amoindries, Astrée le suivit auprès des chevaux et aida à les préparer du mieux qu’elle put. Elle ne voulait pas se sentir inutile, et cette tâche présentait en outre l’avantage de la réchauffer.
    Il l’informa de son choix de contourner la forêt, et elle acquiesça sans faire de commentaires. Elle aurait voulu être soignée le plus vite possible, et pour cela gagner Respelm. Mais l’itinéraire était dangereux, et il n’y avait pas vraiment d’urgence au fond. Elle ne voulait pas mettre en danger tout le groupe en se montrant trop impatiente. Elle pouvait bien attendre quelques jours de plus…

    Etrangement, depuis qu’elle avait lu la lettre de Belenn, elle se sentait plus confiante. La veille, elle était contrariée que le destin la ballotte ainsi de droite et de gauche, l’éloignant de chez elle. Mais aujourd’hui, elle se sentait prête à accepter tout ce que le hasard mettait ainsi sur sa route. Il lui fallait voyager encore ? Fort bien. Elle était décidée à n’en voir que les côtés positifs, parmi lesquels la perspective d’avoir Kasumi à ses côtés n’était pas des moindres. Et puis, une fois à Luménis, elle prendrait quelques jours pour se reposer et faire reposer son cheval, pour rendre visite à Taliesin,…

    Moïse, lui, ayant bénéficié d'une journée de repos, était en bien meilleure forme qu’elle et semblait ravi de la revoir. Elle savait néanmoins que le trajet serait difficile pour lui et qu'il lui faudrait changer de monture régulièrement.
    J'ai une mauvaise nouvelle mon vieux : il va encore falloir marcher quelques jours dans la neige... Et une bonne nouvelle : dans quelques jours tu auras un nouveau compagnon.
    Consciente d’être fragilisée par les sorts qu’elle avait reçus, elle prit soin d’emmener avec elle une couverture épaisse afin de pouvoir s’y envelopper durant la chevauchée.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  3. #303
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 415

    Re : [Lieu] Un vallon dans les ténèbres...

    Les cavaliers luméniens ne furent prêts à repartir que vers midi. Ils avaient démonté leurs propres tentes, ainsi que celles des paladins disparus, et chargé les chevaux de bât, puis ils repartirent sur la piste qu’ils avaient empruntée à l’aller. Ils comptaient remonter sur les hauts plateaux, le long de la forêt, puis bifurquer vers l’ouest et contourner ainsi les bois maudits vers le nord. Le trajet prendrait probablement une dizaine de jours et la moitié du contingent les abandonnerait à mi-parcours, lorsqu’ils atteindraient la hauteur de la cité de Rohan, où ils étaient d’ordinaire stationnés. Le reste de la troupe continuerait dans les plaines jusqu’à repiquer vers le sud et gagner Luménis.

    Les premiers jours furent marqués par un blizzard terrible, qui souffla sur eux depuis le nord, droit dans les yeux de leurs montures et la fente de leurs casques. Le groupe d’une quarantaine de cavaliers se pressa en une masse protectrice autour des plus fragiles d’entre eux, Astrée bien sûr, mais aussi plusieurs cavaliers qui souffraient d’un refroidissement ainsi que la jeune luménienne à peine remise. Ils n’avaient emporté qu’un chariot, lequel avait désormais plus d’une journée d’avance sur eux. A la mi-journée du second jour, ils furent forcés de faire halte pour laisser passer la tempête. A la couleur du ciel, au souffle du vent, les rôdeurs déterminèrent cependant que le gros du mauvais temps était derrière eux. Effectivement, au matin du troisième jour, ils purent repartir. Malheureusement, un cheval avait succombé pendant la nuit, une vieille bête de somme un peu fragile, qu’on avait espéré réformer au retour. C’était le voyage de trop.

    Les deux jours suivants furent des jours de crachin. Une pluie glaciale et cruelle détrempait les cavaliers et leurs destriers, s’immisçant dans chacun des interstices de leurs manteaux et armures. Astrée sentait qu’elle était au bord de la maladie, même si ses décoctions vigoureuses la maintenaient en selle. Kasumi affrontait la tourmente avec plus de flegme, mais non sans angoisse pour sa compagne de route.
    La boue finit par les ralentir à son tour, piégeant le sol avec autant de traîtrise que le gel des montagnes. Lorsqu’ils montaient le camp sous l’averse, ils transformaient la plaine en champ de glaise et leurs sacs révélaient des vêtements trempés qu’ils étaient forcés de faire sécher sur des petits feux d’intérieur.

    Pour couronner le tout, il leur sembla bientôt qu’un groupe de pillards, animaux sans nul doute, avait pris leur caravane pour cible. Deux matins de suite, les hommes chargés de l’intendance découvrirent leurs réserves entamées par les crocs de voraces créatures et une nuit, les gardes en faction durent intervenir pour calmer les chevaux. Certains parlèrent d’organiser une battue mais les officiers en charge de la troupe optèrent pour accélérer la cadence et ne pas perdre du temps sous la pluie à courser des démons sans doute insaisissables.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  4. #304
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    17 999

    Re : [Lieu] Un vallon dans les ténèbres...

    Quête : un désir de crépuscule

    Kasumi observa la santé d’Astrée se dégrader sans rien pouvoir y faire sinon partager ses propres maigres réserves de simple. La rôdeuse semblait d’ailleurs bien plus douée que lui pour préparer les décoctions qui lui permettaient tout juste de se mettre en selle chaque matin. La cité de Rohan pouvait être la solution pour soigner les malades même si la rôdeuse n’aurait plus aucune raison de l’accompagner jusqu’à Luménis. Au cinquième jour, sa décision prise, il approcha sa monture de la sienne. L’inquiétude et la franchise était patente dans sa voix :

    - Nous ne pouvons pas poursuivre ainsi jusqu’à Luménis. La moitié du groupe va se diriger vers Rohan aujourd’hui et atteindra la ville dans deux jours. Il y a un temple de Lathandre qui pourra te soigner là-bas. Ce n’est qu’un petit détour et la moitié du groupe s’y rend de toute façon. Je pourrai toujours rattraper les autres ensuite…

    Le demi-elfe chercha à déterminer la réaction de la jeune-femme. Lui-même n’était guère enchanté à la perspective de la quitter deux jours plus tard. Il l’accompagnerait au moins jusqu’à Rohan, inquiet des prédateurs qui s’en prenaient à la caravane. Ce soir, il tâcherait d’en apprendre davantage sur cette menace.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  5. #305
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 623

    Quête : un sombre désir de crépuscule

    Astrée avait beau s’envelopper dans des couches de plus en plus épaisses de vêtements et de couvertures, l’humidité et le froid qui régnait ne lui laissaient aucun répit. Elle sentait la fièvre la guetter. Sans les infusions et décoctions qu’elle se préparait matin et soir, elle ne serait sans doute pas en état de chevaucher. Elle le savait, et Kasumi aussi. Tout comme ils savaient tous les deux que leurs réserves d’herbes médicinales baissaient de jour en jour. Elle estimait en avoir encore assez pour quelques jours, peut-être assez pour arriver à Luménis si rien ne les retardait, si le temps n’était pas trop mauvais… Deux choses qui étaient loin d’être certaines.
    Elle ne fut donc pas vraiment surprise de la proposition du rôdeur. Celui-ci s’inquiétait sincèrement pour sa santé, et était assez observateur pour deviner son état malgré tous les efforts qu’elle faisait pour paraître vaillante.


    - Je ne sais pas si c’est une bonne idée. Cela nous retarderait, et j’imagine que tu as sans doute hâte de rentrer chez toi. D'ailleurs rien ne t'oblige à m'y accompagner...
    Elle réalisa qu’elle n’avait jamais expliqué à Kasumi qu’elle devait obligatoirement se rendre à Luménis, et qu’il devait se demander pourquoi elle s’incluait dans le retard.
    - Je ne t’ai pas dit mais… Je dois de toute façon aller à Luménis. A cause de Belenn… Il m’a demandé de récupérer son cheval.
    Elle sourit, et ajouta d’un ton taquin, avec un petit clin d’œil :
    - Donc si tu espérais te débarrasser déjà de moi en m’abandonnant à Rohan, je suis au regret de t’annoncer que tu te trompes… Tu vas devoir me supporter jusqu’à Luménis ! Mais plus sérieusement… Je ne sais pas si ce détour est indispensable. Il nous reste encore quelques simples, sans doute à peine assez si nous devons en distribuer à d’autres malades dans le convoi. Moi, pour l’instant je ne suis pas encore vraiment malade, et je pense que je tiendrai le coup jusqu’à Luménis, enfin je l’espère. C’est surtout que je ne voudrais pas te retarder trop.

    Au fond d’elle-même, elle était touchée par la sollicitude et l’amitié qu’il lui témoignait, et secrètement ravie qu’il propose de l’accompagner. Mais elle ne voulait pas qu’il se sente obligé de veiller sur elle, ni le retarder, ni en aucune sorte être une gêne pour lui. Par fierté, elle s’efforçait de dissimuler au mieux les symptômes de sa maladie.
    Malheureusement pour elle, à ce moment-là, une violente quinte de toux rauque la plia en deux, contredisant ce qu’elle venait d’affirmer. Elle était malade...
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  6. #306
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    17 999

    Re : [Lieu] Un vallon dans les ténèbres...

    Quête : un désir de crépuscule

    Malgré les dénégations de la rôdeuse, Kasumi constatait combien elle était malade. Les plantes qu’elle devait consommer pour maintenir son état n’étaient qu’un palliatif temporaire destiné à apaiser ses symptômes mais poursuivre sous les intempéries jusqu’à Luménis pouvait lui nuire. Malgré l’évidence, elle montrait un certain courage en essayant de dissimuler son état et de suivre le rythme rapide du groupe. Le demi-elfe n’arrivait pas à saisir les raisons de cette fierté mal placée et faillit s’en agacer alors qu’il réalisait la portée des paroles de la rôdeuse. Ainsi donc, elle aussi avait du recevoir une lettre de Belenn. Il décida immédiatement de ne pas l’interroger sur ce sujet d’autant qu’il lui offrirait une diversion pour maintenir sa position butée de ne pas se faire soigner au plus vite. Il ne put s’empêcher un sourire en songeant qu’elle l’accompagnerait jusque Luménis malgré tout et cela renforça sa détermination à la convaincre :

    - Je n’aime pas te voir dans cet état surtout qu’il n’y a pas de raison valable pour t’y maintenir. Aller à Rohan ne nous retardera pas de plus d’un jour ou deux et nous pourrons compenser ce délai alors que tu te sentiras plus en forme pour voyager. De plus, les routes seront bien plus praticables entre les cités que celle que nous prévoyions d’emprunter. Et pour conclure, tu ne me retarderais ne rien même si je devais rentrer un mois plus tard que prévu. Rien ne m’attend qui ne mérite d’attendre à Luménis. Et si cela ne te convainc pas, je suis près à te ficeler à ton cheval pour te mener au temple de Rohan. Dans ton état, ce ne me serait pas vraiment difficile.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  7. #307
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 623

    Quête : un sombre désir de crépuscule

    Astrée était touchée par l’insistance du rôdeur à prendre soin d’elle, envers et contre tout... Mais l’émotion céda le pas à l’amusement devant sa dernière réplique.
    - Me ficeler à mon cheval ? Rien que ça ? fit-elle en riant. Et tu crois vraiment que je me laisserais faire ? Que tu y arriverais sans problème ? Méfies-toi, je suis peut-être affaiblie mais je ne suis pas complètement sans défense !
    Vantardise… Elle aurait certainement été incapable de lui opposer la moindre velléité de résistance s’il avait mis sa menace à exécution.
    Elle sourit largement.

    - En tout cas, tu as une bien drôle de manière de venir en aide à une demoiselle en détresse. Faudra que je sois plus méfiante à l’avenir…
    Ses yeux moqueurs démentaient le sens de sa phrase. Il y avait bien longtemps qu’elle n’avait pas eu l’occasion de plaisanter. Elle avait oublié combien c’était agréable…

    Elle soupira et ajouta, d’un air faussement résigné.

    - Je n’ai plus qu’à t’obéir… Nous ferons donc le détour par Rohan. Et, ajouta-t-elle avec une grimace, je sais bien que c’est préférable vu mon état. Je voulais juste ne pas te retarder, j’avais peur que tu te sentes obligé de m’accompagner. Mais puisque tu insistes… Je serai ravie de t’avoir à mes côtés. Si toutefois tu arrives à supporter une compagne de voyage malade et incapable de soulever son propre sac!
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  8. #308
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    17 999

    Re : [Lieu] Un vallon dans les ténèbres...

    Quête : un désir de crépuscule

    Le rôdeur fut soulagé que sa compagne se range à son avis et prenne avec humour ses propos. D’ici deux jours si tout allait bien, elle serait de nouveau en pleine forme et il s’en réjouissait. Il n’avait jamais mis les pieds dans la cité de Rohan mais ses conversations avec les gardes lui faisaient espérait un détour et un séjour sans difficulté. Les deux voyageurs pourraient demander l’hospitalité à la garnison ou loger dans l’une des auberges de la ville pour une nuit.

    Afin de sceller son accord avec la jeune femme, le rôdeur répartit avec le plus grand sérieux, démenti par ses yeux rieurs :

    - J’insiste. Je suis soulagé de n’avoir pas à t’affronter même si ça aurait pu être intéressant de lutter face à une adversaire à ma mesure. Puisque tu ne peux pas porter ton sac, je veux bien m’en charger à condition que tu promettes de porter le mien une fois rétablie.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  9. #309
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 623

    Quête : un sombre désir de crépuscule

    Astrée eut du mal à empêcher son sourire de s'élargir, et répliqua, d'un ton faussement outré :
    - Porter ton sac? Moi qui te prenait pour un modèle de galanterie... Mais puisque c'est comme ça, je me débrouillerai toute seule pour le mien! J'espère juste que tu es capable de soigner une luxation de l'épaule, ajouta-t-elle avec un clin d'oeil. Mais non, corrigea-t-elle immédiatement, je te rassure, je ne devrais pas en arriver là!

    A ce moment-là, les soldats devant eux s'arrêtèrent. Ils ne s'étaient pas rendu compte que le temps avait passé si vite: il était l'heure de faire halte pour un petit casse-croute.
    Ils mirent pied à terre, et Astrée en profita pour lancer à Kasumi, en s'approchant de l'un des chevaux de bat :

    - Comme tu vois, je n'ai besoin de personne!
    Sur ces mots, elle saisit d'une poigne ferme le sac contenant une partie des provisions, le tira à elle... et le sac tomba lourdement au sol, lui arrachant à moitié le bras - du moins fut-ce son impression.
    Elle ne put retenir un petit cri de douleur, et tenta de faire immédiatement diversion pour ne pas inquiéter son compagnon :

    - Heu... Bon, d'accord, celui-ci était un peu plus lourd que je ne pensais...
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  10. #310
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    17 999

    Re : [Lieu] Un vallon dans les ténèbres...

    Quête : un désir de crépuscule

    Kasumi crut d’abord à une plaisanterie destinée à jauger sa détermination mais l’expression de douleur qu’Astrée s’efforçait de dissimuler lui ôta une plaisanterie de la bouche. Au lieu de cela, il s’approcha et saisit les poignets de la rôdeuse et prit un ton étonnamment apaisant :

    - Que t’est-il passé par la têt… Mais tu es brûlante !

    Le rôdeur porta une main au front de la rôdeuse et le découvrit moite et brûlant. Elle n’opposa pas de résistance lorsqu’il l’entraîna en direction du feu mais ne put retenir un geste de recule et une grimace lorsqu’il lui toucha le bras dont elle s’était servi pour porter le lourd sac de vivres.

    - C’est un miracle que tu tiennes debout, tu dois être bien plus forte que je ne le soupçonnais. Allons-viens t’asseoir.

    La rôdeuse se serait laissé tomber de tout sans poids sans le soutien de Kasumi qui l’aida à conserver sa dignité. Les paroles du rôdeur se firent soudain distantes, à la limite de l’audible comme si elle venait de loin et résonnait dans sa tête :

    - Est-ce que tu t’es fait mal ? Laisse moi regarder…
    Dernière modification par Kasumi ; 18/01/2009 à 15h00.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  11. #311
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 623

    Quête : un sombre désir de crépuscule

    Astrée grelotait. La fièvre lui était tombée dessus sans qu'elle ait le temps de la voir venir.
    Elle s'appuya sur Kasumi pour s'approcher du feu qui venait d'être allumé, et se laissa tomber plus qu'elle ne s'assit près des flammes. Elle entendit à peine sa question, et aurait été bien incapable d'y répondre : elle avait l'impression de ne plus sentir ses membres.


    - J'ai froid, murmura-t-elle. Elle claquait des dents sans pouvoir se maîtriser. J'ai trop froid.

    Elle était blanche comme un linge. Son corps était parcouru de frisson. Elle s'efforça de tourner le regard vers le rôdeur, mais tout tournait autour d'elle. Elle avait du mal à résister à l'envie de fermer les yeux.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  12. #312
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    17 999

    Re : [Lieu] Un vallon dans les ténèbres...

    Quête : un désir de crépuscule

    Kasumi était déjà en pleine action, ses gestes accélérés par l’angoisse qui l’avait étreint sans prévenir comme la chute soudaine de la santé de sa compagne. Il s’accroupit à ses côtés après lui avoir mis une couverture sur le dos. Aux soldats qui s’inquiétaient, il demanda de mettre de l’eau à chauffer pour préparer une décoction. Son ton presque implorant était marqué d’inquiétude et deux hommes s’exécutèrent sans discuter tandis que le rôdeur appliquait un tissu rempli de neige sur le front d’Astrée, espérant combattre la fièvre et la gardait consciente le temps que la tisane soit prête. Il passa l’autre bras derrière la nuque de la jeune femme en un geste protecteur pour l’empêcher de s’allonger. Elle était si fragile entre ses bras qu’il faillit en pleurer. Sa blessure au bras devrait attendre que la fièvre ne soit tombée. Il espérait que ce ne soit qu’une contracture due au froid mais dans son état de faiblesse, la plus petite blessure pouvait vite s’aggraver.

    - Reste avec moi !

    Ces paroles si simples qu'il n'avait pas osé prononcer jusqu'ici quittèrent ses lèvres comme une révélation muette.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  13. #313
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 623

    Quête : un sombre désir de crépuscule

    Rester avec lui... Elle faisait de son mieux pour y parvenir !
    Astrée était trop faible pour imaginer le moindre sens caché aux paroles de Kasumi, trop fiévreuse pour pouvoir en deviner les implications. Et heureusement, sans quoi l'émotion aurait sans doute achevé de la terrasser.
    Elle luttait pour ne pas perdre conscience, s'efforçant de garder les yeux ouverts malgré le voile qui semblait les recouvrir.

    La couverture la réchauffait cependant, et le bras de Kasumi derrière son dos la soutenait tant moralement que physiquement. Il ne fallait pas qu'elle s'endorme. Elle tenta de parler, à la fois pour rassurer son compagnon et pour lutter contre l'engourdissement. Sa voix était réduite à un filet, un peu rauque.

    - Ce n'est pas vrai ce que je disais tout à l'heure. Je ne peux pas me débrouiller toute seule. J'ai besoin de toi...

    L'effort que lui avait coûté cette simple phrase lui redonna le tournis. Elle sentit que son corps basculait sur le côté, heureusement arrêté par la présence de son compagnon. Blottie contre lui, elle luttait pour reprendre ses esprits.
    - Ne me laisse pas. Ne m'abandonne pas.
    Simple murmure.
    Elle avait l'étrange sensation que s'il la lâchait, si son corps n'était plus au contact du sien, elle était perdue.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  14. #314
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    17 999

    Re : [Lieu] Un vallon dans les ténèbres...

    Quête : un désir de crépuscule

    Les battements du cœur de Kasumi s’accélérèrent à l’unisson de ceux, fébriles et désordonnées de la jeune femme dans ses bras. Ses paroles lui chamboulèrent l’esprit et il faillit resserrer son étreinte autour de la rôdeuse, s’abandonner lui aussi à la douce inconscience qui menaçait d’engloutir Astrée. Au fond de lui, il aurait tant voulu qu’elle prononce les mêmes paroles dans d’autres circonstances mais il savait que c’était la fièvre, la menace de la maladie et le besoin de chaleur et de soutient qui la faisait tenir de tels propos. En tous cas, il se raccrocha à cette explication bien plus raisonnable pour retrouver sa contenance et accomplir les gestes destinés à aider la jeune femme en détresse. Lorsqu’il entendit l’eau frémir, il donna des directives et indiqua quelles plantes utiliser pour la décoction tout en continuant à tapoter le front fiévreux d’Astrée. Il sentait la jeune femme retrouver lentement sa vigueur et au bout de quelques minutes, il lui fit boire la tisane qui devait soulageait sa fièvre tout en engourdissant ses douleurs. Il se demandait confusément si elle allait pouvoir reprendre le voyage tout en répugnant à la lâcher.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  15. #315
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 623

    Quête : un sombre désir de crépuscule

    Petit à petit, la glace et surtout la tisane faisaient leur effet. Les tremblements irrépressibles qui agitaient ses membres s'atténuaient. Elle réalisa qu'elle s'était complètement laissée aller dans les bras de son compagnon et rougit, un peu honteuse de ce moment de faiblesse. Elle se sentait cependant encore trop faible pour tenir assise seule et dut se résoudre à profiter encore un peu du bras qui la soutenait.
    Elle leva les yeux vers Kasumi, croisant son regard inquiet.

    - Merci, dit-elle simplement. Ca va aller mieux, ta tisane est efficace.

    Elle dut attendre encore quelques minutes pour trouver la force de se redresser, et maintenir elle-même la glace sur son front. Elle sentait la fièvre baisser de minute en minute.
    Devinant l'inquiétude du rôdeur, elle lui adressa un pâle sourire :

    - Tu avais bien raison de vouloir m'emmener à Rohan. Je me suis laissée surprendre par la fièvre, je ne pensais pas être aussi malade. Mais ne t'inquiète pas, ça devrait aller maintenant. La fièvre est presque tombée. Je devrais pouvoir reprendre la route d'ici peu. Je vais essayer de manger un peu pour reprendre quelques forces...
    Elle n'était absolument pas sûre d'y arriver. Mais elle voulait rassurer son compagnon.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  16. #316
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    17 999

    Re : [Lieu] Un vallon dans les ténèbres...

    Quête : un désir de crépuscule

    Kasumi fut soulagé de voir la rôdeuse s’agitait signe qu’elle parvenait à lutter contre la fièvre qui refluait. La tisane serait efficace quelques heures au mieux mais ce qu’il fallait à la rôdeuse était quelques jours de repos au chaud et non une chevauchée à travers l’hiver et de la boue jusqu’aux chevilles quand il fallait démonter. Il se secoua et se redressa à son tour. Il lui adressa un sourire encourageant devant ses efforts manifestes pour regagner un peu d’énergie.

    - Tu n’as pas à me remercier, tu en aurais fait de même. La tisane ne fait pas effet très longtemps mais j’en ai encore assez pour en préparer ce soir. Une minute, comment va ton bras ?

    La rôdeuse assura Kasumi que ce n’était là qu’une crampe qui avait passé en même temps que la fièvre grâce à la tisane. Le rôdeur renonça à l’examiner mais pu observer que la jeune femme évitait d’utiliser son bras affaibli même pour manger. Il n’y pouvait rien et décida de faire confiance à la jeune femme pour lui demander son aide en cas de besoin. Ils reprirent la route une heure après s’être arrêté et l’après-midi ne fut guère différent des précédents, marquée par une progression laborieuse mais régulière. La petite bruine qui avait remplacé le froid polaire n’encourageait guère à la discussion et c’est avec soulagement que les cavaliers accueillirent l’ordre de la halte. Le groupe monta son dernier bivouac avant la séparation prévue pour le lendemain matin.

    Kasumi rechercha immédiatement ses feuilles pour la tisane d’Astrée et s’approcha d’elle pour s’enquérir de son état :

    - Nous devrions atteindre Rohan demain soir et c’est heureux. J’aime bien la vie au grand air mais un bon lit ne sera pas de refus pour une nuit. Comment te sens-tu ?
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  17. #317
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 623

    Quête : un sombre désir de crépuscule

    Astrée avait tant bien que mal réussi à se maintenir en selle tout l'après-midi. Mais comme le soir approchait, elle sentait la fièvre monter à nouveau et ne fut pas mécontente de s'arrêter pour la nuit.
    Trop faible, elle renonça à aider les soldats et Kasumi à monter les tentes, se contentant de s'assoir près du feu en lançant de temps à autre quelques bûches pour l'entretenir.
    Elle sourit au rôdeur qui s'inquiétait de son état de santé.

    - Ca va pour l'instant, mais j'aurais bien besoin d'un bon bol d'infusion ce soir encore. Et probablement demain aussi s'il nous en reste. Et j'avoue que ne serais pas contre une nuit au chaud, moi non plus...

    Le rôdeur s'empressa donc de faire chauffer de l'eau et d'y faire infuser les feuilles qu'il avait en main. Pendant ce temps, quelques soldats s'activaient à préparer le repas. Ils étaient visiblement rompus à cette tâche, car un délicieux fumet s'éleva bientôt dans l'atmosphère.
    Astrée mangea avec plus d'appétit qu'à midi, un peu amusée par la surveillance assidue de son compagnon. Son bras la faisait encore souffrir, mais elle sentait que ce n'était rien de grave. Il ne lui faudrait sans doute qu'une bonne nuit de repos pour se rétablir.

    Ils parlèrent peu durant le repas, Astrée étant trop épuisée pour soutenir une conversation. Et la veillée ne s'éternisa pas : tous étaient fatigués, pressés d'aller dormir.
    Après avoir salué Kasumi et quelques soldats, Astrée se dirigea vers sa tente. Elle s'assit un moment à l'entrée, observant le ciel. Pourvu que cette fichue bruine cesse. Que le temps redevienne plus clément. L'humidité ambiante ne faisait qu'aggraver son état.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  18. #318
    Avatar de Kasumi
    Kasumi est déconnecté Epine de Mielikki
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Villeurbanne
    Messages 
    17 999

    Re : [Lieu] Un vallon dans les ténèbres...

    Quête : un désir de crépuscule

    Le rôdeur lui aussi ne se sentait pas en état de tenir une conversation. La chevauchée se révélait éprouvante même pour les organismes en bonne santé et il avait ample matière à réflexion. Il s’efforçait de chasser le doux souvenir d’Astrée se pelotonnant dans ses bras en se répétant mentalement qu’il était ridicule d’y voir autre chose que la réaction toute naturelle d’une malade en plein état fiévreux. Bientôt, il faudrait se résigner à la laisser retourner chez elle. Bien sûr, il pourrait toujours lui rendre visite mais ce ne serait plus pareil. Il lui fallait donc durcir son cœur et tâcher d’occuper son esprit à d’autres activités.

    A la fin du repas, après s’être assuré qu’Astrée disposait de tout ce qu’il fallait, il retourna à sa tente pour y prendre son arc et quelques flèches. Puis, discrètement, il s’éloigna du cercle des flammes et annonça à une sentinelle qu’il allait essayer de débusquer quelque gibier. Son attitude discrète ne manqua pas d’intriguer la rôdeuse qui assista à l’échange bien malgré elle.

    Du reste, le demi-elfe mit deux heures avant de regagner le campement, se repérant sur les braises mourantes et il n’avait visiblement attrapé aucune prise. Que ce fut grâce au rôdeur veillant dans la forêt ou à leur rythme soutenu qui aurait permis de les distancer, cette nuit là le convoi ne fut troublé par aucun prédateur en maraude. La seule trace de son étrange comportement fut un petit sourire cachottier dont le rôdeur ne se départit pas durant tout le petit déjeuner.

    La plupart des soldats n'en remarquèrent rine ou furent trop occupé à répartir les affaires pour l'interroger à ce sujet. Le moment du grand départ avait sonné et les voyageurs allaient se séparer en deux groupes. Sur des derniers adieux les deux compagnies se mirent en mouvement et se perdirent bientôt de vue, aidés en cela par un terraintoujours aussi accidenté et boisé.
    Dernière modification par Kasumi ; 18/01/2009 à 18h53.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  19. #319
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 623

    Quête : un sombre désir de crépuscule

    Depuis le seuil de sa tente, Astrée observa, intriguée, Kasumi qui s’éloignait avec son arc. Perplexe, elle se demanda ce qu’il pouvait bien faire. Chasser n’avait aucun sens, ils avaient des provisions… Elle se souvint alors des mystérieux voleurs de viande qui les avaient pris pour cible. Des carnivores. Peut-être des renards, ou bien des loups. Sa maladie lui avait fait complètement oublier ce petit problème. Kasumi allait certainement chercher à en savoir plus, sans doute allait-il tenter de les effrayer pour leur ôter l’envie de chaparder leurs provisions.
    Elle soupira. Si elle n’avait pas été aussi mal en point, elle l’aurait accompagné. Mais là…. Elle dut se résigner à se glisser sous la toile, dépitée, avec le sentiment d’être totalement inutile.

    La nuit lui parut trop courte. Au petit matin, sa fièvre était un peu tombée mais elle préféra avaler quand même un bon bol d’infusion. Elle apprit au petit déjeuner que leurs mystérieux voleurs n’avaient pas agi cette nuit-là. Elle remarqua bien le sourire cachottier de Kasumi, mais se refusa à aborder le sujet. S’il avait voulu lui en parler, il l’aurait fait… Discrète, et peut-être un peu vexée d’avoir été tenue à l’écart, elle ne posa donc aucune question.

    L’étape du jour se déroula sans incident notable, sous un crachin toujours aussi glacial. Ils avaient laissé derrière eux la moitié du contingent qui se rendait directement à Luménis. La jeune luménienne, moins mal en point qu'Astrée, avait préféré continuer avec l'autre groupe.
    Les soldats qui étaient à leurs côtés, se sentant proches de leur foyer, avaient insensiblement accéléré l’allure, ou peut-être était-ce les chevaux qui sentaient l’appel de l’écurie. Toujours est-il qu’ils arrivèrent en vue de Rohan bien avant la tombée de la nuit.
    Depuis le plateau où ils se trouvaient, ils en avaient une belle vue d’ensemble. Ils s’arrêtèrent un instant pour observer la ville, grosse bourgade ceinte de palissades de bois, puis amorcèrent une lente descente vers le défilé rocheux dont elle semblait garder l’entrée. Leur convoi arriva bientôt en vue d’une des portes de la cité.
    Dernière modification par Voyageuse ; 18/01/2009 à 21h47.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  20. #320
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 415
    (HRP : dix ans plus tard )

    D'ici...

    La stupeur figea Albérich dans ses étriers, alors même que Printemps, au contraire, prenait le trot puis le petit galop, sans se soucier de son cavalier. Le petit cheval n’alla pas bien loin, se contenta de gagner l’herbe verte qui couvrait le sol, l’ombre fraîche des pommiers en fleurs, et baissa les naseaux pour se sustenter. Hubert, tout aussi ébahi, prit la mesure des lieux d’un sortilège avant de mettre pied à terre.
    « Incroyable. » cha-t-il simplement.
    Les ténèbres avaient cédé devant la lumière, intégralement, et au cœur de la Forêt Maudite, le Vallon faisait désormais office d’oasis. Les arbres étaient vigoureux, des essences mélangées dont les feuilles encore jeunes se gorgeaient de soleil. Pour la première fois depuis des jours, les deux hommes entendirent le chant des oiseaux, le murmure du vent, perçurent le parfum des fleurs, et il fit moins froid, moins lourd, moins mort. La Tour de Samuel de Presle, théâtre des événements terribles qu’Albérich avait voulu affronter sans faillir, avait partiellement brûlé et trônait, amputée de son dernier étage, sous un lierre déjà triomphant. Elle demeurait bien plus haute que le plus haut des arbres, mais si la nature gardait la main, elle finirait par s’écrouler et disparaître.

    « Il y a une magie puissante, ici. Une magie…
    — … de l’aube. » compléta Albérich.
    Quelqu’un, quelque chose, avait chassé l’ombre et repoussé Shar. Il ne savait pas s’il devait en ressentir un intense soulagement ou une profonde déception. Le vallon était désormais splendide, aux antipodes du souvenir qu’il en avait. Mettant pied à terre, il réalisa que c’était une chance. Il avait erré dans la nuit. Il avait besoin d’aide. Et toute cette lumière, ce n’était rien d’autre que cela, une aide face à la distance qu’il lui restait à parcourir. Ils marchèrent vers la Tour, abandonnant les chevaux derrière eux. Grand Vent était là pour veiller sur Printemps, mais de toute façon, ils savaient l’un et l’autre que la force de la bénédiction qui protégeait les lieux était telle qu’aucune puissance maléfique ordinaire ne parviendrait à la briser. Leurs montures étaient en sécurité, ils l’étaient eux aussi. Cette prise de conscience termina de saper l’énergie du prêtre, qui s’immobilisa dans l’herbe.

    « Je devrais dormir. Avant.
    — Saine décision. » dit simplement Hubert.
    Ils ne montèrent pas la tente, se contentèrent de dérouler leurs tapis de sol. Albérich s’allongea les yeux dans le bleu du ciel et s’endormit presque instantanément sous le soleil, comme ensorcelé par la sérénité des lieux.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  21. #321
    Date d'inscription
    July 2013
    Localisation
    Hélonna
    Messages 
    3 301
    Hubert l’observa un moment mais ne le rejoignit pas. Avant de se reposer – car en dépit de ce qu’imaginait peut-être le prêtre, il était fatigué, lui aussi — il ressentait le besoin de prendre la mesure de cet endroit sinistre, qu’Albérich avait évoqué mille fois sans jamais rien en dire. Mais il n’en restait rien : du soleil, des arbres en fleurs, une ruine couverte de verdure. C’était même plutôt charmant, l’herbe était parsemée de crocus et de jonquilles, le vent emportait les pétales des cerisiers en pluie immaculée et les mésanges se disputaient dans les hauteurs. Le paladin fit quelques pas, dénoua sa cape puis tira sur les sangles de son armure. Sous les plaques de métal, son haubert était sale et humide, et il s’en dégagea, ne conservant que sa tunique. Malgré la souillure de la forêt, ou peut-être à cause d’elle, ses ailes avaient encore grandi. Au repos, elles allaient de ses oreilles à ses fesses, désormais, et déployées, elles dépassaient ses bras écartés. Elles étaient encore trop petites pour le porter, bien sûr, mais au rythme auquel elles émergeaient, cela ne tarderait sans doute plus. Qu’avait dit le céleste d’Albérich ? Fonctionnelles avant l’hiver. Il était horrifié par cette perspective, mais aussi un peu impatient. Doucement, il les agita, d’avant en arrière, en un mouvement très simple, instinctif, qu’il contrôlait sans devoir y réfléchir. Elles faisaient partie de lui, désormais, il les percevait intégralement, les plumes, les muscles, la souplesse des articulations, comme si elles avaient toujours été là. C’était déstabilisant.

    Il marcha dans l’herbe, jusqu’à la tour, et posa la main sur la pierre noircie. Rien ne se produisit. Aucun choc, aucune image, ou un cri, les relents de ce qui avait eu lieu, à peine plus d’un an auparavant. Evidemment, Hubert n’en portait aucun souvenir. Juste les bribes de ce qu’Albérich en avait raconté, captivité, souffrance, et puis ce désespoir qui l’avait coupé de Lathandre. La mort de personnes qu’il aimait, la jouissance sombre des Sharites, l’arrivée d’un groupe de mercenaires pour l’arracher à ses ravisseurs : il n’en restait aucune trace. Quelque chose de puissant avait décidé d’oblitérer l’ombre. Il hésita à entrer mais renonça. Il n’y aurait rien à trouver dans les ruines de la Tour, et son aspect riant était comme une barrière qui l’empêchait d’imaginer le pire. Il savait qu’il en avait rêvé — cauchemardé, plutôt – à plus d’une reprise, mais le visage des Sharites avait toujours été celui de quelqu’un de connu : Béranger, les Ecorcheurs, Louis, le Gareth Maelwedd d’autrefois. Il avait vécu, dans la nuit noire, cette impuissance et cette colère, le sentiment de faillir à celui qu’il aimait, tandis qu’il assistait à l’indicible sans pouvoir intervenir. Souvent, il s’était éveillé en sursaut pour découvrir Albérich lui-même aux prises avec un cauchemar, et il avait réalisé qu’il pouvait l’apaiser d’une caresse, d’une étreinte, et l’aider à glisser dans un sommeil plus serein. Après leur voyage aux Enfers et les terribles journées qui l’avaient précédé, ce traumatisme imaginaire, par procuration, avait trouvé sa mesure et disparut. Il le percevait désormais comme quelque chose de distant… et de presque trivial. Ce n'était évidemment pas le cas pour Albérich, ce qui n'était pas facile à comprendre.

    Hubert tourna autour de l’édifice, profita du soleil, dérangea une paire de lapins qui fuirent dans les hautes herbes. Il songea à ce qu’avait demandé Aidan, aux paladins tombés, mais il n’y avait aucune trace de leur trépas, nulle part. Il mit néanmoins un genou en terre et pria dans la lumière, à la gloire du Printemps. Cela ne coûtait rien et, pendant un instant, il se sentit en phase avec le monde autour de lui, brillant, vivant et formidable.

  22. #322
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 415
    Albérich entra dans la Tour à la nuit. Dans son esprit, cela n’avait rien de paradoxal. La nuit appartenait à Shar et il avait l’intention de lui prouver – de se prouver – qu’il pouvait l’affronter sur son terrain. De plus, le soleil avait quitté le vallon, le ramenant à un aspect plus familier. Presque. Le printemps demeurait présent par son odeur, par son souffle, et l’aura des lieux n’avait pas changé. La mi-nuit était passée. Hubert dormait tranquillement, sur le ventre, les ailes repliées sur le dos, l’image même de la sérénité.

    Muni d’une pierre lumineuse, Albérich franchit l’arche de pierre où s’était autrefois trouvée la porte et déboucha dans la salle ronde à la base de la tour. La pièce était déserte, vide, et ne lui évoqua rien. Il était arrivé directement dans les hauteurs, par téléportation, ceinturé par Calme Péril, le chef de la cellule sharite. Il était alors épuisé, drogué, restreint, incapable de rassembler les forces de son esprit pour s’opposer à quoi que ce soit. Les Sharites l’avaient sorti de Luménis par la route, dans un cercueil, vers le sud. Il avait un souvenir confus de ces premières heures terribles entre leurs mains, désorienté par les coups qu’il avait pris, les sortilèges qui l’avaient sapé, et la fureur de son angoisse. Mais, dans ces instants, Lathandre était encore un refuge possible, et au-delà de sa confusion, il y avait eu l’espoir et la lumière.

    Calme Péril les avait menés tout de suite dans les étages et le clerc s’engagea dans l’escalier noirci, pas à pas, focalisé sur sa respiration, les battements de son cœur, mesurés, contrôlés, maître de lui-même. Il avait imaginé mille fois ce moment. Il devait être à la hauteur. Il chercha, trouva, l’étincelle de Lathandre en lui. Il était libre, aujourd’hui, sans chaînes, fort, capable de conjurer une puissance redoutable d’un seul mot. Rien ne pouvait l’atteindre. Il n’y avait personne ici. Juste des souvenirs à affronter avant la paix.

    Il parvint sur le premier palier et s’immobilisa. Il prit le temps de respirer doucement, plusieurs fois, sans quitter des yeux la pièce à sa droite, béante. Le bois épais de la porte avait noirci mais pas complètement brûlé. C’était sa cellule, l’endroit où il passait chaque nuit, dans la paille souillée, enchaîné dans une position qui l’empêchait de s’allonger, contraint à se nourrir sans l’usage de ses mains, ses dangereuses mains, qui lui auraient permis d’incanter et de foudroyer ses ennemis. A bien y réfléchir, il avait eu de la chance qu’ils ne l’amputent pas ou qu’ils ne lui coupent pas la langue. S’ils ne l’avaient pas fait, c’est qu’ils avaient eu l’espoir – quelle ironie, des Sharites pleins d’espoir – de lui faire embrasser la noirceur de leur déesse perverse. Et ils avaient échoué. Hubert avait raison, en cela, il avait été plus fort que ses adversaires. Bien sûr, la partie ne s’était pas terminée avec sa libération, Noir Dessein l’avait suivi pendant des semaines, à l’affût de sa faiblesse, pour le faire trébucher. Mais s’il n’avait pu garder Lathandre, il avait réussi à rester vide de toute énergie sombre. Un petit succès, mine de rien.

    Il fit un pas en avant, poussa la porte calcinée du plat de la main et entra. La pierre était nue, tachée par endroits. Sur le mur du fond, à deux pieds du sol, l’anneau de métal qui l’avait retenu était toujours à sa place, scellé, un minime témoignage de longues heures affreuses, pendant lesquelles il était passé de la résilience au désarroi, d’une torpeur agitée à un éveil stupéfait. Pourtant, cette cellule était un lieu de répit, l’endroit où il pouvait reprendre son souffle entre deux cris, un havre, presque, par rapport à ce qui l’attendait au sommet. Il alla jusqu’au mur, s’accroupit, et prit l’anneau entre les doigts. Il n’essaya pas de l’arracher aux pierres : il savait que c’était impossible. Le métal froid entre ses doigts lui donna, une seconde, un frisson, mais il conserva son calme, se réjouit dans un sourire de la tempérance de son organisme tout entier. Oui, il avait été prisonnier, impuissant, mais c’était autrefois. Il pouvait évoquer les images sans ressentir les émotions violentes qui l’avaient étreint alors. Durant de longs mois après sa libération, il avait encore, parfois, ressenti la pression de fers invisibles sur ses poignets, mais cette illusion pénible avait disparu depuis un moment. Aujourd’hui, les images elles-mêmes étaient floues, comme adoucies par le temps.

    Il se leva, regagna le palier, jeta un œil vers les hauteurs. L’escalier de pierre grimpait dans un trou noir, que la lumière de son caillou enchanté repoussa peu à peu tandis qu’il montait. Il avait escaladé ces marches, les avait descendues dix fois – mille, dans sa perception troublée de son calvaire – flanqué de cerbères volontiers cruels.

    Ce n’est pas personnel, lui avait répété Calme Péril, comme s’il était désolé de ce qu’il lui infligeait. Pas personnel. Mais il était l’aubemestre de Luménis, c’était l’essence de son être, profonde, virulente, définitoire. En cela, rien n’était plus personnel.

    Il parvint sur le second palier, celui des chambres qu’avaient occupées les Sharites, et s’apprêtait à continuer vers les hauteurs et la terrasse, quand il se sentit brusquement paralysé. Son souffle, jusque-là docile, se bloqua dans sa poitrine et une sueur froide le saisit instantanément, des tempes au bas du dos, perturbant ses sens. Le sang résonnait dans ses oreilles, une douleur diffuse s’épanouit dans son crâne et il manqua perdre l’équilibre, se raccrochant brusquement au mur voisin. Son corps se souvenait de quelque chose dont sa conscience ne prenait pas la mesure, quelque chose qui n’était pas la torture de l’aube au sommet, qu’il parvenait à évoquer, quelque chose – LA chose – qu’il avait refoulée et enfouie, comme oubliée mais en réalité pas complètement. Ce qu’il avait voulu affronter, en espérant à moitié que cela n’existait pas, que c’était juste une impression, qu’il n’y avait aucune horreur dissimulée dans les replis de son esprit, trop difficile à affronter.

    Il regretta de ne pas avoir réveillé Hubert. Il regretta d’être monté jusque-là. Une part de lui, terrorisée, lui soufflait de partir. C’était la plus grande part de lui, la part qui cherchait à se ménager du monde impitoyable qui l’environnait. Mais il y avait aussi une flamme qui refusait de plier à nouveau. Il était venu jusqu’ici pour se purger définitivement de la honte et de la souffrance. Il n’avait plus le droit de reculer.
    Tu n’as pas tout seul, pas cette fois-ci, lui souffla une petite voix intérieure.
    Alors il pria, au creux de la nuit. Lathandre s’invita en lui, comme il l’avait fait pendant des années et comme il le ferait encore jusqu’à la fin. L’énergie du Dieu était chaleureuse, bouillonnante d’énergie et de confiance, de générosité et d’amour. Albérich s’y abreuva sans retenue, puis revint aux ténèbres. L’angoisse qui l’étreignait avait pris une teinte combattive, et il entra dans la première des trois pièces. Elle était vide, vaste, il n’en avait aucun souvenir. Il recula, entra dans la seconde. Plus petite, tout aussi nue, il l’arpenta en trois pas avant de ressortir. Même devant la troisième porte, il conserva son assurance et il entra.

    La pièce était exiguë, le sol était noirci. Dans un coin, sur une grosse pile de cendres, trônaient quelques objets déformés par les flammes. Du plafond pendaient deux chaînes noires, qui s’arrêtaient à hauteur d’homme. Albérich vacilla puis posa un genou au sol.
    Les souvenirs revinrent comme une vague, tous en même temps, le kaléidoscope de deux journées, peut-être trois, passées entre les mains expertes du Loviate. Toutes ces choses atroces, ces actes inhumains, dont il avait eu la certitude sans jamais les regarder en face, l’assaillirent et explosèrent dans son esprit et dans sa poitrine, le ramenant à sa détresse, cette prise de conscience sidérée de la capacité de certains à faire le mal, et rien d’autre que le mal, sans la moindre arrière-pensée, la moindre compassion pour l’individu à leur merci. C’était une sensation intolérable et il se recroquevilla sur lui-même, bouleversé et impuissant à endiguer ce flot de violence qui submergeait son être. Confusément, il s’en voulut d’avoir pris ce risque stupide, d’avoir soulevé le voile sur ce que son âme avait, raisonnablement, décidé d’oblitérer. A présent, il allait fuir, il le sentait, dissocier comme il l’avait fait si souvent quand les émotions le dépassaient. Il commença à glisser vers le puits, ses ténèbres sans fond, la rupture de toute vie.
    Puis il eut un sursaut.

    Il se raccrocha à la lumière, invoqua Lathandre pour le protéger. Une lueur, ténue mais formidable, qu’il fallait nourrir, qui deviendrait flamme, brasier, soleil triomphant, s’y raccrocher à l’intérieur de lui-même, repousser l’ombre, reprendre pied, s’y raccrocher, la lumière, rien que la lumière, la force de la vie, le renouveau, respirer, être. Et affronter. Il avait souffert dans cette pièce, il avait subi, il avait cédé. Il ne devait pas avoir honte. Le tort était chez Noir Dessein, l’inhumanité, la folie. Et le Loviate était mort, son âme avait été annihilée par les clercs d’Eredhun, il ne pouvait plus nuire à personne. Albérich avait réagi autrefois comme il l’avait pu, comme un être humain, peut-être fragile, mais la torture ne l’avait pas tué. Il était là, aujourd’hui, debout, plus fort, à l’aube de tout.

    Il ouvrit les yeux, se redressa pour s’asseoir. La pièce était baignée d’une lumière chaude, comme la flamme de mille bougies. Pendant une seconde, il crut qu’il générait lui-même cette lueur, puis il aperçut, assise sur l’appui de fenêtre, une petite silhouette. Elle lui sourit.
    C’était une fillette, de six ou sept ans, légèrement translucide, dégageant cette lumière jaune orangé, incroyablement chaleureuse. Elle sauta de son perchoir, s’approcha de lui et, très simplement, ils s’étreignirent. Albérich se sentit aussitôt empli d’une sérénité absolue, comme s’il avait consommé un breuvage magique, apaisant, parfait. Entre ses bras, la petite fille avait une consistance un peu étrange, mais il s’y adapta sans y réfléchir. Il relâcha son étreinte et elle s’assit devant lui, toujours souriante.

    « C’est bien que tu sois venu. Apporter la lumière ici.
    — Tu en dégages plus que moi.
    — Ce n’est pas la même. Ici, il y avait des ténèbres que toi seul pouvait dissiper, parce qu’elles n’étaient rien qu’à toi. Maintenant, elles sont en toi mais tu les as domptées.
    — Tu m’y as aidé.
    — Pas beaucoup. Il y a assez de lumière en toi pour moucher ces ténèbres, et pour en moucher bien d’autres. Il fallait juste… souffler sur les braises. »
    Elle avait un visage très fin, les yeux en amande, quelque chose d’elfique. Il avait envie de lui poser mille questions, mais s’abstint. Elle l’encouragea d’un sourire.
    « Est-ce toi qui as… purifié ces lieux ?
    — Non. Je suis beaucoup trop petite. En réalité, beaucoup plus petite que je n’en ai l’air. Je dors. Quand je dors, je viens ici. Quand je me réveille, j’oublie que j’ai été ici, et je redeviens ce que je suis.
    — Pourquoi est-ce que tu viens ici ?
    — Je t’attends.
    — Moi ?
    — Oui, toi. Qui d’autre ?
    — Comment…
    — Je ne peux pas l’expliquer.
    — Pour m’aider ?
    — Peut-être. Mais je dois te demander un service.
    — Un service ? »
    Elle se leva.
    « Plus tard. Maintenant, viens, nous devons aller en haut. A la source de la nuit. »
    Elle lui tendit la main, il la prit, et ensemble ils retournèrent sur le palier. En franchissant la porte, Albérich eut la sensation qu’un poids lui glissait des épaules. Il se retourna, contempla la salle de torture abandonnée. Il se souvenait de tout. De chaque sortilège, de chaque coup, du sang qu’il avait versé, des hurlements qu’il avait poussés, des suppliques, de la douleur, de Noir Dessein. Mais c’était hier, gravé en lui mais définitivement révolu. Il devait laisser aller l’indicible.

    La petite fille le tira vers l’avant, sa main comme un souffle plus qu’une pression. Ils montèrent les dernières marches et atteignirent le sommet, la terrasse qui s’ouvrait à l’est sur le ciel déjà pâle, les piliers où il avait été enchaîné et flagellé chaque jour, dans la lumière indifférente du soleil. Il lâcha la main de la petite fille éthérée, s’approcha des piliers et se plaça entre eux, dans la position exacte qu’il avait occupée chaque jour, à l’aube. Il posa une paume sur chaque colonne, trouva les anneaux de métal qui avaient porté ses chaînes, ferma les yeux et laissa les souvenirs revenir. Il ne tressaillit pas. Son esprit ne s’embrasa pas d’une souffrance imaginaire. C’est ici qu’il avait craqué, mais ici aussi qu’il avait lutté. Il fit face à ce que les lieux lui renvoyaient, ce théâtre tragique où les Sharites l’avaient malmené sans réserve, dans son âme et dans son corps. Mais l’aurore nimbait le ciel de lueurs fantastiques et il était temps d’inviter Lathandre à envahir les lieux pour toujours. Il lâcha les piliers, fit un pas en avant et resta debout, droit, alors que le soleil se levait. Il pria à haute voix et entra en résonnance avec l’énergie de son dieu d’une manière inédite, si bien que les mots disparurent, toute trace de conscience, pour se fondre dans une extase pure, d’âme à âme, un spasme d’absolue révélation.
    Pardon, dit quelque chose, quelque part, et Albérich ne sut jamais qui, exactement, avait eu pareille pensée, car en cet instant, il n’y avait plus de distinction entre l’homme et son dieu.
    Pendant un siècle, ou un instant, tout, absolument tout, ne fut que lumière, et c’était la seule chose possible, car tel était l’univers.
    Il reprit ses esprits couché sur la pierre, la petite fille penchée sur lui. L’aube avait chassé la nuit. Les oiseaux chantaient dans une cacophonie familière. Il faisait rose, jaune et bleu pâle.

    « Je dois partir, dit la fillette.
    — Le service…
    — Oui. »
    Il s'assit. Elle parut incertaine, comme intimidée. Il avait l’impression que sa silhouette se dissipait déjà, ses contours lumineux se brouillaient.
    « Un jour, je viendrai à toi. En personne. Ce ne sera pas demain, je viens seulement... d'arriver au monde. Ce sera peut-être dans dix ans, ou plus, je ne sais pas. Mais quand je viendrai à toi, il faudra que tu m’aides. J’aurai besoin de ta sagesse et de ta protection, et de ton enseignement.
    — Bien sûr, murmura-t-il. J’en serais honoré.
    — Je ne me souviendrai pas de toi, pas de cette rencontre. Mais ce n’est pas grave. Tu me reconnaîtras.
    — Oui, sans nul doute.
    — Je suis Aruna.
    —*Aruna. Je t’attendrai. »
    Elle rit doucement et pirouetta sur elle-même.
    « Je te trouverai de toute façon ! » s’exclama-t-elle.
    Elle posa les deux mains sur son front, il sentit leur chaleur se transmettre à son âme épuisée.

    « Tu as vaincu, Albérich. Tu es libre. »
    Elle s’évanouit dans un souffle, comme emportée par la brise. Une seconde plus tard, des pas empressés résonnaient dans l’escalier et Hubert surgit, en tunique de nuit.
    « Qu’est-ce que tu fabriques ici tout seul ? » s’exclama-t-il en s’approchant du prêtre à terre.
    Il lui tendit une main pour l’aider à se remettre debout.

    « Je cherchais l’aube. Et elle m’a entendu. »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  23. #323
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 415
    Hubert et Albérich repartirent le lendemain matin, après une journée tranquille à profiter du printemps. Le paladin n’était pas complètement certain de pouvoir chasser dans ce sanctuaire magnifique, aussi invoquèrent-ils leur nourriture. Ils firent un peu de lessive, improvisèrent une cérémonie à la mémoire des paladins tombés, et Albérich raconta à Hubert, pour la première fois, ce qui s’était réellement passé dans la Tour. Le récit ébranla fortement le paladin, suscitant en lui des émotions violentes et difficiles, mais la sérénité qu’avait trouvée le prêtre l’apaisa également. Il avait voulu savoir et désormais, il savait. Ce n’était pas agréable mais c’était derrière, loin derrière désormais, et partie intégrante de leur cheminement, à l’un et à l’autre. Sans les Sharites, ils ne se seraient sans doute jamais rencontrés. C’était aussi ça, la réalité. La nuit avait engendré la lumière, une lumière féroce, qui brûlait de se déverser sur le monde.
    Albérich ne dit rien de l’apparition lumineuse qui l’avait accompagné dans les dernières étapes de sa confrontation avec la nuit. Il n’avait pas l’intention de le cacher, pas vraiment, mais il avait la sensation que c’était un reflet du futur qui n’avait pas de place aujourd’hui. Sans compter qu’il n’était pas complètement sûr, a posteriori, de savoir exactement ce qui s’était produit.
    Ils repartirent droit vers Respelm, bien décidés à honorer la promesse qu’ils avaient faite à Aidan. Les deux nuits qu’ils passèrent dans le bois hanté furent agitées, mais Albérich avait chassé tous les nuages de son esprit et il dérouilla les morts-vivants avec autant d’efficacité que son compagnon (mais moins d’enthousiasme, tout de même). Ils se soucièrent peu de l’énergie divine qu’ils répandirent dans l’atmosphère viciée de la forêt : pourquoi Lathandre aurait-il dû se cacher de l’ombre, après tout ?
    Ils émergèrent de la forêt au crépuscule, le premier jour de Kythorn, le Temps des Fleurs, et la campagne les accueillit dans une marée de jaunes et d’orangés splendides. Ils regardèrent le soleil se coucher et saluèrent Lathandre avant de mettre le cap sur Respelm.
    Dernière modification par Galathée ; 24/03/2019 à 10h04.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

Page 11 sur 11 PremièrePremière ... 91011

Discussions similaires

  1. [Lieu] Dans la forêt maudite
    Par Aloysius Kelsen dans le forum Les Montagnes de Fer
    Réponses: 552
    Dernier message: 24/02/2019, 09h19
  2. Le jeu des Ténèbres
    Par balduran[fx] dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 3
    Dernier message: 03/04/2008, 17h28
  3. [Lieu] Dans les profondeurs du parc verdoyant
    Par Galathée dans le forum Les Beaux Quartiers
    Réponses: 167
    Dernier message: 06/03/2008, 11h31
  4. ELEND - Les Ténèbres du Dehors
    Par Stargazer dans le forum La Chronique des forumeurs
    Réponses: 0
    Dernier message: 13/01/2006, 07h52
  5. Les compagnons des ténèbres
    Par Elegyr Menahel dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 10
    Dernier message: 06/01/2004, 18h04

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250