- Données générales
Nom : Languedeflute (l'a choisi lui même ne connaissant pas ses parents)
Prénom : Mortis (vient de "rigor mortis" rigidité cadavérique, car il fut trouvé nourrisson devant le temple de Heaume presque mort)
Pseudonymes : Le Corbeau Rouge (nom d'artiste) ; Albus Bubbledoor (prétendu agent secret amnien) ; Phileas Frogg (le "gentil" messager manostien)
Race : Humain
Classe : Barde niveau 2
Alignement : Neutre Mauvais
Divinité révérée : Cyric (plus par similitude de caractère qu'autre chose)

- Caractéristiques
FOR : 10
DEX : 16
CON : 11
INT : 16
SAG : 13
CHA : 17

- Description Physique
Cheveux : Noir Corbeau, Longs, raides, attachés et couverts par une capuche.
Yeux : Vert Bouteille et plein de malice
Couleur de peau : Blanche (presque blafarde)
Age : 25 ans et des chopines (comme il est orphelin de naissance il ne connait pas réellement son age.)
Taille : 1m78
Poids : 73kg
Autres : Fin, légèrement musclé, il reste rapide et agile, ses épaules sont assez larges, ses mains longues et fines, ses pieds relativement grand (il chausse du 43), sous son masque il porte une fine moustache noir.
Il est droitier mais arrive à écrire lisiblement de la main gauche.

- Compétences
Bluff 5 (+ 2 bonus Talent : bluff) (+3 CHA) = 10
Renseignement 5 (+3 CHA) = 8
Psychologie 5 (+1 SAG) = 6
Diplomatie 5 (+3 CHA) = 8
Déguisement 5 (+2 bonus Fourberie) (+3 CHA) = 10
Représentation (Déclamation) 5 (+3 CHA) = 8
Représentation (Farce) 5 (+3 CHA) = 8
Connaissance (Histoire) 1 (+3 INT) = 4
Connaissance (Folklore) 1 (+3 INT) = 4
Discrétion 4 (+3 DEX) = 7
Déplacement silencieux 4 (+3 DEX) = 7
Contrefaçon 2,5 (hc) (+ 2 bonus Fourberie) (+3 INT) = 7,5

- Compétences de classe
Port de l'armure légère
Armes courantes (notamment la dague)
Sorts profanes
Savoir bardique
Musique de barde

- Dons
Fourberie
Talent : Bluff

- Langues
Commun
Elfique (appris par l’intermédiaire de Nia)

- Sorts
- Connus

Niveau 0
Message
Convocation d'instrument
Déguisement mineur
lecture de la magie
Manipulation à distance

Niveau 1
Déguisement
Sommeil

- Sorts par jour

Niveau 0
3 sorts par jour

Niveau 1
1 sorts par jour

- Équipement
Un masque blanc, rouge et doré qui arbore un large sourire (masque de théâtre à l'origine)
Un manteau à capuche rouge et doré (élégant et d’excellente facture bien qu'un peu voyant)
Des braies et un pourpoint assortis aux couleurs du manteau (de la même qualité que le manteau)
Une bague sertie d'une pierre rouge
Paire de bottes en cuir noir
Un gros ceinturon de cuir noir
Une jolie petite dague ornée
Un couteau de lancé caché dans l'une de ses bottes
Du matériel d’écriture (dans un sac de taille moyenne)
Une bourse en tissu (25 PO)
Une sacoche usée vide.
Un manteau gris légèrement usé et "odorant"

- Bibliographie du Corbeau Rouge
- Le Paladin Cocu.
- Heaum sweet Heaum ; Le Cœur sans Dieu
- Vol sur un nid de relous ; Le vrai visage des mages cagoulés.
- Les explorateurs du disque.
- De la ploutocratie en Amn. (Et non pas en Amérique )
- Ces harpistes qui nous jouent du pipeau...

- Caractère
Plutôt d'un naturel cynique, il voit la société comme une arène où il est bon d'utiliser les autres pour son propre intérêt.
Égoïste il pense avant tout à son propre succès et sa survie... Sa fidélité ne tient qu'à la convergence de ses intérêts et ceux de ses associés, si ceux-ci constitue un obstacle, une gêne, il n’hésitera pas à les abandonner à leur sort... de même il n'est pas contre les lois c'est juste que lorsqu'il doit choisir entre les lois et ses intérêts, il choisira toujours ses intérêts !
Il ne juge les gens que sur ce qu'ils peuvent lui apporter, les notions de races, de couleurs de peaux, etc. il s'en fiche pour lui tous sont des outils dont il peut se servir...
Sadique et provocateur, il aime à l'occasion utiliser ses talents pour l'humour dans le but de ridiculiser ses contemporains surtout si cela lui est profitable ; il a compris que les gens aiment se moquer des autres pour mieux cacher ce qui est risible chez eux, et il utilise cela à son avantage.
Coquet, il aime les beaux vêtements chics et voyants car ils sont la démonstration de sa réussite, il apprécie la compagnie d'autres personnes (notamment les belles jeunes filles) mais ne place sa confiance qu'en lui même, ainsi il peut s’intégrer à un groupe mais sera toujours méfiant car on est jamais mieux trahi que par ceux en qui on place notre confiance.
Il est très ambitieux et prêt à nombre de bassesses pour pouvoir mener ses projets à bien...
Il est adepte de Cyric, cependant c'est plus parce que la philosophie du dieu fou se rapproche de la sienne, que parce qu’il à la Foi, par ailleurs les prières ne lui ont, selon lui, jamais rien apporter de concret.
Il n'aime pas utiliser la violence, il préfère utiliser des moyens détournés pour arriver à ses fins, bien qu'il puisse certes s'y résoudre mais dans ce cas il utilisera de préférence un intermédiaire (c'est moins risqué et il n'a pas à se salir les mains).
Il aime lire, c'est une source d'information tout à fait satisfaisante, il aime apprendre des choses étendre ses connaissances car celles-ci peuvent toujours être utile à un homme qui sait les utiliser au mieux et pour son propre profit.
Du fait fait qu'il a passé ces 8 dernières années à Athkatla, il n'a pas pu trop développer ses talents pour la magie, Les mages cagoulés en interdisant la pratique sans leur autorisation dans toute la ville !
Il est arachnophobe : "Les araignées beurk ! Quelle horreur !"
Il aime les pommes : "Mangez des pommes !"
Il aime les femmes : "Mangez des femmes... euh quoi ?" blonde, brune ou même rousse peut le chaut. Cependant peu de femmes ne conservent son intérêt longtemps, étant plus pour lui une démonstration de sa réussite que l'objet de sentiments élevés, sentiments auxquels de toute façon il ne croit pas vraiment.
Il aime le vin et la bière, mais à petite dose il veut rester maitre de lui même et l'alcool embrume l'esprit des hommes.
Il refuse de consommer des drogues comme le lotus noir, car c'est cher, ça détruit l'esprit, et rend totalement dépendant.
Sa couleur préférée est le rouge.
Son animal préféré est le corbeau.
Son chiffre fétiche est le 6.


- Biographie
Poète satiriste, surtout connu comme le pamphlétaire qui a sévi pendant plusieurs mois dans la cité D'Athkatla...

La Porte de Baldur
Né à la Porte de Baldur de parents inconnus, tout du moins c'est là qu'il fut trouvé devant le temple de Heaume de la ville, l'orphelin fut trouvé presque mort et recueilli par l'Eglise Helmite comme nombre d'enfant des rues, cependant il n’appréciait qu'assez peu la sévérité de leurs règles, fugua vers ses neuf-dix ans et se tourna vers le vol. Il n’était guère doué pour le larcin mais il possédait déjà le talent de manipuler les autres, de mentir de manière suffisamment convaincante, ceci lui évitant souvent d’être embarqué par le "Poing Enflammé", rapidement repéré par des voleurs, il s'orienta rapidement, suivant les conseils de ceux-ci, vers la collecte d'informations pour le compte de la guilde des voleurs où il appris à manier la dague, la discrétion... C'est dans les tavernes fréquentées par les voleurs qu'il appris à manier le verbe, en effet ceux-ci aimaient à se "charrier" entre eux, Mortis les utilisa donc comme modèles. Au contact de Nia une bardesse elfe qui travaillait pour la guilde, ils passèrent plus de deux ans ensemble. Nia lui apprit, à lire, à écrire, ainsi que tout ce qu'il fallait pour devenir un barde et même les chose de l'amour.

Arrivée à Athkatla
Celle qui était sa tutrice dans tous les domaines, semblait de prime-abord l’apprécier et l'invita à la suivre à Athkatla où elle devait faire affaire pour le compte de la guilde, il accepta la proposition et les deux partir pour l'Amn ... Mais ce voyage n’était en fait que dans le but de le vendre comme esclave, la guilde voulant se débarrasser de lui et Nia s'enrichir au passage. Arrivés en ville Nia et Mortis firent halte dans une auberge nommée la "Couronne de cuivre", c’était censé être le lieu de rendez vous pour l'affaire dont Nia n'avait dit que peu de chose à Mortis. Lorsque au court d'une discussion avec le client, il compris que l'objet du contrat c’était lui, dépité le jeune homme qui avait maintenant la vingtaine profita d'un moment d’inattention de sa "Tutrice" pour lui fausser compagnie ! Il se cacha dans les recoins sombres de la ville, pour échapper à ses poursuivants esclavagistes, poignardant l'un d'entre eux pour le dépouiller de ses vêtement, ses armes et de tout ces objets de valeur pour lui c’était ça ou crever, il récupéra un couteau de lancé qu'il garda comme arme secondaire (et le conserve encor aujourd'hui), il pris tout ce qu'il pouvait et se débarrassa du corps.
Cette expérience allait le marquer pour la vie : il ne faut faire confiance à personne, tous les moyens sont bons pour réussir même les plus immoraux, seul compte le résultat... Il n'en voulait pas plus que cela à Nia, préférant apprendre la leçon que se lancer dans un campagne vindicative ridicule et très certainement vaine...

Vie à Athkatla
Vivant dans le quartier du port, rapidement l'argent vint à manquer, il lui fallait trouver de quoi payer la location de sa chambre miteuse, pouvoir manger, se vêtir et bien entendu réussir, il compris rapidement que la réussite (matérielle surtout) était le plus important à Athkatla. Le jeune homme utilisa ce qu'il avait apprit auprès des voleurs et de Nia pour survivre, développa ses compétences de Barde pour se faire une place dans la ville entant que...
Poète : Il écrit quelques poèmes, octosyllabe principalement, deux ou trois alexandrins, et aussi des vers libres dans le registre amoureux, ou celui de l'épique ! Succès mitigé, trop tiré par les cheveux pour certains, pas assez sophistiqué pour d'autres, mais toujours apprécié pour les petites pointes d'humour...
Comique : Auteur de quelques farces vaudevillesques, thème très apprécié du grand public, le grivois affiche toujours des sourires sur les visages des gens du petit peuple... Mais aucun grand succès ! Que des petite farces avec une troupe de comédiens un peu choisi sur le tas.
Informateur : Vendant des informations aux uns et aux autres, l'information est un instrument de pression assez puissant qui peut faire fléchir même les puissants, c’était quelque chose pour lequel il était doué mais on le prenait pour un simple sous-fifre...
Cependant ceci lui permit de développer ses talents, et ainsi survivre, seul, dans une ville où seul compte la réussite.
C'est seulement des années plus tard lorsqu’il se lança dans l’écriture de pamphlets sous le pseudonyme du "Corbeau Rouge", qu'il connu à la fois le succès et les ennuis, suite à la publication de quelques billets tel que : "Heaume sweet Heaume" où il tourna en dérision le clergé helmite leur rectitude de façade et leurs immoralité d’arrière-boutique, vif succès et énorme tollé, la pièce de théâtre "le Paladin cocu" dans laquelle, il se moqua des infidélités de l'épouse d'un Illustre paladin du Cœur Radieux ! Infidélités qu'il se permis d'expliquer par la "taille de l'épée" du "Dandin de Farce" comparativement à celles des amants de l'épouse volage... Succès public et Le mari "apprécia beaucoup" bien entendu ! Ou bien "vol sur un nid de relous" où il critiqua l'attitude des mages cagoulés, attribuant la sévérité de leurs règles au fait d'avoir leur bâton de mage bloqué dans un endroit peu approprié de leur anatomie et cela tout en balançant quelques piques sur l'asile de Spellhold ! Là encor succès public, et les mages cagoulés apprécièrent tant qu'ils affichèrent une note un peu partout récompensant toute personne qui pouvait leur donner quelque indication sur l'auteur... Suite à ces publications donc, notre poète qui n'aimait pas être si "connu" utilisa l'argent qu'il avait obtenu pour quitter Athkatla, esquivant les foudres du Paladin à l'épée courte et les coups tordus des mages cagoulés, il loua le service d'un équipage sans navire qu'il habilla par fantaisie dans des tenues bariolées très voyantes et "emprunta" un navire aux caractéristiques pour le moins étranges et rendit par bateau sur l'ile de Dorrandin. Mortis fit une entrée fracassante au Port de Manost, pour plus de sécurité il cache son visage derrière un masque de fête, qu'il ne quitte plus en public, pour ne pas être reconnu.

Arrivée à Manost
Mortis arrivant par bateau dans le port de la Cité Bénie, dans une entrée fracassante ! Un Navire à l'allure étrange, un équipage à la tenue très voyante, lui même portant des habits colorés et un masque sur le visage. Tout était là pour attiré l'attention de la population manostienne !
Lorsqu'un garde vint lui demander son identité, les raisons de sa venue, la raison du port de ce masque... Mortis décida de se lancé dans l'un des plus gros bluff de l'histoire il se fit passer pour un agent secret amnien : Albus Bubbledoor, qui était à la poursuite d'un traitre ! Il n’hésita pas d’ailleurs à demandé au garde son aide pour cette mission imaginaire : des informations, etc... Le garde marcha dans la combine ! Le bluff marcha si bien que le garde alla même jusqu’à l'accompagner en ville pour se commander une nouvelle tenue, lui donner des conseils pour ne pas se faire repérer en ville.
Finalement Mortis quittant devant la boutique de tailleur son nouvel "ami" le garde, qu'il devait le revoir par la suite pour obtenir des informations sur la ville et ses activité suspectes (que de perspectives enrichissantes de son point de vue), et se mis en quête de la Taie Dorée une taverne auberge mal famée de Manost...

Floreal titre provisoire
La tenancière lui indique que ces compétences pourraient être utile à un certain Floréal, lorsque Mortis s'adresse cet homme celui ci lui confie une mission s'assurer qu'une jeune voleuse qu'il avait engagé juste avant face le travail pour lequel il l'a payé, Mortis et Floréal conviennent que la meilleure méthode est de capturer un jeune enfant, pour lequel la roublarde semble avoir avoir des sentiments presque maternels.
Il se rend donc au Loyal Paladin, sympathique taverne-auberge de Manost, où logent l'enfant (nommé Ulysse) et son père... la discutions est rapidement mal partie l'empressement de Mortis engendrant la monté de la méfiance du père, quelques menace de ce dernier et Mortis n’eut d'autre choix que de le faire taire ; il lui trancha la gorge sous les yeux de son fils horrifié.
Le gamin surement apeuré et sous le choc ne fit aucune résistance lorsque Mortis le ramena à Floréal, celui-ci lui trouva une cachette qui lui semblait idéal un "appartement équipé"... et somma Mortis d'aller retrouver Chance et son ami Barde Elzen et de leur faire parvenir l'info selon laquelle Floréal avait mis le charment garçon sous sa bienveillante protection.
Mortis partit donc, se rendant tout d'abord à la Maison Carrée où il se présenta à la vieille dame qui lui ouvra la porte comme un ami de Chance qui avait rendez vous avec elle mais qui était en retard et donc cherchait à les retrouver, celle le conduit sur une fausse piste un bâtiment qui semblait ne plus accueillir de public pour le moment du fait des deux gardes peu affable qui se trouvaient à l'entrée.
Ce n'est que par la suite qu'il arriva à retrouver les deux tourtereaux à "l'Abri des arts" taverne qui semble être la seule à permettre aux bardes non autorisés par la ville, à se produire en son sein...
Changeant d’apparence en retournant ses vêtements, c'est avec une tenue dorée et des manières de noble prétentieux, qu'il rentra ENFIN en contact avec Chance et Elzen, ceux-ci ne semblèrent pas réellement ravi de la nouvelle dont Mortis était porteur, voir même incrédule... en quittant la taverne précipitamment la discutions se faisant plus houleuse, il heurta un groupe d'homme armé qui stationnait devant la porte à l’extérieur.
Ayant rempli sa mission il retourna voir Floréal suivi sans le savoir par un fantôme espion au service de Chance, Il attendit longtemps à la Taie Dorée le retour de son patron, qui après une ou deux heures d'attente, une fois arrivé écouta attentivement le rapport de Mortis, et en tira la conclusion que les hommes poster devant étaient très certainement les hommes de mains de ses opposants qui en avait après Chance, Floréal envoya immédiatement Mortis observer ce qu'il se passait là bas et suivre les action de Chance et Elzen.
Mortis qui a de bonne jambes entreprit de traverser une nouvelle fois la ville, mais il se dit qu'il lui fallait une autre tenue plus discrète que le rouge clinquant, ou le dorée éblouissant, il trouva donc un homme... seul... avec des vêtements gris, qui se dirigeait vers une ruelle déserte... peut-être un réfugié qui allait faire ce que la nature lui commandait... Mortis le suivit et l'assomma. Alors qu'il finissait de le dépouiller, plusieurs messieurs d'un gabarit, assez imposants, qui semblaient être les frères du péon que Mortis venait de dépouiller... ceux-ci manifestaient à son encontre une certaine... rancœur. Après une course poursuite il amena deux de ses poursuivants dans une étroite ruelle, si étroite qu'ils ne pouvaient pas tenir à deux, Mortis transforma donc cette confrontation en un contre un, il creva un œil de son opposant et profita de sa douleur pour prendre la fuite sans demander son reste.
Déguisé et arrivé à proximité de l'abri des arts, il patienta pour observer la scène de loin les entrée et sortie, la troupe de soldats était toujours devant sur le pied de guerre, il attendait visiblement quelqu'un où quelque chose, mais qui ne semblait pas venir...
Soudain un homme visiblement un autre soldat vint à la rencontre du groupe il leur annonça quelque chose qui visiblement semblait les soulager, Mortis ne pu comprendre en lisant sur les lèvres du nouvel arrivant que le mot "Réveillé", peu de temps après une femme sortit de la taverne et se dirigea elle aussi vers les hommes en armes, leur annonçant elle aussi quelque chose... Mortis cette fois ne pu saisir aucun mot de ce qu'il fut dit, mais le celui qui semblait être le chef afficha une expression montrant de l'agacement...
Puis le groupe se sépara en deux, la majorité des hommes partis certainement à leur base et il ne restait que quelques-uns devant la porte de la taverne, Mortis en profita pour sortir de sa cachette et allez voir ce que fabriquait Chance et Elzen, il ne les avait pas vu sortir il pensa pouvoir les trouver à l’intérieur.
Après une discutions avec la serveuse à qui il se présenta comme un ami des deux tourtereaux, il se dirigea vers la chambre où la jeune femme se reposait après un apparent malaise... Vide, elle était vide, la fenêtre était ouverte et des traces montrait qu'ils étaient sortis par les toits.
Mortis se précipita à la Taie Dorée, oubliant... par mégarde... de payer sa consommation, traversant une nouvelle fois la ville, et expliquant une nouvelle fois à Floréal la situation. Mortis proposa pour accélérer les choses, de tendre un piège à la voleuse et son ami le barde, il partit pour cela "emprunter" un enfant d'un débiteur de Floréal avec deux hommes, mais pendant ce temps une bourde fut commise par un sbire qui permit à Chance de connaitre l'emplacement de la cachette du jeune Ulysse et de partir avec lui, cette erreur couta la vie de plusieurs hommes de Floréal sur qui il passa ses nerfs.
Mortis se retrouva donc catapulter à la suite de ces événements, "bras-droit" de Floréal, il lui fallait maintenant exécuter la tache que Chance s’était refusé à faire : récupérer le carnet de bord à la Maison Carrée.
Mortis qui aujourd’hui n’arrêtait pas de marcher se rendit au port, devant la dite maison et frappa derechef à sa porte, derechef la vieille dame lui ouvrit et malgré un baratin le faisant passer pour un homme en quête de travail, la vieille dame le congédia gentiment... n'abandonnant pas, il lui fallait enter dans cette demeure il en fit rapidement le tour pour voir s'il y avait un autre accès et il trouva une fenêtre ouverte à plusieurs étages de hauteur...
Après une escalade pour le moins... difficile, il réussit à pénétrer dans le bâtiment, dans une pièce qui était de toute évidence une penderie, où il en profita pour augmenter la taille de sa garde robe, Mais fut surpris par les habitants du lieu qui rapidement l’encerclèrent.
Démuni face à tant de monde il préféra faire preuve de bonne volonté, jeter ses armes et discuter avec les occupants, la vieille dame de l'entrée semblait être celle qui faisait autorité ici... au terme d'une série de questions et réponses mutuelles, la vieille dame proposa à Mortis de détruire Floréal et son organisation contrer une bonne récompense... Une perspective fortement alléchante et enrichissante pour Mortis mais aussi potentiellement dangereuse...