Ah, le "Fou Kets" ! C'est, à n'en pas douter, l'établissement le plus renommé - et le plus fréquenté - de l'ïle Isée.
Les raisons qui poussent les foules à s'y presser sont multiples et variées. Il y a, bien sûr, le confort et le luxe de son mobilier, la scélérité avec laquelle on le remplace quand, d'aventure, il est brisé, réduit en miettes. On se doit aussi d'évoquer la succulence de sa gastronomie, l'abondance des vins fins, grands crus classés, cordiaux raffinés et bières fraichement brassées qu'on y sert à l'envie - et qui coulent à flots lors des soirées électorales.
Et puis... Et puis, il y a Kets, le fou, le bouffon, le saltimbanque, le gnome à la langue acérée qui manie avec virtuosité flatteries railleuses et bons mots, insinuations cocasses et révélations déstabilisatrices... Un monument à lui tout seul, une source irremplaçables et inépuisable pour les scribouillards affairés en quête de ragots grinçants, de scoops graveleux, d'informations compromettantes sur les candidats aux élections airepéennes, leur entourage, leurs amis, leurs partisans... et même sur le moindre quidam ! Car si Kets sait parler, il sait aussi écouter...
Alors soyez prévenus, braves gens ! Gare à ce que vous direz, ferez ici : cela ne tombera pas dans l'oreille d'un sourd, dans l'œil d'un aveugle... On murmure, à juste titre, que victoires écrasantes ou défaites sans fond se bâtissent bien souvent ici...