Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: [Luménien] Joon

  1. #1
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Paris
    Messages 
    183

    [Luménien] Joon

    Général :


    Nom : aucun
    Prénom : Joon
    Âge : Cinquante ans
    Race : Elfe de Lune
    Classe : Druide
    Niveau : 1
    Alignement : Neutre bon
    Couleur RP : FF871E


    Apparence :


    Peau : Très pâle
    Corpulence : Environ 1m70, 50kg, vif mais frêle, l'air fragile mais déterminé.
    Cheveux : Noirs, dreadés, certaines mèches mêlées de pierres colorées, de feuilles selon la saison.
    Yeux : Verts
    Habits : Longue tunique jadis blanche, aujourd'hui ternie et déchirée au niveau des pieds, bottes fines, ainsi qu'une grande cape noire, épaisse, à large capuche et dotée de manche pour conserver une mobilité aisée.


    Équipement :


    Épieu (dégâts 1d6, portée 6m au lancer) : Un épieu classique, si ce n'est que la pointe est faite d'une pierre noire taillée.
    Dague (dégâts 1d3) : Une dague sculptée dans un os, sans garde, la poignée étant recouverte d'un cuir sombre.
    Besace : Sac en toile porté sous la cape, contenant entre autres des baies, des herbes et une outre d'eau.


    Caractéristiques (ajustements raciaux compris, total : 81) :


    Force : 9
    Constitution : 10
    Dextérité : 18
    Intelligence : 14
    Sagesse : 16
    Charisme : 14


    Compétences, dons et sortilèges :


    Compétences :

    Connaissance de la nature (3+2)
    Détection (1+2)
    Dressage (4)
    Perception auditive (2+2)
    Premiers secours (1)
    Survie (3+2)
    (points restants : 10)

    Dons :
    Vigilance (+2 perception auditive et détection)

    Capacités :
    Instinct naturel (+2 survie et connaissance de la nature)
    Empathie sauvage

    Sortilèges :
    Niveau 0 : Quatre/jour
    Niveau 1 : Deux/jour


    Biographie :


    L'odeur de la rosée, les chants d'oiseaux qui s'éveillent au matin. L'air frais, vivifiant, et la lumière dorée qui secoue doucement les esprits paisibles de la forêt. Et puis le bruit d'armures qui s'entrechoquent dans une course rapide. Des pas lourds, la nature qui s'incline sous les bottes en métal. Une fumée noirâtre, une brise qui charrie la mort. Enfin, les cris de victoire, et un coup sourd, suivi du son d'un corps qui s'affaisse.


    Joon était un jeune elfe, particulièrement frêle pour son âge. Il n'avait pas réellement connu son père, ni sa mère qui était morte peu après sa naissance. Ses origines lui étaient quasiment inconnues. Sa mère avait été grièvement blessée au cours d'un voyage, une embuscade semblait-il. Elle avait pu s'échapper, emportant discrètement un nourrisson enveloppé de draps blanc et noir. La fatigue, la douleur et la mort la talonnaient, mais elle marcha jusqu'à arriver à l'orée d'une clairière, au centre de laquelle siégeait une immense tente. Devant, un homme à l'aspect quelque peu disproportionné s'occupait à panser la blessure d'un loup. Lorsqu'il sentit la présence de l'elfe, il se leva vivement, cherchant à saisir un bâton prêt de lui. Il aperçut les traces sanglantes sur les habits de la femme, et s'empressa de la mener à l'intérieur de la tente. C'était un nain, trapu et peu regardant sur l'esthétique capillaire, mais doué de pouvoirs de guérison. Il prit soin du nourrisson, et passa une semaine au chevet de l'elfe. Malgré tous ses efforts, elle ne recouvrit jamais la santé, et mourut quelques mois plus tard. Le nain était bourru, casanier à l'extrême, mais doté d'un grand cœur envers tous les vivants. La mort de l'elfe l'avait profondément ému, car il avait s'était pris de compassion pour elle. Ne parlant pas l'elfique, il n'avait pu converser avec elle, et tous deux s'étaient contentés de regards, de gestes et de signes. Il n'avait pu comprendre que le nom de la mère, Nemesia, et celui de l'enfant, Joon, qu'il éleva comme son propre neveu.
    Joon grandit dans la forêt, apprit à en connaître et à en aimer chaque parcelle chaque habitant. Memst, le nain qui l'avait recueilli, lui enseigna le respect que mérite la vie, sous toutes ses formes, et Joon ne tarda pas à rallier la vocation druidique. Peu avant le terme de sa quarante-neuvième année, Memst lui proposa de passer un rite, une épreuve de méditation, qui ferait de lui un véritable druide. Quelques jours avant son départ, tous deux marchaient dans les bois à la recherche de plantes, quand ils croisèrent trois nains. Drapés dans leurs tenues de voyage, on distinguait pourtant aisément la garde de leurs épées, et la bosse d'imposantes haches dans leur dos. Memst renvoya son protégé à leur campement. Alors qu'il s'éloignait, Joon entendit des rires, désagréables, inquiétants. Il entendit alors Memst hausser la voix comme jamais, puis le silence se fit. Quelques minutes plus tard, Memst revint, les poches pleines des plantes désirées, le souffle court et les joues rouges. Le soir ils discutèrent longuement du passé du nain. Jadis fier artisan d'un royaume souterrain, reconnu et admiré pour ses œuvres, il avait déserté son clan, écœuré par les pratiques inconsidérées de son peuple, leur animosité face aux créatures qu'ils délogeaient lors de forages importants. Il avait fuit, laissant en plan la commande d'un artefact qui devait permettre à l'État major de remporter une grande bataille. Peu à peu retranché dans les terres, il s'éprit de la forêt, de la vie simple et pacifique qu'elle conseillait implicitement à ses habitants. Le regard pleins de larmes, il prit Joon dans ses bras. Celui-ci sentit l'inquiétude monter en son cœur, mais n'en dit rien et pria pour que les trois nains aient été suffisamment intimidés par son mentor.
    Le lendemain, Joon partit pour se recueillir près des ruines d'un temple. Il devrait y rester une lune complète, sans porter atteinte à son environnement.


    Le mois était passé, il tardait à Joon de revoir celui qu'il considérait comme son parrain et son meilleur ami. Le temps était splendide, il vivait dans une harmonie totale avec ce qui l'entourait. Mais quelque chose le tira brutalement de sa quiétude. Au loin, il discerna une troupe qui avançait à grande vitesse. Tous de petite taille, bardés d'armures à pointes, ils courraient en direction de la clairière de Memst. Le soleil levant faisait briller le terrible tranchant de leurs haches. La terreur saisi Joon à la gorge, il s'élança à leur poursuite, mais le jeun l'avait considérablement affaibli et bientôt il fut à bout de forces. il resta figé au sol, scrutant le moindre son, à moitié conscient.
    L'odeur de la rosée... Le vent frais... La fumée qui noircissait le vert pur des jeunes arbres... Les rires, mauvais...


    Joon se réveilla le lendemain, affamé, apeuré. il se traîna jusqu'à la tente. Ou plutôt, jusqu'à la clairière. Car désormais en lieu et place d'une herbe fraîche et verte, d'une tente dont la vision l'avait toujours soulagé après les longues promenades de surveillance, désormais gisait un tas de cendres. Les arbres proches étaient partiellement calcinés, quelques animaux qui venaient souvent errer autour du campement cherchait, sans comprendre, la présence rassurante du vieux nain. Joon tomba à genou, la rage prenant le pas sur la détresse. Il jura de retrouver son parrain, et de tout faire pour ramener son peuple à la raison... Ou bien ils en paieraient les conséquences.


    Il passa la semaine suivante à reprendre des forces. Il fit appel à des sortilèges qu'il avait acquis lors de sa méditation pour recouvrer une constitution qui lui permettrait un long voyage. Il s'essaya ensuite à un rituel qu'il avait souvent vu accompli par Memst et qui devait le lier à un animal. Il entonna une série de chants et de psaumes louant la nature, et au terme de trois jours de concentration, un louveteau répondit à ses appels. Entièrement gris, il avait un air un peu pataud qui charma aussitôt Joon. Celui-ci regroupa les quelques affaires qui, rangées à l'écart du campement, avaient échappé au ravage des flammes. Cela comprenait sa grande cape noire, héritée de sa mère, selon Memst, une besace dans laquelle il fourra plusieurs herbes qu'il jugea importantes et utiles, une dague en os, et enfin sa lance. Le nain la lui avait offerte pour ses quinze ans, lorsqu'il avait du apprendre à chasser à ses côtés. La pierre utilisée comme pointe avait une histoire particulière pour Joon, puisqu'elle remontait à son enfance, lorsqu'il avait six ans et qu'il s'ennuyait des longues absences de Memst. Ainsi le nain, à son retour, lui avait confié une quête pour l'amuser. Il devait se rendre près d'un vieux temple anéanti par les siècles, et en ramener une preuve. Arrivé devant ce qu'il restait des marches de l'autel, Joon se mit en chasse de l'objet le plus intriguant. Mais alors que le vent soufflait entre les colonnes délabrées, un de ses mugissements glaça le sang du jeune elfe. Celui-ci ramassa une grosse pierre à ses pieds et s'enfuit à toute vitesse.
    Regardant la pointe de l'épieu, Joon eut une pensée inquiète pour le vieux nain. Il refusait de le croire mort, sinon pourquoi se seraient-ils encombrés d'un corps en plus de leurs lourdes armures ? Mais dans ce cas, ils avaient du le ramener au fond du royaume souterrain dont lui avait parlé Memst... Pourrait-il jamais parvenir à ramener son parrain ? Les yeux embués, Joon entama sa longue marche vers l'Extérieur, son loup tantôt gambadant gaiement au milieu des papillons, tantôt prenant une attitude féroce envers une racine qui l'avait fait trébucher. Le voyage promettait d'être agréable, mais l'appréhension le tenaillait, et il redoutait sa première rencontre avec les villes, et les autres créatures qu'il découvrirait.


    Caractère :


    Joon a vécu seul avec un nain les cinquante premières années de sa vie. Malgré la rencontre de quelques marchands égarés, de quelque rôdeurs amis de son parrain, il n'a jamais côtoyé d'autres personnes. Il ne connaît pas la langue des elfes puisqu'il a été élevé par un nain. D'un naturel calme, il ne sait pas encore comment réagir face aux foules et aux étrangers. Néanmoins son éducation druidique reçue fait de lui un être ouvert, compatissant désireux de rencontrer et d'apprendre, sans pour autant faire de lui un naïf ignorant. Memst, son parrain, lui a suffisamment parlé de la vie en ville et de ses habitants pour que Joon se méfie raisonnablement.
    Depuis l'enlèvement du vieux nain, il parcours la forêt pour atteindre une ville, d'où il pourra se renseigner sur le mystérieux domaine des nains où serait captif son parrain. Il nourrit une certaine colère contre le peuple nain, ses coutumes et son mode de vie, mais il vise davantage l'institution, la société qui lui a arraché son mentor, plutôt que ses représentants lambda envers qui il n'éprouve ni rancoeur ni méfiance autre que celle soufflée par le bon sens.
    Enfin, il est très curieux de rencontrer des elfes, ses semblables, et de retrouver éventuellement la trace de sa famille et de son père.


    Outshi, le louveteau :


    Un jeune louveteau qui accompagne Joon depuis son départ de la forêt. Au cours de leur cheminement, il a pu lui apprendre quelques ordres (Au pied, attends, suis, va chercher, et cherche).
    Pas vraiment brave ni féroce, en raison de son jeune âge il est encore tout à fait inoffensif et Joon ne le sollicite que pour la chasse. C'est véritablement un compagnon qui lui permet de ne pas être totalement seul après l'enlèvement de son parrain.
    Dernière modification par Joon ; 15/09/2009 à 15h05.
    "Evey night and every morn some to misery are born.
    Every morn and every night, some are born to sweet delight.
    Some are born to sweet delight, some are born to endless night.
    "
    William Blake, Auguries of innocence.

  2. #2
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Paris
    Messages 
    183

    Re : Joon

    Les Exclamations Druidiques

    Joon a été élevé par un druide d'assez haut niveau, et a grandi au contact d'autres grands druides. Il ne parle pas le druidique couramment, au sens où il doit encore se concentrer pour comprendre et formuler ses pensées dans la langue de la Nature. Néanmoins, il a capté certains «jurons», certaines exclamations qui revenaient dans la bouche de son mentor. De même il possède une culture importante sur les divinités naturelles et les seigneurs des terres alentours (l'immense forêt, ainsi qu'une petite chaîne de montagnes dans lesquelles il a souvent patrouillé avec un rôdeur). Enfin, il s'est aperçu que la langue druidique percutait davantage, et permettait de transmettre bien mieux les intentions. C'est pourquoi il s'en sert pour son apprentissage avec Outshi.



    Les Jurons

    - «Nimphana» : c'est le nom d'une créature sylvestre légendaire dans la région de Joon. D'après son parrain, il s'agissait d'une nymphe magnifique, particulièrement sublime, qui n'apparaissait qu'en de rares moments, et signalant un événement important, ou bien une urgence dans la situation présente. Selon d'autres druides, il s'agit en fait d'une dryade qui voyagerait d'arbre en arbre, et apparaîtrait pour prévenir les druides d'un danger imminent. Sa vision doit inspirer vigilance, réactivité et précautions. Dans la bouche de Joon, ce juron est d'avantage une invocation de cet esprit, une façon de s'électriser lors des situations à risques, afin de réagir plus vite et d'évacuer l'angoisse.

    -

    - *en construction*

    Culture Druidique

    - Sars'n le Yuan-ti : il s'agit d'un druide légendaire, que l'on prétend déchu. Il arpentait les forêts où vivait Joon auparavant. Passablement influencée par ses ancêtres, la surprenante nature bienveillante de Sars'n souffrait parfois d'élans violent, mauvais, disproportionné. Il se repliait alors aux confins de son antre, cherchant à enfouir sa colère. Le terrible serpent qu'a rencontré Joon dans son enfance, selon lui, était bel et bien Sars'n métamorphosé.

    - *en construction*

    Ordres Au Familier

    - «Shh'kan !» : notion de vive urgence, demande à l'animal de se réfugier loin du Druide.
    - «Shh'kin !» : incite l'animal à suivre le Druide de près, sans perdre de temps, et en faisant attention.
    - «Hak hak !» : le mot de la marche, signale à l'animal que l'on se met en marche (l'animal suit le Druide à son rythme et peut trotter régulièrement à son côté, faire des bonds, marcher lentement puis le rattraper plus tard, etc...)
    - «Hak kin !» : appelle le familier auprès du Druide.
    - «Helek !» : incite l'animal à rester immobile.
    - «Fonom !» : demande à l'animal d'aller chercher un objet qu'il désigne du doigt ou du regard.
    - «Shh fi !» : demande à l'animal de chercher dans une zone dont le Druide est le centre, un objet, une personne (après avoir donné comme indice un échantillon de l'odeur de ce qu'il doit trouver), ou bien, sans précision particulière, n'importe quoi que l'animal trouvera déroutant.
    Dernière modification par Joon ; 10/10/2009 à 08h50.
    "Evey night and every morn some to misery are born.
    Every morn and every night, some are born to sweet delight.
    Some are born to sweet delight, some are born to endless night.
    "
    William Blake, Auguries of innocence.

  3. #3
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Paris
    Messages 
    183

    Re : Joon

    Joon et les dictons

    La sagesse druidique s'exprime à travers les mille nuances de la nature. Ou plutôt, ces innombrables nuances enrichissent la sagesse druidique... Toujours est-il que Joon est encore jeune, et qu'il n'a pas encore pleinement saisit le sens de sa vocation, bien qu'il la ressente profondément. Cependant, son expérience, ses cinquante années passées à errer dans la forêt et les montagnes, autour des lacs et le long des rivières, lui ont appris l'art de la métaphore. Il sait puiser dans ces représentations qu'offre la nature pour mieux comprendre ce qui l'entoure, même s'il est plongé dans l'inconnu. Ces dictons, il les invente, ou les a retenu lorsque son parrain les citait. Essentiellement, ils lui pemettent de réfléchir, de mieux appréhender les situations qu'il vit. D'autres fois, il s'agit seulement d'une pointe d'insolence et d'humour...

    - «C'est en s'armant de nombreuses torches que la lumière des étoiles s'estompe.» (Quête : Tel est pris qui croyait prendre, utilisé à sa dernière intervention, lors de la dernière réunion sur le pont de la Nébuleuse)
    "Evey night and every morn some to misery are born.
    Every morn and every night, some are born to sweet delight.
    Some are born to sweet delight, some are born to endless night.
    "
    William Blake, Auguries of innocence.

Discussions similaires

  1. [Quête : Tel est pris qui croyait prendre] Groupe 2 - Joon
    Par Taliesin dans le forum La Côte de la Lumière
    Réponses: 22
    Dernier message: 17/03/2010, 21h48
  2. Joon
    Par Joon dans le forum Présentation des membres
    Réponses: 29
    Dernier message: 01/01/2010, 13h29
  3. [Luménien] Le Fou
    Par Le Fou dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/11/2004, 16h08
  4. [Luménien] Kerdän
    Par Garance Trégastelle dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 17/10/2004, 21h46
  5. [Luménien] Corwin
    Par Eliaëdel dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/05/2004, 18h56

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258