Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: [Luménien] Oroborokina No'Hetsar

  1. #1
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Paris
    Messages 
    183

    [Luménien] Oroborokina No'Hetsar

    Oroborokina No'Hetsar




    État civil :


    Nom : No'Hetsar
    Prénom : Oroborokina, "Oro"
    Race : Humain
    Classe : Mage 1
    Divinité : non défini, remercie souvent Mystra pour sa magie, et prie vaguement Erevan Ileserë dans les moments de chaos ou de changements imprévus (il a d'ailleurs nommé son familier Ilerë, en hommage au dieu plaisantin)
    Alignement : Chaotique bon (plutôt tendance neutre : il sent un élan bienveillant envers la plupart des gens, mais elle ne s'épanouit qu'envers les gens qu'il apprécie vraiment. À l'inverse, ses ennemis (bons ou mauvais) ne jouiront d'aucune miséricorde)


    Âge : 22 ans
    Taille : 1m78
    Poids : 75kg
    Cheveux : Bruns
    Yeux : Verts


    Familier : Chat
    Nom : Ilerë
    Description : Petit félin gris clair aux rayures noires et aux yeux verts, pelage long et larges oreilles

    Apparence et psychologie :


    Oroborokina est un jeune homme de vingt-deux ans au charme certain, bien qu'il n'en joue pas par simple malice. Ses parents humains lui ont légué son sens pratique, son goût presque maladif pour le changement, l'étrange, ainsi qu'une solide constitution et une silhouette svelte et puissante. Ses cheveux noirs sont constamment en bataille, on le dit souvent "coiffé par le vent" ce qui lui donne un air parfois très charismatique, impérial, d'autres fois le fait simplement passer pour un illuminé négligé. Il porte également une barbe plus ou moins dense selon son humeur et sa patience, mais a constamment la peau des joues piquante... De grands yeux verts et curieux donnent vie à un visage des plus expressifs, aux traits fins et séduisants.


    Toujours assez actif, Oro a une démarche qui dégage naturellement la bonne humeur et la gentillesse, et il est très rare qu'il se mette en colère, même lors des moments les plus dramatiques, critiques, où il choisit d'avantage l'attitude du sarcasme et de la plaisanterie que de la violence. Lorsque toutefois il n'a pas le choix, ou lorsque la colère emporte son jugement dans un abîme furieux, son visage se tort en un rictus que d'aucuns qualifieraient de cruel. Il faut pour cela, néanmoins, le pousser à bout au delà de toute patience.


    Bien qu'il soit un étudiant fort assidu pour la magie, et qu'il prenne son rôle très à cœur à l'auberge du Bon Barde, il perd souvent pied lorsqu'il ne trouve pas un intérêt fondamental à rester concentrer. Jeune homme à la personnalité versatile et aux perceptions mystérieuses, il n'est pas rare de percevoir dans son discours un double sens incompréhensible, voire de ne pas comprendre son discours primaire. Souvent, l'on peut également le trouver en train de discuter avec son familier, parfois avec des animaux tout à fait normaux. Il est en effet très détaché du monde, ou plutôt, il n'y est pas attaché comme n'importe qui, sans parler de la foi (il n'est pas un fervent fidèle, mais n'est pas impie pour autant). Enfin, sans être un meneur, sa gaieté de cœur et son optimisme sont relativement communicatifs et il compte souvent là dessus pour mettre du baume au cœur de ses proches.


    Biographie :


    Le passé du mage Oroborokina est des plus troubles. Non qu'il soit particulièrement complexe, mais de nombreux événements lui échappent depuis un récent voyage en mer. Voici son histoire.


    Oroborokina est né d'une mère humaine nommée Irashana, dans une petite bourgade portuaire du continent. Dernier né de la famille, le jeune Oro naquit au beau milieu d'un conflit familial qui allait se résoudre dans le sang. Sa mère était mariée à l'elfe Istollonom No'Hetsar, chef de communauté, maître des arcanes, père et époux aimant, bien que souvent absorbé dans sa pratique disciplinée de la magie. De leur mariage était née Triss No'Hetsar, magnifique demie elfe suivant le chemin de son père sur la voie des arcanes. Malgré quelques tensions de ci de là concernant les progrès de Triss rarement suffisants aux yeux de son père, la famille No'Hetsar vivait en paix. Malgré tout, Irashana était souvent reléguée à l'écart. Elle était issue d'une lignée de pêcheurs, d'artisans, et bien souvent père et fille ne trouvaient pas les mots, ne savaient comment partager leurs occupations occultes avec Irashana. Par déception, frustration, peut être aussi par bravade, la jeune mère noua une relation des plus équivoques avec un jeune homme, un pêcheur de la région. L'homme était séduisant, chaleureux et comprenait Irashana. Plusieurs fois elle commit l'erreur de partager sa couche, regrettant non l'instant mais le biais qu'elle instaurait dans son mariage avec Istollonom. Après quelques semaines, ne supportant plus le mensonge, prenant compte de son mal aise, elle se retourna pleinement vers son époux, lequel, pendant un temps, ne sut rien de l'affaire.


    Néanmoins, quelques mois plus tard, il devint évident qu'Irashana était enceinte. Triss et son père chérirent l'événement, trouvant là l'occasion de resserrer les liens familiaux qui avaient eu tendance à dépérir par le passé. Hélas, Hanton, le pêcheur, vint quérir Irashana, revendiquant sa paternité sur l'enfant. Un voile d'effroi couvrit le mage. Il faisait preuve d'une sagesse remarquable dans tous les aspects de sa vie, et il entreprit dans un premier temps de calmer le pêcheur. Celui-ci ne voulait rien savoir et, fort des plaintes que lui avait faites Irashana, refusait de laisser son amante à une vie de malheur et de solitude. Le ton monta, et malgré les efforts d'Istollomon pour le dissuader, Hanton le provoqua en duel. Ils se battirent à mains nues dans la petite cours de la demeure. Hanton était solide, puissant et animé par la colère de l'amant évincé. Istollonom en revanche, bien que peu porté sur les affrontements physiques, était vif, agile et chacun de ses coups meurtrissaient un peu plus le corps d'Hanton, répandant le goût du sang et de la défaite dans sa bouche. Bientôt, le pêcheur ne tint plus et s'effondra à genoux : il avait stipulé qu'il se battrait jusqu'à la mort, mais le patriarche elfe ne pouvait se résoudre à aller jusque là, et le pria de cesser le combat. Il tenta de l'aider à se relever, mais Hanton rejeta son bras, se redressa sur ses jambes, un peu vouté, le bras droit replié autour de son ventre. Les deux prétendants se tenaient face à face, l'un superbe, magistral dans sa toge de mage, à peine essoufflé, sa peau bronzée luisant d'une fine pellicule de sueur. L'autre blessé, penché en avant et le visage couvert de sang, faisait peine à voir. Il plongea un dernier instant le regard dans celui de son adversaire, les yeux pochés et rougis. Un regard plein de haine que l'elfe ne devait jamais oublier. Après quoi, Hanton s'en fut sans dire un mot, la tête basse, sans un signe envers Irashana. Mère et fille se tenaient enlacées sur le porche de la maison et le regardèrent s'éloigner, agitées de quelques sanglots, soulagées que les choses n'aillent pas plus loin.


    Plus tard, Istollonom et Irashana s'isolèrent dans le bureau d'étude de l'elfe. Ils discutèrent longuement. Istollonom était terriblement peiné, non du comportement de son épouse, mais du sien, n'ayant pas su prendre soin d'Irashana. Le bon cœur de l'elfe, la nature aimante de la mère et bien sûr l'approche de la naissance d'Oroborokina, tout ceci concourut à une fin paisible et emplie d'espoir. Istollonom promit de veiller et d'aimer l'enfant comme le sien, puisqu'il naîtrait au sein de sa famille. Ils ne revirent pas Hanton, du moins, pas avant bien longtemps.


    C'est ainsi que naquit Oroborokina No'Hetsar. Pendant les premières années de sa vie, il fut le plus heureux des enfants, et probablement ses parents et sa sœur furent plus comblés que jamais. Il fut le catalyseur qui lia chacun des membres de la famille, sa naissance apporta la complicité qui manquait entre les No'Hetsar. Oro grandissait plus vite que sa sœur de douze ans son aînée, si bien qu'il combla rapidement l'écart apparent entre eux. Ils se ressemblaient étonnamment, avaient le même visage fin au sourire énigmatique et rare, le même regard d'un vert profond. Évidemment, Triss était sublimée par les traits elfiques de son père, tandis qu'Oro développa bien vite une carrure qui rappelait immédiatement Hanton.


    Néanmoins Oroborokina surprit par sa vivacité d'esprit. Il était presque impossible de le garder concentré et son éducation fut fort laborieuse, mais chaque fois ses parents se débrouillaient pour l'intéresser. Dès qu'il parvenait à mobiliser son attention, il faisait preuve d'une imagination et d'une perspicacité qui étonnaient systématiquement. Très vite, et de lui-même, il fut saisi d'un vif intérêt pour les arcanes, lorgnant sur les livres de Triss, fouinant dès que possible dans le laboratoire de son père. Lorsqu'il eut huit ans, Istollonom commença à lui enseigner la pratique de l'Art, comme il l'avait fait et continuait de le faire avec Triss. Le jeune Oro se passionna rapidement et endura les plus sévères remarques de son père. Paradoxalement, à mesure qu'il s'assagissait dans ses études, se disciplinait à outrance pour parvenir à des résultats et par une avide soif de connaissances, dans le même temps, il devenait de plus en plus distrait, presque évanescent dans les autres domaines. Son besoin d'inattention semblait lui être vital comme l'amour pour certains, ou la gourmandise pour d'autres... Rapidement son père lui fit passer son premier exercice, l'invocation du familier. Un ravissant chat, entièrement gris aux rayures noirs, répondit à l'appel. Il semblait s'accorder à merveille à son maître, particulièrement curieux et indiscipliné de manière générale. Il n'était pas rare de trouver le jeune apprenti allongé dans l'herbe en train de discuter avec son familier, énonçant de farfelues théories auxquelles le chat répondaient par de paresseux bâillements.


    Triss, sa sœur, étudiait ses progrès avec intérêt. Elle éprouvait un amour des plus inconstants envers son frère : tantôt elle était fascinée par lui, endossait avec plaisir son rôle de grande sœur, surtout quand il s'agissait de magie, se plongeant volontiers dans d'interminables discussions avec Oro. Mais les années et les événements avaient fait que Triss se sentait plus elfe qu'humaine malgré son métissage. Aussi depuis l'histoire d'Hanton, elle avait eut tendance à mépriser quelque peu les allés et venus sans constance des humains. Si elle aimait par dessus tout son petit frère quand il montrait la même passion que leur père vis à vis des arcanes, elle ne supportait pas son babil et ses bêtises systématiques.


    La situation empira quelque peu lorsqu'Oro atteignit ses dix-huit ans. Au sortir de l'hiver de cette même année, Irashana tomba malade et fut emportée en très peu de temps, bien avant qu'Istollomon puisse mettre au point un remède. Triss fut très peu affectée : depuis quelques temps déjà, elle se faisait à l'idée que les humains qu'elle aimait tomberait avant elle. Curieusement, Oro ne fut pas non plus trop attristé. Il pleura sa mère, porta le deuil, et lui rendit hommage chaque fois qu'il put, sans traumatisme, sans excès de larmes. Ce qui le troublait le plus, c'est qu'il avait pris l'existence de ses parents pour acquise, éternelle. Un sentiment d'abandon aurait pu jaillir, au lieu de ça il se recentra sur lui-même, tâchant de ne pas trop compter sur autrui.


    Istollonom de son côté fut anéanti ou presque par ce décès. Il avait l'air misérable, hantait les couloirs de la vaste demeure, traînant le pas, perdant le goût des choses qui l'entouraient. Seule la magie continuait de le passionner et les liens entre lui, Triss et Oro se resserrèrent d'autant. Ils passaient d'interminables soirées à travailler tous les trois, cloitrés dans le laboratoire du sous-sol. Néanmoins, peut être par souplesse, ou par empathie pour un enfant privé de sa mère, Istollonom relâcha sa sévérité sur l'enseignement d'Oro, amenant les choses plus calmement, prenant d'avantage son temps... Triss, qui avait fini ses études pour ainsi dire, lorgnait d'un œil mauvais sur le duo, se remémorant combien cela avait été dur pour elle. Elle en vint à détester son frère pour ça, pour l'attention qu'il récoltait et qu'elle n'avait que rarement eu. Elle décupla ses efforts pour impressionner son père. Elle se sentait d'autant plus lésée qu'Oroborokina n'était pas le vrai fils et n'avait en fait plus rien à faire dans cette maison depuis la mort de leur mère. Cette colère dirigée contre le jeune humain enflait, grondait silencieusement en elle à l'insu des deux autres habitants de la maisonnée...


    La nouvelle de la mort d'Irashana fit également grand bruit. Dans la petite province, elle était connue pour son attention et sa chaleur inconditionnelle envers tous les habitants, et sa disparition provoqua une vague de peine et de deuil chez la plupart des gens. Surtout, l'annonce fut portée aux oreilles de Hanton, reclus dans sa maison, à l'écart du village. Il avait lamentablement dépéri dans son coin, nourrissant une haine meurtrière envers Irashana qui l'avait abandonné, et Istollonom qui l'avait humilié. La nouvelle de la mort de son ancienne amante éveilla au grand jour ses pulsions, et il commença sérieusement à comploter contre Istollonom, se murmurant à lui-même dans la pénombre de sa demeure, tel un dément.


    Un soir, Triss et Oro étaient occupés à consulter une série de parchemins ramenés par leur père d'une visite à la bibliothèque. Istollonom était sur le perron, tirant de sa longue pipe en os une fumée ocre, fine et évanescente. Il scrutait l'obscurité, envahit de souvenirs, de paroles et de sensations à jamais reléguées dans le fond de sa mémoire. Sa méditation l'absorbait entièrement et la fumée, bien que fine, brouillait sa vue et enivrait ses perceptions : il ne vit l'ombre s'approcher de lui qu'au dernier moment, juste le temps d'esquiver un éclair brillant qui vint tinter contre la pierre de la demeure. La dague fit encore deux ou trois entaille dans l'air, là où se tenait le magicien un instant plus tôt. Istollonom fit quelques pas rapides en arrière et scruta l'agresseur. Il reconnut, difficilement, les traits ravagés de Hanton, des larmes de fureur ruisselant sur ses joues creusées. Ce dernier commença à vociférer quelque malédiction, crachant tout le fiel qui empoisonnait son esprit. Istollonom, le regard embrumé, ne comprenait pas bien la raison de sa venue soudaine, même s'il en percevait le but, aussi tenta-t-il de discuter avec le pêcheur. Il tendait une main amicale vers lui, l'invitant inconsciemment à aller s'entretenir calmement à l'intérieur. Hanton beugla de rage et plongea sur l'elfe, enfonçant la dague plusieurs fois dans la poitrine d'Istollomon. Ce dernier s'affaissa dans un soupir inaudible. Même dans la mort, l'elfe partait avec un air de supériorité naturelle, de majesté calme et sereine. Hanton tomba à genoux, et hurla à la lune comme un chien errant, repus de vengeance mais toujours déchiré par le tourment. Il allait retourner la dague contre lui, mais un bruit derrière lui le fit se retourner : sous le porche, là où quelques minutes plus tôt se tenait paisiblement Istollonom, était appuyée contre le mur Tris No'Hetsar, dernière descendante du grand mage. Hanton n'aurait pu dire si elle avait été là depuis le début ou non, mais en tous les cas, elle affichait un rictus sadique, ostensiblement désinvolte malgré le cadavre de son père à quelques pas. Oroborokina accourut derrière elle, l'air paniqué. Triss leva une main et d'un voix sèche le renvoya dans à l'intérieur. Elle attendait ce moment depuis plusieurs années déjà, l'occasion d'éradiquer celui qui avait engendré son insupportable demi-frère. Par la même elle lui ferait payer le meurtre de son père...


    Oroborokina suivit les conseils de sa sœur. Il empaqueta ses affaires et celle de Triss, prit soin d'emporter autant de livres et de parchemins qu'ils pourraient en porter. Il resta assis sur son lit, faisant son possible pour ne pas prêter attention aux effroyables cris de Hanton dehors. Il savait qui il était. Mais il ne fit rien, resta assis sur son lit, caressant pensivement le pelage de son familier. Quelques fois il brisait le silence relatif de la pièce par quelques mots innocents, s'interrogeant sur l'endroit où ils allaient aller, devisant sur l'importance du changement, le regard un peu vide.


    Un peu moins d'une heure plus tard, Triss reparut dans la chambre. Elle se déshabilla, jeta sa robe poisseuse de sang dans un coin, et tira de nouveaux habits propres d'un tiroir, ne prêtant pas attention au regard curieux d'Oroborokina. Une fois prête, elle claqua des doigts et tous deux se mirent en marche, sortirent de la maison, passèrent près du corps d'Istollomon et de celui de Hanton, déchiqueté par d'innombrables lames et supplices arcaniques. Ils continuèrent et marchèrent encore, jusqu'à la côté. De là, ils longèrent la plage jusqu'à gagne le village portuaire donc Istollonom dirigeait la communauté. Ils portaient tous deux de grandes capes de voyage, dissimulant leurs visages qui, sans être familiers, pouvaient être reconnus. Ils se dirigèrent vers les quais et s'assirent discrètement derrière plusieurs tonneaux où ils attendirent l'aube et l'animation du port, pour trouver un navire où embarquer. Ils ne discutèrent pas, ne prononcèrent pas un mot et Triss évita soigneusement le regard de son frère. Bien qu'il approcha de ses vingt et un ans, Oro était encore quelque peu naïf. Ou plutôt, son regard plongé dans d'autres réalités lui donnait cet air. Il semblait dépendre entièrement de Triss, et ne pas comprendre la colère froide qu'elle ressentait pour lui. En réalité, il profitait seulement de l'instant présent, calme, sachant pertinemment que de grands changement s'opéraient au même moment.


    Quelques heures plus tard, ils trouvèrent un navire en partance pour Luménis, dont ils avaient déjà entendu parler pour, notamment, les grands mages y résidant. Ils embarquèrent et furent séparé chacun à un bout du quartier dortoir. Pendant quelques jours ils s'occupèrent chacun de leur côté, Triss plongée dans ses livres, Oro explorant le navire suivi de près par Ilerë son jeune familier. Il s'intéressait à tout et fini même par se faire l'apprenti du cuisinier pour le temps du voyage. Puis, environ deux semaines avant l'arrivée, l'attitude de Triss changea du tout au tout. Elle se rapprocha d'Oro, engagea de nombreuses discutions comme lorsqu'ils étaient plus jeunes. Ils passèrent plusieurs jours ainsi à renouer un lien auquel Oro ne prêta pas un intérêt fulgurant, perplexe qu'il était quant au sens de tout ceci.


    Et puis du jour au lendemain, ce fut le néant. Ou presque. Il se réveilla une nuit à l'infirmerie du bateau. Le guérisseur était là, ainsi que le capitaine et le cuisinier qui s'était pris d'affection pour lui, réciproquement. Sa tête le lançait, il avait l'impression qu'on le martelait de l'intérieur et tout son corps était crispé, vibrant d'une série de coups puissants. Le capitaine et le guérisseur étaient engagé dans une vive discussion à voix basse. Le cuisinier était assis à côté d'Oro et son visage s'éclaira lorsque celui-ci ouvrit les yeux. Il le mit au courant de l'affaire en choisissant bien ses mots, une délicatesse dont le remercia intérieurement le jeune mage, bien qu'il n'en eut pas ressenti le besoin particulier. Triss avait disparu. Ainsi qu'une bonne partie des possessions d'Oroborokina. Seuls lui restaient un grimoire et quelques parchemins, et son familier qui dormait tranquillement à son côté. Sans compter ses objets personnels, une bonne partie des souvenirs d'Oro avaient disparu. Le guérisseur avait soigné comme il pouvait la blessure sur l'arrière du crâne, mais il avait été démuni face à la perte de mémoire. Selon lui, elle pouvait tout aussi bien revenir dans les prochains jours, ou bien ne revenir que partiellement... Voire pas du tout.


    Les membres d'équipages, et tout particulièrement le cuisinier, firent preuve d'une compassion louable. Tous savaient que le jeune mage était livré à lui-même, et nombreux furent ceux cherchant à l'aider à se retourner sans heurt. L'un deux lui parla d'une auberge de fortune, dans un quartier assez mal réputé de Luménis, mais où l'on trouvait de bons bougres et où toujours il y avait moyen de se faire engager pour quelque besogne.


    C'est ainsi qu'Oroborokina No'Hetsar foula le sol de Luménis, le cœur vaillant et curieux, la tête vide excepté ses exercices magiques quotidiens. À vrai dire il avait encore quelques souvenirs. Ils étaient revenus depuis deux ou trois jours, mais Oro ne pouvait confirmer leur véracité : peut être s'était-il emmêlé, laissé influencer par les silhouettes spectrales qu'il distinguait dans la brume de son esprit, et les récits de ses camarades matelots à propos de Triss et de ce qu'ils avaient appris au cours de la traversée. Il savait qu'il n'avait plus de parents, et qu'ils étaient morts bien loin de Luménis. Il savait aussi que sa sœur devait être avec lui sur le navire mais qu'elle avait disparu, vraisemblablement, elle était également responsable de sa perte de mémoire, volontairement ou non. Il se rappelait de toutes ses études des arcanes, comme si cet apprentissage était si ancré dans son âme qu'il ne pouvait y toucher. Enfin, il se rappela des leçons d'Istollomon et de sa sévérité, sans arriver toutefois à distinguer s'il était son père ou non.


    Le soir de son débarquement, Oro fut logé par Kandar, le cuisinier. Un autre matelot, Armiro, se joint à eux. C'est lui qui avait parlé de l'auberge où Oro pouvait aller se renseigner, l'établissement du Bon Barde. Le lendemain, Kandar et Armiro devait retourner au port travailler très tôt, aussi Oro se dirigea seul vers les taudis, comme indiqué par ses camarades. Armiro lui avait confié une lettre, fort mal écrite mais plutôt touchante, ainsi qu'une bourse modeste au contenu dense. Les quartiers se métamorphosaient presque à vue d'œil tandis qu'il remontait artères et boulevards, jusqu'à ne plus emprunter que de crasseuses ruelles, quand il ne s'agissait pas de simples allées boueuses, délimitées par des toiles tendues, des planches vermoulues par l'humidité et agencées avec un triste sens du pragmatisme en vue de servir d'abris... Ce quartier plut tout de suite à Oro. Certes, on ne s'y sentait pas vraiment en sécurité, et il ne pouvait guère compter sur le confort (déjà tout relatif) dont il avait profité chez Kandar, la veille. Cependant, c'était le genre d'endroit où tout pouvait arriver, les rencontres seraient, à coup sûr, nombreuses et riches. Tandis qu'il se frayait un chemin dans les infâmes ruelles, la mine sombre et sa cape rabattue sur lui pour se protéger de la pluie, un sentiment intérieur de bien être prenait le pas sur son appréhension. Oro était pour ainsi dire jovial...


    Il arriva au Bon Barde en fin de matinée. L'établissement était situé dans une battisse à deux étages et à l'architecture pour le moins invraisemblable : le rez de chaussée qui semblait abriter la salle principale, paraissait démesurément moins vaste que le premier étage. À l'extrême, le Bon Barde semblait bâti tel une pyramide inversée. La salle du bas était faite de pierres larges et visiblement solides, bien qu'érodées par la pluie et salies par la poussière et la boue quasiment omniprésentes. Le premier étage en revanche avait du être rajouté bien plus tard, à l'aide de poutres et de planches en bois. Rien qu'à regarder la manière dont le toit débordait de la base du bâtiment, Oro s'imagina un farfelu système de cordes au niveau de la charpente pour retenir les murs de s'effondrer autour du rez-de-chaussée. À mesure qu'il s'approchait de la porte, une âcre odeur de graisse brûlée frappa vivement ses narines. Une épaisse fumée grise s'échappait d'une fenêtre de l'autre côté du bâtiment, qu'Oro localisa comme étant celle de la cuisine. Il entra dans l'auberge et du cligner des yeux plusieurs fois pour habituer ses yeux à la pièce. D'une part, une odeur puissante de sueur, de graillon, d'alcool et, indéniablement, d'urine et de vomi emplissait l'endroit. Par ailleurs, bien qu'Oro put le jurer avant d'entrer, il y a avait plusieurs fenêtre donnant sur la salle : celle-ci était pourtant plongée dans une pénombre un peu dérangeante. La raison, outre le mauvais temps, s'impose rapidement d'elle-même : si fenêtres il y avait, elles n'avaient pas du être nettoyées depuis leur fabrication. L'une d'elle était même couverte de l'intérieur par des planches de bois, ce qui ne se voyait pas de l'extérieur à cause de la couche de crasse.


    Le mobilier était simple, en relativement bon état si l'on évitait de regarder les bords des tables, véritable foyer à échardes tant le bois était abimé. Un comptoir faisait l'angle de la pièce. Derrière, plusieurs dizaines de bouteilles, quelques tonneaux et une collection de tasses ébréchées, à la hanse manquante, probablement percées pour certaines. Un torchon traînait négligemment sur le comptoir, visiblement humide. à côté d'un pichet encore dégoulinant d'eau. En face un escalier des plus rustiques montait à l'étage. La seule autre porte de la pièce semblait mener en cuisine, d'où provenait l'essentiel de l'odeur de graisse. Oro put entendre se quereller deux personnes, une voix de femme et une autre, plus grave et plus rauque. Le jeune mage put mettre un visage sur l'une d'elles assez rapidement lorsqu'un petit brin de femme sortit en trombe de la cuisine. Elle avait des courbes fines et des cheveux noirs descendant en boucles dans son dos. Elle portait un tablier qui jadis avait du être blanc, et des habits de ville comme Oro avait pu en voir tout le long du chemin sur les passants. Son visage fin semblait sévère, et quelque peu renfrogné. Elle fit voler la porte sur ses gonds, la claqua derrière elle puis revint au comptoir où elle finit d'essuyer le pichet et la petite flaque qui l'entourait. C'est alors qu'elle leva les yeux, l'air réprobateur, vers Oro qui se tenait dans le coin, près de la porte, toujours recouvert de sa cape. Seuls ses yeux devaient être discernable dans cette semie obscurité. La tenancière l'interpella vivement, mais au contraire de tout ce qui faisait d'elle une charmante jeune femme, sa voix était dure, presque éraillée et étonnamment profonde et basse pour quelqu'un de sa taille :
    - Eh là z'avez pas vu que vous gouttez ?
    - Je vous demande pardon ?
    - Ben vous pouvez ! S't'encore moi qu'vais devoir essuyer ça !
    - Je... Oh !
    Oro avait baissé les yeux quand il avait comprit ce que voulais dire la jeune femme et avait constaté qu'à l'instar du pichet, il était resté immobile, laissant l'eau dont il était couvert maculer le plancher. Il ouvrit la porte vivement, prononça quelques mots étranges, et la flaque d'eau se souleva d'elle-même en une petite sphère que le jeune homme dirigea à quelques pas du seuil de la porte, avant de la refermer. Il ôta ensuite sa cape qu'il enroula pour l'empêcher de goutter d'avantage sur le plancher. Il avait fait tout cela sans se préoccuper de son public, et fut tiré de sa concentration par une exclamation venant du comptoir :
    - Crénom ben si j'avais su ! Z'êtes là pourquoi sauf votre respect ? Les types comme vous, vous savez, 'y traînent pas vraiment par ici ! Ça alors c'est vraiment surprenant... Moman, viens donc voir un peu ça !


    La porte s'ouvrit quelques secondes plus tard sur une femme très en chair, les cheveux tenus par un fichu crasseux. Ses manches étaient maculées de traces de graisse, de jus de viande et de bière. Elle avait un visage poupon, rougi par l'effort, mais charmant, dont on reconnaissait quelques similarités avec celui de sa fille. Elle s'essuyait vigoureusement les mains dans ce qui ressemblait à une vieille serpillière, mais qu'elle rabattit sur ses genoux, s'avérant être un tablier. Elle jeta un coup d'œil fugace à Oro avant de se tourner vers la jeune femme la mine furieuse :
    - Tika, c'est pas possible d'être têtue à ce point, si je passe mes journées à écouter tes excuses on finira par mettre la clé sous la porte. Nettoie-moi tout ça avant ce soir !
    - Mais moman r'ga'de un peu qui voilà !
    Oro choisit ce moment pour approcher, tendant une main en avant, le visage souriant.
    - Bonjour mesdames, je me prénomme Oroborokina No'Hetsar, je viens d'arriver en ville, par la mer. J'ai rencontré un certain Armiro au cours de...
    - Ah ! L'Armiro ! Ben voyons ! Dites-lui que s'il a un message à nous porter il a qu'à venir tout seul ! Beugla la mère de Tika.
    - C'est que, à vrai dire je...
    - Moman arrête don' ça et r'ga'de plutôt ce qu'il sait faire le jeune homme !
    - Mais on s'en fiche, ma brave fille, de ce qu'il sait faire ! S'il vient de la part d'Armiro c'est sûrement un bon à rien !
    Constatant que les choses ne mèneraient à rien ainsi, Oro tira de son sac la lettre et la bourse qu'il tendit à la femme. Celle-ci se tut immédiatement, et s'absorba dans sa lecture. Tika elle, soupesait, l'œil avide, la bourse de cuir gris. Celle-ci se déchira un peu et quelques pièces d'or vinrent tinter au fond du pichet sec. Le bruit tira la femme de la lecture qui leva un œil sévère sur Oro.
    - Vous êtes mage ?
    - Oui m'dame.
    - Mais vous voulez travaillez ici ?
    - C'est cela.
    - Vous n'seriez pas idiot par hasard ?
    - Madame, j'ai passé ma vie à étudier, je pense avoir laissé la bêtise derrière moi. Si vous aviez un logement à me proposer, je serai ravi de travailler pour vous, pour le salaire que vous jugerez juste, si bas soit-il. Tout ce dont j'ai besoin, c'est d'une pièce isolée par des murs et une porte, et de temps libre pour étudier.
    - Vous ne m'avez pas l'air très futé, tout de même... Cela dit, on a bien besoin de quelqu'un ici qui bosse pour pas grand chose ! Et on a le grenier, si tu t'y sens à l'aise, tu peux y rester. Repasse un peu avant le début de soirée, on causera des affaires. En attendant, va voir ta pièce, moi je retourne aux fourneaux. Je m'appelle Gaellerria, mais pour toi comme pour les autres, ça sera "patronne", compris ? Allez, ouste.


    Là dessus, Gaellerria fit claquer sa langue et se retira dans la cuisine, d'où retentir quelques bruits de céramiques, de pots en métal et de buches que l'on glisse dans un brasier. Tika, la mine réjouie, s'approcha de lui et le prit par le bras pour le diriger vers l'escalier. Quand elle s'approcha, un rayon de lumière profitant d'une accalmie nuageuse et d'un trou dans une vitre, vint éclairer le visage de la jeune femme, révélant de vilaines balafres sur son cou et sa joue droite. Elle dut sentir son regard car elle détourna furtivement la tête et accéléra le pas dans l'escalier. Une fois à l'étage elle grimpa dans une petite alcôve et y prit appuis pour attraper une ficelle qui pendait du plafond. Elle sauta par terre en s'y accrochant, et, dans un raffut qui fit sursauter Oro, une trappe s'ouvrit brusquement, libérant une échelle vétuste, suivie de près par un épais nuage de poussière.
    - Y'a ben de la place pour deux-trois clients là haut.... Mais comme ceux qui restent sont d'jà ben trop beurrés pour trouver leur chambre tous seuls, on peut pas vraiment les y loger là haut... Pour vous, ça d'vrait y être tout bien.


    Elle gratifia Oro d'une tape amicale sur l'épaule, et redescendit au comptoir de sa démarche guillerette. Oro resta quelques secondes dans le couloir, littéralement ébahis par l'enchaînement des événements. Tika était un bout de femme des plus étonnants, et il mourrait d'envie de la connaître d'avantage. Les étranges marques sur son visage le rendaient également très curieux... Il agita un bras pour disperser un peu la poussière qui vint tombait du plafond et venait s'accumuler à celle déjà agglutinée en une épaisse pellicule sur le plancher. Il agrippa ensuite l'échelle et se hissa dans le grenier, éternuant plus d'une fois. Étonnamment, il faisait plus clair dans le grenier que dans la salle principale : la seule fenêtre était parfaitement orientée, placée sur la pente du toit. La pluie l'avait littéralement récurée, et la poussière n'avait pu se déposer de l'autre côté en raison de l'inclinaison. Le reste de la pièce, en revanche, était des plus insalubres : il n'y avait pas d'odeur étouffante comme en bas, mais la poussière y était plus dense, et avait du s'accumuler pendant plusieurs mois. Il n'y avait que quelques meubles : une étagères bancales, un bureau dont les tiroirs avaient quitté leur emplacement et gisaient dans un coin de la pièce, visiblement habités par des rongeurs, et enfin un lit. Celui-ci était rongé par les mites, colonisé par des rats, souillé par tout ce qui vivait dans la pièce. Un instant Oro avait songé défaire la boucle de son sac pour laisser enfin Ilerë gambader un peu. Il renonça bien vite, le pauvre animal risquait d'être dévoré en un dixième de seconde par la horde de rat qui devait occuper les lieux. Oro fut prit d'un léger pincement au cœur : sa luxueuse et spacieuse chambre dans la demeure familiale était bien loin maintenant. Il ne lui fallut que cette pensée pour sentir un regain d'énergie monter en lui. Cet endroit serait sa demeure dorénavant, il ne pouvait donc pas ressasser un passé révolu quand il restait tant de choses à faire dès à présent. Il entreprit d'aérer la pièce, la pluie s'étant arrêtée de marteler la ville. Il descendit ensuite et demanda une serpillière et un balais. Quelques heures plus tard, sa chambre semblait déjà plus agréable, et il avait assommé une bonne dizaine de rats. Il souhaitait continuer mais l'heure tournait et il descendit pour s'entretenir comme prévu avec Gaellerria. Celle-ci s'agitait dans la salle, de table en table, s'occupant des commandes de quelques clients déjà sur place. Tika était toujours au comptoir, cette fois affairée à servir et distribuer les chopes remplies, et rapatrier les vides. Elle sourit de toutes ses dents à Oro quand il descendit et lui adressa un petit geste de la main avant de se repencher, la mine grave, vers l'homme, déjà bien imbibé, qui quémandait pour une bise en plus d'une boisson. En le voyant arriver, Gaellerria claqua des doigts et lui fit signe d'aller se tenir prêt vers le comptoir. Elle le rejoint ensuite après avoir pris la commande d'un groupe de cinq hommes battis aussi larges que haut.
    -Tu tombes bien toi. Pas trop fatigué par ton remue-ménage là haut ? J'espère que non parce qu'on en a pour la nuit encore. As-tu bonne mémoire, sais-tu te servir de tes dix doigts ?
    - Oui Patronne, c'est pour ainsi dire ma spécialité.
    - Parfait ! Je travaille en cuisine, Tika s'occupe de préparer à boire et d'égayer la pièce. Tu feras les allers-retours entre le comptoir et les tables, entre la cuisine et les tables ! On va gagner un temps fou ! Et...
    Elle sembla évaluer la carrure d'Oro, l'œil critique, la mine songeuse. Les habits actuels d'Oro lui avaient été prêtés par Kandar, le cuisinier : ils étaient donc bien trop grands, trop amples et lui donnaient une silhouette maigrichonne. Gaellerria le tâta un peu, des épaules aux poignets, et son sourire s'éclaira, à mesure qu'elle devinait les muscles fins et puissants sous les guenilles.
    -Ça a l'air pas mal tout ça, on te trouvera des fringues un peu plus... Disons, dissuasives. Tu sais te battre ?
    - Pas vraiment... J'ai quelques notions, j'ai beaucoup lu...
    - Mouais... Disons que ça viendra. Tu t'occuperas donc d'empêcher les clients de se cogner entre eux, et surtout, tu les empêches de cogner sur ma fille, compris ? Tiens, prends ça, mais cache-la.
    Se retournant pour empêcher un client indiscret d'être témoin de ce présent, la Patronne lui glissa une dague dans la main. Elle était très simple, le fourreau était même des plus rustiques, mais elle semblait solide et de bonne facture : assurément le travail d'un artisan pragmatique mais fiable et talentueux. Un simple toucher du doigt assura Oro du tranchant de la lame. Il constata également la présence d'une griffe, sans doute la signature du forgeron. Il allait pour camoufler le fourreau dans sa botte, mais Tika claqua de la langue en hochant la tête en signe de non, un sourire espiègle aux lèvres.
    -T'es p't'être ben un mage, et un fortiche même, mais si t'es pas plus malin, t'vas vouloir t'arracher la patte avant que le gros des clients 'y z'arrivent.
    - Je... Excuse-moi ?
    - T'en a d'bonnes avec tes pardons de ci, et tes excuses de mi... J'dis qu'tu vas marcher pour un moment et qu'tu veux pas d'un machin dans ta godasse qui t'blesse la patte !
    - Oh... Oui, très juste, merci du conseil, il faudra que je songe à une système d'attache plus adéquat. En attendant...
    Il glissa donc la dague à sa ceinture dans son dos, et rabattit sa tunique par dessus. Fin près, il attendit le signal de la Patronne pour se mettre au travail. Celle-ci était déjà repartie en cuisine et hurla son nom avant qu'il ait pu bouger, l'appelant pour qu'il serve une commande.


    La soirée se passa très bien, le travail fut épuisant mais Oro se repaissait de tout ce contact social qui lui avait fait défaut dans son enfance. Il était avenant, drôle, et serviable. En somme, il complétait à merveille le sourire charmeur de Tika, qui s'amusait d'autant plus qu'elle n'était se sentait tranquille : elle n'était plus seule avec une bande d'ivrogne. Avant d'aller se coucher, Tika, Oro et la Patronne se réunirent autour d'un dernier verre au comptoir. Oro se chargea de préparer les verres et lorsqu'il passa derrière Tika, il put apercevoir le manche d'une dague en tout point similaire à la sienne.
    - Tu ne la caches pas ?
    - Quelle idée ? J'me r'tourne jamais, ça serait inutile d'la cacher... En plus, les hommes, 'y trouvent ça ben aguichant une femme avec une arme, tu comprends ? Mais en même temps 'y veulent pas s'y frotter t'vois ! C'est tout bon pour moi.
    - Je vois... Ce sont des clients qui t'ont fait ça ?»
    Oro désignait les entailles cicatrisées de Tika.
    «Crénom oui, j'étais encore p'tite et j'f'sais pas attention... Ici c'est-y pas un endroit pour une dame t'comprends ?
    - Disons qu'à l'époque, poursuivit Gaellerria, on avait pas le choix que de rester ici, et ces bon nobliaux avaient pas encore pris la peine de faire la justice ici aussi. Avec le coup d'état, ça a été pire...
    Le jeune mage avait entendu parler de ce coup d'état. Pendant cette triste période, plusieurs familles étaient arrivés par la mer dans la communauté dont était en charge Istollonom. On avait pris soin d'elles et les avait aidées du mieux possible, mais le traumatisme avait été terrible. D'une certaine façon, Oro comme n'importe quel habitant avait pu avoir une idée de la situation sur place, rien qu'en observant la détresse tournoyer dans le regard de ses familles réfugiées.
    - Oui, répondit-il, j'imagine que ça a du être terrible pour vous tous... Quoiqu'il en soit, vous pouvez compter sur moi maintenant !
    Il avait prononcé ces mots dans un élan d'affection pour la Patronne et sa fille, charmé par cette nouvelle vie qui commençait, quelque peu influencé, aussi, par l'alcool qui dénouait sa langue et ses pensées.
    - C'est gentil à toi mon garçon... Tiens, voilà ta paye.
    Elle lui glissa une pièce d'argent et quelques unes en cuivre au creux de la main. Elle tira ensuite une bourse de sa poche et en sortit quatre pièces d'or qu'elle tendit à Oro.
    - Et ça, c'est de la part de Kandar et de l'Armiro, pour ta bienvenue à Luménis. Tu dois vraiment être un bon gars, tu vas leur manquer d'après la lettre qu'ils ont écrit. Tu devrais aller leur dire au revoir demain midi, ils repartent en mer. T'auras qu'à emmener la p'tite.
    La Patronne et Oro se tournèrent vers Tika, assise sur une table qui jouait avec le petit félin gris, babillant comme une enfant. Pour finir la soirée, Oro se tint sur le comptoir et agita bizarrement les mains. Quelques secondes plus tard, un véritable manège d'oiseaux en papier virevoltait dans la pièce autour d'eux, changeant de couleur subitement, émettant de petites mélodies... Gaellerria et Tika étaient aux anges, et Oro se réjouissait de leurs sourires. Bientôt, les chandelles n'émirent plus qu'une ténue flammèche rougeoyante, avant de s'éteindre une à une. Ce fut le signe d'aller dormir, et chacun se retira dans sa chambre.


    Le lendemain, Oro se leva à l'aube, et inaugura son nouveau rythme de travail qui allait consister à étudier de l'aube à l'après-midi avant de passer ses soirées à travailler dans la taverne. Les clients n'étaient jamais trop nombreux, cinq ou six tablées maximum, ce qui représentait environ vingt-cinq à trente personnes présentes en même temps, plus une dizaine au comptoir. En revanche, l'alcool de mauvaise qualité montait vite à la tête et même les plus grosses brutes s'enivraient rapidement. Pour Oro, cela signifiait qu'il ne s'userait pas trop à servir les clients, mais ses nerfs en prendraient un coup : à n'importe quel moment, un type un peu trop imbibé risquait d'avoir un mot plus au que l'autre, et la situation pouvait dégénérer. Néanmoins, il abordait les choses avec sérénité : il serait toujours bon de s'inquiéter le moment venu. Et puis il avait la dague de la Patronne, cela le rassurait.


    Après avoir potassé son grimoire et étudié un parchemin rédigé par Istollonom, intitulé "Chaos et Transmutation", Oro descendit pour déjeuner. Tika partagea son repas et ils discutèrent jovialement autour d'une miche de pain et d'un peu de saucisson. Tika n'avait que dix-sept ans, et en paraissait au moins cinq de plus. Outre ses courbes généreuses, elle faisait preuve d'une incroyable maturité, et si son langage laissait à désirer, le fond de sa pensée était toujours pertinent et plein de bon sens.



    Une fois le repas terminé, le soleil de midi commençait lentement son chemin vers le déclin. Oro salua la patronne et se laissa guider par Tika vers les quais où ils salueraient Kandar et Armiro. Oro se demandait toujours quel lien entretenaient le cuisinier, le matelot et la Patronne, mais la présence de sa fille Tika lui donnait déjà un indice. Ils marchèrent d'un pas tranquille, prenant leur temps, Tika ne manquant pas de lui détailler chaque rue qu'elle connaissait, lui expliquant l'histoire de certains bâtiments et lui contant quelques anecdotes qu'elle y avait vécu. Néanmoins, à mesure qu'ils approchaient des beaux quartiers, Tika reprenait sa mine renfrognée, pressait le pas et rivait son regard au bout de ses bottes. Elle se mettait à raser les murs lorsque des passants croisaient le duo. Oro ne tarda pas à comprendre la raison de sa timidité : elle ne pouvait s'empêcher de dévorer du regard les belles robes de certaines bourgeoises, les bijoux de quelque noble dame... Et puis son regard se posait sur ses propres vêtements à elle et Oro pouvait presque palper le sentiments de frustration qu'elle ressentait. Le jeune mage fut saisi d'un élan de tendresse et de peine pour Tika, se jurant de ne pas demeurer au Bon Barde sans chasser une fois au moins la peine qu'il lisait sur le visage de la jeune femme. Lui même était habillé de guenilles, trop grandes pour lui, déchirées au niveau des chevilles, les épaules tombant sur le haut de ses bras. Mais il était au dessus de ça, peut être parce qu'au fond de lui, il savait ce qu'était être riche et bien habillé, et que cela ne comptait pas tant que ça, que ces gens n'avaient souvent pas un cœur plus aimant ni une tête mieux faite que les autres...


    Ils arrivèrent sur les quais en début d'après midi et Tika avait retrouvé sa joie de vivre à mesure qu'ils s'étaient extirpés des beaux quartiers. Ils trouvèrent sans peine le navire en question, et s'en approchèrent. En quelques minutes, ils finirent par trouver l'Armiro, nonchalamment assis sur un énorme tas de cordages enchevêtrés, dégustant une pomme qu'il découpait à l'aide d'un joli petit couteau. Voyant les deux jeunes arriver, il leur lança quelques salutations joviales, et appela Kandar qui ne fut pas long à arriver. Les deux marins s'entendaient fort bien et étaient les premiers à rire et faire rire : Oro et Tika étaient eux-même très bon public. Au bout d'un moment, Oro s'excusa et s'éclipsa vers le navire où il souhaitait remercier et saluer une dernière fois le capitaine et le guérisseur, et en profiter pour se renseigner sur Triss. Il n'obtint pas d'information éclairante, mais il fut satisfait d'avoir pu dire au revoir à ces deux hommes particulièrement bons. D'après le capitaine, ils partaient en mer loin au nord en quête d'un port où établir un comptoir intéressant, et ne reviendraient pas avant au moins l'an prochain. En revenant vers Tika, Oro la trouva enfouie dans les bras de Kandar et Armiro, les larmes aux yeux et les joues rougies. Respectant ce moment, Oro resta en arrière, salua quelques marins avec qui il avait travaillé sur le trajet pour arriver à Luménis. Ce fut Tika qui vint le trouver, calme et de nouveau le sourire aux lèvres. Tandis qu'ils marchaient sur le chemin du retour, évitant soigneusement les beaux quartiers et empruntant les grandes avenues qu'avaient suivi Oro à son arrivée, Tika s'ouvrit davantage au magicien.
    - J'suis ben désolée qu'tu m'aies vue m'larmentoyer tout à l'heure.
    - Oh, ne t'en fais pas... Cela dit je ne te cacherai pas que je suis assez curieux ! Armiro est-il ton père ?
    - Oui et non. C't'une histoire qui r'monte à loin t'vois alors on y pense plus trop, on laisse les choses v'nir c'mment qu'elles viennent. À l'époque, nous autres on a pas pu ben savoir l'quel des deux étaient mon père, t'comprends... Dans l'doute, plutôt que d'nous rend' trist'ma mère et moi, ben ils sont restés tous les deux à prend' soin d'nous.


    L'histoire était touchante, d'autant plus qu'elle rappelait à Oro son propre passé, et la manière dont s'était éteinte l'animosité entre Istollonom et Hanton. Tika avait deux pères sages et bienveillants, tandis qu'Oro en avait deux, morts pour n'avoir su s'entendre. Il admirait cette ironie et s'en inspirait. Tous deux restèrent songeur un moment, marchant paisiblement sous un soleil ni trop chaud ni trop pesant, gratifiant Luménis d'une douce tiédeur et teintant tout de lumière dorée. Sur le chemin, en passant devant une forge, Oro reconnut sur l'enseigne le même symbole qui signait la lame de sa dague. Intrigué, il demanda à Tika si les dagues en provenaient bien. Elle acquiesça d'un signe de tête, avant de se lancer dans une longue explication sur l'histoire de la Forge Flamboyante. Oro écouta, amusé, puis décida d'aller rendre visite au forgeron et de lui faire part de son admiration.



    Le maître des lieux était un demi-elfe des plus imposants, un véritable colosse aux oreilles pointues. Il se présenta sous le nom de Dorian, forgeron de Luménis. Il laissa Oro errer dans la forge et admirer les armes et armures déjà fabriquées. Oroborokina n'en avait la certitude, mais il pouvait pratiquement percevoir une émanation magique de tous ces objets métalliques. Peut être était-ce seulement son esprit. Ou peut être que l'incroyable finition de ces objets conférait à la pièce un harmonieux écho arcanique... Finalement, Oro ne tira pas la dague pour la montrer à Dorian : s'il avait forgé tout ceci, le féliciter pour un objet si modeste qu'une dague en acier serait des plus malvenus. Toutefois, il admira ouvertement le travail du demi elfe, lui promettant de venir passer commande un de ces jours.


    Oroborokina est aujourd'hui un grand ami de Tika. Huit mois ont passé depuis son arrivée à Luménis. L'auberge du Bon Barde, sans être un établissement formidable, détonne un peu au milieu des Taudis : la magie et l'ardeur au travail d'Oro ont permis de redonner un certain éclat à la vieille battisse, dont la salle principale ne sent plus que le graillon et l'alcool, comme toute taverne qui se respecte. Tika n'a plus reçut de coups de la part de clients éméchés, mais ces derniers ont souvent regretté leur manque de respect à l'égard de la jeune femme ou de la Patronne : le jeune mage veille au grain... Sa chambre est toujours assez miteuse mais beaucoup plus accueillante. Enfin, de toutes ses nouvelles rencontres, la plus stable (outre sa relation avec Tika et Gaellerria) reste son amitié avec Dorian le forgeron : chaque semaine, Oro passe le voir (quand ce n'est pas le demi-elfe qui vient prendre un verre au Bon Barde), et s'entretient avec lui au sujet de la forge, du travail du métal et de l'artisanat en général, de la création, de l'innovation. De longues discussions dont Oro s'inspire pour son étude de la magie.


    Récemment, fort de ses quelques pièces d'or économisées, Oro a offert à Tika une robe tissée de soie verte, assez simple mais des plus élégantes, afin qu'elle cesse de se sentir exclue en traversant la cité. Il s'est également offert de nouveaux habits, plus ajustés et confortable pour le travail à la taverne. Enfin, il possède dorénavant une robe de mage suffisamment ample pour garder la chaleur en hiver, et la fraîcheur en été, en plus de lui donner un air pour le moins solennel et vénérable. Il n'est pas rare de voir Oro dans son habit de magicien, aux côtés de Tika dans sa robe verte, errer paisiblement dans le Parc Verdoyant.




    Caractéristiques :


    Force : 14
    Dextérité : 16
    Constitution : 13
    Intelligence : 18
    Sagesse : 10
    Charisme : 12


    Compétences :


    - Art de la magie : 4
    - Artisanat (inventeur) : 4
    - Concentration : 4
    - Connaissances (mystères) : 4
    - Connaissances (plans) : 4
    - Décryptage : 4
    - Déplacement silencieux (familier) : 3

    - Profession : 4


    Dons :


    - École renforcée (Divination) (Humain niv.1)

    - Science du combat à mains nues (Don niv.1)

    - Vigilance (Présence du familier)


    Combat :

    Attaque :

    • Dague : +2, dégâts 1d4, critique 19-20, *2
    • Dague lancée : +3, dégâts 1d4, critique 19-20, *2, facteur de portée 3m
    • Mains nues : +2, dégâts 1d3, critique 20, *2

    Jets de sauvegarde :

    • Réflexes : 0+3 (3)
    • Vigueur : 0+1 (1)
    • Volonté : 2+0 (2)

    Classe d'armure :

    • CA : 13 (10 base + 3 Dextérité)
    • Dépourvu : 10 (10 base)
    • Contact : 13 (10 base + 3 Dextérité)

    Sorts :


    Transmutateur (écoles interdites : Évocation, Nécromancie)
    Sorts par jour : 4/3 (dont 1/niveau appartenant à l'école de transmutation)
    Sorts préparés : Détection de la magie, Son imaginaire, Manipulation à distance, Manipulation à distance (Niveau 0) ; Identification, Charme-personne, Image silencieuse (Niveau 1) ;

    Niveau 0 :


    - Résistance (Abjuration)
    - Détection de la magie (Divination)
    - Détection du poison (Divination)
    - Lecture de la magie (Divination)
    - Hébétement (Enchantement)
    - Son imaginaire (Illusion)
    - Aspersion acide (Invocation)
    - Destruction de morts-vivants (Nécromancie)
    - Fatigue (Nécromancie)
    - Manipulation à distance (Transmutation)
    - Message (Transmutation)
    - Ouverture/Fermeture (Transmutation)
    - Réparation (Transmutation)
    - Prestidigitation (Universel)
    - Signature magique (Universel)


    Niveau 1 :

    - Identification (Divination)
    - Charme personne (Enchantement)
    - Agrandissement (Transmutation)
    - Corde animée (Transmutation)
    - Armure de mage (Invocation)
    - Graisse (Invocation)
    - Image silencieuse (Illusion)


    Équipement :


    - Occupe le grenier de l'auberge du Bon Barde
    - Un familier félin
    - Un grimoire (vingt pages remplies sur cent)
    - Matériel d'écriture (encre, plumes, fusain)
    - Une dague forgée par Dorian et offerte par la Patronne du Bon Barde
    - Une robe noire de mage
    - Un sac à bandoulière
    - Un petit coffret en bois ocre, sans sculpture ni ornements
    - Une bourse contenant actuellement une pièce d'or, dix pièces d'argent et quatre de cuivre
    Dernière modification par Joon ; 01/11/2010 à 09h45.
    "Evey night and every morn some to misery are born.
    Every morn and every night, some are born to sweet delight.
    Some are born to sweet delight, some are born to endless night.
    "
    William Blake, Auguries of innocence.

Discussions similaires

  1. [Luménien] Le Fou
    Par Le Fou dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/11/2004, 16h08
  2. [Luménien] Kerdän
    Par Garance Trégastelle dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 17/10/2004, 21h46
  3. [Luménien] Corwin
    Par Eliaëdel dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/05/2004, 18h56
  4. [Luménien] sharku
    Par Sharku dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 22/04/2004, 11h11

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251