Bien le bonjour mesdames mesdemoiselles et messieurs de toutes races (sauf s'il y a des gobelins ) et de tous métiers présents dans ce vertueux temple qu'est celui de Lathandre. Bon, il semblerait que chaque nouveau fidèle doive se présenter sur ce post, alors allons-y.

Jeune nain élevé dans les coutumes habituelles à base de mines, de chansons sur l'or ("or, or, or"), de haches et de bonnes beuveries pour s'en mettre plein la panse et la barbe. Tout allait pour le mieux sur notre pan de montagne, les filons n'abondaient pas mais on vivait bien et en paix sans personne pour nous dicter leur loi ni aucun ennemi pour nous menacer. Seul le seigneur du coin nous tolérait comme des nabots sur son territoire, mais il nous fichait la paix, trop couard et trop gras pour nous chasser tant qu'on n'était que de la "piétaille barbue trop occupée à gratter leurs trous puants".
Trop humain aussi pour qu'on ait pu croire que cela dure. A force d'exploiter notre modeste "trou puant", on tomba sur un beau filon. De l'or, tant qu'à faire. Ca, on ne peut pas dire que le destin ait fait preuve d'originalité, en tout cas c'était certainement pas un cadeau. Oh certes la beuverie qui s'en suivit fut... ben, une beuverie, quoi. En tout cas on voyait bien la fête de loin, apparemment, vu la suite des événements.
C'était pas moins de deux cents archers qui nous attendaient au petit matin avec le sourire d'enflure qui sied si bien aux mercenaires humains. Manquait plus que l'étincelle et le ting de rigueur. En tout cas on a pas eu droit à un avertissement. Trop contents de faire un carton, et le seigneur avait bougé sa grosse panse pour se divertir un peu.
Si encore ils étaient venus au corps-à-corps, on aurait pu se débrouiller pour en amener quelques-uns dans la tombe. Mais non, on tue mieux du gibier de loin, en toute sécurité, on se sen plus puissant, comme c'est jouissif. Et nous n'étions que du gibier. Nous fûmes une vingtaine sur trois cents à nous enfuir de cette boucherie, les flèches de ces chiens bombardant nos compagnons éméchés et désarmés... les chemins de traverse ne manquaient pas, et dans l'euphorie du sang versé ces pleutres ne firent pas attention à des nabots en fuite.
L'exploitation changea de main ainsi, et le seigneur put s'engraisser un peu plus sans trop de frais, et garda même sa bande de chiens de chasse archers. De quoi se reposer sur ses lauriers, vu le genre du personnage, gras et plus bête que sa pitance.
Les autres des miens qui ont survécu se sont dispersés, vers des horizons moins hostiles, pour des occupations souvent modestes. D'aucuns se sont même lancés dans le mal... Mais je restai pour l'honneur, menant une véritable guérilla contre ces assassins et leur commanditaire. Ce fut un jeu d'enfant de les faire tomber un à un. Ces chiens n'étaient que des amateurs, qui avaient profité d'une situation tout à leur avantage et n'avaient coûté presque rien à ce gros porc pour un résultat efficace. Du moins le croyait-il. Et tuer ce verrat aura été aussi simple que réconfortant.
Comme maintes histoires du même acabit, une telle épreuve a transformé un individu des plus banals. Je parcourus les terres et les villes partout où je pouvais proposer mon aide contre quiconque faisant preuve de cruauté, de félonie et d'autres noirceurs. Lorsque j'en vins à rencontrer des disciples de Lathandre, leur foi et leurs principes m'ont amené à me mettre sous cette bannière. Je ne souhaitais pas être prêtre, mais je combattais sous son égide, mu par la foi et la volonté d'aider la bonté. Athkathla devint ma destination finale, où le travail ne manquait pas.

Je suis donc un guerrier nain niveau 14, maîtrisant une hache à deux mains de très bonne facture, portant une plate de nains sur mesure et une barbe aussi rousse que le feu (quiconque se raille de moi comme "poil de carotte" ne sent plus ses genoux). Je méprise ouvertement les archers, tous des pleutres planqués, ainsi que quiconque compte plus sur son équipement que sur sa véritable force. Les mages ne me dérangent pas tant qu'ils sont vertueux, j'admire les prêtres mais j'apprécie les paladins sans être d'accord avec eux : leur loyauté les aveugle parfois.

Voilàvoilà pour le perso. Pour le petit internaute qui est derrière tout ça, c'est un humain à peine majeur (donc encore immature et il s'en excuse par avance), de type "binoclard boutonneux" (et qui s'en fout totalement), grand fan de Terry Pratchett, pas trop de Tolkien, qui déteste le gros-billisme et le post'n'go (houla il y a plein d'amateurs ici ). Enfin bon ça c'est le principal le reste c'est secret

Vive le copier-coller et vive les demi-orques banquiers.