Tout commença il y a environ 19 ans. Une femme donnait naissance à son enfant, une fille somme toute assez ordinaire. Mais les facéties du destin, la position des étoiles ou la mesquinerie des Dieux voulurent que la nouvelle-née ne soit pas si ordinaire. Peut-être les Dieux ne parvinrent-ils pas à choisir entre une grande beauté, une intelligence surhumaine et une force herculéenne. Peut-être la position des étoiles le voulait. Ou peut-être était-ce le destin qui souhaitait faire une expérience. Toujours est-il que rien de tout cela ne prit forme.

De beauté surnaturelle, point ne fut question. Mederis (c'est le nom de la nouvelle-née, pour ceux du fond qui ne suivent pas) était certes séduisante, mais pas irrésistible. Il n'existait pas une ville sur Féérune qui n'avait une femme plus belle qu'elle. Elle aurait facilement put se marrier à un beau parti, mais ce n'est pas sa beauté qui l'en empêcha.
D'une intelligence surhumaine, guère plus. Elle savait résoudre des énigmes faciles, compter, lire et écrire (et dans de nombreuses langues). Il lui arrivait souvent de parler en vers, la trace d'une intelligence solide. Mais pas de quoi faire une archimage. A peine de quoi faire une bonne mage. Mais encore une fois, ce ne fut pas son chemin.
De force herculéenne, rien non plus. Nul doute qu'en la voyant, portant armure et armes à ne plus savoir qu'en faire, notamment certaines armes exotiques dont la maniement est davantage l'affaire de muscles que de précision, on imaginait une musculature impressionnante. Il n'en était rien. Mederis avait tout juste de quoi manier ses armes, et guère plus. Elle n'avait de toute façon pas fait métier d'arrêter un taureau au galop par la force de ses bras.

En fait, le destin avait pourvu Mederis d'un gabarit physique et intellectuel assez ordinaire, quoiqu'un peu généreux. Eut-elle réfléchit à son avenir qu'elle aurait pu choisir entre être une courtisane, une chevalier, une marchande bourgeoise ou encore une voleuse citadine, et exercer son métier avec talent. Le destin choisit pour elle, et choisit tout en même temps : elle devint une aventurière. Une héroïne de chants, chants qu'elle écrivait et chantait elle-même, car elle était barde.
Et des chants glorieux à sa propre gloire, elle en écrivit beaucoup. Ils parlaient de dragons occis, de princes sauvés (les contes de fées ne sont pas sexistes), de trésors incommensurables découverts, d'épées enchantées et autres fadaises que pour la plupart, elle inventait. Certes, elle avait exploré beaucoup de donjons et occis nombre de monstres, mais loin derrière ses chants.

En réalité, le seul point où Mederis brillait plus fort qu'un soleil au zénith, c'est la chance. Mederis à sa naissance fut dotée d'une chance extraordinaire, incommensurable, une chance qui voulait que quoiqu'il survienne, rien de mal ne pouvait arriver à cette jeune barde par ailleurs fort ordinaire. On ne compte pas le nombre de fois où elle manqua d'un cheveu de se faire écraser par un arbre pendant une tempête, trancher la gorge par un gobelin enragé dans un donjon, ou encore brûlée vive par le souffle de quelque dragon. Sa chance la sauva toujours. Tantôt le gobelin glissait et s'empallait sur l'épée de Mederis, tantôt c'est elle qui glissait dans une caverne oubliée de tous, atterrissant dans une grotte innondée, mais en l'occurence salvatrice du souffle draconique.
Bien évidemment, ses chants ne parlent pas de cela. Essentiellement parce que bien souvent, elle ne se rend pas compte que c'est sa chance qui la sauve. Après tout, l'épée est enfoncée dans le gobelin ; la méthode importe peu, c'est le résultat qui compte. Et le résultat fait indéniablement d'elle une grande guerrière, une aventurière renommée.

Un dernier point important à noter concernant Mederis. Sa chance l'empêcha bien souvent d'être blessée plus que nécessaire, mais nous parlons ici de blessures physiques. La chance de Mederis ne pouvait pas protéger son mental. Personne ne revient complètement indemne quand il sort victorieux d'un donjon. L'expérience du destin ne fut pas un succès complet.

---



Nom : Mederis (prononcer Médèrisse)
Race : Humaine
Sexe : Féminin
Age : 19 ans
Taille : 1 m 68
Alignement : Chaotique Mauvaise
Dieu adoré : Talos, pour son imprévisibilité.
Classes et niveaux : Guerrière 2 / Barde 3
Force : 14 (le maniement des armes accroît la force avec l'habitude)
Dextérité : 12 (une dextérité classique pour qui joue d'un instrument de musique)
Constitution : 12 (un physique ordinaire, mais un peu entrainé par les voyages et les explorations de donjons)
Sagesse : 6 (un score très bas s'impose, en relation avec ses troubles mentaux)
Intelligence : 14 (elle est rusée, calculatrice, bref intelligente, mais ses raisonnements pêchent parfois par leur manque de bon sens)
Charisme : 15 (un beau morceau, avec une jolie voix, mais attenué par certaines de ses manières assez étranges et pas toujours aux goûts de tous)
Compétences notables :
Parle une quinzaine de langues.
Sait manier la plupart des armes, surtout les armes exotiques, de façon honorable quoique pas exceptionnelle.
Equipement :
Des vêtements typiques d'une biclassée aventurière/voyageuse (bottes solides, vêtements chauds et un peu usés).
Une cotte de mailles solide quoiqu'un peu usée.
Un joli bouclier de fer, présentant des traces de rouille, et ayant visiblement déjà encaissé quelques coups.
Une collection impressionnante d'armes (toutes non magiques), allant de la dague dissimulée dans chaque botte jusqu'à la hache à deux mains qu'elle a sur son dos en passant par les épées longues et bâtardes, haches de guerre, marteaux, hachettes, fléaux à une et deux mains, faucilles et même son épée à deux mains fétiche. Transporter le tout ne se fait pas sans une certaine organisation, et peut paraître assez ridicule, mais il ne fait aucun doute que tenter de la désarmer est une technique de combat vouée à l'échec.
Un sac de voyage contenant là encore quelques armes, mais aussi des objets divers et variés dont l'utilité n'est pas évidente (sauf pour Mederis). Il s'agit en fait d'un sac sans fond, puisqu'on y trouve des objets aussi étranges qu'une pelle ou une collection de cailloux peints. Ce sac est son seul objet magique.
Un symbole religieux de Talos, pas toujours visible sous la cotte de mailles, mais pas caché.
Quelques gemmes de valeur. Très peu pour une aventurière aussi puissante que la décrivent ses chants, mais plus qu'une aventurière débutante. Mederis convertit systématiquement son or en gemmes.