ARMAND CLERVAL


Biographie:

On dit que la mort a une odeur particulière. D’expérience, je peux vous garantir que non. Cependant, la misère en a une. Une odeur de sueur, de sang, et de chaînes de métal rouillé. L’odeur du marché aux esclaves d’Amruthar, en plein cœur de la ville Thayienne. Les bourgeois grassouillets y vienne pour vous examiner : la taille de vos muscles, vos yeux, vos dents, vous font tourner sur vous-même, font chanter les jeunes femmes et en font danser certaines. Chacun a peur : peur de ce qui leur arrivera s’ils sont vendus, peur de ce qu’il leur arrivera si personne ne les achète.
Cette image me restera toute ma vie. Ironiquement, c’est ce qui à fait de moi ce que je suis. Bien sûr j’ai eu une vie avant l’esclave. Enfance banale, adolescence normale, engagé volontaire dans la milice de Delhountel, dans l’Algarond, sous l’égide de la Simbule. Mais à dix sept ans, après trois ans de service, mon escadron fut pris dans une embuscade des Thayiens.
C’est donc ainsi que je me retrouvai au marché aux esclaves. Mes capacités physiques me valurent d’être acheté par un marchand itinérant qui comptait nous vendre dans la Dambrath. C’est ainsi que commença notre marche forcée. Une caravane de deux cents esclaves se mit en route.
Des vieillards aux jeunes enfants, aucun ne pouvait suivre la cadence imposée par les claquements de fouet. Personne ne songeait à se rebeller. Les premiers morts arrivèrent au bout d’une semaine et demie. Selon les marchands, ils avaient le droit à une marge de perte assez large vu le prix qu’ils avaient payé. Je remarquais vite un vieil homme qui soutenait toujours les mourants. Ecoutant le peu d’humanité que l’esclavage avait laissé en moi, je lui demandais s’il avait besoin d’aide. Il me répondit que lui non, mais qu’eux oui : un couple de vieillard mourrait lentement.
A la halte du soir, je m’efforçais de leur parler pour qu’ils gardent conscience, mais le vieil homme intervint : « Il est temps pour eux, ne prolongeons pas leur souffrance.» Il prononçât une courte oraison, et me demanda mon aide pour recouvrir les cadavres de sable, a défaut de pouvoir creuser une fosse. J’étais secoué… C’était la première fois que je laissais mourir quelqu’un. J’avais déjà occis quelques petites frappes quand je travaillais dans la milice… Mais là c’était différent. Quand on tue, on sent son pouvoir sur l’autre. Quand on laisse mourir, on sent son impuissance.
Le vieil homme passa la nuit à me parler, me dire que chaque être, lorsqu’il arrive à sa fin, doit être convenablement accompagné dans l’autre monde. Il me parla d’un dieu juste, qui jugeait les âmes et leur permettait d’accéder à la paix éternelle. C’est ainsi que j’ai appris l’existence de Kelemvor. En arrivant à Dambrath, je connaissais quelques oraisons ainsi que le dogme de Kelemvor.
Dans la ville de Maarlite, le vieux prêtre et moi fûmes séparés. Il fut acheté par une riche bourgeoise mourante, et moi par un couple de roturiers, pour accomplir les taches ingrates dans leur maison de campagne. Au bout de quelques mois à peine, je parvins à m’enfuir. Grave erreur… Les roturiers contactèrent leur revendeur pour s’en plaindre, et celui-ci eut l’idée d’aller « interroger » le vieux prêtre, pensant qu’il me protégeait.
Je l’appris en traînant en ville. Mais tout ce que je pus faire, c’est d’aller porter les derniers sacrements sur la tombe vulgaire du vieux prêtre. Je partis vers le nord, le Shaar. De là, je pris un bateau sur le Lac de Vapeur pour rejoindre le Thétyr. J’errais sans but de ville en ville jusqu’à ce que je trouve ce que je cherchais : un temple de Kelemvor. J’y finis donc ma formation. Puis je décidais de partir pratiquer ma foi là ou elle serait plus utile que dans un temple.
Les villes que je fréquentais ne sont que de peu d’importance. Je finis à Mélandis, à aider les esclaves dans leur dernier soupir, pour exorciser mes propres démons.

Classe:
Guerrier 1 / Prêtre de Kelemvor 4

Caractéristiques:

Force : 14
Dextérité : 10
Constitution : 15
Intelligence : 11
Sagesse : 17
Charisme : 12

Alignement : Loyal Neutre

Equipement : Une besantine et une épée longue, une targe.