Page 1 sur 34 12311 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 991

Discussion: [Lieu] L'Abri d'Astrée

  1. #1
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    [Lieu] L'Abri d'Astrée

    Les pics escarpés des Montagnes de Fer font place, au nord-ouest, à un paysage plus doux, mélange de falaises rocheuses, de garrigue, de petits bosquets, à la végétation de plus en plus luxuriante à l’approche de la Forêt Maudite. Les sols calcaires de cette zone ont gardé les traces d’anciens cours d’eau souterrains, et de nombreuses grottes s’offrent à la curiosité du regard, simple failles surgissant au cœur d’une paroi rocheuse, ou cavernes immenses aux ouvertures béantes, s’entremêlant parfois en un véritable labyrinthe. De nombreux cours d'eau dévalent les pentes, des sources jaillissent en cascades.

    C’est ici, à la frontière entre le végétal et le minéral, qu’Astrée a choisi de poser quelques temps ses bagages.
    De loin, on ne distingue qu’une espèce de tas de bois posé contre la roche à 1 ou 2 mètres du sol, au fond d’un cirque naturel, à des lieues de toute autre trace humaine. De près on découvre un véritable mur en rondins, percé d’une ouverture, qui obstrue l’entrée d’une petite caverne. Une simple peau de bête fait office de porte, accessible grâce à une petite échelle posée contre la paroi.
    Lorsqu’on soulève cette fourrure, le soleil illumine la petite pièce, peu profonde, où elle a rangé ses maigres possessions. Une petite table basse et un banc, visiblement fabriqués avec les moyens du bord, en occupent le centre. A droite, une cheminée naturelle permet d’évacuer les fumées du feu qu’elle maintient juste en-dessous. A gauche, un entassement de feuillages, branchages, couvertures en peau, sert de couchage. Un visiteur de passage ne manquerait pas de remarquer le joyeux désordre de vêtements, armes, et ustensiles qui envahit l'espace...
    L’entrée est orientée plein sud, ce qui permet à Astrée de laisser sa « porte » ouverte dès que le temps est clément, réchauffant ainsi l’intérieur de la grotte. L’abri creusé dans la roche étant naturellement isolé, il bénéficie d’une température fraiche l’été et relativement tempérée l’hiver. Il ne manquait que quelques tapis de peau au sol pour rendre l’endroit parfaitement habitable.
    Et Astrée se surprend à apprécier le confort de son nouveau chez-elle, après plusieurs mois d’errance sans but.
    Dernière modification par Voyageuse ; 20/09/2008 à 08h28.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  2. #2
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Re : [Lieu] L'Abri d'Astrée

    La pluie tombait drue depuis 3 jours. L’automne s’annonçait humide.
    Astrée ranima le feu et soupira en observant le ciel depuis le pas de sa porte. Le temps ne semblait pas devoir s’arranger aujourd’hui encore. Mais pluie ou non, froid ou non, il fallait bien se nourrir… Ses réserves de viande étaient au plus bas, il était temps d’y remédier.
    Elle sortit de son abri, grimaça sous la morsure du froid, resserra sa cape et sa capuche. La météo ne lui semblait guère propice à la chasse. Elle préféra donc rejoindre le petit ruisseau qui coulait en contrebas, et le descendre à la recherche de quelques truites un tantinet coopératives…

    L’eau tourbillonnait dangereusement et le ruisseau était en passe de se transformer en véritable torrent. Elle eut beaucoup de mal à trouver une petite zone abritée des remous, et encore plus de mal à repérer les infortunés poissons qui se terraient au fond. Elle banda son arc - la canne à pêche, c’est bon lorsqu’il fait beau…, et visa calmement. La flèche partit bien droite, embrochant une belle truite. Décidément, elle avait beaucoup progressé ces derniers mois, elle faisait mouche presque à chaque flèche !
    Les autres poissons ayant fui sans demander leur reste, elle continua son chemin à la recherche d’une autre proie.

    C’est alors qu’elle entendit, non loin, des voix – ou plutôt des cris. Elle se figea. Ecouta. Tiraillée entre l’envie de disparaître sans laisser de trace et sa conscience qui lui disait que peut-être quelqu’un était en danger… Elle se rapprocha discrètement – vu le bruit ambiant ce n’était guère difficile : à cet endroit le ruisseau rejoignait une rivière plus importante, que les pluies continues avaient transformé en torrent mugissant. Le bruit était assourdissant.
    Elle fut rapidement rassurée quant à l’origine des cris : un petit groupe de cavaliers avait mis pied à terre et les hommes tentaient à grands cris de convaincre leurs bêtes, dont certaines étaient assez lourdement chargées, de traverser le torrent. La plupart des bêtes suivaient vaille que vaille leur maître, mais la dernière semblait totalement récalcitrante à l’idée de plonger dans ce tourbillon d’eau peu engageant. Astrée se dit qu’on ne pouvait vraiment pas lui en tenir rigueur…
    Sans l’avoir vraiment prémédité, elle tendit son esprit vers la scène, ressentant la terreur de la pauvre bête, l’épuisement des autres… Ces hommes ne se rendaient donc pas compte du supplice qu’ils leur imposaient ? Pourquoi ne faisaient-ils pas un détour pour trouver un gué plus abordable ? Elle se souvenait très bien en avoir repéré un à quelques heures de marche en aval. Mais visiblement les hommes n’avaient pas l’intention de faire le détour. Probablement des marchands pressés de ramener leurs marchandises…

    Petit à petit, le convoi avançait. Les premières montures avaient déjà traversé, malgré le courant qui leur battait les flancs. On avait déchargé le chargement pour leur faciliter les choses. Un seul cheval renâclait encore bruyamment, ruait, se débattait, complètement affolé malgré tous les efforts de son maître. Il finit bien malgré lui par entrer dans l’eau à son tour, bon dernier.
    Quand il fut au milieu du torrent, il fut heurté assez violemment, probablement par un tronc emporté par les flots - Astrée n’eut pas le temps d’identifier l’objet. Il perdit l’équilibre, glissa sur un rocher, fut emporté en contrebas, là où le niveau de l'eau avait dangereusement monté, et disparut de leur champ de vision. Son propriétaire, lâchant la longe, fut rattrapé in extremis par ses compagnons. La végétation, touffue à cet endroit, ne leur permettait pas d'apercevoir ce qui se passait en contrebas
    .
    « Laisse tomber le cheval, il est fichu. Et de toute façon il devenait trop vieux. Rentrons vite au village, les autres bêtes sont épuisées »

    Cahin, caha, le petit convoi s’éloigna du torrent, laissant l’animal à son destin.
    Dernière modification par Voyageuse ; 20/09/2008 à 08h46.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  3. #3
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Re : [Lieu] L'Abri d'Astrée

    Astrée connaissait bien la rivière. En contrebas du lieu de l’incident, là où le cheval avait disparu derrière la végétation, elle savait que le cours d’eau obliquait vers la droite et s’élargissait un peu. A cet endroit-là, le terrain était moins accidenté et les eaux plus calmes, un peu moins profondes – du moins était-ce le cas en temps ordinaire. Elle se hâta, coupant à travers les taillis. Au moment du choc, elle était en contact mental avec l’animal. Elle avait ressenti la douleur physique, l’incompréhension et la panique lorsqu’il avait perdu pied. Mais la blessure ne lui avait pas paru grave. On pourrait sûrement le sauver s’il arrivait à reprendre pied.
    Elle l’aperçut soudain un peu plus bas : il tentait de se hisser sur la berge, complètement épuisé. Elle tendit son esprit vers lui, envoyant ce simple message : calme, calme. J’arrive… En espérant que cette intrusion dans son esprit n’allait pas aggraver son affolement. De toute sa concentration, elle lui envoyait des ondes d’apaisement.
    S’il fut surpris de ce contact inattendu, l’animal n’en montra rien. Peut-être trop épuisé. Mais les battements de son cœur se calmèrent un peu, et lorsqu’Astrée empoigna la bride pour l’aider à sortir de l’eau, elle sentit toute la reconnaissance qui émanait de lui. Trempé, exténué, comme assommé de stupeur, il se tenait néanmoins debout sur ses 4 pattes, a priori sans fracture ni blessure grave.
    Astrée l’examina consciencieusement : un gros hématome sur son flanc arrière droit, là où le tronc l’avait heurté ; plusieurs griffures et écorchures superficielles dues aux débris charriés par le courant ; un sabot abimé, dont le fer avait été sérieusement atteint par les raclements contre la roche alors qu’il tentait de reprendre pied. Rien de bien méchant ; elle consoliderait du mieux qu’elle pourrait en attendant de dénicher un maréchal-ferrant, mais il boiterait sans doute quelques temps.
    « Toi, mon vieux, tu es un vrai miraculé »
    Elle sursauta presque d’entendre sa propre voix, un peu plus rocailleuse que dans ses souvenirs. Ça faisait longtemps…
    Elle lui flatta l’encolure.

    « Je vais t’appeler Moïse. Il paraît que dans une autre langue d’un autre monde, ça veut dire « sauvé des eaux ». C’est Gwendal, mon mari, qui me l’a dit. Il était barde. », précisa-t-elle.
    Elle s’interdit d’y penser davantage…

    «Moïse, ça te va comme nom ? »
    Bien entendu, il ne pouvait pas répondre, il ne comprenait évidemment rien à son discours. Mais il semblait apprécier l’attention dont il était l’objet.
    Voilà que je parle à un cheval… Si on me voyait, on me prendrait pour une folle. Déjà que la seule fois où je suis allée au village on m’a regardé comme une extra-terrestre !…

    Elle sortit de sa besace sa petite trousse de secours afin de panser sommairement les blessures de l’animal. Elle nettoya les blessures à l’aide d’une espèce de petit savon verdâtre, banda le pied blessé. L’hématome devrait attendre le retour au bercail. Tout en le soignant, elle se remémorait cette unique expédition vers le monde « civilisé ». Elle explorait la région depuis le début de l’été et venait enfin de découvrir l’abri idéal pour passer l’hiver. Mais pour l’aménager il lui manquait quelques outils : une hache, un marteau, des clous, de la toile émeri, de la ficelle solide, un seau pour transporter l’eau depuis la rivière. Elle devait se limiter à l’essentiel, elle ne pouvait pas en transporter davantage. Elle avait donc pris son courage à deux mains, et s’était dirigée vers un petit hameau d’une quinzaine de maison qu’elle avait repéré à l’extrémité d’un grand plateau herbeux, à une bonne demi-journée de marche de sa caverne.
    Son arrivée n’était pas passée inaperçue. Tous les regards se tournaient vers cette étrangère, inconnue de tous. Avec ses vêtements usés ils avaient dû la prendre pour une mendiante... Elle avait repéré expliqué qu’elle souhaitait vendre des peaux et acheter quelques menus objets. On lui avait répondu un peu ironiquement qu’il lui faudrait pour cela attendre le marché, qui se tenait toutes les veilles… Devant son désarroi, un vieux berger avait accepté de lui troquer ses peaux de loup contre les quelques outils dont elle avait besoin. Un marché tout à son avantage, mais qu’importe : l’essentiel était de trouver ce qui lui manquait.
    Elle était repartie très vite, acceptant tout de même l’offre du berger de prendre un verre – quel tête il avait fait lorsqu’elle lui avait demandé un verre le lait plutôt qu’un thé ou une bière ! Il y avait des mois qu’elle n’avait pas bu de lait… Elle le savoura lentement avant de reprendre la direction de son abri. Elle avait réparti la charge entre le seau et son sac, accrochés chacun à une extrémité de son bâton qu’elle plaça en travers de ses épaules. Mais avec ce poids supplémentaire, le retour lui avait paru interminable et elle avait été obligée de s’arrêter pour la nuit longtemps avant d’atteindre son refuge.


    Maintenant que j’ai un cheval, ce sera plus facile, je vais pouvoir y retourner et acheter tout ce qui me manque… une grande gamelle pour cuisiner, quelques couverts, quelques assiettes et verres ; et peut-être un bon pull de laine pour l’hiver, ou alors juste de la laine, je devrais savoir le tricoter. Un nouveau pantalon ne serait pas du luxe… Et puis une lampe à huile ! Et une théière aussi, ça me plairait bien… Enfin, s’ils acceptent de m’acheter quelques peaux.

    Moïse grignotait quelques branches basses. Il semblait détendu, un peu plus reposé. Elle tendit à nouveau son esprit vers lui, lui envoyant une promesse d’herbe fraiche et de repos au sec. Intéressé, il se tourna vers elle et ils prirent ensemble le chemin du retour, lentement pour ne pas aggraver son boitillement. La tête pleine de projet, Astrée se sentait un entrain qu’elle n’avait plus connu depuis longtemps… Il ne lui vint même pas à l’esprit qu’elle pourrait rendre le cheval à son propriétaire légitime : il l’avait ouvertement abandonné, non ? Il n’était donc plus à personne…
    Dernière modification par Voyageuse ; 24/01/2009 à 13h37.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  4. #4
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Re : [Lieu] L'Abri d'Astrée

    Ce n’est qu’en arrivant à son refuge qu’Astrée réalisé qu’elle avait complètement négligé sa mission de ravitaillement. L’heure du repas était d’ailleurs passée depuis longtemps. Elle se contenterait d’un reste de viande séchée…
    « Tu vois, Moïse, l’espèce de mur en rondin, c’est l’entrée de ma maison. J’ai mis une peau d’ours en guise de porte. C’était un vieil ours qui souffrait d’une vilaine blessure et que j’ai dû achever. Il était immense ! Et juste à côté, à gauche, il y a un autre renfoncement dans la roche, j’ai commencé à entasser un peu de bois pour l’hiver. Bon, cet hiver il ne sera pas assez sec, mais l’hiver prochain ça devrait aller mieux. Et tu vois l’autre grotte un peu plus haut ? J’y ai entassé quelques réserves de nourriture. J’essaye de fumer la viande et le poisson pour avoir quelques provisions en cas de mauvais temps persistant, ou de maladie. J’aurais voulu trouver une mine de sel en montagne pour saler ma nourriture, mais pour l’instant je n’en ai pas trouvé. Et là-bas, un peu plus bas, tout près de la rivière, il y a une autre grotte : c’est là que tu vas t’installer »
    Elle lui tapota l’encolure.
    « Tu dois te dire que je suis une vraie pipelette… Mais je t’assure, d’habitude, je ne parle pas autant. Je ne sais pas ce qui me prend aujourd’hui… »

    Mais qu’est-ce que j’ai ? Qu’est-ce qui me prends de faire de grands discours à un cheval ? Est-ce que je deviens folle ???
    Non, je ne suis pas folle, je m’en serais rendue compte… Quoique… Est-ce qu’on s’en rend compte quand on devient fou ? Peut-être pas… C’est le regard des autres qui nous juge fou lorsqu’on s’éloigne de la norme, si ça se trouve on ne se rend compte de rien… Peut-être que je suis en train de devenir folle…
    Non, c’est juste que… ça fait tellement longtemps que je n’ai pas parlé à quelqu’un. Je crois que ça me manque un peu. Ca doit être ça.

    Elle soupira.
    « Tu sais, Moïse, je suis contente que tu sois là ».
    Le dénommé Moïse se contenta de souffler par les naseaux… Il suivit docilement Astrée qui le conduisait à sa nouvelle « étable ».
    « Je sais, pour l’instant c’est vide. Il faudra que je te fabrique un baquet en bois pour l’eau, en attendant il faudra que tu ailles boire à la rivière. Et puis y’a pas de foin : je ne savais pas que j’aurais un invité ! J’essaierai de couper un peu d’herbe pour cet hiver, même si c’est un peu tard dans la saison. Faut juste que je trouve une faux. Et peut-être qu’au village ils accepteront de troquer un peu de fourrage contre une ou deux peaux… Mais je ne sais pas comment on va le transporter. Une charrette ne pourra jamais passer, ou peut-être en faisant un grand détour… il vaut mieux faire plusieurs voyages, c’est plus simple. Bon, en attendant, tu as une grande bande herbeuse entre ta grotte et la rivière, ça devrait te suffire, non ? »

    Heureusement que personne ne me voit… C’est bien la première fois que je parle autant à quelqu’un ! Enfin, « quelqu’un »… un cheval en plus ! Ça devait vraiment me manquer… Ou alors je perds vraiment la tête…

    La pluie tombait toujours. Elle installa Moïse dans ses nouveaux quartiers, lui ôta son harnachement et examina de nouveau ses blessures. Elle retrouva un reste d’onguent qu’elle appliqua sur l’hématome. Sous le bandage, son sabot était en piteux état. Elle se résigna à ôter – laborieusement- le fer afin qu’il puisse cicatriser plus facilement.
    « T’en fais pas, on ira voir un maréchal-ferrant dès que tu iras mieux. »
    Et faudra que je renouvelle un peu mes stocks de savon, d’onguent, de bandages.… Il va en falloir des peaux pour payer tout ça !
    Le cheval était trempé, harassé. Elle le sécha du mieux qu’elle put, et le laissa prendre un repos bien mérité.
    Le reste de l’après-midi fut consacré au ravitaillement. Quelques poissons et un plein seau de champignons allèrent rejoindre la réserve. Elle s'attela ensuite au fumage du poisson, préférant s'occuper au maximum les mains et la tête plutôt que se laisser aller à réfléchir à son éventuelle folie naissante... Son comportement actuel était tellement contraire à ses habitudes... Elle se sentait un peu... bizarre... comme si elle avait trop bu! Etait-ce la solitude qui lui avait complètement tourné la tête? En tout cas, elle n'était pas dans son état normal.


    HRP : j'édite juste pour des essais de couleur
    Dernière modification par Voyageuse ; 23/09/2008 à 15h48.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  5. #5
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Re : [Lieu] L'Abri d'Astrée

    Ses activités de l’après-midi occupèrent si bien Astrée qu’elle en oublia ses préoccupations. C’est le cœur léger qu’elle rendit visite à Moïse à la tombée du jour. Elle le trouva en train de boire à la rivière. Elle l’observa en silence, admirant sa belle robe beige mouchetée de blanc, sa crinière claire. Elle le sentait reposé, serein, parfaitement confiant devant cette nouvelle tournure de sa vie. Il n’était plus tout jeune, certes, mais il avait encore quelques belles années devant lui.
    Elle le caressa longuement, lui parlant doucement des soins qu’elle allait lui donner dans les jours à venir, des projets qu’elle avait pour l’aménagement de son abri, de tout et de rien. Simplement heureuse de parler. Elle avait dévidé de ne plus s’inquiéter de cette soudaine tendance au bavardage. Elle se sentait d’humeur presque joyeuse. S’emparant de sa longe, elle le conduisit jusqu’à son abri, une petite caverne un peu loin de chez elle, mais tout près de la rivière, qui offrait l’avantage de pouvoir être atteinte sans échelle ni escalade…


    Elle resta un long moment auprès de lui avant de se décider à aller prendre un peu de repos.

    « Passe une bonne nuit, Moïse. Demain matin, je te changerai ton bandage. Il te faudra encore quelques jours de repos mais dès que tu iras mieux on ira au village pour faire ferrer ton sabot. Allez, à demain. »
    Au moment de partir, elle ajouta soudain :
    « Tu m'appelles si tu as besoin de quelques chose. Tu veux qu’on te laisse la porte ouverte pour dormir ? »
    Les mots étaient sortis tous seuls, sans qu’elle sache pourquoi, venus du fin fond de sa mémoire, de son inconscient. Les mots qu’elle disait autrefois à sa fille. Les mots du rituel du coucher…
    Elle s’arrêta net, le souffle coupé. Paralysée. Tout son corps se mit à trembler. Oh non... Pas ça. C’était comme si soudain un étau l’enserrait. Comme si le vide énorme qu’elle ressentait dans son cœur était en train de l’aspirer de l’intérieur. La souffrance était insoutenable. Les larmes coulaient sans même qu’elle s’en rende compte. Une seule idée : se rouler en boule, au pied d’un arbre, et se laisser mourir. Ne plus ressentir, ne plus souffrir, ne plus vivre. Elle s’obligea à faire un pas, puis un autre. Le souffle court. Le manque qu’elle ressentait était si intense qu’elle en avait des vertiges. Elle transpirait comme si elle était fiévreuse. Elle serra les dents. Il faut que je tienne, il faut que je m’accroche. Surtout ne pas craquer. Ne pas céder à cette voix en elle qui suppliait le ciel de mettre fin à ses souffrances, qui hurlait qu’elle voulait mourir. Elle n’avait pas le courage de se donner la mort, de toute façon. Elle ne l’avait pas eu à la mort de sa fille. Un instinct de survie plus fort que son désespoir l’avait maintenue en vie. Il était trop tard, maintenant, elle devait continuer à vivre.

    Ses pas la conduisirent devant sa réserve de bois. Instinctivement, elle saisit sa hache, et frappa, de toutes ses forces. La bûche se fendit net. Elle en prit une autre, puis encore une autre, frappant sans discontinuer, de toute la violence de son désespoir. De toute sa colère contre l’injustice qui lui avait pris sa fille de 5 ans. Elle entendait cette voix dans sa tête hurlait sa souffrance, sa haine de la vie, son désir de mort, et elle cognait, cognait encore, de toute son âme, comme si seul l’épuisement physique pouvait apaiser sa souffrance interne. Elle frappait à en avoir mal. Elle ne sentait plus son bras. Elle ne sentait plus sa souffrance. Elle ne sentait plus rien. Elle n’était plus rien…

    Vide. La tête vide. Le cœur vide. Plus de souffrance. Plus de douleur. Elle se sentait comme anesthésiée lorsqu’elle rentra dans sa cabane.
    Elle s’assit sur le lit, épuisée. Apaisée.
    Ça fait au moins deux mois que je n’avais pas eu de crise de désespoir. Je croyais que c’était fini…
    Non, ce n’était pas fini. Au fond d’elle, elle savait bien que ça ne finirait jamais. Une souffrance aussi grande ne peut pas disparaître vraiment.

    Elle s’endormit presque aussitôt.


    * * * * * * * * * * * *

    Les jours et les semaines suivants passèrent à une vitesse incroyable. Astrée se lança dans une débauche de travaux pour aménager son intérieur, pour préparer l’hiver, pour donner un peu de confort à Moïse. Comme si le seul moyen de ne pas sombrer était de s’activer sans cesse, pour ne plus penser, ne plus ressentir.
    Elle passa de longues journées à chasser, à fumer la viande, à préparer les peaux. Elle se rendit au marché du village et fit tous les achats dont elle avait besoin. Son abri commençait à ressembler à une vraie habitation! Elle trouva même la théière dont elle rêvait, celle qu’utilisaient les bergers : un petit compartiment ouvert à la base pour faire brûler des brindilles, un premier récipient en métal pour l’eau bouillante, surmonté d’un deuxième récipient contenant le thé infusé, très fort. Parfait pour ses escapades de deux ou trois jours en montagne, l’été : elle pourrait boire son thé chaud le matin sans avoir à faire un vrai feu. Elle acheta une bonne provision de thé noir.
    Elle se procura aussi des outils pour cultiver un petit carré de terre : elle apprécierait d’avoir quelques légumes. Et elle pourrait peut-être cultiver un peu de blé pour faire du pain, qu’elle ferait cuire au village. Elle envisagea même de ramener une vache ou une chèvre, quelques poules, mais renonça à son projet : elle était une vagabonde dans l’âme, elle ne voulait pas se sédentariser. Elever des bêtes entraîne trop d’obligations, elle voulait garder sa liberté, pouvoir partir du jour au lendemain si l’envie lui en prenait.
    Elle ne savait pas combien de temps elle resterait ici, après tout. Quelques mois, quelques années… Elle ne voulait pas se projeter dans l’avenir. Elle préférait vivre au jour le jour. Et réfléchir le moins possible. Surtout ne pas penser, ni au passé ni au futur. Pour ne pas réveiller la souffrance.
    Chaque matin, au réveil, elle laissait errer son esprit, cherchant le contact avec un animal, un oiseau, un rongeur. Elle se laissait entraîner dans une chasse, un jeu, une fuite. Apaisée, elle se sentait appartenir pleinement à la nature : elle n'était plus qu'un être vivant parmi d'autres. Et elle sentait que jour après jour, ce rituel l'accrochait à la vie, refoulant au plus profond d'elle-même les pulsions de mort. La souffrance serait toujours là, quelque part en elle. Mais il fallait qu'elle réapprenne à vivre.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  6. #6
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 075

    Re : [Lieu] L'Abri d'Astrée

    Quête : Sombre est la nuit

    L’hiver se coulait peu à peu dans le coin reculé où Astrée avait établi son repaire. Les petits ruisseaux où elle avait l’habitude de puiser son eau se couvraient de givre, même si leur cours bondissant continuait de résister à l’emprise du gel. Peu à peu, elle avait vu certains animaux s’assoupir, les écureuils de la sapinière en lisière de la forêt, le loir timide du grand orme près de la rivière, la famille de marmottes qui gambadaient en contre-haut dans le dédale de rochers qui surplombaient sa grotte. D’autres étaient partis vers des cieux plus cléments, en vols serrés sur le ciel clair. Les derniers étaient restés pour affronter la bise. Comme elle, jusque là. Il ne neigeait pas encore, commençait à geler certaines nuits, et Moïse avait revêtu un poil dru, sa robe hivernale, en prévision des grands froids. Quand Astrée venait lui rendre visite, elle pouvait observer leurs souffles blancs s’envoler dans l’air en volutes laiteuses.

    Un matin frisquet, alors qu’il avait plu pendant la nuit précédente, en cataractes bouillonnantes, Astrée perçut les échos contrariés d’un renard voisin, un vieux goupil au pelage roux et argenté, qui la pistait parfois lorsqu’elle partait en chasse, espérant lui chiper quelques abats excédentaires. L’animal suintait une espèce de mauvaise humeur toute charognarde, déçu d’avoir été privé d’une pitance qu’il pensait acquise. Astrée le vit bientôt déboucher sur l’esplanade devant sa porte, et il lui jeta un regard jaune qu’on aurait pu imaginer plein de rancœur. Si ça n’avait pas été ridicule, bien sûr.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  7. #7
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Re : [Lieu] L'Abri d'Astrée

    Astrée sourit en apercevant l'animal.
    L'arrivée de l'hiver était toujours synonyme de pénurie alimentaire dans le monde animal, et chacun se débrouillait comme il le pouvait pour subsister - du moins ceux qui ne solutionnaient pas le problème en hibernant ou en fuyant vers des cieux plus cléments.
    Elle connaissait bien ce renard : il avait cru trouver la parade idéale en suivant la rôdeuse à distance lorsqu'elle chassait. Discret au début, il s'était petit à petit enhardi, laissant Astrée apercevoir son manège, mais sans jamais s'approcher trop. Il l'observait de loin découper la viande fraiche, la mettre dans sa gibecière, et se précipitait dès son départ pour se régaler des restes. Il semblait tenir pour acquis que ces restes lui étaient destinés. Et s'il continuait son manège, ce serait certainement le renard le mieux nourri de toute la forêt!

    Ce matin, cependant, il semblait de fort mauvaise humeur, et Astrée s'amusa du regard noir - enfin jaune - qu'il lui lança. A priori, il la tenait pour responsable de ses malheurs.
    Je t'assure que j'y suis pour rien, mon vieux... D'ailleurs qu'est-ce qui t'arrive?
    En tendant son esprit vers lui, elle ressentit sa frustration d'avoir vu un bon repas lui échapper. Ainsi c'était donc ça.
    Par simple curiosité, elle tenta d'en savoir plus, cherchant ce que pouvait bien être cette si délicieuse pitance. Peut-être un animal qu'il avait cru mort et qui n'était que blessé?
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  8. #8
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 075

    Quête : Sombre est la nuit

    Le renard lui renvoya simplement les impressions d’un convoi qui avait fait halte à proximité la nuit précédente. Ses souvenirs étaient flous : comme tous les animaux, il fixait davantage les mouvements, les odeurs et les sons, que les images en tant que telles. Astrée devina quelques humains, quelques chevaux, un feu que l’on allume à l’abri du vent, sous une saillie rocheuse. Ils avaient chassé, l’odeur du sang, puis de la viande rôtie était très prégnante, elle entendait encore la faim du renard, dépité de n’avoir pu s’approcher. Une cascade crépitait quelque part, et le vent soufflait, un hibou hululait, pensif, et sous les pattes du carnassier, le sol était humide et glissant. Petit à petit, la jeune femme put se faire une idée plus précise de l’endroit où s’étaient arrêtés les voyageurs. Elle finit même par l’identifier parfaitement : ils étaient passés très près, à moins d’une demi-lieue au nord de son repaire, et avaient bivouaqué le long d’une piste qu’empruntaient autrefois les nains de Tir’na’bor pour gagner la forêt, avant qu’ils ne décident de creuser des routes plus officielles et ne délaissent le passage. La saison ne se prêtait pas aux promenades, mais sans doute ceux-là étaient-ils pressés.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  9. #9
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Re : [Lieu] L'Abri d'Astrée

    Quête : Sombre est la nuit

    Elle reconnaissait bien l'endroit, en effet. Un petit replat au bord de la vieille piste, dégagé, parfaitement abrité du vent par la montagne voisine, et qui avait dû servir de campement à bien des voyageurs par le passé. L'itinéraire était tombé en désuétude, mais on y croisait encore parfois de rares petits convois de marchandises. Les voyageurs de la veille étaient probablement des marchands rapportant un dernier chargement avant l'arrivée des grands froids.
    Astrée, quant à elle, avait passé la soirée bien au chaud dans son abri, et n'avait rien vu ni entendu.
    Elle reporta son attention vers le renard, compatissante.
    Je suis désolée que ce repas te sois passé sous le nez... Je comprends ta frustration. Mais vraiment, je n'y suis pour rien : je ne suis pas responsable des actions de mes congénères.
    Elle n'était pas sûre que le renard puisse saisir ce genre de nuance. Mais elle fit de son mieux pour l'assurer de sa compréhension et de son amitié.
    Sans plus prêter lui prêter attention, elle rentra dans son abri pour préparer son matériel de pêche : elle avait repéré un petit étang particulièrement poissonneux la veille, à quelques heures de marche, et comptait profiter de la météo relativement clémente pour y laisser traîner ses lignes. Elle pique-niquerait tranquillement et s'offrirait une petite sieste : elle avait bien mérité une journée de calme après trois jours de chasse intensifs.
    Dernière modification par Voyageuse ; 24/09/2008 à 08h51.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  10. #10
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 075

    Quête : Sombre est la nuit

    L’étang se révéla aussi poissonneux qu’espéré, et Astrée passa une journée tranquille bien que froide, en bordure de l’eau. Elle pouvait cependant deviner que ses escapades prendraient bientôt fin : avec la neige, les chemins deviendraient tortueux et invisibles, dangereux aussi, et il lui faudrait réfléchir ses promenades avant de les entreprendre. Certains passages deviendraient impossibles pour Moïse, d’autres impraticables même pour elle. C’était son premier hiver dans la région, et il était difficile de faire des plans en l’absence d’une connaissance précise des aléas locaux que créerait la saison.
    Le soleil se coucha tôt, comme toujours, surprenant Astrée sur le chemin du retour, et un petit vent piquant se leva, la poussant insidieusement vers sa grotte feutrée.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  11. #11
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Quête : Sombre est la nuit

    En arrivant, elle fit une petite halte auprès de Moïse, qu'elle avait préféré ne pas emmener : le chemin menant à l'étang était trop escarpé pour lui, même maintenant qu'il ne boitait plus.
    Elle le trouva bien au chaud dans la grotte, en train d'engloutir le fourrage qu'elle lui avait laissé.
    Il était d'humeur grincheuse.

    "Toi, tu es en colère parce que je ne t'ai pas emmené avec moi", murmura-t-elle.
    Il lui tourna le dos, l'ignorant délibérément.
    C'est vrai, elle l'avait peut-être un peu négligé ces temps-ci : elle avait fait plusieurs escapades en direction des montagnes, bien décidée à explorer les quelques recoins qu'elle ne connaissait pas encore avant l'arrivée de la neige. Elle en avait profité pour chasser et pêcher, ramenant gibier et poissons qu'elle préparait et fumait à tour de bras... Mais elle avait préféré ne pas emmener le cheval dans ce secteur qu'elle ne connaissait pas.
    Elle s'approcha de Moïse, lui tapota la croupe, le gratta derrière l'oreille gauche - elle savait qu'il adorait ça. Elle le caressa longuement, essayant de lui transmettre mentalement ses regrets de l'avoir laissé en arrière. Il s'ébroua, glissa sa tête sous son bras, la poussa un peu. Il n'était jamais très rancunier.
    Demain, mon grand, je t'emmène, se promit-elle. On ira sur le plateau, juste au-dessus, et on essaiera de ramasser un peu de bois sec. Et je couperai un peu de charmille pour compléter mon tas de bois.
    Elle avait en effet commencé à amasser une quantité non négligeable de bois en bordure du plateau. L'endroit était facilement accessible depuis sa grotte : Il lui suffisait de longer la rivière un moment vers l'amont pour rejoindre ensuite une ancienne route forestière qui montait lentement, contournant le massif rocailleux qui surplombait son abri jusqu'à un petit col. Là se trouvait un joli plateau, alternant verts pâturages et petits bosquets de chênes et de hêtres. Elle allait régulièrement y couper du bois, l'entassait soigneusement, et avait prévu d'utiliser Moïse pour le ramener. Elle avait commencé à fabriquer un traîneau pour le transport, et n'attendait plus que la neige pour l'étrenner.
    Elle aurait dû penser à se renseigner auprès des bergers sur le climat local : la neige était-elle très abondante? L'hiver était-il rude? Elle s'attendait à une saison froide, au vu de la chute vertigineuse de la température. Elle s'y était préparée au mieux, mais espérait toutefois qu'elle ne serait pas trop longue ni trop glaciale : la perspective d'être totalement bloquée chez elle pendant une longue durée ne lui plaisait guère.

    Elle se dirigea vers la rivière pour puiser un peu d'eau pour Moïse, puis pour elle. La nuit était presque tombée, et la lune illuminait le paysage de sa lueur blafarde.
    Il faut vraiment que je pense à rentrer plus tôt à l'avenir.
    Le froid s'insinuait sous ses vêtements. Elle fut soulagée de retrouver la tiédeur de son abri, et s'attela à ranimer le feu qui s'était presque éteint. Bientôt, une joyeuse flambée crépitait dans l'âtre. Elle dîna de poisson pêché le matin même, accompagné d'une bonne platée de chataignes grillées.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  12. #12
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 075

    Quête : Sombre est la nuit

    La nuit se déroula, tranquille, habitée par les oiseaux de nuit et le souffle du vent. Au petit matin, Astrée découvrit des stalactites à l’extérieur de la grotte, et le sol pierreux avait pris des reflets brillants. Heureusement, la température était remontée avec le soleil, et elle ne glissa pas sur le chemin qui la séparait de son cheval. Ensemble, ils montèrent vers le plateau où Astrée avait commencé ses réserves de bois. Le temps était froid mais lumineux, le ciel d’un bleu pur aveuglant. Moïse ne boitait plus mais son sabot avait encore besoin d’un peu de temps pour se reconstituer. Ferré à trois pieds, il avait une démarche un peu sautillante, qui ne semblait pas le gêner pour autant.
    Lorsqu’ils arrivèrent en vue des pâturages, encore verts en dépit de l’hiver, le cheval retrouva une seconde jeunesse, apparemment ravi du paysage qui s’offrait à ses yeux. Astrée, par contre, constata rapidement qu’un petit détail clochait : là où elle avait entreposé son bois, il ne restait plus désormais que quelques bûches abandonnées, et un sillon dans l’herbe indiquait la direction qu’avait prise le voleur…
    Dernière modification par Galathée ; 24/09/2008 à 15h54.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  13. #13
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Quête : Sombre est la nuit

    Moïse se mit à gambader joyeusement aux alentours, tandis qu'Astrée fixait, incrédule, sa réserve de bois - du moins l'endroit où elle aurait dû se trouver. Juste à côté du grand chêne...
    Elle se frotta les yeux. Bien sûr, l'endroit n'était pas caché : tout le monde faisait du bois de chauffage dans les campagnes, et personne n'aurait eu l'idée de dissimuler un tas de bois en train de sécher. Bien sûr, il y avait parfois, sans doute, quelques maraudeurs qui subtilisaient quelques buches par-ci par-là à leur profit. Quelques buches, oui. Mais pas tout un tas de bois! D'autant qu'il n'était pas aisé à transporter... Il fallait un cheval, de préférence avec une charrette, ou alors beaucoup d'allers-retours.
    S'approchant du lieu de stockage, elle observa la trace nette du passage du - ou des - voleurs. Il ne restait qu'à la suivre...
    Et tu vas faire quoi une fois que tu les auras trouvés? se moqua une petite voix intérieure. Leur demander gentiment de te rendre le bois? Leur reprendre par la force ? En cachette? Tu ne pourrais même pas le transporter!
    C'était égal. Elle avait passé des journées entières à amasser ce bois, et elle ne pouvait pas se laisser dépouiller sans rien faire. Elle voulait au moins savoir qui lui avait joué ce sale tour, et pourquoi. Après tout, c'était peut-être quelqu'un de nécessiteux qui en avait réellement besoin mais ne pouvait le faire lui-même - mais il aurait pu demander tout de même!... Elle aussi elle en avait besoin, de ce bois!

    Moïse choisit ce moment pour revenir auprès d'elle. Elle hésita à l'emmener. Elle se déplacerait beaucoup silencieusement si elle était seule, et pourrait s'approcher sans se faire repérer. Oui, mais... elle répugnait à le laisser seul, la piste serait peut-être longue à suivre, peut-être lui faudrait-il bivouaquer. Et puis, sait-on jamais, s'il lui fallait fuir un danger quelconque, elle apprécierait sans doute d'avoir une monture.
    Il la poussa doucement dans le dos. Elle le caressa machinalement, toute à son dilemme, et pris finalement la décision de l'emmener. Il serait toujours temps d'aviser si la piste s'avérait trop difficile à suivre, ou lorsqu'elle aurait repéré les coupables. Et tout au fond d'elle, elle n'était pas mécontente de ne pas être seule.
    Par acquis de conscience, elle tendit son esprit dans la direction qu'elle allait suivre. S'il y avait quoi que ce soit d'inhabituel, trahissant une présence humaine, elle en serait forcément avertie par les réactions anormales des animaux alentours. Pour l'instant, tout paraissait normal, et elle s'engagea résolument sur la piste, Moïse sur les talons. Régulièrement, elle s'arrêtait, se concentrait, écoutait les mille bruissements de la nature, tentant de capter les sensations des oiseaux, des rongeurs. La nature n'était pas très peuplée en cette saison mais elle n'était pas non plus déserte.


    HRP : tu as vraiment un style littéraire formidable dans tes descriptions, Gal. De quoi donner des complexes!
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  14. #14
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 075

    Quête : Sombre est la nuit

    En réalité, ce qu’Astrée avait craint ne se produisit pas : le périple tourna court après le second bosquet de hêtres qu’elle contourna. Elle avait déjà pu deviner que les voleurs étaient deux, car leurs trajectoires se poursuivaient dans l’herbe, manquant du parallélisme des roues d’un chariot. Pourtant, les traces étaient étranges, loin des empreintes classiques d’un voyageur en maraude. Astrée s’interrogeait sur leurs propriétaires, tout en scrutant les alentours, lorsque Moïse s’immobilisa et la trahit, hennissant à voix basse. Il y eut un léger remue-ménage dans le sous-bois sur sa droite.
    « Un zumain ! Un zumain ! » s’époumona soudain une petite voix féminine. « Un zuuuuuuuumain ! »
    « En garde, faquin ! Crakdur te défie ! » hurla une autre voix, à peine plus grave.
    Traversant les buissons à quelques mètres, deux minuscules créatures surgirent face à la rôdeuse, brandissant des ustensiles de cuisine. Pendant un instant, elle crut qu’il s’agissait là de tous jeunes enfants, mais elle réalisa bientôt que s’ils étaient encore jeunes, ils n’étaient certainement pas humains.
    Rondouillards, courts sur pattes, ils avaient des visages lunaires, des yeux sombres et une tignasse hirsute qui rebiquait sous leur chapeau fourré. La fillette arborait de longues tresses couleur paille sur une tunique grise brodée de fils colorés. Le garçon était armé d’une hachette minuscule avec laquelle il effectuait des mouvements guerriers pour le moins sophistiqués, mais plutôt inutiles.

    « Le fils de Morradin le terrible n’a peur de rien ! » vociféra-t-il avec conviction, sans pour autant faire le moindre pas en avant.
    C'étaient des enfants nains.


    HRP : Mais voyons ! Je trouve que tu n'as rien à m'envier !
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  15. #15
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Quête : Sombre est la nuit

    Le cœur d'Astrée s'était arrêté de battre lorsqu'elle avait perçu le mouvement sur sa droite. Elle avait maudit tout bas le manque de discrétion du cheval, empoigné d'une main ferme son bâton... et réprimé un soupir de soulagement à l'apparition des deux enfants. Soulagement mêlé d'une forte envie de rire devant l'air déterminé de l'aîné. Mais visiblement le garçonnet voulait être pris au sérieux.

    " Tu veux me défier, Crakdur -fils-de-Morrandin-le-terrible? "
    Elle lui sourit amicalement.
    "Ton père doit sans nul doute être très fier d'avoir un fils aussi courageux. Mais je ne suis pas ici pour me battre."

    Elle hésitait à aborder tout de suite le sujet qui lui tenait à coeur. Mieux valait commencer par faire un peu connaissance, pour éviter de les braquer.
    "Vous habitez près d'ici? Je ne me crois pas vous avoir déjà rencontrés."

    En regardant la plus jeune, elle eut une pensée fugitive pour sa fille - elle aussi portait souvent des nattes... Elle sentit son cœur se serrer, juste l'espace d'un instant, mais revint rapidement à la situation présente. Elle se demandait quel âge pouvaient avoir ces gosses : difficile de donner un âge à des enfants nains, ils sont toujours si petits... Peut-être 4-5 ans pour la fille, un peu plus pour son frère? Difficile à savoir.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  16. #16
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 075

    Quête : Sombre est la nuit

    « On vient de là. » fit la petite fille en désignant les montagnes vers l’est. « Avec papa et maman, et aussi oncle Burrus et tante Alice. »
    « Tais-toi, Mirabelle. On la connaît pas ! C’est une zumain ! On peut pas parler comme ça avec une zumain ! »
    Il gonfla la poitrine.
    « T’approche pas de nous ! Ni de nos semblables ! Le peuple des roches sait se défendre ! »
    « Tu dis n’importe quoi, Rilly. Elle est gentille, la dame. »
    « J’m’appelle pas Rilly, d’abord, c’est Crakdur ! »
    « Si, tu t’appelles Rillifane ! »
    « NON ! »
    « SI ! »
    Et les deux gamins se mirent à se chamailler sans plus prêter la moindre attention à Astrée et son preux destrier.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  17. #17
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Quête : Sombre est la nuit

    Le dénommé Rilifane semblait bien décidé à continuer sa comédie du chevalier sans peur et sans reproche pourfendeur de "zumains", au grand dam de sa soeur...

    Astrée décida d'interrompre leurs chamailleries.

    "Je veux bien continuer à t'appeler Crakdur si c'est ce que tu préfères. Et je n'ai aucun doute sur les capacités du Peuple des Roches à se défendre contre tout attaque."

    Elle tenta de poursuivre la conversation.
    "Moi, je m'appelle Astrée. Et, oui, je suis une humaine. Mais vous pouvez me parler quand même, n'ayez pas peur. Et voici Moïse", ajouta-t-elle en désignant son cheval. Ce dernier, trouvant sans doute la conversation un peu longue, s'était mis à brouter l'herbe alentour.
    "Il a un défaut : il ne pense qu'à manger." soupira-t-elle. "Mais si vous voulez le caresser, n'hésitez pas : il adore ça".
    Elle lui enjoignit mentalement de ne pas s'éloigner - et de se montrer très amical avec les enfants.

    "Alors vous venez du cœur des montagnes? J'avais entendu dire qu'on y trouvait plusieurs villages du peuple des roches, en effet. Mais leurs habitants s'aventurent rarement jusqu'ici. Vous avez dû faire un bon bout de route!
    Elle sourit.
    Permettez-moi donc de vous souhaiter la bienvenue dans la région. Il y a longtemps que vous êtes ici?"

    Tout en discutant, elle réfléchissait activement. Elle imaginait mal ces enfants, avec leur jeune âge, venir à bout de son tas de bois. Les adultes les accompagnant étaient probablement impliqués.
    Dernière modification par Voyageuse ; 25/09/2008 à 21h31.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  18. #18
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 075

    Quête : Sombre est la nuit

    Rillifane – Crackdur semblait avoir apprécié qu’Astrée offre de l’appeler par son nom de choix, même s’il resta circonspect, hésitant à ranger son arme modeste à sa ceinture. Il continua à la dévisager avec une méfiance feinte, que la rôdeuse devinait dévorée de curiosité. La petite Mirabelle, par contre, s’approcha d’elle et la toucha, avant de tirer la langue à son frère.
    « Tu vois, je l’ai touchée, et j’suis même pas morte ! » s’exclama-t-elle.
    Puis elle se tourna vers Astrée.

    « Oncle Burrus, il est comme Moïse, il pense aussi qu’à manger, même que maman dit qu’il veut devenir une montagne pour qu’on l’oublie jamais. Mais moi j’oublierai pas Oncle Burrus, parce qu’il est comique, puis il me donne parfois des bonbons au miel. »
    Le petit garçon s’était écarté, les écoutant sans en avoir l’air.
    « On a mis notre camp par là, mais on reste pas longtemps, c’est juste pour faire des réserves avant l’hiver. On vient chercher du bois et des fruits et aussi du fourrage pour les poneys, et Tante Alice, elle chasse aussi un peu. Rilly et moi, on devait ramasser du bois, mais on a eu de la chance parce qu’il y avait un gros tas juste par là, alors on a eu facile, on a tout ramené, mais ça prend du temps, mais on est forts, parce qu’on est le Peuple des Roches ! »
    Elle sourit à Astrée.
    « Et toi, pourquoi tu te promènes avec ton cheval que tu montes pas ? »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  19. #19
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Quête : sombre est la nuit

    Ainsi, voilà la clé du mystère....

    "Pourquoi je ne monte pas mon cheval? Oh, je l'ai monté un moment tout à l'heure, mais j'aime bien marcher, et lui aime bien sa liberté, donc de temps en temps je le laisse simplement me suivre. Et puis aujourd'hui, c'est un peu particulier: je suivais une piste, et je ne voulais pas manquer un indice qui m'aurait fait perdre la trace..."

    Elle laissa planer un instant le suspense.
    En fait, ajouta-t-elle avec un sourire malicieux, j'étais à la recherche de mon tas de bois qui a mystérieusement disparu...

    Elle éclata de rire devant la mine déconfite des enfants.
    "Et bien oui, c'était ma réserve de bois pour l'hiver... Et vu que vous avez tout emmené il ne me reste plus rien pour me chauffer.
    Si vous voulez, je veux bien vous en donner un peu pour vous dépanner deux ou trois jours,
    ajouta-t-elle plus sérieusement, mais il faut m'en laisser, j'en ai besoin moi aussi.
    Elle se tourna vers Rilifane.
    Et, au fait - elle eut un sourire admiratif- je n'en reviens pas que vous ayez pu le transporter jusqu'ici tous seuls! Ca a du vous prendre un temps fou!
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  20. #20
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 075

    Quête : Sombre est la nuit

    Embarrassés, les deux enfants avaient rougi et semblaient chercher leurs mots.
    « Le bois est à celui qui le prend ! » s’écria alors Rillifane en brandissant sa hachette dans une posture des plus guerrières.
    « Tais-toi, Rilly. » trancha Mirabelle. « On est désolés, on ne savait pas… L’année passée, y’avait personne ici quand on est venus, on ne savait pas que tu t’étais installée, et que tu avais fait un tas de bois… On va te le rendre, tu sais, on n’est pas des voleurs. Le Peuple des Roches est honnête et travailleur, toujours. »
    La petite fille prit la main d’Astrée.
    « Mais il faut aller jusqu’au camp. Mais Papa et Maman seront contents d’avoir de la visite, tu verras, et puis Tante Alice a fait un gâteau… »
    « On peut pas ramener un zumain ! » fit Rilly.
    « Mais si on peut. Il en vient de temps en temps au village. Pourquoi on pourrait pas ramener Astrée ? »
    « Parce qu’elle est… elle est… elle… »
    Il haussa les épaules.
    « Parce que ! »
    Puis il fit volte-face et repartit sur la piste, tandis que Mirabelle jetait un regard implorant sur la jeune femme.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  21. #21
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Quête : Sombre est la nuit

    Astrée sourit à Mirabelle.
    "Je sais bien que le peuple des roches est honnête et travailleur. Et que vous n'aviez pas l'intention de voler quoi que ce soit,"
    Toute cette histoire n'était qu'un malentendu. Un malentendu plutôt agréable, finalement, qui mettait un peu de piment dans la monotonie de ses journées.
    "Je veux bien te suivre jusqu'à votre camp, je serais très contente de faire la connaissance de ta famille. Mais je ne suis pas sûre qu'ils m'offrent du gâteau de Tante Alice quand ils sauront que je viens leur reprendre le bois!" ajouta-t-elle en riant.

    Astrée trouvait cependant l'attitude de Rilifane un peu étrange. Etait-ce simplement l'expression de la méfiance traditionnelle entre leurs deux races? Tout en emboîtant le pas à sa jeune amie, elle décida de lui poser la question.
    "Dis-moi, Mirabelle, pourquoi est-ce que ton frère a l'air de détester à ce point les humains? Pourquoi ne veut-il pas que je vous accompagne au camp? Il pense que tes parents seront furieux d'avoir la visite d'un humain?
    Dernière modification par Voyageuse ; 27/09/2008 à 15h29. Motif: j'avais oublié de lui emboîter le pas...
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  22. #22
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 075

    Quête : Sombre est la nuit

    Mirabelle et Rilly entraînèrent Astrée et Moïse à travers les herbes hautes, remontant la piste qu’ils avaient tracée au cours de leurs nombreux allers-retours jusqu’à son providentiel tas de bois. La petite fille tirait la rôdeuse par la main, tandis que le garçonnet ouvrait la marche. Autour d’eux, les graminées grimpaient jusqu’au ciel, parfois hautes de plus d’une toise, formant un mur de végétation que l’automne avait jauni.
    « En général, on voit pas beaucoup de zumains. » dit Mirabelle. « Ceux qui viennent parfois au village, ils veulent juste acheter des choses, ou bien ils vendent des objets qu’on trouve pas chez nous… Mais il y a deux jours, on a rencontré des zumains pas gentils et ils se sont moqués de Rilly, alors il est fâché. C’est tout. »
    La fillette sourit à Astrée.
    « Mais toi je vois bien que tu es gentille, sinon le cheval il serait pas comme ça, derrière toi, alors que tu n’as pas de corde. Et puis tu t’es pas trop fâchée alors qu’on a pris ton bois. »
    A cet instant, Moïse s’immobilisa et dressa les oreilles, hennissant à mi-voix. Astrée sentit une odeur ténue lui frapper les narines, une odeur de danger, et il y eut un froissement d’herbe sur leur droite. Un instant plus tard, l’élégante silhouette d’un lion des montagnes surgit devant eux, abandonnant son camouflage dans un rugissement de mauvaise augure. Mirabelle poussa un cri, tandis que Rillifane resta paralysé, à quelques pieds seulement des griffes meurtrière du fauve en chasse.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  23. #23
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Quête : Sombre est la nuit

    Oups...
    Astrée ordonna mentalement à Moïse de garder son calme - elle le sentait gagné par une panique instinctive. Elle avança d'un pas, s'appliquant à faire des gestes les plus lents possible, pour se placer devant Mirabelle, tout en s'adressant aux enfants, et surtout à Rilifane, d'une voix la plus calme et basse possible :

    "Ne criez pas. Ne faites aucun geste brusque, ne courez surtout pas, sinon il vous prendra pour une proie. Rilifane, recule doucement, très doucement, vers moi. Sans lui tourner le dos. Et sans le regarder dans les yeux sinon il croira que tu le défies. Sans geste brusque."
    C'était vraiment une bête magnifique. Astrée tendit son esprit vers le fauve afin de ressentir son état d'esprit : agacement, colère, faim ? Il n'avait pas l'air ravi de trouver des intrus sur territoire de chasse...
    Elle essaya mentalement de lui transmettre un message d'apaisement.
    Calme. On est simplement de passage. On ne veut pas te déranger.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  24. #24
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 075

    Quête : Sombre est la nuit

    Mais garder une certaine emprise sur un cheval rétif tout en calmant un lion sauvage n’était pas chose aisée, et Astrée réalisa bientôt qu’elle devrait opter pour l’un ou l’autre. D’autant qu’ils avaient des intérêts et instincts diamétralement opposés… Les deux nains ne bougeaient plus, alors que le fauve remuait la queue de manière inquiétante. Astrée devina qu’il avait grand faim et que la seule raison pour laquelle il n’avait pas encore bondi était qu’il hésitait sur la proie à terrasser… Petit garçon dodu, grand herbivore pour plusieurs jours, jeune femme prometteuse…
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  25. #25
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Re : [Lieu] L'Abri d'Astrée

    OK. Il avait faim. Le seul moyen de le calmer était donc de lui trouver une autre proie...
    Elle tenta mentalement de lui envoyer l'image d'une petite horde de cervidés, et parmi eux, un grand cerf blessé, boitillant à quelques dizaines de mètres. Un cerf bien dodu. Elle y mit toute sa concentration, essayant de rendre la scène aussi vivante et alléchante que possible. Une proie facile, qui ne pouvait s'échapper, avec de la viande à manger pour plusieurs jours... Avec une bonne odeur de gibier sauvage. Juste à quelques dizaines de mètres sur la gauche.. Une proie immanquable, bloquée par la falaise juste derrière. Beaucoup plus de viande qu'un petit garçon nain ou qu'une humaine maigrichonne... Beaucoup plus alléchant...
    Il te suffit d'y aller.
    Elle croisa les doigts pour que ni Moïse ni les enfants ne bougent. Mais ils avaient tous l'air paralysés par la terreur.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  26. #26
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 075

    Quête : Sombre est la nuit

    Le lion hésita quelques secondes. La vision que lui suggérait la jeune femme était des plus appétissantes, mais quelque chose clochait, comme son incapacité à sentir ces proies dont elle lui parlait. Il demeura ainsi, pétrifié sur la piste, vaguement hébété, incapable de prendre une décision, lorsque quelqu’un se chargea de l’y aider. S’arrachant à son immobilité mutique, Rillifane leva sa hachette et fonça vers la bête en hurlant un cri de guerre incompréhensible mais tonitruant. L’animal écarquilla des yeux surpris, puis prit la tangente d’un bond, tandis que le gamin se ruait à sa poursuite dans les grandes herbes.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  27. #27
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Quête : Sombre est la nuit

    "Rilifane!"
    Le cri avait jailli simultanément des bouches d'Astrée et de Mirabelle.
    Ce gosse est complètement fou... Et ce lion complètement stupide, heureusement pour nous...


    "Mirabelle, ne bouge pas d'ici! Je reviens tout de suite avec ton frère. Reste à côté de Moïse."
    Elle ordonna mentalement au cheval de l'attendre sans bouger, et se rua à son tour à la poursuite du garçon, qui n'avait sans doute pas été bien loin.
    Elle aurait préféré monter le cheval, mais elle ne voulait pas laisser la petite complètement seule. Ni l'emmener.
    De toute façon les herbes étaient trop hautes pour lui, et il ne pourrait rivaliser de vitesse avec le lion, au cas où celui-ci fasse demi-tour.
    Dernière modification par Voyageuse ; 28/09/2008 à 21h19.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  28. #28
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 075

    Quête : Sombre est la nuit

    Rillifane n’avait pas été bien loin. Debout au milieu des plantes gigantesques, il vociférait vers le ciel, frustré d’avoir été privé de son trophée.
    « Reviens ici, mauviette ! » beuglait-il à pleins poumons.
    Du lion, plus la moindre trace.

    Lorsqu’Astrée s’approcha, il se tourna vers elle avec une grimace.
    « J’allais l’avoir, tu as vu ? Encore un peu, je lui tranchais sa tête ! C’est oncle Burrus qui aurait été fier ! Tu crois qu’il va revenir ? »
    Son animosité semblait s'être dissipée, remplacée par une exaltation des plus enfantines.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  29. #29
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    19 590

    Re : [Lieu] L'Abri d'Astrée

    Le soulagement d'Astrée fut immense en apercevant l'enfant sain et sauf. Après le chevalier sans peur et sans reproche, il nous joue maintenant le grand chasseur de fauve...
    Devant son excitation, elle était partagée entre l'envie de rire et celle de lui remettre les idées en place...

    "Non, je ne crois pas qu'il revienne. Et je n'espère pas! Parce que s'il se rend compte qu'il a été effrayé par un enfant dix fois moins gros que lui, il risque d'être tellement vexé qu'il ne fera qu'une bouchée de nous!"

    Elle posa sa main sur son épaule en souriant. Après tout, le gosse avait fait preuve d'un grand courage - et d'une inconscience totale, certes, mais l'essentiel était là : ça avait marché.
    "Ton oncle Burrus sera certainement très fier d'apprendre que tu as mis un lion en fuite. Bravo pour ton cri de guerre!
    Mais crois-moi,
    ajouta-t-elle plus sérieusement, heureusement que tu ne l'as pas touché : ta hache est trop petite pour pouvoir le blesser sérieusement, et ça l'aurait mis hors de lui. On n'aurait eu aucune chance."

    Rilifane contemplait son arme, un peu dépité, et pas vraiment convaincu. Il aurait visiblement préféré attendre le fauve pour tester par lui-même l'efficacité de sa hache. Astrée, elle, n'en avait nullement l'intention...
    "Allez, suis-moi. Ta sœur nous attend, elle doit être malade d'inquiétude. Et puis il vaut mieux ne pas traîner ici, on ne sait jamais. On va vite filer à votre camp. Si vous voulez je vous ferai monter Moïse pour aller plus vite. Et promis, je dirai à ton père de te fabriquer une vraie hache de guerre!"

    Rilifane ne fit aucune difficulté pour la suivre. Peut-être n'était-il pas si inconscient que ça, finalement. Ils rejoignirent rapidement l'endroit où ils avaient laissé Mirabelle et Moïse.

    HRP : je me trompe pas en supposant qu'il suit sans problème? Sinon tu me le dis, j'enlève la fin...
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  30. #30
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 075

    Re : [Lieu] L'Abri d'Astrée

    HRP : non, c’est très bien ! N’hésite pas à prendre ce type d’initiatives

    Ils reprirent le chemin du campement. Mirabelle était ravie de pouvoir chevaucher le placide Moïse tandis que Rillifane tenait à conserver la tête de leur petite colonne, les sens aux aguets. Astrée connut une seconde pointe de stress lorsqu’il se mit à courser un lièvre qui avait traversé leur piste, mais là encore, il reparut bredouille et vexé. Ils marchèrent une petite demi-heure, rythmée par les multiples questions de Mirabelle qui voulait tout savoir des zumains, avant d’arriver en vue des quelques tentes qui constituaient le bivouac des nains. La fumée grise d’un foyer s’élevait dans l’air froid et une petite brise piquante faisait trembler la toile arrondie des abris.
    Lorsque le petit équipage pénétra au cœur du cercle de tentes, Astrée comprit tout de suite qu’elle n’aurait aucun mal à récupérer son bois. Les nains en avaient entassé presque dix fois plus, auprès d’une demi-douzaine de chariots à deux roues. Des poneys hirsutes broutaient dans un petit enclos à proximité. Deux personnes s’approchèrent alors d’eux, une naine qui portait des vêtements très colorés, et un nain à la barbe rousse tressée. Ils avaient l’air curieux mais pas agressifs. Rillifane prit les devants.

    « Moi, Crakdur le terrible, digne fils de Moradin, j’ai capturé une zumain ! » s’exclama-t-il avec emphase.
    La naine haussa les sourcils et dévisagea Astrée, tandis que Mirabelle levait les yeux au ciel avec un soupir et glissait en bas du cheval.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

Page 1 sur 34 12311 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Lieu] Respelm
    Par Taliesin dans le forum La Côte de la Lumière
    Réponses: 977
    Dernier message: 02/09/2019, 14h47
  2. [Lieu] La rue des bateleurs
    Par Folken dans le forum Les Arcades
    Réponses: 78
    Dernier message: 02/04/2017, 18h43
  3. [Lieu] Le marché
    Par Folken dans le forum Le Port
    Réponses: 204
    Dernier message: 11/04/2016, 21h17
  4. [Lieu] Cojum
    Par Kasumi dans le forum Les Côtes du Sud
    Réponses: 839
    Dernier message: 07/03/2016, 20h07
  5. [Lieu] Aghoralis
    Par Morgon dans le forum Les Plaines du Centre
    Réponses: 41
    Dernier message: 17/11/2006, 13h25

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251