Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: [Melandien] Vaerandaël Cyanostrae

  1. #1
    Vaerandaël Invités

    [Melandien] Vaerandaël Cyanostrae

    Nom : Vaerandael Cyanostrae
    Race : Elfe Sauvage
    Alignement : Chaotique Neutre
    Sexe : Mâle
    Age : 243 ans
    Poids : ?
    Cheveux : Blonds
    Yeux : Bleus
    Peau : Pâle
    Père : Wilwarin Cyanostrae
    Mère : Namarea Onireï
    Classe : Transmutateur
    Ecoles interdites : Nécromancie - Invocation
    Profession : /
    Culte : Erevan Ilsëre



    Biographie :



    Je naquis en l’année 1129, dans la ville de Messempar, capitale de l’Unther, où mon père s’était retiré après avoir acquis beaucoup de biens en faisant le négoce.
    J’avais deux frères plus âgés que moi, dont l’un était lieutenant-colonel d’un régiment d’infanterie untherite, commandé par ces fameux Sorciers du Nord, et fut tué lors d’une escarmouche mulhorandi. Quant au second, je n’ai jamais su ce qu’il était devenu, et je ne suis pas mieux instruit de sa destinée que mon père et ma mère n’ont connue la mienne.
    Comme j’étais le troisième garçon de la famille, et n’avais fait l’apprentissage d’aucune profession, je commençai bientôt à rouler dans ma tête force projets. Mon père, qui était fort âgé, m’avait donné une solide éducation, soit en me dictant des leçons de sa propre bouche, soit en m’envoyant à une excellente école publique. Il me destinait à l’étude des lois, mais j’avais de tout autres vues. Le désir de voyager, mais par-dessus tout, le désir de m’instruire de règles fondamentales de l’Aventure me dominait uniquement. Cette inclination me roidissait si fort contre la volonté de mon père et me rendait si sourd aux sollicitations de ma mère qu’une espèce de fatalité semblait m’entraîner secrètement vers un état de souffrance et de misère. Et cependant, mon père me donna d’excellents avis, pour me faire renoncer à un dessin dont il voyait bien que je m’étais entêté. En un mot, si je voulais m’aller perdre, ils n’y voyaient pas de remède, mais assurément ils n’y donneraient jamais leur consentement ; ils ne voulaient point contribuer à ma ruine.
    Ce ne fut qu’un an après ceci que je m’échappai. Cependant je m’obstinai à fermer l’oreille à toutes les propositions qu’on me faisait d’embrasser une profession. Un jour, me trouvant par hasard en ville, j’y rencontrais un de mes camarades qui était sur le point de se rendre à l’ouest, jusqu’à Chessenta me dit-il, par la route, avec le convoi de son père. Il m’invita à les accompagner, et, pour mieux m’y engager il m’assura qu’il ne m’en coûterait rien. Là-dessus, je ne consultais plus ni père ni mère, et ne me mis pas en peine de leur faire savoir de mes nouvelles. Ce jour fut le 23 Marpenoth 1241.
    Il nous fallut beaucoup de temps pour atteindre Chessenta, et ce ne fut pas sans grandes difficultés que nous y arrivâmes tous. Nous y fûmes traités avec beaucoup d’humanité, soit de la part du bourgmestre qui nous assigna de bons quartiers, soit par des marchands qui nous fournirent quelque vivre.
    J’arrivai donc dans cette ville, et là, aussi bien qu’en chemin, j’eus de grands débats avec moi-même sur le genre de vie que je devais embrasser. Je demeurai quelques temps dans cet état d’irrésolution. Cependant, je ne saurai trop louer la générosité avec laquelle le bourgmestre me traita. Il me recommanda à un fort honnête homme, « magicien », selon ses dires. Le bourgmestre me conduisit jusqu’au seuil de la maison où j’allais habiter et me laissa entre les mains d’une servante. Confiant en mes dispositions, il m’avait encouragé à tenter ma chance. Je ne devais plus désormais compter que sur moi-même.
    La domestique m’indiqua un coin dans le dortoir et un lit pour y déposer mon sac, puis m’emmena à la cuisine qui occupait le sous-sol. Autour d’une longue table, une demi-douzaine d’apprentis, munis de cuillers en bois, avalaient bruyamment une bouillie de maïs. L’un deux, dans la maison depuis quelques mois, se moqua de mes vêtements – en fort mauvais état, je dois bien l’avouer – et voulut m’empêcher de prendre place sur le banc. Je me jetai sur lui et l’étourdi d’un coup de poing. Tandis qu’il tamponnait avec sa manche le sang de sa lèvre fendue, mon voisin s’empressa de pousser vers moi sa ration de pain. Les autres piquèrent du nez dans leur assiette.
    Je ne sais ce qui fut rapporté de cet incident, ni par qui, mais cette entrée en matière me valut de sauter un ou deux échelons dans l’apprentissage. D’habitude, le nouveau venu était condamné à des tâches misérables : nettoyer les bocaux, vider les chaudrons, faire le ménage dans l’Etude. D’emblée, maître Jolas m’enseigna diverses techniques de mémorisation. C’était un homme déjà âgé, de nature mélancolique. Maître Jolas passait la plupart de son temps en compagnie de ses jeunes élèves. Il mangeait souvent avec nous. Ou plutôt, il nous regardait manger. A peine s’il touchait aux plats. L’âge, l’usure, le doute sur son talent ou quelque blessure plus secrète l’empêchaient de prendre part à la vie, dont il était condamné à rester spectateur.
    Je vécus quelques temps dans sa demeure, et par ce moyen je m’instruisis de son Art. Il devait vivre encore plusieurs années après mon départ, sans réussir à surmonter cette atonie. Or, je continuai d’éprouver une répugnance invincible à m’enraciner à quelque endroit. Je cherchai à faire un nouveau voyage. Finalement, je résolus de m’embarquer sur un vaisseau qui allait aux côtes d’un continent inconnu ou, suivant le langage des marins, un voyage sans retour.



    (Encore en construction)


    Description physique :

    Ses cheveux, par mèches et par ondes, ont toutes les teintes allant du marron chaud au blond éclatant, mêlées et cependant distinctes. Ils lui couvrent les oreilles de courtes vagues et descendent jusqu’au milieu du front. Ses sourcils sont bien nets et foncés, et ses longs cils presque noirs s’ouvrent sur de grands yeux bleus et rieurs. Sa bouche, ni trop grande ni trop petite, bien ourlée, tend vers une teinte bleuâtre, malsaine. Il revêt de longues robes couleur de nuit, serrées aux poignets et au col par un ruban d’argent.


    Caractéristiques : 10/13/11/18/15/17


    Compétences :

    Connaissance des sorts
    Concentration
    Art de la Magie
    Décryptage
    Connaissance (mystères)
    Diplomatie
    Connaissance (littérature)
    Psychologie
    Déguisement
    Bluff
    Alchimie


    Dons :

    Ecole renforcée (transmutation)
    Substitution énergétique
    Maîtrise des sorts
    Ecriture de parchemins
    Appel du familier


    Langues parlés/écrites :

    Commun
    Elfique
    Draconien


    Equipement :

    Aiguillon +1 (10 po) – Trois dagues à ruban (3 po) – Trois bougies (3 pc) – Deux morceaux de craie (2 pc) – Encre noire (8 po) – Etui à carte ou à parchemin (1 po) – Parchemin vierge (8 pa) – Plume d’écriture (1 pa) – Sacoche de ceinture (1 po) – Livre de sort (inestimable) – Trousse de déguisement (50 po) – Sacoche à composantes (5 po) – Onguent de guérison (1 application ; 50 po) – Poudre d’éternuement (60 po) – Foureau de manche (1 po) – Poudre éclairante (20 po) – Gel apaisant (15 po) – Antidote (1 fiole) (50 po).
    Dernière modification par Mornagest ; 11/09/2007 à 12h51.

Discussions similaires

  1. [Mélandien] Eldurvellir
    Par Eldurvellir dans le forum Fiches de personnages
    Réponses: 0
    Dernier message: 30/04/2013, 20h09
  2. [Mélandien] Silmandel
    Par Manfred dans le forum Fiches de personnages
    Réponses: 0
    Dernier message: 08/08/2011, 20h32
  3. [Melandien] Thorgen
    Par Thorgen dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/05/2008, 15h51
  4. [Melandien] Led Shark
    Par Led Shark dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 08/09/2007, 01h39
  5. L'histoire d'un mélandien
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 10
    Dernier message: 12/09/2003, 21h32

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250