Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

Discussion: [TD] [ RP] L'amitié par les plantes

  1. #1
    Date d'inscription
    janvier 2006
    Localisation
    RoMo
    Messages 
    143
    En provenance de Manost.

    Le Dúnadan attacha leurs montures à une branche basse. Il les caressa du plat de la main. Les deux bêtes étaient tellement différentes, mais tout aussi valeureuses. Baranîn s'accordait bien à son caractère, indépendant mais pas trop farouche. Moins noble que Baraion, il dissimulait une douceur un peu inquiète sous une robe flamboyante.
    Le bosquet était presque un petit bois, isolé comme une île dans la prairie. Calawen s'était assise au pied d'un chêne immense. Le Dúnadan la rejoignit et s'accroupit à ses côtés. La pluie glissait maintenant comme un rideau léger poussé par les vents.
    - Espérons que cela ne dure pas trop longtemps. Nous avons encore de la route à faire avant la tombée de la nuit.
    - Jusqu'où devons-nous aller ? s'inquiéta t-elle.
    - La côte du Golfe de l'Oubli.
    - Si loin ?
    - Pas tant que cela, nous traversons rapidement la plaine. Il n'y a que des collines peu élevées pour ralentir notre course. La côte est riche en plantes médicinales. Je l'ai souvent parcourue il y a quelques années.
    - Alors, espérons que le vent chasse vite la pluie. Asseyez-vous donc. Vous n'allez pas rester ainsi, prêt à sauter sur votre cheval dès la première éclaircie !
    - Vous avez raison !
    - Et racontez-moi votre histoire, puisque nous avons le temps pour cela...

    Le Dúnadan s'allongea à demi sur le sol couvert de mousses vertes et de feuilles de chênes brunâtres. Ses longs doigts noueux jouèrent un instant avec le tapis végétal. Il soupira doucement.
    - Votre histoire est triste. La mienne est tragique et violente mais aussi riche de souvenirs heureux. Tout avait mal commencé puisque je fus un enfant abandonné au berceau à la porte d'un monastère. Mes parents devaient fuir la guerre et la mort probable, je ne sais, c'étaient des temps violents sur Hélonna. Ils me laissèrent juste un nom que je n'utilise guère, Gimilkhâd Nimruzîr, ce qui signifie, si j'en crois la science des moines : Étoile ami des elfes. Pourquoi ce nom, je l'ignore, mais je suis né dans la forêt de la Lorien où les elfes sont nombreux. En fait d'étoile, c'est la mauvaise étoile noire de la destinée qui me poursuivit et quant aux elfes, une bonne partie de mes malheurs viennent d'en avoir rencontré un jour, des elfes sauvages, je précise. Mais je vais trop vite... En fait, non, je vais trop lentement, à ce rythme vous aurez la fin de mon histoire dans trois jours et nous n'aurons pas herborisé !
    - Je vous écoute, ne craignez pas de raconter en détail.
    - La pluie aussi m'écoute, et je préférerai qu'elle se lasse avant vous... Vous aurez la suite, ne craignez rien, je vous la raconterai par petits bouts lors de nos haltes et à la veillée, car là où nous allons les auberges sont rares.
    - Cela ne me gène pas, au contraire, je préfère les nuits à la belle étoile plutôt que les salles enfumées des auberges et les cris des hommes ivres.
    - Oui, comme je vous comprend, c'est déjà peu supportable pour un homme tel que moi, mais pour une jeune dame elfe...

    Ils regardèrent ensemble en direction de la plaine. La pluie avait presque cessé. Des grappes de nuages gris et effilochés fuyaient vers l'horizon.

    - Nous y serons avant la nuit ! s'exclama Le Dúnadan.
    - Je n'en ai jamais douté, plaisanta Calawen, vous ne vouliez pas vous asseoir...
    Le Dúnadan s'exprime naturellement en #9fcb8c et le libraire Folius en orange.

    La présentation...

    La bio RP

  2. #2
    Date d'inscription
    avril 2005
    Localisation
    En banlieue :D
    Messages 
    344
    Quand la pluie eut cessé, les deux voyageurs reprirent la route. Le relief de la région était relativement plat, aussi progressaient-ils rapidement. Avant que la nuit ne tombe, l'Elfe voulut observer la mer. C'était la première fois qu'elle la voyait et cette vision ne lui offrait pas le sentiment d'exaltation que lui avait décrit son père. Son père... mieux valait ne pas y penser."Il doit être à ma recherche à l'heure qu'il est", songea-t-elle . Qui sait, si la malchance s'abattait sur elle, le croiserait-elle sur sa route.
    - Non. Cela ne doit pas se produire.
    - Vous disiez ?
    - Je disais que nous pourrions nous installer sur la rive, mentit-elle.
    - Nous pouvons faire encore quelques milles avant la tombée de la nuit; nous arriverons ainsi plus vite à notre destination.

    Le prêtre descendit de son cheval et lui offrit quelque nourritures. Il observa l'Elfe qui comme à son habitude parlait peu et était toujours absorbée par ses pensées. Il faut dire qu'avec sa condition de fugitive et son terrible passé, elle ne pouvait s'en sortir indemne. Il en aurait été de même pour un autre, qu'il soit Homme ou Elfe. C'est ce que pensa Gimilkhad et il n'avait pas tort. Au final il savait peu de choses de sa compagne de voyage, c'était une femme de mystère, mais peut être qu'avec le temps, finirait-elle par ouvrir son coeur.
    - Aimez-vous la mer ?
    - Oui. J'aimerais un jour parcourir les océans, faire le tour du monde avec mon propre navire.
    - La mer est dangereuse, je le sens.
    - Elle est aussi bénéfique pour nous les Hommes. Vous autres, les Elfes n'aimez que la forêt, il n'y a pas de doute.
    - Il existe pourtant des Elfes qui vivent sous la mer, ou sur ses rivages. Mais ils sont peu nombreux, leur population décroît. D'ailleurs, toute notre race disparaît, il viendra un temps ou nous abandonnerons tous ce monde. Allons, partons, nous n'avons que trop tarder.

    Ils voyagèrent ainsi jusqu'à la tombée de la nuit, et établir leur campement non loin du Golfe de l'Oubli.
    - Je vais chercher du bois pour nous faire un feu.
    - Ce n'est pas prudent. Je ferais mieux de le faire moi même ou au moins vous accompagner.
    - Comprenez que j'ai besoin d'être seule. J'ai mené une existence solitaire et je n'ai aucunement envie de changer d'attitude du jour au lendemain. Laissez moi du temps.
    - Comme vous voudrez.
    Lorsque une demi-heure après Calawen revint, elle trouva Le Dunadan occupé à nourrir les chevaux. Tandis qu'elle disposait les fagots de bois, elle regretta ses paroles. L'homme était patient, cela ne faisait aucun doute, mais peut être finirait-il par se lasser de sa mélancolie et de son silence.
    - Comment allez vous faire du feu?
    - Comme ceci.
    Elle murmura quelques incantations et une flammèche naissa dans sa main.

    Il s'assit en tailleur et tendit ses mains noueuses près du feu pour les réchauffer.
    - Voyons, qu'avons-nous là. Il reste un peu de votre tarte aux pommes et de ce lard fumé que j'ai acquis ce matin. Il y aussi des fruits, du pain, du ...
    - Mangez tout votre content. Je ne mangerais qu'une pomme.
    "Elle a un appétit de moineau", murmura t-il.
    - Non, je n'ai pas faim ce soir.
    - Pardon ?
    - Vous êtes loin de moi, mais mes oreilles entendent parfaitement.
    - Ah.
    Il rougit et cela Calawen ne le vit pas, mais elle s'en douta. Elle le connaissait mieux que lui ne la connaitrait jamais. Du moins c'est ce qu'elle pensait.

    La nuit était bien avancée et nos deux voyageurs parlaient de choses et d'autres, mais surtout de la nature qui les entouraient.
    - Le vent a tourné et le ciel est à présent dégagé. Admirez cette splendeur. Que le ciel fut étoilé ou non, j'ai toujours aimé la nuit. Tout y est différent et pourtant pareil. Et la nuit est propice au calme et à la solitude.
    Le prêtre croisa les bras derrière sa tête et leva les yeux vers la mer sombre remplie de diamants.
    - Oui. Là, regardez. Voyez-vous cet amas d'étoiles ? dit-il en pointant du doigt le ciel. C'est la constellation de Chauntéa et là, de Sylvanus.
    - Vous connaissez Chauntéa ?
    - Et comment ! Mon précepteur adorait et Chauntéa et Sylvanus. Ce sont des Dieux alliés. Et vous; d'où la connaissez-vous ?
    - Quelques menbres de ma parenté ont sacrifié leurs vies à son clergé. Pour ma part, je préfère me consacrer à la magie. Moins de contraintes et moins d'ennuis.
    - Je ne suis pas d'accord.
    - Le contraire m'aurait étonné, fit-elle dans un sourire amusé. Quoiqu'il en soit, il ne vaut mieux pas s'attirer les foudre des Dieux, ni des Elfes d'ailleurs. Vous et moi en savons quelque chose.

    Le Dúnadan ne répondit point, elle avait touché sa corde sensible.
    - Vous devriez dormir à présent.
    - Et vous ? Vous ne dormez point ?
    - Les Elfes ne dorment pas. Nous rêvons et cela nous reposent autant qu'un sommeil d'homme.
    - Bien. Alors faites de beaux rêves ().
    Une bibliothèque est un hôpital pour l'esprit. Inscription dans l'ancienne bibliothèque d'Alexandrie.

  3. #3
    Date d'inscription
    janvier 2006
    Localisation
    RoMo
    Messages 
    143
    Le Dúnadan s'emmitoufla dans sa couverture de voyage et se coucha à proximité des braises, la tête tournée vers l'obscurité. Il ferma les yeux. Mais le sommeil tardait à venir. Cela arrive parfois lorsque la fatigue de la journée a été trop importante. Il entrouvrit les paupières. La mer scintillait doucement à la lumière de la lune, il entendait la musique du ressac comme un bercement profond.

    Parfois le phare du Vigilant perçait la nuit profonde depuis le sud. C'était comme une grosse étoile jaune qui apparaissait et disparaissait juste au-dessus de l'horizon. Sa pensée s 'égara un instant vers les îles d'Aliies et Iliies, où se dressait le phare, qui gardaient tout leur mystère, et elle revint rapidement vers celle qu'il entendait bouger légèrement non loin de lui. Un tout autre mystère, pensa t-il.

    Il referma les yeux mais l'image de la jeune elfe persistait derrière ses paupières. Il soupira de façon imperceptible mais, sans qu'il s'en doute, Calawen l'entendit et son regard se porta sur la forme allongée de l'homme. Elle aiguisa ses sens pour tenter de percer les songes de ce dormeur bien peu dormant il semblait...

    Le Dúnadan laissait remonter à son souvenir les évènements de la journée : la fermeture du magasin, la location du cheval, le départ de Manost, la traversée de la plaine herbeuse, la pause forcée dans le bosquet à cause de la pluie et enfin l'arrivée sur le bord de mer.
    Pour chacun des épisodes il revoyait les gestes et entendait à nouveau les paroles de Calawen. Un pli de contrariété barra son front. Non pas que ces pensées soient désagréables, mais au contraire parce qu'à chacune d'elles un léger pincement le saisissait.


    Cette jolie personne occupe mes pensées de façon fort déraisonnable
    , se dit-il. Elle m'a seulement accompagné pour que je lui révèle l'emplacement des plantes qu'elle recherche. Quel intérêt pourrait-elle bien trouver à un pauvre prêtre accablé par la fatalité comme je le suis ? Quel vieux fou d'imaginer un instant qu'une jeune elfe pourrait avoir le moindre sentiment, même d'amitié, à mon égard. Ma beauté s'est usée avec les saisons et mon cœur ne sait plus que gémir. Gémir et rêvasser à de douces chimères.

    Il avait beau lutter, les traits de l'elfe apparaissaient puis se brouillaient devant ses yeux clos. L'image était mouvante. Il se força à ne pas se retourner pour la regarder. C'était une tentation presque insupportable.


    L'attention de Calawen se concentra davantage sur son compagnon de voyage. Elle sentait les tensions qui l'agitait. Elle sentait aussi qu'elle en était l'objet. Cela la fit sourire intérieurement. Elle fut un peu flattée de causer tous ces tracas à ce respectable voyageur. Mais il était vraiment temps de dormir maintenant. Elle claqua imperceptiblement des doigts.


    Le Dúnadan s'enfonça dans le plus profond sommeil.
    Le Dúnadan s'exprime naturellement en #9fcb8c et le libraire Folius en orange.

    La présentation...

    La bio RP

  4. #4
    Date d'inscription
    avril 2005
    Localisation
    En banlieue :D
    Messages 
    344
    Un vent léger soufflait, un vent typique de la région marine. Les cheveux au vent, Calawen rêvait de reconnaissance, de gloire et même de retrouver son titre de noblesse qu'elle savait à jamais perdu. Lorsqu'elle était seule -ce qui lui arrivait très souvent-, elle ressassait sans cesse ce qui la rendait triste ou ce qui la rendait joyeuse. Elle n'était pas capable de se défaire de ce travers et son manque d'expérience relationnelle ne l'aidait pas dans ce sens. "La mer est dangereuse, je le sens", "Comprenez que j'ai besoin d'être seule. J'ai mené une existence solitaire et je n'ai aucunement envie de changer d'attitude du jour au lendemain. Laissez moi du temps"...

    L'Elfe ferma les yeux pendant qu'elle menait un combat intérieur.
    "Je n'aurais jamais dû lui parler de cette manière", dit-elle en soupirant. "Oh, Calawen! Dans quel pétrin t'es-tu encore fourrée ? Quoique tu fasses, il faut toujours que tu t'attires des ennuis. Pauvre de moi."

    Sa vie aurait été différente si elle avait eu une toute autre famille, il n'y a pas de doute là dessus, mais elle n'aurait peut être jamais connu la magie. C'était la seule chose de positive qu'elle pouvait tirer de ses épreuves, encore qu'elle ait pu aussi développer son courage, sa patience et d'autres qualités qui étaient désormais siennes. Elle doutait quand même, elle qui s'était toujours sentie coupable de tous les maux qui pouvaient l'accabler. Alors pour se ragaillardir, elle chanta une chanson, une de ces chansons qui content des terres lointaines, les époques éloignées, les lieux secrets... en somme un chant qui lui ressemblait, elle qui venait du coeur de la forêt, loin de toutes agitations rencontrées dans la ville, si vieille et pourtant si jeune selon que l'on compte le temps en vie d'Homme ou d'Elfe; et femme de mystère, elle qui gardait tant ses sentiments et ses pensées.

    Le réveil fut difficile pour Gimilkhad. La nuit avait été courte, car lorsqu'il fut réveillé par la jeune elfe, l'aurore pointait tout juste le bout de son nez.

    - Réveillez-vous, dit-elle en lui secouant légèrement l'épaule.
    - Hum...
    Le Dunadan émit un grognement suivi d'un soupir. Il serait de mauvaise humeur toute la journée, elle en était en persuadée, aussi vrai que le soleil se lève tous les matins.
    - Pas maintenant. Pff. J'ai eu une mauvaise nuit, courte... et puis le même rêve revenait sans cesse.
    - Vous voulez m'en parler ? Je peux vous aider à le comprendre.
    - Non. Laissez-moi, répondit-il en bougonnant.
    Calawen s'éloigna de son pas léger pour s'occuper de son noble compagnon.

    - Comment vas-tu ce matin ? demanda t-elle au cheval blanc. Tu es toujours d'humeur égale. Je t'envie, tu sais ?
    Mais le cheval ne répondit pas, bien qu'il comprennait ce qu'elle lui disait.
    L'ensorceleuse s'accroupit et prit dans la sacoche qui se trouvait aux pieds de Baraion une carotte. Se relevant, elle se ravisa.
    "Et puis non, tu pourras bien manger de l'herbe. Il faut rationner la nourriture, autrement nous manquerons peut-être pour le retour. Tu comprends ça ? Oui, tu es un bon cheval."
    Elle passa la main dans sa crinière blanche et lui embrassa le flanc.

    Son regard se porta vers la couche de l'homme. Il n'y était plus. Il était parti sans mot dire, pour aller faire quelques ablutions. Le fond de l'air était encore bien frais mais la journée serait agréable.

    - Viens allons nous promenez.
    Calawen montait le cheval à la manière de son peuple, c'est à dire sans selle, ni aucun harnachement.
    Baranîn les regarda s'éloigner, peut être d'un air envieux.

    Au loin elle apercevait les collines, ces mêmes collines où dans quelques heures elle poserait ses petits pieds pour y prendre quelques herbes médicinales.

    "De la lavande. Il me faut de la lavande. J'espère en trouver, ne serait-ce que pour faire un seul bocal."

    Le Dúnadan vint à sa rencontre.
    - Vous êtes prêt à partir ?
    - Le temps de rassembler nos affaires et ce sera bon.
    Une bibliothèque est un hôpital pour l'esprit. Inscription dans l'ancienne bibliothèque d'Alexandrie.

  5. #5
    Date d'inscription
    janvier 2006
    Localisation
    RoMo
    Messages 
    143
    Il fit disparaître dans le sable le petit tas de braises noires en les repoussant du pied. Puis, ayant roulé sa couverture de voyage, il attacha toutes ses affaires sur le dos de son cheval. Il remit la selle et la sangla rapidement, comme un cavalier émérite, s'amusant lui-même de retrouver des gestes anciens. Il inspira profondément l'air iodé et froid du matin. Son corps se ressentait de cette nuit trop courte, ses jambes lui semblaient raides et toute sa musculature un peu rouillée. Il aurait aimé boire une bonne décoction brûlante de feuilles de fragon.

    Cela lui rappela la raison de ce voyage. C'était ce matin qu'ils devaient faire leurs premières récoltes de plantes médicinales. Il plongea dans ses souvenirs pour retrouver les meilleurs endroits. Il tourna la tête vers le nord, la plage se rétrécissait peu à peu tandis que l'aplomb de la côte s'élevait dans le même temps. Au delà, les falaises blanches se détachaient sur l'horizon.

    - Vous voyez ces falaises ?
    - Oui, elles semblent flotter au-dessus de la mer...
    - C'est où nous allons ce matin, sur leur sommet nous trouverons les meilleures des plantes qui poussent dans cette région.
    - Nous n'allons pas devoir les escalader ! s'exclama Calawen en ouvrant de grands yeux.
    - Non, nous allons prendre par les collines derrière nous et remonter tranquillement, en passant par la lande, jusqu'au débouché sur la mer. D'ailleurs je ne suis pas en état d'escalader quoique ce soit aujourd'hui, déclara-t-il dans un rictus.

    Calawen vit à ses yeux cernés et à son teint pâle que Le Dúnadan n'était pas au mieux de sa forme. Il est vrai que sa convalescence avait été brève et que ce voyage depuis Manost n'était peut être pas très indiqué pour un rescapé de fraîche date.... Mais elle comprit à son air revêche que ce n'était pas la peine d'aborder la question.

    Le soleil commençait à percer le voile brumeux du matin. La mer sembla s'animer soudain, ruisselante d'une résille argentée. Le Dúnadan se passa une main dans les cheveux. Toute cette beauté le bouleversa soudainement.
    - Merci, Sylvanus de recevoir ton pauvre serviteur dans ta demeure trop riche pour lui, pria-t-il pour lui-même.

    Puis il se retourna, vers Calawen et les chevaux.

    - Allons ! Le chemin n'est pas si court et le temps s'envole plus vite que ces goélands, dit-il en désignant du doigt trois immenses oiseaux marins planant dans les courants aériens.

    Ils montèrent à cheval et s'élancèrent en direction des premières collines verdoyantes qui s'abaissaient doucement jusqu'à la plage.
    Le Dúnadan s'exprime naturellement en #9fcb8c et le libraire Folius en orange.

    La présentation...

    La bio RP

  6. #6
    Date d'inscription
    avril 2005
    Localisation
    En banlieue :D
    Messages 
    344
    Ils menèrent les chevaux aux pas. Des mouettes tournoyaient dans les vents violents. La falaise s'arrêtaient, d'un coup. Ils descendirent de leurs monture pour s'approcher lentement. La mer apparut entre des infractuosité des rochers, bleue et sombre. Froide et menaçante.
    Le Dunadan mena Calawen dans une sorte de cuvette, un vrai paradis pour herboriste. Là ils trouvèrent de l'ispaghul une plante annuelle de petite taille aux tiges dressées et aux hampes blanches, du millepertuis à la floraison jaune vif et aussi de la sauge dont les feuilles rugueuses sont blanchâtres et les fleurs tirant sur le rose et le bleu.
    - Que cherchez-vous pour votre officine ? , demanda Le Dúnadan
    - Je crois avoir aperçu de la sauge, mes préparations en requièrent souvent.
    - Tenez, il y a des pieds magnifiques de ce côté.

    " Hé bien ! Je n'aurais jamais cru faire ce que je fais là il y a quelques temps. J'ai bien changée et ce n'est pas pour me déplaire.

    L'ensorceleuse se tourna vers le prêtre.
    - Dites, vous n'avez pas faim ?
    - Oui. Je ferais bien une pause.
    - Alors, venez. J'ai pêché du poisson cette nuit, bien maladroitement certes, mais j'y suis arrivée quand même.
    - Formidable ! Je n'aurais pas besoin de me contenter de fruits secs et de légumes.
    - Oh mon pauvre ! Vous auriez fait une syncope ? dit elle en riant à gorge déployée.

    Comme la nuit précédente, Calawen utilisa la magie pour faire un feu, et bientôt l'odeur de poisson grillé monta dans le ciel.
    - Vous êtes vous déjà marié ?
    - Oui. Ma femme est décédée peut avant la naissance de notre enfant.
    - Je suis désolée , répondit-elle en portant la main à son bras.
    - Et depuis je n'ai pas cherché à conquérir un coeur. Je suis peut être tombé amoureux une fois ou deux, mais mes sentiments n'étaient pas réciproques.
    - J'ai vécu une situation similaire. Si mon futur époux ne s'était pas fait assassiné, je serais aujourd'hui une épouse et une mère...
    - Ainsi, nous sommes de vieux solitaires.
    - Attendez. J'ai dû mal comprendre. Vous insinuez que je suis vieille ? Comment osez-vous ? C'est vous qui êtes vieux ! , s'exclama t-elle.

    Elle se leva d'un bond, visiblement énervée.

    - Selon le comptage des hommes je n'ai même pas vingt ans ! Et vous ? Regardez-vous ! Ai-je les traits marqués ou les cheveux blanchis ?
    - Mais ce n'est qu'une expression madame ! Ne vous fachez pas ! J'aurais pu en employer une autre, mais je ne suis pas sûr que vous l'auriez comprise. Oh et puis vous vous m'embrouillez !
    [color= LIGHTBLUE ]- C'en est de trop. [/color]
    Elle s'éloigna un peu et lui tourna le dos.
    [color= LIGHTBLUE]- Ainsi, je vous embrouille ? [/color]
    - Ne l'avez-vous donc pas compris ? Je, je...
    [color= LIGHTBLUE]- Qu'essayez vous de me dire ?[/color] demanda t-elle en se retournant.
    - Je vous aime.

    L'elfe dorée ouvrit de grand yeux.
    - Est-ce si affreux que cela ?
    [color= LIGHTBLUE]- Ne vous moquez pas. [/color]
    - Je ne moque pas. Je vous ouvre mon coeur.
    Elle se rassit à nouveau près de lui, mais son regard n'osait croiser le sien.
    - Ecoutez. Je vous apprécie, mais nous en resterons là.
    - Vous voyez ! Je vous l'avez dit ! J'aime des femmes qui ne m'aiment pas en retour.
    [color= LIGHTBLUE ]- Vous vous attachez aux mauvaises personnes. Si on vous a aimé une fois, il n'y a aucune raison pour que cela ne se reproduise pas à nouveau. Et même si vous vieillissez, vous avez encore du temps devant vous. Qui sait ce que nous réserve l'avenir ![/color]
    L'homme n'ajouta rien. Il fumait sa pipe. Il n'y avait plus de secret entre eux, alors elle souria. Le soleil brillait, le printemps était enfin revenu.
    Une bibliothèque est un hôpital pour l'esprit. Inscription dans l'ancienne bibliothèque d'Alexandrie.

  7. #7
    Date d'inscription
    janvier 2006
    Localisation
    RoMo
    Messages 
    143
    Le Dúnadan ressentit un calme étrange. Comme si on avait desserré un carcan et qu'on lui délivrait la poitrine. Il ne regrettait pas d'avoir parlé franchement. Depuis qu'il avait rencontré Calawen, peu à peu, il avait perdu sa liberté de pensée et même la plénitude de son sommeil. Maintenant, c'était une légèreté soudaine qui envahissait son corps.

    - Nous avons encore de la route, dit-il en se relevant brusquement.
    - Où allons-nous maintenant ?
    - Nous avons trouvé ici toutes les plantes que nous cherchions dans cette région, il nous faut maintenant remonter vers le nord, jusqu'aux pieds de la Cordillère.
    - Si loin ?
    - Nous y serons dans la soirée, le chemin est facile et les chevaux sont frais.

    Calawen caressa la tête de Baraîon. Le regard doux et profond du cheval était une invitation au voyage, le soleil semblait vouloir se maintenir, elle sauta sur sa croupe avec impétuosité. Le Dúnadan la regarda avec surprise, il fallait encore qu'il range les affaires et efface les traces de leur passage. Elle avait raison, ils n'étaient ni de la même race ni du même âge, leur relation était sans espoir ni avenir. Juste les moments agréables de ce voyage à partager, et c'était déjà beaucoup.

    Ils redescendirent de la falaise par un sentier étroit qui zigzaguait entre les rochers et les herbes folles de la lande. La vue était largement dégagée vers le nord où s'étiraient de longues plages courbes rayonnantes sous la lumière au zénith. Quelques nuages légers glissaient très haut sur le bleu profond du ciel.



    Lorsque les premiers contreforts montagneux les ralentirent, le soleil commençait à décliner sur la mer. Ils avaient dépassés les grandes plages balayées par les vents, pris un peu de repos dans une prairie constellée des premières fleurs de l'année et étaient repartis pour la dernière étape sans avoir échangé beaucoup de mots. Chacun s'isolait dans ses pensées et s'émerveillait des beautés de la nature, sans avoir besoin de les communiquer à l'autre. Une profonde douceur les envahissaient et sans doute jamais n'avaient-ils été autant en harmonie.

    Le Dúnadan fit ralentir les montures.

    - Nous allons arriver sous peu à destination. Bientôt il fera trop sombre pour continuer notre route et nous n'y voyons déjà plus assez pour récolter les herbes qui nous manquent.
    - Demain matin, ce sera plus facile... souffla Calawen d'une voix visiblement épuisée.
    - Un peu de fatigue ? ironisa Le Dúnadan en se redressant sur sa selle.
    - Non... Enfin, oui... un peu. La route n'a pas été longue et fatiguante pour vous aussi ?
    - La jeunesse n'est plus très résistante de nos jours, même chez les elfes !

    Il éclata de rire en voyant la moue boudeuse de Calawen.

    - Allons, ne faites pas cette tête ! Il faut bien que les vieux servent à quelque chose, et se moquer des jeunes est parfois un service à leur rendre. Notre âge ne nous a appris qu'une chose, c'est que la vie n'est pas si grave et définitive. Il faut souvent prendre les choses comme elles viennent et savoir tirer de petits plaisirs de chaque instant. Car le grand bonheur parfait n'existe pas, mais peut-être le savez-vous déjà ?
    - Je ne crois plus au bonheur depuis longtemps...
    - C'est très bien ! Alors croyez au moins à la vie! dit-il dans un large sourire.

    Ce faisant, ils étaient arrivés à proximité d'une vieille cabane de torchis isolée. Ils descendirent de cheval et Le Dúnadan pénétra sans frapper dans la bâtisse. Il la connaissait abandonnée depuis fort longtemps et l'avait déjà utilisé, il y a de nombreuses années, lors de ses passages dans la région.
    Il fouilla l'obscurité du regard, personne n'était là.


    - Venez, elle est inoccupée. Nous pourrons y passer une nuit presque confortable, il y a une cheminée et forte quantité de foin pour se faire un matelas fort convenable.

    - Magnifique !
    - Vous vous occupez du feu ?
    - Evidemment, je tiens à manger chaud... je vais aussi préparer la cuisine car je pense être plus douée que vous l'êtes, dit-elle avec malice.
    - Ne me faites pas trop regretter le jour où nous devrons nous quitter...
    - Ne craignez rien, demain je serais parfaitement désagréable et vous n'aurez qu'une hâte... retrouver votre tranquillité !

    Ils rirent de bon cœur et chacun vaqua à ses occupations jusqu'au repas. Ils étaient si épuisés que la veillée fut très brève. Le Dúnadan s'engloutit dans un sommeil sans rêve.
    Le Dúnadan s'exprime naturellement en #9fcb8c et le libraire Folius en orange.

    La présentation...

    La bio RP

  8. #8
    Date d'inscription
    avril 2005
    Localisation
    En banlieue :D
    Messages 
    344
    Le Dunadan s'étira, et comme chaque matin, il croisa les bras sous sa nuque, avant d'allumer sa pipe. Il regarda les ronds de fumée s'élever vers le plafond quelques minutes, puis ferma les yeux.
    Elle entra avec grand fracas dans la cabane; un appel d'air s'était engouffré dans la cheminée et Calawen peu habituée aux constructions humaines, n'avait pas eu le temps de retenir la porte, qui claqua. Résultat, de la poussière tomba en grande quantité sur Gimilkald et il émergea de ses pensées en hoquetant.

    - Oh je suis vraiment désolée, dit-elle en l'aidant à se dépoussiérer.
    - Tss, tss! Argh. Et bien. Il s'ébroua comme un chien sous le regard amusé de Calawen.
    C'est alors qu'elle aperçu au travers de sa chemise débraillée, un médaillon au bout d'une chaîne.

    - Je ne l'avais jamais remarqué avant.
    - Quoi donc ?
    - Votre médaillon ! Montrez-le moi, ordonna t-elle à l'homme.

    Il y avait une telle lueur dans son regard que l'homme n'osa pas la contrarier. Il baissa la tête et enleva la chaîne de son cou.

    - Tenez.
    Elle ne le remercia même pas et passa la porte en courant.
    - Calawen ! Que faites-vous ?
    Il était trop tard, l'elfe s'éloignait pour rejoindre son cheval.
    "Qu'est-ce qu'elle peut bien faire ?"
    IL sortit de la cabane mais n'osa pas s'approcher d'elle. De son côté, la jeune ensorceleuse examinait le bijou qu'elle avait entre les mains.
    " Magnifique ! Maagniifique! C'est inespéré, totalement inattendu."

    Le Dunadan renonça à essayer de comprendre ce qu'elle pouvait faire et rentra à l'intérieur.
    - Que madame garde ses mystères ! Je rentre me réchauffer auprès du feu. Qui est mort ... ajouta t-il pour lui même.
    " Un alphabet mercantil ! Je n'en ai jamais vu de tel ! Mais cela signifie ..."
    Elle tourna vivement son regard vers leur retraite.
    - Gimilkald ! Gimilkald !
    Elle remonta le sentier en courant et en criant son nom. Gimilkald alerté par les cris de l'ensorceleuse, sortit en trombe de la cabane.
    - Quoi ? Qui y a t-il ? Que faisiez-vous en bas ?
    - Votre médaillon ! Les gravures sont en alphabet mercantile !
    - Ce qui signifie ?
    - Que vous êtes fils d'esclaves. L'alphabet mercantile est utilisé pour la vente des esclaves. Il est difficile à déchiffrer, c'est pourquoi les marchands l'utilisent, ainsi seul ceux qui possèdent la connaissance de ces lettres et ils sont peu nombreux croyez moi, savent ce qu'ils ont entre les mains. Leur combine est rusée: ils changent le nom de leurs esclaves par un autre, ainsi lorsque ceux-ci sont libres, ils sont à jamais liés à leur ancienne vie d'une façon ou d'une autre. Ils pensent que ce bijou est un cadeau de leurs maîtres et qu'ils doivent le garder. Certains le gardent, mais peu le font, car peu sont ceux qui sont choyés par leurs propriétaires. Mais quand à ceux qui se débarrasserait de ce médaillon, leur cou les trahiraient. Les esclaves sont marqués au fer par ce même alphabet. Personne ne peut échapper à sa condition. Leur liberté n'est que désillusions, ils comprennent vite ce qu'on leur a fait, comment on s'est joué d'eux. Ce n'étaient pas de simples numéros qu'on leur attribuait comme ils le pensaient certainement. C'est un triste sort.
    - Oui. Mais comment savez-vous tout ceci ? Tous les marchands d'esclaves font-ils cela ?
    - A la première question je répondrais que j'ai appris pas mal de choses sur les hommes par mon père. C'est à lui que je dois beaucoup de mes connaissances, et même si je déteste dire cela, je lui suis redevable de beaucoup. Quand à votre deuxième question, je dirais que fort heureusement seuls les plus riches marchands peuvent ce permettre un tel luxe. Ce sont des lettrés et ils sont réellement fortunés, car ces médaillons sont en or pur et qui a ou vend des esclaves doit dépenser une somme considérable pour faire de tels bijoux.

    Il s'asseya sur un rocher plat et elle fit de même.
    - Il y a peu de chances pour que je retrouve mes parents si je comprend votre raisonnement.
    - Malheureusement oui. Mais il ne faut pas vous découragez. Je suppose qu'avec ce que je viens de vous annoncer et ce que je sais de vous, vous aurez envie de vous mettre à leur à leur recherche au plus vite.
    - Oui. Mais par où commencer ?
    Elle regarda le bijou. Et leva lentement la tête vers l'horizon.
    - Le soleil est levé depuis plus d'une heure. Nous parlerons de cela en chemin.
    Une bibliothèque est un hôpital pour l'esprit. Inscription dans l'ancienne bibliothèque d'Alexandrie.

  9. #9
    Date d'inscription
    janvier 2006
    Localisation
    RoMo
    Messages 
    143
    Ils levèrent le camp rapidement, la journée serait longue. Avant de reprendre le route de Manost, il fallait encore récolter les plantes poussant en altitude, ce qui supposait de faire un petit détour par les contreforts montagneux.

    Après trois heures à suivre un chemin muletier particulièrement éprouvant pour les chevaux, ils débouchèrent dans une forêt de grands pins sombres et odorants. Le Dúnadan accéléra l'allure dès que le terrain, couvert d'aiguilles sèches, le permit. Peu après, ils entrèrent subitement dans une vaste clairière ensoleillée, traversée par un torrent rapide et glacé qui jaillissait d'une petite cascade.

    - C'est ici. Nulle part vous ne trouverez des plantes plus belles et précieuses qu'en cet endroit ignoré de tous.
    - Je n'en suis pas étonnée... je n'imagine même pas y retourner seule un jour !
    - Vous ferez appel à mes services, ce sera l'occasion d'une autre excursion en ma compagnie ! plaisanta-t-il.

    Ils se séparèrent pour herboriser chacun de leur côté et remplirent des ballots de toutes sortes de plantes très utiles à Calawen comme la bardane, l'angélique ou l'arnica.

    - Vous aviez raison. Je n'avais jamais vu telle profusion de plantes et d'aussi belle qualité ! s'émerveilla-t-elle lorsqu'ils se retrouvèrent à l'ombre des pins, où se reposaient les chevaux. Elle s'assit sur le sol ombragé.
    - Je serai d'avis de repartir sans tarder. La route est loin d'être finie. Nous pourrons déjeuner une fois redescendus au pied de la Cordillère.
    - Devons-nous prendre la même route ? demanda-t-elle en plissant le front.
    - Non... il est même possible d'emprunter un raccourci mais je ne sais pas si c'est bien prudent...
    - Le sentier est périlleux ?
    - Pas le sentier en lui -même...
    - Alors, allons-y ! Nous savons nous défendre, n'est-ce pas ?
    - Si vous le dites... C'est vous la patronne !

    La descente vers le sud était effectivement plus facile que la montée depuis l'est et le bord de mer. Ils progressaient rapidement dans les grands alpages où la vue s'étendait à des lieues à la ronde. Le Dúnadan était plongé dans ses pensées... La découverte de la signification de ce médaillon, qu'il portait depuis son enfance, le plongeait dans une perplexité sans fond. Enfant d'esclaves... Peut-être, qui choisi ses parents ? Mais pourquoi lui avoir laissé cette marque d'infamie dans son berceau ? Quel sens à tout cela ? Et pourquoi les moines ne lui avaient rien dit ? Soudain, il senti la main de Calawen se poser sur son épaule, leurs chevaux se touchaient presque. Elle lui montra un point à une distance assez importante.
    - Vous voyez ? Ne dirait-t-on pas un campement...
    - Mmm.. C'est ce que je craignais... c'est un groupe de gobelins. Je reconnais l'insigne sur l'étendard du chef. Essayons de passer sans nous faire remarquer. Tenez-vous prête à piquer au grand galop si nécessaire. Nos chevaux sont rapides, c'est notre chance. Allons sans bruit et baissons-nous sur l'encolure.

    Ils firent ainsi, courbés sur leurs montures et cheminant lentement pour ne pas soulever de poussière ni faire résonner les sabots. Les hautes herbes les dissimulaient en partie.... mais pas assez. Ils entendirent des cris furieux... Calawen se redressa et vit le groupe de gobelins observer dans leur direction, certains courraient déjà vers leurs montures. Elle s'exclama :
    - Nous sommes découverts !
    - Allons-y ! Pas d'hésitation... jusqu'à la vallée !

    Ils lancèrent leurs chevaux à la plus grande vitesse possible. Le Mearas prit tout de suite de l'avance, mais l'alezan du Dúnadan parvint à rester dans son sillage. L'air sifflait autour d'eux, ils s'accrochaient de toutes leurs forces à leurs montures lorsqu'elles sautaient par dessus les petits rochers, les rigoles et les talus. Derrière, les gobelins peinaient à les suivre. Quelques cavaliers tentèrent de leur couper le passage en empruntant un escarpement mais ils arrivèrent juste un peu tard et l'un d'eux tomba dans un ravin. Ils entendirent le hennissement du cheval mortellement blessé dans sa chute et les cris des poursuivants...

    Puis les hurlements se firent plus lointains. Le Dúnadan risqua un regard en arrière, les gobelins avaient renoncés à les suivre. Ils ralentirent l'allure mais avancèrent encore un bon moment, avant de s'arrêter au bord d'un petit cours d'eau. Les chevaux étaient exténués et trempés de sueur. Il était grand temps de penser au déjeuner !
    Le Dúnadan s'exprime naturellement en #9fcb8c et le libraire Folius en orange.

    La présentation...

    La bio RP

  10. #10
    Date d'inscription
    avril 2005
    Localisation
    En banlieue :D
    Messages 
    344
    - Ainsi s'achève cette dernière journée en votre compagnie.
    - Cette petite escapade vous a t-elle plu ?
    - Oui bien sûr. Je suis très heureuse d'avoir passé du temps à vos côtés. Nous avons appris beaucoup de choses ensemble n'est-ce pas ? Qu'allez-vous faire après votre retour à Manost ?
    - J'ai beaucoup réfléchi à ce que vous m'avez dit ce matin. Je me demande pourquoi mes parents m'on légué ce bijou ... et les moines ! Pourquoi ne m'en ont-ils jamais parlé ?
    - Je pense que c'est plutôt simple. Ils ont dû vous abandonner pour une raison ou une autre, et ce médaillon est tout ce que vous avez d'eux. Vous n'auriez jamais pu devinez ce que vous aviez autour du cou. On peut dire que je suis arrivée à point nommé !
    - Et je ne vous en remercierai jamais assez. Mais les moines... Pourquoi m'avoir caché la vérité ?
    - Peut être devriez-vous vous renseigner par vous même. Peut être ne vous ont ils rien dit parce qu'ils pensaient que c'était mieux ainsi, que vous ne sachiez pas. Un mensonge vaut mieux parfois que la sordide vérité. Je vous aurais bien aidé dans cette quête de la vérité sur vos origines, mais... je ne peux pas m'absenter ainsi. J'ai des responsabilités maintenant. D'ailleurs je suis contente de retrouver la boutique. Peut-être des clients m'attendent-ils déjà ?
    Le Dúnadan poussa un soupir et s'allongea dans l'herbe.
    - Dites moi, et ce nom, que lisez-vous ?

    Elle prit la chaîne et regarda le médaillon attentivement.
    - C'est un prénom féminin, celui de votre mère sans doute. Il est accompagné de votre nom, Nimruzîr. Il se traduit par Inziladûn, Fleur de l'ouest. Votre mère était très belle alors, et peut être qu'elle plaisait même au marchand.
    Calawen rendit le bijou à l'homme et croqua dans une pomme.
    - Si vous saviez comme je me sens soulagé de connaître un peu mieux mon passé ! Je me demande ce que je ferais sans vous.
    Calawen le regarda et se mordit la lèvre, puis elle ajouta:
    - Vous n'êtes pas le premier à me le dire, et ceux qui m'ont fait la même réflexion sont aujourd'hui mes ennemis.
    - Comment ça "vos ennemis" ?
    - Rassurez-vous. Je ne dis pas que vous allez devenir mon ennemi, je dis que les personnes qui furent mes amis et qui m'avaient fait la même réflexion se sont retournés contre moi. Mais ça vous le savez déjà.

    Baraion s'approcha de sa maîtresse et la toucha.
    - Il est temps de partir, c'est ça que tu veux me dire ?
    - Baraion a raison. Nous prenons trop de temps à nous reposer. Mais que voulez-vous ! Cet endroit est tellement beau que nous nous adonnons à la paresse sans nous poser de question. Et le soleil, les animaux, tout ce calme, cette beauté, cette ...
    Calawen était déjà en selle, Le Dúnadan croyait parler à une elfe attentive, mais elle est était toujours sur le qui vive.
    - Hé bien ! Vous pourriez m'attendre !
    - Et vous, vous pressez !
    - A vos ordres mon capitaine !
    Une bibliothèque est un hôpital pour l'esprit. Inscription dans l'ancienne bibliothèque d'Alexandrie.

  11. #11
    Date d'inscription
    janvier 2006
    Localisation
    RoMo
    Messages 
    143
    Le retour vers Manost fut une longue et paisible promenade. Les collines se succédaient comme d'immenses vagues herbeuses. Une brise tiède glissait sur l'arrondi de leur sommet. Les chevaux avançaient d'un pas régulier et sans effort. Les cavaliers semblaient absorbés dans leurs pensées, mais elles avaient bien évoluées tout du long de ce périple. Calawen semblait d'humeur de plus en plus enjouée avec l'approche de Manost, Le Dúnadan de plus en plus refermé sur lui-même.

    - Ne ruminez pas de mauvaises pensées, vous trouverez réponses à vos questions, je n'en doute pas !
    - J'aimerais en être aussi sûr que vous... Après toutes ces années, quels souvenirs peut-il rester de pauvres esclaves disparus je ne sais où... ?
    - Qui sait ? Vous n'êtes pas homme à vous résigner, je pense. Croyez en vous et en l'étoile de votre nom ! Vous devez faire la paix avec vous même.
    - C'est vous qui me dites ça !
    - Cela n'a rien à voir. Et nous parlions de vous.
    Au ton un peu sec de sa voix, Le Dúnadan comprit que le sujet était clos. Il esquissa un vague sourire en voyant que l'elfe avait nettement accélérée l'allure. Il la rattrapa sans tarder. D'ailleurs elle avait raison, l'après-midi été bien avancé et ils n'étaient pas encore en vue de Manost... Au moment où il pensait cela, ils passèrent le sommet d'une colline et la citadelle blanche leur apparut dans le lointain. Derrière elle, le miroitement métallique de la mer semblait comme un mirage.
    Calawen se tourna vers lui, un large sourire illuminait son visage. Il en fut touché et un peu meurtri à la fois, mais n'en laissa rien paraître. Ils lancèrent les chevaux à bonne allure vers la cité du Vigilant.


    La suite c'est par ici...
    Le Dúnadan s'exprime naturellement en #9fcb8c et le libraire Folius en orange.

    La présentation...

    La bio RP

Discussions similaires

  1. L'amitié via internet
    Par Mycontil dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 139
    Dernier message: 27/05/2007, 02h49

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250