Le tout nouvel aventurier Mérillym Martial se décida enfin à franchir les lourdes portes de la ville de Manost après une route très longue... Il décida que pour se faire admettre sans problèmes, le mieux serait d'aller se faire enregistrer dans la salle des confessions biographiques. Il s'y rendit directement, après avoir été accepté à Manost, et frappa trois coups répétés sur la lourde porte de chêne qui se dressait devant lui. Jamais de sa modeste vie il n'avait vu un aussi beau monument, mais étant un demi-elfe, pour sa race, il était considéré comme très jeune donc il n'était pas encore habitué à temps de grandeur et de beauté... Une voix grave le fit sortir de ses contemplations et lui demanda qui il était et ce qu'il venait faire en ces lieux. D'une petite voix timide, il demanda s'il se trouvait bien dans la salle des confessions biographiques... La personne qui avait parlé le lui confirma et l'invita à entrer dans sa demeure... Deux servants se mirent alors à ouvrir les lourdes portes... C'est d'un pas mal assuré qu'il les franchit... Il fut émerveillé par la beauté de la salle : de grandes étagères étaient alignées le long des murs. Les livres couraient le long des étagères : il y en avait des milliers. A ses pieds, un tapis rouge de cérémonie l'invitait à s'avancer jusque vers le responsable de ce lieu. Il s'avança d'un pas souple et découvrit dans le mur du fond, derrière le bureau du responsable, une gigantesque et magnifique statue en or... Ses contemplations furent troublées, une fois de plus, par une voix grave et résonnante... Celui qui était chargé de recevoir les confessions biographiques se présenta sous le nom de Ravestha et lui déclara qu'il pouvait commencer à lui raconter sa vie, qu'il devais tout lui dire... Mérillym Martial commença donc sa confession...

<span style=\'color:red\'> Biographie :

Abandonné par mes parents dès mon plus jeune âge, je fus recueilli par un ménestrel de renom du nom de Thom Mérriliym. Ce ménestrel a renoncé à sa vie citadine pour s’isoler dans la forêt de Thétyr, à quelques lieues d’Athkatla, une très grande ville de la côte des épées. Thom m’a donc trouvé en pleine forêt par une violente nuit d’orage…Ce sont mes cris de bébé qui l’ont alerté lorsqu’il rentrait chez lui…Il m’a pris dans ses bras avec le plus grand soin, m’a recouvert de sa cape et m’a ramené vers sa hutte qu’il avait construite en pleine forêt. Thom vivait donc au cœur d’une grande forêt… Je me suis toujours demandé la raison de ce choix de vie : un grand ménestrel comme lui était fait pour les auberges de la région où ses contes fabuleux et ses chansons d’une mélodie rares étaient très convoités par les aubergistes. Il allait de soi qu’avoir un bon ménestrel augmentait son chiffre d’affaire… Ce ne fut que bien plus tard, avant mon départ de chez lui, qu’il me raconta toute son histoire… enfin, en partie… En entrant dans sa hutte, son premier réflexe fut de voir si je me portais bien ou que je n’étais pas blessé…Ce n’était pas le cas et il décida de me garder et de m’élever si personne ne viendrait à réclamer un bébé perdu dans les prochains jours. Le soir de ma découverte, il me coucha avec soin dans un petit lit de fortune qu’il venait d’aménager en urgence…Il me donna aussi un peu de lait et c’est paisiblement que je m’endormis ce soir-là. Mais quand je fus endormis, il sortit de sa hutte et retourna sur les lieus de ma découverte à la recherche d’éventuels indices… Tout proche de l’endroit où j’étais allongé dans mes limbes, il vit scintiller un objet au clair de lune. Il s’en approcha et il découvrit un médaillon qui lui semblait appartenir à quelqu’un de très riche…On pouvait l’ouvrir, c’est ce qu’il fit et il découvrit la photo d’un couple… Dès cet instant, il su que j’étais de sang noble ou royal et que j’avais été abandonné par mes parents, sans doute pour une raison politique d’après lui… Effectivement, à quelques pas de l’endroit où il m’a trouvé, il découvrit un gros sac qui contenait tout ce qu’il fallait pour s’occuper d’un bébé sans problème…C’est complètement ahuri et exténué qu’il prit le chemin de retour et qu’il rentra dans sa hutte où je dormais paisiblement… En entrant il se pencha sur mon berceau et me murmura à l’oreille : « Mon enfant, d’où que tu viennes, je vais t’élever comme le fils dont je rêvais et que je n’ai jamais pu avoir… ». Après il se coucha tout en restant pensif… La nuit de notre rencontre se déroula paisiblement.

Je fus ainsi élevé par ce ménestrel qui me considérait comme son fils et que je considérais comme mon père…Il m’apprit tout ce qu’il savait mais jamais nous ne sortions de la forêt sauf lui de temps en temps pour se tenir informer des dernières nouvelles et rumeurs ainsi que pour faire quelques provisions de ce que l’on ne trouvait pas en forêt. J’eu donc une enfance heureuse mais modeste car il était de condition sociale très modeste : issu d’une famille de paysans, il parti à l’aventure très jeune et fut très vite remarqué pour son talent inné de ménestrel… A cette époque, je ne savais toujours pas les raisons de son isolement en forêt…

A dix ans, je connaissais déjà par cœur la plupart de ses contes fabuleux qui font rêver tous les petits enfants. Il allait de soi que nous nous baladions énormément en forêt et il m’instruisit sur les plantes et les arômes… Il m’apprit aussi à me déplacer en forêt sans faire de bruit et sans me faire remarquer… Il me disait toujours que j’étais aussi doué que lui et que j’étais le fils dont il a toujours rêvé… Etant ménestrel, il m’enseigna la flûte et la harpe et il m’apprit des dizaines et des dizaines d’airs. Mais par un beau jour d’été, il vint me voir alors que je m’entraînais à la flûte et il me déclara solennellement qu’il avait une chose importante à me révéler… Nous prîmes le chemin de la hutte. A peine entré qu’il m’ordonna de m’asseoir sur mon lit et de rester silencieux. J’étais tout excité mais aussi très inquiet, il ne s’étais jamais comporté comme cela avant… Il sortit de son coffre le médaillon qu’il avait trouvé la nuit où il m’avait découvert et il me raconta ce qu’il pensait de mon histoire : pour des raisons politiques, mes parents m’avaient abandonné en pleine forêt dans l’espoir que quelqu’un me recueillerait… J’étais assommé, j’avais toujours pensé que j’étais le fils de Thom et que maman était morte en couche… J’en eu les larmes aux yeux mais Thom fut là pour me réconforter mais lui aussi semblait pleurer… Je compris qu’il m’aimait énormément –comme un fils- et qu’il avait peur de me voir le considérer simplement comme un tuteur… Encore tout essoufflé par cette révélation, je lui promis qu’il garderais à jamais la place la plus importante dans mon cœur avec mes vrais parents et que je le considérerais toujours comme mon père… Soulagé par mes paroles, il me remercia, –c’était plutôt moi qui devait le remercier pour tout ce qu’il avait fait pour moi- et me passa le médaillon autour de mon cou et nous retournâmes à nos activités…

Pour mon douzième anniversaire, il m’offrit une superbe épée ainsi qu’une très belle armure, adaptées toutes deux à ma taille qui n’était pas encore celle d’un adulte. De plus, j’étais loin d’avoir la carrure de ces brutes de guerriers bien que Thom m’ait toujours assuré que j’étais un garçon normal pour mon âge… C’est ainsi que commença mon entraînement à l’épée… Au début, j’eus beaucoup de mal, je me suis même fracturé la jambe et ouvert le bras, mais avec toute l’attention de Thom et beaucoup de patience, je devins un guerrier correct… Selon les dires de Thom un barde –car c’était ce que Thom avait envi de faire de moi- devait savoir se défendre à l’épée sans pour autant être un expert dans le maniement des épées. En effet, l’arme de prédilection de Thom était le poignard et les couteaux de lancer… C’est ainsi qu’il m’apprit aussi le maniement des couteaux de lancer et les divers coups possibles que l’on peut effectuer avec un poignard… Il me disait toujours que j’étais très doué et que j’avais une grande faculté d’apprentissage… C’est à l’aube de mon quatorzième anniversaire que je maîtrisais enfin de manière très correcte l’épée, le poignard et les couteaux de lancer. Il me félicita et vint me voir par une journée d’automne on ne peut plus ordinaire. C’est là qu’il me fit une promesse : à l’aube de mes seize ans, il me donnera une épée qu’il prétend magique ainsi qu’une très bonne armure en côte de maille elfique… Surpris de voir de si belles armes et confus des cadeaux qu’il me promettait, je lui demandais ce qu’était ces armes… Il me déclara que ces armes étaient des armes elfiques, forgées par un forgerons elfe –aujourd’hui mort- et qu’elles possédaient toutes sortes de propriétés magiques… Me voyant en train de commencer à m’émerveiller, il me regarda fixement et s’arrêta tout net et me dit très solennellement que ces armes ne révéleraient leurs propriétés magiques qu’à ceux qui en seront dignes… Donc, lors de mes premières aventures, cette armure et cette épée seront juste de très bonnes armes (l’épée étant parfaitement équilibrée et l’armure étant très légère). Mais cette déclaration ne dissipa en rien mon émerveillement. Je voulu lui poser quelques questions à propos de l’obtention de ces armes, mais il m’arrêta tout net, me disant que je ne devais pas lui poser de questions à son sujet ou en tous cas pas encore. L’année de mes quatorze ans se déroula paisiblement, continuant toujours à apprendre de nouveaux contes, à m’entraîner à me déplacer en forêt, à jouer de la flûte et de la harpe ainsi qu’à m’exercer aux maniement des épées, poignards et couteaux de lancer… J’appris aussi le jonglage et les pirouettes que tout bon ménestrel, selon Thom, doit savoir faire.

Quand vint enfin le jour de mes seize ans, Thom me fit un repas de fête et me déclara qu’il était très fier de son fils qu’il aimait par dessus tout. Nous étions en train de manger et de boire toutes les bonnes choses qu’il m’avait préparées lorsque la porte s’ouvrit brutalement : un homme vêtu de la tête aux pieds –un ranger ou un rôdeur d’après mes connaissances acquises- se dirigea tout droit vers Thom. Sans réfléchir, j’ai dégainé mon épée plus vite que l’éclair et je me suis interposé entre Thom et cet inconnu. Thom me réconforta en me disant que c’était un de ses vieux amis et qu’il n’y avait pas de danger. Soulagé, j’ai rengainé mon épée et je suis allé m’asseoir à ma place… Thom m’a dit de rester là et de m’occuper car il devait parler avec cet homme en privé. J’acceptais. Dès ce moment-là, j’eus l’impression qu’une page de mon destin venait d’être tournée, ce qui se révéla exacte par la suite.

Lorsque la porte de la chambre de Thom se rouvrit –c’est là qu’ils s’étaient enfermés-, il se dirigea droit sur moi, me regarda droit dans les yeux et me déclara que cet homme –qui était toujours un inconnu pour moi- s’appelait Hasdrael. Je sus que son rôle était de prévenir Thom en cas de danger pour lui… N’ayant que seize ans à cette époque, je commencer déjà à m’inquiéter et je m’apprêtais à lui poser des questions lorsqu’il m’intima de me taire et de l’écouter attentivement… Hasdrael avait entendu dans une taverne, située dans le district des quais, de la ville que des inconnus faisaient des raides de nuit dans les fermes… Ils pillaient tout sur leur passage et n’hésitait pas pour cela à tuer femmes et enfants. Bien sûr, les gardes de la ville et son gouvernement ne pouvaient pas rester indifférents à tant de barbarie. Pour y remédier, le nombre des patrouilles fut augmenté de cent et leur taille de vingt soldats supplémentaires comprenant trois mages et des arbalétriers. Selon Hasdrael, cette mesure, qui venait d’être mise en place, était exceptionnelle. Pour Hasdrael, c’était le signe précurseur d’une nouvelle grande période de troubles… Ce que j’appris ce soir m’ému et m’attendri énormément : des femmes et des enfants ! Ce fut vraiment la première fois que je pris conscience de la violence de notre monde… Thom proposa à Hasdrael de finir le repas de fête avec nous, mais il nous déclara qu’il avait des affaires à faire en ville et que comme moi il n’avait pas très fin pour le moment…

Lorsque la porte se referma derrière Hasdrael, Thom m’invita à m’asseoir et à l’attendre dans la pièce principale de la hutte quelques minutes… Lorsqu’il revint, il tenait dans ses bras l’épée et l’armure elfiques… Il me déclara qu’il devait quitter cette cabane au risque de ce faire attaquer par ces fameux voleurs. J’étais, une fois de plus, émerveillé par la beauté de ces armes… La voix de Thom, qui laissait paraître une nuance d’inquiétude, m’ordonna très fermement de me saisir de ces armes et de les porter. J’obtempérais. Je n’eus aucune difficulté pour enfiler l’armure, bien que cette dernière était encore un peu trop grande pour moi. Ensuite, je pris l’épée dans ma main droite et je fis quelques mouvements pour voir si elle me convenait… J’étais émerveillé : cette épée n’avait strictement rien à voir avec mon épée d’entraînement ; elle était légère, maniable, équilibrée et je sentais un grand potentiel magique. Je fis part de mes sentiments à Thom et celui-ci parût agréablement surpris. Il me dit que si je pouvais déjà sentir un potentiel magique en cette épée c’est que l’épée m’acceptais et me dévoilerais bien plus tôt ses pouvoirs… Thom fut très fier de moi à ce moment-là. Il me donna ensuite les couteaux de lancer qu’il me conseillaient de toujours porter sous les manches pour gagner en rapidité en cas de dangers. Enfin, il fini par me remettre un poignard qui semblait avoir été le sien tellement il était beau… Je ne pouvais accepter tant de cadeaux de la part de Thom : je le lui dis mais il m’intima le silence et me déclara qu’il était trop vieux pour ce genre de choses et que toutes ces armes me seraient plus utiles qu’à lui. Après cette séance d’habillage, on se r assit à table pour finir le repas de fête bien que le cœur n’y était plus : Thom semblait inquiet et bouleversé tandis que moi je n’avais pas le courage de manger après avoir entendu les propos de Hasdrael.

Quand nous sortîmes de table ce soir-là, la nuit était déjà tombée. J’avais rangé mon équipement dans mon sac pendant que Thom fumait une pipe dehors. Il m’attendait. Je m’allongeais dans le transat qui se trouvait à côté de celui de Thom et il se décida enfin à me révéler son plan d’action, que je n’osais toujours pas lui demander. Il me dit que nous partirions demain matin très tôt à l’aube et que nous prendrions le chemin de la ville. Pour lui, on serait plus en sûreté dans une auberge de la ville, si on étaient discret, que dans son humble demeure située en pleine forêt. Pour la première fois de ma vie, il me demanda mon avis, c’est à dire si j’étais d’accord avec son plan. Je lui répondis que c’étais une excellente idée, mais que nous ne devrions pas rester trop longtemps dans cette ville. Il me répliqua que les jeunes étaient toujours les plus fougueux et qu’ils voulaient toujours partir à l’aventure le plus tôt possible, mais fut d’accord avec mon plan. Le sujet était donc clos pour ce soir. Nous rentrâmes dans la hutte préparer nos sacs de voyage et Thom me dit de m’endormir tranquillement. Il me réveillerais au moment voulu. Bizarrement, je dormis d’un très bon sommeil cette nuit-là.

Comme convenu, nous partîmes très tôt le lendemain matin. Après avoir rassemblé nos affaires, -victuailles, équipement, etc.- nous prîmes le chemin de la ville. Mais Thom insista pour ne pas emprunter la route principale pour ainsi éviter de mauvaises rencontres à cette heure là. Il devait être cinq heure du matin. Nous avions 10 bonnes lieus à parcourir avant de sortir de la forêt. Bien que nous n’empruntions pas la route principale, nous la longions pour éviter de nous perdre. Thom avait bien tout prévu, une fois de plus. Je me mis à me demander quel était son passé lorsqu’il me projeta par terre et m’ordonna le silence. Thom avait entendu des bribes de mots. Nous n’étions pas seul. Pour la première fois de ma vie, je me mis à réellement avoir peur, mais j’avais reçu un si bon entraînement que j’étais prêt à me battre. Je devais juste lutter contre ma peur pour rester lucide. Thom me murmura à l’oreille de ne pas avoir peur et d’attendre que ces hommes à pieds se soient éloignés de nous. Je me rendis compte que Thom regardait attentivement dans leur direction. Soudain un sourire éclaira son visage, et il me dit que c’était une patrouille de la ville, et qu’ils étaient descendus de leurs chevaux pour ressangler. Il s’apprêta à se montrer, lorsqu’il entendit des rugissements et des cris de guerre… Des inconnus vêtus de noirs, montés sur de superbes chevaux étaient lancés au galop en direction des gardes. Les gardes se dépêchèrent de remonter à cheval pour pouvoir se défendre contre ses assassins, car il n’y avait pas d’autres mots. Les trois mages eurent à peine le temps de prononcer un mot qu’ils avaient déjà reçus une flèche en pleine gorge. Ils s’écroulèrent morts, inanimés… Thom me traîna par l’épaule pour m’éloigner du combat. Il me dit que le combat étaient déjà gagné pour les assassins et que nous devions profiter de la bataille pour fuir et se réfugier en ville. Nous nous éloignâmes donc tout en entendant les bruits du combat. Mais maintenant, il n’était plus question pour Thom de rester plus d’une nuit dans une auberge de la ville. Nous partirons pour Manoste le plus tôt possible après s’être un peu reposé. Nous prîmes donc le chemin de la ville. Le reste de la nuit se passa sans problèmes et à midi, nous étions à la lisière de la forêt. Nous franchîmes les dernières lieus qui nous séparaient de la ville sans soucis. Nous étions enfin arrivés en ville à Athkatla. Je n’avais jamais vu de ville de toute mon enfance et nul besoin de dire que j’étais émerveillé. Une fois encore, Thom me tira par l’épaule et nous nous avançâmes vers les portes de la ville.

Nous nous retrouvâmes donc devant les portes de la ville. Lourdes portes en chêne massif, elles étaient décorées des armoiries de la ville. Un poste de garde se trouvait là pour réguler la circulation des étrangers et des citadins. Comme nous étions en période de troubles la plupart des étrangers n’avaient pas le droit de franchir les portes de la ville. L’espace d’un moment je me suis surpris à me demander si nous pourrions passer ces portes où si on nous en interdirait l’accès. Quel ne fut pas ma surprise de voir un garde se diriger droit sur nous lors de notre approche. Sentant ma tension monter, Thom me rassura en me disant que tout se passerait normalement. Effectivement, le garde salua Thom et se présenta sous le nom Cespael. Ils s’étreignirent et se tapèrent l’épaule : ils étaient de vrais copains… Cespael nous laissa donc entrer en ville sans nous fouiller après avoir demandé à Thom qui j’étais. Thom me présenta comme son apprenti, le robuste gaillard parût surpris mais ne posa pas de questions supplémentaires. Après avoir laissé derrière nous Cespael et les portes de la ville, je demandai à Thom comment il avait connu ce garde et pourquoi il avait eu l’air surpris quand il m’avait présentait comme un apprenti. Il me rétorqua que je lui posais beaucoup trop de questions mais me confia que Cespael était le frère aîné de Hasdrael, lui aussi garde de la ville. Thom ne m’en dit pas plus et nous nous mîmes à arpenter les rues à la recherche d’une auberge qui nous conviendrait. Une fois encore, je me mis à penser au passé de Thom, qui était-il vraiment ? En tous cas, il avait l’air de connaître beaucoup de monde… Je ne comprenais toujours pas pour quelles raisons il s’était isolé en forêt. Le cadence imposait par Thom était d’une si grande rapidité que j’eus un peu de mal à le suivre. Il semblait connaître la ville par cœur ou presque et déjà savoir dans quelle auberge nous coucherions. Effectivement, au détour d’un chemin, il me montra l’enseigne d’une auberge « Au lion d’or ». Il m’indiqua d’un geste d’entrer dans cette auberge…

Nous franchîmes donc le seuil la porte. Une grande salle s’ouvrit devant nous. Les tables étaient alignées en trois rangées identiques, laissant quatre couloirs pour les serveuses. Divers tableaux ornaient un mur fraîchement repeint dans les tons ocres. Un magnifique lustre, plaqué or, pendait au plafond. Mais ce qui me frappa le plus en entrant fut ce superbe lion doré qui se trouvait à l’entrée de la partie privée de l’auberge. Il était dans une position qui laissait penser qu’il dominait la salle. Il faisait bien deux pieds de hauts. Les paroles de l’aubergiste –c’était une femme corpulente, mais qui avait du charme et qui était bien habillée, bien que son tablier était un peu crasseux- et de Thom me tirèrent de mes contemplations. Une fois encore, Thom connaissait cette personne, ce qui ne me surpris guère. Thom me présenta encore comme son apprenti et demanda à la grosse femme s’il pouvait avoir une chambre avec deux lits pour ce soir, en échange nous lui jouerions des airs et conterons des histoires pour distraire la salle et attirer plus de monde à partir de neuf heure –il était dix heure-. Elle accepta très chaleureusement. Elle nous conduisit dans notre chambre et nous installâmes nos affaires. Après notre long périple de la nuit dernière, nous étions fatigué et nous décidâmes, après avoir fermé la porte à clé, de nous reposer jusqu’au soir six heure. Thom insista pour dormir habillé avec nos armes. Je lui obéis. Le sommeil vint me trouver assez rapidement…

Vers les six heures, Thom me réveilla en sursaut. Je protestais énergiquement en lui disant que nous avions encore deux bonnes heures de sommeil devant nous. Comme Thom insistait et me secouait comme un prunier, je me suis levé. Il m’intima d’aller m’asseoir sur la chaise qui se trouvait dans l’angle de la pièce. Il prit une autre chaise et me rejoignit. Il s’assit, s’éclaircit la gorge et m’affirma qu’il avait des choses très importantes à me dire et qu’après ils plieraient bagages pour s’en aller sans plus tarder à Manost. Je fus surpris, mais connaissant Thom, je ne lui posai aucune question. Il fus très fier de moi et me déclara que j’étais devenu un grand garçon et que j’étais prêt à affronter le monde extérieur. Sur ce, il enchaîna directement avec son récit. Pendant que je dormais il a décidé d’explorer la ville à la recherche de rumeurs sur les origines des troubles. Ce qu’il apprit ce jour-là me glaça le sang et me fis énormément penser à mes parents. Il découvrit que les assassins étaient à ma recherche parce que j’étais l’unique héritier encore vivant d’une province très lointaine…Ces assassins voulaient s’emparer du trône mais ne pouvait le faire tant que j’étais en vie…Thom ne put me dire si mes parents biologiques étaient encore en vie… Thom avait donc vu juste à mon propos et sur mes origines…. J’étais tout interloqué… Thom décida qu’il fallait quitter la ville sans plus attendre et nous diriger vers Manost où, là-bas, la garde manostienne pourrait me protéger. Je me promis aussi de partir à la recherche de mes parents une fois à Manost et de récupérer mon trône pour venger les crimes de ces assassins. Thom me félicita et m’assura que j’étais un bon garçon mais qu’il fallait partir sans plus attendre.

Nous fîmes donc nos bagages et nous fîmes aussi en sorte de ne laisser aucune traces de notre passage. Ensuite, nous descendîmes les escaliers et Thom se dirigea vers la grosse femme et lui confia que nous devions partir d’urgence sans plus attendre. Il lui dit aussi de faire attention à elle au cas où nos poursuivants débarqueraient dans son auberge. Je fus surpris de voir Thom raconter une partie de notre histoire à cette femme mais après réflexion, elle devait être une grande amie de Thom. Ce dernier en profita pour lui demander deux chevaux, les plus rapides qu’elles possédaient. Elle nous conduisit dans les écuries et nous présenta ses deux seuls chevaux qu’elle possédait. Thom fut très gêné de les lui acheter, tout comme moi. Après avoir scellé nos chevaux, nous décidâmes d’emporter le strict minimum pour pouvoir avancer plus vite. Une fois en scelle et prêt pour le grand départ, Thom remercia très chaleureusement son amie et lui donna une grosse bourse d’or. Elle n’en voulut point. Thom insista et elle ordonna de partir sur le champ sous peine de crier et d’alerter tous les clients et toutes les serveuses. Nous la remerciâmes encore une fois puis nous sortîmes de l’écurie. Après un dernier geste de la main à la femme corpulente, nous lançâmes les chevaux au grand galop en direction de Manost.

Quelle ne fut pas ma surprise d’avoir pu arriver aux portes de la ville de Manost sans aucun problème. Je remerciais chaleureusement Helm pour ce miracle. Thom décida de me laisser me débrouiller seul, il avait des choses à faire, m’avait-il dit. J’étais très triste mais il m’ordonna de ne pas laisser transparaître mes sentiments. Il m’assura que je serais en sécurité ici et que je serais bien accueilli. A ma grande surprise, il me donna sa magnifique harpe et sa mélodieuse flûte. Il m’avait toujours dit que c’est ce qu’il avait de plus cher au monde. Quand il comprit ce que je m’apprêtais à dire, il déclara : « Non, c’est toi que j’ai de plus cher au monde, mon fils ». Il me serra dans ses bras, remonta sur son cheval et reparti au grand galop et me laissant devant les portes de la ville de Manost.

Voilà comment je devins aventurier…


-----------------------------------------------------------------------------------------------

Je suis en train de revoir ma bio et de me la faire comme si je faisais une feuille de personnage pour Donjons et Dragons

Elle devrait être totalement finie d'ici deux à trois semaines