Fiche de personnage :

Nom : Silmandel Songevent
Race : elfe de lune – chat-garou
Classe : ensorceleur – niveau 5
Alignement : chaotique neutre
Divinité : aucune en particulier, c’est selon la situation

Age : 98 ans, donc jeune
Cheveux : châtains
Yeux : verts
Taille : 1,79 m
Poids : 60 kg

Caractéristiques :

Force : 11
Dextérité : 16 (+4 en chat)
Constitution : 10
Intelligence : 14
Sagesse : 10
Charisme : 18

Dons :

Signature magique (étoiles) : rend les sorts de Silmandel difficiles à identifier à cause de leur apparence insolite basée sur le thème des étoiles.
Forte personnalité : la volonté de Silmandel dépend du charisme et non plus de la sagesse.
Attaque en finesse et Volonté de Fer : dons supplémentaires acquis grâce à la lycanthropie.

Compétences :

Points de compétences : 32
- Art de la magie (Int) : 4 +2
- Bluff (Cha) : 8 +4
- Concentration (Con) : 8
- Connaissances (mystères) (Int) : 8 +2
- Déplacement silencieux (Dex) : 0 +7 en elfe, +9 en chat
- Discrétion (Dex) : 0 +7 en elfe, +9 en chat
- Equilibre (Dex) : 0 +7 en elfe, +13 en chat
- Escalade (For en elfe, Dex en chat) : 0 +4 en elfe, +9 en chat
- Natation (For) : 2 (coût doublé)

Lycanthropie :

Les chats-garous sont très rares et ils ne comptent dans leurs rangs que des personnes de petites tailles, comme des gnomes ou des halfelins. Silmandel est certainement le seul elfe chat-garou sur Toril. Sa contamination a été rendue possible grâces à des circonstances très particulières. (Quête : Relique du Passé)

Silmandel est un lycanthrope infecté. Pour l’instant, seul l’aube peut lui rendre sa forme elfique lorsqu’il est devenu, volontairement ou pas, un chat. "Chat" désigne dans cette fiche indistinctement la forme hybride ou animale.

Particularités acquises grâce à la lycanthropie :
- Empathie avec les chats
- Odorat
- Légère réduction des dégâts physiques, en chat uniquement. Les armes en argent passent outre.

Sortilèges :

Remarque :
- Actuellement, Silmandel ne sait pas lancer de sort en chat.
- Ses sorts se manifestent sous la forme d’étoiles, d’étoiles filantes ou de scintillement étoilé. Ils sont dorés ou argentés, avec de nombreuses nuances. Ils produisent des sons assez purs et aériens.

Niveau 0 (6/jour) :
Détection de la magie, Lecture de la magie, Lumière, Lumières dansantes, Manipulation à distance et Message.
Niveau 1 (7/jour) :
Déguisement, Charme-personnes, Feuille morte et Projectiles magiques.
Niveau 2 (5/jour) :
Invisibilité et Rayon ardent.

Description :

Silmandel est un jeune elfe de lune. Grand et élancé, il a le teint clair, de longs cheveux châtains et des yeux verts. Il dispose d’un charme assez mystérieux que lui confère sa nature d’ensorceleur. Le visage joyeux, le sourire facile, il en faut beaucoup pour que son expression se ternisse. Il prend soin de son apparence, sans que ce soit excessif. Il affectionne ce qui est raffiné mais pas trop voyant, ce qui est élégant mais fonctionnel. Ce qu’on remarque le plus dans sa tenue, c’est son grand manteau qui lui tombe presque jusqu’aux chevilles. Botté, ganté, de sa ceinture pend une rapière. Il ressemble à ce qu’il est : un fougueux aventurier.

Sous sa forme animale, Silmandel est un beau chat gris argenté. Fin et gracieux, il fait partie des représentants les plus grands de son espèce. Ses yeux ne change pas de couleur et il en va de même pour leur expression. Ils peuvent donc trahir sa véritable nature, ce dont il doit se méfier s’il désire se faire passer pour une bête ordinaire.

Sous son aspect hybride, Silmandel est un chat humanoïde grand comme un enfant de douze ans. Son pelage et ses yeux sont les mêmes que sous forme animale. Toujours très gracieux, il se déplace aussi bien à deux qu’à quatre pattes. Il lui est possible d’enfiler des vêtements, mais encore faut-il qu’il en trouve à sa taille, effort qu’il s’épargne généralement.

Caractère :

Silmandel est un aventurier dans l’âme. Il a soif de lieux à découvrir, de mystères à élucider, de monstres à combattre, de trésors à acquérir. La routine l’ennuie, il la fuit comme la peste. Les règles également lui déplaisent. Il désire être libre, n’en faire qu’à sa tête. Avant, il était excessivement téméraire. Cependant, les récents événements l’ont poussé à se modérer. Toujours impulsif et d’un remarquable courage, il sait désormais se montrer prudent quand nécessaire. Jovial optimiste, hédoniste convaincu, il est agréable à fréquenter. Il aime jouer le héros, parce que c’est également de l’aventure. Et à force de se prendre au jeu, il se découvre un peu plus généreux qu’il ne l’aurait lui-même crut.

Avoir contracté la lycanthropie ne le dérange pas spécialement. Il est en fait assez fier d’être devenu un chat-garou. C’est son petit secret. Ça le rend spécial. Et puisqu’il n’en tire principalement que des avantages, pourquoi se guérir ? Il n’y a pas pour l’instant d’influence notable dans son caractère, si ce n’est qu’il à tendance à suivre des yeux les souris.

Biographie :

Silmandel Songevent est né, selon lui, au royaume de l’ennui. Il vous dira que les elfes de la lune sont fait pour l’aventure, que c’est bien connu, mais que lui a cru devoir attendre au moins deux longs siècles avant de pouvoir y goûter. A l’entendre raconter son enfance, on en viendrait presque à le plaindre. Mais comme beaucoup, hélas, Silmandel est trop prompt à ne voir que ce qui lui manquait. Il oublie que les premières décennies de son existence furent emplies de paix, d’amusement, de joie et d’épanouissement. On peut aisément trouver raison plus juste pour se plaindre.

Le fils Songevent naquit au cœur des Marches d’Argent, des terres prospères au nord de Faerûn où elfes, nains et humains ont su mettre leurs différents de côté. La famille de Silmandel avait fait fortune dans le commerce d’objets d’art. Elle lui offrit toute l’affection dont il avait besoin, ainsi qu’une solide éducation. Très tôt, l’enfant montra une force de caractère remarquable qui allait de paire avec de vives prédispositions envers les arcanes. Très populaire parmi les jeunes gens de son âge, il se plaisait à émerveiller les uns avec de petits tours de magie, particulièrement amusants, alors que les autres étaient victimes de ses farces, parfois fort déplaisantes. Mais déjà il se sentait à l’étroit dans son petit univers. Il voulait parcourir le monde, il voulait l’aventure. Ce désir devint une véritable obsession. Et cette obsession dégrada ses relations avec ses ainés. Son père eut l’idée de l’emmener avec lui dans ses voyages d’affaire. Seulement, l’enfant capricieux trouva ceux-ci trop courts et pas assez fréquents. Il réclama d’avantage, mais ce fut en vain. Il se renferma sur lui-même. La seule activité qui l’enthousiasmait encore était d’apprendre à utiliser ses pouvoirs magiques. Il se disait qu’il en aurait besoin pour donner corps à ses rêves.

Persuadé que d’attendre l’âge adulte, encore distant de près d’un demi-siècle, ne suffirait pas pour s’évader de la prison familiale, Silmandel se résolut à fuguer. L’occasion de le faire se présenta lorsqu’il apprit qu’une importante commande devait être livrée loin, très loin, hors des Marches d’Argent, en direction d’Eauprofonde. Il se dissimula dans une caisse faisant partie du chargement. Puis il attendit. Lui-même était dubitatif sur ses chances de succès et il fut donc surpris que son plan fonctionne à merveille. Passager clandestin de la caravane, le voilà en route pour une destination dont il ne connaissait guère que le nom. La nuit succéda au jour et la faim commença à se faire sentir. Les quelques provisions qu’avait emporté le jeune elfe s’épuisèrent rapidement. Le jour suivant, alors que le soleil atteignait le zénith, alors que Silmandel était tenté de sortir de sa cachette en faisant le pari qu’il était trop tard pour qu’on le ramène chez lui, un effroyable imprévu se produisit. La caravane fut attaquée par une bande d’orcs. Peu rassuré, Songevent essayait de deviner ce qui se passait grâce aux bruits qui lui parvenaient. Une brève tentative de fuite, un combat qui tourna vite au massacre… voilà la marchandise aux mains des peaux vertes. Ils ouvrirent quelques caisses pour découvrir ce qu’était leur butin. Craignant d’être découvert, Silmandel se fit plus silencieux que jamais dans l’obscurité de sa caisse, heureusement épargnée. Le voilà bientôt en route pour une destination encore plus mystérieuse que la précédente. Quelques heures plus tard, les marchandises furent déchargées des charrettes sans ménagement. Songevent, attendit jusqu’à ce que la lune apparaisse et que le calme se fasse autour de lui avant de sortir de sa cachette.

A la pâle lueur nocturne, il découvrit un modeste campement rassemblant tout de même deux dizaines d’orcs. Il se mit en devoir de fuir cet endroit sans être remarqué mais après pratiquement deux jours passés dans une inconfortable immobilité, son corps endolori lui fit commettre une maladresse. On l’entendit, on le vit. L’instant d’après, on était sur lui. Ses modestes sortilèges ne lui furent d’aucun secours et le poignard dont il s’était saisi fit plus rire qu’autre chose. Il crut sa dernière heure venue lorsqu’on l’attrapa. Mourir à cause d’un caprice, il n’y avait pas de quoi être fier. Mais c’était sans compter sur un nouveau coup du destin. Voilà que deux inconnus surgirent des broussailles, arme au poing. Les cris de l’enfant elfe les avaient attirés. Le premier était un nain robuste, vêtu d’acier, portant une lourde hache et un épais bouclier. Le second était un humain dissimulé derrière son manteau à capuche gris et brandissant un arc long. Seuls contre tous, les deux compères firent la démonstration de leur puissance tout en échangeant des remarques comiques sur la situation. C’était certain, il fallait plus qu’une poignée de peaux vertes pour les inquiéter. Silmandel, émerveillé, observa ce violent spectacle qui ne dura pas plus de quelques minutes. Quelques orcs s’enfuirent, les autres gisaient au sol, morts ou blessés. La bataille achevée, les deux aventuriers se partagèrent les tâches. Le nain pilla le campement et se mit à râler car il n’y trouva pas grand-chose d’intéressant. Il considéra la marchandise volée comme un simple amas de babioles elfiques tout juste digne à brûler. L’homme, lui, interrogea l’unique survivant de la caravane, cherchant à savoir qui il était et ce qu’il faisait là, seul, si jeune, au milieu de nulle part. Silmandel comprit qu’il y avait peut-être là une opportunité à saisir. L’Aventure tant convoitée lui tendait les bras. Il se mit à mentir sur ses talents, laissant sous-entendre qu’il pouvait être d’une grande aide pour ses deux sauveurs. Il voulait les accompagner et il le demanda sans détour. Personne ne le prit vraiment au sérieux, surtout pas le nain. Les deux compères se résignèrent toutefois à laisser l’enfant les suivre jusqu’au prochain village. Ils ne pouvaient quand même pas le laisser là.

Songevent ne laissa pas cette chance, aussi infime soit-elle, passer. Il profita du trajet pour montrer qu’il était débrouillard et volontaire. En faisant plus ample connaissance avec Tugnar Forge-Flamme et Vincent Belmir, il découvrit que le premier était vénal et le second fourbe. Beaucoup auraient voulu quitter cette compagnie mais pas lui, il n’en trouverait pas d’autre. Il se mit en tête de payer sa place au côté des deux compères. Arrivé à un hameau isolé où il était sensé se séparer des aventuriers, il subtilisa les économies du tavernier grâce à ses dons et ses belles paroles. Cela ne passa pas inaperçu et la colère des villageois fut vive. Voilà le nain, l’homme et l’elfe forcé de fuir sans même pouvoir prendre une nuit de repos. Silmandel crut néanmoins à l’échec de son plan lorsque Tugnar, furibond, lui fit fermement comprendre qu’il n’était pas disposé à materner un gamin, que sa patience avait des limites et qu’à la prochaine maison, hutte ou cabane, on l’éjecterait à coups de botte dans le postérieur. Vincent calma son bourru compagnon sans le contredire. La petite compagnie reprit la route et le jeune elfe ne pouvait plus que se raccrocher à l’espoir fou qu’un soudain fléau ravage jusqu’à la moindre ferme de la région.

Vingt ans plus tard, Tugnar continuait toujours de protester envers la présence de Silmandel mais à présent, c’était le nain qu’on ne prenait plus au sérieux. Songevent, toujours très jeune pour un aventurier, était devenu un ensorceleur digne de ce nom. Ce ne fut pas sans effort. Lui-même pendant les premiers mois de sa nouvelle vie, se demanda s’il ne ferait pas mieux de retourner auprès de sa famille. Malgré toute sa bonne volonté, il peinait vraiment à suivre les deux amis si expérimentés. Il ne comptait déjà plus les fois où il s’était rendu ridicule et où il avait échappé à d’horribles trépas grâce à ceux qu’il était censé aider. Mais il s’accrocha, il tenait à ses rêves. Au côté de Tugnar et de Vincent, il apprit beaucoup de choses, il trouva sa place. Le duo était devenu un trio. Ensemble, ils sillonnèrent Faerûn en quête de trésors et de sensations fortes, parfois aussi de mauvais coups prometteurs ou de bonnes actions opportunistes. Alors que la compagnie était de passage aux Marches d’Argent, Silmandel en profita pour rendre visite aux siens et s’excuser pour cette longue absence. On le croyait mort, il n’avait pas pensé à donner de ses nouvelles. Son père, sévère, eut du mal à le lui pardonner. Mais il préféra ne pas entretenir un conflit qui ne profiterait à personne. Il laissa donc aller son fils, lui souhaitant une glorieuse carrière et lui assurant que si jamais l’aventure venait à le lasser, il y aurait toujours une place pour lui, ici, aux Marches d’Argent. La compagnie reprit sa route. Mais elle n’allait pas tarder à se dissoudre.

Le temps des hommes est bref. Celui de Vincent Belmir s’acheva au fond d’un lit d’une sombre auberge. Lui qui avait traversé tant de dangers fut emporté par la fièvre et peut-être aussi par la fatigue d’une existence bien remplie. Quelques semaines après cette tragique disparition, Tugnar et Silmandel cessèrent de sillonner les routes de Faerûn. La compagnie avait perdu son âme, à quoi bon continuer ? Le nain et l’elfe, se découvrant plus amis qu’ils ne l’auraient cru, se dirent adieux. Le premier retourna chez les siens alors que le second décida de s’embarquer sur un navire et de voguer vers de nouvelles aventures. C’était au tour de Dorrandin d’accueillir le téméraire ensorceleur.

Relique du Passé

L’arrivée à Melandis fut riche en aventure, c’est le moins qu’on puisse dire. Silmandel, peu habitué à se débrouiller seul, peu habitué à ce que personne ne modère son excessive témérité, ne perdit pas un instant pour trouver des problèmes dignes de ce nom. Fraichement débarqué en ville, il se mit en devoir de la visiter. Son guide eut le malheur de lui parler d’un endroit où il était possible de jouer aux Cartes Merveilleuses. Dès lors, tout s’enchaina. Maudit par les cartes, réduit de surcroit à la taille d’un enfant par ces mêmes cartes, Songevent dût courir au temple le plus proche afin de sauver sa vie. Pas de chance car le temple le plus proche, c’était celui de Beshaba. Le grand prêtre, après avoir levé la malédiction, mais incapable de remédier à la réduction de taille, , le soumit à un sort de quête, le forçant ainsi à lui rapporter un mystérieux artéfact soit disant volé au culte de la Dame de l’Infortune. Au terme d’une courte et hasardeuse recherche, l’elfe miniature dénicha les voleurs, en réalité un autre culte. Peu habile dans son approche, il fut capturé et dût tout avouer à ceux qu’il voulait duper. Il en profita pour tourner sa veste. Il retourna bien au temple de Beshaba avec le convoité objet mais uniquement pour occire le grand prêtre et fuir sans demander son reste, sans l’artéfact surtout. Entra alors en jeu Asmodeus, être rusé et ambitieux. Ayant assisté à l’attentat, il attira à lui Silmandel afin d’en savoir plus. Il eut tôt fait de désirer à son tour l’artéfact. Quand à l’ensorceleur, toujours à taille réduite, il réalisa avoir besoin de l’objet pour redevenir ordinaire. Tous les deux s’associèrent. Une enquête fut menée, un plan fut dressé, de fausses identités furent créées. Attiré par le drôle de manège de l’ensorceleur usant et abusant de déguisements, un chat bavard fort curieux vint à lui et lui proposa son aide. Au final, l’elfe ne gagna grâce à cet insolite protagoniste que quelques informations dispensables et un coup de griffe malencontreux. Ce fut isolé dans le désert qu’arriva la conclusion de l’affaire. Elle eut la forme d’un indescriptible chaos. L’objet autour duquel tout gravitait avait pour propriété d’amplifier la magie. Asmodeus ayant réussi à se procurer des alliés de circonstance, bataille fut livrée. Et la bataille devint une démesurée pluie de sortilèges déments. Tous voulaient l’artéfact, il fut perdu pour tous et presque tous périrent par la même occasion. Silmandel put s’estimer heureux. Il s’en sortit en un seul morceau et, c’était son but, à sa taille normale. Par contre, le coup de griffe, détail insignifiant, ne l’était en fait pas tant que ça car il fit de lui un lycanthrope... peu commun.