L'elfe revenait d'un long séjour à Mélandis. La ville l'avait profondément marqué, il avait longtemps erré dans les sombres ruelles. La peur était partout. Oh qu'il avait eu peur. Il se rappelait encore de ce meurtre... il nel'avait pas vu, mais entendu ! Ce cri resterait à jamais dans sa mémoire, il le hanterait jusqu'à la fin de ses jours.

Mais Dinguedepi se rapprochait de Manost, il allait pouvoir retrouver la paix et la tranquilité... Il ne lui restait plus que quelques dizaine de kilomètres, une affaire de queqlues jours. Il y aurait tout de même les brigands à éviter, mais cela n'était rien, il savait comment s'y prendre.
Même perdu dans ses pensées, il restait attentif. Le bosquet était calme, très calme... trop calme ! On n'entendait ni les oiseaux, ni aucun autre animal. Quelque chose clochait ici ! L'elfe avançait maintenant le plus silencieusement possible, se cachant dans l'ombre des arbres, il sentait le danger, la peur qui l'avait submergé à Mélandis refaisait surface. Et s'il n'y avait rien ? Si tout ceci n'était que le fruit de son imagination, de son esprit affaibli ! Oui, ce ne pouvait être que cela... Il se calma donc, et recommença à marcher normalement, mais ses sens restait en alerte.


O-oo Crrrr crrrr

Cette plainte venait de devant lui, à une centaine de mètres. Il s'approcha furtivement et put apercevoir un veillard, courbé sur un grand bâton, qui se traînait du mieux qu'il pouvait. Il semblait se diriger lui aussi vers la Cité d'Helm. Le vieillard était vêtu d'un grand manteau noir cachant tout son corps.

O-o-oo Crrr oO Crrr

Dinguedepi ne pouvait pas laisser ce pauvre homme comme cela, il se précipita à la rencontre de l'homme. Quand il arriva à deux mètres de l'étrange voyageur, il s'aperçut que la température était glaciale. Oui, il faisait incroyablement froid à côté du vieillard. Mais cela n'empècha pas Dinguedepi de lui proposer son aide.

Bonsoir Voyageur, laissez-moi vous aider !

Le vieil homme se tourna vers lui. A la vue de son visage, Dinguedepi recula d'un pas. Cette face était hideuse, déformée comme il n'en avait jamais vue ! La peau semblait directement posée sur les os. Ses yeux étaient à peine visible, tellement ils étaient rentré dans les orbites, mais on pouvait néanmoins remarqué une lueur malveillante qui s'en échappait. A première vu, on aurait dit une liche... il se rappela de son maître Shangalar, mais cette être était différent, c'était un humain.

Jeu... ne !! Oh oui, ... tu vas m'ai...d... er !

Sa voix était faible, à peine audible. Mais apparemment, il avait besoin d'aide.
L'elfe s'approhait pour attraper le bras de l'inconnu qunad celui fit un mouvement brusquement, accompagné d'un cri:


Ce corps est trop faible pour LE GRAND IGNACIO !! LE SORCIER ROUGE !
Mouhahaha hahaha Mouahahahahahahahaha
</span>

Qu'est ce qu...

La phrase de l'elfe fut coupée. Cette force qui l'entourait pénetrait dans son corps, par sa bouche... L'emprise était trop forte, Dinguedepi ne pouvait plus bouger ni respirer, il sentait la fin...
Des larmes commençèrent à couler de ses yeux, il allait en train de s'éteindre et ne pouvait rien faire pour se sauver ! Et il était trop loin de la ville pour que quelqu'un puisse venir à son secours !

L'elfe résista encore quelques minutes... au bout desquelles il s'éteignit à jamais.
Le sorcier commença donc une série de grand geste avec ses mains. Bientôt, l'aura rouge recouvrit tout le corp de l'elfe... Ses yeux se rouvrirent, irradiant cette même lueur malveillante qui était auparavant dans les yeux du vieillard.

Puis le corps du vieil homme s'effondra. Dinguedepi, ou plutôt devrions nous dire Ignacio, ramassa le grand manteau noire du vieillard, il l'enfila, puis il reprit son bâton et continua en direction de Manost...


<span style=\'color:red\'>En route !