Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: [Luménien] Orbeancien

  1. #1
    Orbeancien Invités

    [Luménien] Orbeancien

    Table des matières

    I/ Biographie
    A/ Jeunesse
    B/ Sorcier rouge
    C/ le prix de la vie
    D/ Fuite
    E/ Années sombres
    F/ Toundra
    G/ Errance
    H/ Orbeancien
    I/ Vengeance
    J/ Luménien


    II/ Caractéristiques

    A/ Feuille d'identité
    B/ Capacités spéciales
    C/ Inventaire
    D/ Caractère
    E/ Comment il est perçu

    Dernière modification par Taliesin ; 03/09/2007 à 19h51.

  2. #2
    Orbeancien Invités
    I/ Biographie

    A/ Jeunesse


    Je suis né il y a 277 ans dans le plan de Leriador, un des autres plans matériels primaire. Mon père était un solaire qui s'était emouraché de sa protégée, ma mère. Celle-ci était une elfe, dont je ne connais pas grand chose, mon père ne m'en ayant jamais vraiment parlé. Je sais seulement que sa beauté aurait pu faire palir n'importe quelle reine.
    Elle succomba à son charme quand enfin il se montra à elle. Ils eurent, de leur union, deux enfants. Deux frères. Mais alors qu'ils espéraient vivre ensemble heureux, la "terre" que ma mère habitait fut attaquée par une race d'orc supérieure(dont je ne le souviens plus le nom, mais retrouvable dans Eternelle rencontre, le berceau des elfes ). Celle-ci alliait force brute et une intelligence qui égalait celle des elfes. Mon frère, qui avait vingt ans de plus que moi (j'en avais deux à l'époque), partit en guerre alors qu'en elfique, il n'était qu'un gamin. Mais son sang solaire avait accéléré sa croissance, pour la retarder par la suite.
    Mon père m'a dit qu'il fut le seul général à avoir remporter une victoire. Mais je me questionne sur le fait que mon frère ait été un général. Ma mère devait être quelqu'un d'important. Mon père, ne put intervenir dans ce conflit, il aurait tout de suite été séparé de son amour pour avoir aidé d'autres personnes. Mon père m'a dit ensuite qu'au cours d'une terrible bataille à l'issue incertaine, mon frère s'était sacrifié pour détruire l'armée adverse. Malgré l'importance des dégats causés par ce suicide, les pseudo-orcs vainquirent. Mon père décida alors de m'envoyer dans le Nirvana, sa résidence et la demeure de ma vénéré Mystra. Un jour, alors que j'avais cinq ans, celui-ci revint en pleur à la "maison". Il ne m'a jamais rien dit d'autre, mais malgré cela, cette image reste gravé dans ma mémoire, et je fut persuadé que ma mère était morte.
    Je passais les cents prochaines annés à apprendre et à vivre en paix. Je manifestais un intérêt particulier pour la magie, mais en raison de mon jeune âge, je ne pouvais encore la manipuler. A l'âge de 105 ans donc, alors que je revenais d'une chasse, je remarquai plusieurs dévas près de ma "maison". Toutes pleuraient. Mon père était mort, tombé dans une embuscade de tieffelin dans le plan matériel primaire nommé "Toril". Ma peine fut interminable et il me semble encore que j'ai pleuré plusieurs jours d'affilé.


    B/ Sorcier rouge

    N'ayant plus de point d'attache sur ce plan, je suis partis sur le plan où est mort mon père, Toril. J'atteris, je ne sais pourquoi dans un royaume où la magie régnait en maître, Thay. Je mis peu de temps à m'intégrer, parlant à peu près toutes les langues existantes, connaissant bien les coutumes des "mortels".

    Après trente années de cours de magie, j´eu droit à mon..."examen final". Celui-ci consistait, avec l´aide de trois autres novices et chapeauté par un vrai sorcier rouge, à attaquer un village rashémène. Au début, ce fut un vrai massacre, les paysans ne nous offraient que peu de resistance et je m´efforcais de me tenir à l´ecart pour ne tuer personne...de toute façon, le test était de rester en vie, et si c´était le cas, on devenait sorcier rouge....seuls les" fils de riches" étaient réssucités...Mais une patrouille rashémène constituée de plusieurs sorcières et quatres guerriers nous attaquèrent. La fuite fut bientot notre seul salut. Notre course nous mena à nous réfugier dans une crypte ancienne que nous décrouvimes pas le plus pur des hasards...les rashémènes donnèrent l´assaut, et cette fois, le carnage, fut pour nos rangs. Quant à moi, je me terrais misérablement dans un coin, espèrant survivre. Mais les sorts avaient réveillés d´ancien esprits.....et démons....L´un d´eux me trouva et me proposa un marché

    Il n´avait pas d´enveloppe charnelle et sans elle, il était obligé de rester à tous jamais dans cette crypte, à supporter ses horribles esprits rashémènes...ainsi me proposa t-il de rentrer dans mon corps, mon accord lui étant indispensable....en contrepartie, le j'obtiendrait un immense pouvoir, dont celui de sauver ma vie.


    C/ Le prix de la vie

    A peine le démon en moi, que je sentis son immense puissance....et volonté...le démon me dominait....celui-ci, enfin libéré, dechaina toute sa colère abyssale refoulée depuis des siècles. Les rashémènes furent balayés. Mais le démon, ne s'arréta pas la, et retourna au village. Je ne contrôlais hélas plus mon corps, et luttais pour ne pas devenir fou...Je n´oublirais jamais les choses que j'ai vu et fais malgré moi....Je torturais les hommes, brûlés vives les femmes devant leurs enfants avant de décapiter ces derniers. Je laissai un seul homme en vie, les yeux arrachés et lui soufflai à l´oreille:

    " Kanetar zubayad fir grab ghad est retour, et les humains le paierons"

    Passé la colère dévatratrice, le démon lâcha l´emprise sur sa victime, moi. Nous retournâmes ensemble à Thay. Les volontés au fur du temps s´égalisèrent et aucuns ne put prendre l´avantage. Nous signâmes oralement un pacte qui stipulait une sorte de trève. La cohabitation dura longtemps et je devins par la force des choses aussi étrange que les autres "rouges", et l'un des plus puissants. Mon pouvoir augmentant avec la soif de colère du démon, mon influence grandit à Thay où je parvins bientôt au poste de second de l'école de magie de la capitale. Je devins vite l'un des professeur les plus sanguinaires, les élèves n'avaient pas intérêt à se tromper dans un sort...Je ne souffrais pratiquement d'aucun rival, ma quasi-folie disuadant tout le monde. En effet, les sorcier rouges étaient habitués, tels les efles noirs, à la traîtrise, aux machinations, mais j'étais complètement imprévisible...

    D/ Fuite

    Un jour, lors d'un cour de magie sur la divination, un de mes élèves jeta accidentellemment un sort sur moi, chose qu'il ne put regretter longtemps la tête tranchée. Mais ce sort servait a detecter l'alignement. Je ne sais pas ce qui effraya le plus mes élèves ce jour-ci, le fait que je sois un aasimar, abhorés en Thay et tout somplement exécutés, ou le fait que je porte en moi un démon. Peut-être le mélange des deux. Quoi qu'il en soit, passé l'hébétude, mes élèves m'attaquèrent tous de concert, se battant même pour celui qui arriverait à battre le "monstre". Voilà ce que j'étais. Le démon ne leur laissa pas vraiment de chance. Même coalisés, les mages ne pouvaient rien contre moi, la fureur du mal en moi, aidant...Bientôt cependant, la pièce fut envahie de garde en arme et de différents sorciers. Les élèves assez sages pour ne pas entrer dans la danse mortelle fuirent à toute jambe. Le combat laissa l'amphithéâtre en ruine, des dizaines de corps combustiés. On dit que l'odeur de la mort mit plusieurs semaines avant de se dissiper. Mais je réussi néanmoins à m'échapper.

    Ce qui déclencha aussitôt la colère de mon supérieur, Na'Tahr Sang-noir. Celui-ci déchaina ses plus fidèles agents. Pour traquer un démon, rien de valer que d'autres démons, des mercenaires de la guerre sanglante. Huit sorciers tieffelins, un baalor, un cornugon, même un galbrezu et plusieurs démons mineurs. Ceux-ci prirent forme humaine pour me traquer. C'est à ce moment où je perdis définitivement le goût du sang et où je retrouvai ma santé mentale, guéris par le besoin maladif de lucidité dont le démon manquait, enfermé dans un corp si étroit.

    E/Années sombres

    Je fuis longtemps sans me retourner. Ma "course" m'amena à voguer sur la mer des étoiles déchues. Je débarquai en Aglarond, pays gouverné par La Simbule. Je fus obligé de fuir de nouveau quand des militaires me prirent, à juste titre, pour un sorcier rouge, ou tout du moins je le fus. Le navire remonta alors l'allonge du dragon pour déboucher dans la mer de lune, débarquant alors dans le port qui deservait chateau-zhentil. Je partai ensuite après avoir acheté un cheval, vers les vaux, traversant Valombre, apercevant même le mythique Elminster, puis ce fut le tour du val de la dague. J'y recontrai alors une compagnie de mercenaire en mal de magicien. Après quelques démonstrations, ils m'acceptèrent de bon coeur.
    Alors débuta la période que je nomme moi-même "les années sombres". Avec ce groupe, nommé les lames chantantes, Je parcourus pendant cinq années les vaux en quête d'aventure. Mais un jour, Nous tombâmes sur un dragon rouge très enervé, ayant été dérangé par un Zhentil. Celui-ci ne fit pas de demi-mesure et mangea la moitié du groupe avant de bruler vif le autres. Je m'en sortis miraculeusement avec un sort de téléportation.

    La vengeance étant un plat qui se mage froid, le démon ne réagit pas, préferant préparer le terrain à une vengeance digne de ce nom. Pendant un an, Je sillonai les vaux à la recherche d'aventuriers capables en quête d'aventure, de trésors et de gloire. Au bout de cette période, trois mages et une vingtaine d'homme d'arme s'étaient ligués à moi, sous le nom de "fous du dragon". Nous traquâmes le vieu dragon rouge et parvinrent après un mois de vaine recherche, à son antre. La bataille fut inégale encore une fois, la plupart des jeunes pupilles étant inexpérimentés. Les quatres mages lui tinrent néanmoins face un certain temps. Un ancien solfat du Cormyr, protégé magiquement contre le feu grâce à l'un sort de mes sorts arriva néanmoins à planter sa lame au point faible du grand ver. La bête tomba, mais il ne restait plus que trois guerriers, dont le cormyrien, et un mage pour se partager le butin. Je refusai poliment de prendre quoi que ce soit, avant de céder devant les encouragements des autres aventuriers, milles fois redevables. *Mais les autres* pensais-je....Je pris donc une amulette qui avait la faculté de rendre son porteur indetectable par magie, une lame qui brulait les plaies et un baton qui semblait accroitre la puissance des sorts d'attaque....

    F/ Toundra

    Je me séparai de mon "groupe", les larmes au yeux, aimant sincèrement la plupart de mes hommes...

    Mon errance m'amena en Sembie, en Cormyr. Je traversai le desert d'Anauroch avec des caravaniers et passai un bout de temps également à Silverymonn(Lunargent). J'atteins Eauprofonde où je rencontrai un autre groupe d'aventurier, commandé par un homme à la poigne de fer, mais au coeur d'or...Me décidant sur un coup de tête, je partis avec eux en direction du val de bise, traversant les cités de Padhiver et de Luskan. Les aventuriers avaient étés appelés pour rechercher un artefact dans un ancien temple abandonné de Lathandre, proche du Glacier Reghed. Les températures, même en été, consternèrent le démon, qui était plus habitué aux climats chauds. Mais nous ne trouvâmes jamais ce fameux temple et la mort froide ceuillit peu à peu les aventuriers. Nous décidâmes de revenir sur nos pas, tant qu'il était encore temps. Mais le malheur semblait planer sur nous, et nous fûmes attaqués par des barbares Uthgards. Je fus capturé, étant encore le seul pouvant servir à quelques chose, les autres, exécutés.

    Je devins un esclave, les barbares m'ayant confisqués mon grimoire. Malgré ma position, les "autichtones" avaient une certaine estime pour moi. J'étais grand, beau selon leurs standards, m'attirant moults regard des femmes de la tribu. J'étais fort, m'attirant par ce biais la symphatie de certains guerriers. Et ma condition d'esclave n'était pas si terrible, j'étais plutôt une sort d'homme à tout faire. Mais d'un autre coté, ma magie inquiétait les barbares. Un jour, alors que des guerriers revenaient de la chasse, l'un deux revint grièvement blessé. Le chaman eu beau faire, rien ne fonctionna. Je leur proposais alors mes services, mais il me fallait mon grimoire. Le blessé étant le fils du chef du village, ce dernier accepta, récticent. J'utilisais alors l'un des nombreux sort de nécromancie que j'avais appris à Thay, mais l'un des rares qui soit curatif, pour le soigner. Le blessé se rétablit vite, et le chef m'offris, en récompance, ma liberté. Je restais quelques annés avec eux, les aidant à chasse avec ma magie, dont ils apprenèrent à ne plus avoir peur, et en échange, ils me régalèrent d'histoire sur leur clans. Après dix ans passés au camp des Uthgards, je marquai ma volonté de repartir dans des contrés plus acceuillantes.

    En guise de cadeau d'adieu, les barbares m'amenèrent à ce fameux temple de Lathandre, où je trouvais sans embûche, l'artefact qui avait valu la vie à mes camarades. Une babiole, à l'effigie du dieu Lathandre, n'ayant pas même un pouvoir magique. *Peut-être qu'elle possédait des pouvoirs latents* me dis-je !

    G/ Errance

    Faisant mes adieux aux Uthgards, je regagnai Eauprofonde, et rejoignis le temple des adorateurs du dieu du renouveau...Quand je déposai la statuette devant le haut prêtre, celui-ci me regarda, interdit. Puis, réussissant à articuler quelques mots, il me dit, encore tout hébété: "Ce n'est pas celle-là, la vraie, nous l'avons retrouvés dans la cave du temple, ici-même. J'eructais. Une colère sanguinaire me prit. je réussis néanmoins, au prix d'une violent bataille mentale contre le démon, à me resaisir un moment et à partir. *TOUS CA POUR CA*, criais-je une fois dehors. Alors la folie me reprit, je ne pouvais plus penser à autre chose que la mort inutile de mes compagnons, je m'enfermais dans une bulle de folie.

    Je dérivai longtemps, mon esprit embrummé par les divagations du démon, celui-ci en proie à une véritable folie, résidu du combat mental. je ne sais que peu de chose sur cette période, mais elle a duré plus de 50 ans. Je serais allé en Tuigan, à Kara-tur, à Halruaa, Luiren, Amn, thétyr...Je couvrai la majorité de la surface de toril, jusqu'au moment où un prêtre concillient de Mystra me redonna la raison. Mais cela ne m'empécha pas de dériver de nouveau.

    Cela marque la fin de la période des années sombres, laissant place à l'avènement des "années noires".

    H/ Orbeancien

    J'arrivai finalement à Zhakara et fondis peu à peu une compagnie de mercenaire, les "plumes noires". Mon groupe devint très influent dans tout Zhakara et même à Dans le sud de Féerune comme à Var la dorée, Chult, etc...Je nommes cette période "noire" car elle marque le retour démon et de son esprit calculateur, celui-ci étant enfin sortit de sa folie. C'est d'ailleurs à cette période que j'obtins mon surnom définitif, Orbeancien, car je dirigais à l'époque, outre des mercenaires humanoïdes, une pleïade de monstre dont de nombreux Tyrannoeils qui me nommaient "affectueusement", Orbeancien. En effet, sans vraiment savoir pourquoi, j'avais une certaine emprise sur ces monstres et tous m'étaient loyaux. Mes mercenaires participèrent à de nombreux sièges, des compagnes militaires contre tel ou tel ennemi du client. Je paticipais toujours à ces campagnes, étant même à l'avant de mes troupes. Après trente ans de gouverne sur cette désormé guilde, je passai le flambeau à mon capitaine, Kaine, un fougeux combattant elfe.
    Mon départ était causé par le fait que mes poursuivants m'avaient retrouvés, le démon les ayant détecté. J'appris dans l'année qui suivit par un marin Thétyrien que ma compagnie avait implosé, les tyrannoeils se rebellant devant le nouveau commandant. Je fuyai encore et toujours, et atteint Maztica par bâteau.

    I/ Vengeance

    Je fuyais de plus belle, attérissant cette fois sur le continent de Maztica, dans une colonie amnienne. C'est alors que je recontrais une femme qui devait changé ma vie, Zaina. En tant que grande sorcière, elle dirigeait la petit communauté élfique s'étant installée sur le nouveau continent. Je la recontrais et nous tombâmes amoureurx l'un de l'autre. Nous nous marrièrent, étant très bien intégré à la communauté, de part le fait de mes origines maternelles. Nous ne formions qu'un. Même le démon, d'habitude haineux envers tout, accepta Zaina. Elle tomba rapidement enceinte. Je fus heureux ainsi pendant une année...jusqu'au jour où, revenu de la ville amnienne toute proche, je découvris le village en ruine. Des cadavres jonchaient le sol ça et là. certains égorgés, d'autres calcinés. Ces vision m'en rapellèrent d'autres...Je courrus alors vers ma maison et découvris avec horreur ma femme baignant dans une flaque de sang. Elle vivait encore, et put me dire avant d'expirer: "des démons....ils te cherchaient....mon amour....je t'a....."

    Des larmes coulèrent de mes yeux. *Pourquoi elle* me dis-je. Elle n'avait rien fait, elle était inocente. La malediction ne cessait de me suivre. Ma malediction. Je ne pouvais vivre et m'attacher à quelqu'un sous peine de le voir mourrir. Tous ceux que j'avais un jour aimer ou apprèciés étaient morts. La peine et la douleur firent rapidement place à la colère, puis à la fureur, et enfin à la haine. Le démon se révaillait, encore plus touché du fait que lui-même appréciait Zaina. Je jettais un sort de detection du mal et detectai rapidement les démons. Je me téléportais juste devant, leur arrachant un regard incrédule, puis un sourrire carnassier de victoire. Peut-être pensaient-ils que j'abandonnais. Mais eussent-ils pris la peine de regarder au fond de mes yeux, qu'ils y auraient vu ce que personne n'arrête...la soif de vengeance. Quatre tieffelins tombèrent avant d'avoir pu esquisser le moindre geste, foudrotés. La bataille s'engagea, le nombre rivalisant contre ma fureur. Pour en venir rapidement à bout, le démon pris l'intiative de lancer un sort anti-démon que je connaissais de mon père. Il amplifia considèremment le sort et l'envoya au milieu des "pauvres" démons. La violence de l'explosion coucha les arbres à un kilomètre à la ronde. Des démons ne restèrent que les squelettes, des tieffelins, des cendres.

    Mais, il arriva une chose que le démon n'avait pas prévu. Le sort le toucha logiquement aussi. Il resta longtemps entre la vie et la mort dans mon corps mais ne se remis jamais vraiment. Je retrouvais définitivement le complet contrôle de mon corps, le démon ne revenant que lors de mes moments de faiblesse, quand je suis en colère ou triste à l'extrême. Ma vie ne fut plus jamais la même cependant.

    Peu de temps après, le temps de faire mon deuil à vrai dire, j'entendis parler de Luménis...


    J/Luménien

    Après avoir passé le poste de garde, je découvris la splendeur de Luménis. Je fis tout d'abord la rencontre d'une Vampire nommée Perdigan Foxglove et qui se trouvait être la présidente de Luménis. Je fus d'emblée charmé par sa forte personnalité et sa beauté légendaire. Après avoir été accepté à Luménis, j'en devin l'un des citoyen. Je m'achetai alors une petite maison dans les faubourgs de la ville, ou j'installai un laboratoire pour continuer mes recherches que j'avais entammé à Thay, depuis longtemps à l'abandon. Je me proposai aussi au poste de professeur de magie de l'université de magie. Avec l'accord, et après avoir longtemps discuté avec le seigneur Draclord, responsable en chef de l'université, j'en devins un. Mais c'est alors que, et que je ne me rapelle même plus vraiment comment cela a débuté, que je fus pris dans un engrenage. Si mes souvenirs ne me trahissent pas, après avoir appris par le bouche à oreil que la présidente de Luménis avait été tuée, je rencontrais un individu fort louche à la taverne des docks. J'avais pas négligence ennoncer tout haut le fait que la tentative d'assassinat avait échoué. L'homme s'en alla tout de suite après, visiblement en colère. J'avisais alors la conseillère Mireanna Wolwood, qui me mit alors dans la confidence. Je fus convié à un conseil des hauts conseillers de Luménis, et il fut pris comme décision de tendre un piège à l'assasin. Un faux diner fut organisé, véritable traquenard. Mais celui qui devait venir ne vint pas. Un meurtier doué à l'arbalète planta Perdigan, qui faillit mourrir. Tous les membres du piège partirent immédiatement à la poursuite du malfaiteur, excepté moi, qui restait pour veiller sur la présidente. C'est alors que l'on m'assoma et je ne me souviens plus de ce qui s'est passé après. J'appris plus tard que la présidente avait survécu et qu'elle était partie à la suite du meurtrier.
    Oubliant peu à peu cette affaire, je commançais les cours. Je devins également bibliothéquaire de La grande bibliothèque de Luménis, avant de me faire engager dans une nouvelle mission...la tour des éléments où je suis actuellement.
    Dernière modification par Taliesin ; 03/09/2007 à 19h54.

  3. #3
    Orbeancien Invités
    II/ Fiche de personnage

    A/ Feuille d'identité

    Nom: Secret
    Prénom: Secret
    Surnom: Orbeancien
    Classe: Mage
    Alignement: Loyal bon/ Chaotique neutre(quand possession du démon)
    Dieux vénérés: Mystra(Minuit) et Kelemvor
    Race: Aasimar(Solaire/elfe)
    Couleur des yeux: bleu/blanc(l'un a un iris blanc, l'autre a un iris bleu); rougeoient parfois
    Couleur des cheveux: Blond foncé/chatain clair
    taille: 1m82
    poids: 74 kgs


    B/ Capacités spéciales

    . Protection contre le mal permanente
    . Apaisement deux fois par jour
    . Detection du mal trois fois par jour
    . Dégats doublés contre les démons
    . Immunité aux sorts de charme(dû au démon)
    . Immunité aux possessions(dû au démon)


    C/ Inventaire

    . Bâton de mage +1 qui augmente de +3 pts de dégats les sorts d'attaque
    . Dague +1 indéstructible
    . Epée de brûlure non utilisée
    . Dague boomerang
    . Ceinturon qui augmentant de 1 la force
    . Robe d'aventurier: +1 contre arme tranchantes et contre les souffles (porte habituellement)
    . Robe de professeur de magie de Thay: -4 à la CA, immunité à l'attaque sournoise et au poison
    . Mini-arbalète (sous l'avant-bras droit, dissimulé par la manche)


    D/ Caractère

    Orbeancien est un homme qui semble continuellement triste. Il lui arrive souvent de faire de l'humour, mais il n'arrive pas à cacher son âme torturé. La douleur de la perte de sa femme n'est jamais partie, et il ne se passe pas un jour où il n'y pense pas. Le démon, bien que très faible, ne manque pas de l'influencer dans ses moments de faiblesse. Il est donc très calme, très aimable, toujours prêt à aider les autres, mais quand il est colère, il peut devenir incontrolable.
    Orbeancien est un homme de lettre également, il est en perpetuelle quête de savoir et un livre peut être un vrai trésor pour lui. Il parle également neuf langues(commun, elfique, solaire, nain, gobelin, orc, drow, language des mages, languages des voleurs) ce qui ne manque pas de le rendre assez sociable


    E/ Comment il est perçu

    à suivre bientôt
    Dernière modification par Taliesin ; 03/09/2007 à 19h57.

Discussions similaires

  1. [Habitation] Maison "Le Labo" de Orbeancien
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 38
    Dernier message: 06/09/2004, 17h31
  2. [Luménien] Dedalus
    Par Dedalus dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 2
    Dernier message: 28/02/2004, 17h55
  3. [Luménien] Learvin
    Par Learvin dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 29/01/2004, 18h43
  4. [Luménien] Léowyn
    Par Léowyn dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 01/01/2004, 18h34
  5. [Luménien] Goddam
    Par Goddam dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 15/04/2003, 14h58

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250