Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: [Melandienne] Zéphirah

  1. #1
    Zéphirah Invités

    [Melandienne] Zéphirah

    Zéphirah


    Prénom : Zéphirah
    Nom : Sharmil (Ombredelune par son père mais se refuse à le porter)
    Age : 101
    Sexe : Femme
    Race : Elfe de la lune
    Classe : Assassin
    Alignement : Loyal Mauvais à tendance neutre
    Religion : Mask, Shar
    Taille : 1m42
    Poids : 34kg


    Histoire :

    Commencerons-nous par le jour ou l’enfant fut venu au monde ? Ou à sa naissance au monde de la nuit ? Sa véritable nature, enfouis ou plus profond de sa chaire et de son esprit, depuis son existence, refoulée par ses parents et par la passion qui brillait en elle, signe le commencement de sa véritable naissance.

    Zéphirah, née de parents elfes, nobles de la dynastie Fleur de lune à Eauprofonde, vue le jour pour la première fois dans une élégante demeure, un des nombreux prestiges de sa famille.
    Elle fut promise dés son plus jeune âge, et malgré ses réticences, assuma une condition de vie et un statut qui ne lui convenait guère.
    Dés son plus jeune âge, un précepteur fut chargé de lui instruire l’esprit, et un cavalier, le corps, tandis que sa famille se chargea de lui enseigner les choses essentielles à sa vie future de noble, de femme…
    Selon eux, la vraie valeur des choses les plus pures.
    Zéphirah ne semblait pas partager leur avis sur son éducation.
    « Elles sont d’un ennuis mortel », soutenait-elle.
    Mais la discipline était aussi chose garante, et les jeune filles étaient priées de se taire…

    Les années passèrent et Zéphirah grandit, gagna en esprit, tout autant qu’en caractère.
    Le pas léger et le regard envoûtant, elle s'avançait sous les regards émerveillés des partisans.
    Les prémices de sa beauté laissaient présager un soupçon de ses charmes à venir.

    Pourtant, malgré les apparences, la jeune fille fulminait intérieurement, condamné à une vie qui n’était pas la sienne.
    Les journées se faisaient longues, les chicanes, douloureuses.
    L’enfant douce et enjouée que Zéphirah avait été devenait à présent rebelle aux règles imposées par sa famille, peu soucieuse de l’étiquette, et cela engendra des conflits, objets d’interminables disputes.
    Pour les arcanes, elle se savait peu prometteuse, et n’excellait pas non plus en chants bardiques.
    Pour ses parents, elle se voyait objets de leurs souffrances, un fardeau qui selon elle, engendrait désespoir et peine.
    Un vrai combat intérieur se jouait en la jeune fille, dont la seule et unique issue, pouvant mettre fin aux conflits et au mal perpétré réciproquement, fut de quitter cette engeance.

    Sans larmes, sans promesse ni au revoir, Zéphirah s’exila d’une maison qu’elle n’espérait jamais revoir.
    Dés qu’elle l’eu quitté, elle couru à en perde haleine pendant d’interminables heures, tentant de mettre un maximum de distance avec ces terres, ces bosquets, ces forêts, qui la rattachaient à son passé.
    Mais elle se mit à la recherche de la flamme même qui l’animait, et en trouva sa quintessence. Elle habitait dans la noirceur des ruelles, dans les ombres voluptueuses et le silence de la brise, dans les égouts et sur les toits des maisons. Elle nourrissait la crainte des gens, les rendait faible et vulnérables.
    C’est de là que Zéphirah prit connaissance de sa vraie nature.
    Après plusieurs jours de marche, mourante de faim et au seuil de la mort, elle fut recueillit par un homme qui devin par la suite l’objet de son admiration, la fusion de la force, à la foi moral et physique. L’assassin attitré du pasha le plus puissant de tout le Calimshan. Séduisant orateur fallacieux, il l’avait immédiatement envoûtée. D’un profil fin et délicat, encadré de cheveux blonds satinés mi-longs, il aurait facilement pu se faire passer pour un membre de sa race. Si ce n’était ce regard dur et fixe, cette peau sombre sans défauts, elle aurait été facilement trompée. Mais ses appartenances à la race des peaux noires étaient aussi visibles que la nature de ses occupations.
    Aussi beau que vicieux il était, et représentait cette soif de vivre dont le seul but est l’accomplissement total de sois.
    L’assassin fut fasciné par la jeune fille, son caractère forgé dans les plus profonds abysses, et à sa témérité inébranlable, rebelle à son passé.
    Il la prit sous son aile et lui enseigna tout ce qu’il savait, tout ce qu’il pu, et tout ce qu’elle désirait apprendre. Belle et dangereuse, elle serait digne de lui succéder sur ces terres de pouvoirs
    La jeune fille se montrait une élève attentive, désirant étancher sa soif de connaissance, et excellait aussi bien en politique qu’en escrime.
    Il se prit d’affection pour elle, et un lien très étroit fini par les unir. Chaque soir, elle venait s’étendre sous le voile d’obscurité sylvestre, et trouver la jouissance dans ses bras.
    Plus qu’un amant, elle reconnut en lui une mère et un père, subvenant à ses besoins, mais lui apportant surtout l’amour tendre et fraternel qu’elle n’avait jamais connu.
    Il la couvrait de cadeaux, lui offrit des bijoux, des robes en quantité, la plupart volés, elle acceptait poliment, avec un sourire gêné.
    Bientôt l’homme prit conscience que ses présents la mettaient mal à l’aise, et qu’elle était d’avantage désireuse de connaissance que de biens matériels.

    Son apprentissage dans les rues ne fut pas ne fut pas d’une constance notoire. Elle allait de surprise en trahison, mais sous son apparence trompeuse, ne laissait aucune chance à ceux qui la défiaient.
    Rendant grâce à son mentor, elle ne tuait jamais sans raison, et haïssait les gens sales jusque dans leurs mœurs.
    A sa demande, il lui enseigna le Drow, dont son père était issu, et le complexe langage des signes. Cette langue, aux intonations fluides et aux consonnes dures, l’enchanta.

    Des années passèrent, et lorsqu'il la jugea digne des meilleures performances, il la prépara pour une mission des plus périlleuse.
    Une descente dans les bas-fonds, égouts putrides et malfamés, fréquentés par des engeances peu recommandables.
    Elle avait vu dans son regard une certaine crainte quant à l’emmener avec lui, une appréhension dissimulée derrière un sourire séduisant :
    « Es-tu certaine de le vouloir ? »
    La réponse était aussi claire qu'une eau de roche, elle le voulait, et lui aussi. C’était un pas qu’elle se devait de franchir, si elle désirait en faire son art. Pourtant il lui cacha la nature extrêmement dangereuse de la cible.
    Après un furtif entretien, visant de l’informer le mieux possible sur son rôle viscéral, il lui intima de le suivre jusqu’à sa chambre, appartement auxquels elle n’avait jamais accès en dehors de leurs nuits d'amour.
    Il s’approcha d’un coffre qu’il déblaya d’une cape sombre en velours noir, et l’ouvrit dans un déclic sonore retentissant à travers la pièce. Il en sorti une dague, soigneusement enroulée d’étoffes comme d’un linceul, et la lui tendis.
    C’était un objet magnifique, un ouvrage finement travaillé dont la lame était faite de dorures rouges striées de noir, d'un tranchant redoutable, au pommeau incrusté de pierres noires et écarlates.
    Elle balbitua quelques remerciement et accepta le cadeau avec humilité.
    Son cœur se fit plus léger, et toute appréhension sur leur sortie nocturne s’évapora en un instant.

    Et c’est dans la noirceur des tunnels qu’elle s’engagea, à ses côtés, ses sens exacerbés par la cécité.
    Un rayon de lune passa à travers une cavité, transformant les gouttes d’eau en perle d’argent, ajoutant à le beauté inquiétante des lieux.
    Il se fondirent dans la noirceur d’une galerie, aux aguets du moindre bruit, du moindre changement perceptibles sur les ombres dessinées à la surface des murs humides et suintant.
    Ils s’immiscèrent dans l’ombre et attendirent, le respiration lente et calculée.

    Au loin, deux yeux qui se découpèrent un court instant dans l’obscurité du tunnel.
    Hors de vue, à quelques pas derrière eux, la mort s’approcha, aussi silencieuse que la brise.
    Au début, Zéphirah ne comprit pas. A ses côtés, le corps de son « père » se raidit brusquement, étouffant une plainte subtilement éteinte par une main. L’obscurité abyssale de la galerie l’empêchait de voir, de distinguer le mouvement furtif du Drow accompagnant la chute de l’Assassin pour ne pas briser le silence.

    Elle aperçut alors à la lueur des yeux rougeoyant, le liquide noir, l’essence vitae s’écoulant de la gorge de son père, serpentant le bitume sale comme un torrent paresseux.
    La jeune fille n’eu guère le temps d’esquisser le moindre geste, quand deux bras vifs et nerveux l’enserrèrent dans un étaux.
    Les désespoir et la panique la noyèrent, menaçant de la faire chavirer.
    Au-delà de toute compréhension, les bras du Drow la consolèrent, et de leur caresses, tentèrent d’éteindre les pleures de la jeune fille redevenue enfant.
    Il la berça quelques instants, tandis que Zéphirah se débattait, vainement, espérant rejoindre le cadavre de l’être aimé.
    Sous son beau visage noyé de larmes, un rictus, futile, apparut sur ses lèvres.
    Et le désespoir, la souffrance et la haine guidèrent son bras, transperçant le cou palpitant de sa lame, ou l’obscurité du tombeau oblitère toute conscience.
    Les yeux exorbités, il marmonna quelques jurons avant ses jambes ne vacillent, que ses paupières ne flanchent.
    Zéphirah accompagna sa chute, la dague enfoncée dans le cou jusqu’à la garde, toujours secouée par ses inconsolables sanglots, le visage ruisselant de larmes.

    La jeune fille était devenue femme.


    Description physique :

    Petite et agile, souple comme une liane, Zéphirah se déplace avec une grâce féline toute naturelle. Son visage mutin, d’une beauté mystérieuse, est agrémenté de deux yeux bleus piquetés d’or. Sa longue chevelure dorée, ornée de nombreux reflets argentés, ondoie en une masse impeccable dans son dos.
    L’elfe, allant à l’encontre de son quotidien, affiche un certain goût pour les robes vaporeuses qui rappèlent celles que portent les femmes de son peuple, lors des grandes nuits de liesses dans leurs profondes forêts.
    En tant normal, elle affectionne particulièrement le port d’une armure de cuir noir, qui épouse parfaitement les formes de son corps, et met en valeur sa gracieuse silhouette, ainsi que celle d’une cape de cuir noire à capuche, véritable outil dans sa vie de baroudeuse.
    Elle porte également des bottes hautes et souples qui offrent une assez bonne protection à ses jambes, et des lames astucieusement dissimulées.
    Mais ses armes les plus dangereuses semblent être son grand amour des intrigues complexes, sa capacité à disparaître dans le moindre coin d’ombre et sa trop grande beauté.


    Morale : A venir

    Caractéristiques :

    For 13 / Dex 18 / Con 10 / Int 15 / Sag 10 / Cha 19

    Compétences :

    Backstabb – Séduction - Discrétion – Dissimulation dans l’ombre – Corruption – Déguisement – Crochetage – Acrobaties - Pickpocket - Manipulation des venins – Connaissances (Lire/Ecrire…) – Escalade - Evasion – Acrobatie - Toxicologie - Vigilance – Funambulisme - Déplacement silencieux – Vols à la tire

    Styles de Combat : (Ambidextre) Combat à deux armes. Combat aux armes à une main.

    Langue :

    - Elfique
    - Drow/Langage des signes
    - Commun

    Equipement :

    - Valdris de 60 cm *2 « Brise Ame » et « Shalany »
    - Dague Drow « Veldriss » Buveuse de Vie. (Enchantée) Elle absorbe la force et l’énergie de sa proie, augmentant proportionnellement celle de celui qui l’a en sa possession.

    Quêtes : A venir
    Dernière modification par Mornagest ; 11/09/2007 à 12h38.

Discussions similaires

  1. [Mélandienne] Ashana Del Mar
    Par Ashana Del Mar dans le forum Fiches de personnages
    Réponses: 0
    Dernier message: 08/05/2014, 19h00
  2. [Mélandienne] Chance
    Par Echo dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 28/01/2013, 11h34
  3. [Melandienne] Eléa
    Par Eléa dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/08/2009, 01h33
  4. [Melandienne] Chalindra Pharn
    Par Chalindra Pharn dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 12/04/2007, 17h40
  5. Les archives de la vie mélandienne
    Par Walar dans le forum Les Archives de la vie mélandienne
    Réponses: 0
    Dernier message: 05/01/2004, 02h05

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249