Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: [Manostien] Egrevyn Berrak

  1. #1
    Date d'inscription
    mai 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages 
    2 128

    [Manostien] Egrevyn Berrak

    *******Présentation du Conseiller de la culture ( :eye: )********

    FICHE GENERALE:

    NOM: Berrak
    PRENOM: Egrevyn Arian
    CLASSE: guerrier/mage
    RACE: Demi-elfe (père humain et mère elfe de lune)
    AGE: 52 ans (né en 1320, Calendrier des Vaux)
    ALIGNEMENT: Loyal Neutre (LN)
    NIVEAU: Level 13.
    RELIGION: Helm, mais a épousé comme sa mère le culte de Sehanine, déesse de la lune.
    POIDS: 57 Kilos
    TAILLE: 1 mètre 72
    **DROITIER**
    CHEVEUX: Blonds argentés
    YEUX: gris/verts

    CARACTERISTIQUES: Force: 16 // Dextérité: 17 // Constitution: 13 // Intelligence: 17 // Sagesse: 10 // Charisme: 14

    Merci à Walar pour avoir tiré les dés, gage d'objectivité pour la constitution de cette fiche, ainsi que pour ses conseils.

    *-*-*-*-*-*-*

    ****PHYSIQUE****:

    Le sieur Egrevyn promène une silhouette élancée avec aisance et élegance. Avec ses cheveux gris mi-longs tombant à peine sur ses épaule, le semi-elfe, lorsqu'il n'est pas équipé pour combattre, aime à porte une garde robe simple, composée d'une tunique et d'un pantalon légers, mais raffinée sans jamais se séparer de sa longue cape elfique héritée de sa mère. Le visage à la peau cendreuse, aux traits fins et délicats, est mis en valeur par des yeux d'un vert profond qui donnent au regard pénétrant du conseiller une dimension imperturbable et mystérieuse.


    ****CARACTERE****:

    Egrevyn est parfois difficile à cerner. Posé, flegmatique mais aussi volontaire et tenace, ce qui en fait un combattant acharné, il ne s'effraye pas facilement et ne tourne jamais le dos à ses responsabilités, quelles qu'elles soient. Auprès des personnes qui ont su lier amitié avec lui, il se montre volontiers sociable et son empathie naturelle l'a doté d'un humour et d'un goût pour l'amusement qui en ont fait, lors de soirées quelques peu arrosées (hélas, le demi-elfe a une faiblesse pour le vin ce qui a des effets néfastes étant donnée sa constitution trop juste), un bout-en-train légendaire. Ceci dit, sa placidité naturelle, et son inclination pour l'introspection jette parfois un voile d'indifférence qui l'amène à se réfugier dans des pauses contemplatives.


    ****HISTOIRE****

    Les noms d' Evereska et de la légendaire Eternelle-Rencontre génèrent encore aujourd'hui, dans tout Féérûne, moult curiosité et nombreuses sont les histoires et les mythes qui courent sur les cités inviolables et merveilleuses du peuple elfe. Ceux qui n'auront jamais la chance d'entrevoir ne serait-ce qu'une parcelle de ces lieux enchanteurs doivent se contenter des récits des rares heureux élus étant retournés sur le continent, et de leur imagination. Les plus déterminés, possédant quelques parcelles d'héritage elfique justifiant leur attachement, mais les tenant à l'écart de la retraite ultime, ne peuvent que rêver de fouler un jour le sol de la fabuleuse île d'Evermeet, traverser ses forêt luxuriantes peuplées des créatures sylvaines les plus mythiques et ses vallées verdoyantes, baigné dans une sérénité perpétuelle.

    Cette aspiration tourmente depuis bien longtemps celui qui, après bien des années de pérégrinations aventureuses (dont certaines sont devenues des anecdotes savoureuses) s'est fixé, fait exceptionnel pour un être mû depuis l'enfance par une envie irrépressible de parcourir les régions de Féérûne, dans la cité bénie de Manost, au-sud-ouest de Toril. Et fréquentes sont les périodes nostalgiques où Egrevyn Berrak, puisque c'est sous ce nom qu'il s'est fait connaître se remémore l'époque bénie de son enfance au Val Enchevétré, là où s'accordaient harmonieusement ses deux héritages, humains et elfiques, et où il n'était pas encore question de séparation.

    L'une des cités de l'opulente forêt du Cormanthor vit naître, en effet, en l'année de la Froide Vigilance (1320, CV) Egrevyn Arian Berrak, fils de Jossuel Berrak (humain) , maître d'armes cormyrien et capitaine d'une section des dragons pourpres d'Arabel et de Erelisyth Illandor, magicienne elfe de lune. Pour celui qui n'a jamais pénétré le sanctuaire boisé du Cormanthor, et l'un des trois grands royaumes elfiques de la Cour du même nom, il convient d'en faire l'esquisse. Véritable communauté pétulante, la Val enchevêtrése caractérise de l'impérieuse et hautaine SemberHolme par un nombre mirifique d'habitations logés au sommet des arbres constituant l'essence luxuriante da la cité. Cette région fut aussi réputée pour ses sentiers tentaculaires et ses plate-formes forestières.

    Les habitants, principalement des elfes guerre plus que centenaires, mais aussi leur compagnon humain et des groupes de semi-elfes forment une société réputée pour son exhubérance et sa vitalité, demeurant en paix dans un paysage fastueux. Bien plus tard, après la retraite elfique, le Val est resté le vestige continental d'une collectivité volontaire et aventureuse, loin de la résistance passive et contemplative d'Eternelle-Rencontre. Du reste, c'était le lieu idéal pour les couples humains/elfes désireux de vivre leur union sans heurts et jugements négatifs de leur congénères. Enfin, l'action n'était jamais très loin en raison de l'incursion belliqueuse des Sembiens voisins.

    En ces temps encore glorieux pour le Cormanthor, les parents d'Egrevyn goûtaient aux joies d'une vie tranquille malheureusement interrompue régulièrement par le devoir militaire de Jossuel et ses allées et venues incessantes entre Arabel et le Val. Erelisyth, quant à elle, formait une exception notable parmi la population des Arbres enchevêtrés. Descendant du clan Illandor et déjà âgée de plus de 175 ans, Archimage de son état, elle se rendait régulièrement à Sombrétoile et la Cour Elfique pour parfaire mais aussi transmettre son art de la magie.

    Dès lors, la garde du jeune Egrevyn fut laissée occasionnellement à Saeron Yn'Gael et le jeune semi-elfe, curieux et volontaire malgré des tendances taciturnes, profitait de ces temps de relative indépendance pour suivre les pas de celui qu 'il voyait aussi bien comme son père de substitution que son mentor pour l'art du combat et de la magie, prédispositions naturelles chez le semi-elfe qui s'étaient déclarées très tôt et laissaient entrevoir déjà le chemin que suivrait Egrevyn en tant que guerrier-mage.

    La première étape de ce parcours initiatique prit place lors d'une des nombreuses expéditions journalières de Saeron qui veillait en permanence, en tant que chantelameur désigné par les autorités de la Cour, à l'inviolabilité des territoires réservés du Cormanthor et aidait les aventuriers égarés ou ses congénères en difficulté. Un après-midi, qui marqua à jamais le jeune le semi-elfe, l'elfe gardien avait confié à Egrevyn, comme souvent lorsqu'il partait pour le Val des voix perdues, de menus travaux de polissage de ses armes et de lecture de parchemin.

    Malgré tout, l'apprenti guerrier-mage, mû par une soif d'action et d'aventure, se faufila à la suite de son mentor et parvint bientôt à le retrouver non loin des confins de la forêt, au chevet d'un homme qui agonisait, adossé à un arbre. S'approchant, et sachant que Saeron le sermonnerait pour avoir passé outre l'interdiction de son maître, il fut frappé de stupeur par le visage du mourrant: l'homme, un guerrier Essembrien, reconnut Egrevyn d'après le blason surmontant son heaume, semblait être dans un état de décrépitude physique avancée et était réduit à un vieillard tellement affaibli que son mentor devait se pencher pour écouter son murmure.

    L'homme rendit son dernier souffle peu après sans que le chantelameur ne put faire quoique ce fût. Etonnament, Saeron n'était pas furieux contre Egrevyn si ce n'est qu'un voile de regret et (de compassion?) avait assombri son visage pourtant si débonnaire en temps normal.


    _ Voilà pourquoi je t'ai interdit de m'accompagner dans cette partie de la forêt. Il est des sanctuaires inaccessible aux simples mortels, et la Val des voix perdues, en fait partie. Regardant le corps sans vie avec tristesse. Les âme de nos ancêtres veillent et ce pauvre imprudent s'est fait volé ce qui lui restait d'années humaines. Je vais m'occuper de la sépulture et me recueillir auprès des esprits gardiens. Retourne au campement et finis ta tâche.

    _Je peux t'aider et t'accompagner, se risqua Egrevyn?

    _Je ne crois pas, c'est un sanctuaire réservé aux elfes rétorqua le chantelameur la mine désolée. Tu apprendras que ta double-appartenance te pose aussi des limites. Va.

    Cet épisode fit prendre conscience au jeune garçon combien sa situation, de par sa naissance, creuserait, en avançant dans l'âge, une dissension croissante entre ses deux héritages. Il sentit bien qu'il serait privé d'une dimension entière de son origine elfique et les absences de sa mère, pressée de plus en plus par le Coronal pour revenir à la Cour et occuper ses fonction de conseillère en magie en étaient une manifestation supplémentaire. Le goût d'Egrevyn pour la méditation ne pondéra et assombrit que davantage une nature pourtant enjouée et folâtre. Mais il ne fit jamais allusion à cet événement, ni à son mentor, bien que des tas de questions le pressaient, ni à ses parents lorsque la famille se trouvait à nouveau réunie pendant de rares périodes qu'avait appris à chérir le conseiller.


    Bientôt adolescent, le semi-elfe s'était naturellement orienté vers le compromis arcanes et maîtrise de l'art de la guerre. Ayant progressé en maturité, il alterna régulièrement les voyages à Arabel avec son père et les séjours à Sombre Etoile et Hautelune avec sa mère pour parfaire son apprentissage magique et militaire. Sa félinité innée et son sens tactique déjà avancé lui avait déjà taillé une belle réputation parmi les Dragons pourpres placés sous le commandement de Jossuel. Non seulement il se plaisait à jouer les sparring-partners de luxe, mais il en profitait pour prendre ses marques dans la ville impériale, véritable étape animée pour les marchands de la route des caravanes et les guildes commerciales des Vaux.

    Ses fugaces escapades au Dragon Dansant où il allait s'abreuver des récits d'aventuriers en escale cultivèrent progressivement son goût pour l'aventure et son rejet pour toute vie trop sédentaire. Sans compter les exploits de la troupe de son capitaine de père, qui revenait régulièrement victorieuse de ses descentes dans les Rocterres contre les campements orques et les zhents ennemis afin de protéger Arabel. La position imposante de son père constituait souvent un obstacle à l'entretien de relation père-fils chaleureuses. Jossuel était plutôt bourru et, inquiet par les menaces intérieures qui semblaient miner la cour d'Azoun IV, les vieux ennemis des Obarskyr tissant dans l'ombre de sombres complots, il lui arrivait d'oublier qu'il n'était pas qu'un chef militaire. Ce qui ne l'empêchait pas de garder enfoui une fierté pour son fils qu'il ne lui exprimait qu'avec retenue.

    A Sombre Etoile et Hautelune, Egrevyn délaissait l'ébullition sous tension pour l'étude des arcanes et l'apprentissage consciencieux et obscur de sa maîtrise. Erelisyth veillait avec bienveillance sur les progrès de son fils, et l'orienta naturellement vers ses écoles favorites: l'abjuration, la divination et l'évocation. Et, pour agrémenter les longues journées de formation, l'elfe de lune, toujours dévouée au bien être d'Egrevyn, relatait les mythes des temps anciens, la chute de Myth Drannor, les cités volantes de Néthéril…..d'une voix séraphique qui fascinait le jeune semi-elfe. La référence, dans ses récits, au Collège de Magie et d'armes d'Evereska (réservé aux elfes et à quelques privilégiés), dont Erelisyth avait suivi un temps les enseignements, fit naître chez Egrevyn une nouvelle ambition: faire partie des rares semi-elfe assez méritants pour être accepté par cette école légendaire.

    Ainsi donc se poursuivit l'initiation du demi-elfe qui appréciait volontiers ses vas et viens entre ces différents lieux d'apprentissage tout en s'impatientant de retrouver sa famille au complet à la demeure des Arbres Enchevêtrés. Une telle quiétude routinière ne pouvait que toucher à sa fin. Les menaces perpétuelles envers les communautés elfiques et l'équilibre tant social, politique que magique, de plus en plus vacillant du continent trouva son dénouement (concernant la vie d'Egrevyn). La Retraite Elfique, prévue de longue date, débuta en l'année de la charte Lunaire (CV: 1344), la 24ème année de l'apprenti guerrier-mage. Erelisyth, de part la position de sa lignée liée à celle d'Almaluril, était destinée à rejoindre les siens à Eternelle Rencontre, bien qu'elle tentait de reculer l'échéance et de temporiser auprès du Coronal. Jossuel et Egrevyn, en tant que non elfes, ne pouvaient l'accompagner et il n'était pas prévu qu'ils bénéficient d'une exception accordée à une poignée d'élus.

    Mais elle fut dispensée de la nécessité de faire un choix douloureux par les événements qui se produisirent durant l'année de la Harpe (1353). Egrevyn était sorti de l'adolescence et, ayant déjà assisté son père lors d'interventions contre les zhents et autres sociétés menaçant l'équilibre du Cormyr, il prévoyait d'offrir ses services à Azoun IV qui considérait Jossuel comme un ami précieux. Mais Jossuel, qu'Erelisyth avait rejoint dans la capital cormyrienne dut partir précipitamment d'Arabel accompagné d'une escouade de dragons pourpres assistés d'un groupe de chevaliers de Myth Drannor. La citadelle avancée des Rocterres avait était attaquée par des bataillons d'orques alliés aux Zhentarim ce qui nécessitait une intervention rapide des hommes d'Azoun mais entre temps, des nouvelles inquiétantes d'activités malfaisantes avaient été détectées dans les ruines de Myth Drannor, et une partie des chevaliers qui veillaient dessus étaient venus demander assistance aux dragons pourpres.

    Nul ne sut jamais la teneur des entrevues entre les deux parties, mais l'empressement avec lequel Jossuel délégua la conduite de la mission de sauvetage de la citadelle pour accompagner les chevaliers protecteurs des ruines de l'ancienne cité elfique laissa entrevoir qu'un danger important menaçait. L'équipée partit donc pour l'antique Myth Drannor. Ce qu'il advint d'une partie du groupe, l'essence même des forces néfastes qui s'étaient emparées des ruines, tout cela reste encore aujourd'hui le sujet d'histoires aussi terrifiques que non appuyées sur des faits précis. Trois semaines et demies après le départ du groupe, les survivants revinrent dans un état indescriptible, escortés par des troupes qui avaient dû les intercepter au nord d'Arabel. La seule chose qu'il fut possible de savoir, parmi les divagations de ceux qui avaient été physiquement épargnés mais en proie à la démence, est qu'après la séparation de la compagnie en deux sections afin d'explorer les ruines, des perturbations énergétiques avaient pris possession des lieux. Et elle ne tardèrent pas à réveiller les forces en sommeil.

    Le second groupe fut presque décimé dans son combat contre des hordes créatures sorties de nulle part et qu'il n'avait cru exister que dans les chroniques les plus légendaires de Féérûne. Les survivants qui étaient parvenus à sortir tant bien que mal des ruines désormais maudites avaient retrouvé les restes calcinés de l'autre escouade, dont la fameuse épée de Jossuel, bien que qu'il ne restait pas d'autre trâce de son équipement. La vision de dépouilles mutilées de leurs compagnons finit d'ébranler ce qui restait de lucidité pour la majorité des chevaliers.

    Ainsi, Egrevyn fut mis devant le fait accompli de la plus brutale des manières, son père n'était plus, selon toute vraisemblance, mais de plus, les faits de sa disparition restaient mystérieux et nébuleux. Le roi Azoun IV déclara trois journées de deuil et aida les gardiens des ruines, qui ne s'étaient pas risqués à pénétrer depuis, à fermer tout accès à Myth Drannor bien que cela se révéla inutile dans la mesure où les étranges perturbations s'étaient évanouies mystérieusement. Il fallait se rendre à l'évidence pour le jeune semi-elfe: il devait se contenter des maigres témoignages des rescapés. Sa mère fut terriblement ébranlée. Les liens mystiques qui unissent un elfe qui a choisi de s'unir à un compagnon sont si forts qu'une fois la disparition de l'un d'entre eux, la peine et le chagrin sont tels qui le survivant devient inconsolable. La "mort" de Jossuel jeta la descendante du clan Ilyandor dans une profonde mélancolie à laquelle elle ne trouva qu'un seul dérivatif: le départ pour Eternelle-Rencontre, là où elle était attendue.

    La séparation fut douloureuse mais le semi-elfe, ne pouvant accompagner sa mère, savait qu'il était destiné à parcourir le continent et multiplier aventures. Et il avait aussi ambition secrète Erelisyth était aussi de pouvoir tirer définitivement au clair les événements des ruines. Sachant qu'il ne se contenterait pas d'un rôle de combattant cormyrien et qu'il ne s'établirait pas non plus dans sa ville natale, le semi-elfe, non sans avoir auparavant fait ses adieux à Saeron, son mentor, débuta une carrière de guerrier errant qui le conduisit à faire la tournée des villes du Cormyr. De par le nom qu'il portait ("Etes-vous le fils du capitaine Berrak?"), fut vite accueilli avec intérêt. Mais il était difficile de trouver des activités excitantes et lucratives isolées.

    Pourtant, le semi-elfe s'imposa rapidement comme une aide utile pour les marchands des Vaux qui parcouraient les routes commerciales de l'ensemble de la région. Entre Suzail et Daerlune, il aida un groupe de joailliers/runistes ambulants à se dépêtrer de gobelins ce qui lui attira immédiatement l'amitié du responsable de la guilde locale des commerçant des Vaux à Suzail, Banedon. Ce dernier avait élaboré une série de bagues, comme signe de reconnaissance et d'appartenance, qu'il faisait remettre à des aventuriers qui étaient prêts à se mettre au service de la sécurité des membres de la guilde. Egrevyn choisit, un temps, de travailler pour Banedon et prit part, autant par connivence que par nécessité, à un groupe de baroudeurs prêts à vadrouiller de cités en cités.

    Le chroniqueur que voici ne s'épanchera pas sur les multiples mésaventures et intrigues vécue par l'escouade, qui s'était bâtie une renommée, dans les Vaux et le Cormyr, sous le surnom des "Lames errantes". Sachez seulement, pour l'instant qu'entre des hordes de pilleurs ou de gnolls à éradiquer pour sécuriser le passage des caravanes, des sauvetages de marchands enlevés par des ravisseurs aussi variés les uns que les autres; des recherches d'artefacts pour le compte de brocanteurs ou même la résolution de sombres complots ayant impliqués des sectes ou des guilde d'assassins ayant lancé des contrats sur des boutiquiers influents, l'action était quotidienne pour le semi-elfe qui continua ainsi de progresser dans sa maîtrises des arts du combat. D'autant plus que le petit groupe était particulièrement chanceux pour s'embringuer dans des embrouilles pas possible. Les épisodes des faussaires zhents à Sombrétoile ou de la folle équipée dans l'anauroch pour récupérer un obscur grimoire demandé (moyennant finance) par un mage Halruan restent inoubliables et méritent peut-être plus tard que l'on s'y attarde.

    Ceci dit, une certaine lassitude finit par gagner Egrevyn et ses compagnons, dont certains avaient succédés à d'autres ces années durant, et il était temps pour les lames errantes de tirer leur révérence. Chacun retrouva sa ville d'origine excepté le semi-elfe qui avait nourri d'autres espérances. Après une courte retraite dans le gué d'Ashabé, dans le Valbrume, où il en profita de se perfectionner à l'équitation, Egrevyn, qui avait profité de ses pérégrinations pour lier amitié avec un érudit de Hautelune, avait appris que le seul moyen de pouvoir un jour rejoindre Eternelle-Rencontre était d'utiliser les portails d'Evereska après s'être montré digne de pénétrer dans le sanctuaire continental des elfes et de devenir l'élève de sa légendaire école de magie.

    Comme son passé de baroudeur avait été plus profitable à ses talents de combattant que de mage, il choisit de passer un certain nombre d'années à peaufiner sa maîtrise des arcanes. Non seulement la bibliothèque fournie de la cité lui fit retrouver les joies de l'étude mais le guerrier-elfe, satisfait de l'ambiance de la ville où vivait en harmonie les différentes communautés fut heureux de pouvoir s'établir quelques temps. C'est là qu'en se renseignant sur les possibilités de suivre un apprentissage à la magie il avisa, sur les conseils d'autres apprentis, une sorcière aasirmar assez pétillante et exubérante qui semblait avoir un vif succès en tant que professeur. Après plusieurs demandes pressantes (car il faut dire que la jeune femme n'avait pas l'habitude d'accepter de transmettre son art à des non-mages exclusifs) ainsi que la conviction de la sorcière de l'existence d'un potentiel précieux chez le semi-elfe, Egrevyn devint l'un des étudiants chanceux de Morgana Le Fay et progressa de manière si efficace qu'il avait comblé l'écart avec son niveau de guerrier. Cependant, l'appel du large était encore fort, sans compter que son professeur avait aussi la bougeotte et ne comptait se fixer de manière permanente dans le Valprofond. D'un commun accord, le semi-elfe mit donc fin à son apprentissage et fit ses adieux à Hautelune, non sans être retourné une fois de plus aux Arbres enchevêtrés, désormais plus désertés depuis la Retraite et s'être assuré du bien être de son mentor de toujours qui continuer de veiller sur la forêt.

    Après des escapades dans le Tethyr puis dans les cités portuaires de l'Amn, et quelques menues péripéties et mailles à partir avec des membres du cultes du dragon, le semi-elfe, qui avait entendu parler des continents situés à l'Ouest de Toril, et désormais âgé de 50 ans, embarqua sur un navire commercial qui se rendait vers l'île d'Hélona dont les citées étaient dédiées à l'adoration du Dieu de l'Aube. Accueilli chaleureusement, il se laissa vite attiré par les préceptes optimistes de la cité de Luménis, et se fit des amis solides. Encore aujourd'hui, il nourrit une certaine nostalgie à l'égard de cette courte période de son existence, mais, suite à une aventure mal terminée dans les égouts de la nation ennemie, le semi-elfe, dont le flegme naturel avait remis question sa profession de foi pour Lathandre, partit pour l'île qui abritait les villes helmites et talosiennes. Manost, la capitale, fut naturellement sa destination dans la mesure où ses valeurs s'accordaient le mieux et après une entrevue avec le Grand émissaire Ravestha, le semi-elfe, conscient de pouvoir apporter beaucoup à la ville et décidé à se fixer, laissa tomber son goût de l'errance pour élire domicile à Manost comme conseiller culturel tout en mettant ses talents de combattant au service de Helm.



    **************************
    FICHE AD&D3 (suite):

    POINTS DE VIE (PV): 131 (tirage régulier)
    VITESSE DE DEPLACEMENT : 9
    CA DE BASE (sans équipement) 10+3 (dex)

    COMPETENCES:

    A définir

    DONS:

    Adéfinir

    SORTS MEMORISES:

    En attente d'une définition d'un étalonnage correct des niveaux.

    Quêtes effectuées:

    -Discussion autour d'une disparition (Lumenis) amorce d'un RP se déroulant ensuite dans Melandis. Quelques posts dans la Forge suivi donc de la quête proprement dite: Enquête à Melandis où à la recherche d'une dignitaire luménienne kidnappée.

    (en cours)
    Dernière modification par Lothringen ; 01/09/2007 à 22h28.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

Discussions similaires

  1. Hommage à Egrevyn
    Par Eleglin dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 42
    Dernier message: 13/09/2007, 20h04
  2. [Manostien] Saiko
    Par Saiko dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 4
    Dernier message: 07/05/2007, 17h40
  3. [Quête] Sauvetage d'Egrevyn...
    Par Walar dans le forum Les archives des quêtes de Melandis
    Réponses: 24
    Dernier message: 27/02/2004, 12h58
  4. [SCREEN] Warcraft 3 - Egrevyn, le master of Peons
    Par Gothmog dans le forum Les autres Jeux Vidéo
    Réponses: 19
    Dernier message: 14/02/2004, 20h24
  5. Réception de mariage d'Egrevyn et de Tyrande
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 52
    Dernier message: 19/08/2003, 23h36

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251