Se souvenir... Se souvenir de qui l'ont est, de ce que l'on a vécu, de sa famille... Chose aisée pour bon nombre des habitants de ce monde, pour la plupart des gens, un simple exercice de réflexion est suffisant pour se rappeller des évènements les plus lointains de sa vie... Mais comment se souvenir des premières années de son existence lorsque l'on arpente les terres de Toril depuis plusieurs siècles déjà?

Je crois... Il me semble du moins que parfois, le jour d'impalpables rêves, des sensations pourtant oubliées viennent troubler mon sommeil... Me souvenir de ce que j'ai vécu il y a de cela maintenant ce qui me semble être une éternité de souffrances m'est difficile, seuls quelques impressions et sentiments fugaces viennent encore de temps à autres troubler mes pensées. Je ne saurais vous dire en détail qui je suis, ni réellement d'où je viens, mais je crois... Je crois que je peux vous conter une partie de mon histoire... Du moins, si vous ne me demandez point trop de détails...

Il me semble, oui j'en suis presque sûr, que je me rappelle d'un village, minuscule hameau d'âmes exilées, elfes et humains... Et hybrides des deux races je crois me souvenir. Je n'en suis pas certain, mais je crois qu'à l'époque les peuplades elfes et humaines ne se liaient guère et que ceux qui se fourvoyaient chez les représentants de l'autre race étaient humiliés et rejetés, je crois que l'exile était le sort réservé aux couples issus de ces unions que certains qualifiaient alors de contre nature, et qui, aujourd'hui, sont devenus monnaie fréquente.

L'une des rares choses dont je me souvienne précisément est que justement, j'étais uni à l'une de ces elfes... Une créature d'une rare beauté, à côté de laquelle les étoiles au firmament semblaient bien pâles et sans attrait... A l'époque aussi, je crois... Je crois que j'étais séduisant, mais les elfes vieillissent moins vite que les hommes, quand ils vieillissent... Et le fardeau des ans commençait à peser sur mes épaules, je prenais de l'age et elle restait toujours aussi splendide...

Le brouillard qui embrume mon esprit laisse parfois entrevoir quelques lointains évènements, à cette époque je commençais lentement à devenir ce que vous appelleriez un «*homme mûr*». Une menace rôdait sur notre communauté, pas les raids de brigands habituels, une menace plus grande, plus terrible encore, des gens disparaissaient, ou étaient retrouvés atrocement mutilés dans leur lit, bientôt l'on parla de vampires au conseil de la bourgade.

Un petit groupe de combattants fut envoyé arpenter les landes alentours, jusqu'à ce qu'ils repèrent le refuge de notre agresseur présumé. Et le conseil vota l'envoi immédiat d'une expédition punitivedont je pris la tête, bien que vieillissant, ma main sur la garde d'une lame était encore ferme et assurée. Il ne nous fallut que peu de temps pour rejoindre une sorte de caverne qui s'enfoncçait profondément dans les entrailles d'une petite chaine montagneuse. Je ne me souviens pas exactement de ce qui s'est alors passé, tout fut si rapide, si... terrible... Un groupe de créatures à la puissance colossale se rua sur nous, engageant une bataille à mort. Nous étions trois fois plus nombreux, mais eux étaient si puissants, si rapides, mais nous avons finalement réussi à reprendre le dessus, abattant les monstres au prix de terribles pertes. Lorsque soudain sortant de l'ombre, un être à la beauté stupéfiante et effrayante tant il se dégageait de lui une puissante aura de cruauté s'approcha... Plus vite que l'oeil humain ne saurait le suivre, il tua mes compagnons, alors qu'empli d'un désespoir résigné, je tentais de me défendre tant bien que mal. A ce moment là ma mémoire faillit, je n'ai jamais su ce qui se passa réellement. Je me souviens juste m'être éveillé dans la grotte entouré des cadavres de mes amis et voisins, couvert de sang, mais étrangement, alors que je me souvenais avoir reçu moultes coups, aucune blessure ne meurtrissait mon corps.

Intrigué, mais aussi quelque peu soulagé, persuadé d'avoir, d'une façon ou d'une autre, réussit à débarasser la contrée de ces démons, je repris la route jusque qu'au village, ne pretant pas attention à ma peau qui me picottait légèrement alors que le soleil me baignait de ses tendres rayons. Lentement le doute me submergeait, alors que je croisais quelques voyageurs, ils portèrent la main au pommeau de leurs armes me surveillant comme on observe d'un oeil inquièt et méfiant quelque lèpreux ou pestiféré. Et lorsque j'arriva au village, ce fut la débandade, les gens fuyaient en me croisant, poussant des hurlements appeurés, ma femme elle même sembla terrorisée, et s'effondra en larmes... Et je compris alors quel funeste sort le destin m'avait réservé... Là dans la glace mon reflet se faisait trouble, vaporeux, forme difficile à cerner, alors qu'il me semblait que mes traits étaient devenus plus fins et avaient retrouvé la force de la jeunesse, je ne pus que remarquer que ma peau étaient blanche comme la craie et mes cheveux pareils à l'albâtre.

L'âme en peine, sans dire mot, je quittait la ville, les vollets se fermant sur mon passages, le poids des regards sur mes épaules. J'errais longtemps dans les landes, et tentais même de mettre fin à mes jours, en me laissant tomber sur ma lame... Ce qui n'eut guère d'autre effet que me faire souffrir atrocement, sans parvenir à me tuer. Chaque jour la morsure du soleil se faisait plus cruelle, et la nuit je sentais mes sens s'éveiller, entrer en ébullition. Bientôt la soif de sang se fit sentir et je ne tardais pas à égorger un cerf pour me repaitre du liquide haud et épais... Bien que me sentant mieux, je n'étais point rassasié... Et avec le temps, je finis par faire, ce que je pense mon créateur voulait, c'est à dire rejoindre l'endroit où j'avais perdu toute trace de mon humanité.

Là-bas cette créature sans nom m'éduqua, m'apprennant l'étendue des nouveaux pouvoirs qui s'offraient à moi. La nuit, quand il partait en chasse, je rejoignais le village sous le couvert des ombres et observais longuement celle qui avait été ma femme assoupie dans notre petite chambre.

Quand enfin, je découvris que mon... «*maître*» n'avait plus rien à m'apprendre, je lui fais croire un temps, qu'à jamais je serais à son service, et une nuit alors qu'il se reposait, je saisis ma lame et lui transperçait le coeur avant qu'il n'ait pu piper mot, souriant avec cruauté devant son air surpris, je ne tardais à lui trancher la tête, brulait sa dépouille et l'ensevelissait, tête et corps, séparés, pieds vers le ciel, comme le veulent les coutumes... Je tenais enfin la vengeance que je m'étais promise des années plus tôt...

Dès lors je ne perdais plus mon temps, arpentant les terres jusqu'alors inconnues pour moi, ne m'abreuvant de sang humain qu'en extrème nécessité, évitant les villes, et villages, délassant quelque peu l'art de la lame pour me consacrer à celui des arcanes.

Traversant l'océan clandestinement sur un navire comemrcial, je rejoignais Dorrandin, et me présentais en un premier temps à Lumenis, ou ces abrutis bien pensants me rejetèrent en raison de ma condition, pour quelques années plus tard élire un vampire chancelier, vampire qui devint vite un véritable tyran.

Je me réfugiais dans la cité du chaos, la cité du vice, celle de Melandis, où je gravis rapidement les échellons de la hiérarchie, me liant d'amitié avec certains des personnages les plus influants, avant moi-même d'atteindre le poste envié de Conseiller.

Je participais à la Guerre des Morts, affrontant les flots de créatures revenues de leur sommeil éternel aux côtés du Druide Sombre Beorn, luttant pieds à pieds dans les rues de la Melandis en proie à un effroi sans nom, alors que chacun se défendait bec et ongles avec ce qu'il trouvait.

Plus tard je rencontrais celle qui allait devenir ma femme, et la mère de notre fils, Lies...

Bien que n'éprouvant que peu de respect pour les lois sachez tous que je suis un adepte du bien, que même si mes méthodes peuvent choquer, ou différer des votres fils de Tyr, enfants de Lathandre, mon but est le même que le votre.

Caractéristiques du Personnage

Classe : Bretteur niveau 6 , Mage niveau 8
Alignement : Chaotique Bon
Race : Humain/Vampire

Taille : 1.96m
Poids : 85 kg
Cheveux : Blancs
Peau : blanche pâles
Yeux : Rubis
Age : Environ 6 siècles

Force : 10
Dextérité : 16
Constitution : -
Intelligence : 17
Sagesse : 13
Charisme : 16

Divinités :

Mystra Déesse de la Magie et Protectrice de la Toile
Azuth Patron des magiciens
Shaundakul Le Chevaucheur des Vents, Protecteur des voyageurs.

Caractère

Calme et posé, il n'aime rien plus que passer des heures dans sa bibliothèque à étudier, toujours en quète de savoirs nouveaux. Il aime les arts, particulièrement le théatre, la poésie et la musique. Certains le disent froid, d'autres diront qu'il s'agit d'un être profondément généreux, aimable et accueillant pour peu que l'on veuille bien voir au dela de son caractère habituellement fort taciturne.
Calculateur, nul ne connait véritablement ses buts avant qu'ils ne soient révelés, il s'avère être un grand stratège, capable de jongler entre sa position au Conseil de Melandis et ses objectifs profondément bons. Il n'en reste pas moins un individu dangereux, qu'il est risqué de provoquer, car il perd tout contrôle de sa personne une fois hors de lui.

Possessions :

Cape Magique (Compte comme deux épées +1)
Vêtements enchantés (comptent comme une armure de cuir +1)
Lame du Démon (sans caractéristiques précises, utilisée uniquement pour le rp pur et dur, hors combats etc)