Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: [TD] La Plaine des Trépassés

  1. #1
    Raven Al'Qazimir Invités
    Une journée et demi plus tard...
    Le convoi militaire s'arrêta environ deux heures avant le déclin du jour, dans ce que les habitants appelaient la plaine des trépassés. Large d'une bonne quarantaine de kilomètres entre deux plateaux, et profonde d'une distance difficilement estimable, la Plaine des Trépassés est une longue étendue très plane où foisonne une végétation oscillant entre une surabondance de graminées et de fougères, et une presque toundra rase.
    Pas une route, pas un chemin, et pourtant, l'ancienne carte menait au travers de ce décor froid et dur... mais que les Almochéens voyaient comme un milieu empreint d'une vie qu'ils n'avaient pas l'habitude de voir hors des jardins du roi: le trésor vert.

    Un coup de corne retentit, et les vandales se mirent à se disperser de toute part. Les cavaliers mirent pied à terre, menant leurs montures en groupe comme à l'entraînement, tandis que les archers se disposaient en cercle autour du convoi. Les hommes d'armes et mages fourmillaient de toute part à l'intérieur d'un rond parfait matérialisé en son centre par le palanquin et sur son périmètre par les vandales. Les chevaucheurs noirs se dispersèrent parmi leurs hommes, s'occupant de former des groupes pour les tours de garde. Au milieu de toute cette agitation, un homme apparemment grand et bâti comme un teuton, portant une longue chevelure d'un noir de jais ramenée derrière son crâne par un anneau de bronze simple, au teint sableux presque ocre, portant une lourde armure métallique hérissée de pointes, demeurait placide, surveillant les évènements du regard. L'un des hommes au bâton brûlé s'approcha de lui et hocha la tête dans sa direction: les archers lourds avaient ouvert le fond du palanquin et posé le matériel qu'il renfermait à plat sur le sol: piques longues, pieux, cordages et larges toiles traitées contre le feu.

    Il fit sonner un coup de trompe, et l'ensemble des hommes du convoi, à l'exception d'un garde et d'un homme en bure qui se tournèrent vers lui. L'homme en bure rabaissa son capuchon, découvrant un visage écailleux d'un vert malachite, une paire d'yeux de poulpe et une large bouche armée d'une rangée de dents entre lesquelles frétillaient une langue fourchue


    Ssssire... je resssssent une énergie maléfique icccccci. Cccccette plaine toute entière est baignée d'une puissssssante malédictttttion. Je le sssssais ... je le ssssens.

    Oui Tameran... je sais cela, je l'ai senti. J'ai vu des choses du passé... une bataille très ardente, une victoire pas si victorieuse. Des hommes se sont battus ici, et ils n'ont jamais retrouvé leurs épouses et leurs enfants. Fort Berûm est un vestige de cette guerre, une guerre qui remonte à bien des années à présent.
    Le tourment de ces hommes ne s'est jamais apaisé, et on a laissé leurs corps ici... personne n'a eu le courage de tous les enterrer, et c'est le temps et le pas de chevaux qui l'a fait.


    Les yeux de Barkhram se mirent à luire avec un éclat blanc d'une pureté surnaturelle... en un instant il embrassa toute la plaine du regard, et son visage se déforma en une grimace de contrariété

    Encore et encore ils devront se battre... à jamais maudits à cause de leurs propres compagnons d'armes, ils se sont battus les uns contre les autres... et la mort les a réunis.
    C'est elle qui accorde une paix relative à ceux qui ont vécu dans le tourment, mais pour eux nulle repos, nulle échappatoire à revivre encore et encore cette bataille, dans un cauchemar qu'ils font même morts, leur âme est prisonnière du sang qui a imprégné cette terre et a fait pousser la verdure dessus... végétation maudite pour seul sépulcre. Jamais tant hommes n'avaient souffert pareil martyr dans la mort.


    Croyez-vous que les lieux sssssssssoient alors indiqués pour camper?

    Il y a grand péril à rester ici mais l'oracle a révélé que nous devions malgré tout courir ce risque, que cela nous rendrait plus forts pour affronter la guerre prochaine.

    Barkhram monta sur une caisse pour se faire voir de tous ses hommes

    Ceux qui ont été nommés en groupes, vous assurerez les relèves, que les profanateurs placent des torches en cercle autour du camp, que l'un d'entre vous reste en permanence pour les rallumer.
    Faites reposer vos montures, et Sergovian ... vous allez aller me chercher un point d'eau pour faire boire toutes ces bêtes. Faites les ensuite brouter.... je veux que dans une heure et demie toutes les bêtes aient bu et mangé.
    Aga'Maeth vous me recrutez plusieurs hommes pour préparer un repas à partir des provisions de fontes, ... Marem vos hommes et vous allez monter la marabout autour du palanquin. Execution!


    C'est un bruit de bottes partant au pas de course qui clôtura le briefing de camp. L'un des maîtres espions qui se dissimulaient parmi les hommes de troupe quitta son habit de discrétion pour s'entretenir avec le roi sorcier et l'homme reptile. Tel un coeur animé de ses soubresauts vitaux, des flux humains allaient et venaient dans le cercle, à l'exception d'un groupe qui emmenait les bêtes. Les piques furent posées en cadran autour du palanquin, lequel servit de pivot pour plaquer la toile traitée. Cette dernière fut tendue sur ce sommet, puis sur les piques avant de tout arrimer au sol par de solides pieux en bois garnis de dents métalliques.

    Quand le soleil vint embraser l'horizon de son teint orangé qui se diluait dans un ciel constellé de nuages pommelés, le camp avait retrouvé une tranquillité, et l'on n'entendait que le moutonnement des hommes qui parlaient entre eux, et le cliquetis des armes en réparation. Les sentinelles étaient en veille, un bruissement d'air se fit alors entendre: le spelljammer transportant les arkhontes et l'état major était arrivé au dessus du camp, et il venait de lancer un bout afin d'être amarré à la marabout. Le roi sorcier quitta alors cette dernière, tendit la main droite vers le haut, et s'éleva lentement dans les airs jusqu'à atteindre le niveau de la coque et se poser sur le pont.

    Les torches ne s'éteignirent pas ... la veille nocturne commença ...




    Au milieu de la nuit ...

    Salah Al'Jaib était vandale depuis bientôt cinq ans. Il avait suivi l'entraînement de l'académie militaire d'Almoch et avait effectué plusieurs des campagnes de reconquêtes des vassaux menées par le seigneur Kun'Zu au cours de ces derniers mois.

    Quand il avait appris qu'il partait pour Toril pour suivre celui à qui il devait son existence, son sentiment avait été partagé entre la fierté et l'appréhension. Il savait bien qu'il n'était un homme de troupe comme un autre, mais plus que quiconque il avait ici l'occasion de se couvrir de gloire et de couvrir le nom des Al'Jaib de l'or le plus fin. Il prenait donc son travail à coeur ... et gardait les yeux plongés dans cette obscurité impénétrable qui les cernait, perçant la nuit d'une aura de feu générée par les torches allumées. Pourtant il ne vit pas, au loin, la terre couverte de fougères se craqueler pour laisser éclore un rhizome d'un genre bien particulier. Une sorte de lame de fer rouillé émergea du sol... la pointe avait été brisée et le fil était morcelé par le temps. Le métal était tordu par endroits, glissant toujours vers le haut, quand une garde émergea du sol, ce qui avait été autrefois des ciselures étaient couvertes de terre, et lorsque ce fut au tour de la poignée de jaillir du sol elle émergea enfermée dans une corolle d'osselets blancs, telle une fleur de mort sur laquelle on voyait encore les traces des rayures du temps. La fleur éclot en main squelettique, maintenue ensemble par les tendons de la malédiction, gainée de muscles qui avaient depuis longtemps disparu dans le métabolisme des insectes décomposeurs. La main hissa le radius et l'ulna, avant de se couder pour s'emboîter sur un humérus, et le bras entier jaillit du sol pour se placer à environ un mètre cinquante du sol, comme accroché à un homme invisible. Puis du sol jaillit une scapula qui vint s'articuler sur l'humérus, avant que ne s’extirpe un autre bras... hissant avec lui un bouclier... des vertèbres en pagaille dans un cortège mené par la baguette d'un chef d'orchestre ostéomancien imaginaire, des lamelles jaillirent du sol et s'arrimèrent aux vertèbres en une cage osseuse protégeant un hypothétique myocarde qui avait dû battre ici. Deux points blancs percèrent à la surface du sol, se muant en ilions, traînant avec eux une paire de jambes mortes qui se reconstituèrent avec une précision impressionnante, même pour un nécromancien expérimenté... et enfin, casquée, deux dents en or fichées dans la mâchoire, le crâne vint compléter le spectacle macabre qui avait émergé du sol.
    Par ailleurs, il n'avait pas été local, car autour du guerrier squelette, dont l'armure de cuir était en train de se reconstituer morceau par morceau sur le corps, d'autres guerriers morts s'approchaient pour reformer les rangs d'un groupe de fantassins maniant l'épée longue. Maculés de terre et de fougère, portant des armures de cuir pour certains, des cottes de mailles pour d'autres, enfin des armures lourdes, des plates ... ils se mirent en rang à cinq cent mètres du campement; c'est alors que Salah Al'Jaib vit les formes dans l'obscurité.


    El rev'wadmeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeet!!!

    Quelques secondes plus tard un son de corne se fit entendre, et tous les archers de veillent se dressèrent. Salah lança sa torche à plusieurs mètres devant lui, et la cloche du spelljammer clama le branle-bas. Une voix puissante retentit dans toute la vallée

    Arkhontes à terre! Vandales en garde! Cavaliers à cru! Chevaucheurs gardez la retraite, en position de défense tout le monde!

    La terre se mit à trembler devant les deux légions de guerriers squelettes, et des mottes explosèrent alors que jaillirent devant chacune un cavalier en armure monté sur un cheval aussi mort que lui: guerrier squelette sur cheval squelette, la blancheur des os contrastait avec le noir de la nuit et le roux de l'oxydation du métal. Un hennissement spectral se fit entendre, et les deux colonnes de mort-vivants se séparèrent pour prendre le camp en étau. Un ordre sépulcral retentit dans toute la plaine, ordre qui laissait entendre qu'il n'y aurait pas de prisonniers ... sans doute un reste de la vie dans les trépassés qui s'étaient relevés, car la seule prison qu'ils connaissaient désormais était celle de leur propre corps.

    Les deux légions stoppèrent sur place.


    Légions tenez bon, arkhontes en dernières lignes. Volée de flèche est et ouest sur la cavalerie, seconde volée sur les troupes. Repli après premier tir!

    Le silence revint... les deux camps n'étaient pas à portée de trait, les almochéens attendaient que ce soit le cas pour exécuter les ordres, mais les squelettes semblaient s'être figés sur place, comme des statues dans le décor. Plus un os ne cliquetait, pas un souffle de vent, pas le plus petit frottement de métal. Les vivants retenaient leur souffle, ceux qui avaient rendu leur dernier ne bougeaient toujours pas, les têtes de file semblaient comme poser pour un hypothétique tableau.

    Et les cavaliers chargèrent, en tête de leurs fantassins, les légions de squelette les suivant de près au pas de courses, les pieds d'os se craquelant parfois sous le choc contre le sol, certains guerriers se heurtant les uns les autres, mais globalement guidés dans la même direction, ce fut une sorte de burin s'enfonçant dans le camp des almochéens. Une bordée de flèche heurta le squelette ouest et sa monture, la patte de cette dernière vola, la créature s'affaissant sous le choc, mais son cavalier glissa sur l'encolure encaparaçonnée avec une agilité surprenante pour poursuivre sa course à pied, rattrapé par ses hommes, et essuyant avec eux la seconde bordée. Le cavalier est reçut, lui, la bordée de plein fouet et fut fauchée de sa monture qui tomba en morceau lorsqu'il fut désarçonné. Les vandales tirèrent alors leurs pilums et leurs pavois, cimeterre à la ceinture et reçurent la charge en levant la hampe vers le ciel, envoyant voler les premiers assaillants entre les côtes desquelles ils avaient réussi à enfiler leurs armes, et encaissant le reste de la charge sur leurs pavois. Certains ne purent contenir le choc et c'est leurs congénères placés en deuxième ligne qui accusèrent le coup.
    Des mains de certains arkhontes jaillirent des lumières bleutées, et les blessures se refermèrent rapidement. Des glissements métalliques se firent entendre de toute part dans le camp alors que les cimeterres étaient dégainés... les guerriers squelettes, quand à eux, commençaient à chercher des ouvertures pour attaquer, ils encaissaient les coups de lames courbes dans leurs boucliers de bronze, et rétorquaient de leurs glaives. D'une façon générale, les tirs étaient suspendus pour ne pas risquer la vie des almochéens en première ligne. Les squelettes semblaient animés d'une force extraordinaire cependant et leurs coups engourdirent quelques bras, voir même en brisèrent quelques autres malgré les très larges et hauts boucliers des vivants. Le cavalier devenu fantassin à l'est concentra ses troupes sur une brèche ouverte pendant la charge et s'infiltra dans les rangs de ses adversaires pour commencer à tuer.
    Deux hommes en robe noire, tenant à la main un bâton calciné se trouvaient en recul. La végétation tomba en poussière dans un rayon d'un mètre autour de chacun d'eux et de leurs mains jaillirent des éclairs noirs qu'une pluie d'étincelles éclatées matérialisa dans le ciel... deux chaînes d'éclairs frappèrent alors le plein centre des troupes pour ricocher sur les squelettes les plus proches. Le premier coup atteignit un squelette portant une paire de cothurnes et une armure de métal qui explosa sous l'impact, faisant ricocher le sort sur son voisin le plus proche qui se sépara en morceaux lesquels virent se ficher dans l'armure des guerriers squelettes autour de lui, et ainsi de suite jusqu'à ce que l'éclair disparaisse dans un éclat lumineux. L'homme qui avait lancé l'éclair sur les troupes à l'est sembla ressentir alors un haut-le-coeur mais tint bon, et recommença à incanter, en même temps que son homologue.

    Le cavalier à l'est bondit par dessus les rangs de ses adversaires, et par dessus les archers avant de se ruer en courant vers les magiciens. Sa course fut arrêtée par une forme noire qui tomba du spelljammer pour se retrouver face à lui... un sifflement trancha la trame de bataille de l'air, alors que des mains griffues jaillirent des manches de la bure que l'inconnu portait. Son capuchon se rabattit quand Tameran plongea sur le centurion squelette qui s'écarta pour éviter les coups de patte du sauroïde. Le mort vivant retourna son arme et tenta de trancher la tête de son adversaire, lequel para le coup en attrapant le poignet de son adversaire. Un coup de poing osseux le projeta en arrière avec un craquement de bois sur bois. Le squelette allait faire un pas vers l'avant arme levée quand des sortes de rets sombres l'entourèrent, ... les trames de ce filet immatériel étaient reliées aux mains d'un arkhonte qui s'était approché des magiciens en silence. Il sourit à demi quand il fit redescendre la main de son adversaire au niveau de sa taille, il venait de prendre le contrôle de la créature et il la fit retourner pour le renvoyer au front contre ses propres hommes, cependant une chose étrange se passa. Sur le front ouest, les combats faisaient rage, mais les squelettes cessèrent le combat sur le front est.
    Barkhram venait de toucher le sol ... il avait la main tendue vers la troupe située à l'est, et la déplaça vers le nord. Les guerriers suivirent alors la trajectoire qu'il désignait, alors qu'un sourire carnassier se dessinait sur son visage.


    Arkhontes! Contrôlez le capitaine!

    Au loin, des hordes de squelettes approchaient au pas menés par d’autres soldats aussi morts qu’eux, mais Barkhram avait enfin saisi le sens de l'oracle qu'il avait eu ... les trépassés allaient une dernière fois aller à la guerre avant de pouvoir reposer à jamais... ils allaient combattre avec Almoch et le seigneur Kun’Zu avait deviné comment.

  2. #2
    Raven Al'Qazimir Invités
    C'est au petit matin qu'un objet volant apparut dans le ciel. La vigie du Spelljammer fut le premier à le repérer. L'objet commença à se rapprocher du sol à vitesse lente ...

    Au sol les combats continuaient à faire rage... les arkhontes étaient débordés et commandaient plusieurs légions de squelettes à eux seuls. Barkhram Kun'Zu dominait quand à lui trois légions de soldats d'élite et leurs capitaines, mais n'avait pas tenté d'en contrôler d'autres. Son pouvoir le lui aurait permis, il l'avait déjà fait, mais visiblement il s'entraînait en affermissant son contrôle sur ces morts pour combattre ceux qui furent leurs adversaires, du temps de leur vie.
    Mais les squelettes refusaient de s'effondrer de toute part. On voyait malgré tout des tas d'os qui avaient fini par trouver le repos au milieu de leur équipement de combat rouillé et cassé. Certaines carcasses de chevaux squelettes gisaient sur le sol, leur cavalier coupé en deux... et des corps d'hommes d'Almoch, qui étaient morts loin de leur cité.
    Les corps avaient étaient retirés par leurs camarades et ramenés au centre du camp, bien alignés, leurs armes en main.
    Il y avait maintenant deux heures que seuls les squelettes se battaient entre eux, et les grands arkhontes de l'état major étaient en train de se relayer pour ramener à la vie un à un les vandales tombés au combat.
    Les soldats à présent regardaient les prêtres manoeuvrer leurs troupes, et le roi sorcier tenter des prouesses de plus en plus périlleuses avec les squelettes dont ils avaient pris le contrôle. Le plus impressionnant était la force de ces derniers. Le moindre coup d'épée de l'un d'entre eux était capable de briser une jambe ou un bras, et c'est la méthode qu'utilisait Barkhram à présent ... il fouillait dans la mémoire de ces corps et ramenait à eux leurs connaissances martiales propres, utilisant les capacités de renversement et d'enchaînement d'un guerrier contre un autre.

    L'objet qui volait se rapprocha du spelljammer, il était de forme rectangulaire, et semblait couvert de motifs étranges... après seconde vue, un homme était accroupi dessus: il s'agissait de Méran, le fils de Spiron Seranoo, qui avait été envoyé par le roi-sorcier sur Toril pour y établir une ambassade. Le tapis gagna le sol, où l'attendant Tameran. L'ambassadeur fut des plus surpris quand il apprit la situation, et sourit en voyant la maîtrise qu'avaient Barkhram et ses confrères sur la situation. Le dernier vandale avait été ramené à la vie, et les hommes allaient sans doute dormir pendant la matinée, car les derniers combats étaient en train de se dérouler.
    Curieusement, une des légions restait à l'écart. Des guerriers squelettes montés sur des destriers caparaçonnés, les aidant à porter leurs boucliers. Chaque cavalier était armé d'une lance et un glaive pendait sa selle. Un cavalier squelette se trouvait en tête de l'armée de mort-vivants et attendait. Les armes de Torm étaient sur leurs armures mais le temps avait altéré le symbole. Ils tenaient leurs bannières à l'envers, et attendaient toujours. Barkhram expédia ses derniers adversaires en faisant charger toutes les troupes en même temps, et attendit que la cavalerie mort-vivante se décide à charger. Après tout, ils défendaient une terre maudite jusqu'à leur destruction totale... telle était leur tâche. Dans les orbites vides, des regards passaient en transparence, car ils ressentaient la haine, car malgré leur morts ils continuaient à sentir la douleur des coups et aussi la douleur de ne plus être maîtres d'eux mêmes depuis tant de temps ...
    L'étendard Tormite inversé se dressa, quand les almochéens rappelèrent à eux les légions de squelettes qu'ils dominaient désormais. Les cavaliers squelettes avancèrent, et s'arrêtèrent alors que leur capitaine continua, jusqu'à se trouver à portée des Almochéens.
    Barkhram s'avança alors, seul, et le cavalier mis pied à terre pour s'approcher de lui.


    Qui est mon illustre adversaire?

    Le visage squelettique dans le heaume s'anima, une voix qui semblait venir d'un lieu terriblement lointain monta sourdement.

    Nous étions les armés de Torm commandées par la ville de Manost, envoyés ici pour détruire les Cyridishiens qui gardaient l'artefact de Fort Berûm. Les Cyridishiens et nous nous sommes entretués jusqu'au dernier. Ceux qui portent des armures de cuir sont ce qu'il reste d'eux. Ceux qui sont en cotte de maille et en armure lourde sont les nôtres ... nous avons été unis en une armée unique, dans la mort...

    Barkhram fronça les sourcils.

    Qui sait ce que vous êtes devenus?

    Le mort vivant secoua tristement le visage.

    Ceux qui occupent Fort Berûm, et les anciens militaires de Manost probablement, bien que cela remonte à des dizaines d'années. Ils ne savent sans doute pas ce que nous sommes devenus. Aujourd'hui j'ai vu retourner au repos nombre des nôtres mais je vois que vous avez pris le commandement de certains. Ils ne trouveront pas le repos de la sorte, la possession les fait atrocement souffrir.

    Il y avait les échos d'une douleur effroyable dans la voix du squelette ... ses mains gantées de métal tentaient de canaliser ces sentiments.

    Vous souhaiteriez donc que je les libère? Pourtant ma vision était claire, les morts m'accompagneraient dans l'assaut contre Cyric.

    Laissez nous vous suivre librement. J'étais autrefois le lieutenant de ces hommes, leurs âmes m'écouteront, si vous m'aidez à leur parler. Il faut briser la malédiction, et ils vous suivront. Nous n'aspirons qu'à la destruction... aussi la guerre ne nous fait pas peur. Nous nous battons bravement vous avez la parole d'un serviteur de Torm.

    Le visage du roi sorcier s'imprégna de doute tout à coup ..., mais une voix derrière lui rompit le silence qui venait de s'établir ... Méran

    S'il dit vrai, alors il est digne de confiance. Mais pouvons nous nous fier à un être dont l'âme est dominée par une malédiction liée au prince des mensonges?

    Les yeux de Barkhram fusillèrent Méran... il ne tolérait pas qu'on vienne ainsi s'immiscer dans ses affaires, mais l'ambassadeur lui avait fourni deux renseignements importants. Il jugea bon de lui en toucher deux mots plus tard, car ce risque qu'il avait pris révélait aussi que la réussite de leurs projets lui tenait à coeur. Tameran se trouvait à ses côtés, et écoutait les échanges verbaux.

    Qu'est-ce qui me dit que je peux vous faire confiance? Non contrôlés, vous aurez votre volonté propre... et j'aurais d'autant moins de contrôle sur le champ de bataille. Qu'est-ce qui me dit que vous ne nous trahirez pas?

    Visiblement le fait qu'on pouvait le considérer comme un traître avait blessé le capitaine squelette au plus profond de lui, sa voix fut empreinte de tristesse quand il répondit.

    Je n'ai que ma parole à vous offrir, et je fais cela pour ces hommes qui se sont battus à mes côtés. Les chiens de Cyric m'écouteront aussi, car leur chef a quitté ce monde il y a bien longtemps, après avoir fuit le champ de bataille. Ils lui en veulent et feront tout pour le lui faire payer ou pour trouver le repos à leur tour.

    Pourquoi êtes vous le seul à être venu me parler?

    Parce que mon âme était pure et forte, et a partiellement échappé à la malédiction. J'ai encore une partie de mon âme liée à ce monde... et je peux aussi communiquer avec les âmes de ceux qui sont dans l'autre. J'ai lu dans l'âme de ceux de vos hommes qui sont mort avant d'être rappelés à la vie... vous allez affronter le prince des mensonges... c'est une cause qu'épouseront tous ceux qui sont morts avec nous dans cette plaine.

    La main de Barkhram vint cerner sa barbe d'un ai pensif. Une brise matinale vint caresser ses cheveux, alors que l'horizon blanchissait à l'est. Ses yeux de faucon se plissèrent, et luirent d'un éclat blanc comme le lait. Ce regard aveuglant traversa le capitaine squelette et balaya le champ de bataille tout entier, des particules blanches volèrent dans tous les sens, et les corps vifs des squelettes apparurent en filigrane sur leurs corps décharnés, engoncés dans leurs armures. Des âmes décharnées se débattaient encore au sol dans des moitiés de corps détruits, et le visage du capitaine Tormite apparut face à Barkhram... comme s'il était encore vivant. Le roi sorcier afficha un sourire carnassier alors que ses yeux retrouvaient leur couleur noire teintée d'une pointe de rouge.

    Je sais que vous dites vrai ... et je sais que vous tiendrez votre parole. Très bien, les vôtres seront libres... libres de se joindre à nous et de combattre contre les Cyridishiens jusqu'à leur propre destruction. Mes arkhontes ne feront rien pour les oppresser, à moins de manifester désobéissance. Ces termes vous satisfont-ils?

    Le visage mort du squelette sembla sourire, et il déganta une main entièrement composée d'os, dont certains étaient brisés mais tenaient encore ensembles. Il la tendit vers l’almochéen

    Qu'il en soit ainsi. Je crois que Torm nous a depuis trop longtemps délaissés, nous nous battrons pour nous mêmes. Dites moi qui est votre dieu, et nous le servirons jusqu'à ce qu'il nous accueille!

    Barkhram se pencha très légèrement en arrière, une main sur la hanche, l'autre empoignant celle du squelette. Il éclata d'un rire clair dont l'écho se répercuta dans toute la vallée... il poussa un cri encore plus puissant et sauvage qui ébranla les arbres autour de lui, le son redoubla encore, devenant assourdissant au point que certains squelettes furent animés de secousses, et certains Almochéens proches se bouchèrent même les oreilles. Les vibrations s'intensifièrent à l'est, et des craquements se firent entendre, alors que les roches des falaises se fissuraient par endroit. Un pan de pierre de taille imposante glissa alors et s'effondra sur le sol au pied de l'à-pic.

    Je suis Barkhram Kun'Zu, héritier de la lignée de Rei Kun'Zu, descendant d'Almoch'Rogoth qui donna à ma cité son nom. Je n'ai nul dieu... Je suis le dieu de cette cité et de toutes les cité états qui sont devenues nos vassales avec les siècles.

    L'officier mort vivant fit un pas en arrière, horrifié...

    Par quelle diablerie...?

    [color#000000]Ce n'est pas une diablerie... il est juste certains êtres dont la lignée, le destin et la puissance sont telles qu'ils peuvent accéder au statut divin. Almorogoth fut le premier à atteindre cet état d'existence, et il l'a transmis à ses descendants.[/color]

    Les dieux sont immortels, et ne sont pas de ce monde ... vous ...

    Les vôtres ne marchent pas parmi les hommes, c'est un fait, mais je n'ai nulle crainte. Mes arkhontes sont les serviteurs de mon pouvoir, et les relais entre ma personne et mon peuple. Avec eux, je suis proche de ceux que je protège et qui me révèrent, tout comme ils sont proches de moi. Je ne vous oblige pas à devenir mes serviteurs comme le sont chacun des citoyens de ma cité, du plus humble esclave au plus haut magistrat... vous pouvez continuer à vénérer votre ... Torm si vous le souhaitez. Seuls les concitoyens de cet arkhonte qui est venu me parler de votre dieu sont tenus de n'avoir que moi pour dieu.

    Je comprends... mais nous vous suivrons, je vous en fait le serment. Torm nous a délaissés, c'est à vous que nous jurons allégeance, pour peu que vous ne nous abandonniez pas comme il l'a fait.

    Barkhram hocha la tête

    Soit, désormais vous êtes tenus à la vérité, et toute forme de mensonge ou de tromperie sont bannies en ce qui vous concerne. Mes arkhontes savent détecter les mensonges, ils ont été formés pour ça. Vous comprenez désormais pourquoi je me dois de détruire Cyric et tout ce qu'il représente, même s'il ne fait pas partie de mon monde.

    Le squelette dégaina et posa le plat de son arme sur son avant bras, poignée vers son interlocuteur.

    J'ai l'accord des miens, nos armes sont les votres, jusqu'à la m... Jusqu’à ce que nous ayons tous été détruits au combat.

    Le seigneur Kun'Zu caressa l'arme du bout des doigts et la plaça dans la main encore gantée du mort-vivant.

    Ce sera l'hiver pour Cyric, vos armes sont plus fortes entre vos mains. J'ai à m'entretenir avec vous... mais vos hommes sont libres. Souhaitent ils se mêler à mes hommes ou rester à l'écart?

    Les doigts de Barkhram claquèrent et les arkhontes relachèrent leur emprise sur les squelettes qui semblèrent retouver une souplesse dans leurs gestes.

    Ils attendront que nous repartions.

    A ces mots, tous les squelettes assemblés qui se trouvaient dans la plaine des trépassés tombèrent avec un fracas sur le sol. Os, métal, cuir, tout cela se retrouva mélangé à terre en ossuaire d'une taille impressionnante.

    Je commanderais ces êtres, ... vous souhaitiez me parler?

    Méran, Tameran, Sergovian, ... nous allons dans la marabout.



    Quelques minutes plus tard, les soldats prenaient un repos réparateur, tandis que les arkhontes sommeillaient pour régénérer leurs sorts. Les sentinelles du camp seules veillaient, mais plusieurs cavaliers squelettes patrouillaient aussi la plaine.
    Barkhram était assis sur un trône qui avait été sculpté dans l'intérieur du palanquin, tandis que Méran se trouvait debout, à sa droite. Tameran était assis sur une chaise pliable, à côté de l'officier squelette.


    Vous penssssez que nos effectifs ssssuffiront, seigneur Kun'Zu?

    Les Bainites nous prêteront des troupes. Fzoul Chembryl est parti combattre en Féérune avec ses hommes, mais il nous a accordé un détachement de fantassins combattant avec des armes courtes, et qui ont l'habitude de se frotter à des assassins. De notre côté, le clan des sources est sur place depuis plusieurs jours, ils sont en train de mettre en place l'instrument de notre victoire. D'ailleurs, ton ami Maruk en est, Méran.

    L'arkhonte se contenta de sourire, mais ajouta

    Et Jago ne l'a pas suivi?

    Non, pas cette fois, Jago est avec le Hérault de Baine, il doit aussi me rapporter plusieurs documents sur les principales puissances en Féérune. Il semblerait qu'une ville du nom de Thay nous ait proposé son aide, en échange d'une partie de nos connaissances en magie, j'aimerais me renseigner sur eux avant de prendre une décision.

    Les Mélandiens ont choisi de participer à l'assaut... je leur avais dit qu'ils avaient le droit de se joindre à nous, mais visiblement ils veulent commander leurs effectifs par eux même. Ils sont cependant d'accord pour nous aider à manoeuvrer nos troupes pour le combat en forêt.
    Ils ont invoqué un prétexte religieux, mais il y a autre chose. Certains des moines de l'ambassade m'ont rapporté aussi que des Mélandiens voyaient d'un mauvais oeil les nôtres, et ce, malgré le pont d'or qu'ils nous ont dressé.


    Barkhram parut un instant pensif, puis déclara:

    Il y a à puiser dans cette ambiguïté... ce sont les Mélandiens qui nous ont fourni une partie de nos armes contre les armées de Cyric, même sans le savoir. Nous avons toujours refusé de placer des espions chez eux, en basant nos relations sur la confiance. S'ils refusent de nous faire confiance, alors nous devrons lever le bouclier de la méfiance nous aussi.

    Je suis persuadé que l'homme avec qui je me suis entretenu était un vampire, ce qui pourrait indiquer que d'autres se dissimulent dans leurs rangs. Je puis aisément le vérifier, mais cela risque de poser des soucis si les chevaucheurs noirs et les arkhontes doivent combattre à leurs côtés.

    Les arkhontes feront ce que je leur dirais. Et les chevaucheurs noirs seront occupés par les attaques conjuguées du clan des sources. Il n'y aura aucun problème, en revanche j'espère qu'ils se tiendront éloignés de tes pierres de rappel Méran.

    L'arkhonte hocha la tête

    Oui, Tameran et moi nous occuperons de mener à bien cette partie de l'attaque. J'aimerais cependant que nous n'ayons pas à nous en servir, il y a là presque toutes nos réserves. Klaedyhr conserve les quelques qu'il nous reste à l'ambassade, mais il va mettre un mois ou deux pour reconstituer un tel stock, même avec les processus alchimiques qu'il utilise. Un surdosage provoquerait l'instabilité du résultat.

    Les épaules de l'ambassadeur s'élevèrent à ces mots, et ses lèvres se plissèrent, attendant une remarque de désapprobation qui ne vint pas

    Bon, tu auras un maître espion, une escouade de moines, une escouade de profanateurs et quatre colosses noirs pour réussir cette partie de la mission. Tameran, je vous demanderais de suivre les ordres de mon arkhonte pour ce travail, si vous le voulez bien.

    Le saurien hocha la tête en souriant.

    Cela va de sssssssssoi monsssssseigneur. Ssssssssssachez cccccccependant que je sssssssssssers avant tout mes intérets.

    Barkhram eut un regard bienveillant à l'adresse de Tameran

    Donnant donnant. La profanation de la tombe de votre épouse ne restera pas impunie...

    Un vandale entra dans la tente et apporta un message à Barkhram. Ce dernier hocha la tête et congédia son homme.
    Après avoir lu le papier, il sourit à demi


    Messieurs, on dirait qu'il y a des espions chez les Bainites, mais ceux que nous avions laissé à fort Berûm ont fait leur travail aussi. Cyric en personne sera de la partie, son avatar a été aperçu sur les remparts de la forteresse, et il semblerait qu'il dirige l'opération de défense en personne. Nous avons mis le doigt sur une information qui pourrait précipiter sa chute. Méran, vous avez tout intérêt à réussir, au vu des enjeux. En définive, il se pourrait que notre objectif sur Toril soit bientôt atteint bien chers amis... Sunoch sera fondée sur les ruines engendrées par notre victoire, et nous serons alors totalement indépendants.

    L'officier mort-vivant semblait mal à l'aise depuis le début de l'entretient, c'est le moment qu'il choisit pour faire tomber son bouclier...

    Mmm ... désolé, je ne crois pas que je sois à ma place au milieu de toutes ces confidences.

    Vous vous trompez... j'ai lu en vous que vous étiez un homme de parole. Je pense que vous nous suivrez, quoi qu'il advienne désormais. Cependant, je voudrais pouvoir vous donner un nom désormais.

    Choisissez celui qu'il vous plaira. Mon ancien nom a quitté ma mémoire depuis bien longtemps, lorsque mes supérieurs m'ont oublié

    Chez nous, l'apatride est appelé Mesq'in. Mais vous êtes l'appatride qui servez le dieu de la cité. Vous serez donc Mesq-al'Dihn.

    Méran ajouta

    Le guerrier déraciné.

    L'officier sembla accepter plutôt bien ce nom, et d'une voix qui semblait plus paisible que jusqu'alors, il déclara :

    Je suis le bras armé de mon seigneur. Puisse la lame de nos ennemis se flétrir et se briser.

    Les yeux de Tameran brillèrent d'un éclat jaune.

    Vous acccccceptez de vous en remettre aux ordres d'un seigneur que vous connaissssssssssssez à peine... pourquoi?

    Pour mes hommes, et ceux qui souffrent sur cette plaine depuis des dizaines d'années, essentiellement. Pour prendre une revanche sur la vie ensuite ... la malédiction nous condamne à ne pas trouver de repos dans la mort, hé bien nous serons les acteurs de notre destinée et non pas des spectateurs.
    Nous pouvons combattre cette malédiction, si nous agissons pour une divinité qui ne soit pas Torm ou Cyric. Voilà pourquoi je vous avais demandé de rallier votre foi. Voilà pourquoi je sais aussi que vous êtes réellement un dieu seigneur Barkhram Kun'Zu


    Le roi sorcier fut assez heureux de pouvoir mettre en place les pièces du puzzle, et il essaya de réfléchir à la façon dont il pouvait utiliser cette curieuse facétie du destin.

    Bien, donc vous êtes désormais et sur mon ordre le général Mesq-Al'Dihn à la tête des légions de la rédemption. Je voudrais cependant vous poser une autre question, comment se fait il que vous disposiez d'une telle intelligence du combat et d'une telle force. Il me semblait que les vivants ranimés en squelettes étaient beaucoup moins puissants et agiles que cela.

    Cela est simple. Nous avons l'air de squelettes, mais en fait nous sommes simplement des esprits renforcés qui animent ce qu'il reste de nos corps. Nous percevons toujours la douleur, et nous avons toujours nos émotions, nous sommes principalement des esprits, mais un lien puissant nous unis à nos corps. La puissance que ces derniers développent donc est celle de notre esprit que nous concentrons. Nous nous sentons, en quelque sort, vivants, et nous contrôlons nos corps comme si nous l'étions encore, mais le temps a renforcé nos esprits, et les bouillons de sentiments en introspection permanente que nous sommes sont capables de frapper avec leur haine d'être des esprits maudits... et il est inutile de vous dire combien elle est importante

    Barkhram acquiesca, ayant ressenti ces sentiments lorsqu'il avait pratiqué l'inquisition sur les troupes mort-vivantes

    C'est aussi ce qui explique combien les rets du contrôle sont douloureux pour nous, ils cisaillent nos esprits de leurs entraves puissantes. Déjà le fait d'avoir rallié votre foi me fait ressentir une liberté jamais acquise auparavant. J'entrevois de grands espaces couverts de sable où souffle un vent tiède. Je le ressens comme si j'avais encore une peau... je vois d'immenses arbres drainant l'eau sous la terre et la redistribuant à d'autres plantes...

    Les arbres de vie ...

    Ces arbres sont sacrés pour vous n'est-ce pas?

    Savez-vous quelle est la valeur d'un arbre dans le désert? Ce sont eux qui fournissent les fontaines d'Almoch en eau. Ils entretiennent aussi mes jardins en procurant de l'ombre aux plantes fragiles, et en irrigant abondamment.

    Oui, je sens que ... je voudrais reposer sur une terre comme celle là ... quand ma tâche sera finie.

    Almoch est la plus belle cité qui soit oui ... elle a été bâtie sur les ruines d'Hermietaphtis, une antique ville dont nous étudions encore les vestiges. Nous avons réutilisé plusieurs parties du réseau de drainage d'ailleurs afin d'alimenter notre propre urbs en eau...

    Barkhram commença le long récit de l'histoire d'Almoch, de la description de ses murailles, ses temples, son architecture, les infrastructures, les portes, les systèmes ingénieux qui rendaient plus agréable la vie intra-muro, la politique rigide et expéditive, mais qui permettait à la cité de demeurer forte militairement et culturellement, des richesses de sa grande bibliothèque, des arkhontes, des profanateurs et de la tradition Vandale. Méran ne manqua pas de s'étendre sur les bibliothèques et les écoles de magie, ... Tameran et Mesq-Al'Dihn écoutèrent les paroles enchanteresses des deux orateurs, alors qu'avançait la matinée... cela dura des heures.

    Au début de l'après midi, le joueur de corne sonna le lever dans le camp, et les troupes se remirent sur le pied de guerre pour l'entraînement. Ce fut l'heure à laquelle Méran et Tameran partirent dormir. Mesq et Barkhram demeurèrent seuls, jusqu'à la nuit. Quand l'arkhonte et le Sauroïdes revinrent, frais et dispo sous la marabout, Barkhram proposa que l'ordre de marche soit donné.

    On sonna le repli du camp, et les vandales recommencèrent à s'affaire pour le démontage du camp. Mesq-Al'Dihn cria l'ordre de rassemblement de ses troupes, et un vent puissant commença à souffler dans la plaine des trépassés... des tourbillons de poussière commencèrent à soulever des torrents d'ossements et de morceaux de métal, très rapidement, les courants se chargèrent des débris humains qui jonchaient le sol, et venaient s'emboîter les uns aux autres en rejoignant la terre.
    Les osselets s'empilaient, reconstituant les corps des combattants et de leurs montures, les pièces d'armure venant s'arrimer dessus. Os, métal, cuir, le tout se réassembla en un gigantesque et multiple puzzle macabre.
    Les légions se dressèrent bientôt de part et d'autre du camp, des milliers de mort vivants à pied ou à cheval, en armures de cuir ou de plates se dressèrent autour des almochéens, prêts à reprendre la marche.
    Nul n'avait pu les apercevoir, le spelljammer avait patrouillé sans cesse pour détecter les éclaireurs. Le regard de Cyric n'avait pas percé aussi loin, et nul espion ne pouvait se glisser au milieu des Almochéens.
    Le convoi était massif, et pouvait désormais rivaliser en effectif avec les troupes de Cyric. Si l'on ajoutait les Mélandiens, et le régiment de Bainites, Fort Berûm aurait fort à affronter, mais nul encore ne se doutait du piège qu'avait tendu le prince des mensonges, et dans sa forteresse, le soleil noir attendait de pouvoir porter un coup à ceux qui oseraient défier son pouvoir...

Discussions similaires

  1. [TD] [Quête] Solitude dans la plaine
    Par sahmaz dans le forum Les Archives du Cartographe
    Réponses: 2
    Dernier message: 02/06/2005, 16h07
  2. [TD] Solitude dans la plaine
    Par sahmaz dans le forum Les Archives du Cartographe
    Réponses: 16
    Dernier message: 13/08/2004, 15h39

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256