Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: [Melandien] Bouliiar

  1. #1
    Bouliiar Invités

    [Melandien] Bouliiar

    Bouliiar





    Bouliiar fourragea dans les tas de parchemins qui parsemaient son étude. Ca y était presque, ses ambitions seraient bientôt réalisées. Il lui avait fallu des mois pour créer tout son réseau d’informations, trouver des contacts fiables, avoir de nombreux obligés et alliés, qui approuvaient ses projets sans oser prendre l’initiative, ainsi que d’innombrables divinations. Tous cela ne s’était pas fait sans mal, mais le mage rouge avait pris toutes les précautions qui s’imposaient. Si ses supérieurs avaient eu vent de ses projets avant l’heure, il y aurait eu des conséquences fâcheuses, pour lui en tout cas.

    Il trouva enfin le document qu’il cherchait. Sur le parchemin était inscrit une information qu’il avait payée à prix d’or, se la procurer n’avait pas était facile, mais les avantages procurés étaient immenses. L’inscription si précieuse se résumait en quelques runes, perdues au milieu du parchemin de peau tannée. Qu’elle soit couchée sur papier n’était pas nécessaire, la connaître suffisait, mais cela permettait un plus grand contrôle. C’était le nom d’un puissant démon.

    La divination avait ses atouts et ses inconvénients. Pour lui elle était relativement simple à employer, et puissante. Mais hélas aussi facilement dupable. Contrer ou abuser une divination était à la porter de n’importe quel mage venu, et bien que Bouliiar parvenait à contourner certaines protections, il se heurtait parfois à un mur. Les démons eux acquéraient leurs informations différemment, les contraindre à les lui livrer était complexe et dangereux, mais le mage rouge, à son habitude, prenait d’extrêmes précautions.

    Tenant le parchemin d’une main, il était incroyablement satisfait, se sachant sur la dernière ligne droite jusqu’au pouvoir. A Thay, l’ambition récompensait souvent, à condition qu’elle ne dépasse pas certaines limites. Au-delà de celles-ci on pouvait gagner beaucoup plus, mais on n’avait pas droit à l’échec, car alors le temps manquerait pour le regretter… Renversez la tête de son ordre faisait partie de cette dernière catégorie, et Bouliiar savait qu’il jouait gros. Mais après tout l’assassina et les prises de pouvoirs étaient légions à Thay, et les actuels dirigeants de l’Ordre en avaient usé et abusé pour accéder à leurs situations. Ainsi les intrigues allaient bon train, et celle que menait Bouliiar n’en serait qu’une parmi tant d’autre.

    Arrivant dans la salle d’invocation de sa tour, le mage inspecta scrupuleusement toutes les lignes maîtresses des symboles parcourant le sol, les murs et le plafond de la chambre. Il serait stupide d’échouer si près du but pour une simple altération d’une protection. Ne détectant aucune anomalie dans les tracés principaux, il survola les lignes secondaires, les détails étant souvent cruciaux. Estimant qu’il n’y avait aucun risque, il s’approcha du pentacle central, alluma des bougies et commença à incanter. Il avait répété et avait effectué tant de fois ce sortilège qu’il enchaînait les paroles sombres et gutturales sans aucune hésitation, prononçant parfaitement chaque syllabe qu’un non initié aurait jugé imprononçable. La magie montait progressivement au centre du cercle, et Bouliiar se concentra davantage, approchant du point critique où une erreur serait fatale. Profitant d’un créneau dans sa gestuelle il lâcha le parchemin où le nom de l’entité convoqué était inscrit avec du sang. Porté par des vents surnaturels, le maléfique document gagna le milieu du pentacle, où il luisit de façon malsaine. Le mage était à présent au summum de sa concentration, si il était interrompu à cet instant tout pouvait arriver, de la convocation du démon hors du cercle sensé le contenir jusqu’à l’apparition d’une brèche inter plan qui aspirerait le mage rouge au plus profond des Abysses. Mais heureusement pour lui Bouliiar acheva conformément l’incantation en prononçant le nom du démon, « Bel-Turash », et le parchemin qui flottait s’assombrit. Il prit une couleur qui ne pouvait être associé à de la matière, s’étant transformé en fissure dans la texture du plan. Celle-ci s’élargit pour permettre le passage d’un être de cauchemar, disparaissant alors pour former une protection de plus. Bel-Turash était là.

    L’affreuse créature avait un corps massif recouvert d’écailles, ses membres avaient la largeur d’un tronc d’arbre et dans son dos d’imposantes ailes de cuir étaient rabattues contre lui. Sa tête était coiffée d’une corne unique, suintante de substances empoisonnées. De nombreux crocs acérés garnissaient sa gueule, il n’avait ni nez ni mufle mais deux fentes putrides les remplaçaient. Ses yeux, incandescent comme de la braise, exprimaient toute la haine du démon à l’encontre du mage et de la création dans son ensemble. Bien que l’ayant déjà de nombreuses fois convoqué, le mage frissonna face à cette promesse de douleur indicible si jamais il tombait entre ses griffes. Et comme à chaque fois il éprouva un profond sentiment de satisfaction, et il plongeait dans ses souvenirs … Les créatures extra planaires et animés l’avaient toujours plus attiré que les morts vivants, il s’en était rapidement aperçu puisque son premier maître, un nécromancien imbu de lui-même, les adorait et en avait de nombreux sous ses ordres. Bouliiar lui les abhorrait et, bien que reconnaissant leur utilité, trouvait leur odeur insupportable. Mais l’imbécile s’était fait tué lors d’un duel et ainsi il avait pu changer de maître et s’était fait apprenti d’un devin, tournant définitivement le dos à la nécromancie à l’exception d’un sortilège, l’animation des morts, qu’il avait été contraint d’apprendre. Il avait excellé dans cette école, devenant par la suite devin à son tour. La démonologie était une branche obscure de la divination mais il y recourait sans problème. Bravant le regard du monstre il posa sa question.

    « La voie est-elle libre pour ma prise de pouvoir ? Les mages du cercle ignorent toujours tout de mes projets ? Je t’ordonne de me répondre. »

    Bel-Turash regarda le mage rouge dans les yeux avant de répondre. Quelques jeteurs de sorts avaient déjà eu l’audace de l’invoquer, mais ceux-ci avaient toujours fini par commettre une erreur, dans l’incantation ou dans les runes. Ils étaient morts par la submersion d’énergie dévoyée ou de la main même du démon, tous ça à cause d’une stupide erreur. Mais pas Bouliiar. Dans une certaine mesure la paranoïa du mage rouge forçait le respect. Durant les premiers mois à chaque convocation le démon avait tenté de briser la magie qui le retenait prisonnier, sans succé. A présent il ne prenait même plus cette peine, même une habitude n’abaissait pas la vigilance du mage, et pendant tout ce temps Bel-Turash avait assisté à l’édification du complot, amusé par le chaos qui allait s’ensuivre.

    « La voie est libre, le moment n’a jamais était plus propice. Ceux qui sont au courant de tes projets te sont restés fidèles et le secret n’a pas percé. Tu pourra enfin accéder au pouvoir, ajouta t’il ironiquement. »

    Le mage sourit. Enfin, tout était parfait. La machine bien huilée de son coup d’état s’enclenchait sans problème, son plan devrait se dérouler sans anicroches. Le conseil actuel anéantit, il prendrait le commandement et nommerait aux hautes fonctions des personnes qui lui seraient toutes dévouées. Il faudrait faire une coupe dans l’Ordre, ces principaux opposants seraient également éliminés, sauf si ils avaient la sagesse de s’enfuir avant. Il posa encore quelques questions pour la forme puis renvoya le démon dans son plan d’origine. Le triomphe était proche, la récompense de tous ces mois d’efforts.

    L’invocation étant fini, le parchemin se re-matérialisa et tomba dans le cercle. Le mage le ramassa et l’inspecta brièvement : les bords avaient noirci. Au fur et à mesure des utilisations le parchemin se calcinait un peu plus jusqu’à finir par être complètement détruit, il devait alors être recopié. Bouliiar avait du le faire de nombreuses fois, mais ne gardait aucune copie excessive, de peur qu’elle ne tombe entre de mauvaises mains, c'est-à-dire celles de tout le monde sauf les siennes. Il sortit de la pièce et se dirigea vers sa chambre, posant le parchemin sur un établi en chemin. Une fois devant sa garde-robe, il choisit une de ses plus belles tuniques : écarlate à l’extrême et décoré d’un long réseau de liserés d’or qui formaient arabesques et runes brillantes. Il l’enfila et se l’ajusta devant un grand miroir à pied. Une tenue digne d’un nouveau dirigeant, elle détenait également une particularité utile en cas de problème, ce qui n’était pas à exclure. Satisfait il prit les escaliers, sortit de sa tour et une fois dans la rue héla une calèche. Quand son plan aurait réussi il n’utiliserait plus du tout ce moyen de locomotion primitif, déjà qu’il était rare en temps normal qu’il en use, cela ferait un contraste plaisant avec sa future situation. Profitant du trajet qui le menait au siège du cercle local le mage rouge vida son esprit pour évacuer le stress qu’il avait accumulé ces derniers jours. La banquette était moelleuse et si le voyage eut été plus long il se serait sûrement endormi. Mais il finit par arriver, il paya le cocher et se dirigea vers l’immense tour qui lui faisait face.

    Le bâtiment, gigantesque, était situé au cœur de la ville et surplombait toutes les constructions alentours. Les murs droit étaient richement décorés, et de nombreuses corniches aériennes et crénelées s’évasaient de façon régulière. Il allait sans dire que la Tour était protégée par de nombreux charmes, et tenter de l’attaquer de front aurait été du suicide. Bouliiar franchit les grandes arches qu’étaient les entrées de la Tour et pénétra à l’intérieur. La différence était poignante entre les rues, relativement calmes à cette heure, et ce hall fourmillant de mages divers portant de multiples documents ainsi que de nombreux serviteurs transportant également des parchemins par dizaines. En ajoutant à cela les lueurs magiques de sorts divers ainsi que le bourdonnement des conversations et des ordres c’était dans un fameux fouillis que le mage rouge se mêla à la foule. Marchant rapidement mais non d’une hâte suspecte il traversa l’entrée et se dirigea vers le haut de la Tour. Après de nombreux escaliers et raccourcis magiques il pénétra dans une petite salle auxiliaire, où il retrouva deux de ses conjurés sorciers rouges : Ramak, un puissant évocateur qui le salua, ainsi que Trusuil, petit illusionniste craintif et timide qui sursauta à son entrée.

    Le plan de Bouliiar était relativement simple : de temps à autres les membres du Haut Conseil se réunissaient dans une salle spéciale pour former un cercle de puissance. Il suffirait qu’un grain de sable vienne s’immiscer au mauvais moment durant le rituel pour que tout le cercle succombe, et le mage rouge avait bien l’intention de créer pareil grain de sable. Bien sûr pour simple qu’il fût le plan avait mis du temps à se mettre en place. Tout d’abord pareille réunion était aléatoire, sans rythme précis, ainsi ils avaient dû remuer ciel et terre pour réussir à déterminer la date d’une réunion. Ensuite la salle était protégée par des sortilèges puissants et complexes, qu’ils avaient du affaiblir et supprimer sans se faire remarquer, usant toujours un peu plus chaque jour les protections. Le projet avait également été ralenti par la constante surveillance du secret et Bouliiar avait ainsi du faire supprimer ceux dont la fiabilité était douteuse.

    Et maintenant il était temps d’agir. Ramak et Trusuil avaient eu pour rôle de préparer la coupe de clairvision qu’utiliserait Bouliiar. Ils s’écartèrent de l’objet posé sur un piédestal et le Devin s’approcha. Le produit magique rayonnait d’une douce aura et Bouliiar plongea ses yeux dans ces profondeurs. Son esprit se tourna alors vers la salle, toute proche, où le conseil se réunissait. Il vit les mages entrer un à un dans la pièce, et après les salutations d’usage, se mettre en place pour le cercle. Il sortit de sa transe à ce moment là pour dire à ses acolytes que la cérémonie commençait. Ils acquiescèrent, et sachant ce qu’ils devaient faire tendirent un bras et posèrent leur main sur les épaules de Bouliiar, qui replongea en transe. Il se retrouva à nouveau dans la pièce où le rituel avait commencé. Il étudia avec soin le déroulement de cette cérémonie de cercle et attendit le point culminant du sort. Le sentant venir il commença à accumuler de l’énergie mentale, les deux autres sorciers rouges l’aidant en lui en fournissant toujours plus. Estimant le moment venu il concentra son esprit et propulsa à travers sa divination la formidable énergie qu’il avait retenu en un irrésistible sort de Mutisme. Le silence se répandit dans la salle comme une vague, prenant les mages de court. Bouliiar vit avec satisfaction Ekelmar, le chef du cercle, ouvrir et refermer la bouche sans un son, comme un poisson hors de l’eau. Provoquer un sortilège à distance comme le devin venait de le faire était en théorie infaisable, mais cela faisait des mois que sa coterie oeuvrait dans ce sens et ils avaient finis par trouver. Puis comme le temps semblait s’être figé dans la pièce dans ce silence incongru, l’énergie appelée par le rituel avorté se répandit comme un raz de marée. Le feu mystique balaya chaque personne présente, brûlant la chair et calcinant les os. Bouliiar assista au spectacle avec un ravissement sadique. Puis quand il fut sûr que personne n’avait survécu il réintégra son corps et sortit de la transe divinatoire. Il se redressa souriant et annonça à Ramak et Trusuil qu’ils avaient réussi. Ces derniers le congratulèrent, l’illusionniste se révélant bien plus enthousiaste à présent qu’il ne l’avait jamais été jusque-là. Bouliiar trouva cela curieux mais l’allégresse de la victoire lui fit vite oublier cet étonnement.

    Tous trois sortirent alors de la petite pièce où ils étaient réunis pour aller annoncer à la communauté des mages que suite à une regrettable erreur le Haut Conseil avait succombé mais que Bouliiar prenait en main la situation. Il y aurait bien quelques protestations, mais une fois les protestants éliminés la prise de pouvoir serait accepté, car ainsi en va t’il à Thay comme dit le proverbe. Mais le mage rouge sentit son sang se glacer au moment où il vit que de nombreuses personnes l’attendaient dehors, notamment Ekelmar, qui prit la parole :

    -Et bien cher Bouliiar vous ne paraissez guère content de me voir. A moins que ce soit de me retrouver ici, vivant, qui vous étonne ?
    -Je … je ne comprend pas vos insinuation, répondit d’une voix blanche Bouliiar qui avait blêmi.
    -Nous devions avoir une réunion en ce moment, reprit Ekelmar, mais quelqu’un nous a prévenu que cela pourrait être regrettable pour notre santé et nous l’avons écouté. N’est-ce pas Trusuil ?

    Le petit sorcier rayonnait visiblement de joie mauvaise tandis que Bouliiar se demandait alors pourquoi il avait mis ce rat dans son complot.

    -En effet, dit Trusuil, vous m’avez manifestement toujours sous estimé cher collègue. Je suis aller avertir notre bien-aimé chef de ce que vous maniganciez ce matin, pendant votre trajet semble t’il, il n’en était rien au moment où vous avez appelé votre démon. C’est également moi qui ai saboté votre coupe pour vous faire voir ma petite mise en scène…
    -Traître !

    Le cri avait fusé alors que Bouliiar sentait l’enfer s’ouvrir sous ses pieds. C’était Ramak, furieux, qui s’était exprimé, faisant suivre son injonction de rayons lumineux dévastateurs ciblés sur Trusuil. Celui-ci, surpris, n’esquiva pas et reçut la totalité des rayons dans la poitrine, qui explosa sous le choc. La réaction des autres mages fut immédiate et de nombreux sortilèges fusèrent droit sur l’évocateur. Bouliiar profitant de cette diversion plongea vers le sol, esquivant ainsi certains sorts qui lui étaient destinés. A travers la fumée dégagée par l’énergie magique il entendit le corps de Ramak, mort, s’effondrer sur le sol. Il se releva prestement et incanta une téléportation, mais rien ne se passa et vit avec horreur Ekelmar venir vers lui. Il n’avait aucune chance, seul, de l’emporter contre le dirigeant du Haut Cercle et tous ses suivants.

    -Alors Bouliiar, vous perdez rapidement vos amis à ce que je vois. Ce pauvre Trusuil nous a indiqué avant de mourir le nom de tous vos fidèles, nous nous en occuperont plus tard. Sachez également que ma magie bloque tout voyage magique que vous pourriez utiliser pour vous échapper. Et, à propos, vous allez mourir.

    Le devin le foudroya du regard et dit laconique :

    -Je n’en suis pas si sûr. Swalkta !

    A ces mots les broderies d’or qui ornaient sa robe s’enflammèrent, et le mage disparut. Ekelmar, soudain furieux cria qu’on le retrouve, et qu’on aille fouiller sa demeure.

    Bouliiar s’était transporté jusqu’à chez lui, et il tituba, désorienté par le voyage. Il se reprit et regarda sa robe. Elle était magique et lui avait coûté cher, mais elle avait le pouvoir de l’amener instantanément où il voulait si il prononçait le mot de commande, et ce même depuis une zone où la magie était normalement réprimée. Mais maintenant qu’il l’avait utilisé, l’enchantement avait disparu et la robe n’était plus qu’une loque passablement brûlée. Mais il ne devait plus perdre de temps à présent, ses poursuivants seraient bientôt là, et sa ruse ne pourrait pas marcher une seconde fois. Quant à fuir à nouveau que ce soit par magie ou pas, Ekelmar ferait tout pour le retrouver, il devait donc prendre une autre voie. Passablement paniqué mais ayant pris sa décision il fit un tour rapide dans la tour en raflant au passage une besace qu’il remplit de composantes et d’affaires nécessaires pour survivre là où il allait. Il finit par prendre le parchemin où était inscrit le nom du démon Bel-Turash et se précipita dans sa salle de convocation. Son idée était folle, mais quitte à mourir autant qu’il tente tout ce qui était faisable.

    Il recommença le rituel permettant d’appeler le démon. Il n’avait pris aucune précaution mais il s’en fichait à présent, et essayait de hâter l’accomplissement du sort. Il l’avait presque achevé lorsqu’il entendit un grand bruit provenant du bas de sa tour : ils étaient là et étaient parvenus à abattre toutes ses défenses. Mais ils arriveraient trop tard…Finissant l’incantation il lâcha le parchemin qui alla ouvrir la brèche qui permettrait au démon d’arriver en ce plan. Mais dès que l’ouverture fut assez large le mage pénétra dans le cercle et plongea à l’intérieur de la fissure. Il se sentit aspiré par une force indicible, se sentit croiser une entité, qu’il devina être Bel-Turash à ses imprécations, mais le démon, aspiré dans l’autre sens, ne pu l’atteindre. Et il finit par arriver dans les Abysses, le plan qu’aucun mortel doté d’un tant soit peu de raison n’aimerait connaître, mais ainsi Bouliiar avait échappé à ses poursuivants, pour se jeter dans un danger encore plus grand.

    Le temps que Bouliiar passa en ce lieu restera ensuite toujours flou dans sa mémoire. La seule chose dont il se souvint fut qu’il réussit à survivre à la manière d’une vermine, se contentant des ignobles déchets des immondes créatures du lieu. Il usa son esprit presque jusqu’à en devenir fou à travers multiples divinations pour trouver des cachettes relativement sûres et pour échapper aux hordes démoniaque qui parfois le prenaient en chasse. Avant son départ de Thay il priait Beshaba, la déesse de la malchance, plus par principe que pour autre chose. Mais c’est durant cette période qu’il eu vraiment la foi, confiant maintes fois sa destiné entre les mains de la Dame Misère dans l’espoir fou qu’elle le sauverait. Il réussit toutefois à survivre et à trouver un passage pour quitter les Abysses, mais son esprit était brisé. Il atteint un plan extérieur où il rencontra une tiefeline, nommait Atenlys, qui le prit en pitié et entreprit de le soigner. Sa raison revenant et sachant que nombres d’ennemis pouvaient encore le poursuivre, il décida peu après de partir. Elle accepta, par l’amour qu’elle avait fini par éprouver pour lui, et l’amena, la mort dans l’âme, à Sigil, la célèbre cité planaire. Il y trouva un passage pour retourner sur son plan d’origine, le plan matériel primaire. Mais le passage le mena loin de Féérune, et il se retrouva en Dorrandin, où après maintes tribulations il entendit parler de la cité de Mélandis, vers laquelle il mena ses pas …



  2. #2
    Bouliiar Invités
    Race : Humain de Thay.
    Age : 35 ans
    Taille : 1.70m. Poids : 60 kg.
    Yeux : Noir profond. Cheveux : Crâne rasé et tatoué, sinon brun.
    Peau : clair.
    Alignement : Neutre mauvais.
    Religion : Beshaba.
    Classe : Devin 5 ; Magicien rouge de Thay 4 (niveau de lanceur de sort 9)
    Première école interdite : Nécromancie (sauf animation des morts, cf bio)
    Deuxième école interdite : Abjuration (possède les sorts d'abjuration jusqu'au 3ième niveau de sort)


    Caractéristiques :
    Force : 9
    Dextérité : 14
    Constitution : 12
    Intelligence : 19 (18+1)
    Sagesse : 17 (16+1)
    Charisme : 14

    PV : 25
    CA : 12

    BBA : +3
    Jds : Ref +4; Vig +3; Vol +11

    Dons :
    Appel du familier (classe - Mage)
    Ecriture de parchemin (classe - Mage)
    Tatouage focaliseur (Divination)
    Création d’objet merveilleux
    Incantation statique
    Incantation silencieuse
    Ecole renforcée (Divination)
    Ecole renforcée (Enchantement)
    Défense spécialisée +2 (Divination - classe - Magicien rouge)
    Puissance magique +2 (Divination - classe - Magicien rouge)

    La formation de devin de Bouliiar, et les dons Tatouage focaliseur, Ecole renforcé et Défense spécialisée font que ses sorts de divination sont plus puissants (+2 au niveau de lanceur de sort), il est plus difficile d’y résister ( +1 au DD) et lui y résiste mieux (+2 au jds).



    Compétences :
    Art de la magie
    Artisanat
    Bluff
    Concentration
    Connaissances (Mystère)
    Connaissances (Plans)
    Connaissances (Religion)
    Décryptage
    Intimidation
    Profession


    Langues parlées :
    Commun
    Thayen
    Draconien
    Abyssal
    Infernal
    Céleste


    Ossature de la fiche plagiaté ici, fiche de Banshee, et je la remercie

Discussions similaires

  1. [Melandien] Thorgen
    Par Thorgen dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/05/2008, 15h51
  2. [Melandien] Wotan
    Par wotan dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 20/11/2004, 20h42
  3. [Melandien] Death
    Par Death dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/09/2004, 22h28
  4. [Mage] Bouliiar
    Par Bouliiar dans le forum Bureau de recrutement
    Réponses: 0
    Dernier message: 02/07/2004, 20h05
  5. [Melandien] Morlak
    Par Morlak dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/06/2003, 16h59

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252