Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: [Melandienne] Alundra Glodar

  1. #1
    Alundra Glodar Invités

    [Melandienne] Alundra Glodar

    Historique :

    La personne qui aurait l'envie d'offrir quelques verres à Alundra et être assez respectueux des dieux saurait lui faire raconter sa vie. Elle parlerait alors en ces termes:

    "Mon père Morindar Glodar était le plus puissant Berserk que j'ai connu, il dirigeait le clan Glodar avec force et honneur. Dix ans après qu'il m'enfanta de ma mère, Crissia la paysanne, la guerre détruisit la quasi totalité des gens de mon monde et tout mon héritage.

    Un grand voleur, Maitre D., me garda avec lui et m'appris la vie avec ses hauts et ses bas, ses coups durs et ses joies. Et la guerre reprit... anéantissant les vivants et laissant les morts régner!
    J'étais alors assez habile avec mon arme pour combattre. Avec d'autres, je ralliais des partisans de la paix pour détruire le mal à jamais... quête vaine et inutile!

    Nous fumes défaits, prisonniers et humiliés. Lorsqu'enfin nous furent de nouveaux libres nous nous séparames. Moi, dégoutée, je partie à l'aventure, seule, cherchant la mort. J'appris plus tard où se trouvait l'antre du seigneur de feu, un dieu majeur des mondes et des plans. J'y alla pleine d'une détermination aveugle, attendant mon destin, quel qu'il soit...

    Je me dirigeais alors vers une montagne où je due affronter des épreuves si difficiles et si douloureuses que mon esprit en sera à jamais marqué. Toute douleur est douceur face à ce que j'endura...
    Finalement je trouvais un serviteur de Kossuth, un dragon, baignant dans un volcan. Mon corps était presque mort, seule ma conscience pouvait encore lui répondre quand il m'interrogea sur ma venue. Je lui posa alors la question de toute ma vie:

    "pourquoi?"

    A ça, il répondit, et sa réponse fut si longue que je m'endormit sept fois de sommeil, sans qu'il s'arreta. Par la suite il m'apprit l'espoir, le sacrifice, la souffrance, la prêtrise et m'arma Paladine de Kossuth.
    Il me tatoua le corps pour une raison que j'ignore et, après un an, il me renvoya, m'ayant bailler armure, arme et monture. Je crois que j'ai errer quelques temps atteinte par la folie... je me rappelle seulement de la douleur...
    une douleur indescriptible...

    Depuis 15 ans, je chevauche à travers ce monde pour enseigner la vie selon les dieux et chaque jour de ma vie je suis la servante fidéle de Kossuth, le seigneur des flammes.
    J'apporte destruction aux mécréants et connaissances aux croyants. Et quand mon dieu me l'ordonne, je suis l'enfer ou la providence, le chaos dans toute sa splendeur.

    Chez moi, on disait qu'il ne faut pas parler de sa misère, ni de son courage car c'est une preuve de lacheté...
    Alors je ne poursuivrai pas cette histoire. De plus, l'oubli est salvateur. Seul Kossuth doit rester dans les mémoires !


    ------------------------------------------------------------------------
    feuille de personnage:
    Alundra Glodar du clan des Glodars, fille de Morindar le Berserk et Crissia la Paysanne.
    Race: humaine.
    age: 35 ans
    taille: 1m65
    poids: 52 kg.
    alignement: CN.
    Classe: Guerrière/Paladine de Kossuth.
    niveau: 2/5.

    Force: 9
    Dextérité: 12
    Constitution: 8
    Intelligence: 9
    Sagesse: 6
    Charisme: 17

    Description :
    - Alundra est une blonde aux yeux bleus, une ancienne beauté transparaît au travers d'un visage fin mais abimé par le temps et les combats. Son regard est pénétrant et insistant et son sourire moqueur. Une lueur de folie brille parfois dans ses yeux
    - Son corps est fin et dénote avec son l'armement qu'elle arbore le plus souvent. Sa peau est abimée par le soleil et les intempéries, largement couturée par des cicatrices. De manière très visible, un tatouage couvrant tout son corps et représentant des flammes parcours ses chevilles jusqu'à son cou, sa main droite jusqu'à sa main gauche.

    Compétences : religion, cérémonie, cuisine, équitation, chasse, allumage de feux, survie en tout lieux, chasse, combat aveugle, 1er soins, orientation, course, endurence, agriculture, couture, étiquette, commandement.

    Capacités:
    - spécialisée dans les armes à deux mains
    - immunisés aux maladies
    - apposition des mains
    - détection du mal et du bien
    - détection des mauvaises intentions
    - immunité aux feux
    - peut devenir berserk.
    - peut s'enflammer jusqu'à une aura de 1D4/2niv points de dégats, peut conjurer un élémental de feu de (niveau) DV à partir du 6e niveau.

    Possessions:
    - une lettre de Morindar Glodar.
    - destrier du paladin
    - une épée à deux mains sainte de Kossuth (un élémental du meme niveau que le paladin est dans l'arme, son pourcentage de point de vie indique le bonus de l'arme: 20% +1, 40% +2, 60% +3, 80% +4, 100% +5, il peut sortir quand il veut pour combattre mais l'épée n'est plus magique)
    - une armure de plaque.

  2. #2
    Alundra Glodar Invités
    Arrivée dans ce plan, voici une de mes premières aventures :

    ici

    Une histoire qui explique certaines choses .
    Dernière modification par Alundra Glodar ; 30/09/2007 à 16h00.

  3. #3
    Alundra Glodar Invités
    Lorsque Alundra fut confier à l’ancien héros qu’elle connu sous le nom de Maître D., elle reçu en simple héritage une lettre de son père.

    Ce papier couvert d’écriture fut donner à ce mentor et jamais Alundra durant sa formation ne put en apprendre plus à ce sujet. Lorsque la guerre commença et qu’elle dut partir combattre les morts marchant sur son monde, elle demanda des réponses impatiente du seul bien qu’elle eut jamais possédé jusqu'alors.

    Toutes ces années pendant lesquelles elle avait reçu son enseignement n’avaient aucunement permis à un quelconque lien d’amour ou d’amitié de se tisser. Il l’avait éduqué froidement, prêtant conseil et inculquant les réflexes de survie nécessaire à cette triste époque.
    Ce temps infini n’avait eu pour but que de la former au combat, en faire la digne descendante de Morindar Glodar, chef du clan des Glodar. Et Alundra s’était pliée à ce traitement comme un jeune chiot qu’on dresse… par habitude et répétition, une discipline militaire infecte.

    L’art des armes et de la guerre lui avait prit tout son temps. A cette époque, rien n’était plus normal que l’entraînement sans relâche. Les quelques connaissances, telles que l’histoire et la géographie, étaient uniquement couchées sur des grimoires, eux mêmes cachés afin d’être protégés des profanations des morts qui marchent.
    Un savoir qui ne reviendrai qu’après le danger, un savoir inutile à celui qui veut manger ou survivre et donc inutile pendant cet age sombre.
    Inutile de dire alors que l’apprentissage de la lecture et l’écriture étaient des idées bien originales.

    Maître D disait : « Lorsque nous vivrons à découvert, il sera temps de t’apprendre à lire ».

    En effet, chaque vivant d’alors se terrait. Vivre à découvert était l’apanage des héros et des morts. Alundra avait bien compris qu’elle n’apprendrait jamais et l’avenir lui donna raison car jamais elle ne vécu à découvert sur ce monde, en tout cas, pas à l’abri.

    Ce papier était donc resté une énigme lancinante, une source d’imagination sans fin pour la jeune Alundra, un espoir caché nourri par ses rêves les plus fous. Cette lettre était devenu un trésor, un artefact aux pouvoirs effrayants, un parchemin à la puissance illimitée, presque un mythe.
    L’enfant qu’elle était avait prodigué à ces mots la révélation ultime de la victoire des vivants sur les morts, la promesse d’une liberté prochaine et même le retour des êtres aimés, les seuls : son père, sa mère et d’autres membres du clan comme Edrofus, Soltar ou encore Yundra.

    Peu peuvent comprendre une vie passée à avoir peur. Connaître un monde dans lequel la mort est plus forte que la vie, un monde dans lequel la mort menace de faire disparaître toutes et tous jusqu’à l’extermination.
    Alundra vivait dans un tel univers où chacun s’arme et attend sa mort d’une nuit à l’autre, où nul ne tente de construire tellement l’espoir est inutile, où l’optimisme a disparu jusqu’à sa dernière trace, où aimer est une malédiction, une promesse de malheur supplémentaire.

    Peut être que Alundra était la seule à posséder une étincelle qui lui faisait encore croire à un miracle. L'enfant qu'elle était avait besoin de cette étincelle.
    Et cette étincelle, c’était la lettre…

    Et ce jour, lorsque les vivants se réunirent pour vaincre ou mourir, lorsqu'elle était à l'entrée de leur refuge prête à partir, Alundra demanda enfin à maître D., celui qu’elle ne pouvait qu’aimer car elle n’avait personne d’autre, celui qu’elle détestait pour la tendresse qu’il ne lui avait jamais donné, elle lui demanda ce que contenait cette lettre, ce que son père lui avait légué.

    Elle demanda, la peur au ventre et l’espoir au fond du cœur, le trésor que recelaient ces mots sur ce papier. Jamais elle n’eut plus grand espoir, jamais elle n’eut plus grande peur.


    Maître D. avait parla alors en ces termes :

    « Il y a longtemps que j’ai lu cette lettre et encore les mots qu’écrivit ton père résonnent dans ma tête.
    Il ne m’appartient pourtant pas de te révéler ce qui est écrit car ils conduiraient à ta perte… Sache que, lorsque tu obtiendras ton héritage, tu seras plus proche de ton père que tu ne l’as jamais été. Cette lettre est une promesse de mort alors oublie la et pars.
    Pars maintenant petite… ne reviens plus ici et accomplis ton destin quel qu’il soit.»


    L’amertume, le désespoir et la rancœur envers la création d’Alundra a peut être pris naissance à ce moment là. Son âme d’enfant disparu à tout jamais et elle partit en guerre l’esprit vide, pleine de rage, de haine et de mort dans le cœur.

    Alundra n’avait pas insisté. Elle savait que c’était inutile. De nombreuses années de vie commune, même en vivant comme des étrangers comme ils l’avaient fait, avait forgé des habitudes de vie immuables.
    Cétait ses derniers mots et encore il l’avait appelée « petite », jamais il ne l’avait nommée par son nom de naissance. Rien ne changerait entre eux, même en cette heure de séparation, et rien de plus ne sortirait de sa bouche ayant rapport avec son héritage.

    Elle était alors parti, un désir de folie et d’oubli la prenant de manière plus intense chaque jour. Ce qu’elle avait tant désiré était fictif, des paroles encore… l’étincelle avait disparu.

    Elle avait alors rejoint l’armée. Une bande de morts en sursis, aussi misérables que sales, à peine plus engageant que leurs oppresseurs.
    Pourtant l’un d’eux savait forcément lire. Ils étaient plusieurs milliers, il suffisait de chercher. Cependant, Alundra ne le fit jamais.

    En effet, le doute la taraudait, une mince lueur perçait dans les ténèbres de son cœur et dans la noirceur de son esprit. Etait il possible que finalement l’espoir existe dans les méandres de ces écrits sibyllins ? Maître D pouvait avoir menti comme par le passé...

    Alundra partit à la guerre et combattit de toute ses forces, de tout son cœur.
    Et seule une chose lui permettait de tenir, de garder courage au milieu du malheur et de la douleur : le simple espoir de cette lettre.

    Son contenu était l’héritage de son père qui, au-delà de sa mort, transmettait sa force à sa progéniture par un mystère qui entretenait les plus belles espérances.

    Encore aujourd'hui, cette lettre est inviolée...

    On peut voir parfois la paladine sortir ce morceau de papier. Déplier et caresser cette lettre racornie et déchirée. Elle contemple l'écriture inscrite, incapable d'y rien comprendre mais attentive et concentrée comme pour y entrevoir quelques secrets...

Discussions similaires

  1. [Mélandienne] Chance
    Par Echo dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 28/01/2013, 11h34
  2. [Melandienne] Mederis
    Par Agifem dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 15/04/2005, 15h55
  3. [Melandienne] Eldora
    Par Eldora dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 31/03/2005, 21h17
  4. [Melandienne] Zéphirah
    Par Zéphirah dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 13/08/2004, 04h37
  5. [Melandienne] Oan
    Par Oan dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/04/2004, 15h51

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251