Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: [Melandien] Seina

  1. #1
    Seina Invités

    [Melandien] Seina

    Mes premiers souvenirs remontent à mon enfance dans les rues... j'étais seul et volais pour subvenir à mes besoins... jeune vagabong insouciant, je vivais au jour le jour, ne me préoccupant que de pourvoir à mes besoins. Privilégiant le vol à la tire, méthode plus attrayante à mon goût en raisons des nombreux risques encourrus, je déambulais dans les rues d'Eau Profonde faisant les poches des nobles et des riches marchands.

    Par une belle matinée d'été, le regard insouciant je notais dans la rue la présence d'une magnifique femme aux cheveux argentés. Elle brillait de milles feux dans cette plèbe assez banale somme toute. D'une démarche gracieuse elle déambulait entre les marchands d'herbes et de composants en tout genre payant grassement ses achats. Elle ne se départissait pas de son merveilleux sourire charmeur. Mais ce qui m'attira le plus était sa bourse bien remplie :timide: .. je m'approchait discrètement d'elle et lui déroba sa bourse en continuant mon chemin mine de rien. Lorsque soudain une voix m'interpella :

    " jeune homme, je te remercie d'avoir ramasser ma bourse, une âme mal intentionnée aurait pu me la dérober par terre..."

    Livide je me retournai vers la belle... celle ci s'approcha de moi et d'un geste plein d'affection récupéra sa bourse ... et moi par la même occasion.. .. attendrie par ma condition et amusée par mes regards de bravade elle décida de faire de moi son filleul. Et c'est ainsi que je me retrouvai apprenti d'une mage. Le destin m'avais lancé dans les bras d'une femme qu'aujourd'hui encore je chérit plus que tout. Mes jeunes années auprès d'elle ne furent qu'émerveillement. Insatiable, je lui posait sans cesse des questions, apprenait tout ce que je pouvais.. elle était d'une patiente extrème et me répondait toujours avec calme et précision. Elle avait toute confiance en mes capacités et mes pouvoirs augmentaient sans cesse... Rapidement, elle me laissa pour des périodes plus ou moins courtes dans sa tour avec quelques grimoires pour parfaire mes connaissances magiques mais surtout elle me laissait un libre accès à son immense bibliothèque : légendes, histoire, géographie, philosophie, poésie j'étais avide de tout. je passais des journées entières enfermés avec des livres comme seuls compagnons.





    Ma maîtrise des arcanes étaient exceptionnelles pour un enfant de mon âge, à 10 ans je maitrisais des sorts qui auraient fait palir de honte bon nombre de " mages".. Mais je n'étais pas satisfait de mon destin.. je voulais explorer le monde que me décrivait ces merveilleux ouvrages.. je voulais en écrire d'après mespropres expériences.. je ne cessait de supplier ma bienfaitrice de m'emmemner avec elle.. mais elle harguait que ses activités étaient bien trop dangereuse pour un enfant de mon âge. Toutefois elle décida de me confier à un barde elfe. Celui ci, n'apprécia guère cette " faveur " de ma dame.. toutefois, redevable, il accepta gracieusement de me faire parcourir le monde et de m'enseigner ce qu'il pouvait. Suivant les pas de ce barde je découvris d'innombrables contrées des Royaumes Oubliés, je prit goût à la découverte de ces contrées et de leurs coutumes. Mais le don que me fit ce barde fut bien plus précieux : il m'enseigna la musique et le chant. Il me montra le pouvoir contenu dans le chant et les anciennes langues disparues, dont les mots contenaient autant de magie qu'un sort arcane.



    A l'âge de 17 ans, je me joignit à un groupe d'aventuriers composés. Au fil des mois, nous parcourumes bon nombre de royaumes, et partout ou nous voyagions nous tentions de rétablir l'ordre sous l'égide d'un fier Paladin de Tyr. Je devint même un guerrier sacré de la déesse Tymora et un servant d'Oghma. Mais, la plupart de mes actions étant faite dans l'ombre mes compagnons en vinrent rapidement à sous estimer mes pouvoirs et à les tourner en dérision. Un fossé commenca à se creuser entre nous. Je devenais las de leurs moqueries et de leur manque d'estime. Orgueuilleux de nature et indépendant je ne pouvais concevoir que l'on me tint au second plan. Toutefois je gardais ses pensées enfouies au fond de mon coeur et continuer à oeuvrer pour Tymora.

    Nos péripéties nous ammenames à cotoyer des créatures malveillantes, venues d'autres plans. Diplomate de nature j'étais souvent chargé de négocier avec ses créatures. J'en vint à bien les connaitre et à les admirer pour certains aspects de leur nature. A chacune de ces rencontres un peu de noirceur s'infiltrait dans mon corps à mon insu... Même si j'était motivé pour faire le bien, un peu de la noirceur de ses créatures s'insinuait en moi... J'en vint à m'interroger sur la notion de bien et de mal... Je commencai à me renfermer dans mes chants et commençais à me dire que finalement le bien et le mal n'était que subjectivité, selon la manière dont on racontait une histoire, le héros était finalement celui qu'avait décidé le conteur.


    La possession d'une importante quantité du métal des enfers accentuait toutes mes haines et mes désirs me dirigeaient inexorablement vers un autre chemin. Un jour, dans un accès de colère, j'assassinai froidement mes compagnons dans leur sommeil puis partit, seul, ivre de rage et de colère dans la nuit, loin de mon ancienne vie...

    Voyageant sans cesse j'apprit que ma tête avait été mise à prix par les prêtres de Tyr qui réclamaient justice pour le meurtre de l'un de leurs paladins... Quelle engeance pitoyable !!! ils n'arriveraient jamais à me retrouver. Et dans le cas contraire, ils ignoraient ma puissance, je ne leur souhaitait pas de croiser mon chemin.. ou plutôt si, je l'espérais !!!!


    Je changeai de nom et me fit appeller Seina... Je ne vécu plus que pour mon art. Toujours à la recherche d'anciennes légendes et de nouveaux chants. J'instillai le courage et la noblesse dans le coeur de jeunes gens afin de faire d'eux des héros. Je les suivai pour pouvoir relater leurs faits d'armes. Mais j'instillai aussi dans le coeur de sombres monarques de dangereux désirs... convoitise, jalousie, haine... créant des conflits et de magnifiques batailles. Je me joignis à de nombreuses campagnes : des raids dans les plans inférieurs avec des paladins d'Ilmater, je suivis les dragons pourpres dans quelques batailles, je relatai les dangereuses expériences de nécromanciens ou d'élémentalistes... Toujours ravi d'avoir un barde de bonne compagnie jamais personne ne repoussa ma présence.


    J'en vint à m'autoproclamer BARDE DU CHAOS fier de ma liberté et du pouvoir de mes paroles.





    Mes pérégrinations m'ammenèrent à Melandis, terres de la grandiose VENUMA, cité protégée par Talos, Déité de la destruction. Cette citée atypique m'attira par de nombreux aspects.. Bon nombre de ses habitants me fascinaient. Des Vampires, tant bénéfiques que Maléfiques, Des démons se promenant en toute impunité, dans cette ville croissaient un nombre impressionant de races du Multivers.

    Je décidai d'arréter mon voyage et de m'installer dans cette ville fascinante. Rapidement j'ouvris une boutique qui attira de nombreux clients : " Le marchand de rêves" faisant vivre à mes clients légendes ou rêves de leurs choix. Je me lancai dans un même temps dans une carrière politique qui lentement mais sûrement m'ammenèrent jusqu'aux plus hauts niveaux de la hiérarchie Melandienne.

    Plusieurs rencontres marquèrent ma vie ici.

    Beorn et Walar devinrent rapidement mes compagnons au sein du groupe des ' Lieutenants du chaos", groupe d'élite chargé de faire appliquer les Directives des dirigeants Dragum et Sylvain. Les deux personnages étaient surprenants. Un Druide noir mais surtout un Vampire, cotoyant nuit après nuit un ennemi : le feu.. en effet Walar était forgeron, quelle fascinante créature.

    Quelques temps plus tard je vis arriver un nouvel arrivant : Nathiel, noble Vampire aux aspirations mortelles que les Melandiens tentèrent de corrompre, pour en faire une créature du mal. S'il fit des concessions il garda toutefois la base de ses convictions et garda l'âme "pure"... Une autre rencontre exceptionnelle.

    Mais deux rencontres marquèrentma vie à tout jamais : Winona, une magnifique elfe noire , qui fit chavirer mon coeur.. nous commencames à vivre une magnifique histoire que des évènements imprévus interrompurent rapidement. Je relaterai plus tard cette histoire pour vous parler à présent d'une personne remarquable :

    Banshee, Une elfe de lune si belle qu'elle en faisait palir le firmament. D'un naturel spontané et jovial nous nous lièrent rapidement d'amitié. Nous devimes compagnons de facéties jouant d emauvais tours aux Manostiens et Luméniens de passage. Elle m'engagea discrètement dans sa guilde de voleurs, désireuse d'employer à leurs justes valeurs mes capacités. Rapidement je devins son second. Mais de nouvelles responsabilités m'empèchèrent d'effectuer ma tâche avec assiduité.

    En effet, Le conseil de Melandis me fit l'honneur de m'inclure en son sein. Devenu dirigeant de Melandis, je prit la charge de la guilde du commerce, tentant de faire évoluer le commerce et de faire prospérer nos commercants.


    Mais des évènements terribles bouleversèrent ma vie m'offrant d'innombrables chansons de drames et de haut faits d'armes.

    Nombreux sont ceux qui sont au courant de la chute de l'empire Melandien et de sa reconstruction sous le conseil actuel... quelques noms ont été oublié avec le temps mais restent vivaces dans les esprits des anciens... Dragum, Winona, Alchra.... mais rares ont été les aventuriers connaissant le réel fléau qui s'était abattu sur Melandis.... car c'était un Talosien qui avait été le vecteur de la destruction de la ville.

    Seina, barde du chaos, fut celui qui détruisit Melandis... certes contre sa volonté. Comment aurait-il pu lancer un déluge de feu et de sang sur les êtres qu'il chérissait : Banshee, Winona, Walar, Beorn et les autres.. Mais le choix ne lui a jamais été laissé...

    Il fit ce qu'on lui avait ordonné, il le fit sans passion, sans haine, sans remords.. il le fit juste parce que son dieu le lui avait ordonné. Il ne fut que le pantin, le jouet d'une puissance divine... par son corps avait surgit la puissance divine de Talos, par sa voix avait été énoncée les désirs du dieu... Il n'avait absolument rien ressenti lors de la destruction de la ville qu'il commandait en partie.. rien du tout.. pas une larme n'avait coulé de ses yeux... d'ailleurs avait-il encore des yeux ?

    Car Seina n'était plus humain... on lui avait arraché son humanité.. tout ce qui était précieux à ses yeux lui avait été enlevé. Comment ? Pourquoi ? Tout ceci remonte à plus loin que la destruction de la ville.

    Pour comprendre ce qui arriva à ce barde qui ne vivait autrefois que pour le plaisir de chanter et de jouer.. celui qui jubilait lorsqu'il sautait par une fenêtre poursuivi par le mari bafoué d'une jolie donzelle... celui qui combattit sur les plus grands champs de batailles, pour comprendre ce qui transforma ce joyeux drille, plein de finesse et d'humour, en ce démon ne vivant que pour semer le chaos et la discorde, il faut remonter à l'époque ou il était fort lié à la nécromancienne WINONA.


    LA MAIN DE TALOS

    Cette belle elfe noire avait un ennemi implacable : Alchra Diagoth, une demi liche aux sombres desseins...

    Lors d'une de leurs nombreuses altercations, Seina se vit envoyer dans un des plans inférieurs avec une paladine de Kossuth pour délivrer Winona des griffes d'une sombre créature. Lors de cette aventure, Le barde fut transporté dans un lieu inconnu par une main éthérée que la paladine, présente, assimila à celle de Talos. Winona fut sauvée par la paladine mais nul n'entendit plus parlé de SEINA durant de nombreuses années.. jusqu'à ce qu'il revint pour détruire la cité aimée de talos.

    LE SOMBRE DESSEIN DU DIEU DE LA DESTRUCTION

    Seina se réveilla sur le sol glacial d'une salle, au pied d'un trône gigantesque. Il comprit rapidement qu'il se trouvait dans le plan du diau Talos... d'ailleurs l'avatar tout puissant de la déité se trouvait assis sur le trone en face de lui...

    " Seina, tu te vantes de porter le titre de "barde du chaos" .. pourtant le véritable maître du chaos c'est moi, bien que tes actes me soient profitables, ma magnificence est irritée par le fait de ne pouvoir te controler !!! acceptes de devenir l'un de mes serviteurs ou je te détruirai !!!"

    Comme pour confirmer cette menace à demie voilée des éclairs éclatèrent dans l'atmosphère lourde de ce lieu hors du temps. Seina sentait la puissance de cette entité toute puissante en ce lieu.. Il savait que Talos mettrait en application ses dires sans aucun problème... Après tout il était un dieu, et que pouvait un misérable humain face à la quintessence même du pouvoir...

    Pourtant il n'avait jamais baissé les yeux face à qui que ce soit... pas même face aux plus puissants diables qui lui ai été donné de rencontrer... il ne commencerait pas aujourd'hui !!! hors de question.. il ne priait plus aucun dieu depuis longtemps et si Talos l'achevait, il aurait le loisir de torturer l'âme de l'humain pour l'éternité.

    Sa décision prise, il se mit à genoux devant le dieu de la destruction et prononca ces mots qui scélèrent son destin :


    " Ô tout puissant Talos, je ne peux que m'incliner face à toi, bien des années se sont écoulées depuis la dernière fois ou j'ai prété allégeance à un dieu... mais me voilà aujourd'hui rampant devant ta gloire et te suppliant d'accepter que ma médiocre personne te serve... je remplirai avec dévotion ma charge de dirigeant à Melandis et je prierai chaque jour ta toute puissance... je veillerai à chaque seconde à ce que le dogme du dieu de la destruction soit à jamais vénéré à Melandis..."

    Face à ses paroles, si peu convaincu le dieu explosa de rire, face à ce sinistre son le barde ne put se retenir de frémir.

    " te moques tu de moi petit barde ??? Je suis un DIEU !!! et je lis en toi comme dans un livre ouvert... tu ne t'inclines devant moi que par crainte.. tes passions dévorantes et tes sentiments t'empècheront toujours de me vouer un véritable culte !!!! Mais je vais arranger ça..."

    Le Dieu se leva de son trone en levant la main vers Seina.. ce dernier se sentit arracher du sol et léviter pour se retrouver en face des yeux ensanglantés du dieu... il se sentit percé par ce regard terrifiant... Une douleur atroce le submergea.. Il entendait hurler à la mort tout autour de lui, il se rendit compte que ces hurlements provenaient de sa propre gorge... Il commenca à devenir fou de douleur... tout raisonnement cohérent lui semblait interdit... il tenta alors de chercher un peu de réconfort dans les souvenirs heureux qu'il avait en mémoire... mais ceux ci se dérobèrent à lui.. il ne trouva dans son âme que douleur, rage, haine amertume et sadisme... Tout ce qui n'était pas le mal lui avait été enlevé... tout sentiment de bonté ou de compassion avait disparu... on lui avait arraché son âme...

    Il se sentit rejetté sur le sol, le corps disloqué, le crâne en feu, il parvint tout de même à ouvrir les yeux.. autour de la main du dieu virevoltait des filaments bleutés... ils se concentrèrent pour ne donner qu'un amas bleuté intangible... une fiole noire apparu et l'âme du barde y fut emprisonnée...

    " Désormais tu es prêt à devenir mon serviteur, je t'ai purgé de toutes tes faiblesses, tu es le mal incarné, sers moi fidèlement et peut être te ferais je atteindre un stade plus évolué de la création. Mais déçois moi et je te détruirai pour jouer avec ton âme pour l'éternité.

    Vas !! parcours les Royaumes, apportes la désolation et le destructions sur les terres des mortels... Que tes chansons sèment le doute chez les justes, que ta musique appelle à la guerre les chefs béliqueux... Vas semer les graines du chaos sur les plans. Et que le nom de TALOS soit adoré !!!!"

    Un Nightmare apparu devant le barde.. celui ci l'enfourcha et partit au galop vers un plan au hazard... Il obéirait à Talos puisque telle était sa destinée... Seule la désolation régnait dans son coeur à présent.. il la déploierait sur les plans puisqu'il ne pourrait jamais récupéré son âme.. Il ne serait pas le seul à souffir.

    DES ANNEES D'ERRANCES


    Durant des années Seina parcourut les plans, partout où il passait il semait la haine , le doute, la désolation et le désespoir... Il décourageait les justes, ennivraient les mauvais de rêves de conquètes et de destructions et les poussaient dans des campagnes sanglantes.. peu importat si ces tyrans trimphaient oupas. L'important était la désolation que leurs actes jetteraient sur leurs royaumes...

    Le barde s'intégra dans de nombreux groupes d'aventuriers, se faisant passé parfois pour un adepte de Tymora, il jettait ces groupes valeureux dans des quètes désespérées en leur faisant miroiter richesses et gloire, offrant ainsi à la faucheuse de merveilleux mets : des graines de héros qui ne pourraient jamais éclorent...

    A l'inverse il guidait des mécréants et des scélérats vers des lieux mystiques leur offrant des objets de puissance dépassant leur imagination.. Il donnait à des " gamins" des jouets qui feraient d'eux des tyrans... en quelques sortes il créait des " anti-héros".


    Jamais il ne fut démasqué, à la suite de chaque évènement dramatique, on se souvenait toujours d'un barde, sans jamais arriver à mettre un visage ou un nom sur cette personne énigmatique.. si ces interventions n'étaient pas extraordinaires et ne marquaneitn pa sle destin d'un plan.. Seina fut la cause de la destruction de bon nombre de royaumes et d epeuplades dans le multivers. Il contribuaient à l'avancement du chaos sur les plans d'une façon insinueuse et sournoise sans jamais s'impliquer.


    Mais un jour vint ou la main de Talos le rappela à lui. Il se retrouva alors agenouillé face à la déité à qui il avait désormais voué sa vie.


    UN ETRE IMMORTEL


    " SEINA, tu m'a bien servi... sahce qu'en ton abscence certaines choses se sont dégradées à melandis !!! la ville s'endort sur ses lauriers et ne tente plus de faire avancer mes préceptes !!!! ceci m'est insupportable !!! Mes prêtres sont resté&s sourds à mes présages, SOIT !!!!!!!!!!!!!!! QU'IL EN SOIT AINSI !!!!! Ils seront puni !! et par un des leurs !!! "
    Le dieu posa son regard sur le barde

    " Tu seras l'instrument de ma colère, par toi jailliront mes pouvoirs qui sémèront sur ma ville destruction et horreur. Par ta bouche sortiront mes paroles sacrées, celles qui guideront les survivants, des êtres forts ! dignes de ma bienveillance !!! ALors ils reconstruiront une ville necore plus magnifique en mon honneur, une nouvelle Melandis qui éclipsera rapidement la gloire et l'influence de l'ancienne. Tu réduidras en cendres ma cité sacrée pour que de ces cendres jaillisent une puissante citée ! "

    Le barde vit s'approcher quatre archanges de Talos, aux ailes aussi noires que les ténèbres, à la peau de jaie et au regard rougeoyant.

    " Mais ton chétif corps d'humain ne résistera pas à ce transfert de puissance, si je t'utilise comme catalyseur de ma colère, tu seras anéanti, et je n'ai pas encore fini de jouer avec toi... je vais devoir t'arracher ton humanité pour la remplacer par quelmque chose de miuex.. tu va devenir un être immortel SEINA, je t'offre des pouvoirs et la longévité des elfes, petite créature chétive.. tu vas devenir un des mes élus.. "

    Les quatres archanges sortirent leurs épées gravées de nombreuses runes verdoyantes, ils entamèrent une danse macabre autour de SEINA, entonnant d'antiques paroles oubliées des mortels depuis des éons... tour à tour ils perçaient Seina de leurs épées, et à chaque coup une parcelle de l'humanité du barde lui était arrachée. Il sombra dans un état second proche de la mort et sentit son corps se vider de son sang..il ne ressentait plus la douleur des blessures.. seulement un mal être général.. une douleur sourde et continue envahissait ses membres.. sa peau s'assombrit pour s'imprimer de la teinte de la pénombre.. ses yeux perdirent toute trace lumineuse pour devenir deux fentes ou transparraissait le mal le plus intense... la cérémonie dura plusieurs jours et pendant toute cette durée résonna aux oreilles du barde le rire atroce du dieu... Puis ...... plus rien...


    Lorsqu'il rouvrit les yeux, Seina vit le monde d'une manière différente. Le monde avait perdu ses couleurs, tout était à base de noir et de blanc, selon des teintes différents.. il vivait désormais dans un monde ou il ne pouvait voir que la mort... Il ferma les yeux et ressentit alors les changements qui s'étaient opérés en lui.. il sentit une puissance nouvelle... Une voix surgit du néant.

    " Tu n'es plus humain désormais Seina !! j'ai remplacé ton humanité par quelque chose de plus puissant, tu n'es désormais que chaos et malédiction.. maintenant vas !!! accompli ce pourquoi je t'ai créé ainsi !!!!"


    Dans un hurlement déchirant les cieux Seina se téléporta au dessus de la ville de Melandis...

    La chute de melandis (bon courage pour le lire.. c tres long )

    Après ces évènements tragiques il reprit sa place au sein du conseil et dirigea pendant un certain temps la guilde du commerce de la ville. Mais il vint encore un temps ou le barde disparut. De nombreuses années passèrent avant de le voir revenir à Melandis. Là déchu de son titre de Dirigeant, il reprit sa vie avec une idée bien précise en tête.

  2. #2
    Seina Invités
    La Déchéance du Ménestrel
    Passage de la vie de Seina



    Il y a des moments déterminants dans la vie de chacun, Je ne fait pas exception à la règle. Je vais vous compter le jour où ma vie fut dédiée au chaos par un sacrifice si monstrueux, si abject... si empreint de tristesse....

    5 Hommes étaient assis autour du feu, cinq aventuriers qui avaient parcouru le monde et bien plus ensemble. 5 défenseurs de la justice et du bien.


    Le premier avait un ton altier, une grande prestance, un visage noble et bienveillant. A ses cotés était déposée une épée brillant d'une aura magique bienveillante, posée contre un arbuste, son armure au symbole de Tyr étincellant..; Nul besoin d'être un érudit pour comprendre qu'il s'agissait d'un Paladin, l'un de ses vaillants combattants du Mal.

    Il était en pleine discussion avec un homme au crâne rasé, torse nu à la musculature impressionante. Il s'agissait d'un Moine de l'ordre écarlate. Il cherchait la perfection de l'âme et du corps par les combats ce qui l'avait incité à suivre la compagnie.


    Proche du feu, une jeune femme étudiait avec assiduité un lourd ouvrage à la reliure de cuir. Elle arbhorée un symbôle sacré de Mystra sur une chainette. Le pendentif glissait négligemment entre la poitrine voluptueuse de la demoiselle. Un os fut jetté avec négligeance à coté d'elle et un rire gras jaillit, dépitée elle observa le fauteur de trouble qui dérangeait sa lecture.

    Il s'agissait d'une créature à l'allure humanoide, mais au visage tendant vers l'ours.. Un gobelours, créature extraplanaire qu'ils avaient rencontré au gré de leurs voyages. Il déchiraient avec plaisir la cuisse d'un bovidé abbatu tantôt.


    A l'écart du reste du groupe, perché sur un arbre, un jeune humain, à la beauté dérangeante mais fascinante faisait courir ses doigts sur les cordes d'une harpe d'or aux cordes d'argent. Une melopée chaude et pétillante à laquelle personne ne semblait préter attention. Il était enveloppé dans une cape de velours, attachée par une broche représentant une harpe enchassée dans un crossant de lune... le symbole des Ménestrels... A son cou un signe religieux... Un visage gracieux gravés sur une pièce d'or...


    Le Gobelours après un éructement des plus désagréables leva la tête et cria

    " Ho.. bardounet !! Arrète un peu de compter fleurette aux feuilles et prends ton tour de gardes... Nous on va dormir... Tu me réveilles dans 4 heures que je te succède."


    Seina rangea sa harpe à regret en soupirant. Il se cala plus en arrière sur le tronc de l'arbre, arrangeantles branches pour se dissimuler aux yeux de potentiels ennemis.

    Peu à peu les aventuriers se couchèrent sur leurs paillasses et bientôt le silence fut remplie par les respirations régulières des dormeurs.


    Seina se mit à observer les étoiles. tant de beauté, de grâce dans ce ciel lumineux... Il leva la tête pour tenter de distinguer les étoiles au dessus de lui, il fut étonner d'y voir deux magnifiques étoiles, aux accents de rubis, deux étoiles magnifiques qui... bougeaient... Seina dégaina rapidement sa lame. Chanson jaillit de son fourreau dans un chuintement cristallin.


    Un doux rire perlé provint des plus hautes branches :


    " Mon beau barde, mon si tendre amant... tu oses tirer ta lame contre ma personne ? Allons.. je vais t"en vouloir... Mais je ne me fais pas de souçi.. tu sais ce qu'il t'attend si tu n'oses ne serais-ce que penser à me tuer..."


    Un léger claquement jaillit des sombreurs de la nuit. Deux ailes apparurent dans les brnahcages et battirent le vent avec douceur. Une créature à l'allure humaine s'éleva dans les airs. Une splendide femme ailée se découpa à la lueur de la lune.

    ..................................................................


    Le regard de Seina se voila, il rengaina son épée et sauta prestemment de l'arbre... Il fit signe à la créature, plus précisemment à l'Erinye de le suivre à l'écart. Elle le suivit prestemment dans un froissement de soie.

    Jugeant être suffisemment à l'écart Seina se retourna vers son interlocutrice. Celle ci s'avança et colla son corps sulfureux contre celui du barde. Elle lui caressa le visage de la main, son ongle démesuré dessinant les moindres courbes de son visage :


    " Tu m'as manqué mon bel amant... Il me tardait notre rencontre"

    " Ne m'appelles pas comme ça Nysiria... "

    "Pourquoi ? n'est ce pas le nom que l'on donne à celui avec qui l'on couche ?"

    Lui répondit-elle d'une voix suave en léchant le bord des lèvres du barde.

    " Je suppose que c'est Malfas qui t'a envoyé pour chercher son du ?"


    Elle se dégagea et alla se placer dans le dos du barde, ses mains caressant son torse sous sa chemise, lui parlant à l'oreille d'une voix ronronnante. Son souffle chaud et parfumé fit frémir le barde de désir... Sa plus grande faiblesse était son attirance pour la beauté et son désir si enflammé.

    " Ohh.. Bel oiseau ardent, pourquoi parler affaire desuite... La nuit est si propice aux choses de l'amour."


    Seina transpirait légèrement.... ce qu'il avait à dire n'allait pas plaire à la petite perfide qu'il avait en face... et encore moins à son maître... Mieux vallait amadouer la chienne avant de lui apprendre les mauvaises nouvelles. Il se retourna et lui procura milles frissons par de légers baisers virevoltant sur ses épaules nues et sa nuque offerte

    " Tu as raison... la soirée semble propice à quelques menus plaisirs"

    L'Erinye partit dans un rire léger où se mellaient jubilation et désir. Elle aimait les sensations que lui procurait le barde. Il était doué pour un humain.. très doué, mais plus encore elle aimait la sensation qu'offrait une âme en train de sombrer dans les noirceurs insodables des Enfers. Chaque étreinte, chaque fois que le barde cédait, une infime partie de noirceur s'infiltrait en son âme. Et celà avait un goût si savoureux, le fait de pervertir un être pur !


    Avec délice elle se laissa emporter par les caresses de son amant. Et la lune fut le seul témoin silentieux de cette intreinte démoniaque passionnée. Une heure plus tard, Seina égrenait quelques notes sur sa harpe. L'Erinye, réveuse écoutait cette musique si douce. Elle ne s'aperçut à aucun moment elle ne s'aperçut que son comportement était inhabituel. Ce n'était pas dans son genre de rester ainsi après un ébat.. celà dénotait d'un comportement humain.


    En réalité, le diable venait sans le savoir de succomber à la musique magique du barde. Celui ci mettait toute son adresse dans ce morceau langoureux et insinuait de la magie dans chacune des notes. Il avait charmé la créature afin que celle ci lui soit bienveillante.

    " Belle parmi les belles
    Eclipsant Les étoiles
    Seras tu celle
    Qui enlevera le voile
    De ma culpabilité
    Car pour les 20 âmes demandées
    Je n'ai pu me décider
    A des innocents les voler.
    Assassins et maudits
    Ont des âmes pourries
    Que te fournir je puis,
    En échange de ma vie
    Mais des 20 âmes demandées
    Seulement une quinzaine
    A ton maître tu pourras ammener
    Car ma quête fut vaine"


    Nysiria se lova contre le barde avec candeur, semblant dévorer ses paroles avec avidité.


    " Pour cette fois, celà ira, donne les moi que je les apporte à mon maître sans attendre..."



    Seina sortit alors une petite bourse de laquelle s'échappèrent quinze perles noires comme les ténèbres. De temps en temps de petits reflets de lumières striaient la perfection des pierres. On pouvait y voir des visages éthérés, pâles de frayeur, en train de hurler. Les visages des malheureux morts sous la lame du barde. Assassins, Créatures inhumaines... toute l'engeance maléfique qui avait croisé le chemin de la compagnie ces derniers temps. Seina était sûrement le plus faible du groupe niveau combat, ne pouvant égaler l'art de la guerre du paladin, du moine et du barbare et n'arrivant pas à la cheville des sorts destructeurs de la prétresse. Il était souvent cantonner à un rôle de soutien et d'aide.

    Celà faisait que les ennemis tombés sous ses coups étaient peu... Et pourtant, son âme et sa vie en dépendaient... Le pacte le liait... ce satané pacte qu'il avait du se résoudre à signer pour sauver ces compagnons et lui même... Et eux, ignorant tout, continuait à le traiter comme le gamin du groupe, l'effronté, le faible... Quelle injustice....Le barde ferma les yeux un instant gugace pour une prière silentieuse


    " Ô Tymora, ta chance me sourit peu en ce moment.. Ma déesse, je t'aime de tout mon coeur, je me suis offert à toi, corps et âme pour partir dans uen quète de justice et de bonté. Ne m'abandonne pas aujourd'hui où j'ai tant besoin de toi..."


    Nysiria se saisit avec un sourire pervers des pierres emprisonnant les âmes des malheureux. Ces quinze âmes allait constituer une distraction pour son maître... Le baatezu Malfas. Elles allaient souffrir de milles et milles tourments... Avec un dernier regard aguicheur, elle s'envolla prestemment. Elle avait hâte de rejoindre son maître... Une petite voix dans son crâne lui soufflait que le contrat n'avait pas été tenu et qu'elle aurait du punir l'insolent pour ne pas avoir tenu sa part du marché.... Pourtant elle ne l'entendit pas à s'appréta à rejoindre Baator.


    Le tour de garde prit fin, Garok, le Gobelours prit sa place et laissa le barde aller se coucher. Celui ci sombra dans un sommeil sans rêves... Seina commença à frémir dans son sommeil, comme si une ombre maléfique s'étirait et s'infiltrait dans son songe... Il commença à trembler légèrement.

    Dans son esprit une ombre prenait forme... virant au rouge sanglant, dessinnantune silhouette et s'épaississant. La silhouette s'étoffa par de nombreux détails, et bientôt Seina put reconnaître la créature qui s'était infiltrait dans son esprit... MALFAS.. Seigneur d'un plan de Baator, l'un des plus vicieux et malfaisant des Diables.

    Plus grand qu'un géant, vétu d'une armure rouge teintée par le sang de tous les malheureux ayant eu la malchance de se trouver sur le chemin du diable, les yeux tels deux soleils brûlants.. Et " Rédemptrice", l'effroyable hallebarde que le diable maniait telle un brindille.




    Une voix terrible empli l'esprit du barde, si assourdissante qu'il crut en perdre l'esprit. Il tenta de se raccrocher à la réalité, de sortir du monde des rêves. Peine perdue, le Diable l'avait enchainé à sa volonté.

    " Vile petit Histrion Perfide.... Tu as osé tenter de me tromper.... Je n'ai pas reçu entièrement ton du....."

    Seina répondit aussi humblement que possible :

    " Ô Grande Abjection, je ne comprends point vos propos... L'Erinye reçut bien les 20 âmes comme l'exigeait notre pacte..."

    Le Diable rugit de plus belle :

    " N'essayes pas de me tromper vil faquin !!! petite limace chétive ! Je sais que ma créature s'est laissée embobiner par ta magie futile !! D'ailleurs elle ne le pourra plus jamais !"


    Une image passa fugacement dans l'esprit du barde, La belle diablesse, les ailes déchiquettées, les membres arrachés, violée par une horde de diables du plus bas niveau, percée de milles dards, rongée par l'acide et dévorée par des végétaux abominables carnivores.


    Le barde frémit d'effroi... Il n'arrivait pas à reconnaitre là la merveilleuse amante qu'il tenait dans ses bras moins d'une heure auparavant. Il commença à ressentir une peur.. implacable.. se coller à son esprit, se lover dans chaque recoin, l'empéchant de réfléchir... Le sort de l'Erynie serait sûrement agréable à celui qu'il lui serait réservé s'il ne se sortait pas de se guépier...

    " Pardonnez moi, Maître" Le dernier mot fut si dur à dire.. jamais quiconque n'avait soumis le barde dans sa vie... " Mais la moisson fut faible ces temps si... Peu de malfrats,de tueurs et d'autres abjections ont croisé ma route... "

    Le Diable explosa d'un rire maléfique

    " Mais je ne t'ai jamais demandé des âmes de coupables.. justement je trouve que les innocents ont une âme si sucrée.... N'oublie pas les termes de notre contrat jeune mortel ! La vie de toi et de tes compagnons valaient pour toi une vingtaine d'âmes par Cycle... jamais il ne fut précisé la nature bonne ou mauvaise de ces âmes... Libre à toi de les choisir....Et ne me dit pas que tu n'as pas croisé 5 pauvres malheureuses créatures humaines de plus en un Cycle... Tu aurais très bien pu finir la moisson...."

    Seina s'emporta.. de toute manière il était perdu...ALors il mourrait la tête haute.

    "Vieille bique édentée !! Tu sais que jamais je ne daignerais te donner une âme pure... Au grand jamais je ne tuerai une personne qui ne le mérite pas amplement !! La justice guide ma lame, la bonté guide mon coeur !"

    Rugissant face à l'insolence du barde le Diable leva haut son hallebarde pour en déchirer l'âme du barde, mais il y renonça et la posa doucement devant lui... Il voulait pervertir le Barde, pas le tuer.. Car à ce moment sa déesse viendrait le chercher et l'ammener en son sein pour l'éternité...
    Dernière modification par Mornagest ; 11/09/2007 à 13h45.

  3. #3
    Seina Invités
    La Déchéance du Ménestrel Acte 2
    Passage de la vie de Seina

    Le Diable regarda fixement le barde. Un duel de volonté terrible commença entre les deux créatures. Le barde, par fierté ne renoncerai jamais et le Diable, sûr de sa puissance était convaincu qu’il gagnerait. Il regardait calmement le Barde attendant que celui ci se résigne. Cet affrontement muet sembla durer une éternité alors qu’il ne fallut que quelques secondes au barde pour baisser les yeux, vaincu… Il était humilié… tant de sacrifices, de piété, de combats gagnés contre le mal, et pourtant il était incapable de soutenir le regard de braise du Diable. Celui ci, satisfait parla d’une voix calme :

    « Allons Seina… réfléchit… Tu sais que si tu ne remplis pas ta part du contrat, ton âme me reviendra et ta déesse n’y pourra rien malgré tout ses pouvoirs… Tu as signé par ton sang et tes larmes… tu as accepté de ton plein grès de m’offrir des âmes humaines en échange de ta vie. Tu savais que ton âme rejoindrai ta déesse et partirai en paix, mais tu n’as pu te résoudre à quitter le monde charnel, tu n’as pu te résoudre à mourir pour ta déesse… Tu n’es pas pieux… Tu n’es pas un héros… Tu n’es pas grand chose… »


    Seina voulut répliquer, mais le Diable d’un geste de la main lui intima le silence.. Malgré lui, le barde ne put ouvrir la bouche, écrasé par la Majesté et la Puissance palpable du Diable. Il en fut mortifié. Comment défendre le bien, si dans ses propres pensées il n’était pas tout puissant… Sa quête n’était-elle pas veine s’il était incapable de se battre à armes égales avec une telle créature ? Finalement le Diable malgré ses paroles fallacieuses n’avait pas tout à fait tord… Seina avait l’âme d’un héros… mais pas le courage ni le cœur… Il voulait faire le bien, et pourtant il n’était pas près à sacrifier sa vie pour sa cause…

    « Ecoute moi Seina, je vais te faire une offre afin de sauver à la fois ton âme et ta vie… je vais te proposer d’effacer ton contrat démoniaque, de te décharger de ce lourd fardeau qu’est de sacrifier des âmes en échange de la tienne… SI tu acceptes ma nouvelle offre… Tu n’auras plus à m’offrir des âmes.. Fini cette quête incessante de combats, cette épée de Damoclès stressante qui emplissait ton âme de cauchemars et de peurs… Donnes moi les âmes de tes compagnons d’armes, celles qui auraient du me revenir à l’époque et ta dette sera effacée à jamais… »


    « Je suis un défenseur du Bien !! je n’ai jamais failli à ma tâche !!! je ne pourrais pas faire ce que tu me demandes !!! Plutôt mourir !! »


    « T-t-t-t-T Tu sais pertinemment que ce ne sont que des paroles… tu ne veux mourir … tu as peur de la mort… tu es trop imbu de toi même, de ta voix, de ton intelligence… La mort signifierai pour toi la fin de tout… Quant à ton titre de Défenseur du Bien… Quelle quantité de sang as-tu sur les mains dis moi ? »

    Le cerveau du barde fut envahi par une tempête d’images… Toutes les personnes ayant périt par sa main… Mais le barde protesta avec véhémence : tous des tueurs, des psychopathes, des ennemis du bien, sans foi ni loi… Le Diable explosa d’un rire macabre :

    « Quelle présomption mon ami… Tu dis faire le bien !! Mais le bien n’est rien qu’une illusion… Il n’existe que la souffrance en ce monde ! Chaque acte engendre la souffrance ! »

    Une nouvelle série d’images pénétra le cerveau aux abois du barde. Il vit une famille pleurant la disparition d’un être cher… Un homme tué par Seina, un voleur de grand chemin qui avait tenté de lui prendre son argent… Il vit une ville en feu, les gardes tuant, pillant, violant… Cette ville était celle où lui et ses compagnons avait tué un Pacha vénérant les Démons et faisant des sacrifices humains… Ils avaient cru décapiter la tête de l’hydre maléfique en ces lieux pourtant…

    Le Diable parla, répondant à ces propos muets :

    « Après la mort du Pacha, la ville était livrée à elle même… Elle fut envahi par leurs voisins.. malgré ses actes bizarres pour toi… Le pacha était une véritable force pour la ville, seule sa présence et son armée dissuadaient les envahisseurs d’attaquer… Pour une miette de bien, tu as provoqué la mort de milliers d’innocents… Pour un défenseur du bien, je trouve cela pas mal…"

    Durant plusieurs minutes, le Diable montra à Seina ses faits héroïques, les dénaturant d’une manière perfide… Petit à petit le barde se laissa influencer par le discours du Diable, il ne vit pas la perfidie et le mensonge dans ces paroles… Il se découragea… Toute sa vie avait été vaine… Ses actions inutiles… il ne laisserait rien de concret dans ce monde à sa mort… Rien…

    « Regardes, Seina, les seuls dont on se souviennent des siècles après, ce sont les héros et les horreurs de ce monde… Mais qu’est ce qu’un héros ? qui peut dire si Kergan le Pourfendeur était un homme bon ou pas ? on ne sait de lui que ce que racontent les légendes… Il tuait des dragons… D’Or ou Noir… on s’en moque… Car les légendes ne le disent pas… Crois moi Seina, tu ne changeras pas le monde… tu peux seulement vivre… renonces à ta lutte vaine et fais ce dont tu rêvais lorsque tu étais encore un enfant… Compose des Légendes, Chante les héros, Ecris des Complaintes sur les ténèbres… tel est ton destin… laisse aux paladins stupides l’utopie de sauver le Bien… Tu le sais au fond de toi même.. l’homme est destiné à faire le mal, s’est ancré en lui depuis sa naissance… Tu as vu par tes yeux le mal que pouvait engendrer l’humanité… la lutte pour le bien est vaine… renonces-y."

    L’âme de Seina s’effritait, Malfas avait raison… Pour chaque être maléfique qui disparaissait, deux apparaissaient… Toutes ces années de vaines luttes, de sacrifices inutiles… Il avait perdu son ambition depuis bien longtemps… devenir un Barde renommé… Qui se souciait de lui ? personne… pourquoi alors se soucier des autres ? IL perçut au fond de lui une noirceur qu’il s’était toujours caché…

    Intérieurement le Diable fut satisfait…Il était sur le point de corrompre l’un des êtres les plus vertueux qu’il avait rencontré… Il faut dire que toutes les circonstances étaient bonnes… Il avait eu la chance de piéger cet être, fragilisé par la mésestimation de ses compagnons, le barde possédait une arme qu’il ne savait pas être corrompue et celle ci perfidement, depuis des mois rongeait l’âme du Barde, crevant des failles dans son cœur, insinuant le doute et la peur… Il se moquait bien des âmes que lui fournissait Seina… Des être vils et chaotiques.. Ce qu’il avait toujours voulu c’était avoir la satisfaction de voir le barde renoncer au bien… voir… tuer de sa propre main ses compagnons… et il était à deux doigts de réussir.

    « Pauvre petit être perdu… Tu sais, nos conversations, ta fierté, ton arrogance face à ma puissance m’ont toujours divertis… Tu es un être exceptionnel affaibli par des utopies et des illusions… tu penses trop aux autres et pas assez à toi même…Penses à tes rêves… Affranchis toi de tes chaînes… "


    A présent, Seina écoutait, fasciné… Le Diable lui montra un avenir possible… Des siècles durant les bardes chanteraient ses ballades, admireraient sa prose et sa musique… Il deviendrait l’un des bardes les plus célèbres… On le surnommerait : « le barde du Chaos », un être vénéré et redouté… A la prose aussi acérée que sa lame…

    « Mais pour ceci jeune créature, tu dois te libérer… le Contrat te lie à moi, et je suis en droit de prendre ton âme et de la torturer pour l’éternité… Tymora n’y pourra rien… Mais je te laisse une chance… Donnes moi les âmes de tes compagnons et le pacte sera brisé.. »

    le Diable sentit qu’il perdait de son emprise sur le barde… Il lui demandait trop… Il s’empressa de retisser les fils noirs de la corruption dans l’a^me du barde :

    « Que représente la mort de 5 petits combattants en échange de ta vie dis moi ? ils ne sont rien, on les oubliera très vite… Alors que toi, si tu vis on se souviendra de toi pour des siècles, crois moi… Le monde ne s’arrêtera pas de tourner après leur mort… Après tout, ils mourront bien un jour… sous les coups de leurs ennemis… et leur vie t’appartient de droit… tu as sacrifié beaucoup trop en échange de leur vie… rétablis l’équilibre… défait ce que, par erreur ou ignorance, tu as fait… Leur destin était de mourir sous mes griffes… tu l’as fait bifurqué… inutilement… rétablis l’ordre des choses… Donne moi leurs âmes… et sauve la tienne…»

    Malfas était satisfait… Il avait ferré le barde… Il relacha l’emprise sur les rêves du Barde et disparu de son esprit… Le Barde se réveilla, en sueur… Il réfléchit de longues minutes, ses yeux fixant le ciel assombri par les nuages desquels la lumière des étoiles ne pouvait transpercer… Finalement, il pris une décision… il ne voulait pas mourir… et ses compagnons ne l’en empêcherait pas… Une fois encore ils perdraient face à Malfas… Il n’y avait plus qu’une échappatoire… Obéir encore une fois, la dernière, à Malfas…


    En silence il se leva et dissimula une dague dans sa manche. Il rejoignit Garok qui effectuait son tour de garde.

    « Et bien ? Bardounet ? on a pas sommeil ? »

    Seina s’apprêtait à sortir sa dague mais se ravisa, il s’assit à coté du Gobelours.

    « Non, pas vraiment… Dis moi Garrok ? Pourquoi t’es tu joint à nous ? »

    « Bo, j’sais pas vraiment, ça me semblait intéressant sur le moment et j’avais rien d’autre à faire… »

    Bizarrement la réponse de Garrok déçu Seina… Aucune originalité, aucune ambition, le gobelours s’était simplement laissé porté par le destin… Cela dégoûta Seina… car c’était aussi ce qui avait dirigé la plupart de sa vie…plus jamais il ne voulait le destin diriger sa vie… Il deviendrait ce qu’il voudrait et rien ni personne ne pourrait le détourner de ses buts... Fini d’être un jouet… Pourtant il n’arrivait pas à se décider à commettre la traîtrise que l’on attendait de lui…

    « Crois-tu que nos actions vont changer en partie le monde ? »

    Question naïve du barde, mais, après tout, il n’avait encore que 19 ans… Il cherchait une réponse… Et n’avait que Garrok pour la lui donner.

    « Pour sûr.. partout où nous passons on rend le bien plus fort… Mais il ne faut pas se leurrer, nos actions ne sont en rien comparables en celles d’un Elminster ou d’une Oragie Main d’Argent… On fait ce que l’on peut, c’est tout… mais c’est déjà beaucoup… »

    Seina répondit d’une voix où perçait la tristesse :

    « Oui tu as raison… on fait ce que l’on peut avec ce que l’on a… »

    Il se leva et se dirigea vers le camp… les idées embrouillées… Garrok avait raison… personne ne se souviendrait d’eux, de leurs actions… Peut être même que sa déesse, qu’il aimait tant l’oublierait lorsque sa main faillirai et qu’il ne pourrait plus partir au combat… Finalement, il n’avait été qu’un moustique… Cela l’écœurait… C’est à cet instant là que le destin de Seina, Ménestrel, Erudit d’Oghma et Champion de Tymora changea le cours de son destin.. En cet instant plus court qu’un battement de cil il prit la décision la plus cruelle de sa vie… Celle qui allait le plonger dans une épopée que seule la mort pourrait arrêter… On se souviendrait de lui, il se le jura…

    Il revint sur ses pas, prenant soin d’être contre le vent et d’être silencieux tel un brin d’herbe… Il s’approcha si près de Garrok qu’il pouvait sentir l’odeur cuivrée du barbare… Il ferma les yeux et dans un soupir plongea sa dague dans la gorge du barbare qui mourut dans un souffle, sans comprendre, sans jamais savoir d’où était venu la mort…

    Seina, les mains en sang regarda hagard le corps de son ami se vider de son sang sur l’herbe humide de la clairière. Le massacre avait commencé… Il regrettait son geste… Mais il ne pouvait plus reculer désormais.

    Très loin de là, un Rugissement de bonheur ébranla un plan des Abysses. Malfas exultait : la perversion du barde avait commencée. Rien ne lui donnait plus de plaisir que de corrompre les jeunes héros imbus de bonté et fier de lutter pour le Bien…

    Seina, chancelant s’approcha du campement, ses compagnons, ignorant tout du drame qui se déroulait dormaient d’un sommeil paisible. Il s’approcha du Moine et lui planta sa dague dans le cœur. Le dormeur rejoignit le monde des morts dans son sommeil… Une larme roula sur la joue du barde, pas de pleurs, pas de sanglots… Simplement des larmes de souffrance, à chaque coup de poignard, il se détachait un peu plus de lui même, de ses convictions, de sa vie… C’était si dur de trahir ses amis, de les tuer sans vergogne dans leur sommeil, il se haïssait au plus au point. Pour ne pas perdre la raison il enfouit son humanité dans le coin le plus sombre de son esprit, le chassant, le récusant pour ne plus souffrir.. La prêtresse de Mystra passa dans le vide glacial du néant de la même manière que le moine alors que Seina rejetait ses buts, les remplaçant par d’autres plus sombres, plus ténébreux…

    Si l’on ne devait jamais connaître le nom de Senda’Hyan Naen, barde ménestrel alors le monde tremblerait au nom de Seina, barde du Chaos…

    Ses mains glissait sur le sang qui maculait l’arme. Il la saisit à deux mains et la plongea dans le cœur du Guerrier Elfe qui les avaient rejoint peu de temps auparavent. Il ne le connaissait pas… sa mort l’indifférait. Puis il s’approcha du Paladin de Tyr, vaillant défenseur de la Justice, au cœur et à l’âme pure. Seina le contempla en train de dormir. Cet homme avait des convictions et une foi inébranlables dans le Bien… Il avait été son modèle durant tout le temps de la Compagnie… Il ne pouvait se résoudre à l’assassiner froidement. C’était trop abject… Une voix emplie son esprit :

    « vas y ! Tue le ! après sa mort tu sera délivré à la fois de tes chaînes mais aussi du pacte !!! »

    « Nonnnnnnnnn ! » cria le barde alors que le Diable emplissait son âme et son esprit de ténèbres insondables, forçant son bras à se lever. Au moment où, réveillé par le cri, le paladin ouvrait les yeux surpris, le bras s’abattit et la dague se planta dans le ventre du Paladin. Ce dernier écarquilla les yeux de douleur et d’incompréhension. Fixant Seina d’un air désespéré et confus… Lorsque la vie le quitta il avait compris… Mais son regard, toujours fixant Seina n’était rempli que d’une infinie tristesse. Pas de reproches, pas de haine… Simplement de la tristesse et de la déception… Seina serait à jamais hanté par ce regard….

    Il tituba en arrière et rampa loin du cadavre du paladin… Il s’agenouilla par terre et vomit tripes et boyaux, les yeux brûlants de larmes. Qu’avait-il fait… Quel besoin avait-il eu de tuer ces hommes qui l’avaient protégé durant tant de temps ?

    Il hurla de douleur, de colère, de remords… Il hurla encore et encore chassant de lui tous les sentiments enfouis depuis tant de temps… Il se brisa la voix comme était brisée son âme. Alors qu’il devenait fou, une douleur insurmontable lui enflammait le cœur.. Il n’avait pas fait que tuer et trahir ses compagnons… Il avait renié sa foi, sa déesse… jamais elle ne le lui pardonnerait… jamais elle ne lui reparlerait dans son sommeil comme auparavant.

    Il arracha son symbole clérical du cou, la chaînette d’argent éclata avec un tintement harmonieux. Fou de colère et d’amertume il le lança dans le feu avec un râle d’agonie et s’écroula sur le sol.

    Dans les Abysses Malfas exultait, il frappa le sol rocailleux de son trident dans un rire démoniaque. Il commença à incanter la main levée vers les cieux.

    Une plainte lugubre emplie l’air de la clairière, cinq voix hurlant de douleur et de tristesse déchirèrent le silence de la nuit. Une main spectrale, griffue à la peau rouge apparue et plongea dans le corps du moine, une silhouette transparente en jaillit, tenue dans la main resserrée, tentant de se débattre vainement, Seina comprit que Malfas prenait l’âme de ses compagnons. Les âmes du moine, du guerrier et du barbare furent ainsi arrachées et disparurent dans un dernier cri d’agonie. Lorsque vint le tour de la prêtresse de Mystra un rire rauque et cruel jaillit du néant. Le fantôme de la prêtresse hurlait des imprécations, vouant le diable aux milles tourments et suppliant sa déesse de la sauver, mais rien n’y fit et l’âme de la vaillante prêtresse fut aussi envoyer dans les abysses à la merci de la cruauté et de la perfidie du Diable.

    Soudain un cri jaillit du corps du paladin. Le Fantôme du Paladin se redressa, armure et épée étincelant. Il se prépara à lutter de toutes ses forces et de toute sa foi contre le Diable. Mais le combat était inégal et l’âme du paladin ne verrait jamais les plaines magnifiques du domaine de Tyr… elle était désormais vouée à des tourments et des tortures éternelles au gré de la perfidie de Malfas.

    Seina observa la scène avec effroi et fascination. Désormais plus grand chose ne le rattachait à son passé. Le silence et la plénitude reprirent place dans la clairière où avait eu lieu ce drame. La nature reprenait ses droits comme si rien ne s’était passé, un grain de sable dans la roue du temps. Tout était fini… ou peut être pas…

    Un silence religieux envahi alors la clairière. Plus un bruit, plus un mouvement. La lune transperça les nuages et les étoiles les chassèrent. Une douce luminosité naquit. Une biche pénétra dans la clairière et se mit à paître l’herbe sans se soucier des cadavres qui refroidissaient, des oiseaux se mirent à gazouiller en plein milieu de la nuit. Un bien être surnaturel se propageait dans ce lieu qui avait vu tant d’horreurs quelques minutes plus tôt. Une lueur apparut alors entre deux arbres.
    Dernière modification par Mornagest ; 11/09/2007 à 13h46.

  4. #4
    Seina Invités
    [i]
    La Déchéance du Ménestrel Acte 3
    Passage de la vie de Seina

    Seina ne put fixer bien longtemps la lueur apparaissant tant elle lui brûlait les yeux. Elle devint peu à peu un feu incandescent mais à la chaleur douce et bienfaisante. Bientôt une silhouette se découpa au cœur même de la lumière éblouissante. Cette silhouette prit forme pour donner un corps à une femme… Ni belle, ni laide… Exceptionnelle tout simplement… transcendant les notions de beauté… Elle ne correspondait point aux critères de beauté mais était pourtant la plus belle femme du monde.

    Le barde, les yeux hagard la regardait, émerveillé et terrifié… il la connaissait, c’était la femme qui peuplait la plupart de ses rêves, celle qui apaisait son âme déchirée par des cauchemars terribles. Il n’y avait aucun doute sur son identité.. Quelle ironie du destin, il avait toujours désiré secrètement la voir et voilà qu’il en avait l’occasion au moment où il venait de renier tout ce dont était composée sa vie.

    Il resta à genoux sur le sol, les mains crispées sur une touffe d’herbe à la contempler, il ne pouvait ni bouge, ni parler, écrasé par la présence de cette femme unique. Il se perdit dans les ondulations de sa chevelure, périt dans le fond de ses yeux, frémit à la courbure de son corps. Un seul mot parvint à jaillir de sa gorge nouée, un cri du cœur à la fois merveilleux et ampli de tristesse : Tymora…

    Car en effet, le barde vivait une expérience hors du commun, rares étaient les élus à pouvoir un jour contempler leur déesse, s’agenouiller devant elle pour lui rendre grâce et lui chanter leur amour. Et lui, pauvre hère, le sang de ses compagnons sur les mains, le cœur déchiré entre haine et amour, l’âme dévorée par la corruption de Malfas, voyais la déesse qu’il avait chérit depuis tant d’années déambuler devant lui. Mais les temps avaient changé, son cœur était si ampli d’amertume, de tristesse et de colère qu’aucun mot d’amour ou de chanson de grâce ne lui venait à l’esprit. Alors il fit la seule chose qu’il lui restait possible. Il pleura. Il pleura pour sa déesse, pour sa trahison à son égard, pour la déception qu’il redoutait de lire dans son regard. Elle lui avait donné la vie, elle lui avait donné sa confiance, le munissant d’armes et de magie pour continuer sa course folle contre le mal. Et lui n’avait pas été à la hauteur de ses espérances. Il avait renoncé. Il avait été séduit par la force brute et la puissance facile. Qui était-il pour contempler une déesse. Il se saisit de sa dague et d’un coup sec et désespéré tenta de se crever les yeux. Il était indigne…

    Il y eut un miroitement de lumière et la seule chose qui frappa les yeux du barde, se fut des pétales de fleurs. Il regarda, surpris sa main, et y vit une rose, d’un rouge étincelant. Durant un bref instant il ne comprit.

    Pendant ce temps, la déesse, s’avança vers le feu de camp où fondait l’insigne clérical du barde. Ses pieds semblaient à peine frôler le sol, et pourtant les brins d’herbes s’inclinaient, verdissant, semblant rendre hommage à la présence divine qui leur faisait l’insigne honneur de fouler leur sol.

    Elle semblait vêtue de l’infini du ciel, une robe d’un bleu nuit fascinant, parsemé d’étoiles. Sa robe virevoltait au fur et à mesure qu’elle avançait et un doux parfum enivrant se dégageait dans l’air.

    Elle tendit sa main vers le feu, et les flammes s’écartèrent d’elles même afin de ne pas brûler la main délicate de la déesse. Elle recueillit l’insigne clérical dans ses mains et y souffla légèrement dessus. Alors l’insigne ressuscita, à moitié fondu par la chaleur du feu, cramoisi et rouge de sang, il redevint lui même, une pièce d’or avec en son centre, un visage souriant de la déesse, le symbole sacré se mit à luire doucement, vibrant de bonheur d’être tenu par sa créatrice. Dans le même temps plusieurs choses se passèrent.

    Le sang nappant le sol de la clairière disparut, les plaies béantes sur les corps, causés par le barde, se refermèrent et des vêtements des victimes, il n’y avait plus trace de sang.

    Le visage crasseux du barde, baigné de larmes et de sang devint immaculé et sa tunique souillée disparut. On ne serait jamais cru sur les lieux d’un crime abominable, A présent on aurait pu se croire dans une clairière pour une veillée funèbre en l’honneur de 5 grands Combattants.

    La déesse s’avança vers le barde, elle ne marcha pas à lui, non… elle était loin et par sa volonté elle se trouva naturellement face à lui. Elle parla d’une voix douce et suave perlée d’un soupçon de tristesse. Sa voix était le tout et le rien, puissante et faible, distante et chaleureuse, sa voix était l’Univers, emplissant l’espace avec une force au delà des mots.

    « Tu viens de commettre un acte abjecte que je réprouve de toute mon essence, tu as renié ta foi, tes amis, ton courage et ta valeur aujourd’hui. Tu n’es plus digne d’être l’un de mes servants… Désormais mes pouvoirs te seront refusés… Par ton acte tu viens de signer une rupture déchirante dans ta vie… »

    Seina, toujours à genoux sentit tout le poids des accusations de sa déesse, chaque mot, chaque syllabe le transperçait tel une lance plantée dans son cœur. Elle avait raison… Il n’était désormais plus un serviteur du bien, son âme était trop souillée pour qu’il puisse encore ne serais qu’oser la prier. Il ne pouvait souiller cette essence éternelle et pure par les prières d’un homme impie. Désormais il était seul face à son destin… Et bien il le suivrait là où il le mènerait… Il trouva la force de lever les yeux vers son ancienne déesse. Un regard empli de respect et d’admiration, le visage du Barde exprimait une douceur infinie et un amour sans limites pour l’Avatar qui se tenait devant lui.

    « Ô Déesse, je fus votre serviteur le plus aimant et le plus dévoué durant ces deux dernières années, je vous ai découvert sur le chemin de l’aventure et depuis ce jour, je n’ai cessé de vous chérir de toute mon âme. J’ai écris Milles Chansons en votre honneur et milles poèmes sur l’amour que je vous porte. Aujourd’hui j’ai commis un crime abjecte, guidé par la peur, la colère et le désespoir. Je croyais être un serviteur du Tout mais en réalité je ne suis qu’un enfant avide de pouvoir et de reconnaissance. Lutter et souffrir pour le bien, me laisser guider par vos pensées et brandir mon épée pour vus ne m’a pas suffit. Je ne suis pas digne de mériter votre confiance et votre amour. Je comprends et j’acceptes votre rejet, je ne serai plus désormais votre champion mais seulement le fou qui encourut votre colère pour avoir parcouru le chemin qui mène au chaos et au mal… Tout ceci, en mon âme et conscience je l’accepte. »

    Les paroles du barde blessèrent la Déesse et l’attristèrent. Comment ne pouvait-elle pas aimer ce jeune fou ? Elle était déesse d’amour et représentait la chance en ce monde. Ce jeune homme, à l’âme si triste, avait empli son cœur de bonheur par ses chants et sa musique. Chaque prière, chaque sort lancé lors de ses combats contre le mal avait fait frémir la déesse. Elle aimait tout ses enfants, tout ces hommes et femmes qui la priaient et à qui elle accordait ses pouvoirs. Elle l’avait peu être aimé un peu plus, lui, de part son arrogance juvénile, son impétuosité et sa confiance sans bornes en l’avenir. Si elle ne désirait plus lui accorder ses pouvoirs s’était parce qu’il s’était perdu. Il avait renié, par désespoir, tout ce qui faisait de lui un champion de Tymora : l’amour, la confiance, l’ingéniosité et l’audace… Il n’était plus que l’ombre de lui même… Elle lui enlevait ses pouvoirs car LUI ne s’estimait plus digne de les posséder. Certes son acte était impardonnable, mais si par pénitence il l’avait supplié à genoux de faire revenir ses compagnons elle l’aurait fait. Mais cela ne lui était pas venu à l’idée, il avait oublié qu’elle était toute puissante, il avait oublié qu’elle l’aimait, il avait oublié que le bien triomphe toujours malgré les souffrances et le désespoir. Il avait oublié QUI il était au fond de son cœur.

    Elle était triste, il avait parcouru le chemin qui l’éloigné de son MOI profond, l’enfouissant au plus profond de lui, et ce n’était pas son rôle de l’aider à faire le chemin inverse. Il devait le faire seul… Cela prendrait du temps, et durant ce temps, il ferait beaucoup de mal… Mais se serait à lui de saisir la moindre chance de retrouver son estime, de choisir de revenir sur le chemin du Bien… et durant tout ce temps, elle l’observerait sans jamais intervenir, en pleurant sur ce doux barde aux yeux d’amandes si enjôleurs. Il allait parcourir le chemin du mal, séduit par les promesses et les attentes de Malfas et elle n’allait rien faire pour l’en empêcher… Ce n’était pas son rôle de Déesse, pourtant Seina aurait sa chance d’expier, car elle était déesse de la Chance et jamais au grand jamais elle n’enlèverai toute bonne fortune à un homme qui la servit avec tant de courage et d’amour.

    Elle garda ses pensées pour elle, il n’était pas encore prêt à écouter et comprendre. Un jour, il comprendrai de lui même, elle l’espérait. Elle s’agenouilla près de lui, prit sa tête entre ses mains et le serra dans ses bras sans rien dire.

    Comment décrire les sensations et les sentiments qu’éprouva Seina à cet instant ? Comment décrire l’étreinte d’une déesse ? Nul mot ne le peut, nul allégorie ne le peut, pas plus qu’une belle métaphore. Rien n’est à la hauteur, tout est en dessous de la réalité.

    La Déesse s’adressa à Seina, perdu, immobile dans les bras de la déesse :

    « Range tes armes, Champion de Tymora, car ce destin là s’achève pour le moment. »

    Alors que la déesse parlait, tentant de souffler subtilement sur le destin que Seina s’était choisi, deux petits farfadets apparurent dans la clairière. Ils sortirent les deux épées du barde de leurs fourreaux et les plantèrent en croix au milieu de la clairière. Ils déposèrent ensuite les deux fourreaux incrustés de pierres devant, encadrant une magnifique cotte de maille à la facture naine. Sur l’armure ils posèrent enfin délicatement un casque argenté. Puis, ils semblèrent patienter.

    « En ce jour, Senda’Hyan Naen, Ménestrel, Champion de Tymora pars pour un long sommeil et Seina, barde itinérant va s’en aller sur les routes de son destin. Ce lieu, qui fut la croisée des destins de ces deux êtres, si semblables et pourtant si différents, se verra consacré par ma personne. Nul être, nul vent n’y pénétrera plus jamais, ici ce dresseront les tombeaux immortels des Compagnons. »

    Les cinq cadavres s’élevèrent dans à quelques centimètres du sol. Ils se recouvrirent peu à peu de glace, pour finalement reposer dans de véritables cercueils glacials, à la coupe de Diamant. Ces Tombeaux magiques virevoltèrent doucement dans les airs avant de se déposer dans la clairière, formant les pointes d’un pentacle dont le centre était l’endroit où les farfadets avaient déposé les armes sacrées du Champion de Tymora.

    Alors, la déesse pleura, trois larmes, pas une de plus ni de moins, trois larmes représentant l’immense faveur qu’elle faisait au barde. Ses trois larmes roulèrent sur sa joue pour échouer sur la poitrine du barde. A l’emplacement de son cœur. Chaque larme provoquèrent une onde puissante d’amour et de chaleur chez le barde qui ne put empêcher ses propres larmes de couler à flots. L’émotion était trop forte, il ne méritait pas les paroles de la Déesse, ne le comprenait-elle pas ?

    Les larmes s’incrustèrent dans la peau du barde qui en garda une sorte de tatouage miroitant. La magie contenue dans ses larmes le fit frémir de douleur.

    « Tu partiras à la recherche de la puissance et de la gloire. Et sur ton chemin tu les trouveras. Aveugle tu seras, ne prêtant garde ni au malheur des gens qui t’entourent, ni à leurs souffrances, éblouis par ton destin.

    Par 3 fois, Tu m’appelleras:

    La Première fois, tu m’appelleras pour l’amour d’une femme et une vengeance terrible. Je te répondrais pour l’amour du souvenir du jeune barde inconscient et audacieux que tu fus.

    La deuxième fois, tu me supplieras de te guider vers les racines de ta naissance. Par amour pour ta mère, je te guiderai, étoile lumineuse dans l’obscurité de ton âme.

    La troisième fois, tu m’appelleras, désireux de faire disparaître les Milles cauchemars qui hanteront tes nuits. Par amour pour toi… Je ne te répondrais pas.

    Alors tu reviendras à la croisée des chemins. Ton avenir sera gravé sur trois pièce qui vivevolteront dans les airs. Bien ou Mal, la Mort ou la Vie, Pardon ou Malédiction. »


    Sur cette prédiction, la Déesse ferma les yeux du barde qui plongea dans le néant du sommeil. A son réveil, il se retrouva, seul au milieu de la clairière. Les 5 Monolithes de Glace semblant lui renvoyer la malédiction de ses compagnons. Il s’assit et, contemplant un à un les 5 cadavres, réfléchit sur son avenir. Il ne comprenait pas les paroles de Tymora. Mais ce qu’il savait, c’était que sa vie ne dépendait plus d’elle… Il avait renoncé à elle, au moment où sa lame se plantait dans le cœur du paladin. A présent, il devait chercher sa voie…


    Il se leva et s’apprêta à partir. Un instant il hésita à prendre avec lui ses armes et son armure mais finalement il y renonça. Ca aussi faisait parti de son passé. La seule chose qu’il voulait conserver de son passé, c’était sa harpe… car il était Barde… Et il était destiné à devenir l’un des plus grands bardes de Toryl… S’il ne pouvait jouer l’amour et la gloire des dieux, il chanterai alors la guerre et les héros…


    La graine du Chaos se mit à germer… La harpe de son cœur venait de jouer sa première note discordante… Bientôt il deviendrait le barde du Chaos… Il trouverait son destin et sa voie.. mais pour le moment il n’était qu’un homme perdu…




    HRP : voici achevé mon premier récit sur la vie de Seina, je désire en écrire d'autres. A ceux qui auront eu le courage de tout lire, vos commentaires par MP seraient les bienvenus. SI vous avez envie de lire des trucs précis sur la vie de Seina, faites le moi savoir, je l'écrirai avec plaisir.


    Aux potentiels Meujeuhs : Ma bio est ouverte si vous désirez vous appuyer dessus pour créer une ou des quètes... Joignez moi par MP.
    Dernière modification par Mornagest ; 11/09/2007 à 13h47.

Discussions similaires

  1. [Bâtiment] Demeure du Maître Barde Seina
    Par Seina dans le forum Les Archives des structures de Melandis
    Réponses: 22
    Dernier message: 02/04/2006, 16h27
  2. [Melandien] Eredef
    Par Eredef dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 17/01/2006, 19h54
  3. [Melandien] Siegfried
    Par Siegfried dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 12/11/2005, 11h21
  4. [Melandien] Dreiyan
    Par Dreiyan dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/08/2005, 00h10
  5. [Melandien] Morlak
    Par Morlak dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/06/2003, 17h59

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239