Affichage des résultats 1 à 17 sur 17

Discussion: [TD] Solitude dans la plaine

  1. #1
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    En venant de très très loin par un moyen peu habituel, en des circonstances tout aussi inhabituelles

    Elle ne bougeait plus. Le temps semblait soudain suspendu. Sa faible masse était aussi inerte que la pierre et ni le vent, ni la fine pluie qui agitaient la végétation alentours ne semblaient l'atteindre. Les yeux la regardaient. Non des yeux mais plutôt deux puits ténébreux sans fond qui aspiraient son âme. Elle n'était plus que crainte, angoisse, terreur et sentait sa vie être lentement aspirée vers ces deux aimants invincibles. Un bref mouvement capta son attention. Elle sut. Et fut anéantie. Les deux puits se fermèrent dans un même mouvement. Avant de se réouvrir et se tourner en arrière.
    Le chat bondit au-dessus d'une touffe d'herbes denses et en quelques sauts, disparut avec sa proie sous les buissons. La silhouette qui l'avait surpris se releva et poussa un petit soupir : "Pauvre petite souris." Sans rien ajouter, elle se tourna vers la plaine qui entourait le petit bois à l'orée duquel elle se trouvait. Les herbes jaunes et hautes bruissaient et se balançaient à perte de vue. Le ciel sombre pesait sur l'immense espace comme un pesant couvercle. La pluie qui tombait lourdement n'était pas très forte et la silhouette pouvait encore distinguer la route qui serpentait d'un horizon à l'autre. Elle se tourna vers les bois et s'engouffra d'un pas sûr dans les sous-bois.
    L'obscurité s'épaissit et la silhouette s'arrêta rapidement. Elle n'avait pas besoin de s'enfoncer davantage. Le feuillage était suffisamment touffu pour arrêter la pluie. Seules quelques gouttes parvenaient à se glisser entre les feuilles et les branches pour éclater en petits éclats humides sur le sol mousseux. La silhouette ramassa quelques branches et les rassembla en un fagot bien dodu. Un briquet apparut entre ses mains et bientôt, des flammes joyeuses réchauffaient les lieux devenus fort lugubres. La silhouette ôta la capuche et révéla un visage féminin délicat entouré d'une chevelure rousse comme le feu. Elle sortit de sa besace un paquet qu'elle défit, dévoilant une tranche de viande qu'elle embrocha et plaça au-dessus du foyer. Elle regarda son repas se préparer, et tout son être semblait emprunt d'une profonde tristesse. Elle ne remarqua que tardivement un nouveau venu debout à ses côtés.
    "Ah ! Te voilà, toi !" Elle tendit la main avec une étrange douceur et le chat ferma les yeux de plaisir sous la caresse. Il se rapprocha, faisant le gros dos dans un ronronnement puissant. La jeune femme sourit : "J'imagine que tu es revenu de manière tout à fait désintéressée, hmmm ?" Elle se pencha en avant et saisit la viande. La humant d'abord, elle arbora un air satisfait et mordit à pleines dents. Le chat ne perdait pas une miette du spectacle, les oreilles tournées vers la jeune femme comme pour ne rater aucun détail de la scène dans quelque espoir de trouver une faille qui satisferait son ventre. "Non, pas toi ! Tu as déjà eu ton repas!" Le chat glissa la tête en plissant les yeux et en lâchant un petit miaulement affectueux. Elle rit et détacha un petit bout : "Tu as gagné !" Elle le jeta un peu plus loin et l'animal bondit. Avant de pousser un horrible cri rauque.
    La jeune femme bondit sur le côté et se releva, l'arme au poing, le coeur battant la chamade. Devant elle, deux hommes sombres étaient apparus comme sortis de nulle part. Elle ne voyait que les deux paires d'yeux qui la fixaient sous des sourcils froncés. Les bras de l'un des deux étaient croisés, tandis que le second tenait une arbalète pointée vers elle. Le carreau ne semblait être retenu que d'une infime pression. La tension était extrême. L'homme aux bras croisés murmura derrière le voile qui masquait la moitié de son visage :
    "- Te voilà enfin, Masha'a. Voilà plusieurs semaines que tu joues au chat et à la souris avec nous. Et c'est là un jeu qui commençais à me lasser.
    - Qui êtes-vous ?" fit la jeune femme avec un ton dur, apparemment peu intimidée par ces deux inconnus. L'homme aux bras croisés ne broncha pas.
    "- QUI ETES-VOUS ?" Sa voix trahissait son angoisse. Masha'a avait été surprise et elle détestait cela : elle était clairement en infériorité et dans l'incapacité de contrer efficacement la menace incarnée par le carreau pointé sur elle. Le premier agresseur ne s'y trompa pas :
    "- Lâche ton arme, elle t'est inutile. Nous savons nous montrer courtois, pour peu que tu le mérites. " Masha'a hésita puis un bruit caractéristique marqua l'atterrissage de la lame au sol.
    "- Bien. Nous n'allons pas nous éterniser. Tu possèdes une chose qui ne t'appartient pas. Donne-la nous et nous disparaîtrons. Tout cela ne sera pour toi plus qu'un mauvais rêve." L'homme avait tendu une main au-dessus du feu. Masha'a remarqua que la chaleur ne semblait pas le gêner. Elle frémit.
    "- Je ne vois pas de quoi vous parlez. Je n'ai rien qui...
    - Tatataaa. Masha'a, tu gaspilles tes chances !" L'homme avait retendu la main en un geste pressant. Son compagnon avait raffermi sa prise et il sembla à Masha'a que ce qui retenait encore le carreau ne tenait qu'à un souffle. Elle fixa l'arme et entama un marmonnement silencieux. L'homme baissa le bras et un clac précéda le fichage du carreau dans la poitrine de la jeune femme qui s'écroula.
    "- Je t'avais pourtant prévenue, Masha'a. Petite imbécile." La voix s'était faite incroyablement dure et méprisante. L'homme s'avança et entreprit de fouiller le sac à côté de la jeune femme. Le corps de celle-ci était pris de soubresauts et du sang coulait déjà aux commissures des lèvres. Masha'a tentait désespérément de reprendre contrôle d'elle-même. "Ah!" fit l'inconnu en arrêtant sa main au fond du sac. Elle regarda avec des yeux agrandis le bras de l'homme se retirer. Elle allait voir, elle allait savoir. Un nuage d'obscurité la saisit brutalement et une lumière vive frappa ses pupilles. Poussant un cri, Masha'a se releva, le front en sueur, le coeur en cavale. Elle regarda autour d'elle. Le feu était éteint et les sous-bois étaient éclairés des premiers rayons du jour. Le chat n'était plus là. Masha'a posa la main sur son coeur et se massa frénétiquement le sein : pas de blessures, elle était intacte. Elle ne put réprimer un gloussement de soulagement avant de fondre en sanglots.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Lyon - Chamonix
    Messages 
    1 360
    Saiko avait quitté Manost il y avait de cela une journée, envoyé par Delcia chercher quelques plantes rares. Il avait choisi comme première étape les plaines verdoyantes de l'ouest, selon les conseils de son employeuse. Cela faisait un jour complet qu'il voyageait à dos de cheval et il décida de s'arrêter établir son premier camp.

    Il commença par s'allonger dans les herbes et écouter la nature. Des oiseaux chantants, des feuilles bruissantes, rien de plus banal que les bruits de la nature, mais quel bonheur, après le tumulte Manostien.

    Soudainement, confus parmi la féerie de la nature, Saiko entendit un cri. Il était à peine perceptible et étant donnée l'acuité auditive de Saiko ainsi que la morphologie de la nature, il déduisit que la personne qui en était la cause se trouvait à une distance approximative d'une lieue.

    Saiko détacha sa fronde de sa ceinture, sortit une bille de plomb de sa besace et arma la fronde. Il s'approcha de la source du cri, d'où venaient à présent des sanglots. Il avançait silencieusement, précédé de Shadji et Norak qui couraient entre les hautes herbes, en furtifs éclaireurs.

    Au milieu d'une cercle d'herbes basses était assise une femme. C'était elle qui sanglotait et elle n'avait pas encore vu Saiko. Celui-ci resta prudemment sur le seuil des hautes herbes et envoya Shadji attirer l'attention de la jeune femme. Cependant, celle-ci était déjà bien éveillé et avait senti Shadji s'approcher. Alors que celui-ci n'était plus qu'a un mètre de distance de la femme, cette-dernière bondit tout en faisant volte-face et, plongeant sur sa cible, s'empara de Shadji qui n'avait eu le temps de réagir. La réaction de Norak fut immédiate : il fonça en direction de la femme et lui sauta au poignet, qu'il mordit, la forçant à libérer Shadji. Saiko rappela ses familiers par un son discret mais distinctif.

    La femme suivit du regard les deux créatures qui se dirigeait vers une sorte de semi-homme/semi-panthère. Il semblait avoir le torse et le bras recouverts d'une fine fourrure noire et possédait une tête de panthère. Ses membres inférieurs étaient bien humains eux, de couleur noire aussi. Il était armé d'une fronde chargée, mais ne semblait pas être en garde. Il prit la parole le premier.


    - Salut à toi. Je ne te veux pas de mal. J'ai entendu ton cri et je suis venu voir ce qu'il se passait... Hem... Qui es-tu et que fais-tu par ici ?
    Il n'y a ni bien ni mal, ni honneur ni amour, ordre et chaos sont les seules polarités de notre univers.

  3. #3
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Masha'a était bien décidée à ne pas se laisser déborder par la surprise. Elle regardait fixement l'étrange créature qui lui faisait face. Elle avait rencontré gobelins et grouilleux (beaucoup), nains et orques (souvent), elfes (plus rares). Mais jamais encore une créature comme celle qui lui faisait face. Elle déglutit en constatant qu'elle était debout devant le feu, quelques mètres à peine la séparant de l'homme panthère et bien trop loin de son cimeterre qui gisait de l'autre côté du foyer le long de sa couche. Si elle devait vendre sa peau, elle le ferait chèrement.
    Elle prit le temps d'observer la situation. La créature restait impassible, attendant une réponse. Son corps aux formes parfaites témoignait d'une musculature puissante, souple et capable de prouesses au combat. Masha'a savait qu'il s'agissait là d'un adversaire redoutable. Cette puissance contrastait avec la placidité du personnage qui restait debout, sans bouger, comme figé dans le temps, attendant une réponse sans aucune inquiétude. Masha'a sentit un frisson lui parcourir le dos.
    Elle finit par déglutir et répondre : "Je te remercie de ta sollicitude, fit-elle d'un ton résolu. Mais tout va bien, ce n'était qu'un mauvais rêve. Je n'ai plus qu'à ramasser mes affaires et à continuer ma route." Elle marqua une pause puis, avec un petit mouvement d'hésitation, elle lâcha : "A mon tour de te demander qui tu es. Un... être comme toi est peu courant, même en ces terres désolées... Tu ne ressembles à aucun de tous ceux que j'ai pu croiser. De quel genre es-tu ? "


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  4. #4
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Lyon - Chamonix
    Messages 
    1 360
    Saiko s'attendait à cette question qui revenait sans cesse, peu de personne respectaient son apparence. Il ne savait pourtant toujours pas comment y répondre de la manière la plus honnête. Cet habit qu'il s'était taillé dans la dépouille de son ancien adversaire, le Seigneur Panthère, n'était pas seulement un déguisement.

    Physiquement, ce n'étaient que deux ou trois pièces de peau, mais psychologiquement ils formaient la représentation de la moitié animale de Saiko : sa bestialité, son instinct, ses racines. Il se sentait plus lui-même en portant cette tenue qu'en ayant une apparence normalement humaine.

    Mais est-ce que Masha'a pourrait comprendre ça à l'instant présent ? Saiko choisit de faire simple, l'instant présent étant déjà assez confus.

    Alors que Saiko parlait, la gueule de panthère restait absolument immobile, ce qui fit comprendre à Masha'a, femme de perspicacité, que cette gueule n'était qu'un masque. Elle comprit aussi qu'elle ne pourrait pas deviner les émotions de Saiko grâce aux expressions faciales, mais uniquement au ton de sa voix et de son attitude ; or Saiko savait contrôler ses émotions, qualité indispensable en tant que rôdeur. Il adopta un ton neutre, légèrement amical, et relacha visiblement sa garde pour mettre la femme en confiance. Un rapide coup d'oeil lui avait permis d'observer que la femme était suffisement loin de son arme, un cimeterre en l'occurence, pour se permettre ce genre d'attitude. Même si, comme il avait pu l'observer, la femme était étonnement rapide, il jaugeait qu'il aurait le temps de l'assomer d'un jet de bille si elle cherchait le combat.

    Il parla de choses banales, comme pour briser l'atmosphère de solitude qui stagnait tout autour d'eux.


    - Considère que je suis un Homme. J'arrive de Manost, havre de neutralité ; tu connais peut-etre cet endroit ? Il marqua une courte pause puis repris ses explications Je suis actuellement en une mission quelque peu insolite. J'ai été envoyé chercher des plantes rares nécessitant des mains expertes pour être cueillies correctement.

    Il sortit de sa besace un des schémas griffonés par Delcia et l'exhiba à Masha'a.

    - On l'appelle Lotus d'Or. Elle vaut beaucoup d'argent, disons dans les 15 000 po. Tu en as vu un dans le coin ?



    Masha'a resta quelque peu perplexe. De toute évidence ce corps ne rimait pas avec cueillette de fleurs... Elle se demanda si l'homme panthère se moquait d'elle. Un détail jouait pourtant en la faveur de Saiko : des herbes spéciales dépassaient déjà de sa besace.
    Il n'y a ni bien ni mal, ni honneur ni amour, ordre et chaos sont les seules polarités de notre univers.

  5. #5
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Masha'a était décontenancée. A plus d'un titre. Tout d'abord, l'être qui lui faisait face était bien un homme dont le visage était masqué par la tête de panthère. Elle eut cependant un instant l'impression de comprendre fondamentalement l'individu : son masque, plutôt que de cacher son identité ne la révélait-il pas plutôt au grand jour ?
    Ensuite, la franchise et les révélations de l'inconnu la surprenaient. Pourquoi lui avait-il révélé chercher une plante rare de grand prix alors qu'elle pourrait très bien, si elle était un être aux intentions troubles, vouloir dérober l'objet pour son propre compte ? A moins que cet être soit très sûr de lui et qu'il ne craigne aucune trahison ? Masha'a frissonna. Tout cela était trop rapide, trop abrupt.
    " Je ne sais pas, fit-elle. Non, je n'ai pas vu ton lotus d'or... mais..." Elle hésitait. Elle regarda la plaine qui s'étalait au-delà des frondaisons. Le soleil était levé depuis bien longtemps et la chaleur s'accentuait au-dessus des herbes sauvages. L'immensité s'offrait à elle et c'était quelque chose qui la fascinait autant qu'elle l'effrayait. Masha'a regarda encore l'étranger, droit dans les yeux. Elle tourna ensuite la tête vers son camp improvisé. "Pourquoi pas ?" pensa-t-elle. Avec douceur et fermeté, elle fit un pas vers l'individu, tout en gardant les bras le long du corps, paumes tournées vers l'avant, et en épiant la réaction de l'homme-panthère :
    " Si tu veux, je peux t'accompagner. Je ne suis pas pressée et la solitude me pèse un peu. Un peu de compagnie ne me ferait pas de mal."


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  6. #6
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Lyon - Chamonix
    Messages 
    1 360
    Saiko avait beaucoup misé sur ce coup. Il donnait sa confiance à une parfaite inconnue. Peut-être la beauté exceptionnelle de cette femme troublait son jugement. Celle-ci s'avançait vers lui, non-armée, s'offrant à sa merci, ce qui montrait qu'elle lui donnait aussi sa confiance.

    Des femmes, Saiko n'avait connu que les courtisanes Mélandiennes. Masha'a était d'un autre genre. Ce corps semblait être fragile mais il possédait un certain potentiel de mouvement, considérable, comme l'attaque portée sur Shadji le montrait. Ce mélange de beauté et de puissance séduisait Saiko. La solitude ne le dérangeait pas, mais il ne disait pas non à la compagnie.

    Saiko relacha complètement sa garde, désarma sa fronde et la rattacha à sa ceinture. Il répondit d'un ton profondément amical cette fois-ci.


    - Ta compagnie est la bienvenue.

    Les reflexes étonnants de cette femme démontraient qu'elle était familière à la vie d'aventurier. Il essaya de déterminer la classe de la femme. Rien ne semblait la faire appartenir à un quelconque groupe, qu'il soit guerrier, religieux, magique. Masha'a semblait être l'exemple type de la polyvalence.

    - Je dois chercher cette plante, tu pourras sûrement m'aider.

    Saiko alla chercher son cheval laissé derrière et revint s'installer à côté du feu de Masha'a. Les deux compagnons restèrent silencieux, Masha'a n'aimant pas tout dévoiler de sa vie, Saiko ne sachant simplement pas le faire.

    Ce soir-là Saiko s'endormit avec la vision de Masha'a hantant ses rêves.


    -U-N-E- -N-U-I-T- -P-A-S-S-E-

    Le soleil n'était pas encore levé mais les deux aventuriers s'affairaient déjà. Saiko était en train de faire fondre du plomb sur le feu, forgeant de nouvelles billes pour sa fronde. Masha'a était partie à la recherche de son familier.

    Saiko songeait à la suite de sa quête quand Shadji et Norak commencèrent à émettre les sifflements caractéristiques d'un danger imminent. L'homme-panthère n'avait pas eu le temps de réagir quand il vit une douzaine de gobelins surgir des fourrés, commandés par un Shaman apparement puissant. Saiko attrapa à pleine main une bille encore brûlante, sans se brûler, étant protégé par le cuir de ses gants, et arma sa fronde. Il envoya le projectile frapper la tête du gobelin le plus prêt de lui, éclatant sa cervelle a présent fumante.

    Il allait lancer une deuxième attaque quand le Shaman lança un sort sur la zone du combat. Saiko observa avec horreur les effets de cette incantation. Le sol se mit à craqueler et des racines émergerent juste sous ses pieds, enlaçant fortement ses chevilles et l'immobilisant. D'autres racines transpercèrent également le sol, sautant brutalement à la hauteur des bras de Saiko, et lui immobilisèrent les poignets. Saiko vociférait, bandant tous ses muscles pour tenter de désserer l'etreinte.

    Le Shaman s'avançait en souriant, il attrapa le masque de panthère et le retira.


    - Mmmh tu es un bien curieux personnage... Tu vois j'aimerais beaucoup posséder cette tenue que tu portes, mais quelquechose me dit que tu n'allais pas me l'offrir gentiment, c'est pourquoi tu devras excuser ces méthodes, disons, peu loyales... Oh, et tu aurais du laisser sa vie à ce pauvre Mork, tu aurais pu survivre.

    Ce Shaman était visiblement au dessus de l'intelligence Gobeline moyenne et cela expliquait le fait qu'il soit à la tête de la troupe. Sa tête à lui était très proche de celle de Saiko et celui-ci pouvait sentir l'haleine fétide du dirigeant. Le Shaman fit claquer ses doigts et Saiko put voir un gobelin armé d'une massue s'approcher de lui, lever le gourdin haut et l'abattre avec une force violente à l'arrière de son crâne.

    Les kobolds menèrent Saiko à leur campement qui faisait office de quartier général.
    Il n'y a ni bien ni mal, ni honneur ni amour, ordre et chaos sont les seules polarités de notre univers.

  7. #7
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Masha'a les regarda s'éloigner de derrière le vieux tronc qui lui avait servi d'écran. Elle haletait de peur, surprise par la rapidité de l'intervention. Un sentiment de fureur l'envahit : des gobelins ! Ces créatures répugnantes qui ne cessaient d'harceler stupidement les humains, terrorisant les plus faibles, fuyant ou tombant sous les coups du premier adversaire un peu sérieux venu.
    Elle avait entendu les sifflements des deux étranges créatures de l'homme panthère (elle avait encore du mal à lui donner son nom). Revenue sur ses pas, elle avait surpris l'attaque et, sans arme, avait juste eu le temps de se jeter derrière un tronc. Elle reconnut immédiatement le sort du shamane et fut étonnée de voir un gobelin penser à une attaque aussi adéquate. Elle assista donc à toute la scène, sans savoir quoi faire. Maintenant, les gobelins s'enfonçaient dans le bois sans trop faire attention aux traces de leur passage. Masha'a attendit encore, profitant du répit pour reprendre contrôle de son rythme cardiaque. Lentement, elle ralentit sa respiration et sentit son coeur retrouver le bon tempo. La sueur sur son front était froide. Masha'a écouta autour d'elle. Seuls les oiseaux et le vent faisaient entendre leurs chants. Elle risqua un pas hors de sa cachette et, précautionneusement, retourna au camp.
    Les racines avaient cessé leur danse et l'on ne voyait plus qu'un foyer dévasté, aux cendres éparpillées. Quelques boules de plomb plus ou moins formées jonchaient là où quelques minutes à peine auparavant, Saiko procédait à ses préparatifs. Masha'a contourna avec dégout le corps du gobelin au crâne fendu. Une bave verdâtre s'était écoulée et figée sur la mousse autour de la tête. Un air exorbité s'affichait encore sur le visage. Masha'a se pencha sur le cadavre, et avec une moue caractéristique aux lèvres, elle le retourna sur le côté. La bête s'était étalée sur le cimeterre qu'elle avait oublié. Elle jura intérieurement, se reprochant son imprudence. Elle regarda ensuite si la troupe assaillante avait laissé quoi que ce soit sur le corps. Elle trouva une petite dague émoussée qu'elle laissa de côté, et une petite bourse avec quelques piècettes qu'elle empocha sans état d'âme. Elle ramassa sa gibecière et celle de son infortuné compagnon. Elle résista à la tentation d'y jeter un oeil, sachant qu'il y avait peu de chances de tromper la vigilance d'un homme comme Saiko. Elle renifla avec dépit les herbes aromatisées qui dépassaient du sac puis, s'étant équipée, se mit en route.

    Des petits cris à peine audibles l'arrêtèrent. Elle regarda derrière elle et aperçut Shadji et Norak. Les deux petites créatures rouge et bleue lançaient des regards effarés. Masha'a sentit une vague de tendresse monter en elle : "Vous êtes là vous 2 ? Venez, venez, n'ayez pas peur." Elle se pencha et tendit ses bras. Les deux familiers hésitèrent, avant de sautiller vers elle et de grimper sur ses épaules. Leurs couinements se firent plus amicaux. "Mmmoui, moi aussi. Nous allons aller chercher votre maître. Mais attention, à partir de maintenant, plus un bruit. Chhhht." Comme deux enfants, les créatures se turent immédiatement et Masha'a s'enfonça silencieusement dans la végétation, sur les traces des gobelins et de leur proie.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  8. #8
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    HRP : PS à Saiko : tu ne sais pas pourquoi Masha'a est partie faire un tour ce matin. A-t-elle un familier ou pas ? Tu n'en sais rien. Le chat en est-il un ? Mystère


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  9. #9
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Masha'a avançait à pas de loup, les deux petits quadrupèdes colorés sur ses talons. Leur présence sur ses épaules l'avait vite gênée.
    Elle suivait sans peine la piste laissée par les gobelins entre les arbres et les buissons. Elle sentait la fraîcheur s'accentuer avant de retomber. Elle aboutit rapidement de l'autre côté du bois et s'arrêta à l'orée. Devant elle, la plaine immense reprenait, plus vallonnée qu'au Nord, les hautes herbes se balançant doucement sous le vent chaud. Masha'a voyait la piste continuer, tel un serpentin se faufilant entre les creux et les bosses pour se perdre derrière un côte. Masha'a hésita à continuer sa route : et si les gobelins avaient laissé des sentinelles sur la route ?


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  10. #10
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Masha'a recula, préférant éviter une nouvelle mauvaise surprise. Elle avisa un arbre près d'elle. Elle se colla au tronc et tenta de grimper. Légère et agile, elle atteignit sans trop de difficultés une branche maîtresse. Elle contempla le paysage qui s'offrait à elle avec plus d'acuité, cherchant la trace qui trahirait un garde quelconque. Mais au bout de quelques instants, elle dut conclure qu'il n'y avait rien. Elle se tourna vers Shadji et Norak. Les deux créatures semblaient excitées sans pourtant proférer de son. Elles cherchaient à aller le plus loin possible sur la branche. Masha'a sourit tristement. "Vous voulez retrouver votre maître, hmm ?, murmura-t-elle. Oui, vous pourriez me guider. " Elle s'interrompit, et pensa pour elle même : "Mais qu'est-ce que tu racontes ? Tu vas aller risquer ta peau pour un inconnu ? Masha'a, reprends-toi. En plus, ce type cache bien son jeu... " Elle ne connaissait pas cet individu qui pourrait très bien la détruire en quelques coups. Mais elle savait au fond d'elle-même qu'elle n'aurait pas le coeur à cela : ne pas secourir un homme serait une chose qu'elle ne pourrait jamais se pardonner. Elle sentit une vieille blessure s'ouvrir en elle. Une larme perlait déjà au bord de ses yeux. "Non, je dois me contenir. Masha'a, tu ne vas pas pleurer comme une gamine toute ta vie ! " Elle essuya ses yeux d'un revers de la main et se focalisa sur les deux créatures qui, visiblement, avaient du mal à afficher la même patience qu'elle. Elle tenta de les caresser. Elles s'esquivèrent d'abord, avant de se laisser apprivoiser.
    Masha'a hésitait à attendre la pénombre pour bouger. Mais à quelle distance étaient-ils ? Elle n'en avait aucune idée. Elle murmura aux deux créatures: "Ils sont trop nombreux pour mener une attaque de front. Il va falloir agir de nuit. Nous resterons ici, en sécurité avant de partir sur les traces. " Elle soupira. "En espérant que ses bourreaux n'entament rien d'ici là sur lui..."
    Elle trouva un creux où s'asseoir, le dos au tronc. Le soleil était au zénith et la nuit serait longue à venir. Bientôt, Shadji dormait en boule, tache rouge au creux de Masha'a tandis que Norak ronronnait comme un chat bleu sous ses caresses.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  11. #11
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Suite dans le sujet ici


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  12. #12
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Lyon - Chamonix
    Messages 
    1 360
    Arrivant du Camp Gobelin

    Arrivé au camp, Saiko prépara une crème verdâtre qu'il répandit sur ses plaies, et en proposa a Masha'a qui accepta, non sans montrer une mine de dégout. La crême ne sentait pas très bon. Il sortit de sa besace le lotus d'or ainsi que les billes qu'il entreprit d'examiner. Masha'a faisait également l'inventaire de son butin.

    La prochaine plante sur la liste de Saiko était un nénuphar du désert. Il se demanda si Masha'a voudrait continuer à l'accompagner dans sa quête. Il se rappela aussi qu'il ne l'avait pas réellement remerciée.

    Il alla chercher le lotus d'or et en arracha deux pétales, qu'il monta en bracelet, et il y ajouta un peu de la magie des plantes qu'il connaissait. Il obtint deux talismans et alla en donner un à Masha'a.


    - Aujourd'hui je peux revoir le ciel grâce à toi. Tu m'as fait le plus beau des cadeaux et rien ne pourra en être à la hauteur en retour. Laisse-moi cependant t'offrir ce talisman. Il est lié au mien, et si un jour ta situation devient aussi précaire que celle que j'ai vécu, alors je le saurai et je viendrai te sauver.

    Il marqua une courte pause et fronça les sourcils.

    - Ma prochaine destination m'attend. Je ne veux pas abuser plus de ton temps, peut-être que d'autres buts t'attendent. Que décides-tu de faire ?

    Il attendit la réponse de Masha'a en observant ce corps sublime qui réveillait en lui une certaine ardeur.
    Il n'y a ni bien ni mal, ni honneur ni amour, ordre et chaos sont les seules polarités de notre univers.

  13. #13
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Masha'a venait de terminer le décompte de ce qu'elle avait ramassé dans le camp gobelin (une bonne bourse de pièces d'or, très utile pour la suite, une dague non ébréchée, l'un ou l'autre bijou de prix et deux curieux parchemins qu'elle n'arrivait pas à déchiffrer. Comme quoi, le shaman était de son vivant un être doué). Elle fut donc surprise quand elle vit Saiko se tourner vers elle et lui tendre le talisman. Elle hésitait à accepter. D'autant qu'elle avait vite saisi cette lueur si caractéristique du désir dans les yeux de l'homme-panthère qui, Masha'a soupira, n'en restait pas moins homme.
    La proposition de Saiko était dès lors cohérente, mais Masha'a n'avait nulle envie de passer son temps à se méfier. Cependant, quelque chose la retint. Elle regarda longuement Saiko, directement dans les yeux. Saiko ne la connaissait pas mais il se sentit soudain très mal : ce regard semblait à la fois brutalement si triste et si perçant à la fois. Il se sentait introspecté et comme impuissant devant une détresse sans fond. Masha'a rompit enfin le silence et le malaise :
    "C'est vrai que nous ne connaissons pas, Saiko. Oui, j'ai fait quelque chose d'un peu étrange en venant te chercher, mais je trouve cela normal, au fond. J'aurais été un monstre à te laisser crever dans leurs pattes. Quant à venir avec toi, je sais pas... j'ai mes affaires à mener, toute seule... Mais cela pourrait attendre. Très bien. Je suis prête à venir... " Un nouveau regard. L'expression de Masha'a s'était soudain refermée et Saiko ne pouvait savoir si la jeune femme était heureuse ou résignée. Masha'a lui tourna le dos, étendit sa couche et s'étendit, le dos tourné. "Bonne nuit." fit-elle. Et devant un homme-panthère taciturne interloqué, elle trouva rapidement un sommeil réparateur avant la longue marche du jour à venir...


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  14. #14
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Lyon - Chamonix
    Messages 
    1 360
    Saiko avait beaucoup de mal à comprendre qui était Masha'a. Elle était restée trop silencieuse sur son passé et ce qu'elle était, tout comme ce qui touchait à ses projets. Il se demandait pourquoi cette jeune femme avait décidé de le sauver, alors qu'elle montrait une grande froideur aux attentions de Saiko. Il commença à se méfier des réelles intentions de Masha'a et imagina des scénarios peu prometteurs qui où Masha'a gardait Saiko en vie pour s'en servir ensuite dans un sombre dessein.

    Un autre aspect gênant était le refus de Masha'a quand au talisman de Saiko. Il ne comprenait pas pourquoi elle s'était obstinée à recevoir ce simple gage de reconnaissance.

    Il décida de la laisser et de partir seul vers sa nouvelle étape. Elle était visiblement douée pour se défendre seule étant donnés ses talents de combattante et tout son matériel magique qui venait on ne sait d'où.

    Aussi, quand le ciel prit cette teinte légèrement bleutée des heures précoces du matin, Saiko rassembla ses affaires et marcha un peu dans le vague. Il avait laissé le talisman déstiné à Masha'a à l'endroit même où il s'était couché.

    Plus il marchait, plus il était rassuré de quitter cette femme mystérieuse. Quelquechose le gênait beaucoup dans son comportement et il était heureux de ne plus avoir à s'en soucier. Il ne lui avait pas dit où il irait, et c'était tant mieux. Il ne tenait pas à revoir Masha'a trop rapidement.


    Vers les montagnes du nord
    Il n'y a ni bien ni mal, ni honneur ni amour, ordre et chaos sont les seules polarités de notre univers.

  15. #15
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Masha'a se réveilla aux premières lueurs du soleil à travers les frondaisons. Elle s'assit sur sa couche, étira ses bras et poussa un grand baillement. Elle regarda autour d'elle. L'instant d'après, elle était debout, bien réveillée, un sentiment d'angoisse subite et de colère au coeur : "Non ! , fit-elle, il ne m'a pas fait ça !" Elle fit le tour du feu de camp désormais tas de cendres. La seule chose qu'il y avait là où Saiko s'était endormi, c'était le collier aux pétales de lotus. Le message était clair. Masha'a tomba à genoux, saisit le collier. Ses forces semblaient s'être évaporées. Sa tête tomba et elle éclatat en sanglots.

    Elle sentit soudain quelque chose de doux contre la cuisse droite. Elle regarda : le chat qu'elle avait croisé deux jours auparavant était revenu ! "Tu es là toi ? Tu ne m'as pas abandonnée ?" Le félin plissa les yeux et ronronna sous les premères caresses de la jeune femme. "Tu n'es pas comme ces hommes, heureusement ! Regarde !" Elle brandit le collier au museau du chat : "Le salaud ! Je lui sauve la vie et lui s'empresse de me planter là. C'est bien un mec ! Derrière ses allures d'homme-panthère, je croyais qu'il était différent... Ou bien est-ce moi qui ne comprends pas ? J'aurais peut-être dû accepter ? Je... je n'sais plus.." Masha'a n'avait cessé de procurer des mamours au chat qui semblait aux anges. Son ronronnement était puissant. La jeune femme se calma. "Au moins, il n'a pas profité du sommeil pour... " Masha'a se raidit. "Je croyais en finir avec ma solitude. Mais rien n'y fait. Les dieux me poursuivent." Elle se leva, avança vers l'orée et braqua le regard et le poing vers le ciel : "Ils en veulent toujours plus. N'ai-je pas assez donné ? N'ai-je pas assez souffert ? J'ai eu mon compte, Ilmater ! Fous-moi la paix maintenant ! Je veux... je veux..." Elle hésitait soudain. Mais que voulait-elle exactement ? Son bras retomba mollement. Sa tête se pencha à nouveau et Masha'a ne ressentait plus qu'une chose. Seule, debout au bord de ce bosquet d'arbres, entourée par la plaine immense sous un soleil de plomb, elle n'était plus qu'un grand vide. Et rien ni personne ne pourrait le lui ôter. Cette révélation n'en était pas une : une voix lui disait qu'elle l'avait toujours su. Que sa quête d'une quête, d'une voie à suivre, n'était pas terminée, ne serait jamais terminée si elle ne se décidait pas à choisir. Elle regarda à nouveau les hautes herbes jaunies qui ondulaient sous le vent comme les vagues de la mer. N'avait-elle pas déjà choisi ? Elle fit demi-tour et plongea à nouveau dans la pénombre. Elle ramassa son paquetage et donna une dernière caresse au chat : "Salut toi ! Je m'en vais. Prends soin de toi. Tu vas me manquer."

    Quelques instants plus tard, le baluchon à l'épaule, le cimeterre à la hanche et le collier de Saiko à la ceinture, elle fendait d'un bon pas les herbes de la plaine, s'avançant vers le couchant, le coeur résolu. Elle ne vit pas que dans son sillage, un petit animal tout en poils longs aux pattes silencieuses et agiles, la suivait docilement.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  16. #16
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Masha'a regardait le ciel et les étoiles emplissaient son regard. Leur éclat était incroyablement fort sous ces latitudes. Et leur configuration nouvelle lui rappelait douloureusement combien Faerune devait être loin. Où était-elle vraiment ? Sa rencontre avec Saiko lui avait seulement permis d'apprendre qu'elle était toujours sur Toril, en un lieu où la langue commune était bel et bien pratiquée. Un nom étrange avait été prononcé par l'homme-panthère: Manost. Un lieu ? Une ville ? Un château ? Saiko semblait venir de là. Mais dans quelle direction ? Masha'a avait marché toute la journée sans rencontrer âme qui vive, hormis des petits animaux des hautes herbes et du ciel. Le ciel... Masha'a laissa ses pensées s'envoler à nouveau vers les astres.
    Sa main caressait machinalement le chat qui ronronnait sur ses genoux. L'animal semblait l'avoir adoptée et ne l'avait pas lachée de la journée. Masha'a avait été surprise de le voir assis devant elle alors qu'elle venait de s'installer pour manger. Il s'était manifesté par un miaulement déchirant pour mendier un lambeau de viande. La jeune ensorceleuse avait ri et le lui avait tendu. Le chat s'était approché et d'un coup de griffe adroit, avait saisi sa part pour l'emmener dans un coin où s'en repaître tranquille. Pendant l'après-midi, il n'avait cessé de jouer, tantôt la devançant, tantôt la suivant, tantôt s'éloignant à la chasse d'un papillon ou d'un mulot. Il dormait maintenant contre elle et lui réchauffait le coeur en lui ôtant un peu du poids écrasant de sa solitude.

    Masha'a repensa à Artemis et la reine Elayysir. Un sentiment de colère la submergea. Elle ne souhaitait qu'une chose : que ces deux monstres s'entretuent. Elle imagina le carnage et un sourire méchant apparut sur ses lèvres... avant de disparaître. C'était stupide ! Comment ces deux-là pourraient-ils se laisser aller ? Ils étaient trop sensiblement égaux et ils le savaient. Elle, fière, indomptable et pulsant d'une magie puissante, lui, agile, retors et doué d'une rapidité incroyable. Artemis. Masha'a leva sa main libre pour toucher le collier de plumes qui ornait son cou. L'assassin lui en avait fait présent juste avant qu'elle ne plonge dans le vortex. A quoi pouvait-il servir ? Elle n'en savait rien. Il lui faudrait trouver un moyen d'identifier la magie de l'objet, mais elle n'avait aucun moyen pour cela. Elle poussa un gros soupir. Artemis. Enigme vivante.
    "- Ne bouge pas, sale humaine !" Masha'a poussa un petit cri de surprise et de douleur. La pointe d'une dague était enfoncée dans son dos, prête à lui déchirer la chair. "Ne bouge pas... Bieeen... Petite humaine docile..." Cette voix, Masha'a sut qu'elle appartenait à un gobelin. Son ton acéré et son timbre rauque et aigre à la fois étaient caractéristiques. D'où venait-il ? Un autre camp ? "Tu te demandes... tu te demandes d'où je viens, mmmh ?" Masha'a frémit. Lisait-il dans ses pensées ? "Tu n'es pas très prudente pour une humaine... Tsstss... Mais il est trop tard maintenant..." La lame s'enfonça. Masha'a cria. Elle tomba en avant, tout son être n'étant plus que douleur.
    Un second cri lui parvint malgré sa confusion. Un hurlement strident, grinçant. Le gobelin se débattait avec une ombre pleine de griffes et de poils. Masha'a serra les poings et se releva à quatre pattes. La lame gisait sur le sol, du sang sur un bon centimètre depuis la pointe. Elle sut que la blessure n'était pas trop profonde. Elle leva les yeux. Le gobelin venait de balancer le chat au loin, mais le félin se préparait à repartir à l'assaut. Le gobelin saisit un poignard à sa hanche, prêt à recevoir l'attaque. Il ne vit pas le coup de poing qui s'écrasa contre sa tempe et le propulsa à deux mètres. Masha'a était déjà debout au-dessus de lui, le cimeterre brandi. Le gobelin gémit, une main levée comme pour se protéger :"Non, pitié, non." Masha'a n'écoutait pas, elle étira les bras avant de les abaisser dans un arc de cercle parfait. Le cimeterre fendit l'air en sifflant . Le gobelin se relevait péniblement au milieu d'un tas de cadavres. Il était du sang de ses camarades. C'était la cohue et la vitesse de frappe des deux humains qui l'avaient sauvé : il avait été écrasé par le corps de plusieurs des siens tombés en même temps. Et les lames avaient continué à frapper, mais lui était sous le tas, au bord de l'étouffement. La rousse et l'homme panthère n'avaient eu aucune pitié et le camp ne respirait plus que la mort. Longtemps après qu'ils soient partis, il avait prudemment remué avant de péniblement se dégager. Il avait balayé du regard la caverne. Dans la lumière des flammes, il ne restait que des corps verdâtres et à jamais inertes. Il avait alors poussé un hurlement d'agonie. La lame du cimeterre se ficha dans le sol, à deux doigts de la tête du gobelin.
    Masha'a sentit son corps vaciller. Elle tomba à genoux, la tête entre les mains. Le gobelin était trop surpris pour réagir. Déjà l'humaine se reprenait et le regardait: "Tu es... tu es du camp... le dernier... Ton cri..." Le petit être vert venait de bondir sur ses pieds et avait saisi le cimeterre. Le chat bondit sur lui et le renversa. Le cimeterre tomba à nouveau entre les herbes. Le chat leva sa patte griffue mais, au dernier moment, la retint au-dessus du visage apeuré du gobelin. Ils restèrent ainsi quelques secondes, avant que Masha'a se relève et, reprenant son arme, se tourne vers son assaillant.
    "- Tu as eu beaucoup de chance à te trouver sous ce monceau de cadavres..." Le gobelin la regarda, éberlué:
    "- Comment vous... vous savez ?" Masha'a hésita avant de répondre. Puis elle dit, d'un ton neutre:
    "- La magie, kobold. La magie." Elle regarda l'être menaçant maintenant recroquevillé. Un sentiment étrange la tenaillait. Que s'était-il passé ? Une vision ? Comment cela était-il possible ? Au moment où les images avaient frappé son esprit, une sorte de dégoût l'avait envahie. Elle avait détourné son coup au dernier moment. Elle revit en esprit le carnage qu'ils avaient commis, Saiko et lui. Elle rouvrit les yeux et contempla son prisonnier. Un gobelin... une créature vile, cruelle et lâche. Un être retors et foncièrement mauvais. Un déchet à détruire... Le gobelin la fixait, devinant l'appel du sang qui résonnait dans les yeux de la jeune humaine. Il tremblait : il avait échoué et son sort ne faisait plus de doute. Masha'a se détourna et se pencha sur son sac. Elle en sortit une corde et revint vers son prisonnier surveillé de près par le chat toujours aux aguets, toutes griffes dehors. Elle ligota le gobelin et le tira vers le feu.
    "-Vous... vous ne me tuez pas ?
    - Non, pas encore du moins... Je réglerai ton sort plus tard.
    - Hein ?! Si vous ne voulez pas me tuer, relachez-moi !
    - Te relacher ? Pff ! Tu me prends pour une idiote ? Non, tu es mieux ainsi, ligoté et à ma merci.
    - Vous allez me tuer demain... vous...
    - Tais-toi !" Masha'a prononça un sort de silence et le jeta sur le gobelin qui se retrouva sans voix. "Ce sort a été prolongé jusqu'à demain matin. D'ici-là, tu es sous bonne garde. Et ne t'avise pas de faire quoi que ce soit. Tu y perdrais tout ce qui te reste encore." Elle se dirigea vers sa couche et entreprit de soigner sa blessure. Le chat s'était rapproché du gobelin et s'assit devant lui. Bientôt, l'humaine se recoucha et s'enfonça, épuisée, dans un sommeil sans rêve.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  17. #17
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    "IIIIIIIIIIIHHHHH" Le hurlement strident fit bondir Masha'a sur ses pieds. Elle tenait déjà son cimeterre et regarda tout autour d'elle l'origine de la menace. "IIIIIIIHH" C'était le gobelin qui gigotait en criant, le sort de silence étant arrivé à son terme. La jeune femme s'avança, tendue :
    "- Qu'est-ce qui se passe ?
    - Hiiii ! Là, une... une... souris !
    - Pardon ?
    - Ooooh ! Pitié, sauvez-moi ! Je... elle va me mordre...
    - Attends, tu hurles comme ça pour une... une souris ?
    - Piitiiiééé sauvez-moi !" Masha'a regarda la tache grise qui s'agitait autour du gobelin. Celui-ci se tremoussait à qui mieux mieux, visiblement horrifié. Masha'a éclata de rire, laissant du coup la tension s'envoler. Elle se plia en deux et des larmes coulèrent sur ses joues tandis qu'elle riait à gorge déployée. Le gobelin s'arrêta aussitôt de gémir et de se tortiller. Il regarda l'humaine d'un oeil sombre. :angry:
    "- Une souris... Ahaahahahaha :rigoler:
    - Grrr. C'est ça, moquez-vous ! C'est bon, vous avez eu votre dose ?
    - Ahhe haha, oui... Ah ça fait longtemps que je n'avais ri comme cela ! Ahahah ! :rigoler:
    - Ca va, ça va. C'est bon.
    - Mpfrrr
    - Bon, maintenant que vous avez fini, débarrassez-moi de cette horrriiiiiiiible souris ! Pitiééé...
    - Oui, oui." :happy: Masha'a s'approcha et regarda à nouveau la souris. Une idée lui traversa l'esprit. "Mais où est le chat ? Il aurait apprécié s'en occuper..." Elle regarda autour d'elle, jeta un oeil suspicieux sur son prisonnier mais à part le regard malade et angoissé du gobelin, elle ne vit aucune relache dans ses noeuds. Il ne pouvait s'en prendre à l'animal. Masha'a regarda la souris. Elle poussa un cri et bondit brutalement sur le côté !
    Aux pieds du gobelin, la souris avait disparu pour laisser place à une araignée grosse comme le poing. "Hiiiiiihhh ! Qu'est-ce... qu'est-ce que c'est que cette horreur ?" Elle recula, soudain tremblante et le teint pâle. Le gobelin regarda à ses pieds, surpris. Levant la tête, il vit Masha'a adossée à un des rochers qui surplombaient son petit camp. Il éclata d'un rire méchant.
    "- Wouafwouafwouaf ! Une araignée, elle tremble devant une araignée ! Wouafwouafwouaf" Masha'a restait omnubilée par la taille énorme de la bête. Elle n'écoutait plus les ricanements sonores du prisonnier, son esprit comme réduit à sa peur. L'arachnide ne se déplaçait pas et se contentait de nettoyer deux de ses pattes épaisses et velues. Son corps était recouvert de poils longs et ses pattes semblaient prêtes à la faire courir à une vitesse surnaturelle. Masha'a sentit son corps se refroidir et trembler ostensiblement. L'araignée frémit et bondit soudain dans les hautes herbes, arrachant un cri de frayeur à l'humaine.
    Son coeur battait la chamade. Elle attendait, axieuse, le retour de la bête. Mais rien ne bougeait. Il lui fallut plusieurs minutes pour se reprendre et se rassurer que le danger était éloigné. Le gobelin continuait à se tordre de rire. "Suffit !" Masha'a lança un nouveau sort de silence sur le gobelin, mais sa phobie avait amenuisé sa concentration et son sort échoua, ce qui fit ricaner davantage le petit être vert. La jeune humaine se sentit profondément lasse. Elle n'avait plus la force de menacer ou de frapper le prisonnier. Elle répugnait d'ailleurs à faire cela. Elle se laissa retomber au sol, le dos glissant contre la roche lisse.
    C'est ce moment-là que le chat choisit pour réapparaître. Il avança droit sur l'humaine qui le recueillit dans ses bras. "Oooh, te voilà. Où donc étais-tu passé ?" Masha'a sentit soudain un bout de soie gluante accrochée sur une des pattes arrières du félin. Elle tendit les bras, tenant le chat loin et au-dessus d'elle. "Que ? Tu as croisé l'araignée ? Non... non ce n'est pas possible ! Toi, tu..." Le chat se tortilla et bondit hors des mains de Masha'a. En retombant au sol, il disparut dans un volute de fumée et laissa la place à un coq de petite taille, aux ailes puissantes et aux ergots effilés comme des sabres. Il voleta sur le gobelin qui avait cessé de rire. Le coq planta ses ergots dans une des jambes du prisonnier qui hurla. Masha'a regarda la scène, interdite, avant de réagir en entendant les cris déchirants de son prisonnier:
    "-Le chat ! Ca suffit !" Masha'a avait crié sans réfléchir. Elle se reprit devant l'ineptie de son interpellation. Elle s'approcha rapidement et saisit le coq aux ailes pour le balancer sur le côté. "Arrière !" Le coq disparut dans un volute et le chat réapparut. Il se tenait tête baissée devant l'ensorceleuse.
    "Qu'es-tu donc ?" Elle avait saisi son cimeterre. Le chat miaula sur un ton plaintif. Il tenta d'approcher. "NON! Reste où tu es !" Masha'a tendit sa lame et le chat miaula sur un ton déchirant. L'humaine ne savait plus quoi faire. "Mais où donc suis-je tombée ? Un gobelin hystérique, un chat mutant... Un doppleganger ! Tu es un doppleganger !" Elle raffermit sa prise sur la poignée de son arme. Le chat miaula une nouvelle fois, comme s'il tentait de se disculper. Masha'a approcha, fébrile, prête à frapper. Le chat ne bougea pas, un regard malheureux sur sa frimousse. L'humaine hésitait. Les oreilles de la bête s'abaissèrent, accentuant sa mimique de supplication. Masha'a se sentait fondre. Elle réfléchit à toute vitesse. Jamais le chat n'avait représenté une menace, il l'avait même aidée en la sauvant lors de l'attaque du gobelin. Puis en lui servant de geôlier. Cet animal se révélait des plus étranges, certes, mais n'était-ce pas une caractéristique de ce monde ? Masha'a se demandait vraiment où le portail l'avait conduite.
    De longues secondes passèrent ainsi. L'ensorceleuse ne savait plus quelle décision prendre: frapper l'animal, le chasser, le laisser ? Une voix nasillarde s'éleva derrière elle:
    "- Tuez-le ! Tuez ce démon ! Ce n'est pas un animal normal. Un monstre sanguinaire ! Tue-le !" Masha'a se retourna, soudain goguenarde:
    "- Ah oui ? Si je me souviens bien, il n'y en a qu'un ici qui a joué le sanguinaire." Elle se massa ostensiblement le dos. "Mmhh. Le petit monstre a bien failli m'avoir. Heureusement, le monstre sanguinaire, le démon était là. Non, j'ai une dette envers lui. Il restera en vie." Et se retournant vers le chat: "Je ne sais pas ce que tu es, mais tu es libre de venir ou d'aller explorer Toril. Si tu me suis, ce sera à la condition de contrôler ta magie, si tu le peux." Masha'a se surprit à parler de la sorte à l'animal. Comme si elle avait senti qu'il la comprenait. Elle frémit : pouvait-elle vraiment lui faire confiance ? Elle se dirigea vers ses affaires et les ramassa. Ayant bouclé son paquetage, elle regarda le gobelin resté ligoté sur le côté. Le petit être suait à grosses gouttes, dans un silence angoissé. Quand Masha'a se tourna vers lui, il demanda en tremblant :
    "- Que... qu'allez-vous faire de moi, maîtresse ?
    - ...
    - Pitié... que... ?" Masha'a dégaina une dague de sa ceinture et s'approcha. "Non, pitiiiiééééé. Ne me tuez paaaaas... Pitiééé
    - Ton nom.
    - Hein ? Mon... Je... glps. Grka'tkenzra Hrkata... Mais pourquoi vous..." Masha'a leva lentement sa lame. Le gobelin roulait des yeux. La dague trancha les liens.
    "- Tu es libre, Grka. Je n'ai que faire d'un prisonnier et puis je ne crois pas qu'il y ait d'autre bande à des lieues à la ronde. Tu peux partir." Dire que le gobelin était stupéfait serait encore en dessous de la réalité. Mais il se reprit très vite, avec un éclair de lucidité lié sans doute à son instinct. Sans dire un mot de plus, il détala et après quelques bonds, disparut dans les hautes herbes. Masha'a le regarda s'enfuir en direction du camp gobelin. Elle savait que là où il allait, Grka ne trouverait que la désolation. Un flot de souvenirs afflua dans son esprit, avec une vague de tristesse. Elle les évacua d'un mouvement de dénégation de la tête. Elle prit son sac sur l'épaule, fixa son cimeterre à la taille et regarda autour d'elle.
    "- Où vais-je aller maintenant ?
    - Miaaouurwww
    - Quoi ? Tu es toujours là ? Mhh. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression que tu ne me lacheras plus de sitôt... Bon, je te suis. Le sud, c'est ça ? Va pour le sud! En route."
    Et sans un regard pour le camp où elle venait de terminer une nouvelle nuit pleine de surprise, elle plongea à son tour dans l'océan de verdure bruissant sous le vent.

    Suite des aventures de Masha'a sur la côte de l'Oubli... là-bas


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

Discussions similaires

  1. [BG2][SOLUCE] Revenir dans SOA en étant dans TOB
    Par Elvin dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 9
    Dernier message: 14/06/2009, 16h36
  2. [TD] [Quête] Solitude dans la plaine
    Par sahmaz dans le forum Les Archives du Cartographe
    Réponses: 2
    Dernier message: 02/06/2005, 16h07
  3. [TD] La Plaine des Trépassés
    Par Raven Al'Qazimir dans le forum Les Archives du Cartographe
    Réponses: 1
    Dernier message: 22/08/2004, 03h08

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250