Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: [TD] [Lieu] Le Camp Gobelin

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Lyon - Chamonix
    Messages 
    1 360
    Sous un dolmen perdu est cachée une entrée menant en un souterrain. La galerie principale mêne en une grande salle où ont été dressées des tentes, protégeant les gobelins de la lumière entrant par une ouverture au sommet de la salle. La salle a une hauteur de 20 mètres pour une largeur égale et l'ouverture est de forme circulaire d'un diamètre de 4 mètres.

    Il y a 10 tentes réparties en decagone autour de la tente du chef Kadagzar.

    Ce camp sert de quartier général a une petite horde d'une vingtaine de gobelins effectuant des raids contre des voyageurs isolés ayant commis l'imprudence de parcourir les plaines seuls.
    Il n'y a ni bien ni mal, ni honneur ni amour, ordre et chaos sont les seules polarités de notre univers.

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Lyon - Chamonix
    Messages 
    1 360
    [Quête] La mort de Saiko

    Saiko reprit peu à peu ses esprits. Ce fut le toucher qui réveilla son esprit : de très fortes douleurs lui tiraillaient les poignets et les chevilles, attachés par de grossières cordes faites de chanvre, qui lui labouraient la chair sanglante. Le dos aussi était le théâtre de douleurs lancinantes, dues au temps qu’il avait passé le torse courbé vers l’avant.

    Sortant du coma, son esprit confus lui dévoila en premier lieu une rangée de tentes ainsi qu’un petit groupe de créatures hideuses qui lui rappelèrent les causes de son emprisonnement.

    Il n’eut pas le temps de prolonger son observation car les gobelins ayant remarqué son réveil l’empoignèrent, le délièrent et le menèrent dans la tente du chef, qui se trouvait au centre du camp et derrière sa position du prisonnier.

    La tente était nettement plus grande que les autres et elle contenait une grande quantité d’armes, d’objets de valeur et d’objets inutiles, ainsi qu’une jolie collection de têtes décapitées.

    Le chef shaman était assis au milieu de la tente, sur un siège d’ossements nettement surélevé pour marquer sa supériorité. Il fit signe aux gobelins de quitter la tente, sûr du contrôle qu’il avait sur Saiko. Encore une fois il parla d’une manière qui laissait comprendre qu’il n’était pas du même lot que les autres gobelins, se distinguant par des phrases parfaitement construites.


    – Tu dois te demander qui je suis, hein, humain ? Tu as du comprendre que je n’étais pas un vrai gobelin… Je n’en suis que la moitié vois-tu, l’autre étant humaine comme toi. Je n’ai jamais connu de cas semblable au mien et celle qui m’a enfanté non-plus… Me jetant dans les égouts. C’est là que les gobelins m’ont recueilli, et mon intelligence nettement supérieure à la leur m’a permis de gagner la tête du clan. Je vous déteste toi et les tiens !!! C’est pour ça que j’ai fait cette collection… Tu aimes ?

    Il marqua une pause le temps d’admirer la trentaine de visages figés, verts et puants qui étaient pendus par les cheveux sous des barres horizontales de bambou.

    – J’ai eu beau étudier tes affaires et surtout tes habits de panthère et je n’y ai trouvé aucune caractéristique magique notable… Dis-moi, pourquoi les portes-tu ?

    Le peu de forces qu’il lui restait, Saiko s’en servit pour insulter le chef shaman, sauvant son honneur avant la mort.

    – Je ne parle pas aux immondices ! Maudits soient ceux qui ont pu accoucher d’une telle monstruosité ! gémit Saiko

    Sur ces mots, le shaman furieux envoya un sort qui engourdit les lèvres de Saiko, le rendant incapable de prononcer quoi que ce soit.

    – Tu n’es définitivement pas en position de te battre, imbécile… Tu ne m’es d’aucune utilité et comme je t’ai dévoilé mon secret, je dois te tuer. Tu seras mis à mort demain à midi, quand les rayons du soleil perceront par l’ouverture du haut de la salle et t’éclaireront…

    Le chef shaman siffla et deux kobolds entrèrent pour re-traîner Saiko vers l’extérieur. Celui-ci put apercevoir en sortant de la tente qu’un lotus d’or y poussait… Mais cela n’avait plus d’importance. La plante prenait alors une valeur insignifiante.

    Il ne savait pas où étaient ses deux créatures et Masha’a n’allait sûrement pas risquer sa vie pour le sauver. La dernière fois qu’il verrait le soleil la mort se présenterait à lui. Il n’avait ni dieu à prier, ni famille a regretter. Il jugea qu’il lui resterait une douzaine d’heures avant de partir.
    Il n'y a ni bien ni mal, ni honneur ni amour, ordre et chaos sont les seules polarités de notre univers.

  3. #3
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    "Ne pas se faire remarquer, ne pas se faire remarquer, ne pas... " Cette litanie omnibulait l'esprit de Masha'a durant sa course dans la plaine. Elle avançait, le dos courbé, le cimeterre emballé, pour éviter tout reflet sous le soleil couchant ou tout bruit intempestif. Devant elle, Shadji et Norak galopaient sur leurs courtes pattes, petites boules écailleuses étonnamment agiles. Voilà plus d'une heure que le trio progressait ainsi au creux des herbes hautes, quittant le plateau pour s'enfoncer au coeur d'un relief plus marqué, fait de pentes longues entrecoupées de petits fossés abrupts. Des rochers affleuraient ça et là et Masha'a craignait chaque fois de voir surgir un petit démon sonnant l'alerte. Mais rien ne semblait entraver leur course.
    "Ne pas se faire remarquer, ne pas se faire remarquer, ne pas... " Masha'a était une bonne combattante, mais elle détestait la lutte, surtout lorsqu'elle devait faire face à des créatures comme les gobelins. Leur odeur la répugnait, et faire gicler leur sang l'écoeurait au plus haut point. Ces monstres semblaient s'ingénier à mourir en caricaturant les humains et Masha'a préférait maintenir ses propres démons bien élognés d'elle. Elle tenta de se concentrer sur la piste. Les herbes se faisaient de plus en plus courtes et Masha'a pressentit ce qu'elle craignait plus que tout : ils allaient devoir progresser à terrain découvert. Comme pour lui donner raison ou mieux la narguer, le relief se fit plus sec et la végétation se fit rare et courte. Masha'a stoppa net. Shadji et Norak le remarquèrent presqu'instantanément et revinrent sur leurs pas.
    Ils étaient au creux d'un fossé entouré de petites hauteurs plus abruptes, couvertes d'herbes rases et de gros cailloux. Le terrain devant eux remontait et se joignait aux flancs pour constituer une sorte de plateau.
    Masha'a huma le vent qui venait de face, remerciant les dieux de ne pas porter son odeur vers ceux qu'elle traquait. Elle distingua rapidement ce petit fumet caractéristique des gobelinoïdes. Une odeur âcre et sûrète à la fois.
    Profitant de la pénombre de plus en plus épaisse, elle déballa son cimeterre et l'agrippa fermement. Elle fit signe à Shadji et Norak de monter sur ses épaules, préférant éviter de buter sur eux dans l'obscurité. A peine les deux bêtes s'installèrent-elles de part et d'autre de sa tête que Masha'a sentit sa vision basculer. Elle manqua de pousser un cri de surprise : le relief venait de prendre une couleur plus rouge. Le ciel également semblait se teindre en sang. Elle regarda son épée, ses mains, ses vêtements. Elle eut une seconde de stupeur avant de comprendre. Elle saisit d'une main Shadji sur son épaule droite et le souleva. Aussitôt, les couleurs normales recouvrirent tout ce qui se portait sous son regard. Elle replaça Shadji et le monde redevint sang. Elle ne put s'empêcher de pouffer et de s'émerveiller. "Quelle autres surprises me réservez-vous ? L'infravision, rien que ça ! " Ses pensées se portèrent sur Saiko. Elle frissonna. Et se remit en route.

    Gurk était assis contre le rocher. La nuit tombait et le ciel était feu. Gurk bailla. Il détestait ce genre de corvée ! Devoir surveiller les abords de l'entrée tout seul face à l'horizon, c'était très peu pour lui ! Il pensa à ses camarades qui buvaient, jouaient, tripotaient à l'intérieur et sa colère ne fut que plus noire. Il maugréa et serra les dents. C'était le 3ème soir d'affilée qu'il était ainsi de garde, après que le chef l'eut puni pour avoir failli dans sa mission lors de la précédente attaque. Non, il n'avait pas vu qu'un 2e groupe suivait le convoi. Ni que ce groupe tomberait sur les brigands à revers, tuant 2 des leurs avant que la horde ne se reprenne et en vienne à bout des humains. Le chef avait hurlé de rage et Gurk avait été puni durement : assigné à la garde pour un mois, il était en outre privé de sa part de butin. Les autres s'étaient empressés de se partager sa part en se moquant de lui. Le gobelin serra les poings. Il se vengerait ! Il leur montrerait et...
    Un bruit soudain attira son attention : la chute d'un caillou. Gurk regarda sur sa droite et vit une petite créature bleue avancer tranquillement à ses côtés. Gurk bondit sur ses pieds, la main à la garde et poussa un rauque. Ses yeux se firent vitreux, du sang apparut à la commissure de ses lèvres. Il s'effondra. Masha'a apparut, le cimeterre couvert de sang. Elle s'approcha de Norak qui remonta sur ses épaules. "Bravo mon petit Norak, belle prestation. " fit-elle en le caressant. La bête ferma les yeux, apparemment flatté. Masha'a regarda autour d'elle. Les derniers rayons créaient des ombres énormes que l'infravision rendait plus claires. Masha'a saisit le cadavre du gobelin et, en retenant son souffle, le tira derrière le rocher. Puis, elle s'avança. Devant elle, un dolmen isolé se dressait, dent de pierre mordant le ciel. Pas d'autres gardes, elle l'avait vérifié avant d'agir. Elle s'approcha prudemment, tous les sens aux aguets. Sous le dolmen, des branches et des hautes herbes tranchaient avec le sol caillouteux. Masha'a n'eut aucune peine à deviner une ouverture derrière l'écran végétal et elle s'approcha pour écouter.
    Des murmures et des cris rauques lointains résonnaient. "Un réseau de cavernes! Il y a un réseau de cavernes sous ce plateau ! " Elle hésita un instant : et si un garde... ? Masha'a entendit des bruits plus proches. Elle s'éloigna vivement et, après avoir gravi la pente, se jeta derrière le dolmen. Bien lui en prit, deux gobelins sortaient de la grotte.
    "- Ahahah! Tu avais raison, Gurk a encore quitté son poste.
    - T'es allé pisser, Gurk ?" Seul le vent leur répondit.
    - Tant pis pour toi, 'spèce de buté, tu ne recevras pas ta part de repas !
    - Encore ?" Les deux gobelins éclatèrent d'un ricanement mauvais. Ils rentrèrent dans la caverne en se promettant un bon repas.
    Masha'a soupira : ces deux idiots ne s'étaient pas inquiétés de l'absence du garde. Remerciant une nouvelle fois les dieux, elle se détendit. Il lui fallait trouver un moyen d'entrer, hors la caverne semblait fréquentée. Et Masha'a ne voulait pas d'une entrée fracassante. Elle se rappela les pouvoirs du shaman. Elle savait que les gobelins l'occuperaient de leurs glaives tandis que le sorcier la neutraliserait avec ses pouvoirs. Et Masha'a ne pouvait contrer à la fois les attaques de fer et de magie.
    Elle recula et se retourna. Shadji et Norak en profitèrent pour sauter au sol. La vision de Masha'a bascula : "Héé ! revenez, revenez, sacripans !"murmura-t-elle. Elle agita les mains devant elle, déboussolée par le changement brutal de sa perception visuelle. "Calme-toi, Masha'a, calme. " Elle se figea et attendit. Après deux minutes, les détails du relief se précisèrent et Masha'a put se diriger. Elle hésitait à mettre sa cape qu'elle avait pliée dans son sac, mais une lumière quelconque risquait de la trahir. Elle avisa les deux familiers de Saiko et s'approcha d'eux. Soudain, son regard s'arrêta sur une tache sombre située à leurs pieds. Elle s'approcha et s'accroupit. Ce qu'elle voyait était une ouverture béante vers... les cavernes ! Masha'a distinguait les profondeurs révélées par l'ouverture. En bas, loin en bas, un camp de tentes dressées en cercle abritait les gobelins. Au centre, une tente plus importante, éclairée de l'intérieur, devait abriter le chef de la horde. Masha'a aperçut près d'une torche le corps étendu de Saiko. L'homme était écartelé, les membres attachés à des piquets suffisamment distants pour l'empêcher de bouger sans douleur, étendu juste sous l'ouverture. Elle sentit son sang circuler plus rapidement. Elle recula. Comment faire ?


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  4. #4
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Masha'a s'assit dans l'obscurité, au bord du trou en bas duquel Saiko était gardé pieds et poings liés. Elle avait estimé la distance au sol à environ une cinquantaine de pieds. C'était énorme ! La corde qu'elle avait ne faisait que 12 pieds. Elle soupira. Avait-elle le temps de tresser une corde ? Absolument pas ! La nuit serait trop courte pour cela et il lui faudrai d'abord trouver le matériau. Autour d'elle n'étaient qu'hautes herbes et gros cailloux. Elle regarda son arsenal de sorts : armure de mage, rayon de givre, résistance, convocation de créature, dissipation, toile d'araignée, lumière, ... Masha'a s'interrompit: "Toile d'araignée ? J'aurais là de la matière, mais... mais ce sort agit sur une grande surface... à moins que... " Masha'a se releva d'un bond. Elle se remémora les gestes et les mots formulaïques et entama le le lancement de sort. Debout au bord du trou, elle récitait une litanie profonde, gutturale. Ses doigts s'agitaient tels les pattes d'une araignée et une lueur apparut entre ses mains, jetant sur l'ensorceleuse et les courts environs une lueur blafarde, sépulchrale. Norak et Shadji regardaient, fascinés.

    La boule de lumière se fit un peu plus sombre, un peu plus nacrée, avant de se solidifier en tournant sur elle-même. Mash'a contrôlait maintenant une boule de soie visqueuse qu'elle devait lancer l'instant suivant. Elle ferma les yeux, l'esprit focalisé sur l'ouverture à ses pieds. Elle se concentrait avec force, au point d'avoir une douleur aux tempes. Puis, ne pouvant plus tenir, elle lâcha la boule qui tomba avant d'éclater à hauteur du trou. La soie jaillit et s'accrocha au bord du cercle vide. Le trop-plein se trouvait coincé sur un espace trop petit et son propre poids l'attira vers le bas. Masha n'hésita pas. Elle plongea, cimeterre pointant le ciel, au coeur de la toile et chuta dans le vide.
    Le plongeon fut vertigineux. Chaque instant accentuait l'accélération mais aussi l'emprisonnement de Masha'a au coeur de la toile. Elle vit le sol approcher très vite, trop vite. Soudain, un choc la précipita vers le bas avant de sentir son estomac se soulever. Masha'a remontait ! Décélération, pause, nouvelle chute. Masha'a se sentit mal sous l'effet élastique de la soie. La nausée la prit à la gorge. Au bout de quelques secondes, les allers et retours cessèrent et Masha'a se retrouva suspendue à 2 ou 3 mètres du sol. La soie tendue au maximum, prête à rompre. Autour d'elle, pas un bruit. Les gobelins dormaient et la chute s'était faite en silence. Masha'a brandit son cimeterre et commença à trancher les fils. Ses mouvements étaient très difficiles, la soie entravant ses membres et s'accrochant à ses vêtements. Au bout d'une demi-minute, la poche céda et tomba. Masha'a se réceptionna sur le sol avec un léger clinquement. Elle eut à peine le temps de reprendre ses esprits que déjà des gobelins se levaient en sursaut. Leurs ombres se dressaient, immenses, sur les parois éclairées par les feux de camp.

    Masha'a était à un mètre de Saiko qui semblait la regarder avec stupeur. Elle plongea, cimeterre en avant et frappa au poignet de l'homme-panthère. Un gobelin jaillit sur son flanc droit, elle esquiva et bondit à nouveau en rotation autour du prisonnier. Nouveau coup, nouveau lien tranché. Saiko pouvait maintenant se relever et délier ses pieds. Masha'a eut juste le temps de se retourner et son cimeterre arrêta un coup de massue de son assaillant.
    Le camp était en ébullition. Saiko avait défait ses derniers liens. 5 gobelins se précipitaient sur lui tandis que 4 autres entouraient Masha'a, tenus en respect par son cimeterre. Masha'a posa la main gauche libre sur sa ceinture et saisit la dague. Elle ne perdait pas ses ennemis de vue. Soudain, elle poussa un hurlement et fendit l'air en arc de cercle. Elle fit un tour d'elle-même. "Saiko ! " Et de lui lancer la dague. 3 des gobelins gémirent de douleur. Le premier d'entre eux s'écroula. Masha'a faisait face aux survivants. "Dos à dos, Masha'a ! " cria l'homme-panthère. Masha'a recula et son dos cogna celui de son compagnon d'infortune. Les gobelins se mirent en cercle autour d'eux.

    "- Tiens, tiens, tiens, fit une voix grinçante. On dirait que notre homme s'est trouvé une femelle !" Masha'a sentit la colère affluer. Elle regarda le nouveau venu. Le shaman arborait un sourire énorme. Il regarda la soie qui pendait encore au trou : "Très ingénieux, vraiment... Un sort de débutant ! Très ingénieux.
    - Suffit ! " Saiko grondait, sans détourner le regard des gobelins qui lui faisaient face et qui semblaient attendre un ordre de leur chef. "Je te propose une trêve, shaman. Tu y gagnerais : il serait dommage que tu doives reconstituer une nouvelle horde digne de ce nom.
    - Peuh ! Vous ne faites pas le poids. N'est-ce pas, mes frères ? " Les gobelins glapirent de joie et de fureur. Certains montraient des dents aux deux humains.
    - Frères ? " Saiko baissa son arme et se tourna posément vers le shaman. "Frères as-tu dit ? Ne sont-ce pas là tes demi-frères, et nous tes autres demi-frères ? " Le shaman eut un air surpris. Masha'a vit les gobelins soudain se regarder les uns les autres, interloqués. "Tu ne le leur as pas dit ? Toi, demi-homme ! " Masha'a était aussi surprise que les gobelins autour d'eux. Le shaman fulminait.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  5. #5
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Lyon - Chamonix
    Messages 
    1 360
    Avant que masha'a n'arrive

    Saiko ne ressentait plus que de la douleur, la douleur dans son essence, une douleur continue et omniprésente. Cette souffrance extrême, qu'il ressentait depuis plusieurs heures, menaçait à long terme de le faire sombrer dans la démence et chaque minute était un duel contre la folie.

    L'homme-panthère s'efforçait de rester le plus immobile possible, bandant chaque muscle pour atteindre le plus statique équilibre. Chacun de ses mouvements provoquait des élancements le long de ses chairs blessées à vif. Et les crampes menaçaient de faire leur entrée dans le concerto de douleurs.

    Saiko voyait se profiler ce point où un homme normalement constitué décide d'abandonner toute résistance, décide de se laisser glisser vers l'évanouissement ou la folie. Il envisageait sérieusement cette sorte de lacheté qui abrègerait définitivement ses souffrances. Il avalerait sa langue...

    Il fut retenu à l'instant ultime de son suicide, alors qu'il fixait une dernière fois le soleil qui affleurait au bord de l'ouverture de la voûte. Il avait reconnu l'une de ses créatures. L'aveuglement que provoquait l'astre solaire ne lui avait pas permis de reconnaître une des deux couleurs, mais la démarche caractéristique, les dimensions de la créatures, ne laissaient aucune place au doute. Illusion ou pas, il s'agissait ou de Shadji ou de Norak. Il se mit à réfléchir à toute vitesse. Si elles avaient décidé de suivre Saiko seules, elles auraient déjà attaqué, vainement, les gobelins. Elles agissaient sous l'ordre de quelqu'un, c'était sûr. Et qui d'autre que Masha'a pourrait exercer cette autorité ?

    Saiko décida de vivre encore un peu, et bien qu'athée, il pria tous les dieux de faire en sorte que l'apparition de sa créature ne fut pas qu'une illusion.


    Masha'a arrive et Saiko essaie de dévoiler aux gobelins la réelle identité de leur chef

    Les gobelins, experts en imbécilité, avaient tout de même assez de cervelle pour comprendre que leur shaman n'avait pas été honnête avec eux. Et si les gobelins sont réputés vils, corromus, lâches et autre, rien ne pouvait plus les mettre en rogne que ce genre de comportement au sein même de leur espèce.

    Saiko profita de cet instant d'hébêtement pour donner discrètement l'ordre à Shadji d'attaquer le Shaman. Le Shaman décida à cet instant de neutraliser tout le monde et commença à prononcer à haute voix les incantations d'un sort de sa connaissance. Mais Shadji, qui se déplaçait rapidement, se faufila entre les pattes des gobelins qui attendaient un ordre de leur chef, grimpa ensuite le long du dos du Shaman et mordit à pleines dents la nuque du sorcier. Celui bégaya, balbutia, bava, et s'étala sur le sol.

    Les gobelins ne savaient plus quoi faire et ça, Masha'a l'avait compris. En deux coups efficaces de Cimeterre, elle abattit les deux kobolds qui lui faisaient face, et Saiko égorgea ceux qui le menaçaient.

    Le reste de la horde reprit ses esprit et décida de lancer le combat. Masha'a maniait suffisement bien le cimeterre pour se défendre et les deux créatures immobilisaient tous les autres en les tuant à la manière de Shadji. Saiko qui ne savait pas du tout manier la dague se rua dans la tente du chef récupérer ses affaires. Il y retrouva ses habits de panthère et sa fronde, et utilisa cette dernière pour crever l'oeil d'un gobelin qui se préparait à abattre son épée grotesque par derrière sur Masha'a. Celle-ci acheva le malheureux lâche. Un instant après, le silence se refit dans la salle, il ne restait plus un seul gobelin vivant.

    Les deux créatures se jettèrent dans les bras de leur maître tandis que celui-ci jetait un simple regard, mais empli de gratitude, vers Masha'a, cette quasi-inconnue qui avait risqué sa propre vie pour sauver celle de l'homme panthère.

    Après avoir retrouvé un semblant de calme, Saiko et Masha'a allèrent dans la tente du chef voir si un quelconque butin pouvait les interesser. Sans faire attention à ce que faisait Masha'a, Saiko entreprit de cueillir le lotus d'or. Il trouva également dans le stock d'armes du chef un sac de billes qui, au lieu d'avoir été forgées dans un métal quelconque, semblaient être taillées dans un minéral translucide. Le reste pouvait sûrement contenir des armes magiques ou autres objets de valeur, mais Saiko ne s'y attarda pas.

    Tous deux retournèrent au campement qui avait été le théâtre de plusieurs rencontres agitées.
    Vers le campement
    Il n'y a ni bien ni mal, ni honneur ni amour, ordre et chaos sont les seules polarités de notre univers.

Discussions similaires

  1. [Bâtiment] Camp des réfugiés.
    Par Dedalus dans le forum Les Taudis
    Réponses: 15
    Dernier message: 10/02/2013, 16h16
  2. [BG1] Avoir le camp des bandits sur sa carte
    Par Folken dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 22
    Dernier message: 08/04/2009, 08h28
  3. [Bâtiment] Camp d'entraînement
    Par Gothmog dans le forum La Citadelle de la Lame d'Argent
    Réponses: 131
    Dernier message: 17/05/2006, 14h02
  4. [TD] Le Bois du Gobelin Pouilleux
    Par Mornagest dans le forum Les Archives du Cartographe
    Réponses: 0
    Dernier message: 06/09/2005, 14h55
  5. [BG1] Camp des bandits....Bug de la cinématique
    Par misfits dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 19
    Dernier message: 20/04/2004, 19h16

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256