Nom d'usage : Le Dúnadan
Nom : Gimilkhâd Nimruzîr (peu usité)


Race : Humain
Classe : Prêtre de Sylvanus
Âge : Inconnu, mais apparence d'un homme de 35-45 ans
Alignement : chaotique bon
Divinité : Sylvanus
Taille : 1m89
Poids : 60 kgs
Droitier
Cheveux bruns, yeux verts

Force : 13
Constitution : 12
Dextérité : 13
Intelligence : 17
Sagesse : 15
Charisme : 14

Capacités spéciales : Camouflage dans les ombres, peut dialoguer avec les animaux, déclencher la foudre et apaiser la colère de la nature.


Histoire de ma vie :

On m'appelle Le Dúnadan mais mon vrai nom est tout autre. Il me fut donné par les moines qui me recueillirent, il y a bien longtemps maintenant. Je fus un enfant abandonné à la porte d'un monastère. Comme tant d'autres en ces temps troublés. Mes parents laissèrent juste un petit parchemin où était rédigé, en langue des Hommes, mon nom : Gimilkhâd Nimruzîr et cette simple précision : Celui qui trouva la vie près d'Anarion, en forêt de la Lorién, sur Hellona.
Un moine errant me prit en amitié et je devins son aide et son disciple. Nous débarquâmes à Dorrandin, sur je ne sais quelle côte, pour des affaires qu'il avait à y mener. Mais la maladie le frappa subitement et je fus seul, à nouveau, sur un terre étrangère et hostile. J'avais 16 ans. Mes dons n'étaient pas complètement forgés.
De mon enfance et de ma jeunesse je ne dirai pas davantage. Ce sont souvenirs joyeux et mélancoliques.

Seul, je le fus longtemps. Je me bâtis un ermitage en bordure des Bois du Gobelin Pouilleux, une forêt sombre et dangereuse où les visiteurs étaient rares. Peu à peu j'améliorais mes dons, parlant avec les animaux et communiant avec les forces de la terre et de la vie. La nature me protégea, j'étais son serviteur et son bras armé, peu souvent heureusement, car je n'aime ni la violence ni le combat. Sylvanus est mon dieu ; je lui construisis un petit temple niché au fond d'une clairière secrète. J'y venais chaque jour pour quelques offrandes.
C'est là, qu'un soir funeste et à jamais présent dans ma mémoire, je rencontrais un petit groupe d'elfes sauvages. Immédiatement ils me reprochèrent d'occuper leur territoire et me menacèrent des pires châtiments si je ne quittais la forêt sans tarder. Je maîtrise mal la langue elfique mais je tentais, par la diplomatie et le dialogue, de faire valoir mon point de vue. Pourtant la conversation s'envenima et quelques elfes tentèrent de se saisir de moi. C'est à ce moment que je commis l'irréparable... Effrayé et gonflé de colère, je convoquais le pouvoir de la foudre, que je maîtrisais depuis peu. Plusieurs elfes furent foudroyés et les autres s'enfuirent. Ce crime impardonnable fut ma faute à jamais et la cause de toute ma vie d'errance et de malheurs.

Les elfes verts ne me pardonnèrent jamais mon acte et depuis lors je fuis toujours plus loin leur châtiment et leur vengeance. Je passerai sur toutes les misères et les péripéties qui sont la trame de mon existence. Certaines périodes furent plus heureuses pourtant : pendant plus de dix années je vécus dans la cité d'Aghoralis, anonyme parmi la populace des quartiers d'artisans. J'y rencontrai l'unique bonheur de mon existence, une jeune femme gaie et aimante dont je garderai le nom pour mon seul souvenir. Hélas, la malédiction me poursuivit encore et elle mourut subitement peu avant la naissance de notre premier enfant. Je fus inconsolable, et seul le soutien de Sylvanus, la parole sacrée de la nature frémissante, apporta à mon âme désespérée le baume du deuil à entreprendre.

Aujourd'hui encore, je fuis sur les routes. Vivant des dons de la forêt et des champs, des offrandes des paysans à qui j'offre Nature clémente et bonnes moissons. Mais je sens que ma route s'arrête bientôt, l'âge voile peu à peu mes derniers enthousiasmes, mon pas est plus lourd, mon coeur est plus froid. Il est temps pour moi de quitter à jamais Dorrandin, de retrouver le chemin de mes ancêtres pour un dernier exil vers Hellona. Je dois trouver un navire à Manost, mais auparavant il faut que je fasse soigner une vilaine blessure. Une nuit, à trois ou quatre jours de marche de Manost, je fus attaqué pendant mon sommeil par un groupe de trois individus de taille humaine. Ils me volèrent mes quelques affaires et tentèrent de me tuer mais je disparu dans l'ombre à leur plus grand étonnement. Je m'en sortais vivant mais pas indemne : une lame aux pouvoirs maléfiques m'avait entaillée sous l'épaule gauche...