Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: [TD] Premiers pas sur Dorrandin

  1. #1
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    35 587
    Vu du sommet de la falaise, le paysage de la côte nord de Dorrandin n’avait rien d’attrayant : le sol semblait sec et la végétation moribonde. Par endroits, des éboulis rocheux se jetaient dans la mer, comme s’ils tentaient de la combler ou de la meurtrir. Quelques arbres épars, les troncs tordus par les grands vents, jalonnaient ça et là une étendue presque désertique. Heureusement, vers le Sud, l’environnement prenait peu à peu du relief, des collines se succédant jusqu’à l’horizon, dissimulant le bout du monde que Galathée cherchait. Après une traversée interminable, elle n’avait aucune intention de regagner la civilisation et la cité qui devait se trouver quelque part vers l’Ouest pouvait bien l’attendre. Les longues journées sur le bateau avaient créé leur lot de conflits parmi des passagers peu prêts à s’accommoder les uns des autres pendant plus de quelques heures. Les sons de la nature, aussi hostile soit-elle, semblaient une délivrance à la jeune femme, qui ferma les yeux pour goûter à la brise légère de la fin d’après-midi.
    Le capitaine du trois mâts lui avait conseillé de suivre la côte Est de Dorrandin, tout en la mettant en garde contre les mauvaises rencontres qu’elle risquait de faire, la sinistre cité de Mélandis se dressant quelque part derrière les montagnes. Mais Galathée n’était pas inquiète, pas encore du moins, et elle n’avait pas l’intention de s’enfoncer dans les Terres. Et puis rien ne pouvait être pire que le roulis de l’océan et les commentaires d’une douzaine de passagers mal embouchés...

    Un bruissement duveteux glissa à son oreille et elle devina que Sasquatch revenait de ses vagabondages. Elle sourit en songeant à la somme que le capitaine lui avait proposé pour racheter le volatile. Un hibou à bord était une chose utile, et Sasquatch avait engraissé sur le compte des rats malchanceux qui couraient dans la cale. Mais Galathée avait refusé de le vendre, bien sûr. Les gens ne comprenaient pas toujours qu’un animal puisse être autre chose qu’une marchandise.

    Profitant du retour de l’oiseau qu’elle découvrit occupé à ronger la carcasse mutilée d’un rongeur imprudent, elle se redressa, s’étira et chargeant ses maigres possessions sur son épaule, elle partit vers le Sud.


    " Allez, viens, mon gros ! " lança-t-elle au rapace, qui courroucé, s’éleva dans les airs en poussant une série de gloussements, avant de venir se percher sur son épaule. Il allait somnoler toute la journée, puis à la nuit, partirait compter fleurette aux dames chouettes des alentours. Galathée espérait que ses pieds se souvenaient encore du rythme des kilomètres, après s’être engourdis d’ennui sur le pont du " Blaireau des Nuages " (même le barde qu’elle avait croisé à bord avait été incapable de trouver une explication à ce nom pour le moins singulier). Elle n’avait aucune idée de la distance à laquelle se trouvait Manost, mais aucune route n’était trop longue pour celle qui a tout son temps. Sans plus hésiter, une mélodie de Valprofond sur les lèvres, elle s’élança sur la piste poussiéreuse avec le bout du monde en point de mire...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  2. #2
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    35 587
    Si le premier jour de marche ne valut à Galathée qu’une légère crampe dans les mollets en fin d’après-midi, l’aube du second jour apporta la pluie. La route poussiéreuse, bientôt détrempée, se mua en une rivière de boue, charriant broussailles, cailloux, et parfois le cadavre d’un petit animal. Agacée par les incessants grognements de son rapace mal embouché, Galathée finit par s’arrêter à l’abri d’une saillie rocheuse pour attendre l’embellie. Décidément, le périple ne démarrait pas exactement comme prévu, et elle s’en voulait de ne pas avoir accepté de prendre une carte. D’autant plus que le capitaine lui en avait proposé une, en échange des services fournis par le hibou. Mais au vol des quelques oiseaux qui passaient dans le ciel, à la corolle déployée de certaines fleurs sur le bord du sentier, à la forme des nuages, Galathée savait que le mauvais temps ne durerait pas. Elle recula dans la petite caverne où ils s’étaient installés, une ancienne tanière d’ours, abandonnée depuis plus d’un mois (à vue de nez), et s’installa plus confortablement contre la paroi, gardant un oeil sur la route en contrebas, martelée par les pleurs du ciel. Sasquatch s’endormit tranquillement contre elle, la tête nichée sous son bras. La jeune femme s’amusa à reconnaître les traces des différents animaux qui s’étaient attardés dans l’abri, pour passer le temps. Un loup, peut-être deux. Leurs crottes étaient reconnaissables aux petits fragments d’os et aux touffes de poils qui en dépassaient, vestiges d’un bon repas. Le mouvement d’un serpent, longues ondulations sur le sable... Et puis le passage d’autre chose, d’une créature ni humaine, ni animale, qui avait laissé ses déchets contre un mur, copeaux de bois, quelques fibres aussi... Quoi, elle ne pouvait le dire.

    Soudain, Sasquatch se redressa et ses yeux jaunes balayèrent vivement l’espace. Les plumes de son dos se hérissèrent et il doubla de volume (un exploit). Il fallut quelques secondes de plus à Galathée pour entendre le raffut caractéristique d’un groupe sur la route, un groupe de gobelins sans doute, qu’elle estima à 7 avant qu’ils n’apparaissent, courant en désordre sur le chemin de boue. La pluie tombait avec violence, et ils semblaient aussi désireux que n’importe qui de se mettre à l’abri, ils ne levèrent donc heureusement pas les yeux vers le refuge improvisé. En quelques secondes, ils furent hors de vue, remontant vers le Nord, les bras chargés d’un butin apparemment considérable.
    Galathée soupira et sortit son arc. Il lui restait une vingtaine de flèches, pas des masses en vérité, et il semblait inévitable qu’elle fasse tôt ou tard une mauvaise rencontre. Elle se demanda si elle n’avait pas fait une tragique erreur en débarquant du Blaireau des Nuages et si elle n’aurait pas mieux fait d’aller jusqu’à Manost à son bord.
    C’était de toute façon trop tard, et vaincue par la grisaille, elle retourna attendre la fin de l’averse au fond de sa grotte. Sasquatch, lui, s’était déjà rendormi.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  3. #3
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    35 587
    Après une nuit presque tranquille (l’irruption bruyante d’un putois alors qu’elle dormait à poings fermés lui avait quand même filé une sacrée frousse), Galathée profita d’une aube dégagée pour reprendre sa route. Le passage des gobelins l’avait rendue plus vigilante et elle se focalisa sur les particularités de cette atmosphère désertique qui lui était encore étrangère. Mais chaque environnement avait ses régularités, ses mystères, ses merveilles... S’il ne s’agissait certes pas là du lieu où elle s’établirait définitivement, elle prit bientôt un certain plaisir à deviner les parcours des insectes bourdonnants, d’une fleur jaune à une rouge, mais jamais vers les bleues, à reconnaître les trous dans lesquels disparaissaient de minuscules araignées tachetées (peut-être mortelles, elle n’en savait rien) et à anticiper l’instant où les petits lézards mordorés qui bronzaient sur les rocs détaleraient à son approche.
    Le soleil se leva, franc et brûlant, et Sasquatch regagna son épaule de prédilection, la gauche, pour y dormir quelques temps. Le sol séchait très rapidement, fixant le passage de toutes les créatures qui avaient emprunté la route dans les dernières heures. Sabots d’ongulés, pattes de félins et de chiens sauvages, traces d’oiseaux et de reptiles... De temps en temps, le pied net d’un gobelin restait marqué dans la glaise et Galathée pouvait suivre leur périple sans difficultés. Il fallait vraiment que la route soit très peu fréquentée pour que ces créatures l’empruntent sur une aussi longue distance sans jamais s’en écarter. Route était d’ailleurs un bien grand mot...

    Vers midi, la chaleur était devenue intense et Galathée décida de faire une pause aussitôt qu’elle trouverait un abri. Le soleil de plomb tombait droit, effaçant les ombres, et c’est avec soulagement qu’elle aperçut un bosquet d’arbres aux formes étranges, aux troncs larges, courbes et épineux, qui semblaient plus proches de ronces géantes que d’un bon vieux chêne de par chez elle. Il n’était plus temps de faire la difficile, et elle s’enfonça dans la pénombre avec délectation... Pour être accueillie par un nuage de mouches noires. Le sous-bois dissimulait en effet un charnier récent, investi par toutes sortes de charognards, étranges rats aux oreilles larges, loups graciles, oiseaux crochus et insectes par milliers... Ce petit monde ne lui accorda qu’une faible attention tout entier à son festin. Avec la chaleur, l’odeur devait être terrible, et Galathée se réjouit d’avoir perdu le sens de l’odorat. Sasquatch, qui n’avait pas cette chance et était bien trop snob pour se laisser aller à manger du cadavre, s’empressa d’aller se percher quelque part dans les hauteurs. Galathée, quant à elle, s’engagea, curieuse, sur les lieux du massacre.

    Les combattants et désormais victimes appartenaient à deux espèces différentes... Une demi-douzaine de gobelins, la peau verdâtre de leur face relevée sur des crocs luisants, gisaient ça et là, le corps barré de larges entailles, les viscères éparpillées sur le sol, en libre-service pour les animaux ravis de cette aubaine. Ils avaient été détroussés, probablement par leurs semblables que Galathée avait croisés la veille. Des traces s’échappaient d'ailleurs de l’étrange bosquet, sans doute protégées de l’averse par les troncs boursouflés des arbres-cactus. Galathée n’avait aucune sympathie pour ces petites vermines vicieuses... Leurs adversaires, décimés, étaient des gnolls et Galathée en compta quatre. Leurs corps allongés, hérissés de flèches, étaient éparpillés aux quatre coins du sous-bois, et Galathée devina qu'ils avaient probablement été submergés par le nombre de petites pestes les guettant dans la pénombre... Gnolls contre gobelins, racaille contre racaille, après tout.

    Galathée s’immobilisa soudain. Quelque chose... Un son... Un souffle... Sourd... Elle baissa les yeux sur le cadavre juste à ses pieds, allongé sur le flanc, l’empenage d’un trait jaillissant de son épaule et elle réalisa qu’il vivait encore. Sa poitrine hirsute se soulevait doucement, en dépit de deux larges lacérations qui noyaient son poil gris dans le sang... Des mouches dansaient autour de sa truffe, de ses babines entrouvertes et de ses yeux clôs, mouillés d’un liquide poisseux, d’hémoglobine coagulée, de bave rougie, mais de temps en temps, sa peau tressaillait et un tic nerveux ébranlait sa gueule d’hyène. Près de ses pattes arrières, un groupe de rats attendait, apparemment rebuté par la vie qui s’accrochait à la grande carcasse. Pourtant, Galathée savait que de nombreux carnivores préfèrent la viande fraîche à la charogne qui pourrit dans la chaleur de l’après-midi, et que tôt ou tard, le gnoll serait dévoré, qu’il respire encore ou pas. Une fois encore, elle se félicita de ne plus avoir d’odorat.

    Le gnoll survivant était un jeune mâle, sans doute tout juste adulte et au vu de ses blessures, elle ne lui donnait plus longtemps avant de trépasser. Elle se mordit la lèvre en voyant une sorte de petit vautour s’approcher, inclinant la tête de cette manière comique propre aux oiseaux. Les plaies ventrales dégorgeaient encore leur liquide vital, chaud, certainement appétissant. Dans quelques instants, le rapace y plongerait sa tête déplumée et en ressortirait avec un morceau de foie, d’estomac, de poumon... Elle se détourna et scruta la clairière rocheuse et ses multiples cadavres, regarda les loups, les corneilles, le million d’insectes, les deux fouines rousses perchées sur une branche basse, le faucon curieux qui gobait les yeux d’un gobelin, l’étrange chat orangé qui venait de se glisser derrière un rocher. Mes témoins, songea-t-elle. Tous ces yeux, jaunes, verts, noirs, à mille facettes, fixés sur elle. Et mes yeux à moi, songea-t-elle.

    Elle s’accroupit à côté du Gnoll et dévisagea le petit vautour.

    “Il va falloir que tu te rabattes sur un autre repas, j’en ai bien peur... Mais il y a du choix...” lui dit-elle d’une voix douce, tout en posant une paume contre le cou musculeux du gnoll.
    Arrêté dans son élan, le vautour se rengorgea et d’un petit bond, s’éloigna, dérangeant au passage la famille de rats.
    Le gnoll gronda sans s’éveiller quand elle le saisit sous les épaules. Sasquatch vint se poser près de la créature en gloussant.

    “Oh ça va! Pas besoin de tes commentaires...” lui lança Galathée en s’arc-boutant pour tirer le gnoll en arrière. Sasquatch hulula à nouveau en la lorgnant de ses grands yeux globuleux.
    “ Je sais qu’on ne déplace pas un blessé... Mais quand il est au milieu d’un gigantesque banquet, il faut prendre des décisions!”
    Le corps s’arracha enfin au sol et Galathée le traîna hors de la clairière pullulante, sans plus trop s’appesantir sur la décision qu’elle avait prise. Pour l’heure.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  4. #4
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    35 587
    Les larges racines des troncs épineux formaient plusieurs petits espaces protégés, certains assez grands pour accueillir Galathée et le blessé, et c’est donc dans une des ces cavités qu’elle leur installa un campement de fortune. Il lui restait quelques rations de la traversée et les averses de la veille lui avaient permis de remplir son outre. Une fois à l’abri des charognards, la jeune femme se pencha sur son patient potentiel. Outre la flèche qui restait plantée dans son épaule, il avait deux larges entailles dans le poitrail et le sang qui maculait sa gueule indiquait qu’il avait probablement une hémorragie interne. Mais il avait survécu plus d’une journée à l’attaque, ses blessures n'étaient donc pas fatales. Elle resta un instant immobile devant cette créature immonde, son poil gris, hirsute, sale, ses membres difformes, sans ni l’élégance du loup, ni la familiarité de l’humain, sa gueule meurtrière. Il me trouverait sans doute tout aussi laide, songea Galathée et elle sourit. Par une trouée entre deux branches basses, elle apercevait encore les lieux grouillants du massacre. Leur refuge était plus calme, protégé, et le sol était couvert d’une sorte de sable, partiellement végétal, tiède sans être brûlant. Retournant dans son sac, Galathée sortit sa trousse de premiers soins et retroussa ses manches. Espérons qu'un gnoll est fait comme un chien, songea-t-elle. Au moins, elle aurait essayé.

    Il reprit connaissance deux jours plus tard. Entre temps, Galathée avait observé le ballet des affamés, perchée sur une racine tordue qui s’élevait au dessus du sol. De multiples conflits avaient éclaté : petits loups couleur de terre contre vautours à la peau violette et fripée, guerres aériennes entre libellules solidaires et scarabées obèses à mandibules, on s’était disputé pour des yeux, on s’était déchiré pour des langues, on s’était entretué pour des tripes. Heureusement, aucune créature non animale n’était venue troubler le festin innocent qui avait lieu dans le sous-bois et la nature avait fait son œuvre, cruelle et sordide, nécessaire et économe. Le gnoll,, ignorant tout du dernier repas auquel participaient ses congénères, respirait plus librement. Galathée lui avait diagnostiqué une fracture de la patte arrière droite (devait-on dire jambe ?) et elle craignait pour son dos. Les rations étaient presque épuisées, c’était un autre soucis.
    Quand elle avait assez regardé les gourmands, elle retournait veiller son patient, sans espoir particulier de le voir ouvrir les yeux. Bien qu’elle n’ait aucune idée de la manière dont il allait réagir en la découvrant (réaction qui pourrait être malveillante, elle le savait), elle n’avait pas l'intention de l’abandonner là, miséreux et vulnérable. Toutes les créatures, disait toujours Séléna, sont sous notre protection. Les gnolls étaient mauvais, vicieux, traîtres, méchants, méchants, méchants. Ça ne veut rien dire, méchant, pensa Galathée en regardant son gnoll à la dérobée. Et leurs regards se croisèrent.
    Il avait un iris jaune d’or, fendu d’une pupille pas tout à fait ronde. Le reflet en son centre, la tension de sa peau, indiquaient qu’il la regardait, qu’il ne s’agissait pas d’un simple réflexe, d’un signe de mort.

    " Je suis Galathée. " dit simplement Galathée." Bonjour ".
    Au son de la voix de sa maîtresse, Sasquatch ouvrit un œil courroucé, hoqueta, puis se rendormit, apparemment peu désireux de participer à l’échange. Le gnoll ne dit rien.
    Je suis bête, songea Galathée. Il ne parle certainement pas la même langue que moi.
    Elle n’avait pas peur de lui, il n’était pas encore en état de se lever et de lui sauter dessus. Son corps entier devait le faire souffrir, de la pointe de ses griffes aux poils de ses oreilles. Il serait temps d’aviser plus tard. Elle se contenta donc de lui sourire, en espérant que c’était un signe universel.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  5. #5
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    35 587
    Deux jours plus tard, le gnoll était parfaitement réveillé, quoiqu’un peu assommé par les tisanes âcres que lui faisait boire son infirmière improvisée. Galathée ignorait si son calme était dû à la douleur ou s’il était peu agressif de nature. Il n’avait pas encore ni montré les crocs, ni eu de geste violent. Elle se cala face à lui, contre une racine, et lui tendit un morceau de ration, la dernière. Doucement, il leva sa main gauche et saisit la viande sèchée.
    " Je suis Galathée... " dit-elle en se désignant du doigt. " Je viens du continent. J’ai accosté il y a seulement quelques jours. Et voici Sasquatch. "
    L’oiseau ouvrit un oeil comme on citait son nom, mais à nouveau, ne manifesta pas le moindre intérêt pour la conversation. Galathée le trouvait encore plus bourru qu’à l’habitude. Un peu de jalousie, peut-être.
    Le gnoll mâchait la nourriture très lentement, ses yeux jaunes fixés sur elle.

    " Je ne connais pas du tout la région. Le capitaine du bateau dans lequel j’ai voyagé m’a parlé d’une cité appelée Manost, tout au Sud... Je voulais faire le trajet à pied, mais je me demande si c’est vraiment une bonne idée... Pas de forêts, toute cette caillasse... "
    Le gnoll ne comprenait manifestement rien de ce qu’elle racontait mais Galathée appréciait d’avoir un semblant d’interlocuteur. Dans les grandes étendues sauvages de Féérune, elle s’était toujours sentie plus ou moins chez elle. L’environnement de Dorrandin était pour le moins différent, et elle peinait à trouver ses marques.
    " Tu t’appelles comment, toi ? " fit-elle en le désignant. " Moi, Galathée ".
    Il inclina la tête et baissa les oreilles. Puis il grogna, souffla deux fois par le nez et émit une sorte de gémissement guttural. Galathée fronça les sourcils.
    " C’est... C’est ton nom ? ! " dit-elle.
    " Oui. " fit le gnoll d’une voix sourde.
    " Mais tu parles ! "
    " Oui. " Il secoua sa grosse tête. " Non ".
    " Un peu. "
    " Oui. "
    Sasquatch avait ouvert un oeil.
    " C’est parfait. " s’exclama Galathée. " Tu dois me dire où tu as encore mal, Grrrsnifsnifgwiiiii... "
    Le gnoll parut interloqué.
    " Je prononce mal. Grrrrrrrrrsnifsnifgwiiiiiiii.... " fit Galathée en s’appliquant.
    Alors il se mit à rire, une sorte d’effrayant ricanement qui ébranla toute sa poitrine, jusqu’à le faire grimacer de douleur. Galathée posa alors les mains sur lui, pour l’aider à se calmer, et il reprit son souffle.

    " Rire n’est pas conseillé. Et se moquer du guérisseur encore moins... "
    " Moi. Brise Caillou. " murmura-t-il alors entre ses babines.
    " Brise Caillou? "
    " Moi, Brise Caillou. "
    " C’est ton nom ? C'est ça qu'il veut dire? "
    " Oui. "
    " Je préfère Grrrsnifsn... Bon, ça va, d’accord, Brise Caillou. "
    Elle sortit un onguent et s’en enduit le bout des doigts.
    " Ça va piquer et c’est normal... "
    Les deux grandes plaies ventrales étaient encore enflammées, mais les risques d’infection s’éloignaient chaque jour d’avantage. Le gnoll gronda lorsqu’elle posa la main contre la blessure à peine refermée. Les gros points qu’elle avait faits à la ficelle détonnaient, blancs, sur le poil rougi.
    " Mais sais-tu seulement dire Galathée, toi ? " lui lança-t-elle.
    " Galathée " dit le gnoll.
    " Ouais, ça va, hein... "
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  6. #6
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    35 587
    Au matin du septième jour, Brise-Caillou avait repris suffisamment de forces pour qu’ils se mettent en route. Hormis l’avantage d’avoir trouvé un compagnon presque bavard, Galathée avait constaté que le jeune monstre pouvait lui servir de guide dans l’univers hostile qu’elle avait découvert. Il lui avait expliqué que les fruits mauves des arbres épineux n’étaient comestibles que cuits, qu’il ne fallait manger que l’intérieur des sortes de courges qu’on trouvait sous les fougères, que les lézards mordorés avaient bon goût tandis que les jolis petits lapins roux aux grands yeux sombres que Sasquatch rapportait pourtant avec une régularité effrayante avaient une viande filandreuse et pleine de nerfs, dont la saveur rappelait vaguement les légumes avariés. Il lui montra aussi comment trouver de l’eau au cœur des cactées qui bordaient la mer et tria pour elle les bons coquillages des mauvais, quand elle en rapporta un sac plein. Elle devait avouer que sans lui, elle aurait sûrement déjà avalé quelque chose de toxique, une sauterelle aux antennes démesurées, un champignon gris qui garnissaient les troncs ou un de ces petits fruits épineux qui poussaient sur le bord du chemin, au milieu des fleurs bleues, et qu’il était finalement providentiel.
    Une fois debout, le gnoll se dirigea vers la clairière du massacre. En moins d’une semaine, tout avait été nettoyé, et il ne restait que les os. Galathée ne se souvenait pas d’avoir jamais observé une telle efficacité chez les charognards. Le silence qui avait succédé au bourdonnement du festin était d’ailleurs presque irréel, tant il était profond.
    Galathée suivit le regard de Brise-Caillou, qui contemplait les squelettes. C’était finalement mieux, sans doute, qu’il n’ait pas eu à assister à leur décomposition sous les dents des multiples créatures qui s’y étaient servis.

    « Je n’ai rien fait, je ne savais pas quelles étaient vos coutumes... » dit-elle quand même, pour se justifier.
    Le gnoll lorgna les branches des arbres, qui masquaient partiellement le ciel encore grisé de l’aube. Puis il entra dans le charnier. Il se pencha sur chacun des gnolls tombés, et prit leur crâne, avec une certaine lenteur. Ensuite, il alla vers les gobelins, posa son fardeau sur le sol, et fourragea dans leur squelette. Enfin, il revint, avec les crânes et deux vertèbres de gobelins. Il prit la main de Galathée et posa une des vertèbres dans sa main.

    « Amie des gnolls. » fit-il de sa voix grondante.
    Elle regarda l’os, blanchi, poreux, hérissé de minuscules petites aspérités, reflet de son ancien propriétaire.

    « Signe pour gnolls. Os du clan. » ajouta Brise-Caillou. Sa grosse patte couvrit la paume de Galathée et elle referma ses doigts. Il ouvrit légèrement la gueule, les oreilles pointées en avant, les yeux ronds et brillants, une expression que Galathée avait identifiée comme étant sa manière de sourire. Montrer les dents était plutôt signe d’agressivité. Chacun son langage. Galathée prit donc la vertèbre de gobelin, et la fixa à sa chemise en nouant un des lacets qui la fermaient autour de son nouveau talisman. De son côté, Brise-Caillou ramassa un morceau d’étoffe qui avait dû servir de cape à un combattant et improvisa un balluchon dans lequel il glissa ses trois crânes. Ils étaient prêts à partir. Galathée alla déloger Sasquatch de son perchoir, qu’il échangea contre son épaule avec mauvaise humeur. Le soleil se levait derrière des nuages épars et la mer rougeoyait.
    « Manost ? » demanda Brise-Caillou en se glissant hors du bosquet.
    « On ne m’a pas vraiment conseillé Mélandis, à dire vrai... »
    Il eut un rire d’hyène.
    « Mélandis pour gens comme gnolls. Pas pour gens comme Galathée... »
    « Si même toi tu le dis... »
    « Loin Manost... » fit-il, lorgnant la route.
    « Tu peux rejoindre ton clan, tu sais, je vais me débrouiller... »
    « Loin Manost, mais moi sait chemin de gnolls... »
    « Vraiment, je ne veux pas que tu... »
    « Galathée se taire ?! »
    « Moi ? Je dois me taire ? »
    « Oui. Se taire. »
    Elle le regarda, les bras croisés, à moitié vexée, à moitié amusée.
    « Dette de gnoll pas partir aujourd’hui. Demain peut-être. Ou bien Brise-Caillou mange Galathée. Aujourd’hui, marche. Bien ça pour nous. Bonne santé ! » dit-il alors, son plus long discours depuis leur rencontre.
    Elle ne put masquer une grimace d’incrédulité. Brise-Caillou se contenta de faire volte-face et de partir, droit devant, dans la rocaille, de cette étrange démarche saccadée propre à son espèce. Galathée le laissa prendre un peu d'avance.

    « Tu sais si ça a de l’humour, toi, un gnoll ? »
    Sasquatch ouvrit un oeil et la dévisagea. Puis il le referma.
    « J’étais certaine que tu pourrais m’aider... » grogna-t-elle, avant de rattraper son guide au pas de course.

    Ils partent par là...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

Discussions similaires

  1. [CONSEIL] Mes premiers pas dans ce jeu
    Par Magnus dans le forum L'île de Vvardenfell (Morrowind)
    Réponses: 16
    Dernier message: 27/06/2008, 20h21
  2. [Info] Histoire de Dorrandin et Helonna
    Par Ravestha dans le forum L'Encyclopédie des Terres Désolées
    Réponses: 0
    Dernier message: 04/10/2006, 12h50
  3. Episode 14 et refonte des 3 premiers episodes
    Par Elgaern dans le forum Les Chroniques de Sang
    Réponses: 27
    Dernier message: 03/02/2003, 17h24

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250