Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: [TPS] Spec Ops : The Line

  1. #1
    Avatar de missElder
    missElder est déconnecté entend la belette chanter
    Date d'inscription
    mars 2010
    Localisation
    Paris
    Messages 
    2 636

    [TPS] Spec Ops : The Line

    J'ai récemment terminé Spec Ops : The Line, un third-person shooter sorti en 2012, passé un peu inaperçu malgré d'excellentes critiques, et le jeu m'a tellement secouée que j'avais envie d'en parler quelque part. C'est donc parti !

    Spec Ops : The line, qu'est-ce que c'est ?

    Spec Ops est à l'origine un reboot d'une franchise des années 2000 tombée en désuétude après 2002. Le studio Yager, chargé du développement, a passé quatre ans à peaufiner ce qu'ils ont très vite décidé d'utiliser comme une vraie réflexion artistique, et pas seulement un shooter sans âme. Adapté d'une nouvelle de Joseph Conrad, "Au coeur des ténèbres", dont était directement adapté Apocalypse Now, le jeu propose de plonger le joueur dans la guerre, la folie et ses propres contradictions.

    L'histoire : il y a six mois, une série de tempêtes de sable sans précédent ont frappé Dubaï, conduisant à l'évacuation de la plupart de la population - surtout les riches et les puissants. Le colonel John Conrad, Américain de retour d'Afghanistan à la tête de son 33e bataillon, se porte volontaire malgré les ordres de l'armée pour rester sur place aider les civils qui n'ont pas pu être évacués. Depuis, plus de nouvelles. Puis, il y a deux semaines, un signal radio avec un message de Conrad a été capté, annonçant l'échec de leurs tentatives d'évacuation. L'armée envoie alors trois hommes, la Delta Force, dirigée par le capitaine Martin Walker, aka le joueur, pour enquêter. Leur mission est simple : trouver des traces des survivants, le signaler, et repartir aussitôt pour laisser l'armée intervenir. Très vite, tout s'enchaîne ...

    Le gameplay

    Commençons par le moins intéressant. Le gameplay est très classique pour un TPS : des armes à ramasser sur les ennemis, de différents types - pistolets, fusils d'assaut, mitraillettes, fusil à pompe, fusils de précision ... On se met à couvert, on donne des ordres à nos deux coéquipiers, on ramasse des munitions, on lance des grenades. C'est efficace, les niveaux sont variés et proposent parfois des challenges particulier réclamant telle ou telle approche. Une certaine variété est offerte au joueur, et avancer discrètement permet d'écouter des conversations supplémentaires et d'éviter de grosses fusillades. De temps en temps, des infos sont à glaner, sortes d'objets cachés donnant lieu à un succès Steam, qui nous renseignent sur l'arrière-plan de l'histoire et servent en réalité à offrir une autre vérité que celle que connaît le personnage principal - donc le joueur. C'est efficace, équilibré et pas mal fait, sans être le point fort du jeu.

    L'ambiance


    Graphiquement, c'est vraiment très beau. Dubaï ensablée est un magnifique cimetière, un désert glauque et beau à la fois, et on alterne beaucoup d'atmosphères très différentes entre une salle confinée et les toits d'un gratte-ciel tout de verre. Grimper au sommet d'un immeuble pour découvrir les ruines d'anciennes demeures d'ultra-riches, avancer dans les carcasses de voiture et les cadavres ... C'est très spécial, rarement agréable mais fortement beau et avec une excellente direction artistique que la musique (j'y reviendrai) souligne. Du reste, le jeu n'est pas du tout fait pour être "agréable", on n'est pas dans un Call of où on s'amuse.

    Le coeur du jeu : la narration


    Ce qui fait la grande réussite de Spec Ops, c'est son scénario. Sa narration, son parti pris. Je vais tenter de dire l'essentiel sans rien laisser échapper, parce qu'une chose importe dans ce jeu : c'est l'identification du joueur au parcours de son personnage, et le moindre spoil changerait vraiment toute l'expérience. Le personnage principal est plus que lambda, pourtant : une bonne tête de commandant Shepard, fadasse et américain au possible. Et c'est justement toute la prouesse du jeu : il a tout pour être le sauveur américain caricatural, le héros lisse auquel on ne s'attache pas et qui sauve le monde en tuant les méchants. Sauf que Spec Ops n'est pas un jeu lambda où on sauve le monde, plutôt un jeu où on se regarde sombrer, où on déconstruit les héros trop lisses et où les colonels ont des SSPT (Syndrome de stress post-traumatique).

    A mesure que le capitaine Walker s'enfonce dans Dubaï en pensant comprendre la situation, à mesure qu'il se retrouve face à une situation qui le dépasse et doit faire des choix moraux (ou immoraux) terribles, le joueur est pris avec lui, jusqu'au bout. J'ai adoré la narration du jeu, où tout élément de gameplay sert à raconter. Je n'aime rien tant qu'un jeu qui sait que l'essentiel, c'est de jouer, pas de faire des cinématiques. Les choix dans Spec Ops, parfois, on les fait sans s'en rendre compte, parce que le jeu ne nous dit pas "Voici un choix ; appuyez sur x ou sur z". Le jeu met le joueur dans une situation donnée, le joueur tire machinalement ou reste de lui-même à attendre de voir ce qui se passe, et le choix est opéré.

    Quand j'ai eu fini le jeu, tout était tellement incroyable que j'ai eu besoin de lire beaucoup d'interview des développeurs, puis de revisionner le jeu (sur youtube), à défaut de le rejouer (je ne m'en sentais pas la force), pour comprendre ce qui s'était passé. Non que ce soit mal raconté ; mais tout repose sur une incompréhension du joueur qui croit avoir affaire à une situation qu'il contrôle, exactement comme son personnage croit savoir dans quoi il met les pieds. Le joueur n'en sait jamais plus que le personnage, et inversement. Les dévs ont annoncé que leur but était de mettre les joueurs mal à l'aise, de les forcer à se poser des questions. Leur but était de questionner le genre du jeu de guerre, en lui-même, tant dans sa grammaire et ses passages obligés que dans sa morale (où souvent, il y a des gentils un peu ambivalents et des méchants un peu attirants, mais c'est tout) qui est très axée autour du complexe du sauveur. Le jeu nous demande constamment (y compris dans les messages affichés sur les écrans de chargement, ce que j'ai trouvé excellent) pourquoi on joue, ce qu'on cherche : est-ce qu'on joue à ce genre de jeu pour se défouler, pour tuer, pour se sentir héroïque et puissant, pour les bons sentiments ?

    En résumé

    Ce jeu a une certaine réputation de perle méconnue, j'ai beaucoup lu de "wow, ça c'est du TPS intelligent", "ça m'a complètement retourné", "ça oblige à faire des choix terribles", "dans Spec Ops la guerre n'est vraiment pas un jeu", alors j'y suis allée par curiosité, en me disant qu'après tout, un bon jeu intelligent, pourquoi pas. Je pensais savoir ce que c'était. Après tout, les dévs avaient aussi pour but de surprendre des joueurs qui l'achèteraient pour la jaquette avec un flingue et qui seraient surpris d'être obligés de s'interroger et de se sentir pris à parti. Mais je ne savais rien du tout. Les premières heures, je trouvais ça sympa et intelligent mais je me demandais où ils voulaient en venir. Le final m'a complètement retournée. Et le reste du jeu aussi, avec une des scènes qui a tellement marqué leurs béta-testeurs que la plupart lâchaient leur manette pour aller se poser et souffler.

    Résultat, Spec : Ops est sans doute un des jeux les plus audacieux auxquels j'ai pu jouer, et je dis ça alors que je ne joue quasiment pas aux FPS/TPS (je joue à leurs versions décalées, style Saint's Row ou Borderlands). C'est un Apocalypse Now dans lequel le joueur est acteur de sa propre plongée au coeur du désert, non plus spectateur, et Spec Ops utilise à merveille les outils narratifs offerts par le jeu vidéo. Le jeu n'est pas parfait, les séquences de gameplay pas toujours géniales, les acolytes sont parfois un peu nuls en pathfinding et quelques scènes sont pénibles à jouer. Mais l'expérience globale est une vraie claque, et j'ai rarement joué à des jeux assez audacieux pour questionner leur propre genre et, surtout, pour oser aller chercher le joueur et le mettre profondément mal à l'aise. Ça m'a conquise - après m'avoir sacrément secouée, encore plusieurs heures après la fin, j'avais du mal à croire que c'était fini, j'étais libérée de Dubaï, cet enfer fait jeu - et ça m'a impressionnée. Le tout se finit en 10h seulement, ce qui est un peu court mais je suppose que ça ne change pas de la durée moyenne du genre. Il y a un multijoueur mais il n'a rien à voir avec le reste, a été imposé par l'éditeur (pourtant assez audacieux pour soutenir les - nombreuses - audaces et folies du jeu et de son scénar) et les dévs le considèrent comme un "cancer" donc n'y allez pas.

    Bonus : la musique

    A travers le fascinant personnage de Mr Radio, Spec Ops dévoile sa dernière carte, et pas la moindre : la bande-son. L'hymne américain joué par Hendrix à Woodstock, Deep Purple ... Que du bon, et toujours utilisé avec pertinence, ce qui crée de vrais moments d'anthologie. Je ne pourrai plus écouter Hush sans penser à Spec Ops.

    Je recommande le jeu à quiconque a envie d'une expérience saisissante, d'une réflexion sur le JV ou d'être un peu secoué. En tout cas, ne lisez vraiment rien sur l'histoire si vous envisagez d'y jouer, ça gâcherait toute l'expérience.

    Petite anecdote trouvée sur un forum Steam :
     Cliquer ici pour révéler le texte




    Si quelqu'un y a joué, je suis curieuse de vos avis ! Le jeu n'est pas parfait, mais il est fidèle à son projet de bout en bout et propose une vraie audace qui prend aux tripes. J'espère ne pas être la seule à l'avoir apprécié (mais vu sa réputation, je suis plutôt la dernière en date que la première).
    En RP, Eldrina s'exprime en 3DB220.
    Modératrice des sections The Witcher et Divinity, et super-modo à mes heures perdues.
    Always look on the bright side of life.

  2. #2
    Date d'inscription
    janvier 2014
    Messages 
    3 123
    Eh bien??En voila une surprise dis donc.

    Eh oui,Spec Ops the Line fait parti des quelques jeux de "guerre"a méssage comme la saga MGS(Metal Gear Solid.),Mais Spec ops ne fait pas dans l'anti guerre primaire...Spec ops se centre sur l'aspect psychologique d'un capitaine d'une escouade de la Delta force composée de trois hommes...Et cet homme...Martin Walker...Sombre peu a peu dans une forme insidieuse de PST...Tandis que ses deux camarades commencent peu a peu a douter de son jugement...Le sergent Lugo d'abord...Puis le lieutenant Adams...Le tout dans un Dubaï complétement enseveli...et ou le chaos est rampant...Et nous les joueurs sommes les témoins privilégiés de cette lente et progressive descente aux enfers...

    Pour un jeu de 2012,Il est vrai et je suis d'accord Miss Elder qu'il envoie du bois...Mais comme bien des jeux actuels ou assez récents...Le fait qu'il soit hélas court fait qu'on n'y joue une fois ou de temps en temps.. :P
    Si vous avez des questions par rapport a la 5e C'est a l'antre du Roliste qui faut les poser**

    Personnages joués: Talianna du Tethyr,Adrastia du Tethyr,Kyrone du Tethyr,Pisca Delorcoth.

  3. #3
    Date d'inscription
    février 2012
    Localisation
    Tréfonds
    Messages 
    308
    J'ai eu le même ressentit sur ce jeu qui ma bien remuer. Je m'attendais pas du tout à ça en mettant la main sur le jeu et j'ai été très surpris.
    C'est une petite perle passée malheureusement inaperçu, mais pour ceux qui l'on fait, a gagné ses lettres de noblesse
    " Nindyn vel'uss kyorl nind ratha thalra elghninn dal lil alust "
    " Ceux qui regardent en arrière trouvent la mort devant eux "

Discussions similaires

  1. [BUG] An assertion failed at line 250
    Par thorn dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 10
    Dernier message: 06/02/2014, 15h45
  2. [BG1][BUG] An assertion failed... at line... sur Mac OS 9
    Par grom dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 4
    Dernier message: 26/02/2011, 06h14
  3. [Manga] Element Line
    Par Kamfrenshii dans le forum La Grotte aux BDs
    Réponses: 0
    Dernier message: 11/12/2008, 20h00
  4. Insertion failed in infinity.cpp at line 176
    Par Orlaf dans le forum La Taverne du Berceau de l'Hiver (Icewind Dale 1)
    Réponses: 2
    Dernier message: 30/08/2004, 20h59
  5. [BUG] Assertion failed at line 1957
    Par Kappuksu dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 6
    Dernier message: 06/07/2004, 14h33

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250