En provenance des portes de la ville

En parvenant à la bordure de la zone portuaire de la ville sur les indications du garde, Severus remarqua qu'un splendide théatre du nom de 'Théatre de la Harpe Manostienne' y était érigé. Il aimait ces distractions culturelles et songea :
Il faudra que je pense à consulter le programme..

Cependant, on pouvait entendre des chansons s'entremêlant dans un vacarme cacophonique assourdissant. Elles parlaient de 'filles d'aujourd'hui', de 'chevaliers d'un certain signe zodiacal' et autres paroles sybillines.
Etrange, songea Severus, Les tenanciers feraient bien de penser à renouveler leurs bardes..

Sur cette dernière pensée, il arriva à l'édifice consacré aux biographies des Manostiens. Ce bâtiment était étrangement calme, comme une église. Un grand livre d'Or était posé sur un autel, placé entre deux bougies. Un écriteau indiquait : 'Pour la mémoire de tous nos citoyens manostiens'.
Belle initiative.. Et celà sera amusant de parler de moi à la troisième personne.. dit-il en souriant.

Il prit son journal pour se rappeler des moindres détails, et saisit sa plume..





--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Severus marchait depuis une journée entière en plein soleil, s’étant simplement arrêté une heure vers midi pour se reposer à l’ombre d’un grand chêne. Le crépuscule s’annonçait et il tombait littéralement d’épuisement. La route était encore longue jusqu’à Manost et il lui fallait absolument reprendre des forces.

Il s’apprêtait à s’installer pour la nuit, peu réjouit à l’idée de devoir s’allonger sur les racines inconfortables d’un frêne, quand tout à coup, il aperçut les lumières dansantes d’un petit village voisin.



« Encore un petit effort » songea-t-il, en réajustant son sac sur ses épaules.
Il décida donc de continuer un peu avant, pour profiter d’un bon lit, peut-être même d’un bon repas, à l’auberge du village.


En arrivant devant l’établissement, il ne put réfréner un sourire de satisfaction : « A la bonne pitance – Service à toute heure ».
« C’est parfait, juste ce qu’il me fallait », pensa-t-il. Il poussa la porte de l’auberge. L’atmosphère était surprenamment calme : un bon feu crépitait dans la cheminée, et seules trois tables sur la dizaine disponibles étaient occupées par des clients. Le cadre était simple, rustique avec ses grandes poutres de bois, mais confortable et reposant.
Remarquant son habit noir contrastant avec son teint pâle, le tenancier s’avança prudemment vers Severus.

«- Qu’est ce que j’peux faire pour vous étranger ?, dit-il avec un léger tremblement dans la voix, qu’il cherchait visiblement à dissimuler.
-Je voudrais le couvert et également une chambre pour la nuit, si possible.
-J’suis désolé étranger, mais j’ai pas l’habitude de servir les satanés magiciens. ‘Sont tous bons à moisir à SpellHold avec leurs crénom d’pouvoirs. »
Severus ricana doucement :
« -Ne vous inquiétez pas. Je ne suis pas magicien, je suis herboriste.
-Aah ! Z’êtes un r’bouteux ! Alors ça va, ‘pouvez rester monsieur.. Monsieur.. ?
-Severus, appelez moi Severus, dit-il en donnant une poignée de pièces d’or à l’aubergiste.
-Severus, parfait. Z’êtes pas d’ici vous, ça se voit ! Z’avez le teint tellement pâle.. M’en vais vous préparez des pieds d’cochons.. T’nez v’là la clef de vot’ chambre.
-Merci mais, euh.. Je préfèrerais du poulet ou une omelette si possible..
-Mais nooooon ! Z’allez goûter à ma spécialité ! Pas d’manières étranger, t’nez, allez vous asseoir, pendant que je vous prépare ça.. »

Résigné au menu de son futur repas, Severus alla s’installer sur une table légèrement en retrait des autres clients. Il ne voulait pas attirer l’attention et il savait bien que tromper un aubergiste était une chose, mais cacher son véritable pouvoir à un voyageur chevronné en était une autre.

Peu de temps après, l’aubergiste arriva, avec une grand plat de pieds de cochons.

« -Et voilà, m’sieur ! Z’êtes servi ! Et v’là du pain et du vin !
-Merci beaucoup, dit Severus avec un air dépité. »
Severus s’aperçut qu’un des clients de l’auberge l’observait. C’était un homme d’une trentaine d’années, d’apparence robuste vêtu d’une tunique fauve, une épée longue reposant le long de sa jambe, sans aucun doute un rôdeur. Il était également seul à sa table. Severus lui fit poliment un signe de tête et celui-ci le lui rendit.

Severus allait entamer avec regret son premier pied de cochon, quand le rôdeur s’approcha de sa table et lui dit :

« Me permettrez-vous de m’asseoir à votre table, maître Severus ? »
Devant l’air surpris du nécromancien, il sourit et dit :
« -Oui je n’ai pu m’empêcher d’entendre votre nom.. Je vois que vous avez la chance de goûter à la spécialité locale. Mon maigre pécule m’en prive. Je n’ai eu droit qu’à un simple poulet.. Excusez-moi, je ne me suis pas présenté, je m’appelle Alcibiade le Rôdeur.
-Et bien asseyez-vous Alcibiade, et échangeons nos plats !
-C’est que je ne voudrais pas vous en priver..
-Non, non, je vous en prie.. C’est avec plaisir, je ne raffole pas de ce genre de curiosités.. »

Le repas se déroula dans la bonne humeur. Les deux compagnons repus, Alcibiade offrit un peu de tabac à Severus et demanda :
« -Vous êtes magicien n’est ce pas ? D’où venez vous ? Pardonnez moi, je vous ennuie avec mes questions, je vais vous laisser aller dormir..
-Non, non, restez, dit Severus en tirant sur sa pipe, il y avait bien longtemps que je n’avais pas partagé mes aventures avec quelqu’un. Et bien que vous soyez un parfait inconnu, je suis résolu à vous conter mon histoire. »
Un large sourire illumina le visage d’Alcibiade.
« Je pourrais très bien vous dire que je devins aventurier après que ma famille se soit faîte massacrée par des orcs. Mais comme vous le savez, les orcs ne sont pas responsables de tous les malheurs du monde... »
Alcibiade ne put s’empêcher de s’esclaffer et lorsqu’il se fut calmé, il prêta encore davantage attention au discours de Severus.

«-On ne peut rien vous cacher. Je suis effectivement magicien, un nécromancien pour être plus précis. Ou du moins je l’étais...
Je suis né près de la cité de Baldur, à côté de Flammevin. Mon père était un clerc noir, vous avez certainement du entendre parler de lui.. Il s’appelait Bassilus.

-Vous êtes le fils du célèbre Bassilus ? chuchota Alcibiade effaré.
-En effet.., répondit calmement Severus ».
Son visage devint grave et ses yeux noirs brillèrent d’un éclat mauvais. Il regardait fixement les flammes qui dansaient dans la cheminée.

« -Mon père a toujours eu des rêves de grandeur : Il avait décidé de faire de moi le plus grand nécromancien de tout Féerune, rien que cela. Pour ce faire, il chassa ma mère du foyer familial alors que je n’avais que quatre ans, de peur qu’elle ne me transmette des sentiments d’amour et de compassion sans doute. Vous n’avez aucune idée de ce que j’ai pû endurer comme torture de l’âme.
Il m’a enseigné l’art noir de la nécromancie et les rudiments de l’herboristerie, pour confectionner des poisons efficaces.
Je progressais très vite, à ma majorité je connaissais et maîtrisais autant sinon plus de sorts que lui. Mais il n’a jamais réussi à corrompre complètement mon jugement. Je le laissais m’apprendre tout ce qu’il savait en nourissant l’espoir secret de l’anéantir un jour..

-Je vous comprends, affirma Alcibiade, et que s’est il passé ensuite ?
-Un jour, alors que je ramassais des herbes pour préparer un poison, je vis un groupe d’aventuriers s’approcher de ma maison. Ils étaient lourdement armés et leur but ne faisait aucun doute : Ils venaient combattre mon père afin de faire cesser ses agissements. Il était certain que les habitants du village voisin n’appréciaient guère de voir les morts sortir de leur cimetierre..
Je me suis caché derrière un chêne et j’ai observé la scène. Mon père était dèjà dehors et commençait à incanter une mélopée nécromantique. Aussitôt, dix squelettes surgirent de terre et le combat s’engagea. Il fut terrible. Les armes s’entrechoquaient et les sorts fusaient de toutes parts. Quatre aventuriers tombèrent sous les incantations répétés de mon père. Mais malgré toute sa puissance, il était submergé et ses assaillants étaient diablement expérimentés. L’issue du combat était évidente. L’un des aventuriers, un mage, parvint à percer la protection magique de mon père et celui-ci fut mortellement touché par une flèche. Il s’écroula et ses invocations partirent en fumée. Le groupe poussa un cri de victoire et s’empressa de détrousser son corps et de piller notre demeure de tous nos objets de valeur.
J’aurais pu intervenir à tout moment et sans doute renverser le cours de la bataille, mais j’étais tétanisé et guidé par mon désir de revanche.

Une fois les aventuriers partis, j’allais contempler la dépouille de mon père. Il gisait dans une mare de sang, une flèche plantée dans la poitrine. Soudain, il fut pris d’un soubresaut : il vivait encore !
« Severus, m’implorait-il, aide-moi ! »
Ses yeux étaient rougeâtres et larmoyants, son teint virait au grisâtre. Il agonisait. Une deuxième chance de le sauver s’offrait à moi : une magie curative ou une potion appropriée et mon père aurait été rapidement sur pied. Ironie du sort ! Il ne m’avait enseigné que la magie destructrice. De toutes façons, je ne voulais pas retrouver l’être tyrannique et sans pitié qu’il redeviendrait immanquablement. Je ne pouvais le laisser mourir non plus, il se serait certainement transformé en spectre ou une autre créature torturée, tellement il était empli de mal. »


Alcibiade était estomaqué :
« Et alors, qu’avez vous fait ? Vous l’avez achevé ? »
Le regard de Severus s’assombrit et un sourire sardonique apparut sur son visage :
« Bien pire que cela.. J’ai utilisé sur lui l’un des sorts les plus puissants qu’il m’avait enseignés. J’ai emprisonné son âme dans la pierre ionique que vous voyez là. »
Severus sortit de sa bourse une pierre ovoïde de petite taille. A l’intérieur de celle-ci, des nuages noirs semblaient se mouvoir indéfiniment.
« -Je ne sais pas encore ce que je vais en faire. Je ne peux la détruire, de peur que l’âme de mon père ne s’en échappe et je ne veux pas qu’elle puisse tomber entre de mauvaises mains. Je m’occuperai de cela en temps utile, dit Severus en rangeant la pierre.
-Qu’avez-vous fait depuis ce temps ?
-J’ai parcouru le monde. J’ai tenté de réparer les tords qu’avait causés mon père en mettant à profit ma science des potions. J’ai guéri bien des malades, soigné de nombreuses plaies et distribué moult antidotes à ceux qui avaient été victimes de créatures venimeuses. J’ai donc volontairement oublié la plupart de mes sorts nécromantiques pour me consacrer à l’étude des herbes et des livres anciens.
-Vous êtes comme un prêtre ou un moine en somme ?
-Détrompez-vous. Je ne voue de culte à aucun dieu et je suis loin d’être un agneau inoffensif. Je sais être sans pitié lorsque la situation l’exige. »

Le regard de Severus et le ton de sa voix faisaient frissonner Alcibiade, il décida alors de changer de sujet :
« -Je n’en doute pas, je n’aimerais pas vous compter parmi mes adversaires.. Et que comptez-vous faire à Manost ?
-J’aimerais ouvrir ma propre boutique pour pouvoir gagner ma vie en tant qu’herboriste. J’en ai assez de vivre comme un hermite. J’aimerais également consulter les livres de la grande bibliothèque car j’ai entendu dire que l’on y trouvait des ouvrages fort intéressants. J’aspire au repos et à la tranquillité. Toutefois, si d’autres tâches grassement payées m’étaient confiées, je serais ravi de les accomplir.
-Je comprends.. Et que diriez-vous d’un peu de compagnie pour aller jusqu’à Manost ? Je connais bien la région et les raccourcis qui mènent à la cité. Vous gagneriez beaucoup de temps. »
Le visage de Severus s’éclaircit :
« Je serais très heureux de voyager avec vous. La conversation des grillons est agréable mais bien peu variée. De plus, je suis sûr quelque endroit où ramasser des herbes. »
Alcibiade sourit est dit :
« -Alors c’est entendu ! Allons reprendre des forces, nous partirons demain à la première heure. La route est encore longue.
-Fort bien. A demain mon ami. »


Fiche synthétique :

Nom : Severus
Race : Humain
Age : 44
Dieu adoré : Aucun
Taille : 1.72m
Poids : 70 kgs
Classe : Nécromancien
Niveau : 3
Alignement : Neutre Strict

Caractéristiques :
Force : 12
Dextérité : 10
Constitution : 11
Intelligence : 17
Sagesse : 16
Charisme : 15

Points de vie : 10

Sorts connus :
Niveau 1 :
Absorption mineure de Larloch
Projectiles magiques

Niveau 2 :
Toucher de la Goule

Particularités :
Talents d’herboriste :
*peut fabriquer 5 potions simples/jour ou 2 potions complexes/jour ou 1 potion rare /jour lorsqu’il est au calme et qu’il dispose du matériel adéquat.
*connaissance des herbes et des animaux.

Erudit :
*peut identifier la plupart des objets magiques communs sans avoir à jeter de sort spécifique.

Inventaire :
Robe d’aventurier, Bâton, Dague.
Pierre ionique noire renfermant l’âme de Bassilus.

Encre, Plume, Parchemins, Livres d’Histoire, Grimoire à potions, Sac à potions.
Matériel pour la confection de potions : Cornue, Alambic, Flasques, Briquet d’amadou, Huile, Herbes et insectes divers.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il ya bien longtemps que je n'étais pas allé à confesse.. songea Severus en ricanant.
Il lui fallait à présent rencontrer le prévot de la Guile des Marchands Manostiens. Mais il pensa soudainement qu'il lui fallait auparavant ouvrir un compte à la banque.

Aaah, les bienfaits de la civilisation.. soupira-t-il, il faut toujours se plier à la corvée de paperasse..

Severus sortit du batîment et chercha son chemin pour aller à la banque de Manost.