Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: [Melandien] Beorn Devir

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946

    [Melandien] Beorn Devir

    Présentation de Beorn
    Nom : Beorn Devir anciennement Berg’Darrak Devir

    Race : Drow

    Classe : Fou de guerre/druide (à ascendance ranger)

    Alignement : neutre mauvais

    Religion : Talos, Tempus et Vhaeraun

    Titre : Général du Chaos & Chef des Shamans des foudres

    Taille : environ 1.80 mètres

    Âge : environs 234 ans

    Propriétaire du Dragon asthmatique
    Biographie

    Celui qui se pencherait sur les histoires d’ombre terre, et plus précisément sur les histoires des drows de Menzoberranzan pourrait, en cherchant bien, trouver quelques bribes de l’histoire de Beorn, mon histoire. Si toutefois il savait son véritable nom : Berg’Darrak Devir, fils de la deuxième grande prêtresse de Lolth de la maison, première fille de la mère Matrone
    Dès ma naissance, cruauté, haine et d’autres sentiment qui n’ont pas même de traduction en langue commune furent mes doctrines, et ce, au détriment de sentiments qui, à la surface sont qualifiés de « bons ». Il fut décidé par la mère matrone d’alors que je deviendrai l’un des guerriers de l’armée de la maison Devir, et, étant de sang noble, un rang élevé se traçait déjà pour moi. Cela fut renforcé par le fait que fut le premier enfant « mâle » de Naz’Hela Devir.

    Mais la vie d’un guerrier drow ne commence pas directement avec l’art de la guerre. Je dus tout d’abord apprendre ce que le fait d’être un elfe noir sous entendait, apprendre l’histoire de cette race, apprendre à haire ceux qui « méritaient » cette haine. Et c’est sous le fouet de ma tante que mon éducation débuta. N’étant pas spécialement précoce, j’arrivai cependant à contrôler le pouvoir de lévitation, dû à mon sang noble, assez rapidement. Mais étant plus ou moins « hyperactif », même pour un drow, les combats avec d’autres jeunes drow fut inévitable, voulant toujours prouver à ma tante que notre maison étant la plus forte et que nul adversaire ne m’effrayait… Bien mal m’en a prit, elle sortit son fouet me demanda de combattre. Je m’évanouis sous les coups, mais après avoir, cependant, mordu le mollet de la mégère et après avoir soutenu un grand nombre de coup de fouet. Cette femelle, par la suite eu une fille qui serait partie à la surface où elle aurait rencontré un certain enfant de Baal… Cela étant, je me réveillai, le dos portant des séquelles bien visible de mon pseudo combat. Mais la mère Matrone de la maison Devir, qui était désormais ma mère (qui, ayant reçu les faveur de Lolth, vit là le moment de prendre le pouvoir et donc, tuer sa propre mère. Je comprit plus tard que cela était fortement courant chez nous les drows.) Donc, ma mère me soigna ces séquelles qui disparurent. Mais ce n’est pas par pitié qu’elle fit cela… D’ailleurs ce mot ne m’a été appris que bien des années plus tard. Au contraire, elle le fit pour me montrer qu’elle voulait quelque chose de moi : devenir un grand guerrier, le plus grand même si possible.

    Ce n’est que peu de temps après qu’une personne arriva dans ma vie. Tout d’abord, je ne lui prêtai pas attention, croyant même qu’il pourrait un jour me faire de l’ombre. Je parle là de mon frère, de mon demi-frère pour être exacte. Mon père, maître exécuteur de la famille avait ennuyé ma mère… Elle eut vite fait de le remplacer, par un grand sorcier de Sorcere. Mais mon frère fut, par la suite, la seule et unique personne à qui je fis confiance en dehors de moi-même. Mais ceci sera compté plus tard.

    Peu de temps après l’avenue de Dinin, puisque tel était son nom, je partit pour l’Académie, où il me rejoint une dizaine d’année plus tard. Je débuta donc les arts de la bataille, tout en continuant mon enseignement, toujours plus formé à haïre les elfes blancs. Toujours plus de combats, toujours plus de victoire, tel fut ma vie pendant ce temps… bien qu’un certain Dinin Daermon N’a’shezbaernon arriva, plusieurs années plus tard. Je le répugnait pour porter le même nom que mon frère, avec qui j’eu très vite des liens, bien que cachés car se genre de relation n’était pas la bienvenue chez les drows.

    Je terminai donc mon école de guerrier. Pour clore cette école, une expédition fut lancée à la surface. La rage du combat que je connaissais alors très bien montait en moi comme si elle avait été mise sous pression. Et plus nous grimpions à travers le dédalle rocheux qui nous servait de chemin, plus elle augmentait. Une prêtresse de Lolth nous fit passer à travers le dernier passage, trop étroit pour qu’un drow puisse passer. Nous arrivâmes dans une sorte de petite grotte dans laquelle nous restâmes pour attendre ce que la prêtresse appelait la « nuit » car les journées de la surface se passaient sous une boulle de feu qui brûle les yeux trop sensibles des drows. J’appris par la suite que cet astre flamboyant s’appelait le soleil, et je goûtai à sa brûlure.
    Une fois le signal donné, nous sortîmes, la prêtresse nous attendant dans la grotte. Ce qui m’attendait allait changer le cour de mon existence. Je vis la lune et les étoiles et une passion plus forte encore que la rage du combat m’envahit pour ne plus me quitter. Les parfums aussi m’étourdirent, ainsi que toute la nature qui m’environnait. Mais les paroles de l’un des soldats me firent revenir à la réalité, nous arrivions à proximité d’un campement d’elfes blancs, nos pires ennemis. Bien avant cela, nos professeurs nos avaient appris à détester cette race cause de notre retenue sous terre. Nous nous apprêtâmes alors à verser le sang de ces immondes créatures dons la musique augmentait notre niveau de nervosité.
    La main noire s’abattit sur eux comme un éclaire sur un arbre solitaire. Taillant la chaire impure de ces êtres pâles de nos lames incurvées, transperçant les corps avec nos carreaux empoisonnés, nous les exterminâmes tous… sauf un qui disparut dans un arbre. Nous tentâmes de déraciner ce dernier mais nos cimeterres ne fendaient pas assez vite le bois centenaire. Nous dûmes rentrer dans la grotte car la lumière devenait déjà insupportable.

    Nous rentrâmes par le même chemin, et je ne pus revoir la lune. Mais je la revis plus d’une fois, lors d’autres raids.

    Arrivés dans la cité de Menzoberranzan, nous repartîmes chacun de notre côté. Pour ma part, rentrai dans ma maison, accompagné des guerrier Devir qui était du groupe. On avait besoin de mes talents de Fou de Guerre. En effet, ayant fortement apprécié le comportement de nos troupes à la surface, la reine araignée, Lolth avait envoyé un yochlol avertire ma mère que le temps était venu pour la maison Devir de gagner du pouvoir, et chez les drow, le seul moyen pour une maison de gagner en pouvoir était de détruire une autre famille ayant un rang plus élevé, des détruire tous ses membres jusqu’au dernier enfant.
    C’est donc quelque semaine plus tard que nous partîmes en guerre contre la famille au dessus de le notre. Ils ne virent pas arriver la déferlante noire des Devir. Les prêtresses de ma maison, aidées par notre déesse empêchèrent les autres d’incanter le moindre sort. Nous les exterminèrent tous, et je donnai personnellement le coup de grâce en tuant la mère matrone d’une manière que la reine araignée adora : Je lui tirai un carreau paralysant affin qu’elle ne put plus bouger. La tête qu’elle tira lorsqu’elle vit qu’elle ne pouvait lancer de sort, suite à la défaveur de Lolth resta à jamais gravée dans ma mémoire. Je lui brisai alors chaque phalange, puis chaque articulation avec mon gourdin clouté, le poison n’altérait en rien la douleur. Et c’est après cette séance de torture que je la décapitai, pour la grandeur de Lolth et de la maison Devir.

    Et le temps passa, mon demi-frère termina sa formation de nécromancien à Sorcere et bientôt, le jour de Son premier Raid arriva. Il jubilait à cette idée, et, je ne savais pas pourquoi, mais j’était content pour lui.
    tre content pour quelqu’un… c’était le comble et je ne comprenait pas se sentiment inexistant pour ainsi dire chez mon peuple et encore moins en ma qualité de Fou de Guerre.
    Je fus nommé dirigeant du raid, et nous partîmes, comme à mon habitude, à travers les chemins sinueux d’ombre terre pour arriver dans la même petite grotte que lors de mon propre premier raid. La nuit fut tranquille et le lendemain fut semblable. Le troisième jour fut celui de l'assaut contre le petit village d’elfes blancs. Nous détruisîmes, saccagèrent, flambèrent tout ce qui se trouvait à porter de main. Rien ne fut épargné de notre haine, enfants et femelles moururent. Alors j’aperçus un elfe qui s'enfuyait dans les arbres et je criai à Dinin que je le voulais. J’avais reconnu l’immondice qui m’avait échappé autrefois. Nous décidâmes rapidement de renvoyer à la maison 19 des vingt guerriers. Nous gardâmes le meilleur au cas ou nous aurions besoin d'un messager. Nous partîmes alors à la poursuite de cet animal blanc que nous apercevions de loin de temps à autres. C’est alors qu’une traque de deux jours débuta. Le plus durent fut de trouver à chaque cycle de soleil un abris sur, car nous vîmes vite que les rayons de l’astre flamboyant détruisaient nos équipement. Nous débouchâmes dans une clairière d'environ 400 pieds de circonférence. Notre proie blanche se trouvait de l’autre côté. Elle avait finalement décidé de nous affronter. Mais nous n’eûmes point le temps de débuter le combat. Un craquement de branche se fit entendre et un filet nous tomba dessus. Seul le guerrier qui était avec nous pu s’en réchapper, mais je lui ordonnai de rentrer. Telle fut ma faute. Une troupe d’une cinquantaine d’orques s’abattit sur nous et nous assomma. Je me réveillai dans des geôles puantes. Mon frère proche de moi et l’elfe blanc sur une table de torture. Les orques prirent un malin plaisir à le torturer. Comprenant le goblinoïde, je comprit qu’ils désiraient savoir où se trouvait la forteresse elfique, mais notre cousin blanc accepta les coup sans broncher. En ce sens, je compris que tous ce que l’on m’avait dit sur ce peuple n’était pas vrai. Une nuit, darthiir, comme nous appelions le blanc nous parla en gobelins. Il nous appris son nom : Tantalas et qu’il était une sorte de prêtre de la nature… un druide. Il ne cessait de me regarder d’un air bizarre… ce que je n’aimais pas du tout.
    Le lendemain, il fut à nouveau torturé, mais pendant que les putrides orques épiaient tous signe de parole de Tantalas, mon frangin leur servit un de ses sorts. Le sourire que je fis à ce moment déchira mes traits fins d’elfe, et la haine pouvait s’y lire. Tantalas n'en pouvait plus, il avait de la difficulté à respiré car le pire se trouvait à la base des poumons, l'infamie des orques n'avait pas de limite,(cela me plaisait dans un certain sens, mais le fait de savoir que j’y passerai peut-être ne me fit pas aimer ses plaies) avec une pelle, il l'avait frappée sans relâche jusqu'à ce que trois cotes se brisèrent pour faire une petite fissure sur le poumons droit, faisant souffrir Tantalas à chaque respirations. S'ils continuaient ainsi, l'elfe ne survivrait pas avant le prochain jour, se que le drow ne voulait pas voir, même s'il voulait le tuer au dépar, Dinin le voyait maintenant comme une sorte de sage qui devrait lui être utile pour sortir d'ici.
    Mais juste après avoir soigné Tantalas, Dinin s’effondra. Il avait dû utiliser trop de force pour ce sort qu’il n’avait encore jamais pratiqué. Je me retrouvai donc seul, désarmé avec deux corps endormis. J’entrepris tout d’abord de boire un peu d’eau, bien qu’elle fût immonde. Ne pouvais, je ne savais pourquoi, abandonner mes deux compagnons, je partis tout d’abord explorer le campement des orques. Je pris le gourdin clouté de l’un des bourreaux et j’invoquai un globe de ténèbre. Je laissai libre cour à ma rage de Fou de Guerre lorsque je vis quelques orques dispachés, leur fracassant le crâne avec le gourdin. Trouvant une sorte de lame sur l’une de mes victimes je pus continuer mon massacre. L’ombre meurtrière abattit vingt orques en l’espace d’une demi heure, soit la moitié de ceux qui nous avaient capturé. Je revins ensuite au près des deux endormis. Je dus les porter hors du campement et c’est sans trop d’encombre que nous retrouvâmes les bois. Nous nous reposâmes et mes deux compagnons revinrent à eux juste à temps pour entendre les cris des orques qui découvraient leurs morts.

    Nous ne désirions pas passer plus de temps dans les environs et le jour n’allait pas tarder à se lever. Alors que Tantalas débuta un « merci », une lance lui transperça le buste dans une gerbe de sang incroyable.
    La rage monta dans mes veines et mon esprit fut submergé. Je courus en arrière, arme en main. Une boule de feu me dépassa pour frapper de plein fouet le campement des immondices sur pattes. Plusieurs moururent sur le coup, d’autre, courant dans ma direction se firent décapité. Les survivants fuirent et nous décidâmes, mon frère et moi de rentrer chez nous, ce monde n’étant pas très hospitalier pour une race comme la notre.

    Nous repassâmes par le même passage que nous avions prit deux semaines plus tôt pour se perdre dans les profondeur de l’ombre terre, le passage que nous avions prit avait été en partie détruit. Nous errâmes pendant deux long moi dans les tréfonds obscurs, tout le temps en recherche de nourriture et de boisson pour survivre. Nous dûmes affronter de nombreuses créatures, mais je ne passerai pas de temps sur ce récit.

    C’est donc deux moi plus tard que nous arrivâmes enfin à un endroit connu, le chemin de Menzoberanzan, le chemin de notre domicile, la fin de notre vie de chiens errants dans les profondeur de la terre… du moins, c’est ce que nous pensions… Nous ne vîmes pas notre maison… car elle n’existait plus. La maison Do’Urden avait fait de même que nous quelques années plus tôt… Elle avait décimé les miens jusqu’au dernier. Seul quelques esclaves restaient. Parmi eux, mon esclave personnel Gorgrim, un svirfneblin. En tant que noble de la famille, nous aurions pu faire valoir une revanche, mais nous ne savions pas qui avait fait cela. Donc ce droit n’était tout bonnement plus valide. Nous n’étions plus Dinin et Berg’inyith Sans Nom. Une fois une maison détruite, la tradition drow voulait qu’elle soit oubliée de tous, qu’elle n’ait jamais existée. Nous jurâmes avec mon frère de nous venger d’une quelconque manière, bien que ne sachant ni qui avait commis ce forfait ni comment nous pourrions nous venger.
    Nous retournâmes dans les tréfonds d’ombre terre, nous qui n’existions plus pour ainsi dire accompagné de Gorgrim. J’eu toute fois le temps de prendre un pan de rideau sur lequel était le symbole de ma maison ainsi que certaines armes et une armure de plate d’adamentium. Et c’est guidé par on ne sait quel sentiment que nous retournâmes à la surface.

    L’acclimatation fut très rude. Nous pensions que Lolth nous avait laissé pour compte. C’est ainsi que je compris qu’il était temps pour moi de la renier d’adorer un autre dieu du panthéon drow : Vhaeraun, dieu masqué des drow de la surface qui voue lui aussi une haine secrète envers Lolth.
    Le soleil détruisit l’équipement que j’avais pris… Ma seule arme restante était une petite dague forgée par Gorgrim. Ce dernier devint plus un ami qu’un esclave. Il n’eut pas les mêmes problèmes que nous quand à l’acclimatation si ce et son équipement qui n’était pas en adamentium resta intacte. Nous élûmes domicile dans une petite grotte. Chassant la nuit pour plus de réussite, la vie était assez clémente avec nous, et encore plus les jours de mauvais temps où le soleil ne passait pas. Je me surpris même une passion pour la foudre. Passion qui m’attira peu à peu vers une nouvelle divinité dont je ne connaissais pas le nom. Mais cette petite quiétude se troubla au bout d’une demi année. Nous avions beau évité les humains, la nourriture se raréfiant avec la saison sèche, nous dûmes partir de jour. C’est ce qui nous perdit.

    Un nuage de poussière se forma à l’est. Il se rapprocha accompagné d’un bruit sourd, comme des cris. Eblouit au plus au point, nous ne vîmes la troupe de bandit arriver. Elle montait des chevaux et nous ne pûmes nous défendre convenablement. Dinin eut le temps d’en tuer un avec un sort, mais Gorgrim et moi ne pûmes rien faire. Un marteau de guerre frappa mon gnome en pleine tête, nous remercions aujourd’hui qu’il eut un heaume forgé par ses soins. Il perdit tout de même connaissance. Quand ils arrivèrent à notre hauteur, le premier cavalier, visiblement le chef, m’assena un énorme coup de gourdin se qui me fit rejoindre Grogrim dans le monde du rêve. Ils capturèrent mon frère et nous laissèrent pour mort. Du moins, c’est ce que je suppose. Depuis ce moment là, je ne revis mon frère, je perdis la seule personne qui m’était chère.
    A la nuit tombée, un village de paysan fut la cible de ma rage. Je les tuai tous, aidé de mon fidèle Gorgrim qui était désormais mon seul et unique ami. Je m’armai d’une épée longue fort mal forgée d’ailleurs, d’un simple écu de bois et prit certains habits.
    Nous partîmes dans la direction du nord. Gorgrim, qui de sa période « libre » avait déjà été en surface. Il m’apprit que les « rejetés de la société » allaient tous au nord.

    Une année plus tard, les deux compagnons avaient atteint la toundra glaciale et l’Epine Dorsale du monde. Entre temps, d’autres personnes s’était liées au groupe. Entre autre un autre gnome, Biralo Jansen, mage illusionniste assez sympathique, toujours drôle, mais à ascendance paranoïaque et chaotique, Korgel’Uk un barbare qui remontait vers ses terres, et un Halfeling du nom de Tiago Kouindeliche, petit voleur. C’est dans cette toundra glaciale que nous fîmes une rencontre des plus importante pour moi. Je rencontrais Nilhäthök, un Barbare vétéran du clan du corbeau dons la forte stature et la barbe blanche inspire le respect. Dès notre première rencontre, il fut comme frappé, comme si il m’avait attendu depuis fort longtemps, bien que ne me connaissant absolument pas. Il exerçait désormais le rôle de guérisseur dans sa tribu ainsi que Shaman avant que les troupes ne partent au combat. La première chose qu’il me dit était que la nature me demandait. J’entrepris alors, avec lui, le début de mon apprentissage de druide. Ne parvenant pas à retenir mon nom, il me donna le nom de Beorngar, un nom de Barbar. Je passai plus de 15 ans dans le Val Bise à son extrême ouest, à quelques lieux de la mer. J’y apprit sur la nature et, parallèlement, peaufinai mon entraînement. Une nuit, par un puissant orage, mon maître me trouva à contempler le blizzard et les éclaires. Il m’apprit que la divinité à laquelle je vouais cette passion pour les orages destructeurs était Talos, un allié de Tempus, le dieu des barbares. Talos... je devins alors l’un de ses hérauts.
    Mais Nilhäthök était vieux et l’hiver me priva de mon mentor. Durant ce temps, Gorgrim passa son temps dans un clan de nain où il put à nouveau forger et surtout, creuser et trouver des pierres. Avec la fin de l’hiver vint la fin de mon périple dans le Val Bise. Je partis en direction de la mer où j’embarquai avec Gorgrim sur un navire. Mais avant sa mort, Nilhäthök m’avait remit une arme : un katana, forgé par un Barbare du clan. La magie émanait du présent et je me résolut à ne l’utilisé que pour servir mon dieu : Talos ! Et le fait de perdre mon maître, de perdre une fois de plus un être cher eut à nouveau l’effet de me refermer, de devenir toujours plus froid. J’abandonnai ici une des seules personnes qui m’ai parfaitement acceptée. J’y abandonnai aussi une partie de mon nom. Berg’inyith qui était devenu Beorngar devint Beorn.

    Lors du Trajet, une tempête nous surpris et ce n’est que par ma dévotion pour Talos que moi et Gorgrim survécurent. Nous arrivâmes sur une île. D’après mes estimations nous étions arrivé sur les terres du basilic. C’est sur ces terres que se trouvait Mélandis, cité dédié à Talos. Il avait dû m’envoyer ici pour servir sa cause et pouvoir, pour la première fois depuis plus de trente années, disposer d’un foyer.
    Le seigneur Dragum m’accueillit et j’entrait dans l’armée. Mes talents de Fou de Guerre me permirent de monter jusqu’au rang de Lieutenant du chaos. Par la suite, j’établi un commerce d’esclaves et de monstres ainsi qu’un bosquet dédié à Talos. Avec le départ mystérieux de Dragum, je devins Général. Mais là encore, je dus perdre des personnes chères à mes yeux. Un loup garou du nom de Crikorrin Limody périt sous mes ordres alors que des hordes de morts vivant déferlaient sur la ville.

    Aspect physique :
    Svelte et plutôt grand pour un drow, Beorn a les aspects physiques des elfes. Des traits fins sur son visage qui jure parfois avec sa rage au combat. La peau ébène et les cheveux d’un blanc immaculé sont la marque de sa race. Quiconque regarde Beorn dans les yeux pourra y voir le reflet rouge de la souffrance, mais aussi de la hargne qui l’habite depuis que son frère lui a été arraché. Un œil inquisiteur saura remarquer qu’il ne se sépare jamais de son Katana ainsi que de son amulette à l’effigie de sa maison drow, symbole de son ascendance noble. Beorn porte également un anneau de fine manufacture, cadeau de son ami Gorgrim.

    • Fiche de personnage D&D3
    Elfe noir fou de guerre / héraut de Talos (druidique) (8/6)
    Humanoïde de taille M
    Dés de vie : 8d12 + 4d10 + 14 (82PV)
    Initiative : +3 (dex)
    Vitesse de déplacement : 12 mètres
    Classe d’armure : 25 [10 + 3 (Dex) + 8 (armure) + 1 (anneau) + 2 (bracelets d’armure)+1[katana]]
    Bonus à l’attaque Corps à Corps et Distance: +14/+9
    Espace occupé/allonge : 1,50m/1,50m
    Particularités : Instinct naturel, compagnons animal, déplacement facilité, absence de traces Résistance de l’appel à la nature, déplacement accéléré, esquive instinctive (bonus de Dex à la CA, ne peut être prit en tenaille), sens des pièges +2 réduction des dégâts (1/-) Rage de guerre drow 3x par jour [à venir description exacte], ennemi juré ( goblinoïde et humanoïdes monstrueux), pistage
    Caractéristiques : For 16// Dex 17 // Con 12 // Int 13 // Sag 16// Cha 12
    Jets de sauvegarde : Réflexes +5 / Vigueur +6 / Volonté +8
    Résistance naturelle :

    -feu 10%
    -froid : 15%
    -magie : 45%
    -poison : 25%

    • Langues connues

    - Commun
    - Elfique
    - Commune des profondeurs
    - Abyssale
    - Draconien
    - Gobelin
    - Uthgard,(Langue du nord)
    -Druide

    Possessions

    - amulette de protection +1 « emblème de famille » permet à son possesseur de léviter (2’000po)
    - Bracelets d’armure +2 (4’000po)
    - Une très grande quantité de livres, grimoires et parchemins à titre magique ou non dans sa bibliothèque personnelle (Prix ?)
    - le Katana de Nilhäthök (+ 1 CA 1d12+1 +1 foudre avec 2% de chance d’absorber la vie de la victime, invoque un esprit gardien 1x par jour éclaire en série 2x par jour) (prix ? mais valeur sentimental trop grande pour être vendu)

    Sort de Beorn
    -animation de la ronce: de la ronce sort du sol, emprisonnant les ennemis sur un rayon de 20 mètres, leur infligeant 1d3+3 de poison dommages par round, agissant sous la volonté du jeteur de sort.
    Dernière modification par Mornagest ; 11/09/2007 à 13h30.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

Discussions similaires

  1. [Melandien] Eldurvellir
    Par Eldurvellir dans le forum Fiches de personnages
    Réponses: 0
    Dernier message: 30/04/2013, 21h09
  2. [Melandien] Eredef
    Par Eredef dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 17/01/2006, 19h54
  3. [Melandien] Siegfried
    Par Siegfried dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 12/11/2005, 11h21
  4. Beorn Devir
    Par Beorn Devir dans le forum Présentation des membres
    Réponses: 1
    Dernier message: 08/04/2004, 18h56
  5. Dinin Devir
    Par Dinin DeVir dans le forum Les Archives de la vie mélandienne
    Réponses: 0
    Dernier message: 04/04/2004, 02h48

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239