Affichage des résultats 1 à 13 sur 13

Discussion: [RP] Vers Manost ...

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096

    [RP] Vers Manost ...

    Elle avait cru mourir dans le désert, happée par les étoiles pourpres. Son mal de tête, bénin lorsqu'elle avait franchi les portes de la ville avait empiré. De supportable, il était devenu assourdissant, exécrable. Elle s'était cependant astreinte à chevaucher jusqu'à ce que soient hors de vue les portes de la cité du chaos. A bout de nerf, de souffle, les yeux irrités par les larmes et le sable projeté par les sabots du cheval, elle s'était finalement arrêtée à la tombée de la nuit à l'ombre d'un gros rocher. Elle avait attaché la bride du cheval à une grosse pierre. Fatigué par la course, il n'avait pas bougé. Elle s'était laissée tomber en tailleurs non loin de lui et avait tenté de retrouver son calme. Ici, en cet endroit calme et solitaire, patrie des cartographes, des suicidaires, des soldats, des chercheurs d'aventure et des rêveurs elle aurait pu s'imaginer avoir rêvé le déroulement tragique des jours précédents. Mais elle porta sa main sur sa joue tuméfiée, à sa lèvre fendue, preuves bien trop tangibles que tout ce qui s'était passé avait été réel. Elle avait levé les yeux au ciel. Longtemps, dans un passé qui aurait très bien pu être dans une autre vie, son frère lui avait appris à s'orienter par rapport aux étoiles. C'était sous forme d'une petite comptine. La plus brillante, avance de deux pas. Celle là est au nord. Avance tout droit ... Elle savait que Manost se situait au sud. Elle devrait donc aller à l'opposé de l'étoile. Ses yeux s'étaient perdus dans l'immensité. Elle avait peu à peu retrouvé son souffle. C'est alors qu'elle réalisa qu'elle avait froid et soif. Elle se leva à regret et alla regarder dans les fontes du cheval dans l'espoir qu'une main généreuse lui avait octroyé une couverture en plus de la gourde qu'elle avait accrochée dans son dos. Oui, une couverture, rêche et peu épaisse mais elle s'en accommoderait. Elle fit d'abord boire sa monture : un grand cheval pommelé qui ne payait pas de mine mais avait l'air de pouvoir tenir sur de grandes distances. Elle explora plus avant les fontes par curiosité, trouva quelques rations pour elle et le cheval. Elle donna à l'animal sa part du butin et laissa le reste. Elle n'avait aucun appétit. Par contre, elle se força à boire. S’hydrater rendit son mal de tête plus coopératif et elle finit par s'endormir, roulée en boule. C'était une faculté autant que son défaut. Très fatiguée, il lui arrivait de piquer du nez n'importe où. Il lui suffisait de baisser un peu la tête ... Une fois, elle s'était endormie durant un discours de son frère. Elle ne s'était réveillée que lorsque son casque, qu'elle avait laissé s'échapper était tombé dans un bruit de fin du monde. Elle n'oublierait jamais le regard que Guiguemard lui avait lancé ...

    Le souvenir de son frère la réveilla en sursaut. Il ne fallait pas qu'elle dorme. C'est la nuit qu'elle devait chevaucher et non dans le jour brûlant. Il était tout bonnement question de survie. Disciplinée, elle se remit debout et quitta le confort relatif de la couverture qu'elle rangea dans la fonte. Le cheval piaffa quelque peu quand elle voulut l'enfourcher de nouveau mais fut prompte à repartir. Ils avancèrent d'un trot décidé jusqu'à l'aube.

    La chaleur du jour la surprit et même l'effraya. Elle se dépêcha de se calfeutrer sous un rocher à l'ombre bénéfique. Là, ils attendirent, écoutant la plainte particulière de la rocaille et du sable poussés par le vent. Un roulement de tambour formidable, répété à l'infini. En se relevant, sous le ciel sanglant, elle s'aperçut avec stupeur que sa gourde mal rebouchée avait fui. Il restait de l'eau pour une journée, pas plus. Après ...
    Elle enfourcha de nouveau le cheval. Comme la fois précédente, elle ne le brusqua pas. Mieux valait ménager leurs forces. Cette fois, elle eut faim et soupa d'une pomme. Elle ne pouvait pas plus.

    Ils tombèrent à court d'eau au lever du jour. La chaleur avait accentué le supplice de la soif. Elle l'avait vécu immobile, prise d'une sorte de fièvre. Le soir venu, elle eut toute les peines du monde à se lever. La pomme qu'elle mangea avait un goût de cendre et était trop sucrée. Sans eau, que faire ? Privée d'eau, elle crut mourir sous les étoiles pourpres.

    Mais, devant elle, à quelques pas à peine, elle distingua un feu. Des soldats mélandiens, si loin de leur ville ? Possible, mais peu probable. Elle s'approcha lentement. A la lueur des flammes, elle vit trois silhouettes. Un homme et deux femmes. L'une des deux lui fit signe. Elle s'avança inquiète. Vêtements amples et fins, chapeaux protégeant du soleil. La tenue des arpenteurs de désert. Elle avait hésité quelques instants avant de venir s'assoir avec eux. Ils n'avaient pas parlé. Lui avaient tendu une gourde d'eau fraiche. Elle s'était absentée le temps d'en proposer au cheval. Ils l'avaient dévisagé en silence. Puis l'homme avait prononcé trois mots et elle s'était endormie. A son réveil, leur campement était vide. Ne restait que les cendres d'un feu mourant et une gourde remplie ...

    On racontait des drôles d'histoires sur les arpenteurs de déserts. Certains disaient qu'il s'agissait de fantômes de vieux souvenirs. Apparemment, ceux là étaient réels. Mais savait-on jamais ... C'est avec ces pensées qu'elle passa les derniers contreforts du désert. Derrière, les plaines commençaient.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  2. #2
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Le passage par la plaine lui avait paru hautement monotone. Du moins à première vue. Peu après la rocaille avaient rejailli les sources, les ruisseaux. Elle les avait considéré incrédule, comme si en ces quelques jours de soif, elle avait oublié leur existence. Son premier geste avait été de remplir sa gourde et d'abreuver son cheval. En se relevant, elle avait grimacé. Son corps entier rouspétait après trois jours d'intense chevauchée. Elle n'avait plus vingt ans, ni même trente, elle devait bien se l'avouer. Elle s'octroya une demi journée de repos avant de repartir. Allongée dans l'herbe, elle regarda les nuages se faire et se défaire et essaya de refouler ses pensées. La fin d'une année à Melandis. Un conte macabre. Six paladins allèrent à Melandis. L'un d'eux trahit, un autre fut tué, l'une s'en fut et des derniers, l'on perdit toute trace ... Elle ouvrit les yeux. La nuit était tombée lorsqu'elle reprit sa route.

    Durant près de trois semaines, elle suivit la route. Plaines, collines, vallées. De temps en temps, elle longeait la mer. Elle eut la tentation de descendre pour baigner, se laisser porter par l'écume des vagues. Mais le temps pressait. Et elle n'avait plus l'âge de jouer. La plupart du temps, elle dormit à la belle étoile, à l'écart des routes. Quand le temps était trop mauvais, elle dormait dans des auberges peu fréquentées. Pour quelques pièces, elle avait un bon repas et une chambre qui fermait à clé. Son "pourvoyeur" avait pensé à tout.

    Elle avait vu le piège de très loin, inévitable. Un chemin quelque peu isolé mais obligatoire, un tronc d'arbre posé au milieu. Un homme assis dessus. Alma avait pensé à tout sauf à l'équiper d'une arme et la protéger d'une armure. Un oubli ? Pas vraiment. Une condamnation implicite. Elle évalua un long moment la situation. Le tronc était peu épais. Elle était cavalière émérite, du moins dans le temps. Le cheval avait l'air léger et l'air mur pour un saut assez simple. Elle pouvait bénéficier de l'effet de surprise. Elle poussa sa monture et piqua droit vers le tronc. L'homme se leva, une arbalète à la main. Elle tira sur les rênes. Le cheval s'éleva un bref instant, retomba de l'autre coté.

    La douleur fulgura dans son genou gauche, si forte que durant un instant, elle ne vit qu'une explosion de rouge. Elle serra les dents et força le cheval à garder le galop. Elle pu tenir le temps de mettre une distance respectable entre elle et le piège avant de se décider à regarder la blessure. Le carreau dépassait de sa rotule. A le voir, elle se rendit vite compte qu'il ne s'agissait pas de n'importe quel projectile. Un vicieux, denté, acéré. Une simple imposition des mains remédierait à tout cela. Mais encore fallait-il qu'elle puisse l'extraire.

    Elle commença à tirer dessus. Du sang coula sur sa main. Elle étouffa avec peine un haut le coeur. Le carreau s'était enfoncé en déchirant les chairs et déplaçant les os. Impossible de continuer. Elle parvint tant bien que mal à descendre de cheval et à s'assoir. La tête commençait à lui tourner. Mauvais signe. Très mauvais signe. Elle ferma les yeux et sombra dans le sommeil.

    Elle reprit connaissance avec la sensation d'avoir le genou en feu. Une main malhabile extrayait tant bien que mal le carreau. Elle avait hurlé, cherché à se débattre mais deux autres mains surgies de nulle part l'avaient maintenu. Les larmes aux yeux, elle avait serré les dents pour ne pas crier d'avantage. Puis elle avait entendu un sort psalmodié et la douleur avait disparu. Elle replongea dans le sommeil.

    Lorsqu'elle se réveilla, elle était dans un lit. Était-elle revenue à Melandis pour revivre son cauchemar ? Ses yeux mirent du temps à s'acclimater à la pénombre. Elle distingua, à la lueur d'une chandelle quelqu'un assoupi dans un fauteuil, un chapeau sur la tête. Il ouvrit les yeux en l'entendant bouger. Un échalas roux aux mains grandes comme des battoirs. A coté, une petite silhouette s'étira et vint à ses cotés. Des yeux espiègles la dévisagèrent un long moment. Elle tenta de sourire. Le gamin poussa un cri et s'en fut en courant. Elle le regarda amusée.


    "Content de voir que vous êtes réveillée. Vous dormiez, la tête sur mes salades, ça m'a fait un drôle d'effet. Enfin, dormiez ... Vous aviez un vilain carreau dans votre jambe. Le prêtre de Chauntéa dit que vous avez eu de la chance."

    Le bonhomme avait un accent familier sous son chapeau. Un accent des environs de Manost. Elle se souleva sur les coudes. Soif, articulations endolories. Le corps d'une vieille femme.


    "Je vous dois la vie, il me semble. Combien de temps suis-je restée inconsciente ?"

    Sa voix lui parut anormalement rauque, râpeuse. Le bonhomme eut l'air d'hésiter.

    "Une bonne journée, presque deux."

    Elle s'en doutait presque. La suite du voyage allait lui paraître bien difficile. L'homme lui avait tendu une assiette. Du fromage et du pain. Elle mangea avec appétit. Pendant ce temps, l'homme était sorti à la suite de son fils. Elle se leva doucement, étira longuement son corps ankylosé et poussa la porte. L'homme binait ses légumes pendant que le gamin jouait au cerf volant.


    "Puis-je vous aider ?", demanda-t-elle.

    Le bonhomme eut l'air d'hésiter et hocha la tête. Il l'emmena au milieu du champ où se dressait fièrement un épouvantail. Puis il lui dit avec un petit sourire.

    "Vous voyez, celui-là, quand on ne le regarde pas, il a tendance à se sauver et à courir partout."

    Comme elle le considérait avec étonnement, il éclata de rire et lui posa son chapeau sur la tête.

    "Le prêtre a dit que vous deviez vous reposer."

    Elle resta un long moment à les regarder, lui et son fils, vivre tout simplement là, au milieu de leur champ immense avec pour seul souci la course des saisons. L'espace d'un instant, elle se dit que tout était en fait là. Qu'elle pouvait raccrocher son armure et son arme et prendre sa retraite. Et confier sa mission à l'épouvantail. Après tout, s'il voulait voir le vaste monde ...

    Mais il était grand temps qu'elle reparte ...
    Dernière modification par Althéa ; 05/03/2013 à 21h48.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Elle avait quitté la maison en plein champ quand elle se trouva face à un ennemi sournois : une poule. Certes, elle se trouvait immobile sur le bas coté et ne montrait aucune velléité de traverser la route sous les sabots du cheval ni de l'attaquer à coups de becs. Mais il y avait bien une chose dont elle avait peur en ce bas monde, c'était de ce volatile. Elle fit donc un détour pour l'éviter.

    Ce n'était pas vraiment de la peur, plutôt une véritable phobie. Toute petite, alors qu'elle traversait une basse-cour, une poule lui avait sauté sur la tête et lui avait piqué le haut du crâne. Elle en avait gardé un souvenir effrayant et son inconscient avait fait le reste. Jamais au grand jamais elle n'approchait de ces vilaines bêtes. Elle n'avait presque jamais parlé de son trouble à quiconque. ç'aurait été trop humiliant. Naturellement, ses pensées allèrent jusqu'à Théodora, sa meilleure amie et comme elle paladine de Tyr. Du même âge qu'elle, elle connaissait aussi Guiguemar pour qui elle nourrissait de tendres sentiments.

    Théodora lui avait dit que la meilleure façon de vaincre ses peurs était de les affronter. Elle l'avait donc emmenée à coté d'un poulailler jouxtant une ferme isolée. Et elle l'avait défiée de sauter par dessus l'enclos et de marcher au milieu des volatiles. Elle s'était bien sûr exécutée. Cinq poules, croyant qu'elle apportait du grain s'étaient précipitées vers elle. Elle était restée paralysée au milieu d'elles jusqu'à ce que le paysan, la trouvant dans son enclos sorte lui dire ses quatre vérités. Depuis, Théodora s'était spécialisée dans l’imitation de poule.

    Que faisait-elle à Melandis à l'heure qu'il était ? Elle avait sûrement compris que son temps dans la cité du chaos était compté et qu'elle devait retourner à Manost. Pour le moment, elle ne risquait rien. Elle était la seule à connaître la couverture de chacun de ses hommes. Le véritable danger viendrait au moment où elle voudrait quitter la ville.

    Était-elle déjà en route ou avait-elle été tuée en chemin ? Impossible de le savoir. Pour le moment, elle ne pouvait qu'attendre ....
    Dernière modification par Althéa ; 05/03/2013 à 22h02.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  4. #4
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Elle se réveilla au milieu de la nuit tenaillée par l'angoisse. On était à une heure avancée de la nuit et l'aube encore loin n'était pas parvenue à dissiper les ombres. Elle entendit un souffle. Un râle. Une silhouette se tenait dans un coin de la chambre. La lumière malsaine de la lune filtrant à travers les persiennes lui révéla le visage de Guillaume Dondarion, le paladin de Helm ... Il lui souriait de son demi visage. L'autre moitié avait été emportée par un marteau de guerre. Il s'avança jusqu'au pied de son lit.

    "Enfin, je te retrouve."

    Sa voix était étrange, dédoublée, malsaine. Elle le considéra un long moment en silence, soudain envahie par le chagrin.

    "Tu es mort Guillaume."

    Il secoua la tête. Un filet de sang coula de son oreille valide. Il la pointa d'un doigt accusateur.

    "Et cela par ta faute."

    Elle hocha la tête. Oui, elle était responsable. Cette détresse quand il avait perdu les pouvoirs de son dieu, la haine qu'il avait ressenti quand les rumeurs avaient désigné Tyr comme responsable de la mort de Helm. Elle n'avait pas su apporter de réponse.


    "Je n'ai pas pu empêcher ta trahison. Je le regrette."

    Yorven sortit à son tour de l'ombre. Une tâche sombre s'étendait sur sa chemise. Elle devina sans mal le trou béant au dessous. Yorven qui peu de temps auparavant avait été son écuyer. Il s'avança à son tour.

    "Votre silence nous a condamnés. Nous sommes morts par votre faute. Vous auriez dû leur dire où se trouvaient les autres."

    Elle secoua la tête.

    "Rien ne garantissait notre survie. Il reste encore une chance aux deux autres de rejoindre Manost."

    Yorven avait tressauté. Du sang avait goûté sur le plancher.

    "Mais vous, vous êtes vivante. Vous auriez dû rester avec nous et mourir.
    - Je sais. Mais on m'a laissé vivre. Je n'ai pas eu le choix."

    Elle regarda les deux cadavres. Le rictus de haine de Guillaume, la peine infinie de Yorven. Leur sang avait envahi le plancher.

    "Et vous, vous êtes les vestiges de ma culpabilité. Vous n'êtes pas réels. Vous devriez partir."

    Guillaume éclata de rire et se rapprocha d'elle. Alors, comme à chaque fois que l'angoisse était sur le point de la submerger, elle ferma les yeux et se mit à murmurer. Une de ses innombrables listes. Les dieux, les régions de Toril, les nobles de Manost et même parfois les devises. Tout passait comme des prières silencieuses.


    "Helm, Torm, Mystra, Chauntea, Lathandre ..."

    Yorven s'avança à son tour, tendant les bras vers elle. Des goûtes de sang se mirent à pleuvoir du plafond.

    "Tyr, Valkur, Ilmater, Kelemvor, Mystra ..."

    Et soudain le silence. Elle releva la tête. La pièce toute entière était plongée dans le noir. Aucune trace du sang et des cadavres. Seulement une odeur de pluie.

    Le lendemain, en descendant dans la salle commune, elle apprit que les troupes manostiennes avaient fait halte à Medann.
    Dernière modification par Althéa ; 07/03/2013 à 20h22.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  5. #5
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Elle ne ressentit aucun soulagement, seulement une extrême fatigue. Elle retourna s'enfermer dans sa chambre et s'allongea sur son lit. Qu'allait-elle faire à présent ? Entrer à Medann en bon petit soldat et continuer à vivre comme si rien n'avait eu lieu ? Des cinq envoyés à Melandis, elle était seule à revenir. Une condamnation plutôt qu'une chance. Faire face à l'absence, à sa culpabilité, à son échec. Au fait que son dieu avait tué la divinité tutélaire de sa ville. Ne ferait-elle pas mieux de tourner bride et de partir à l'aventure, comme si elle n'avait jamais existé ? Après tout, personne n'était irremplaçable. Il arrivait que les paladins de Tyr, lasses de leurs combats s'établissent dans les villages où ils rendaient la justice. Une vie paisible au service des autres. N'était-ce pas ce à quoi elle aspirait ? Cette maison au milieu du champ de blé, hors du temps. Loin de tout et de tous. Une vie à voir défiler les nuages. Et après ?

    Elle secoua la tête, outrée par sa lâcheté. Elle avait un devoir envers Manost, des informations importantes à délivrer. Ensuite, elle aviserait. Elle raconterait tout. Puis se conformerait à ce que l'on ferait d'elle. Peu importait après tout. Elle avait juste besoin d'un peu de temps pour se préparer. Elle passa le reste de la journée à arranger ses vêtements avec un soin presque maniaque. Une aiguille et du fil vinrent à bout du trou au genou gauche, le savon dilua le sang sur sa chemise. Elle prit aussi le temps de tresser ses cheveux en une natte stricte. Mais son regard évita obstinément les miroirs.

    Elle paya le tenancier de l'auberge et repartit avec son cheval. Elle était à une journée de cheval de Medann. Une journée de liberté.
    Dernière modification par Althéa ; 09/03/2013 à 14h51.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  6. #6
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Elle se donna donc une journée pour rejoindre Medann. Après, elle tirerait un trait définitif sur son errance. Avant, elle avait une tâche à accomplir. Elle se leva à l'aube et après ses prières alla acheter quatre chandelles de suif. Puis elle se mit en quête de l'endroit. Ses souvenirs étaient vagues et elle faillit renoncer tant elle avait une idée peu précise du lieu. C'est au moment où elle allait tourner bride qu'elle aperçut la première marque sur l'arbre. Durant l'année écoulée, elle s'était un peu effacée mais restait clairement lisible. Yorven était bien passé par ici.

    C'était une semaine avant son départ pour Melandis. Elle achevait les derniers préparatifs. Son ancien écuyer était venu la trouver alors qu'elle discutait dans la salle commune avec Theodora. Elle connaissait Yorven depuis son entrée au Cœur Radieux en tant que pupille. Petite silhouette malingre errant dans les couloirs, il s'était rapidement attaché à elle. Elle avait eu beau lui dire qu'elle mangeait les enfants et aimait les perdre dans les bois, elle n'était pas arrivée à le semer. Il la suivait comme son ombre. C'est donc naturellement que Guiguemar avait fait de lui son écuyer. Au début, elle avait maudit son frère, se demandant ce qu'elle pouvait apporter à un gamin de sept ans. Elle lui avait appris à lire, à écrire, à compter, monter à cheval, se battre. Puis elle lui avait enseigné que la rhétorique était souvent bien plus efficace que les armes et que la violence, la plupart du temps ne servait à rien. Yorven avait été un élève certes un peu brouillon et fainéant mais doué. Elle avait fini par s'attacher à lui. Treize ans plus tard, le professeur avait laissé la place à une confidente et amie. Aussi, quand il était venu pour lui parler, elle s'était attendu qu'il lui raconte une énième déception amoureuse. Pas qu'il lui annonce que Guiguemar l'avait autorisé à l'accompagner à Melandis. Elle avait pâli d'un coup. Cela puait la vengeance à plein le nez. Son frère ne se remettait pas qu'elle se soit proposée pour l'incursion dans la cité du chaos. Peut-être voulait-il montrer ce que l'on éprouvait quand l'un de ses proches voulait risquer sa vie. Une leçon dont elle risquait de se souvenir longtemps. Le gamin était fier. Mais elle avait secoué la tête, catégorique.


    "Non, tu ne partiras pas. J'irai parler à messire d'Aulfray dès ce soir. Tu n'es pas au point pour une mission pareille. Il est hors de question que tu ailles à Melandis."

    Le visage du gamin s'était décomposé. Ses yeux s'étaient emplis de larmes, elle avait fait semblant de ne pas les voir.

    "C'est injuste, je suis prêt. Cette mission est faite pour moi. Vous le savez autant que moi."

    A coté d'elle, Theodora avait retenu son souffle. Elle avait poursuivi, imperturbable.

    "Peut-être, mais tu n'iras pas là bas. C'est tout."

    Son visage s'était empourpré. Il avait élevé la voix.

    "C'est tout simplement parce que vous avez peur. Parce que vous pensez que je suis comme vous : mou et lâche."

    La gifle l'avait atteint sur l'oreille. Elle avait regardé sa main, réalisant avec peine qu'elle l'avait frappé. Jamais encore cela ne s'était produit. Mais avec la tension de la mission, et le fait qu'il lui manquait de respect ... Elle avait voulu s'excuser mais il était parti en courant en se tenant la joue. Elle s'était levée lentement sous le regard des autres. Elle était allée au bureau de Guiguemar, l'avait priée d'enlever Yorven des effectifs. Il n'avait rien voulu entendre. Ils s'étaient disputés. Une heure plus tard, lorsqu'elle était sortie en claquant la porte - ce qui ne lui était jamais arrivé - elle avait trouvé une Theodora inquiète qui lui avait appris que Yorven était parti à cheval et qu'il n'était pas rentré. Elle avait haussé les épaules et était partie se coucher. Le lendemain, Yorven n'avait pas reparu. Inquiète, elle s'était lancée à sa recherche.

    Par chance, elle avait eu peu de mal à le localiser. Les gens sur qui elle était tombée avaient de la mémoire. Le dernier à l'avoir vu lui indiqua un bois dans les environs de Medann. En colère autant que soulagée, elle s'était promis de le vouer à tous les diables une fois qu'elle l'aurait retrouvé. C'est alors qu'elle avait vu la première inscription, grandement éloquente taillée à même l'écorce. Elle en trouva plusieurs autres, les mêmes, inlassablement. Visiblement, il s'était déchaîné. En même temps, elle avait pu le suivre à la trace. Elle l'avait retrouvé dans les ruines d'une maison abandonnée, au cœur de la forêt. Il était assis, dans une flaque de lumière et semblait méditer. Il n'avait prêté attention à sa présence que lorsqu'elle s'était assise en face de lui.


    "Alors, comme ça, je suis une imbécile ..."

    Il avait approuvé, boudeur. Elle avait regardé autour d'elle. Les murs écroulés, les poutres calcinées.

    "C'était chez moi. Avant ... Je voudrais qu'ils soient fiers. Et vous, vous passez votre temps à me protéger. J'ai grandi ..."

    Certes, il avait grandi. Plus qu'elle ne s'en était jamais rendu compte. Et il avait de grandes capacités.

    "D'accord ... Mais il va sans dire que tu devras m'obéir à la lettre. Notre mission n'est pas sans risque."

    Son visage s'était éclairé.

    "Vous acceptez alors ?"

    Elle sortit les chandelles de son sac. Là, dans la maison écroulée, elle les alluma toutes. Une pour chaque paladin. Morts, traîtres, ou au destin encore incertain. Elle les contempla un long moment.

    "Tu avais raison, Yorven, je suis une imbécile. Mais je l'ai été encore plus de te laisser partir."

    Les sanglots la surprirent au milieu de sa phrase, violents et douloureux. Elle tomba à genoux. Le lendemain, elle était à la porte de Medann.
    Dernière modification par Althéa ; 12/03/2013 à 06h27.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  7. #7
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Medann avait aussi son lot de souvenirs. Yorven, en enfant de la région avait insisté pour lui faire découvrir le bourg. A la taverne, elle lui avait offert un solide déjeuner, pensant qu'il l'écouterait mieux l'estomac plein. Il avait englouti des quantités astronomiques, avait repris deux fois de la potée de chou, trois fois de la tarte aux pommes. Elle avait attendu patiemment qu'il se remplisse le ventre et avait tenté de lui faire changer d'avis à propos de Melandis. La bouche pleine, crachant des miettes de pommes, il avait calmement contré ses arguments les uns après les autres. L'élève dépassait le maître. Intérieurement, elle avait maudit Guiguemar. Il lui avait présenté Medann comme une vielle amie. Ses petites curiosités, ses halls, ses ombrages. Elle avait été sensible au charme du lieu, au rythme moins effréné que celui de Manost. Un lieu idéal pour se retirer et vivre des jours paisibles.

    Aujourd'hui, Medann avait un tout autre visage. La population semblait avoir tout d'un coup avoir doublé et la majorité portait une armure. Et des tentes avaient poussé comme des champignons, dénaturant le paysage. L'effet Manost, sans doute. Elle ne put s'empêcher de ressentir un pincement d'excitation. La sensation d'être de retour chez elle. Elle descendit de cheval, grimaçant en s'appuyant sur son genou gauche. Plus de trace de la blessure. C'était à croire que sa jambe en conservait le souvenir. Une bonne nuit de sommeil arrangerait tout. Mais pour l'instant, il était trop tôt aspirer à un repos quelconque.

    D'abord, retrouver Guiguemar. Le moment risquait d'être difficile, du moins le premier. Elle était venue le voir la veille de son départ pour ne pas partir fâchée. Il s'était montré distant et normatif comme à son habitude. Le temps et la distance avait il changé ses dispositions d'esprit ? Elle n'était pas vraiment pressée de le savoir.

    Droite et résignée, tenant son cheval par la bride, elle se dirigea vers le campement. Bien que connaissant les rues, elle ne se voyait pas vagabonder au hasard à la recherche de son frère. Elle alla directement vers un soldat, aussi vite que son genou capricieux lui permettait d'avancer sans traîner la patte mais assez doucement pour qu'il ne se sente pas agressé. Ainsi le commandait la bienséance.

    S'arrêtant devant lui, elle adopta sans le vouloir une posture droite, presque martiale. L'uniforme sans doute. Quand elle parla, sa voix lui sembla éraillée et fragile. Une voix de spectre. Après tout, n'était-elle pas une revenante.


    "Pardonnez moi soldat. Je suis à la recherche de Guiguemar d'Aufray. Pouvez-vous me dire s'il se trouve en ville s'il vous plait ?"
    Dernière modification par Althéa ; 16/03/2013 à 13h22.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  8. #8
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340
    Le soldat resta bouche bée quelques instants.

    « Euh... Excusez-moi... Mais de qui parlez-vous ? »

    C'était le risque lorsqu'on s'adressait à un soldat de base. La paladine insista.

    « Le Haut Prélat du Cœur Radieux... »

    « Ah, d'accord ! Le Haut Prélat est resté à Manost, je crois. Il a pour mission de garder la ville jusqu'au retour des armées. »

    Attendant une éventuelle réponse ou de nouvelles questions, le soldat se mit à l'observer avec curiosité. Le cheval était écumant et la cavalière exténuée. Une messagère ? Elle semblait arriver de loin...
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  9. #9
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    Elle fit effort pour encaisser la déception sans rien laisser paraître. Ainsi, Guiguemar était à Manost. Elle ne le verrait pas, du moins pas tout de suite. Si son frère avait voulu trouver un prétexte pour retarder leurs retrouvailles, il n'aurait pas pu trouver mieux. Elle qui, quelques secondes plus tôt appréhendait de le voir se sentait tout à coup perdue. Elle manqua rire à l'ironie stupide. Mais le cœur n'y était pas. Cependant, elle parvint à sourire. Donner le change. Surtout que son absence était purement logique. Elle eut presque l'impression de l'entendre. Ma pauvre Angèle, à quoi t'attendais-tu ?

    Elle pouvait encore tourner bride et gagner Manost. Après la distance parcourue, une journée de cheval ne lui faisait pas peur. Mais il fallait que les informations arrivent vite en de bonnes oreilles. Guiguemar attendrait.


    "Pourrais-je m'adresser à une autorité compétente ? J'apporte des nouvelles de Melandis."

    Elle se sentait un peu inquiète. Si Guiguemar était resté en ville, qui commandait ici ? Et qu'en était-il des membres du Coeur Radieux ? De ceux qu'elle côtoyait avant de partir ? Il suffirait d'une figure familière pour qu'elle se sente mieux.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  10. #10
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340
    Des nouvelles de Melandis ? Des mauvaises nouvelles alors. Rien de bon ne venait jamais de Melandis. Le soldat se gratta l'occiput d'un air perplexe. Une croûte mal cicatrisée céda sous la pression de ses doigts nerveux. Pour sûr, si la visiteuse souhaitait s'adresser à une autorité compétente, elle devrait trouver son affaire en plusieurs points du campement. Restait à savoir s'il constituait, lui, un informateur compétent.

    "Euh, hé bien, le Coeur Radieux ne constitue pas un corps d'armée autonome au sein de l'armée, ses membres doivent être répartis selon leurs cultes." S'il y avait une raison à cela, il n'en savait rien. Pas plus que Helm ne lui avait demandé son avis avant de mourir, les officiers ne prenaient la peine d'expliquer les décisions de ce genre aux soldats... Il eut soudain une idée qui lui illumina le visage. "Ah, je crois que le plus simple serait que vous alliez au quartier général de l'état-major, ils ont réquisitionné l'auberge du... de... l'oiseau moqueur, ou quelque chose du genre, je ne sais plus... Enfin l'auberge principale de la rue principale, vous devriez trouver sans peine, surtout avec les gardes devant l'entrée. C'est là que logent les généraux, les officiers, et le Conseiller."
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  11. #11
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    "L'oiseau moqueur ? Ne serait-ce pas plutôt l'auberge du merle rouge ?"

    Elle conservait un excellent souvenir de l'auberge et pas seulement pour ses tartes aux pommes. Il n'était pas étonnant que le conseiller et l'état-major l'aient réquisitionnée. Elle retrouverait son emplacement sans problème. Une question pourtant persistait. De quel conseiller pouvait-il bien s'agir ? De Ravestha, celui que Guiguemar louait et prenait pour modèle ou de Lothringen qu'il craignait depuis que celui-ci avait rejoint les rangs des Tymorites. Elle ne connaissait personnellement aucun des deux et ne partageait en rien les à priori de son frère. Plutôt une neutralité relative. Guiguemar verrait d'un très mauvais œil le fait qu'elle se soit détournée de Manost pour rendre compte de sa mission auprès d'un non helmite. Mais nécessité fait loi. Et la fatigue, comme le bon vin rendaient bien vaines les ratiocinations.

    "Dans tous les cas, merci. Vous êtes un informateur hors pair."

    Pas de moquerie dans sa voix, juste de la gratitude.

    "Abuserais-je si je vous demande vers qui me tourner pour prendre soin de ce cheval ?"
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  12. #12
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340
    « Le Merle Rouge, voilà, c'est ça. »

    Mais la nouvelle question sur les soins des chevaux lui fit froncer les sourcils en un effort démesuré.

    « Les chevaux ne sont pas rassemblés dans une écurie unique, ce serait ingérable... Chaque corps d'armée a décidé d'un emplacement où les faire garder, et va se fournir en avoine auprès des charriots de l'intendance. Pour vous, je suppose... que si on vous reçoit à l'auberge, le personnel de celle-ci prendra soin de votre monture ? »

    Encore fallait-il que les autorités acceptent de la recevoir, mais la jeune femme paraissait sûre d'elle-même, et, par les temps qui couraient, les nouvelles de Melandis ne devaient pas être une denrée à traiter par le mépris.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  13. #13
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 096
    "Merci encore. Vous m'avez été d'une aide bien précieuse."

    Elle marcha doucement jusqu'à l'auberge principale de la rue principale, tenant par la bride sa monture fourbue. Et les ombres du passé marchaient lentement avec elle. Il lui semblait qu'en se retournant, elle verrait les quatre autres. Elle ne vérifia pas, pour laisser perdurer l'illusion. Un pas, un autre. Manost et Guiguemar s'éloignaient. Elle pressa le pas.

    L'auberge du Merle Rouge aurait été la même sans les gardes en faction. Elle inspira doucement, en espérant se réveiller un peu. Elle pouvait encore donner le change histoire de conserver un semblant de dignité. Un peu de courage pour se tenir droite et d'aller s'adresser à l'uniforme devant la porte.


    "Bien le bonjour. Je suis paladine du Coeur Radieux et j'apporte des nouvelles de Melandis. Me serait-il possible de rencontrer l'un de vos supérieurs ?"

    *Et de mordre dans une tarte aux pommes.*, compléta une voix de l'autre coté du temps.

    suite
    Dernière modification par Althéa ; 16/03/2013 à 13h15.
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

Discussions similaires

  1. [Bâtiment] Prison de Manost
    Par Gothmog dans le forum La Citadelle de la Lame d'Argent
    Réponses: 390
    Dernier message: 10/11/2018, 18h23
  2. [NEWS] Manost
    Par Lothringen dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 44
    Dernier message: 30/09/2014, 12h46
  3. [Journal] Le Manost Time
    Par Egrevyn dans le forum Le Port
    Réponses: 19
    Dernier message: 02/11/2013, 13h52
  4. [Info] Le RP à Manost
    Par Lothringen dans le forum Entrée dans la ville
    Réponses: 2
    Dernier message: 08/09/2005, 20h23

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256