"Voulez-vous que je vous dise pouquoi vous n'avez pas peur de la mort ?
Chacun d'entre vous pense qu'elle tombera sur le voisin."


Eléa


« Ah, Eléa ? Cette espèce de chienne qui se prend pour une grande dame ? Une vraie ordure, celle-là. Moi j’dis : à moitié elfe, à moitié humaine, mais complètement cinglée ! »


L’homme éclata d’un rire gras.


« Elle est là depuis aussi longtemps que moi, j’dirai. Lorsqu’elle est arrivée, c’était une sacrée sauvageonne. Un vrai démon. Oh, j’dis rien, pour savoir se débrouiller, elle savait se débrouiller. N’empêche, j’aurai pas misé une pièce de cuivre sur sa survie. Semblerait que la catin était plus maline que ça. A pas eu trop le choix après. C’était rien qu’une femme.


Ah, ouais, d’où elle vient ? Oh, ben ça, c’est le genre de questions qu’on s’pose pas. Les gens, ils passent, ils viennent, pas très important, vous voyez ? La chienne, j’sais pas. A l’air pas trop bête, connaît pas trop le reste du monde, j’dirais, devait être de la bourgeoisie avant. Connaît pas son nom. Lorsqu’on descend dans l’Antre, on en ressort rarement. Ou seulement les deux pieds devant. »


Il glissa ses courts doigts moites autour de l’anse de sa chope.


« Une sacrée sauvage, celle-là. Pas du genre domptable. Elle a tapé dans l’œil du patron y a quelques mois. Savait danser, jouer de la musique, ce genre de choses. Puis bon, avec la rumeur, fin, on dit pas mal de choses, vous voyez, sur les rousses ? ça plaît aussi, ce genre de chose. Pas besoin d’être Sunie » - en bon citoyen de Melandis, l’indigent cracha par terre. Son rire s’approchait plus du caquètement – signe indéniable que des pensées salaces étaient nées dans sa cervelle – « Pour avoir le caractère tout feu tout flammes. La gamine a dû s’faire lâcher par sa famille pour ça. Ont pas dû apprécier de se retrouver avec un enfant pareil. Une plaie, quoi. Ah, bref, j’en étais où ? Ouais, le patron. C’est un bon gars, vous voyez. Plutôt riche, en fait, et pas trop de dents cassés. A forcément des liens avec un gang ou un clergé influent, vu le nombre de fois qu’on a essayé de le réduire en bouillie. Les rumeurs disent qu’il est fidèle de Mask, d’autre que c’est un noble déguisé qui surveille les éventuels révoltés. C’est un type assez secret. Enfin, c’était.


C’est un sale coup de l’ordure ça. J’aimai bien l’ancien patron. Un type bien, j’vous ai dit. Riche ! Ben, la chienne l’a trahi. Une sale affaire ça. Vous savez ce qu’on dit des bardes ? Qu’ils peuvent enchanter l’esprit et le corps ? »


Le visage simiesque s’avança, ses sourcils se fronçant au-dessus de ses yeux chafouins. Ils brillaient d’envie.


« Faites jamais confiance à un barde. Encore moins à la catin. »


Il se renfonça de nouveau dans son siège.


« Le patron, il était devenu *amoureux* de sa fille. Sais pas pourquoi. L’engeance était peut-être…attirante, mais ce j’en dis, c’est qu’y avait anguille sous roche. J’suis sûr, quelques sorts…et une nuit, vlam ! Elle lui plante un couteau dans le cœur. Vrai de vrai, par Cyric. Depuis, elle s’est soudainement enrichie. S’est offert une nouvelle place. Bosse toujours dans l’Antre, hein, on en sort pas comme ça, mais elle a…ma foi, j’sais pas trop ce qu’elle trafique, mais pour sûr, ça vaut rien de bon pour nos affaires. Assez rancunière, une bonne mémoire, celle-là. En tout cas, elle travaille plus dans le physique, ça c’est sûr.


Maintenant ? Oh ça, j’sais pas. Doit encore se salir les mains sur d’autres cadavres, pour ce que j’en dis. Les femmes, c’est des démons. On leur laisse un peu de pouvoir, elles prennent tout. La catin, elle sait bien se débrouiller. Moi j’dis, elle a trahi son maître une fois, elle va pas hésiter à le refaire. Là, c’est l’autre chef qui s’en mordra les doigts. Devrait la jeter dans la fosse. On en serait débarrassée. J’lai jamais aimé, cette fille-là. Toujours à faire des remarques, l’air méprisante. S’énervait facilement. Vaut pas plus que le premier mendiant, voilà ce que j’en dis. Comprends pas comment elle en est venue là.



Quoi ? Y pas beaucoup de gens qui l’aiment ? Bah c’est sûr que lorsque vous vous *confiez* sur l’oreiller et que vous vous retrouvez pendu par les c….hmm, étripé dans une ruelle, ben, on s’pose des questions ensuite. Fin, j’parle, pas pour les morts, hein, les raclures ont eu ce qu’ils méritaient, z’avaient qu’à réfléchir avant de tout raconter, mais ceux qui savent un peu, pour le pouvoir des bardes… Ceux qui savent, c’est le patron et moi. Pourtant on lui avait appris à respecter les hommes, mais elle a fini par nous montrer son vrai visage.


N’empêche qu’elle a de l’allure la rousse. Eléa, hein ? A p’t des ennemis, mais a des amis aussi. Pour ça qu’on y touche pas trop et qu’on dit pas grand-chose. C’est un coup à se retrouver avec les assassins du patron sur le dos. Plutôt leur lame dans le dos d’ailleurs. Quand on entend les rumeurs sur le patron, j’peux vous dire qu’elle a trouvé le bon filon, la traîtresse. On se tient coi. Veut pas d’ça, moi. D’façon elle finira par s’tuer toute seule. J’vous ai dit, elle est complètement finie, la donzelle. L’esprit aussi pourrie que son âme, et c’est moi qui vous l’dis.»

***

Nom : Eléa. Elle se l’est auto-attribuée dans l’Antre et réfute son ancienne identité.


Race : Demi-elfe.


Classe : Barde/ C’est principalement une danseuse et une manipulatrice, mais des années de vie dans les bas-fonds de Melandis lui ont appris deux ou trois trucs sur l’éviscération, partant du principe que plus c’est sanglant, mieux c’est.


Age : L’équivalent d’une vingtaine d’années humaines, ce qui en fait encore quelqu’un d’assez jeune.


Alignement – De départ : Chaotique neutre.


Eléa est une jeune femme amère et cynique, dont la seule ambition est d’acquérir sa liberté. Pour cela, elle est prête à tout, surtout s’il s’agit d’éliminer ou de trahir des êtres comme ceux qui vivent dans l’Antre. Elle se sent irrésistiblement attirée par le mal en tant que tel, mais refuse de s’y soustraire, croyant encore que, si elle obtenait le droit basique de vivre selon ses envies et non selon celles d’un autre, elle ne serait plus tentée de résoudre ses problèmes dans la souffrance. Elle n’est pas foncièrement égocentrique, mais possède un très fort instinct de survie qui l’emporte toujours sur sa raison. Elle n’agit pas selon la morale ou des codes personnels, mais selon son intuition et ses envies ; généralement, se saouler la journée et gagner son pain la nuit. Son but principal est de s’évader de l’Antre, elle recherche activement toute opportunité de gagner de l’argent pour fuir ou de monter dans l’échelle sociale.


Physique


La demi-elfe est une grande femme, qui si elle est diminuée par la faim et des années de vie difficiles, n’en reste pas moins séduisante et gracile. Bien que ses traits soient fins, son visage reste assez dur. Ses yeux sont sombres, cernés, et agressifs. Une sauvage chevelure acajou tombe en boucles jusqu’à ses reins – c’est jusqu’à là sa caractéristique la plus frappante. Elle est plutôt impressionnante de prime et a l’allure de quelqu’un qui est habitué à commander, chose plutôt ironique. Elle vous regarde toujours en face et il y a quelque chose d’assez mauvais et insolent dans sa façon de vous observer. Eléa est habillée pauvrement et ne possède pas de biens de valeur.

Force : 9 Mince comme elle est, elle n’a pas vraiment eu le temps de se construire des muscles. Ça lui suffit pour manier quelques armes, c’est tout ce qu’elle demande.


Dextérité : 16Sa spécialité est la danse et la contorsion. Elle est silencieuse et sait se sortir de la plupart des situations difficiles.


Constitution : 10Vous connaissez le principe des miséreux ? Eléa est plutôt mal-nourrie et malgré sa forte volonté, ne résisterait probablement pas à des blessures trop graves.


Intelligence : 12 Elle est plutôt maline et a de bonnes réflexions, mais ne possède aucune éducation antérieure. Elle connaît les bases, n’a aucune culture, n’a pas mis les pieds hors de Mélandis et a tout appris dans des ruelles misérables.


Sagesse : 15C’est quelqu’un d’assez vif d’esprit, ce malgré les rumeurs qui la prétendent folle. Elle a une forte volonté et se fie toujours à ses intuitions. On ne vit pas très longtemps dans les bas-fonds si on fonce dans tout ce qui bouge sans réfléchir. Fine psychologue.


Charisme : 17 Eléa est plutôt attirante, mais son principal atout est son charisme et sa force de persuasion ; couplé avec son intuitivité, elle a fait une spécialité de la manipulation. On l’imagine souvent beaucoup plus dangereuse qu’elle ne l’est vraiment. Tant mieux.


Traits de caractère principaux : jalouse, cynique, rancunière, violente et impulsive. Débrouillarde, indépendante, tenace et a une vilaine tendance à la curiosité. Plutôt insolente et sardonique.


Divinité : Probablement toutes celles qui voudront bien lui filer un coup de main. Ou probablement pas.


Inventaire : Epée longue, armure de cuir.