Il manque la plus importante (non pas la mienne)

Notre Impératrice :love:




La mienne

Sylvain est né en - 4 (selon le nouveau calendrier talosien) à Rysentis, village hautement réputé pour ses fêtes, bals et spectacles…

Plus chétif que les autres enfants de son âge, il possédait cependant un don fantastique pour la musique. Sans tellement d’amis, il passait le plus clair de son temps dans la bibliothèque communale au lieu de jouer les chevaliers comme les autres gamins. Ses parents et ses professeurs étaient fier de lui : ils lui préconisaient un avenir dans la fonction publique et pensaient qu’un jour futur, il deviendrait maire du village (ils n’avaient pas tout à fait tort, le voilà ministre désormais).

A douze ans, il tomba sur un vieux grimoire mal rangé dans la bibliothèque et commença à s’intéresser de plus en plus à la magie. Raydon, le plus ancien de ses professeurs, admiratif devant son talent, le prit en charge et entreprit de lui enseigner l’art de la magie et de la sorcellerie.

Pour son quinzième anniversaire, Raydon le fit intégrer l’une des plus prestigieuse écoles de magie du royaume : L’Académie de Rites Magiques et Sorcellerie d’Armonis.

Tandis que Sylvain continuait d’étudier et ce, malgré les conflits qui régnaient entre armoniens et talosiens, l’académie continuait à séduire de nombreuses personnes mais comme au sein de l'Académie des Joutes et Combats, peu de gens n’arrivait à suivre le rythme d’instruction…

En l’espace de huit ans, Sylvain et quelques amis avaient obtenu presque tous les diplômes de l’académie. Ils arboraient fièrement sur leur robe le blason de l’école. En 21, Sylvain reçut son ultime récompense : un artéfact, en l’occurrence, un bâton de cristal dont il serait le seul porteur et quitta l’académie pour retourner dans son village natal.

On n’entendit plus tellement parler de lui jusqu’en 27, date de la Grande Famine (ainsi appelée à Rysentis) où ses parents moururent de maladies sans qu’il ne puisse rien n’y changer malgré ses immenses connaissances. Il était alors simple professeur de magie au village.

En 29, Sylvain regagna alors Armonis et y rejoint ses rangs pour lutter contre l’envahissement talosien. C’est à cette date environ qu’il rencontra Elime et dont il tomba éperdument amoureux. Malheureusement, il était partagé entre elle et son devoir. Un soir d’automne 32, peu avant la talosification d’Armonis, il lui avoua son amour mais tel fut son immense chagrin quand celle-ci, flattée néanmoins, lui referma les portes de son cœur…





La suite, je la tiens de Sylvain en personne que j’ai eu l’honneur de rencontrer…

« Oh oui, je me souviens d’Elime… Elle fut mon unique amour et j’eûs le cœur déchiré suite à sa réponse. Constatant que jamais je ne partagerai ma vie avec elle, je quittai définitivement Armonis pour m’enfoncer plus en avant dans les contrées sous contrôle talosien. Mes espoirs étaient brisés, ma foi s’en était allée et j’arpentais les chemins, mon chagrin pour seul ami.

En mai de l’année 33, alors que je me reposais sur un banc et regardais passer une division talosienne. Je fis la connaissance de Venuma, grande prêtresse de Talos, qui se rendait à Amn afin d’y célébrer un office.

Par Talos qu’elle était belle dans sa robe de satin noir. Et dire que je ne savais même pas qui elle était »
– sourire amusé –

« Son carrosse fit halte à ma hauteur, elle en descendit et vint vers moi. Elle me fixa quelques secondes et prononça ceci : « Je sens un grand potentiel en toi mais surtout un grand désespoir, rejoins-moi et je saurai te faire oublier ton chagrin. De plus, à la vue de ton bâton, tu dois posséder un haut niveau de compétence magique et je sais comment les employer... »
Venuma dans toute sa splendeur de divination, sûrement Talos l’avait guidé jusqu’à moi (ou moi à elle…)

Je ne sais guère trop pourquoi mais je la suivis et ce n’est qu’en chemin qu’elle me révéla son identité.


– Caressant son anneau –
Vous voyez cet anneau que je porte, c’est elle qui me l’a offert ce jour là pour sceller mon appartenance à l’ordre talosien. Elle me faisait déjà confiance apparemment puisqu’elle me confia ses projets de construction de Melandis. De mon côté je lui racontai ma vie qu’elle écouta de toute son attention.

C’est ainsi qu’en 34, nous entamâmes le chantier de Melandis (dont elle me confia une majeure partie de conception des plans) et que six ans plus tard, elle inaugura sa cité.

Aujourd’hui, me voilà élu Ministre de l'Education et de la Culture. »


« Qu’est devenue Elime ? » - osais-je demander -

Il me répondit avant de s’en aller :
« Elime est morte de la peste quelques années après la talosification, mais à chacun de ses anniversaires, je vais déposer une rose sur sa tombe… »


Sylvain est un homme extrèmement absorbé par la direction artistique de Melandis et reste l’un des plus grands enseignants de l’école de magie.