<span style=\'font-family:Arial\'>
Biographie</span></span>

Naissance

Roborune a eu une enfance à la fois remarquable et assez peu exceptionnelle, somme toute, dans son malheur. Elle née d’une union, illégitime évidemment en Téthyr, entre un elfe des bois, à la lisière de la cité, et une humaine, fille d’un nobliau de Rocmousse. La jeune mère, la honte de la famille, fut cloîtrée pendant sa scandaleuse grossesse, véritable outrage dans cette petite noblesse peu ouverte et qui prônait avec encore plus de bêtise et de virulence une haine farouche contre les elfes. On ne connaît pas les conditions exactes de cette rencontre entre une humaine et un elfe. La jeune fille était-elle éperdument amoureuse, comme tout le laisse à croire, songea-t-elle à fuir sa famille et sa cité pour suivre le jeune elfe ? Rencontrèrent-ils chez les elfes semblable opposition est celle qu’ils auraient connue chez les hommes ? Ou bien l’histoire de cet amour connaît-elle une fin plus tragique, l’elfe est-il mort, s’est-il trouvé empêché de remplir ses engagements pour l’une ou l’autre raison, et laquelle ? De fait, de retour dans son foyer, sans doute malgré elle, la jeune fille n’eut d’autre choix que de se soumettre à la loi de sa parentèle, et c’est ainsi qu’un bébé d’à peine six mois fut déposé devant l’auberge de Rocmousse (et faut-il imaginer les efforts de la mère pour le garder si longtemps, et sa souffrance, à abandonner ainsi le fruit de ses entrailles, ou était-elle déjà soumise et matée ? Elle sembla en tout cas survivre à sa douleur, car, pour autant que l’on puisse savoir à travers l’obscurité profonde dans laquelle la famille enveloppa la jeune fille, qui dès lors ne se montra plus en public, aucune mort accidentelle, aucun suicide ne fut déploré).

Enfance et adolescence jusqu’à la guerre du Téthyr

Roborune passa donc sa petite enfance dans les jupes de la femme d’un aubergiste, qui l’avait recueillie par charité, mais la mit à la tâche dès qu’elle fut en âge de servir. Elle vécut au milieu des histoires fabuleuses des voyageurs, récits d’embuscades et légendes, espoirs et quêtes lointaines. A ces contacts, elle acquit sur le monde un regard un peu plus large que celui qu’elle aurait pu trouvé par ailleurs à Rocmousse. Elle accompagna quelquefois un traqueur, qui séjourna quelque temps dans la région, et se proposa de l’emmener dans ses promenades. Elle s’enfuyait pour le suivre lorsqu’il y avait un peu moins à faire, et que l’aubergiste et sa femme étaient trop occupés pour la surveiller. Elle était sévèrement punie lorsqu’elle revenait, elle fut privée de repas bien souvent, une ou deux fois même rudement battue, mais elle ne trouvait pas cela trop cher payer en échange des délectables heures qu’elle passait perdue dans la contemplation de la forêt, nichée dans le rythme des mille vies qui y battaient. C’est alors qu’elle se mit, bien timidement d’abord, à révérer Eldath, maîtresse de la paix et de la magie de ces bois. De cette manière aussi, elle essayait de sa rapprocher de son héritage d’elfe, qu’on lui avait révélé très jeune, puisque la famille noble avait laissé une brève missive révélant sur ses origines le strict minimum, dont était exclu le nom de la mère tout comme celui du père. C’est alors qu’on lui avait adjoint le nom « Spurkh » et qu’elle devint ainsi Roborune, la sang mêlé. Toujours est-il que le traqueur ne la fit jamais s’enfoncer assez profondément dans les bois pour qu’elle rencontre un elfe, et il quitta Rocmousse sans que se soit réalisé le rêve secret de la jeune fille : rencontrer un elfe, et lui paraître si délicate que, connaissant ses origines, il l’emmène vivre avec eux. Après cela, elle écouta plus passionnément encore tous les récits qui se rapportait à ce peuple bien plus merveilleux qu’ennemi à ses yeux. Un jour, une demi-elfe, comme elle, chevaucheuse de licorne passa avec sa troupe quelques nuits à l’auberge. Pendant qu’elle expliquait à l’aubergiste les besoins de son animal fabuleux, et répondait assez sèchement à ses insinuations sur les elfes (elle payait un prix majoré, du fait de ses origines), Roborune se reprit à rêver d’être emmenée par la jeune femme. Ce rêve encore une fois n’eut pas de suite, la demi-elfe et sa troupe partirent dès que possible, mais il laissa une impression profonde à Roborune.
Au fur et à mesure qu’elle grandissait, l’hostilité se faisait plus vive autour de cette fausse enfant du pays qui avait du sang elfique. Avec l’âge, quoiqu’elle fût physiquement plus proche de la race humaine que de la race elfique, les caractères de son double origine apparaissaient plus clairement, dans sa prestance et aussi, disait-on, dans une lueur froide et arrogante de son regard. C’est ainsi qu’elle arriva à l’adolescence, et, sans méchanceté, presque banalement, l’aubergiste offrit parfois le lit de la jeune fille à un voyageur de passage, quand il ne craignait pas ce terrible sang elfique – et seuls les Téthyriens le craignaient vraiment, en fait. La pire de ces nuits fut celle où une brute de la région prit plaisir à humilier en elle la race ennemie de toutes les façons. L’aubergiste eut beau jeu le lendemain de lui montrer de la compassion. A partir de ce jour, et pour un certain temps, elle éprouva de la rancune à l’égard des elfes aussi, qui l’avaient laissée dans cet enfer. Elle fit ainsile deuil de ses espérances de ce côté. Son seul plaisir fut alors la musique et le conte. Sur une vieille yartingue cabossée, laissée par un barde qui venait d’en acheter une autre, et dont elle appris à jouer au fur et à mesure, en sollicitant parfois les bardes de passage (et en particulier pendant une nuit qu’un barde passa avec elle pour lui apprendre, louant ses services auprès de l’aubergiste sans en profiter car il ne la toucha pas sinon pour lui apprendre les gestes _ inutile de dire qu’elle rêva longtemps à ce barde brun, à la peu mate et aux yeux gris), elle déroulait d’infinies inventions, brodant des histoires fabuleuses, un peu éthérées, où des demi-elfes vengeurs sans rancune détenaient toute la sagesse et venaient apprendre aux hommes et aux elfes leurs erreurs, pour fonder un règne de justice. Toutes ces chansons, récitées plus que chantées, assez semblables les unes des autres, étaient vouées à Milil, auquel elle accordait une invraisemblable toute-puissance.
Tout cela prit fin avec la guerre du Thétyr. Mais ce double héritage, que nul ne prit la peine de lui expliquer, rapidement subi plus que cultivé, cette lacune dans l’éducation, en fit une petit être sauvage et rétif, et là se situe la source de bien des ambiguïtés dans son tempérament et ses aspirations, même aujourd’hui.

<span style=\'color:blue\'>Adolescence et entrée dans l’âge adulte jusqu’à l’arrivée à Luménis


Lors des suites du complot qui mit fin, par une double trahison, à la royauté au Téthyr, pendant que le désordre se répandait dans le pays, bien des bandes d’aventuriers sans envergure, à la recherche d’un facile profit, se répandirent dans le pays. Roborune, à l’approche de ses 15 ans, dans le chaos qui se propageait à Rocmousse, n’attendant rien des changements à venir, trouva l’occasion de partir, en suivant un groupe d’aventuriers. Elle vit bien des massacres, beaucoup de désarroi, et pas grand sens dans tout cela, qui ne l’intéressait guère, en fait. Cette errance se prolongea, et c’est ainsi qu’elle apprit le maniement de l’épée courte, celui de l’arc, et qu’elle développa ses talents de voleur, tout en se constituant sans y prêter attention un nouveau stock d’aventures à chanter. Lorsque le calme commença à revenir, le vagabondage se poursuivit, mais un barde qui passait des contrats avec divers groupes la garda quelque temps auprès de lui et lui apprit de façon plus suivie la musique, ainsi que quelques sorts de barde. Mais il prit part bientôt à une quête trop lointaine et trop dangereuse pour elle, et ils se quittèrent. Elle continua à voyager de ville en ville, vivant tantôt de rapines, tantôt du salaire que quelques artisans lui attribuait en échange de ses services, mais elle choisissait toujours des contrats relativement courts. Elle toucha à l’orfèvrerie, à l’ébénisterie, au tissage, à la confection, à l’armurerie, même. C’est dans l’orfèvrerie qu’elle se plut le plus, habile à créer des bijoux qui enchantent le regard, voire des objets plus réellement magiques, sous la houlette d’un maître qui l’assistait et la laissait l’observer pendant que lui-même travaillait. Elle y resta deux ans. Dans l’ensemble, livrée à elle-même, suivant de temps en temps des groupes de voyageurs lorsqu’elle voulait changer de ville, elle satisfaisait par des séjours de ville en ville sa soif de savoir et de connaissances.
Cette vie assez solitaire, faite de rencontres agréables, mais rarement affectueuses car elle était trop farouche, se prolongea jusqu’à ses vingt et un ans. C’est alors qu’elle rencontra Dame Hermine, une Rose Pourpre, et une elfe qui profitait des bouleversements récents et de sa grande beauté pour essayer d’introduire la guilde dans le Téthyr. A Vélène, mandatée par un groupe qu’elle avait pu accompagner en échange de ce service, elle s’introduisit dans la demeure louée pas dame Hermine pour lui dérober des papiers dont les aventuriers, moins anodins qu’elle ne croyait, entendaient se servir pour empêcher l’établissement de la guilde. Elle fut prise, mais Dame Hermine, après l’avoir interrogée, petit à petit, sur sa vie, décida de l’aider et de l’éduquer. Elle s’assura que sa formation de barde progressait régulièrement, entreprit de lui apprendre l’elfique et la forma bientôt aux méthodes des Roses Pourpres, en vue d’une éventuelle présentation à la guilde, après avoir testé sa fidélité. Mais, quelque fut l’attachement entre la maîtresse et l’élève, l’enseignement achoppa bien vite. Elle ne dépassa pas le deuxième échelon, refusant assez vite un avenir d’assassinats, tout en continuant à être fascinée par cette femme charismatique, au service exclusif du mal, qui cependant faisait preuve avec elle de tant de tendresse et d’amour. Rencontrée plus tôt, elle aurait assez facilement pu remplacer pour elle une mère, et aurait sans doute modifié son destin au point de lui faire prendre une autre voie. Mais, à son âge, elle accordait déjà trop de prix à la douceur et à cet amour qui lui avait toujours manqué pour choisir une vie qui lui semblait guidée par la haine et l’intérêt. Elle choisit de cultiver une beauté plus claire que la majesté ténébreuse des Roses Pourpres.
Aussi, quand Dame Hermine fut tuée, fruit d’un autre complot qui possédait sans doute la même tête pensante que celui dans lequel Roborune avait trempé, en proie à une sincère douleur, elle laissa à d’autres le soin de la venger, et déclina la proposition que lui fit une femme de prolonger son éducation de Rose Pourpre. Cette femme la laissa partir sur l’assurance qu’elle ne révèlerait rien de ce qu’elle avait appris, faisant preuve d’une indulgence qui était sans doute due à la position de Dame Hermine. Roborune reprit pour quelques temps ses errances dans le Téthyr, mais s’en lassa bien vite. Alors qu’elle se trouvait à Port Kir, un navire s’y réfugia pour échapper à une tempête qui menaçait. Elle avait alors vingt-quatre ans. Le bateau appareilla bientôt pour l’île à l’extrême sud-ouest du continent, et elle s’embarqua alors, résolue à construire sa vie sur des terres nouvelles, loin du pays qu’il lui semblait trop connaître. Après une longue traversée, elle débarqua et rejoint Luménis.