Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: [Luménienne] Galathée (PNJ)

  1. #1
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    34 085

    [Luménienne] Galathée (PNJ)

    Ce personnage est désormais un PNJ

    Biographie
    Je suis née à Valbrume, dans les Vaux, pendant l’automne. Mes parents, Valaëlle et Gyarin, avaient déjà deux autres enfants, deux filles, et ma naissance ne fut pas exactement ce qu’ils attendaient, d’autant plus qu’un prêtre, sans doute un charlatan, leur avait promis la naissance de l’héritier mâle qui semblait si cher à mon père. Nous habitions une petite communauté d’une vingtaine de cahutes et mon père était fermier, tout simplement. Mon enfance fut relativement solitaire, car mes soeurs, plus âgées, devaient aider les adultes aux champs. Gamine, je me liai donc avec ceux qui étaient autour de moi : les deux porcs que l’on engraissait dans la grange, le vieux cheval qui aidait au labour, les 117 chats (ils étaient moins que ça, mais les rats étaient dix fois plus) et toutes les autres bestioles qui grouillaient dans le hameau. Vers 6 ans, j’avais donné des noms à toute cette ménagerie, et je pense que la plupart m’appréciaient. Livrée à moi-même, je me définissais des règles et des lois, je me promenais dans leur royaume, sans vraiment m’inquiéter des humains. Ces derniers rentraient harassés de leurs longues journées de travail, mes soeurs n’y faisaient pas exception, et personne ne prenait vraiment le temps de me parler, somme toute. Mon enfance se déroula ainsi. Entre les sabots de Fumerolle, le cheval de trait gris pommelé, et dans l’enclos des cochons qui changeaient chaque année (à l’époque, j’ignorais pourquoi), dans les greniers à foin avec les générations et les générations de matous tigrés et les générations et les générations de rats goulus. Je parlais avec les poules, je chantais avec le chien, quand la lune s’arrondissait, je voulais voler avec les hirondelles, mais ça, je n’y arrivais pas. Avec l’âge vint le goût de la découverte, et comme la forêt n’était qu’à quelques mètres derrière notre ferme, je m’y enfonçai plus d’une fois, sans crainte particulière et il ne m’arriva jamais rien. Ma bonne étoile. Avec du recul, je sais que des parents qui tiennent à leur enfant l’empêcheraient de partir, à 7-8 ans, dans une forêt sinistre, seule, sans protection. Je pense qu’ils espéraient à moitié, peut-être sans se l’avouer vraiment, qu’une bête m’emporte et me dévore. J’étais une bouche de trop à nourrir, peut-être, et pour l’heure inutile. Vers mes 10 ans, je fus mise à contribution pour de menus travaux et ma liberté vagabonde muselée. Et ainsi j’aurais pu rentrer dans ce mouvement, comme mes soeurs, épouser un fermier du coin et devenir le reflet de ma mère. J’aurais pu.

    A l’hiver de mes 11 ans, les choses changèrent du tout au tout lorsqu’un soir, un cousin de la famille, Almoran, fit un arrêt chez nous sur sa route vers Valprofond. Almoran était barde et demi-elfe de surcroît, chose qui me semblait complètement inouïe à l’époque. Mon père ne l’appréciait guère, et Almoran n’avait manifestement pas l’intention de s’attarder chez nous, mais les conditions climatiques étaient difficiles, et il offrit de nous dédommager pour son séjour en racontant des histoires. J’étais probablement la seule à être fascinée par les chants et les contes dont il nous gratifia. Les autres, polis restaient juste le temps d’une historiette avant de monter se coucher. Lorsque la tempête se leva, Almoran proposa de m’emmener avec lui jusqu’à Valprofond, et mes parents acceptèrent. Encore aujourd’hui, je ne sais pas exactement pourquoi il a décidé de leur faire cette proposition : devinait-il que jamais je ne trouverais mon bonheur dans cette vie rurale ? Je n’en sais rien. Toujours est-il que nous partîmes sur les routes, en direction de Valprofond, et j’abandonnai ainsi les lieux de mon enfance à tout jamais.

    Almoran, bavard lorsqu’il était en représentation, était plutôt taciturne au quotidien. Par contre, sa jument, Baliverne, était une monture sympathique, avec laquelle je m’entendais comme un larron. Je m’occupais d’elle à chacune de nos étapes, et lorsqu’il fallait que je dorme à l’écurie, pour des questions d’économie par exemple, c’était en réalité une véritable fête pour moi. C’est sans doute pour cette raison qu’Almoran, une fois rendu à Valprofond, me confia à un ami, éleveur de chevaux, dans un village proche de la cité de Hautelune. Lui devait repartir sur la route, c’était son métier... Je ne me suis jamais expliqué qu’il m’ait tiré de ma misère familiale pour m’abandonner plus loin... Cependant, ce que je devais trouver à Valprofond suffit pour m’ôter tout regret de cette surprenante escapade.

    Molwayn, l’éleveur, était un humain jovial, qui prétendait avoir du sang elfe quelque part dans son arbre généalogique, et il élevait et entraînait d’énormes destriers de guerre. Mon travail était au départ de nettoyer les animaux, mais de fil en aiguille, j’en vins à assister les poulinières lors de mises bas, soigner les petites blessures, puis les plus grosses, et ma réputation grandit auprès des fermiers de la région. J’avais le truc avec les bestioles, c’est difficile d’en dire plus. En plus des chevaux de mon tuteur, je passai donc de nombreuses heures avec les porcs, les vaches et les moutons des voisins. J’avais une connaissance très intuitive de leurs maux et ils avaient confiance en moi. Je manquais néanmoins de connaissances théoriques, et c’est là que Séléna entra dans ma vie. Séléna était une rôdeuse demi-elfe qui vivait non loin de notre hameau. Elle surveillait la forêt aux alentours, et veillait notamment à ce que nos chasseurs ne déciment pas les animaux sauvages.
    Féline et indépendante, elle nous impressionnait tous au village, et nous ne savions jamais comment nous adresser à elle. Solitaire, accompagnée d’une sorte d’hermine immaculée, ses passages parmi nous alimentaient les conversations pendant des semaines. Un jour, j’avais 16 ans, elle vint à moi de la manière la plus naturelle qui soit. C’était un printemps difficile et humide, où les insectes étaient nombreux et tourmentaient les vaches en train vêler. Nous avions perdu plusieurs veaux à une étrange fièvre, et la situation mettait tout le monde sur les nerfs, car les bêtes étaient précieuses. Séléna s’approcha de moi alors qu’accroupie dans l’herbe humide, j’aidais une poulinière à mettre bas, un poulain mal tourné, que je devais agripper à l’intérieur même de sa mère. Comme je glissais, elle me donna deux trois conseils, de sa voix très basse, une voix que je n’oublierai jamais, qui parfois me parle encore dans mes rêves. En deux temps trois mouvements, le poulain était né.
    Elle me dit qu’elle avait remarqué mes facilités avec les animaux et qu’elle se proposait de m’enseigner une partie de ce qu’elle savait. L’offre me prit complètement au dépourvu, mais je n’avais pas oublié mes premiers amours dans les forêts de Valbrume... Celles de Valprofond étaient encore bien plus belles, sauvages, profondes, peuplées d’une faune extraordinaire, d’une flore merveilleuse, de lieux féeriques, et le peuple des elfes s’y promenait encore...
    Séléna m’apprit à approcher les animaux sauvages comme je savais approcher les animaux domestiques, et cette expérience était fantastique. Elle avait beaucoup d’amis animaux dans la forêt et certains de mes succès n’étaient en fait possibles que parce qu’elle servait d’intermédiaire. Je me souviendrai toujours de la première fois que j’ai posé les mains sur le front large d’un lion des montagnes et que je l’ai senti ronronner. Formidable.
    Mon apprentissage forestier ne rentra pas du tout en conflit avec mes devoirs agricoles. En effet, je fus bientôt en mesure de prévenir pas mal de problèmes entre humains et animaux, en repérant par exemple les traces du passage d’un grand fauve ou devinant les intentions d’une meute, et rentrant le bétail à l’abri. Je pense que Séléna était satisfaite de la manière dont je gérais les deux univers, et dont j’appréciais la forêt tout en ne reniant pas mes amis à la ferme. J’étais le lien entre ces deux univers et je ne demandais pas plus.

    Mes escapades avec Séléna me séparèrent des quelques compagnons que j’avais rencontrés à la ferme, et notamment, de Gareth et Melona, qui avaient mon âge et avec lesquels je traînais auparavant, lorsque nous avions du temps libre. L’un et l’autre ne me pardonnèrent jamais cet éloignement, ma disparition dans les bois, et je me retrouvai relativement isolée, bien que Molwayn fut, lui, ravi de ma double-casquette. Cependant, cette mise à l’écart par mes compagnons humains me fit passer de plus en plus de temps avec mon professeur de sciences naturelles. En été, je me permettais parfois de rester plusieurs jours de suite avec Séléna, et nous arpentions la forêt en toute tranquillité... Je ne cessais d’apprendre et de m’émerveiller. Il me semblait que les ressources de cet endroit étaient illimitées.
    Un jour d’été, deux elfes vinrent nous trouver pour nous raconter qu’ils avaient observé un groupe étrange aux confins des bois, dans une zone que nous savions particulièrement riche en végétation rare et en créatures diverses, et qui abritait des ruines souterraines dont nous ne connaissions l’origine. Nous nous rendîmes donc au lieu dit, qui était désert, si ce n’était pour les traces d’un passage récent. Les intrus étaient entrés dans les ruines. Il était de notre devoir de pousser l’exploration plus avant, et nous pénétrâmes donc dans les ténèbres humides des souterrains. Notre escapade fut de très courte durée. A peine avions-nous passé le premier coude du dédale que nous tombâmes nez à nez avec une énorme créature de pierre qui bloquait le passage. Elle se rua sur nous et nous détalâmes sans demander notre reste. C’était ma première rencontre avec un golem. Il y en eut bien d’autres, certaines glorieuses, d’autres beaucoup moins, car nous décidâmes de déloger ces inconnus de leur repère, et nous devions pour ça passer l’obstacle de cette créature. En fait, il s’avéra que les magiciens n’étaient que deux. Néanmoins, ils avaient avec eux une galerie de ces choses artificielles qui semblait inépuisable. Absolument anti-naturelles, elles révulsaient Séléna, qui devint presque obsédée à l’idée de les éliminer. C’est ainsi que j’effectuai mon premier voyage dans la ville de Hautelune, où nous nous rendîmes pour faire des recherches sur les golems. C’est aussi à cette occasion que Séléna découvrit que je ne savais pas lire, ce qui la mit dans une colère noire et je dus la supplier pour ne pas qu’elle aille secouer Molwayn, qui n’y était pour rien. Elle se promit néanmoins d’ajouter cela à la liste des choses qui lui restait à m’apprendre, et elle tint parole... Bref, bardées d’informations, nous retournâmes au devant des magiciens et de leurs fichus golems. Il nous fallut quatre mois pour les déloger, et ça ne se fit pas s’en mal. Cependant, jour après jour, nous les observions, les pistions, puis testions nos connaissances sur ces monstres, et petit à petit, insidieusement et un à un, nous les détruisîmes. Le raid contre les deux magiciens fut moins spectaculaire. En fait, mon seul souvenir est de les apercevoir, l’un près de l’autre, devant une sorte de portail. Ensuite, le noir, et puis le jour... Dans la chaumière de Séléna. Apparemment, j’avais pris un gros coup. J’ai vu trouble pendant deux jours. Et j’ai perdu mon sens de l’odorat. Apparemment, ce n’est pas si rare que ça, ça arrive quand on prend un choc. C’est ce que m’a dit un clerc, je ne sais plus quand, je ne sais plus où. Aucun des soins que l’on m’a fait ne m’a jamais rendu ce sens. Ça n’a l’air de rien, mais l’odorat est un sens qui a son importance, pour un rôdeur... Mais j’ai compensé avec le reste, et franchement, il aurait pu m’arriver pire. Mais voilà, une rôdeuse au nez bouché, sur les routes de Valprofond.
    Une année encore s’est écoulée, sans que rien de spécial ne la trouble. J’ai appris à lire, j’ai soigné des chats, des biches, des porcs et des aigles. J’ai grimpé aux arbres. Des choses de ce genre-là... Plus que jamais, je me sentais à l’aise dans la forêt, même si je continuais à résider dans la ferme de mon bienfaiteur.

    Et puis, au début de l’automne, la peste est arrivée. Je dis cela, la peste, mais je ne sais pas ce que c’était. Le cheptel entier est tombé malade. Nous avons perdu la moitié des chevaux la première semaine. Je n’ai pas dormi. J’ai couru en tout sens. J’ai vu des fermiers et des druides, nous avons envoyé quelqu’un à Hautelune chercher de l’aide, et Séléna m’a dit que la maladie touchait les animaux sauvages aussi. Au bout de dix jours, il ne restait rien. Les humains ont été épargnés, ainsi que les chats, les chiens, et certains oiseaux curieusement. Mais aucun herbivore n’a survécu. Aucun. Dans la forêt, la maladie s’est répandue, et nous avons du décider d’abattre les animaux avant qu’ils ne contaminent les troupeaux et les hardes voisines. J’ai passé un mois de mort, l’arc à la main, à tuer, tuer, tuer. J’en faisais des cauchemars nuit après nuit, sans répit, sans dormir. Au bord de l’épuisement, après des jours d’enfer quotidien, nous avons vu arriver l’hiver et la délivrance... La maladie semblait avoir disparu... Les fermiers n’eurent aucune bête à rentrer. Aucune bête à chasser. La communauté allait au devant d’une saison féroce. Et je n’avais rien pu faire.
    Je n’aurais pas pu rester. Je sais que ça peut apparaître comme une fuite, mais pour moi, le village n’était plus qu’un vaste cimetière, l’odeur de charogne, que je ne sentais même pas, m’apparaissait comme un son, comme une sensation sur ma peau. Ce n’était pas possible. Seule Séléna a vraiment compris, je pense. J’avais besoin de partir pour retrouver un certain équilibre, pour comprendre aussi, pour savoir ce qui s’était produit. Pour devenir meilleure. Et sans doute était-il aussi l’heure de partir, tout simplement. J’avais tout juste 20 ans.

    Séléna m’a dit de partir vers le Sud, de marcher toujours et encore, jusqu’à arriver au bout du monde. Quand je serais là, m’a-t-elle dit, je n’aurais plus qu’à crier pour laisser sortir ce que j’avais à sortir. Elle m’a dit que chaque rôdeur trouve sa forêt. Que je serais toujours la bienvenue à Valprofond, mais que je trouverais un mieux ailleurs. Nous nous sommes séparées pendant une nuit glaciale, et je suis partie sans un regard en arrière. Je ne crois pas que nous nous reverrons jamais. J’ai ainsi marché sans but précis pendant près de quatre ans. Je m’établissais au petit bonheur la chance, en fonction des besoins des gens que je rencontrais, du feeling que j’avais pour un lieu sauvage... Je vivais soit de ce que la forêt avait à m’offrir, soit de mes coups de main aux fermiers et aux cavaliers. Deux fois, j’acceptai de me joindre à de grosses caravanes marchandes, pour m’occuper des chevaux et des boeufs, ce qui accéléra ma descente vers le Sud. Mais rien de notable ne m’arriva durant ces années, si ce n’est la rencontre fortuite avec un poussin de hibou tombé du nid, qui s’était abîmé une aile. Je l’appelai Sasquatch, et il est toujours perché sur mon épaule à l’heure où je vous parle... Je traversai ainsi le continent de part en part, jusqu’à la mer... On dit que les natifs des Vaux détestent quitter leur foyer, je ne sais pas si c’est vrai, mais je n’hésitai pas une seconde à embarquer sur un bateau pour les Terres Désolées, qui sentaient le « bout du monde » dont m’avait parlé Séléna. C’est ainsi que notre navire fit escale un matin au Nord de l’île de Dorrandin et je mis pied à terre... Le bateau continuait sa route vers la ville de Manost, cependant, la terre ferme m’avait manqué et je décidai de continuer ma route à pied. Toujours vers le Sud, comme prévu...

    --------------------------------------------------------------

    Galathée (Dullahan)

    Age : 24 ans
    Taille : 1m72
    Poids : 59 kg
    Humaine.
    Classe : Rôdeur
    Alignement : Neutre Bon
    Dieu : Malikii (mais pas de manière très active...)
    Signes particuliers : n’a pas d’odorat.
    Ennemi juré : créatures artificielles, humanoïdes (humains) (voir biographie)
    Niveau 6

    Caractéristiques
    For 12
    Dex 17
    Con 12
    Int 14
    Sag 17
    Cha 12

    Compétences (32 + 40 = 72)
    Connaissances (nature) 6
    Déplacement silencieux 6
    Détection 4
    Discrétion 5
    Dressage 6
    Equitation 6
    Escalade 2
    Fouille 4
    Natation 2
    Perception Auditive 5
    Premiers Secours 6
    Psychologie 6 (12)
    Saut 2
    Survie 6

    Dons 3

    Armures légères
    Armes courantes, de guerre, boucliers simples.
    Pistage (gratuit niv1)
    Empathie Sauvage (gratuit niv1)
    Style de combat et Science de ce style: Armes à distances (gratuit niv2+6) (= tir rapide + feu nourri)
    Endurance (gratuit niv3)
    Compagnon animal (gratuit niv4)
    - Autonome
    - Introuvable
    - Lien naturel


    Personnalité et physique.
    Plutôt quelconque physiquement, Galathée n’attire pas le regard. Ni grosse, ni maigre, elle s’habille en général dans des vêtements de voyage plus pratiques qu’esthétiques, qu’elle essaie d’assortir aux saisons, pour se fondre au mieux dans son environnement de prédilection : la forêt. Son apparence extérieure est le moindre de ses soucis.

    Quelques détails.
    Se bat à l’arc long, et sait manier le bâton, mais sans éclat.
    Possède un hibou apprivoisé du nom de Sasquatch, qu’elle a recueilli petit poussin, et qui a très sale caractère.
    A un arc long +1. En général, elle a la petite manie d’essayer de récupérer les flèches qu’elle lance, une habitude qu’elle a prise dans sa jeunesse, quand les temps étaient plus durs.
    Possède également un bâton de feu.
    Dernière modification par Galathée ; 13/01/2009 à 20h57.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

Discussions similaires

  1. [M] Galathée
    Par Galathée dans le forum Présentation des membres
    Réponses: 89
    Dernier message: 04/09/2019, 16h11
  2. [LGX] Galathée : suppositions
    Par Galathée dans le forum Archives
    Réponses: 4
    Dernier message: 05/07/2014, 20h57
  3. [LGX] Galathée
    Par Galathée dans le forum Archives
    Réponses: 47
    Dernier message: 04/07/2014, 18h41
  4. [LGX] Fiche de personnage : Galathée
    Par Smidge dans le forum Archives
    Réponses: 0
    Dernier message: 09/06/2014, 15h49

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251