Parce que pour l'occasion de mon pseudo-micro-retour, j'avais envie de partager autour d'un jeu qui me tient particulièrement à coeur et qui, je crois, a su renouveller le genre du survival horror.

Dead Space est de prime abord assez austère, on ne l'attendait pas plus que ça, EA communiquait peu à son sujet, beaucoup y voyaient un clone futuriste de Resident Evil 4. Et c'est là que la surprise surprend (oui oui ma bonne dame). Ce jeu est finalement une pure claque.

Plateforme/Configuration Minimum

Playstation 3
Xbox 360
PC : windows XP PIV 2,8GHz, 1Go de ram, Geforce 6800

Ce test se base sur la version xbox 360, quelques différences qui seront listées en fin de test sont à noter entre les versions.

Graphismes

Première inquiétude : un jeu dans un vaisseau spatial, ça doit être visuellement monotomne non? En fait, non, le jeu réussit à diversifier avec brio les environnements, ce qui évite toute lassitude de ce côté là.
Les effets de lumière sont absolument fantastiques, donnant une dimension presque surréaliste au jeu : néons qui clignotent, lumière qui s'engouffre dans un hublot, la gestion des explosions est assez impressionnante elle aussi. Voir la poussière voleter paresseusement dans un rai de lumière est toujours aussi impressionnant.
Les animations, de même que les textures sont assez bluffantes de réalisme, les monstres nombreux et variés.

Jouabilité

Premier point intéressant du jeu : pas de HUD. La vie est symbolisée par le niveau d'énergie de la combinaison du héros situé sur son dos, bien en vue du joueur. L'accès à l'inventaire ne se fait pas par un système de menu ou de pause, mais grâce à un affichage holographique en temps réel devant le héros, bref, pas le temps de trainer quand on accède à son inventaire au milieu de monstres, un bon (très bon même) point pour l'immersion. Les munitions s'affichent par projection sur l'arme, le niveau de stase (un genre de "pouvoir") s'affiche lui aussi dans le dos du héros.
La vue à la troisième personne est très bien gérée, et je n'ai rencontré aucun soucis de ce côté.
Le point le plus "essentiel" du gameplay de Dead Space c'est son système de combat : il faut oublier tout ce qu'on connait. Les monstres ne meurent pas d'une balle dans la tête, ni si on crible leur corps de plomb, un seul moyen efficace de s'en débarasser : les démembrer. Pour ce faire on dispose d'une panoplie d'armes pour la plupart assez originales, dont certaines sont même de "simples" outils. Un système vraiment original, qui ajoute une touche de gore, bienvenue.
Les ennemis disposent d'une intelligence sommaire, mais efficace : nulle part dans le vaisseau on n'est réellement à l'abri : les monstres se déplacent dans les conduits d'aération, si vous en semez un, il faut quand même rester méfiant, ces derniers pouvant éviter les portes que vous avez fermées en passant par les conduits pour vous tendre une embuscade un brin plus loin.

Ambiance Sonore

Sans doute le plus grand point fort du jeu. Quelques musiques discrètes, mais au niveau des bruitages c'est du grand art ! Le jeu trouve le moyen d'être plus angoissant quand il ne se passe rien qu'en plein combat.
Des raclements de griffes dans les conduits ne laissent jamais le joueur souffler, on peut entendre au loin de temps à autres un hurlement de détresse ou un râle d'agonie, voir les cris ou les grognements de monstres.
Mais ce qui pousse le malaise à son comble, ce sont les bruitages "incongrus". A l'occasion d'un couloir, au loin, portée par les conduits, on peut entendre la voix d'une fillette qui entame d'un air las et triste une comptine pour enfant.

Scénario

De prime abord assez banal, la simple histoire de monstres et de virus finit par gagner en complexité et en originalité au fur et à mesure que le jeu avance, apportant une touche de mysticisme. Le cheminement et la découverte de l'histoire sont agréables se faisant en découvrant au cours de l'aventure des documents et des messages audio, banal, mais toujours très immersif puisque les messages sont lus en "direct" comme on accède à l'inventaire, encore une fois, aucune coupure.
La fin a le bon goût d'être ouverte et sujette à l'interprétation du joueur, chacun pouvant y voir un peu ce qu'il veut, on n'aime ou on n'aime pas par contre, et à moins de poncer le jeu et trouver tous les messages, n'attendez aucune réponse claire.

Durée de vie

Le point faible sans doute, en normal les 12 chapitres du jeu se finissent en environ 8-9heures. Heureusement, le jeu bénéficie d'une bonne replay value (ne serait-ce que parce que lors d'un premier passage, on ne trouve pas tout, et qu'il est alors nécessaire de refaire l'aventure pour obtenir des réponses).
A noter que le jeu dispose d'un "new game +" : vous recommencez le jeu avec votre armure, vos armes et toutes les améliorations qui leur ont été appliquées. A noter que finir le jeu débloque une nouvelle armure disponible au stock (le "vendeur" de matériel local).

Accessibilité

Le jeu est très facile à prendre en main et les commandes sont intuitives, par contre, l'angoisse que ressent le joueur, la pression omniprésente pourra empêcher les plus impressionnables d'avancer.

Présentation


Banale boite DVD, illustration sympathique au demeurrant.

CONCLUSION


Graphismes : 18
Jouabilité : 18
Ambiance Sonore : 20
Sénario : 14
Durée de Vie : 16
Accessibilité : 16
Présentation : 15

Note finale : 18/20 (ce n'est pas une moyenne aritmétrique).

S'il ne fallait retenir qu'un survival horror sur cette génération, la question ne se poserait même pas : Dead Space et c'est tout.

Différences entre versions :

La version PS3 dispose de graphismes un brin plus jolis, d'effets de lumière un brin plus bluffants, mais la contrepartie c'est que le jeu est aussi moins fluide.
Sur PC, c'est forcément nettement plus beau si on a une configuration de bourrin, par contre, beaucoup de joueurs PC, peu habitués à ce genre de vue, se plaignent de l'étroitesse du champ de vision.