Biographie



Je n'ai jamais connu mes parents. Fus-je abandonné à la naissance ? Suis-je orphelin ? Quoi qu'il en soit, je suis un rescapé. Ma peau garde encore les traces de brûlures et des cicatrices indélébiles, marques de mon passé à jamais perdu. Je ne sais pas d'où je viens, je ne sais pas où je vais. Mais il vaut mieux que je commence par le commencement.

J'ai été recueilli par des druides, dans un bosquet perdu de l'Amn. L'un d'entre eux m'avait trouvé à moitié agonisant, au beau milieu d'un bois, respirant à peine, et le corps à moitié couvert de brûlures. Il s'appelait Eltreny et achevait son 'noviciat'. Quand il m'a trouvé, il n'avait aucun espoir, et m'a ramené dans son camp afin que j'aie une sépulture plus décente que l'humus humide de la forêt et l'estomac des loups. Mais en chemin, il lui sembla que je récupérais et a forcé le pas, pensant qu'on pouvait m'administrer des soins d'urgence. Grand bien lui prit, car sinon je ne serais plus de ce monde. J'avais alors dans les 2 ans, mais je connais toute cette histoire pour l'avoir entendue plusieurs fois. De cette époque je garde les marques, mais aussi une répulsion étrange pour tout ce qui contient du fer. Je ne peux simplement pas toucher un objet ferreux sans éprouver aussitôt un sentiment de malaise et une gêne affreuse.

Les druides m'enseignèrent tout ce qu'il y avait à savoir sur la survie en milieu naturel, les herbes médicinales et la faune sauvage. Le jour de mes 14 ans (approximativement, ne sachant pas le jour de ma naissance) était décisif dans ma vie, le moment où je devais choisir une fois pour toutes de suivre ma voie. On me proposa de devenir un druide à leurs côtés, ou de quitter ce bois pour la ville proche, où un enseignement plus classique pouvait m'être délivré, ville dit-on réputée pour son université. Je ne voulus ni de la première solution, ni de la seconde. Mon envie était de rester avec eux, mais je ne pouvais me résoudre à être druide, étant agnostique, même envers la nature. Il me restait une solution, à laquelle j'avais longuement réfléchi...

J'avais entrevu les possibilités qui auraient pu s'offrir à moi, et je m'étais entraîné en conséquence, forgeant mon corps en secret. J'avais ma réponse toute prête, je voulais devenir rôdeur, connaissant bien les bois et ses dangers. Je pourrais protéger la communauté de dangers, et surveiller les environs. J'avais cependant conscience que mon jeune âge ne jouait pas en ma faveur, et surtout qu'ils étaient assez forts pour assurer leur propre sécurité. Mais le Grand Druide me mit à l'épreuve, curieux, légèrement étonné, et un peu amusé.

Ma première épreuve était l'endurance. Il me fallait traverser le bois le plus vite possible, dans un temps imparti, temps que je savais pratiquement insuffisant pour accomplir ce défi. Ma connaissance du milieu naturel me fut plus qu'utile, car je me préparai au mieux, mettant en pratique les préceptes de mon enfance. J'avais au préalable préparé des mixtures à base de plantes, censées me fournir l'énergie nécessaire à un effort prolongé, et me permettant de courir sans sentir de fatigue. Cette épreuve fut alors presque une formalité, mais je l'achevai de justesse.

Ce fut ensuite la survie. On m'abandonna dans un milieu inconnu, et je dus m'arranger pour trouver mon chemin vers un campement dressé pour l'occasion. Là, mes connaissance en botanique se révélèrent utiles, mais surtout l'étude de la faune. Tous ces détails qui passent presque inaperçus, les envols d'oiseaux, les regroupements d'animaux... Moins il y avait de bêtes sauvages, plus je sentais que je m'approchais du campement. Enfin, au bout du deuxième jour, je le trouvai.

Les épreuves suivantes furent plus faciles, car le début était destiné à me décourager. Voyant mon obstination, ils finirent par m'accepter, et je devins le 'défenseur' du bosquet. Je me vis attribuer un équipement de base, ainsi qu'une armure de cuir, souple et confortable, mais aussi résistante, enchantée par un ancien druide, afin de protéger son porteur. Elle est de plus modifiable, dans le sens où elle peut changer de taille pour seoir à celui qui la possède. On me donna aussi un bâton, spécial lui aussi, en bois mais extrêmement résistant, son coeur étant composé de métal. A travers le bois, l'acier ne me faisait rien. On me fit de plus cadeau d'un compagnon animal, un corbeau blanc.

Je me chargeai donc d'affaires triviales, enquêtant parfois en-dehors des limites de la forêt, pour trouver des braconniers qui tuaient nos animaux. Parfois avec succès, et je leur passai l'envie de recommencer. Je ne les tuai pas, j'usais fréquemment de violence, mais le meurtre se justifiait rarement. Cela dura une dizaine d'années, pendant lesquelles je m'intégrai parfaitement à la communauté...

Mais vint le jour néfaste où un ensorceleur elfe s'installa dans une caverne, à une lieue à peine du bosquet. Il était semble-t-il recherché, et mes supérieurs ne voulant pas de lui, partirent le déloger. Je les accompagnai, flairant un danger. Mon appréhension se révéla juste, quand je vis deux runes de garde exploser à l'approche d'un druide, assez jeune, que je n'avais pas bien connu. C'était néanmoins une attaque contre les nôtres, et je sentis une colère monter en moi. Mon corbeau, Solinab, fut envoyé repérer les potentiels pièges, que nous nous empressions de désactiver à distance. Nous arrivâmes devant l'ennemi, qui nous accueilla plutôt froidement, gelant même au passage un de nos membres les plus forts. Nous avions l'avantage du nombre, mais pas de la surprise ni de la puissance.

Malgré tout, nous pûmes le vaincre, les druides me protégeant avec tout ce dont ils étaient capables, et moi, m'avançant afin d'achever ce lâche et vil être. Après un combat trop rapide, il s'effondra, mais fut capable, avant de rendre l'âme, de prononcer une dernière incantation, brève, mais ô combien efficace. Je m'écroulais sur-le-champ, sans connaissance. Quand je m'éveillai, environ trois jours plus tard, je sentis que quelque chose avait changé. Mais je ne m'en préoccupai pas tout de suite, car j'appris que mon ami et sauveur, Eltreny, avait été tué lors de l'affrontement dans la caverne. Cela m'attrista beaucoup, car nous étions très proches tous les deux. Je me réfugiai dans la forêt, afin de trouver le calme, loin des autres hommes.

Là, je trouvai ce qui n'allait pas. Dès les premières lieues parcourues, je me perdis. Je ne savais pas où j'étais, je ne reconnaissais plus rien. Ces bois qui m'avaient vu grandir, que je connaissais par coeur, ces bois m'étaient devenus étrangers. J'avais tout perdu : mes amis, mes arbres, ma vie. Je ne dus mon retour au camp qu'à Solinab, qui put me guider dans la forêt.

Et je décidai de partir. Plus rien ne me retenait, et je n'étais plus d'aucune utilité dans cet endroit où tout me rejetait à présent. Et je partis, marchant je ne sais où, cherchant un moyen de guérir ma malédiction...



--------------------------------------------
--------------------------------------------

Nom : Kerdän Grandlord (couleur : A2DC5E)

Race : humain
Alignement : Neutre bon
Classe : Rôdeur

Âge : 25 ans
Taille : 1m83
Poids : 79 kgs
Yeux : noirs
Cheveux : Châtain
Signes particuliers :
-Brûlures sur la plus grande partie du dos, et sur le côté droit du visage.
-Cicatrices sur les bras et le torse.


Niveau : 5
PV : 42

Caractéristiques :
-Force : 14
-Dextérité : 13
-Constitution : 16
-Sagesse : 14
-Intelligence : 10
-Charisme : 9

Compétences :
Connaissance des plantes, connaissance de la faune sylvestre.
Désamorçage des pièges basiques
Arme de prédilection : bâton
Race ennemie : N/A

Inventaire spécial :
Armure de cuir +2 (équipement de base)
Bâton renforcé à l'acier (équipement de base)
Pharmacopée
Dague en obsidienne demi-kriss (achetée au "rôdeur accompli")

Particularités :
- Faiblesse face à l'acier (malaises à son contact).
- Malédiction : sens de l'orientation disparu, influençant aussi parfois les compagnons (guéri)
- Méfiance par rapport aux elfes (depuis l'épisode de l'ensorceleur).

Sorts de Rôdeur :
Aucun, croyant aux vertus de la nature et non aux Pouvoirs de la Nature. (La classe s'appelle "rôdeur alternatif")



Compagnon animal :

Nom : Solinab (couleur : D1D1D1)

Race : corbeau
Alignement : Loyal neutre
Classe : Roublard

Âge : 11 ans
Signe particulier : blanc

Armes :
-Bec (1d4 dommages, 3% chances de crever un oeil)
-Serres(1d3 dommages)

Détection des pièges, vision dans l'obscurité.



Quêtes et statuts

- Elimination de la malédiction (non accomplie, considérée comme telle pour le moment)
- Ex-vendeur au "Rôdeur accompli"
- Soldat de Lumenis, en confirmation, quête à la ferme Sardan