« A ne jamais oublier, pour envisager l’avenir en connaissant les erreurs du passé.

Avant d’être appelée Drydo DanseLune par les rares gens que je connais, j’étais la deuxième fille de la Matronne Széad. Je vivais dans une petite cité totalement inconnue, classée en dehors de toute popularité, au contraire de Menzoberranzan ou Ched Nasad, appelée Spézanraya. Széad Kis’thrix avait cinq enfants, et uniquement des femmes. Je reçus une formation guerrière, où je montrais vite une aptitude choquante pour une femme destinée à la prêtrise, et j’ai aussi reçu quelques maigres enseignements magiques, mais ma mère m’interdit d’y progresser et m’envoya, comme toutes mes sœurs, au temple de Lolth. J’y passai néanmoins beaucoup moins de temps que les autres prêtresses, car j’avais tendance à ne pas y rester une fois la nuit tombée. J’allais sur la Grande Place de l’Araignée, où avaient été dressé des fontaines de sang et je sacrifiais là-bas des esclaves, en pensant alors qu’en déversant du sang neuf dans les fontaines Lolth se rapprocherait de moi.
Cela dut marcher, car il devint clair que j’obtins les faveurs de Lolth malgré ma jeunesse (et la diminution d’esclaves) et que je les portai sur notre Maison. Ma mère, ravie par mon succès, au contraire de mes sœurs, voulut presser son avantage et organisa une guerre avec les autres Maisons. Nous faisions partis de la quinzième Maison ? Nous avons remonté l’échelle pour nous positionner en neuvième position.

Comme mes sœurs s’acharnèrent pour recevoir la faveur de la Dame Araignée, et que cela fut fait, Matronne Széad décida de partager le secret de la fidélité de son garde du corps, qui était aussi mon père, avec nous, pour ne pas perdre ce joli rapport de puissance que nous lui donnions. En effet, elle liait, par un artefact crée par un des grands magiciens de la surface, à l’époque où les drows et les elfes blancs dansaient ensemble, la vie d’un mâle à la sienne. A l’époque, l’outil était utilisait pour lier à jamais deux aimés, mais il a depuis changé d’utilité. L’elfe noir malheureux sur qui tombait le choix de la Matronne était impliqué dans la vie de celle à qui il lui avait été commandé de lier sa vie, nommée juilae. Si par une erreur malencontreuse la juilae tombait, le drow mourrait aussi, et de ce fait les liés mâles – aussi appelés kilae, qui est un mot péjoratif signifiant « chien »- cherchaient à tout prix à garder la vie sauve à leur juilae, dénonçant les trahisons et la suivant comme un chien.
Ce que nous ne savions pas, c’est que la réciproque était vraie si le lanceur du sort le voulait, ce qui impliquait le fait que tuer le kilae permettait de tuer la juilae. Or, cela fut le cas, sans doute pour faciliter la destruction des enfants de Matronne Széad s’ils la trahissaient. Je m’en rendis compte quand je devins l’aînée de la Maison Kis’thrix en assassinant ma sœur dans un des bassins, aidé bien sûr par mon kilae, qui me suivait jusqu’à la porte du temple. Il me suffit de réussir à blesser son kilae pour qu’elle s’affaiblisse, et à le tuer pour tuer ma soeur.

J’en ai discuté avec mon « chien », le seul mâle qui avait le droit de poser le regard sur moi – j’admets avoir été très respectueuse des principes de ma société -, et nous sommes parvenus à la conclusion évidente que je mourrais si jamais il venait à mourir. Cette nouvelle ne me réjouit pas et je gardais en permanence mon kilae près de moi. Je me résolu à découvrir les secrets de ma mère. Lors d’une guerre hasardeuse, je laissai mon poste, d’où j’étais censé commandé les arbalétriers, et je rentrai dans la chambre de mère. Je trouvai l’artefact et une page craquelée qui détaillait le rituel, dans la langue des elfes blancs. J’appris au cours de mes autres années cette langue, en supposant à ma mère la possibilité que l’ennemi ait pris possession de ses affaires – quelle menteuse j’étais ! – et que une de mes sœurs défuntes lors de l’affrontement m’avait appelé au secours pour justifier mon absence. J’orientais mon kilae vers la magie. Je voulais trouver la façon de créer ou de détruire les liens, et j’y parvins. Une idée folle me vint.


Je détruis le lien qui me liait à mon kilae, annulant l’effet kilae mort juilae morte qui me déplaisait beaucoup, et enquêtait sur le propre « chien » de ma mère, qui était aussi mon père. Mes doutes furent confirmés : ma mère avait bien détruit son lien avec lui, sans doute pour éviter des risques insoupçonnés. Je le restaurai en tuant un des plus valeureux guerriers de notre armée, que j’ai soigneusement baratiné pour l’amener à l’endroit de mes crimes les plus beaux.
Et j’ai tué mon père, exterminant ma mère. J’étais sans doute la Matronne la plus étrange qu’il soit, j’avais à peine atteint l’âge adulte, mais j’étais ambitieuse et surtout j’avais en ma possession l’artefact Lieur. Je n’ai pas gardé le poste longtemps, à peine après avoir réussi une guerre contre la Maison qui nous précédait. Mais il semble que la Première Matronne de notre petite ville ne me portait guère dans son cœur. Elle me fit exiler pour de multiples raisons. Mon kilae m’accompagna. A l’époque, j’étais une elfe noire furieuse et aigrie, ambitieuse et mauvaise, et dans un accès de fureur j’abandonnai toutes mes affaires, que je jetai au fond d’un lac. Lolth m’avait abandonnée, repue de mes intrigues, et je la quittais aussitôt. Je forçais mon kilae à partir, mais il avait stoppé de devoir me respecter, maintenant que j’étais plus basse que lui dans la hiérarchie. J’ai essayé de le tuer avec la seule chose dont je ne m’étais pas débarrassé, mon fouet, mais je fus mordu par les reptiles. J’étais trop fier pour connaître l’irrespect des mâles, moi qui me pensais supérieure, et trop faible pour survivre seule dans l’Ombre Terre. Et j’ai rejoint un groupe de rebelles, alors que je ne partageais pas leurs moeurs…

Au début, je tentais surtout de m’éloigner le plus de la société drow. Je me forçais à batifoler inutilement avec des croyants d’Eilistraee et a accepté leur déesse. J’appris l’art de l’escrime, qu’on m’avait toujours refusé, et je fus vite surnommée la Danseuse de Mort. Peu à peu je me suis posé des questions, et ce fut en cherchant à fuir ma société que je l’ai retrouvé dans chaque chose que je faisais : traîtrise, mensonge, et là j’ai commencé a changé, et j’ai décidé d’oublier mon passé et les ténèbres, aidé par mes compagnes.

Et je connus ma première danse sous la lune. C’est à ce moment que j’ai totalement basculé vers Eilistraee. La surface m’attira pour son ciel et ses étendus naturelles. Et surtout pour ces aventures, car je m’ennuyais ferme lorsque nous ne tentions pas de conversion dans les cités drows. C’est sur un coup de tête que j’ai décidé de rejoindre la surface : plusieurs elfes noirs m’avaient précédé (ça me remonte le souvenir quand j’étais Drydo Kis’thrix… je priai pour leur mort et leur souffrance éternelle à tous.) et je ne voulais plus rester sous terre maintenant que j’avais vu la surface. Je demandai donc de partir à la surface la prochaine occasion.

Les croyantes d’Eilistraee acceptèrent, et leur chef, qui avait vu la difficulté que j’avais à changer mon cœur et qui m’en appréciait vint me voir en m’avertissant que sans parler la langue commune je ne communiquerai jamais, que les drows étaient mal vus à la surface, et que mon équipement allait disparaître. Elle tentait de me dissuader, fière surtout de mes progrès et du surnom que l’on m’avait donné. Ses compagnes, qui avaient fini par m’apprécier, m’emmenèrent à la lueur de la lune et me souhaitèrent bonne chance en promettant de prier pour moi. Je reçus d’elle mes seules possessions physiques, car le reste fut dissous à la lumière.
J’ai passé beaucoup de temps seule, ne parlant pas grandement la langue commune dans sa splendeur, en m’y entraînant la nuit dans mes chants et mes danses. Toutefois, j’ai refusé toute la prêtrise qui pourrait avoir à aimer Eilistraee, ne souhaitant pas me rapprocher de la meurtrière que j’avais été, une stupide prêtresse de Lolth, une déesse tout aussi dénuée de sens. Je me suis cachée des autres peuples, effrayée par l’idée d’être rejetée, mais tout en aidant discrètement ce que je trouvais bon et qui passait par le petit bois où je m’étais établi. La nuit, je me débrouillai pour les guider vers la sortie de la forêt, où je rapprochai les proies d’eux, par exemple.
Là, j’ai changé d’identité, je suis devenue Drydo DanseLune. J’ai fini par accepter le passé et la possibilité de rencontre avec d’autres personnes que des elfes noirs, idée qui m’avait toujours un peu effrayée. J’ai vagabondé dans Féerune, tentant d’appliquer les préceptes d’Eilistraee. J’ai tué beaucoup d’adversaires, n’ayant aucun ennemi vraiment, m’accaparant toujours ceux des autres. A l’heure qu’il est je suis là où se trouve mes derniers pas. »
(Note : ceci est une page de journal intime, la seule partie écrit en langue commune sans fautes de conjugaison et d’orthographe, mais guère complète…)

Fiche d’identité

Prénom : Drydo
Nom : DanseLune (le vrai est Kis’thrix)
Race : Elfe noire
Classe : kensaï
Niveau : 4
Taille : 1m62
Poids : 40 kg
Dieu : En l’occurrence, une déesse, Eilistraee.
Alignement : Chaotique Bon
Caractéristiques
Force : 13
Dextérité : 19
Constitution : 12
Intelligence : 16
Sagesse : 12
Charisme : 16
Caractère
Drydo est quelqu’un qui n’a jamais eu l’occasion de rencontrer d’autres peuples autre que les drows et elle est plutôt naïve sur ce sujet, tolérante à l’extrême et tentant d’être le plus aimable et sympathique possible. Sa qualité principale sur ce point est son empathie silencieuse. Elle est sujette à la mélancolie lorsqu’elle se retrouve seule. Drydo ne parle pas de son passé et tente de s’en débarrasser le plus possible, prise de remords pour tout le mal qu’elle a fait. En compagnie de quelqu’un, elle se force à placer ses propres tourments après ceux qu’elles rencontrent, et a la fâcheuse tendance de vouloir aider tout le monde, sans doute pour démontrer qu’elle n’ait pas « comme les autres. » Elle apprécie particulièrement les enfants mais à tendance à se moquer des plus vieux, qu’elle considère trop attaché à leur règle. Elle respecte les lois uniquement si ça l’arrange, ne voulant pas créer des embrouilles autour d’elle, mais a du mal à supporter tous les gens qui font la morale. Il arrive parfois, mais cela ne lui est arrivé que deux fois dans toute sa vie, que tout ce qu’elle a cumulé comme émotions – colère, peur, tristesse – se déverse d’un coup et elle devient à ces moments cruelle, fourbe et prend du plaisir à enquiquiner les autres ( jamais trop de mal.) Drydo a très peur de ces instants où elle reprend son ancienne personnalité…à moins que ce ne soit celle de son kilae qui ressurgisse sur elle, comme il est encore lié à elle, elle ne peut pas le dire.

Apparence
Drydo est assez petite et svelte, et semble très aimable à ceux qui la voient. Elle parle tout de fois la langue commune avec quelques difficultés. Elle est belle mais marche pieds nus, se sentant emprisonnée dans des bottes, ce qui est assez drôle dans la boue. Comme les croyantes d’Eilistraee, elle a de longs cheveux argentés et comme les drows la peau d’un noir de jais. Ses yeux sont de rubis aux endroits de ténèbres mais en pleine lumière ils prennent une teinte vert profond. Drydo est protégée par la magie protectrice de son amulette. Généralement, Drydo se déplace avec ses deux lames (une épée longue et une dague) et une cape noire qui camoufle la couleur de sa peau. En plein jour elle abat la capuche car elle ne supporte pas bien la lumière du jour…

Equipement :
- Une épée longue avec le signe d’Eilistraee +1
- Une dague +1
- Cape, corde, briquet, amadou, symbole d’Eilistraee, vêtements. (marche pieds nus)
- Journal intime tenu en drow, sauf pour quelques pages
- Pour l’instant n’a pas d’or et peu de réserves de nourritures