Page 19 sur 19 PremièrePremière ... 9171819
Affichage des résultats 541 à 553 sur 553

Discussion: [Lieu] Dans la forêt maudite

  1. #541
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 622
    Bran acquiesça après un instant d'hésitation, visiblement partagé entre la frustration et le soulagement : il n'y voyait goutte et venait de trébucher deux fois de suite sur les racines imposantes des grands arbres.
    " Nous continuerons demain. Je suis sûr qu'ils ne sont pas loin. Puis s'ils ont une once de bon sens, ils reviendront sur leurs pas et nous retrouveront ici... Enfin.... je doute qu'ils aient suffisamment de cervelle, à la réflexion, sinon ils l'auraient déjà fait."
    Il regarda autour d'eux, plissant les yeux pour examiner leur environnement.
    " Je vais essayer de nous rassembler un peu de bois. Il y a des champignons en quantité ici... Je sais que cette variété-là se mange, ajouta-t-il en désignant un cèpe, et vous en connaissez peut-être d'autres. Puis on peut essayer d'attraper quelques poissons. Ca évitera de ponctionner nos maigres provisions. Comme vous dites, cet endroit semble préservé de la noirceur de cette forêt... il faut en profiter, les lieux accueillants sont rares dans cette forêt !"
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  2. #542
    Avatar de missElder
    missElder est déconnecté entend la belette chanter
    Date d'inscription
    March 2010
    Localisation
    Paris
    Messages 
    2 064
    HRP : Désolée du retard, rendu de thèse un peu stressé, vacances loin d'internet puis rentrée difficile (cocktail explosif).

    La rôdeuse acquiesça aux propos de son compagnon, plus que sensés. Puisqu'il se chargeait du bois, elle entreprit de se charger de la nourriture. D'abord les champignons, qu'elle pensait connaître assez bien : des années à vivre dans la Forêt l'avaient laissée assez experte en la matière, et les espèces ne variaient guère d'un bout à l'autre de la forêt - l'essentiel résidait surtout dans la proportion entre espèces comestibles, et espèces dangereuses voire mortelles. Heureusement, il semblait y avoir autour de leur emplacement un nombre appréciable d'espèces tout à fait mangeables, et ils en auraient bien besoin. Le ruisseau serait sa deuxième destination ; ils auraient d'autant plus besoin de pêcher quelques poissons que leurs réserves de viande séchée restaient maigres ... et Belette risquait de mieux apprécier ces dernières que tout ce qu'elle pourrait réussir à pêcher. Il ne fallait pas oublier qu'ils avaient désormais un troisième individu à nourrir, et la belette était encore un peu jeune pour savoir trouver sa nourriture seule.

    L'avantage de ce ruisseau qui paraissait assez poissonneux était qu'elle pourrait probablement se contenter de pêcher à la main après avoir ôté ses chausses ; une chance que contrairement à Bran, elle ne soit pas entièrement aveugle à la nuit tombée. Eldrina se mit donc à l'oeuvre ; le repas serait de toute manière frugal mais elle avait espoir qu'ils parviennent à bien se débrouiller. Une chance qu'ils aient trouvé cet endroit préservé du mal ambiant !
    En RP, Eldrina s'exprime en 3DB220.
    Modératrice des sections The Witcher et Divinity, et super-modo à mes heures perdues.
    Always look on the bright side of life.

  3. #543
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 622
    Les champignons étaient abondants, la plupart comestibles. Les poissons, nombreux, semblaient presque se précipiter dans ses mains. Il y avait également quelques plantes comestibles, des fruits, des tubercules. Elle n'eut aucune difficulté à rassembler une quantité suffisante de nourriture pour un dîner consistant.

    Lorsqu'elle rejoignit Bran, il avait rassemblé du bois et s'efforçait d'y mettre le feu. Sans grand succès. La flamme naissait puis s'étouffait.

    " On dirait que le bois n'est pas assez sec, s'excusa-t-il. Pourtant je n'ai pas trouvé mieux."
    Et effectivement, Eldrina était bien en peine de trouver du bois réellement sec dans ces lieux. La nature ici était foisonnante, vivante, exubérante. Il n'y avait rien qui ressemble à du bois mort. Eldrina sentait confusément que leur maigre feu était presque déplacé dans ce lieu enchanteur : il était source de destruction, opposé à cette force de vie omniprésente qui s'acharnait donc à l'étouffer. Il ne fallait pas escompter faire griller leur poisson ou en tirer une réelle chaleur. Néanmoins, les quelques flammèches qu'ils obtenaient suffirait à faire bouillir un peu d'eau pour y cuire -lentement- leur nourriture.

    Elle fut tirée de ces considérations pratiques par un couinement de la petite belette. Celle-ci était debout sur ses pattes arrières, face à la barrière de buis qui semblait bloquer le passage. Elle la vit bondir, disparaître dans le buis, puis en ressortir, et y retourner à nouveau. Comme si elle voulait qu'on la suive dans l'étroit passage qu'Eldrina avait déjà remarqué, et que les chevaux avaient probablement emprunté.
    Dernière modification par Voyageuse ; 18/09/2017 à 18h50.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  4. #544
    Avatar de missElder
    missElder est déconnecté entend la belette chanter
    Date d'inscription
    March 2010
    Localisation
    Paris
    Messages 
    2 064
    La rôdeuse avait ressenti une grande déception aux mots de Bran, réalisant que leur repas ne serait pas prêt de sitôt. Mais peu à peu, elle avait réalisé qu'il y avait peut-être un sens à ce que, précisément en ces lieux relativement préservés, le feu prenne si mal. Dans un lieu aussi dangereux que la Forêt, aussi mortifère parfois, le feu représentait sans doute autant, voire plus, une promesse de souffrances qu'une aide pour le voyageur égaré. Elle soupira. C'était vrai, ils étaient presque des intrus en ces lieux, et devaient se comporter comme tels : en respectant la paix de cet endroit, en n'y apportant pas les dangers qu'ils étaient venus y fuir. Mais avec tout cela, il leur faudrait du temps avant d'être rassasiés, et son estomac commençait à s'en offusquer.

    Puis la belette s'agita, cherchant à l'attirer au coeur de la forêt, et la rôdeuse fronça les sourcils. Tout cela ne lui rappelait que trop les événements de la veille, et elle ne comptait pas agir avec autant de précipitation. Sa curiosité était piquée, néanmoins - qu'avait bien pu sentir ou déceler le petit animal pour être aussi excitée ? Elle essaya de percevoir un peu mieux ses émotions, ses sensations : était-ce la curiosité ou l'excitation qui la motivaient, était-elle inquiète de ce qu'elle percevait par-delà la barrière de buis ?

    Eldrina se tourna ensuite vers Bran, cherchant ses mots. Il était évident que le paladin ne pourrait la suivre dans le noir complet, a fortiori s'ils étaient dans l'incapacité de se munir d'une torche ; aussi, elle devrait ou bien attendre le lendemain matin, ou bien s'engager seule là où voulait la conduire la belette. Certes, le repas ne serait pas prêt de sitôt et ils avaient donc du temps devant eux ; mais qui savait ce qui les attendait de l'autre côté ?

    Elle s'éclaircit finalement la gorge.


    - Hem ... La belette. Elle a senti quelque chose, par-là ...
    Elle pointa du doigt la direction du petit passage à travers le buis. Je crois qu'elle a envie que je la suive.
    En RP, Eldrina s'exprime en 3DB220.
    Modératrice des sections The Witcher et Divinity, et super-modo à mes heures perdues.
    Always look on the bright side of life.

  5. #545
    Avatar de Voyageuse
    Voyageuse est déconnecté Lathandrite invétérée
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Dans un petit hameau perdu
    Messages 
    18 622
    Le paladin grimaça.
    " Si j'avais quelques années d'expérience de plus, j'aurais pu nous créer de la lumière... L'endroit n'a pas l'air dangereux, mais on ne sait jamais."
    Il soupira.
    " Quand même, je vais essayer de vous suivre, avec un bout de branchage rougeoyant. C'est mieux que rien. A la moindre alerte, il faut rebrousser chemin pour revenir ici. Je sens qu'on y est protégés."
    La belette poursuivait son manège. Eldrina devinait sentait une certaine excitation, un mélange de curiosité et d'impatience.

    Bran prit un bout de tison ardent, et, muni de cette torche de fortune, entreprit de s'approcher du rideau de buis. Il s'y trouvait un étroit passage, invisible de loin, dans lequel s'engouffra la belette. On les y avait précédé : Eldrina reconnut les traces des sabots des chevaux qu'ils suivaient.

    La paladin laissa la jeune rôdeuse prendre la tête, mais ne la lâcha pas d'une semelle.
    Ils tournèrent un peu à droite, puis à gauche, progressant peu à peu au coeur de ce mur végétal. Puis soudain, ils débouchèrent sur une vaste clairière entourée de buis.
    Dernière modification par Voyageuse ; 20/09/2017 à 22h50.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
    Co-modératrice Luméno-hélonienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question !
    Le RP vous tente ? débuter en RP ; devenir MJ

  6. #546
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Quête : les Pieds dans l'Eau

    Quittant Hawkhurt, Ashe, Perran, Eve et Uska s'étaient enfoncés dans la forêt. Aussi près de la lisière, elle paraissait encore presque ordinaire, mais il y avait déjà une certaine humidité, une odeur de pourriture, qui indiquaient qu'on n'était pas dans un bois tout à fait ordinaire. Il y avait aussi trop de mousses, trop de champignons, de morceaux de bois pourris, d'insectes fouisseurs, surtout en pareille saison. Les oiseaux ne chantaient pas, à l'exception d'une corneille, de temps en temps, et le vent faisait craquer les branches de sinistre façon. Les feuilles des arbres paraissaient sur le point de tomber, couvertes de poussière, alors que les troncs poussaient tordus et les racines semblaient affleurer en traquenards dans l'humus.
    " Heureusement que vous savez où on va..." remarqua Perran, au bout d'une demi-heure de marche.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  7. #547
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages 
    1 482
    - Si vous ressentez le besoin de faire une pause à un moment, n'hésitez pas à me le dire : parcourir cette forêt peut s'avérer éprouvant.

    Et pas seulement physiquement. Il était presque impossible de s'en rendre compte si près de la lisière, mais plus on s'enfonçait dans ces bois et plus l'on se sentait oppressé. Passés plusieurs jours, on se mettait parfois à entendre des voix qui n'étaient pas vraiment là et dont les paroles n'étaient destinées qu'à tourmenter le voyageur égaré, voire à lui faire perdre toute envie de poursuivre son chemin. Ce phénomène ne touchait pas tout le monde de la même façon ; certaines personnes y étaient insensibles, d'autres montraient des signes d'abattement après seulement quelques heures. Être accompagné restait le moyen le plus simple d'apaiser ces effets.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  8. #548
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    " Si vous vous sentez mal, restez dans mon aura. Elle repoussera le pire." murmura Eve.
    Perran frissonna.

    " Je pourrais lancer un sortilège ou deux pour nous donner du courage, mais ça ne va pas tenir longtemps... Peut-être que le mieux, c'est de chanter... Non ? Chanter, ça donne du coeur au ventre !
    — Est-ce que ça ne risque pas d'attirer tous les zombies à vingt lieues à la ronde ?"
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  9. #549
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages 
    1 482
    - Gardons les sortilèges pour plus tard, si nous en avons vraiment besoin. Quant à pousser la chansonnette... Je pense que nous devrions nous abstenir. Je ne suis pas très bonne chanteuse de toute façon.

    Attirer tous les zombis à la ronde était une deuxième très bonne raison d'éviter ça, mais ce n'était que la deuxième.

    - Mais ça ne veut pas dire qu'on est obligés de rester parfaitement silencieux pendant la balade. Dîtes-moi... est-ce que ça fait longtemps que vous voyagez ensemble ?
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  10. #550
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    " Ça fait presque un an, maintenant, non ?" demanda Perran.
    Il pinça les lèvres tandis qu'Eve acquiesçait.

    " Vous n'êtes pas sans savoir que Luménis a eu des ennuis... avec un certain dictateur... Eve...
    — Je ne suis pas de Luménis, intervint-elle. Je suis arrivée pour renflouer les effectifs de la commanderie après la guerre civile. Seule une poignée de paladins luméniens avait survécu aux purges...
    — Et pas la paladine qui m'accompagnait d'ordinaire." ajouta Perran d'une voix triste.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  11. #551
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    (interlude rien à voir, mais puisqu'Echo est occupée ailleurs... )
    Quête : Des racines et des ailes

    Laissant Respelm derrière eux, Albérich et Hubert trottèrent un moment à la lisière du bois avant de dénicher la sente que cherchait le prêtre. Celui-ci portait sa cotte de mailles, Hubert était en armure, et l’un comme l’autre avait son arme à portée de main. Il était illusoire d’imaginer qu’ils atteindraient le Vallon sans avoir à se battre mais s’ils progressaient sans trop d’éclats, ils pourraient sans doute s’en tirer avec quelques zombies et quelques squelettes. Après leur traversée de la Lande des Sirènes, ils avaient développé une certaine expertise en la matière et ils ne ressentaient nulle crainte. Le Luménien était persuadé qu’Hubert était même impatient. Vu sa mission divine, il était normal que pourchasser le mal le démange : il ne pouvait pas lui en vouloir.
    Printemps était moins détendu mais Grand Vent le rassura de sa présence tranquille et ils entrèrent dans la forêt. Il ne fallut que quelques mètres pour qu’ils perçoivent la modification de leur environnement. Ce n’était pas seulement dans la forme des branches ou dans la couleur des mousses : c’était dans tout. Le sol rendait un bruit de succion désagréable à chaque pas, l’air était chargé d’une odeur fétide, encore ténue heureusement, il faisait froid et humide, une sensation qui perçait d’emblée toutes les couches de vêtements que vous pouviez porter.
    Hubert avait repris la tête et menait Grand Vent d’une seule main, l’autre posée nonchalamment sur le pommeau de son épée. Albérich suivait, aux aguets, mal à l’aise sans être complètement inquiet.

    « Je ne me souviens pas que ces lieux aient été aussi… pénibles, dit-il finalement. Je me demande si la souillure s’est renforcée ou si j’y suis plus sensible qu’autrefois.
    — Sans doute un peu des deux. » répondit Hubert, sans se retourner.
    Il frémit.

    « Misère, que ça pue. »
    Albérich rit doucement. Ils n’étaient pas prêts d’émerger de ce cloaque obscur. Les seules touches de lumière provenaient des couleurs étranges de certains champignons et mousses, des yeux des créatures qui les observaient dans la pénombre des broussailles, plus rarement des rayons du soleil traversant, vaille que vaille, des branchages. Mais il faisait gris, venteux, et il se mit bientôt à pleuvoir. Rares étaient les gouttes d’eau qui parvenaient jusqu’à eux, cependant, et celles qui parvenaient à franchir la canopée noire avaient une consistance huileuse.
    A leur vigilance originelle succéda une sorte de torpeur. Grand Vent montait la garde pour quatre, naseaux frémissants, tandis qu’ils se repliaient tous dans leurs pensées. Albérich ne parvenait pas à s’arracher aux siennes, ruminations nauséabondes, à l’image de l’environnement. Printemps veillait à rester dans le pas du destrier, garantissant par là qu’ils demeuraient dans le cercle de l’aura bienveillante d’Hubert. C’était un rempart invisible mais puissant, gardant le pire de la Forêt à distance. Ils ne virent rien ni personne, et au bout de deux heures de marche, Albérich supposa qu’ils avaient dépassé la zone où se risquait le peuple libre dont avait parlé Aidan. Ils virent leur premier squelette à la mi-journée, à moitié démantibulé dans les branches d’un arbre. Plus loin, un cerf boursouflé avait vomi ses tripes en travers du chemin et il fallut convaincre Printemps de l’enjamber avant de pouvoir poursuivre. Ils traversèrent une clairière grise où tout semblait avoir brûlé. Des pierres la jonchaient, vestiges de quelque chose d’oublié. Ils trouvèrent une nouvelle sente étroite à son extrémité nord et l’empruntèrent pour descendre dans une cuvette plantée d’épinettes tordues et de bouleaux au tronc jaunasse. Des oiseaux criaient dans les hauteurs, un appel qui n’était ni celui du corbeau, ni celui de l’aigle. Ils foulèrent des ossements minuscules, répandus sur des mètres et des mètres, puis s’immobilisèrent devant une zone encombrée d’énormes toiles d’araignée.

    « Formidable. » dit simplement Albérich.
    Hubert grimaça, peu enchanté lui aussi.

    « C’est vraiment par ici qu’on doit passer ?
    — Oui.
    — Bon. »
    Quelques menus sortilèges plus tard, ils s’engagèrent dans le passage, qu’Hubert dégagea à grands coups d’épée. Ils virent plusieurs cocons, de formes diverses, mais aucune trace de la créature qui avait tissé la toile. Albérich surveilla leurs arrières pendant un long moment après qu’ils aient franchi l’obstacle, mais rien ne survint. Sans doute l’araignée avait-elle déménagé : ils n’allaient pas s’en plaindre. Ils mangèrent en selle, peu désireux de s’attarder au cœur de cette décrépitude, mais firent halte un peu plus loin, dans une nouvelle clairière. Albérich assainit les lieux puis conjura de la nourriture et l’eau pour les chevaux : la forêt ne contenait rien qu’ils auraient osé leur laisser manger. Puis ils repartirent de leur pas monotone, sous les frondaisons hostiles.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  12. #552
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Les nuages se dissipèrent en milieu d’après-midi et de fins rayons de soleil percèrent le couvert des branches, lignes blanches, spectrales, zébrant la pénombre. Autour des cavaliers, la faune sylvestre se montrait moins timide, n’ayant sans doute jamais rencontré âme qui vive réellement. Le sentier qu’ils suivaient ne figurait probablement sur aucune carte : il avait été tracé par des animaux, de gros ongulés, cerfs difformes ou sangliers sanguinaires, dont on distinguait parfois une empreinte dans la boue grasse. Les écureuils paraissaient dépenaillés, les mouches énormes, et le cri des oiseaux vrillait les tympans, symphonie discordante sans beauté. Les cavaliers attirèrent bientôt l’attention de nuées de moustiques voraces qui eurent raison de la patience de tous. L’humeur de l’équipage vira à l’aigre et ils furent obligés de s’arrêter pour s’enduire d’un répulsif à base de citronnelle, dont l’efficacité se révéla toute relative. Puis la lumière déclina autour d’eux, signe que la nuit ne tarderait pas à les engloutir. Quelque part sur leur gauche, un loup hurla, puis un second, un troisième, et Printemps dansa un moment sous la selle, les naseaux dilatés. La meute ne se matérialisa cependant pas davantage que l’araignée qu’ils avaient redoutée plus tôt et ils continuèrent leur progression. Il fit bientôt complètement noir, mais Hubert semblait n’en avoir cure. Ils n’étaient de toute façon pas dans un endroit propice au bivouac. Mais si Grand Vent et son cavalier auraient été capables de tenir au même rythme toute la nuit, ce n’était ni le cas du petit cheval evendin, ni de son cavalier, dont toute la charpente souffrait désormais. Ils s’arrêtèrent dans la trouée suivante, un espace dégagé autour d’une petite ruine circulaire, qui n’avait plus de toit. Les lieux étaient sinistres, peut-être hantés, mais ils s’en prémunirent de quelques sortilèges avant de déballer leur tente. Albérich abrita Printemps derrière un pan de mur moussu, Grand Vent demeura à l’extérieur, veillant, Hubert rassembla de quoi allumer un feu modeste.
    Les ténèbres étaient partout, luttant férocement contre les flammes, lourdes, chargées de brume et de glace. L’emprise de l’hiver était toujours présente et pour Albérich, c’était un écho du passé, de ce vallon obscur, du gel sur sa peau nue, de l’indifférence de cette saison de mort et de nuit tandis qu’il s’éteignait petit à petit. Heureusement, l’aura d’Hubert rayonnait, repoussant le pire de la peur et du désespoir. Même les yeux fermés, Albérich percevait ses mouvements dans la subtile modification de la température autour de lui et surtout en lui. Quand il s’éloignait, quelque chose de froid bourgeonnait dans sa poitrine et dans son crâne, une tension surgissait dans ses membres, et dès qu’il se rapprochait, la sensation s’atténuait, jusqu’à devenir un léger bourdonnement, comme une nausée omniprésente mais supportable. Peut-être était-ce imaginaire. Peut-être était-ce réel. Le résultat l’était, lui, indéniablement.
    Le paladin finit par s’asseoir près de lui, ils partagèrent un repas frugal, en silence, vigilants. Grand Vent était toujours à l’extérieur de la ruine, Printemps semblait somnoler.

    « Je vais monter la garde cette nuit, annonça Hubert. Je te le dis pour ne pas que tu estimes que je te prends en traître. »
    Albérich rit.
    « J’imagine que ce n’est pas négociable.
    — Non, effectivement.
    — Je ne suis pas certain que je vais savoir dormir.
    — Je ne suis pas certain que tu monteras bien la garde pour autant.
    — C’est vrai.
    — Tu es sûr que tu ne veux pas prendre quelque chose ? Un peu de… valériane ou de camomille… Je ne sais pas.
    — Cela ne suffira pas. Et ce qui suffira est risqué en ces lieux. »
    Hubert acquiesça sans protester. Albérich ne tenta pas davantage de le faire changer d’avis : il savait que le paladin était capable de rester éveillé toute une nuit sans que cela n’ait d’effet sur son état. La conversation en resta là : le Luménien n’avait pas envie de parler et Hubert respecta son besoin de silence. Il l’accompagna cependant dans la tente pendant quelques minutes, ils échangèrent un peu de chaleur, un peu d’amour, puis le paladin ressortit et l’obscurité prit le pouvoir.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  13. #553
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    L’épuisement le terrassa mais l’angoisse se mua en cauchemars hachés, kaléidoscope d’horreurs polymorphes, sang et cris et glace, et Albérich s’éveilla en sursaut. S’il espérait échapper aux ombres de son rêve, il en fut pour ses frais : c’était le fracas autour de la tente, branches brisées, ahanements, chocs métalliques et Printemps hennissait de frayeur. Encore à moitié dans la brume, il tâtonna pour trouver sa masse puis se glissa à quatre pattes hors de son abri.
    A l’air libre, l’odeur de putréfaction avait triplé de vigueur et on n’y voyait goutte : quelques braises survivaient à l’endroit où s’était trouvé leur feu mais n’offraient qu’une maigre lumière. Le monde était noir et agité.

    « Tout est sous contrôle ! » s’exclama joyeusement Hubert, quelque part sur la gauche, là où naissait le vacarme.
    Malgré la confiance du paladin, Albérich invoqua la lumière et les ténèbres reculèrent. Il y avait deux guerriers squelettes auprès d’Hubert et quelques autres en pièces détachées, disséminés autour de la clairière. Grand Vent était plus loin dans la broussaille et revint au trot vers la ruine, pour y rassurer Printemps. Le prêtre alla prêter main forte à son compagnon et il ne leur fallut que quelques minutes supplémentaires pour venir à bout de leurs visiteurs nocturnes.

    « J’aurais pu m’en tirer tout seul, remarqua le paladin en retournant vers leur bivouac.
    — Et j’étais censé faire quoi en attendant ?
    — Du thé ?
    — Haha. »
    Ils regagnèrent les abords de la tente.
    « Est-ce que c’est prudent, cette lumière ?
    — C’est un sort de rien du tout. Nos auras à elles seules dégagent davantage d’énergie divine. »
    Il jeta un œil derrière lui.
    « Ils étaient combien ?
    — Six. Des soldats luméniens. »
    Hubert se pencha et ramassa un plastron.
    « Infanterie. A mon avis, ils datent de la fin des années 50.
    — Comme tant d’autres par ici. On compte plus de cinq mille disparus pendant cette période.
    — Je pensais que les Mélandiens les avaient enlevés pour les vendre sur leurs marchés.
    — Pas tous. Les rapports de nos services de renseignements ont estimé qu’environ un tiers avait été convoyé vers Mélandis, pas plus. Le reste pourrit dans la forêt et se relève à la brune.
    — Tu es bien informé.
    — J’ai été conseiller… mais ce n’était pas mon domaine. Et nous n’avions de toute façon pas les fonds… ni la force, d’ailleurs… de nous intéresser aux Mélandiens… ou à cette forêt. »
    Il leva les yeux vers le ciel, gris sombre.
    « Combien de temps avant l’aube ?
    — Trois heures à mon avis. Tu devrais retourner te reposer.
    — Je ne vais plus dormir. »
    Le paladin ne protesta pas, marcha jusqu’aux chevaux, qu’il caressa pensivement, tandis qu’Albérich ranimait leur feu. Hubert revint ensuite, s’assit près du prêtre, demeura silencieux.
    « Qu’est-ce qui te trouble ? » demanda le Luménien.
    Hubert poussa un bref soupir, esquissa un sourire forcé.

    « Tu… étais très agité… dans ton sommeil… »
    Albérich se sentit brusquement glacé.
    « J’ai parlé, n’est-ce pas ?
    — Pas vraiment. »
    Ils se dévisagèrent. Hubert avait rougi. Le prêtre devina qu’il avait dû crier ou gémir, quelque chose qui déstabilisait le paladin.
    « Est-ce que nous sommes vraiment obligés d’y aller ? demanda finalement Hubert. Tu luttes avec quelque chose… d’atroce… et… comment est-ce que tu peux savoir que c’est la chose à faire ? Cela pourrait être pire ! Tout pourrait revenir, comme tu le crains, et t’envahir, et te renvoyer… te renvoyer dans l’ombre. »
    Albérich secoua la tête.
    « J’en ai la conviction. Je ne peux pas t’en dire davantage. C’est quelque chose d’intime. »
    Il prit la main du paladin.
    « Je suis désolé de t’imposer cela.
    — Non. Ne le sois pas. J’étais possédé par un démon et tu es resté à mes côtés. Ceci… c’est la moindre des choses. C’est moi qui suis désolé de ne pas… supporter… de te voir dans cet état. »
    Il relâcha sa respiration.
    « C’est cette impuissance…
    — Tu en fais plus que tu ne le crois.
    — Pas assez, et de toute façon, c’est trop tard. »
    Albérich le regarda, légèrement incrédule.
    « Trop tard ?
    — J’aurais pu être à Luménis, quand c’est arrivé. J’aurais pu… te protéger.
    — Hubert…
    — Si je n’avais pas été aussi sanguin…
    — Hubert, les chances que tu aies été tué pendant la dictature morféenne sont énormes. La plupart des paladins ont été exécutés. Il en est resté une poignée à la libération. Trois ou cinq, je ne sais plus. Les plus discrets, parmi lesquels tu n'aurais certainement pas été… »
    Il secoua la tête.
    « A ce prix-là, tu pourrais aussi penser que si tu avais été là, nous aurions été ensemble depuis longtemps, je ne serais pas stupidement sorti boire avec une femme, je n’aurais pas… Diable. »
    Il s’interrompit et rit, stupéfait, dévisageant son compagnon qui s'était empourpré.
    « Tu le penses, en fait. Tu es en train de te raconter une longue histoire démente qui commence il y a quinze ans. Arrête. Tu me disais l’autre soir que je n’étais pas responsable… Toi encore moins. »
    Hubert ne répondit rien, hocha la tête les lèvres pincées.
    « Les Lathandrites vont de l’avant. Demain. Pas hier. Hier, c’est hier.
    — Et pourtant tu retournes à cette foutue tour.
    — Oui. C'est un pas en arrière avant l'envol. Je prends simplement mon élan. »

    Au final, le périple d’Albérich et Hubert a travers la forêt maudite dura trois jours à l’aller et trois au retour. Guidé par son sortilège d’orientation, le prêtre n’hésita jamais sur la direction à emprunter, bien qu’il continuât d'hésiter sur bien d’autres choses. Les nuits furent toutes agitées par les visites inévitables de l’engeance terrible qui vivait dans les bois et même si Hubert se proposait toujours pour monter la garde, Albérich peinait à fermer l'oeil. Le paladin était ravi de ces échauffourées nocturnes ; le clerc était fatigué mais fataliste. Ils virent des zombies, des squelettes, quelques goules, une paire de blêmes, des nécrophages autour d’une vieille bâtisse à moitié enfoncée dans la boue. Rien de plus dangereux, rien qu’ils ne furent capables de vaincre. Le demi-céleste, increvable, était immunisé à la souillure ambiante et à l’épuisement. Les quelques heures de sommeil qu’il parvenait à grappiller au bivouac lui suffisaient amplement tandis que son compagnon s’assoupissait sans cesse en selle. Ils ne croisèrent personne de réellement vivant. Le Peuple Libre les avait laissés passer, peut-être sans les voir, et au plus profond des bois, il n’y avait plus âme qui vive, seulement des animaux difformes que l’on devinait contaminés par les lieux. Chaque pas les rapprochait de leur objectif et peu à peu, l’humeur du clerc vira à l’ombre, jusqu’à ce qu’il habite un espace clos, privé, sordide, terriblement douloureux. Mais il ne s’y noya pas, grâce à la lumière intense que dégageait Hubert, même au travers du voile invisible de ses souvenirs hantés. Le paladin ne contesta plus le bien fondé de leur expédition et se contenta de chevaucher au plus près, silencieux, sévère, éternellement vigilant.

    Et puis, au détour d’un rideau d’arbres grotesques, l'après-midi du troisième jour, ils atteignirent le Vallon Noir.
    Dernière modification par Galathée ; 10/03/2019 à 16h25.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

Page 19 sur 19 PremièrePremière ... 9171819

Discussions similaires

  1. [Lieu] Un vallon dans les ténèbres...
    Par Galathée dans le forum Les Montagnes de Fer
    Réponses: 322
    Dernier message: 24/03/2019, 10h01
  2. [Lieu] Dans les profondeurs du parc verdoyant
    Par Galathée dans le forum Les Beaux Quartiers
    Réponses: 167
    Dernier message: 06/03/2008, 11h31
  3. [Test] Traque dans la forêt
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 23
    Dernier message: 30/01/2004, 23h18

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250