Théodora d’Orival, dite Teddy, ou Théo selon son humeur

Age :
35 ans
Race : humaine
Sexe : féminin
Classe : paladine
Divinité : Tyr

Apparence : Grande, mince... dégingandée disait-on d’elle dans sa jeunesse, la paladine marque surtout les esprits par son sourire, qui illumine son visage encadré de cheveux bruns, et éclaire ses grands yeux verts.

Caractère : enjouée, souriante, dynamique, Théodora est un personnage qui, spontanément, attire la sympathie. Pour qui la connait bien, elle peut se montrer particulièrement taquine –ses joutes verbales avec son amie de toujours, Angèle d’Aulfrey, sont de notoriété publique – mais jamais par méchanceté. Il s’agit plutôt d’un moyen, peut-être un peu maladroit, de témoigner sa sympathie, voire son affection.

Langue parlée : commun

Biographie (résumée) : Ce qu’il s’est passé les premières années de sa vie, Théodora n’en garde que de très lointains souvenirs. Un vague malaise sur lequel elle évite de s’attarder. Elle se souvient qu’il y avait d’autres enfants, une voix tour à tour sévère ou affectueuse et de longs couloirs interminables. Une lumière aussi, une lumière qui ne s’éteignait jamais. Ça n’a pas duré longtemps : elle avait peut-être trois ou quatre ans lorsque, surgis de nulle part, un homme et une femme sont venus la chercher et l’ont adoptée pour l’emmener chez eux à Graëlon. Plus tard, elle a appris que la femme était sa tante, la sœur de sa mère, et que l’homme était son mari. Trois années ont suivi. Trois belles années ponctuées par un drame, un accident qui coûta la vie à son père adoptif. Théodora et sa tante quittèrent alors Graëlon pour Manost. Bien plus tard, la paladine en compris les raisons. Le souvenir, trop vivace de son oncle dans la petite maison familiale, était devenu insupportable pour sa tante.
A Manost, la douleur finit par s’atténuer. C’est là que Théo rencontra la jeune Angèle, dont la famille vivait à quelques maisons de là. Une amitié solide naquit entre les deux enfants. Si bien que, lorsque la tante de Théodora décida de retourner à Graëlon, Théodora, alors âgée d’une quinzaine d’années, choisit de rester à Manost, où elle cohabita un temps avec Angèle. Lorsque son amie rejoignit le Coeur Radieux, se souvient-elle parfois avec amusement, elle la taquina longtemps. Elle jugeait, à l’époque, les prêtres et autres paladins, bien trop rigides et trop souvent dépourvus d’humour. Sa rencontre avec un prêtre de Tyr finit par la faire changer d’avis. C’était un homme cultivé, plein d’humour et d’un idéalisme que la jeune femme ne pouvait s’empêcher d’admirer. Et après de longues heures de réflexions, Théodora décida, à son tour, d’entrer dans les ordres. Elle ne regretta jamais ce choix, découvrit des personnalités bien plus variées que ce qu’elle imaginait et eu rapidement l’impression d’avoir trouvé sa place.
Les années passèrent, des missions se succédèrent, avec plus ou moins de succès, jusqu’à ce voyage à Mélandis, dont l'issue fut l'un des épisode les plus dramatiques qu'elle eut à surmonter...