Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: [Rp] Aux quatre vents : dernière chance

  1. #1
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    [Rp] Aux quatre vents : dernière chance

    Venant de l'ambassade de Manost :
    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...tml#post218075

    Evénement aléatoire, en pleine nature :
     Cliquer ici pour révéler le texte


    Un long voyage. N'ayant jamais eu l'occasion de visiter sa destination, il ne pouvait avoir recours à la téléportation : pour une fois, il avait dû faire comme tout le monde, réquisitionner un des chevaux de l'ambassade et charger lourdement ses sacoches de bagages et de provisions. Il y avait largement de quoi vous faire regretter les hauts le cœur du sortilège : au fil des jours, sa propre sueur chaude s'était imprégnée de l'entêtante odeur de l'écume équine, la selle s'était imprimée en creux sur le cuir de ses fesses ; la viande séchée avait pris un goût rance, désagréable - et le fromage avait moisi sous le rude soleil des dunes de sable...

    Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas chevauché sur une aussi longue distance. Il avait traversé le désert aussi vite que possible, préférant dormir à moitié sur la selle que de se risquer à bivouaquer en plein territoire mélandien. Le peu de repos qu'il avait pris, c'était pour ménager son bai brun qui peinait. Le semi-drow avait certes un peu ralenti l'allure après avoir traversé la frontière à Sidik, mais à peine : c'était comme s'il tentait de semer ses idées noires sur la route. Sans succès... Viendrait-il un jour où il se souviendrait de ce voyage comme d'une parenthèse entre deux événements plus heureux, une transition totalement dénuée de signification propre ? Il en doutait. Même s'il parvenait jamais à ramener Mornagest dans le monde des vivants, il ne pourrait pas oublier la douleur déchirante qu'il ressentait... ni que les larmes qu'il versait n'étaient pas toujours dues au vent de la vitesse.

    Un tel arrachement, un tel vertige... Plus jamais ça. Par tous les moyens, quoi qu'il en coûte : plus jamais ça.

    Le paysage avait changé pour devenir plus verdoyant. Il traversait un petit bois, heureux de trouver un peu d'ombre en cet après-midi lumineux. Il avait renoué avec la civilisation, il approchait de Cojum, sa destination, et c'était en soi un soulagement que de savoir qu'il n'aurait bientôt plus rien à craindre, plus rien à espérer... Pour la peine, il avait laissé son cheval se reposer un peu au pas. Il entendait soudain des aboiements, des hennissements auxquels son cheval se crut obligé de répondre – et bientôt plusieurs cors qui se répondaient dans la verdure impénétrable... Un groupe de cerfs traversa la route à toute allure, presque devant ses sabots. Renonçant à avancer tant que la battue ne les aurait pas suivis, Lothringen rebroussa chemin et se mit à couvert. Une horde de chiens surexcités surgit bientôt à son tour, puis une demi-douzaine de cavaliers tout aussi remontés. Quand les cris commencèrent à s'éloigner, le semi-drow reprit sa route, songeur. Ceux-là tuaient pour le plaisir... En quoi valaient-ils mieux que Walar ?
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  2. #2
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : [Rp] Aux quatre vents : dernière chance

    Pénétrer dans la cité sous une identité de rencontre, s'orienter, trouver le bâtiment qu'il recherchait... Tout cela fut accompli sans peine comme sans entrain. Le plaisir du déguisement, la joie de découvrir de nouveaux lieux s'étaient enfuis. Ne restait plus que la froide détermination, et avec elle une sourde angoisse, comme la prescience d'un gouffre à portée... Et s'il se faisait rembarrer, et si le sort échouait ? S'il se retrouvait définitivement seul avec son désespoir et son deuil impossible ? De temps à autre, sa main se glissait dans son justaucorps et palpait la mèche de cheveux, comme pour vérifier qu'il n'avait pas rêvé, que nul ne lui volerait son ultime chance...

    La cité était calme, la nuit tombait. Ville de savoir et d'histoire, Cojum était du genre paisible. Il attacha les rênes de son cheval à un anneau du porche et monta les marches du parvis. La première chose qu'il aperçut, une fois franchi le porche, fut la statue de la déesse, souriante, derrière l'autel.


    Elle n'était pas très ressemblante, remarqua-t-il avec une pointe d'orgueil. Il se rendit compte que c'était la première fois qu'il pénétrait dans un temple de Tymora. Ce dernier se voulait accueillant ; cruciforme, ouvert sur les quatre branches, il devait être en journée inondé de lumière par de nombreux vitraux colorés. En cette heure tardive, quelques torchères avaient pris le relai.

    Un prêtre vint à sa rencontre. Les cheveux gris, le port altier, en longue robe blanche, il portait un tabard orné du symbole distinctif de sa foi : une pièce d'or frappée du visage de la déesse.


    - Bienvenue à toi, Lothringen, sous le sourire de la Chance...


    Le semi-drow eut beau se dire que l'homme avait dû être prévenu (mais par qui ?), tout de même, la mystification faisait son petit effet.


    - Comment savez-vous... qui êtes-vous ?!
    - Et toi -même, Lothringen... Almaeron ? Je suis un clerc de Tymora, le reste importe peu.
    - Parfait. Je suis venu implorer l'aide de Tymora en une heure de grande détresse... C'est ici son temple le plus important de Dorrandin, et j'y cherchais son grand-prêtre.
    - Je suis celui que tu cherches. La déesse m'a prévenu de ta visite.

    Lothringen devint méfiant. C'était trop beau. Comment pouvait-il être attendu, alors qu'il avait lui-même tant hésité avant de prendre cette décision ?

    - Vous a-t-elle dit aussi ce que j'allais vous demander ?

    Le grand prêtre sourit de sa réaction.


    - Non. Mais j'ai dans l'idée que cela doit être important, pour que tu viennes jusqu'ici incognito... toi qui n'as jamais pris contact avec l'Eglise de ta déesse depuis le jour de ta conversion.


    Perturbé du reproche, Lothringen mit quelques temps à répondre.


    - Le rapport que j'ai avec ma foi n'a pas besoin de passer par une Eglise.
    - Sauf aujourd'hui, remarqua le vieil homme en haussant les épaules.
    - Sauf aujourd'hui... J'ai besoin du secours de la magie cléricale pour ramener d'entre les morts un être mort trop tôt.
    - Un sort de rappel à la vie ?

    Lothringen grimaça. Si seulement ç'avait été aussi simple...


    - Une résurrection.
    - C'est un sort complexe, et qui va à l'encontre de toutes les lois de ce monde. Y tiens-tu vraiment, suppliant, y as-tu réfléchi ? Recréer un corps, arracher une âme à son légitime séjour... Quelquefois les morts sont mieux où ils se trouvent.

    Le semi-drow songea à son compagnon. Un humain de vingt-cinq ans tué d'une manière aussi atroce alors qu'il était à la veille d'une nouvelle existence pouvait-il ne pas souhaiter de seconde chance ? Mornagest s'était détourné de Baine, il n'avait nulle part où aller sinon servir la mort jusqu'à la fin des temps...

    - Ce n'est sans doute pas son cas. Et oui, j'y tiens. L'existence ne lui a pas laissé sa chance. Ce n'est pas juste...
    - Il se passe tant de choses injustes en ce monde, tant de vies sont brisées... En quoi est-il différent ?
    - Il n'est pas différent. Mais la Chance n'est pas la justice, elle ne favorise pas toujours le mérite, mais elle entretient l'espoir des audacieux... N'est-ce pas son rôle ? Il était audacieux, à sa manière. Et moi... moi, parce que c'est lui, je le veux.
    - A quel point ?... murmura le prêtre en hochant la tête.

    Lothringen baissa la tête, conscient d'en arriver au point délicat de l'affaire.


    - Je n'ai pas assez d'argent. J'ai dépensé toutes mes économies récemment...

    Et tout à fait inutilement d'ailleurs, pour affréter un navire qui ne partirait jamais.


    - Ce n'est point ce que je veux...répliqua doucement le prêtre. Après une pause, il reprit : Tu devrais être un des fers de lance de notre culte sur Dorrandin, Lothringen... Mais tu as toujours choisi de jouer ta propre partition. Pourtant, tu disposes d'une certaine influence... et tu n'en profites pas.
    - Qu'attendez-vous de moi ?
    - Notre Dame a vu dans l'avenir que Manost va vers de grands bouleversements politiques. Le clergé de Tymora aura un rôle à y jouer.

    La défiance de Lothringen commençait de flotter dans l'air. Une contrepartie politique était la dernière chose à laquelle il se serait attendu.


    - Je suis un semi-drow. La bienveillance dont je bénéficie reste conditionnelle, et ne s'étend pas plus à l'ensemble des tymorans qu'à l'ensemble des drows... Je peux vous "inviter" à Manost. Mais je perdrais inutilement mon crédit auprès du Grand Emissaire à essayer de vous obtenir davantage... Quand il s'agit de théocratie, Ravestha est du genre borné.

    Le grand-prêtre alla s'asseoir sur une des chaises placées près des piliers.


    - Te voilà encore en train de te décourager... N'as-tu aucune confiance en Tymora, que tu mettes toujours en doute sa faveur ou sa sagesse ? Il ignora le soupir que lâcha Lothringen en réponse. Ne sais-tu pas que rien ne survient jamais par hasard ? N'as-tu jamais songé que Tymora devait avoir des projets pour toi ? Autres que de nettoyer un nid de vampires en compagnie d'un traître, cela s'entend...

    S'il y avait songé ? Plutôt vingt fois qu'une. Pourquoi moi, pourquoi de cette manière ? Ravestha avait-il eu raison de penser que la conversion "forcée" de Lothringen, survenue à la veille de son entrée au conseil de Manost, n'avait rien d'anodin ?
    Maintenant, il avait la réponse.

    - Hé bien, si je suis le pion par lequel vous espérez répandre votre foi en territoire manostien, qu'il en soit ainsi. J'avais pour projet de quitter ma charge, mais si vous le décidez, je resterai le temps que ces bouleversements se produisent... Tant que vous ne me demandez pas d'en être l'origine.
    - La déesse m'est apparue en rêve. Elle m'a annoncé que dans les prochains jours, le conseiller Lothringen franchirait la porte de mon temple. Elle m'a dit : Accorde-lui ce qu'il te demandera, mais rappelle-lui qu'il m'a promis son amour et sa foi, et que le temps va venir où il devra m'en donner des preuves.

    Le semi-drow se tint coi un moment, se demandant où tout cela voulait en venir.


    - Me demandez-vous de trahir les manostiens ?
    - Ou bien d'accepter enfin de te mettre réellement au service de ta déesse ?

    Lothringen ferma les yeux. Il sentait qu'il était trop tard pour reculer, et que, quoi qu'on lui demande, il n'aurait d'autre choix que d'accepter. Pouvait-il refuser une requête de sa propre déesse...

    - Ecoutez, je ne suis pas d'humeur à négocier... Je m'en remets à vous, et à ma Dame... Je ferai ce que vous voudrez... pourvu qu'il revienne. Vous ne m'avez même pas demandé qui il est, remarqua-t-il tristement. C'est pourtant pour lui que je suis là.
    - Je n'ai pas à me montrer indiscret. Si notre déesse a décidé que je devais accéder à ta requête, cela me suffit. Détiens-tu une partie de son corps ?...

    Le manostien sortit avec précaution la mèche de cheveux prélevée sur le corps et la regarda quelques instants, avant de la tendre au grand-prêtre. Ce dernier, se relevant, alla sans un mot la poser sur l'autel. Après un aller-retour à un coffre secret placé derrière un pilier, il y apporta aussi une fiole d'eau bénite, tira de sa coule un diamant, puis invita Lothringen à prendre place à ses côtés.


    - Prie avec moi, Fidèle.


    Lothringen se joignit à la méditation. Il laissa peu à peu filer sa peine et son angoisse, afin de se tenir disponible à la voix de sa déesse. Le grand-prêtre n'avait encore lancé aucun sort, mais il sentit qu'il se passait quelque chose. Une sorte de connexion entre eux deux et l'Essence même de la déesse de la Chance, du destin et du renouveau...
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  3. #3
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : [Rp] Aux quatre vents : dernière chance

    Dans une coupe de cuivre, le prêtre réunit le diamant et les cheveux, puis versa l'eau bénite sur l'ensemble. Enfin il commença l'incantation. Lothringen l'observait avec nervosité, se retenant de le hâter tant son impatience était grande. Cette affaire l'engageait plus qu'il n'aurait voulu, et détournait sa route plus qu'il n'aurait souhaité – Mornagest et lui n'avaient-ils pas projeté de partir, et non de s'engluer dans la politique de l'une ou l'autre ville ? - mais son esprit était à cent lieux de cette considération, déchiré qu'il était entre la pensée de sa déesse et celle du mort qu'il attendait.

    Après une dizaine de minutes où la coupe s'était mise à fumer sans raison apparente, le corps apparut, inerte, sur l'autel. Lothringen n'aurait su expliquer pourquoi, mais il avait la certitude que l'âme de son compagnon ne l'habitait pas. Il ne respirait pas. Ne bougeait pas. Ne frémissait même pas des paupières. Et le corps même était étrange. Intact, certes, et par cela seul bien différent du cadavre mutilé examiné à l'Antichambre, mais il y avait plus : les cicatrices étaient parties. Les mille et une cicatrices des mille et une batailles que le guerrier avait livrées ! En lieu et place, un corps tout neuf, tout nu, tout propre, en attente d'un être. On aurait dit un bébé adulte, et cette seule idée mettait Lothringen singulièrement mal à l'aise. Mornagest aurait-il perdu le souvenir de sa vie passée ? Et si ce n'était pas le cas, le semi-drow ne le tirerait-il pas vers le bas en voulant le ramener vers ce passé auquel lui-même appartenait ?

    Le prêtre tymoran poursuivait sa prière avec de plus en plus d'efforts et de concentration. Le manostien se souvint avoir lu que la résurrection pouvait coûter très cher à celui qui la lançait, lui imposant un vieillissement prématuré qui pouvait lui retirer jusqu'à dix années d'existence, et que c'était cela, justement, qui justifiait le prix exorbitant du service. Le royaume de Kelemvor ne relâchait pas volontiers ses proies. L'orant vacillait sur sa base. Lothringen eut l'impression qu'il allait tomber en arrière et s'élança pour le soutenir : l'homme était visiblement à bout de forces. Le semi-drow remarqua avec une certaine horreur que la plupart des mèches grises du prêtre avaient viré au blanc, et que ses bras tremblaient.

    Et la voix du grand-prêtre s'éraillait au fil des litanies. Lothringen était exaspéré. Que ne pouvait-il lancer ce sort lui-même ! Ce n'était pas sorcier, d'ailleurs, c'étaient toujours les mêmes phrases ! Il se mit à finir celles que le grand-prêtre ne parvenait plus à articuler, avec la ferveur de celui qui a tout à perdre.

    "Tymora, Tymora, entends prier ton serviteur
    O dame de la chance, accorde-moi pour faveur
    Cette vie confisquée..."

    Il surprit un sourire sur les lèvres asséchées du prêtre mais n'y prêta pas garde. Le corps venait de se soulever comme sous l'effet d'un spasme. Encore un couplet et les secousses reprirent, se firent plus violentes et plus rapprochées. Enfin le corps retomba sur l'autel, inanimé. Lothringen aida le grand-prêtre à rejoindre une stalle. L'homme peinait à retrouver son souffle.

    "Eh bien, voilà, c'est fait... Il vivra, mais... il est très faible... et il peut mettre des jours et des jours avant de reprendre conscience. "
    "Est-ce qu'il se souviendra ?" interrogea Lothringen avec anxiété.
    "Est-ce... souhaitable, selon toi ?"

    Lothringen décida que oui. Laissant le vieil homme reprendre ses esprits, il se rendit auprès du corps qui respirait faiblement. Il était très pâle. Passé le premier soulagement, le semi-drow se découvrait de nouvelles sources d'inquiétude. Quand Mornagest se réveillerait-il, en quelles dispositions ? Comment supporterait-il le choc d'une réincarnation ? Ou même celui d'une téléportation, d'ailleurs ? Qu'allait-il faire, lui, à présent, pour jongler entre ses diverses obligations ? Il n'envisageait même pas de ne pas être présent au réveil de son compagnon - où le cacherait-il le temps de la convalescence ? Il allait devoir changer son apparence assez rapidement - et comment le guerrier supporterait-il ce nouveau traumatisme ?

    Le semi-drow posa une main hésitante sur la poitrine de Mornagest. Le corps était chaud : il pouvait entendre battre son cœur. Toutes ses craintes reculèrent à ce contact, et il finit même par se surprendre à sourire faiblement. Quoi qu'il advienne, ils étaient à nouveau ensemble. Le pire était passé.
    --

    *Favori de Tymora, Lothringen est devenu un Archer 4 / Devin 7 / Maître du destin 2
    (ses deux derniers niveaux de lanceur de sorts ont été convertis en niveaux de la classe de prestige du Maître du Destin. Ce dernier peut se décrire comme un lanceur de sorts qui tente de tourner la chance à son avantage. Outre l'usage normal de deux niveaux de mage, la classe de prestige confère + 1 au BAB, + 3 en volonté – cf les exercices menés avec Eloern – et accorde les capacités spéciales ponctuelles Distorsion du hasard et Caprice du destin. )

    *Effets indésirables :

    • Lothringen est contraint de rester à Manost et son attitude durant la quête "Le poing Levé" est conditionnée par les intérêts de l'Église de Tymora.
    • Mornagest a perdu un niveau. (séquelle de la Résurrection niveau 7)
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  4. #4
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 093

    RP : aux quatre vents

    En provenance du .

    Le guerrier restait totalement immobile. Seule sa respiration, faible mais régulière, indiquait qu'il était encore en vie. Ses traits étaient impassibles, détendus, comme s'il dormait profondément. Mais de réveil, aucun. Mornagest restait allongé, indifférent au monde qui l'entourait, à son compagnon qui, soulagé, nourrissait de nouvelles inquiétudes quant à son état, psychique comme physique.

    Il rêvait. Il était certain de rêver. Pareil monde ne pouvait exister. Tant d'horreurs étaient inimaginables, même en rêve, non ? Il avait dû absorber une substance qui lui provoquait des cauchemars effroyables... mais cela, non. Des corps déchiquetés, des âmes torturées à jamais, des souvenirs entendus et qui faisaient frémir... lui-même n'avait connu que félicité, en comparaison de ces êtres anéantis, disparus par simple volonté de leur dieu mégalomane et égoïste... le guerrier aurait voulu mourir plutôt qu'entendre et voir ce qu'il avait vécu. Mais il ne pouvait mourir. Ce rêve semblait infini ; depuis combien de temps était-il sur ce plan infernal, à conduire les morts vers leur destinée dans l'au-delà ? Il n'aurait pu le dire.

    Dans le temple, les paupières de Mornagest frémirent un bref instant, et ses doigts furent pris d'un soubresaut aussi soudain que léger. Puis il redevint parfaitement immobile, tandis que sa respiration devint insensiblement plus profonde.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  5. #5
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Re : [Rp] Aux quatre vents : dernière chance

    Attentif au moindre de ces signes extérieurs d'une possible amélioration, Lothringen, rassuré, décida de ne pas s'attarder davantage ici. Mornagest serait mieux dans un lit que nu sur cette dalle de pierre, et lui-même souhaitait trouver un endroit plus confortable et plus discret pour le veiller. Le semi-drow enveloppa le corps dans sa couverture, se lança un sort de force, le doubla d'une téléportation, et prit congé du grand-prêtre d'un simple hochement de tête...

    Ils se retrouveraient, de toute façon.

    Suite
    Dernière modification par Lothringen ; 13/09/2009 à 17h40.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

Discussions similaires

  1. [Plan de Fugue] RP : aux quatre vents
    Par Mornagest dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 2
    Dernier message: 10/09/2009, 21h40
  2. Sort de Chance
    Par Saiko dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 2
    Dernier message: 20/05/2004, 08h25
  3. [MORRO] À quoi sert la chance ?
    Par kunu dans le forum L'île de Vvardenfell (Morrowind)
    Réponses: 13
    Dernier message: 20/02/2004, 14h52
  4. [DSOTSC] Dernière quête
    Par Bif l'Inculte dans le forum Le Festival de Nashkel : les modules BG1
    Réponses: 2
    Dernier message: 17/12/2003, 22h13
  5. [Commerce] Le Centre de la Chance
    Par Aenarion dans le forum Les Archives des structures de Melandis
    Réponses: 31
    Dernier message: 20/10/2003, 17h43

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256