Nom complet : Maël Rodrigue Armand Riagal Maëviàn
Race : humain.
Âge : 28 ans.

Alignement : Neutre Bon.
Divinité : Mailikki.
Classe : Druide.
Niveau : 4.

Caractéristiques :
Force 12
Dextérité 14
Constitution 14
Intelligence 12
Sagesse 16
Charisme 15

Compétences spéciales :
Maël a été formé au métier de marin, et peut donc se rendre utile s'il doit se trouver sur un navire.

Apparence :
Plutôt grand ; cheveux aux épaules, blonds (reste des poils plutôt roux) ; yeux en amande, couleur noisette.
Menton rasé aux abords des villes ; barbe pendant les voyages.
Semble plus fort qu'il ne l'est réellement.

Équipement :
Vêtements simples, verts ou bruns.
Lance, qui lui sert de bâton de marche.
Trois courts harpons accrochés dans son dos.
Besace contenant quelques pierres de valeur et quelques herbes.
Petit ocarina en terre cuite.
Gourde d'eau.

Collier enchanté, fabriqué pour contenir un sortilège druidique (le collier est détruit quand le sort est utilisé, et Maël peut alors rassembler les ingrédients (herbes, pierres, dents…) pour en fabriquer un nouveau, en fonction des sorts dont il dispose). Le collier actuel contient « brume de dissimulation ».

(Note : en tant que druide de Mailikki, Maël peut manier les armes métalliques ; mais les lames celles qu'il emporte habituellement avec lui sont faites de pierre taillée)

Sorts habituellement mémorisés :
Niveau 0 : purification de nourriture et d'eau, perception de la nature, repérage, création d'eau, réparation.
Niveau 1 : enchevêtrement, flammes, baie nourricière, brume de dissimulation.
Niveau 2 : soins modérés ×2, bourrasque.
Niveau 3 : appel de la foudre.

Biographie :
La mère de Maël était une rôdeuse originaire d'Hélonna. Voici de ça vingt-neuf ans, elle dut affronter un monstre qui menaçait son village. La bête fut terrassée, mais la rôdeuse, grièvement blessé pendant le combat, s'effondra, presque morte, au beau milieu de la forêt.
Elle fut heureusement secourue par une dryade ayant assisté à la scène, mais la convalescence dura plus longtemps que prévu : enceinte, elle ne pouvait reprendre le chemin de son village, et les activités associées, sans risquer de perdre l'enfant.
Durant les quelques mois qui suivirent, des liens se nouèrent entre l'humaine et la dryade, jusqu'à ce que la première décide, finalement, de rester dans la forêt après la naissance de son fils.
Durant les premières années de sa vie, Maël eut donc deux mères, qui l'élevèrent dans le respect de la nature. Il y développa assez naturellement les premières aptitudes pour ce qui deviendrait par la suite son rôle de druide.
À mesure qu'il grandissait, cependant, sa mère biologique décida qu'il était tout de même un homme, et qu'en tant que tel, il devait apprendre à fréquenter les siens. La dryade ne pouvant trop s'éloigner de son arbre, l'humaine le mena à plusieurs reprises, seule, dans le village d'où elle venait.
Au cours de l'une de ces visites, Maël fit la connaissance de son père, marin de son état, et qui ignorait jusque là son existence, n'ayant eu avec la rôdeuse qu'une relation sans lendemain avant de reprendre le large.
L'eau et la mer impressionnaient l'enfant depuis toujours, et son père accepta, à plusieurs reprises, de l'emmener à bord avec lui ; il y apprit les rudiments du métier de marin, ainsi que la maîtrise du harpon – il répugnait à tuer lorsque ce n'était pas nécessaire, mais avait hérité de l'adresse de son père, et la maîtrise de l'arme lui vint assez naturellement.
Cependant, quel que soit son attachement à la mer, Maël restait avant tout l'enfant élevé par une dryade. C'est la forêt qui lui donnait sa force, et c'est vers elle qu'il revenait aussitôt après son retour au sol. Il devint rapidement un druide accompli, maniant la lance comme arme principale.
Vers l'âge de vingt ans, désireux de connaître d'autres forêts que celles d'Hélonna, il se fit engager – seul, cette fois –, à bord d'un navire en partance pour Dorrandin. Ses sorts et ses harpons lui valurent un certain succès auprès du reste de l'équipage.
Parvenu sur le continent, il passa de longs mois à explorer la nature locale, jusqu'à ce que l'appel de la mer et l'envie de revoir Hélonna ne le reprennent. Au cours des huit années qui suivirent, il effectua une demi-douzaine de fois la traversée, ne parvenant pas à se fixer quelque part en particulier.