Affichage des résultats 1 à 28 sur 28

Discussion: [Bâtiment] Les geôles du Stade

  1. #1
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Rites Magiques, Melandis
    Messages 
    149
    Les prisons ont été refaites (voir les Bas-Quartiers). Ce topic ne servira dorénavant qu'aux geôles du stade lui-même.
    L'intelligence a été inventée il y a très longtemps par un type vachement malin. La connerie, c'est autre chose, c'est une création collective.
    Dessinateur de BD belge [ Philippe Geluck ]

  2. #2
    Elegyr Menahel Invités
    Le petit groupe d'aventuriers, missionné par Elegyr pour le compte de lointains seigneurs d'Eauprofonde, avait eu la malchance de s'être fait repéré par un assassin à la solde de Dragum, le général de l'armée de Mélandis. Avec l'appui de sa bande de voleurs dimensionnels dévoués, il avait réussi à les capturer et - grâce à un détachement d'une dizaine de soldats de l'armée du chaos, à les conduire sous bonne escorte vers les geôles du Stade.

    Vaelan fut surpris par l'allure de la prison et demanda au chef de la geôle :

    "Qu'est-ce donc cet endroit ? Pourquoi ne les conduit-on pas dans les prisons de la caserne impériale ? Ces geôles ne me semblent pas aussi sûres que celles de la caserne ! Répondez !"

    Le chef geôlier eut un sourire triste.

    "Oui, mais la prison impériale est pleine, et nous n'avons pas le temps, cette nuit, de faire de la place, aussi a-t-on pensé qu'en attendant, cette prison réservée aux esclaves et aux futurs suppliciés pourrait, pour une nuit au moins, faire l'affaire..."

    Vaelan fit une mine dégoûtée.

    "Vous en répondrez devant moi et devant Dragum s'ils venaient à s'échapper de cette prison. Sincèrement, je serais vous, je ne m'assoupirais cette nuit."

    Vaelan quitta la prison, laissant les prisonniers entre les mains d’un geôlier dont il avait l’intime conviction qu’il était incompétent… Quant aux autres soldat, il retournèrent dans leurs quartiers.

  3. #3
    Elegyr Menahel Invités
    Heureusement, le geôlier n'était qu'évanoui. Alors que la petite troupe s'engagea vers le couloir qui les conduirait vers la liberté, une ombre s'approchait. Wolfwood dégaina aussitôt son épée pour l'occire lorsqu'il reconnut soudain le visage familier... d'Elegyr.

    Elegyr paraissait soulagé.

    "Ah, je vous retrouve... Quelle chance que vous soyez encore en vie ! Il ne faut pas s'attarder davantage, mais je crains qu'une sortie en force de Melandis soit une tâche impossible... Ils ont renforcé les tours de gardes dans les rues et aussi sur les remparts..."

    *Mireanna haussa les épaules. *

    "En tout cas, nous avons réglé le problème du Zentharim. Ce Trikhäl est bien mort, et voici d'ailleurs le pendentif qu'il portait au cou, et également cette lettre... Tenez, Elegyr."

    *Elegyr vérifia les précieux documents. Il semblait satisfait.*

    "Bon, c'est parfait, avec cela, nous aurons droit peut-être à la clémence des autorités mélandiennes. Voilà ce que nous allons faire, soyez très prudent et cachez-vous dans un endroit où l'on ne songera pas à venir vous trouver. Avec ces preuves que voici, je vais essayer de négocier votre libération officielle et notre sortie de Mélandis sans accroc. Après tout, vous ne vous êtes rendus coupable d'aucun crime selon les lois de cette cité, si ce n'est une entrée non réglementaire dans la ville....

    S'il n'est pas trop tard, je vais demander une audience au général de l'armée talosienne pour régler ce problème à l'amiable, je reviens aussitôt vous chercher ensuite avec des pass en règle.

    Hum... Je vous retrouve où ? Vous avez une idée ?"


  4. #4
    Date d'inscription
    avril 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages 
    946
    Une division armée arriva devant les portes des geôles du Stade. A leur tête, l'air résigné, se trouvait Beorn. La troupe de gardes impériaux encerclait deux hommes: Aenarion et Bagronk, menotes aux poignets!

    Beorn les conduisit dans le dédalle de cellules pour arriver dans la salle de torture Il en fit le tour, leur explicant les utilité de certaine machine.
    Les deux hommes sentire leur sang se glacer à chaque nouvelle machine, se demandant si le Général allait leur faire subire l'une de ces atrocité.

    Après avoir expliqué le fonctionnement de sa machine favorite, Beorn leur fit signe de faire demi-tour, la séance de démonstration étant terminée. Cela avait eu l'effet désirer : La Peur. Les gouttes de sueur qui avaient perlé sur le front des deux individu avaient eu comme effet une grande satisfaction auprès de Beorn.

    Ils sortirent de la salle et le dirigent ouvrit une cellule, bien peu confortable, rudimentaire...


    Voilà, vous resterez ici jusqu'à demain matin, ceci sera votre peine, mais si il s'avère que je vous reprenne à ce genre de futilité, vous aurez le plaisir de me voir tester ces adorables engins!

    Sur ce, il referma la porte à clé, et partit, laissant les deux hommes ici.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  5. #5
    Chaos Invités
    Une troupe de garde impériaux arriva devant les portes des geôles du stade, ils ammenaient Chaos qu'il venait juste d'arreter sous l'ordre de Beorn alors qu'il rentrait dans sa tour. Le chevaucheur du Chaos savait pourquoi Beorn l'avait appelé et il s'était rendu sans montrer de résistance ce qui ne lui aurait servi a rien.
    La troupe impériale se présenta devant Beorn et laiisa Chaos tout seul. Il lui montra les différentes pièces que contenait la salle de torture, Chaos en connaissait quelques unes qu'il avait déjà utilisé pour faire parler quelques personnes et se rappella de leurs cris de douleur, il se dit en lui même qu'il ne faut mieux pas se retrouver dans certaines de ses machines. Le chevaucheur du Chaos comprit qu'il ne faudrait mieux pas de recommencer ce qu'ils venaient de faire.
    Beorn l'emmena devant une porte d'un cachot et fit rentrer Chaos dedans, il vit Aenarion et Bagronk qui parlait au fond et le regardèrent lorsqu'il rentra. Beorn lui dit avant de partir.

    Tu restera ici toute la nuit, je vous libérerait demain matin et que je vous ne reprenne pas a faire ce genre de choses.

    Il fermit la porte à clé et on entendit un Garde se poster devant la porte et les pas de Beorn résonnèrent au loin alors qu'il montait un escalier.


  6. #6
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Localisation
    Vous voulez vraiment savoir ?
    Messages 
    92
    Bagronk s'était assis dans un coin de la cellule

    Bon, on est là pour toute la nuit. Donc il va falloir trouver une occupation.

    ...


    ...


    Heu, vous avez une idée?
    Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul,
    ash nazg thrakatulûk agh burzum-ishi krimpatul

    Sauron


    Vous êtes seul, vous voulez rencontrer votre âme-soeur, vous marier ou vous divorcer? Alors venez au centre de rencontre de Barabatta !

    http://membres.lycos.fr/sgenerator1/...e6b3b09060.png

    Winter is comming

  7. #7
    Chaos Invités
    Chaos s'assit sur une sorte de paille qui était entreposé sur le sol et regarda Aenarion et Bagronk.

    On va beaucoup moins rigoler que la nuit dernière en tout cas.
    Sinon, je sais pas trop ce qu'on pourrait faire.

    Il regarda Aenarion.

    T'a pas une idée ?

  8. #8
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Localisation
    Vous voulez vraiment savoir ?
    Messages 
    92
    Vous avez vu les machines de torture ?

    J'aimerai pas les essayer.
    je sens que je ne vais plus faire de conneries de sitôt !

    Bagronk se prepara un lit avec le peu de paille qu'il trouva, en prevision de la nuit inconfortable qu'ils allaient subirent
    Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul,
    ash nazg thrakatulûk agh burzum-ishi krimpatul

    Sauron


    Vous êtes seul, vous voulez rencontrer votre âme-soeur, vous marier ou vous divorcer? Alors venez au centre de rencontre de Barabatta !

    http://membres.lycos.fr/sgenerator1/...e6b3b09060.png

    Winter is comming

  9. #9
    Chaos Invités
    Chaos le regarda et répondit.

    Oui, je les aies vues, j'en ai déjà utilisé certaines sur des personnes pour leurs faire parler, et je n'aimerai pas y être vu comment ils souffraient quand je leurs faisaient, très peu en sortait vivant...

    Chaos fit pareil que Bagrong et essaya de ranger un peu la paille pour qu'il puisse essayer de se reposer car il ne pensait pas trop réussir a dormir.

  10. #10
    Aenarion Invités
    Aenarion très secoué d'etre en prison alors qu'il était sénateur et qu'il avait réparé tout les dégâts se tourna vers les deux autres prisonniers qui essayaient de rassembler de la paille et fit de même.

    - Heureusement qu'on sort demain!

    Il continua à ramener le plus possible de paille avant de se coucher dessus...

  11. #11
    Aenarion Invités
    Après quelques petites heures de someil, Aenarion se reveilla enfin. Il se tourna et vit les deux autres prisoniers qui dormait encore. Après quelques minutes qu'Aenarion attendait, un homme dont une cape avec un capuchon cachait le visage vint ouvrir la porte de la célulle des trois prisoniers. Le bruit fut tel qu'il réveilla Bagronk et Chaos dans un sursaut terrible. L'homme qui venait d'ouvrir la porte leur dit d'une voix mécanique:

    - Vous êtes libre de quitter la prison dès maintenant!

    Sans plus attendre les trois Talosiens sortirent de leur célulle et partirent dans les nombreuses rues de la ville du chaos...

  12. #12
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650
    Le conseiller tout à sa joie de visiter la ville se présenta aux portes de ce qu'on lui avait annoncé comme étant le festival. Il se présenta devant deux gardes qui le regardèrent interloqués :

    - Hélà ! On entre pas comme ça !

    - Ne vous inquiétez pas votre conseiller m'a donné le mot de passe gros con de mélandien ! :happy:

    Les deux gardes se regardèrent et entrèrent dans une fureur qu'on a pas de peine à comprendre. La suite fût affaire banale, le garou toujours à la fête dans les coups durs se précipita à la hauteur des parties du premier pour s'en faire une salade appéritive alors que le second qui s'apprêtait à s'emparer du demi-elfe termina le combat enchaîné aux portes de la grille. Visiblement surpris le conseiller manostien dit :

    - Seina ne m'avait pas parler de grooms hargneux qui estorquaient des pourboires ! :8: Ca n'a pas trop changé ici finalement ... A ce sujet on m'a promis deux tonneaux de bières vous sauriez pas où je suis sensé les trouver ... et puis la dernière fois que j'ai emporté un tonneau de bière ça a fait tellement d'histoires... :notme: Non ? bon ... garou ! laisse le monsieur rammasser ses restes, le festival n'est visiblement pas par là... Si je revois Seina il faudra que je lui demande, il doit y avoir eu une erreur dans ses explications :eye:

    Et le demi-elfe et son garou retournèrent sur leurs pas...
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  13. #13
    Avatar de Ithrand
    Ithrand est déconnecté Capitaine de la garde
    Date d'inscription
    août 2003
    Localisation
    Poste du Loup Hurlant à Melandis
    Messages 
    94
    Ithrand arriva aux Geoles du Stade. Il avait quelque peu déformé les ordres du Dirigeant qui n'avait pas précisé QUELLES geôles... Il était énervé parle drow, mais ne tant que soldat il lui laissait une deuxième chance.... S'il voulait montrer sa valeur il allait pouvoir le faire...

    Il traina le prisonnier jusqu'au responsable des Gladiateurs : DOORT.


    Doort, je t'ammènes une personne qui devrait faire une recrue pas trop mauvaise comme Gladiateur. Fais le commencer en douceur mais n'hésites pas à lui mener la vie dure... Il parait que c'est un dur... Un vrai foudre du combat."
    Je suis les véritables remparts de Melandis

    Ma couleur : #4a72a3

  14. #14
    Elendill Invités
    Elendill arriva, escorté par deux gardes et le Lieutenant Ithrand, dans un lieu froids et humide, il s’adressa alors à Ithrand.
    _ Merci beaucoup Ithrand je ne pouvais rêvé mieux je vais pouvoir affirmer la puissances des Elfes noirs,
    S’adresse alors à Doort
    _ J’espère que vous avez beaucoup d’esclaves, :eye: dit-je en souriant, quand es que je commence ? :eye:


  15. #15
    Seina Invités
    Le Gardien des Gladiateurs partit dans un éclat de rire :

    " Des esclaves petit drow de pacotille ? Laisse moi rire... Tu va affronter des gladiateurs... mais dans ton état tu ne tiendrais même pas Cinq Minutes... Va d'abord falloir que tu t'entraines...."



    Ellendil observa dans la cour les dizaines de guerriers qui s'entrainaient avec ardeur et sauvagerie. le niveau était excellent...

  16. #16
    Elendill Invités
    Elendill regarda Droot droit dans les yeux et mémorisa son visage et son nom, un de ces jours cet imbécile aura la visite d’un elfe noir qui va lui faire regretter ces paroles.
    _ Bon qu’est ce que tu attend Drow, va voir l’armurier et demande lui de quoi t’équiper
    . Cria Droot.

    Elendill se dirigea vers l’armurier, et lui dit :
    _ Homme, donne moi ta meilleur armure et 2 de tes meilleur épées.
    _ Oui, m’sieur. Il dénicha une vielle cotte de maille et deux épées dont l’une rouillé devrait cassé d’ici peu.

    Elendill s’équipa de son nouvel équipement et rejoignit les gladiateurs dehors et dit
    _ bonjours a tous je me nomme Elendill Val’Malar, nouveau gladiateur qui veut se battre avec moi ? Elendill regarda tous les visages des combattants et s’arrêta sur un, un elfe noir, Sylphidius, Elendill connaissait cette homme qui avait fait partit de son régiment lors de la 3eme guerre contre les Duergars, mais avait fui quand Elendill fut capturer par les Elfes. A présent Elendill allait pouvoir se venger, mais pas maintenant.
    _ moi, répondit ce dernier
    Les combats reprirent

    Sylphidius remit son heaume dégaina son épée a deux main et attaqua Elendill, Elendill para le coup et lui asséna un magnifique coup d’épée dans le ventre, encore étourdis par le coup Sylphidius ne vu pas le second coup qu’Elendill lui donna dans le dos. Sylphidius tomba a terre et cracha du sang, il se releva et donna un coup de taille a Elendill qui le para par son épée rouillée, la violence du coup brisa la lame en mille morceau, ce qui n’arrêta pas l’épée de Sylphidius qui percuta si violemment Elendill que se dernier tomba a terre. Le coup porté par Sylphidius avait déchiré la maille et laissa une cicatrice sur le torse d’Elendill …

    Les combats prirent fin et tous les gladiateurs regagnèrent leurs cellules laissant Elendill seule. A ce moment Elendill rajouta un nouveau nom sur sa liste, celui de l'armurier …






  17. #17
    Alundra Glodar Invités
    Elendill restait sur le sable poussiéreux de l’arène, une lueur noir dans le regard. Un soldat arriva et le heurta de sa pique. Elendill sentit la pointe s’enfonçait dans son corps malgré la maille. Il se releva vivement et, dans un réflexe conditionné par une vie menée parmi sa race, se retourna menaçant.

    Le soldat fut surpris, le drow avait il été averti de ce qu’il advenait des prisonniers tenant de se rebeller ? Il recula d’un pas… et Elendill avança d’autant…

    Il se retourna cependant car de chacun de ses cotés, venaient d’apparaître les ombres d’autres soldats qui venaient à la rescousse du premier. Entouré, il leva les mains lançant un sourire narquois au premier garde.

    Après lui avoir enlevé son armure, il fut ramené prestement dans une cellule constituée de barreaux au travers desquels il pouvait voir les autres gladiateurs.
    Ellendill s’assit là ou on l’avait déposé et regardait ces nombreux autres adversaires. Il remarqua alors que chaque cellule était constituée de la même façon : deux paillasses, deux écuelles et deux personnes…

    Il jeta un regard dans sa cellule et vit une ombre dans un coin. Sa méfiance naturelle le poussa à laisser cette personne tranquille pour l'instant.

    Lorsque le soldat assigné aux repas passa dans le couloir avec sa marmite, tous passèrent leur écuelle au travers des barreaux. Ellendill vit sortir de l’ombre un humain, à peine plus grand que lui, d’à peu près 40 ans, prendre son écuelle et venir à coté de lui pour demander sa ration au grassouillet soldat.

    Son compagnon de cellule présentait un corps musclé et svelte, il était plutôt beau pour un humain… Un fait notable choqua le drow : aucune marque, aucune cicatrice, aucune blessure n’était visible sur la surface de sa peau… chose remarquable pour un homme de son âge et de sa condition.

    L’homme lança un regard vide à Elendill quand il se fit remplir son écuelle puis il se rassit dans l’ombre de la pièce, juste au-dessous de la minuscule fenêtre. Elendill s’assit également et mangea en silence l’espèce de légume pilé mélangé à une sauce des plus grasses.

    Après quelques bouchées, son compagnon de cellule se leva pour se rasseoir en face de lui. Ses yeux étaient verts, d’un vert si foncé qu’ils semblaient surnaturels, ses cheveux blonds, coupés à la dague, semblaient être de la paille tant ils étaient rêche. Son visage souriant inspirait la tranquillité, la force tranquille.

    Il lui dit d’un ton neutre :

    " Je me nomme Epique. Je ne connais pas les gens de ta race mais tu sembles jeune. Tu combats avec toute ta fougue, si tu continues... tu mourras…"

    Le silence retomba. Seuls les cris et vociférations des autres prisonniers résonnaient dans la prison.

    Lorsque nous combattrons devant les notables, certains profiteront de toi. Ils se serviront de ta faiblesse et ton sang leur attirera gloire et honneur.

    Tu veux un conseil ? Ne montre pas ce que tu sais faire… pas encore. Et quand le moment sera venu, défend ta vie du mieux que tu peux.

    Une dernière chose : mange et dors bien… ici on demande beaucoup et on donne peu "


    Le dénommé Epique s’allongea alors dans le fond de la cellule et s’endormit bientôt. Ellendil, de nouveau seul, prit le repos dont il avait besoin et attendit que les humains sortent de leur longue torpeur nocturne.

    Le rituel traditionnel de la journée recommença alors, les soldats :
    - Réveillèrent tout le monde.
    - Distribuèrent l’un des deux repas de la journée.
    - Libérèrent les prisonniers et les envoyèrent dans l’arène pour l’entraînement.

    Seuls quelques étranges personnes regardaient le spectacle : des marchand d’esclaves.

    Au moment de choisir les armes à l’armurerie, Epique, qui était passé juste avant lui, regarda les deux épées demandées par Elendill et demanda au drow :

    « Crois tu épater les spectateurs avec ces armes ? Si tu veux briller ici, il va te falloir sortir de cet ordinaire des plus commun.
    Pour être remarqué, il faut créer du spectacle. Les gens dans les gradins n’attendent que ça. Si tu ne leur offre pas, il baisseront le pouce lorsque ton visage touchera terre et alors... tu mourras… peut être pris dans mon filet. »


    Sur ces paroles, Epique prit un filet ainsi qu’une étrange autre arme que Elendill ne reconnut pas. Un bâton dont un coté était muni d’une lame et l’autre d’une large faux.

    "Alors" rugit l’armurier "qu’est ce qu'il veut le noiraud ! ?"

  18. #18
    Elendill Invités
    Je regarde le forgeron avec froideur en pensant à l’épée qu’y s’était cassée, je lui répond :
    _ Je vais prendre un fléau et cette espèce de rapière, montrant du doigt une étrange lame mince et longue.
    Je revêt l’ensemble en ajustant bien la maille de manière optimum pour la défense, revêtit de mon ensemble métallique j’entre dans l’arène sous un soleil de plomb annonça avec imminence la saison des moissons.

    Epique approche de moi et me dit :
    _ viens, nous allons voir de quoi tu es capable !
    Dans ma jeunesse je fus entraîné au fléau, une arme particulièrement dangereuse entre les mains d’un expert, ce qui n’est pas mon cas.

    Je me positionne en sorte que Epique est le soleil dans les yeux .Décrivant de large cercle avec mon arme, j’avance vers Epique, il me regarde en souriant, abaisse sa visière, et d’un coup de bâton bloque mon fléau ce qui lui permet de jeter son filet, de façon a être a trébuché dedans, je me relève du sol avec une étrange douleur au ventre. Je relève ma visière et crache du sang et contre-attaque, il me rebloque et me refais trébucher. Il relève alors sa visière et me dit :
    _ Tu doit être plus rapide et plus agile, tu dois attaquer en conséquence des mouvements de ton adversaire, réessaye, il rabaisse sa visière. Se remet en position

    Restant en défense cette fois il me réattaqua, je fis le tour de son bâton avec la chaîne de mon fléau, et en lui arrachant des mains je fis une fente avec ma rapière écorchant son armure de cuire au ventre. Il dit en souriant :
    _ Bien, tu fais des progrès.
    Et juste après me décoche une droite qui éjecta mon heaume à terre. Surpris par la force de ce vieillard je me relève et il me dit :
    _ N’oubli jamais que tu peux te servir de tes mains pour déstabilisé ton ennemis .l’assaut repris …Et toute la journées nous combattîmes ensemble, jusqu’au crépuscule ou je regagna ma cellule …

    Tard dans la nuit je me réveillai à cause de cette atroce douleur au ventre et je vis Epique qui m’observe et je lui dis :
    _ pourquoi vous m’aider ? Pourquoi vous êtes la ?



  19. #19
    Alundra Glodar Invités
    Malgré la pénombre, Elendill discerna un sourire sur le visage du vétéran. C’est sans aucun mouvement que la voix de l'homme s’éleva, grave et neutre comme à l’accoutumé :

    « Rare sont ceux qui avouent pourquoi ils sont ici.
    Pour certains cette une punition et pour d’autre c’est leur volonté. Ces deux catégories ne se comprennent pas mais chacune vise le même objectif : le spectacle. C’est la règle numéro 1 et le but ultime de tout gladiateur.

    Pour ceux de la première catégorie, les prisonniers et autres esclaves, le spectacle leur permet de demander une grâce avec l'aide du public et de pouvoir enfin retrouver leur liberté. Les pourritures qui nous regardent nous entretuer sont exigeantes et voudront que tu risques la mort plusieurs fois avant d’avoir droit à cette requête.

    Ceux de la deuxième catégorie, ceux qui ont demandé à venir ici, cherchent la gloire. Ils peuvent échapper à cet boucherie quand ils le souhaitent mais ils espèrent se couvrir d’honneur et de renommée en livrant ici de majestueux combats. Ils rêvent de femmes, d’argent et de pouvoir. Ils viennent souvent des basses classes de la population et n’ont généralement rien à perdre… ou alors ce sont des déments. Beaucoup pensent que cette deuxième catégorie est la plus dangereuse. »


    Elendill sentait le sommeil l’envahir. Toute la journée, il avait déjà écouté ses conseils et s’était appliqué à les mettre en œuvre. Il avait tenté de montrer son savoir-faire malgré son inexpérience des armes choisies et maintenant ses muscles étaient douloureux et son ventre lui rappelait chaque coup de la journée par des pointes de douleur régulières.

    Le repas était passé très vite ce soir et il fut surpris de voir son assiette terminée en un rien de temps. Il devrait se ménager s’il voulait survivre à cet entraînement si éprouvant.

    Epique était monocorde et le son de sa voix transformait la lutte contre le sommeil de Elendill en torture. Il se rappela alors qu’il n’avait toujours pas eu la réponse à ses questions et c’est justement quand Epique revint sur le sujet qu’il se réveilla se demandant ce qu’il avait raté.

    « ...et si je m’intéresse à toi c’est parce qu’il faut être deux pour créer un spectacle. Si un expert tue son adversaire d’un seul revers de bouclier, tous les gladiateurs se feront hués et peut être certains seront exécutés … à cause du mécontentement des spectateurs.

    Je ne le souhaite pas et si le destin nous mets un jour l’un en face de l’autre, j’espère que nous offrirons un duel que même Talos appréciera. Le sang et les larmes seront les clefs de notre liberté et de notre gloire.

    Voilà pourquoi je veux que tu sois bon, voire excellent : dans le cas où tu devrais m'affronter un jour.

    Quand à la raison de ma présence ici, je ne souhaite pas en parler. Peut être l’apprendras tu un jour. »


    Mais cette phrase resta en suspens dans le silence des geôles. Le sommeil avait finalement vaincu l’elfe noir qui laissait enfin son corps prendre un repos bien mérité.

    Epique le regarda un moment puis s’allongea. Quelques minutes plus tard, il fermait les yeux et s’endormit à son tour, Elendill ne l’avait pas ménagé non plus.




  20. #20
    Elendill Invités
    Alors que l’aube approche Duurt vient nous réveiller brutalement, pour aller s’entraîner, je me réveille difficilement à cause des douleur occasionner par l’entraînement, et s’est a ce moment ou j’ai le plus envie de tué ce gros porc de Duurt ! , nous nous mettons en rang, sous l’œil attentif des gardes poster à chaque coin de l’arène. Dans le froid glaciale de ce matin d’été. Et il s’adressa à nous :

    Ce soir vous allez devoir vous battre ! , nous organisons des duels, un contre un.

    A ce moment je senti une vague de terreur traverser mon corps, impossible ! Je suis un Elfe noir et je n’ai peur de rien, mais pourtant ce combat que j’attendais depuis longtemps me faisait peur.
    Il reprit quelque minute après :

    Les combats seront les suivants, il énonce rapidement le nom des quarante gladiateurs présents, j’usqua qu’il dit dans un ton morne : Mazar Gru’Golos contre Elendill, à ce moment tous rigole sauf Epique.

    Mazar Gru’Golos , un barbare orc mesurant prés de 1m90 et pesant plus de 100kg , une vrai montagne de muscle , cela va être un combat très intéressant.

    La nuit arriva vite et les gradins de l’arène se rempli vite, les combats attire des foules de personnes venu pour nous voir nous entretuer, les combats s’enchaînent à un rythme affreux jusqu’a ce que la porte de ma cellule s’ouvre brutalement, et fais vibrer le mur faisant tomber du sable sur mes cheveux .et Duurt entre et me dit

    Allez va te battre petit Drow et ne meurt pas trop vite, dit-il en rigolant.

    Je me prépare,j’enfile d’abord la combinaison de cuire, ensuite la maille, saisi le heaume et enfin je prend mes deux épées,les seuls chose véritablement utile car la maille se déchire si facilement quelle est presque inutile, Et je me précipite dans l’arène,dans la mort ou la gloire. Et c’est la que je le vu, la bête, l’orc, Mazar Gru’Golos, équipé d’une armure de plate et armé d’une hache terrifiante <img src= http://lefalaipe.free.fr/Fond%20d'ecra...-%20orc.jpg>

    J’abaisse ma visière, une dernière prière a Talos, et je me jette contre mon adversaire avec une rage que je ne cru possible,il a plus de dextérité que je ne l’aurait cru car il esquive mon coup mais avec ma deuxième armes je lui raye son pectoral d’acier,des risque inutiles, et je remarque qu’il n’est vulnérable qu’au coup et aux poignés, la public retient son souffle, on n’entend que la respiration rauque de l’Orc qui essaye de me tuer telle un chat qui s’amuse avec sa proie. Et la il m’assène un coup qui me projette par terre, dans la fumé de poussière du a ma chute esquivant un nouveau coup de hache j’effectue une pirouette en arrière et je me relève et fait fasse à mon adversaire. Il essaye encore de me frapper mais a chaque fois j’esquive , à ce rythme là je ne peut tenir longtemps , l’erreur arrive vite il me fend la maille ,unique protection entre mon corps et la rigueur du combat , ce coup me déchiquette la peau et je lâche un cri et je m’écroule à terre .

    le public cri ,à l’unissons, à l’Orc de m’achever , il rigole , prend sa hache a deux main , et s’apprête à m’assener un coup de taille qui me tuerai sur le coup , mais dans un effort terrible je pare le coup et lui tranche les deux mains, sons sang vint m’éclabousser à la figure, quelle joie de recevoir du sang de l’adversaire , il hurle de terreur , le public exprime son amusement , l’Orc tombe à genou , je me relève,essuis mes épées, et en je regarde les spectateurs , ils crient de l’achever , ce que je fis avec la plus grande joie, je lui découpe la tête qui roule dans la poussière, je la ramasse et l’expose au public, le public est en délire , fou de joie, une main sur ma plaie et l’autre tirant la carcasse de mon défunt adversaire je regagne ma cellule …

    Mais à ce moment un spectateur qui s’avère être un nain saute dans l’arène et hurle :

    C’est toi le salopard de Drow qui a osé tué mon fils aîné.

    Je lui répond avec toute l’orgueil de ma race : exacte, quelle déduction pour un nain, c’est moi qui est tué ton salopard de fils, maintenant écarte toi sinon ta famille devra certainement réorganisé des funérailles.

    Ordure tu va mourir, mais il me reste mon honneur, je jure devant tous les spectateur ci-présent que je te défis selon les lois suivantes : si je gagne, mon honneur sera retrouvé si tu gagne c’est que tu est plus fort que moi et je te transmet tous mes bien, ma fortune et ma liberté.

    Pas de problème nain, je viens de massacrer ce truc, montre du doigt la carcasse de l’orque.

    Le nain se mets en position de combat sort sa hache et son bouclier et m’attaque. J’esquive ses coups et lui en porte de plus violent sur le bouclier, un magnifique bouclier très résistant. Et c’est la que le soleil caché par le nuage réparait, et ces rayon réfléchissant sur son armure m’ébloui. Ébloui par le soleil je fais le tour de mon adversaire par une astucieuse roulade sur le coté. Plus rapide que le nain, je lui lacère le dos et le pousse a terre, lui pose le pieds sur le dos. Grâce au poids de son armure et à mon pieds il n’arrive pas à ce relever. Je le menace du bout de ma lame sa nuque et je l’entend murmurer : pitié, pitié…

    Fou de joie je marche su le nain, je lève les armes et crie : Victoire !je me retourne trop tard pour esquivé la hache que le nain m’a lancé, cette hache vient s’incruster dans mon abdomen et je m’écroule dans la poussière, clôturant ainsi la fin de la soirée, une soirée sanglante…



  21. #21
    Alundra Glodar Invités
    A quelques mètres de là, un autre nuage de sable prenait source sous les pieds de deux autres combattants. Ce combat avait été tout aussi sanglant et semblait ne jamais prendre fin.

    Les deux combattants étaient Epique et un dénommé Sanja. Ce dernier venait sûrement d’un lointain coin sauvage, sa peau était presque brune et il était paré d’une façon inconnue.

    Cheveux noirs coiffés avec de multiples tresses attachés en catogan, un visage couvert de tatouages en arabesques et surtout des vêtements de femme. Ceux-ci ne l’empêchaient pourtant pas de bouger. L’habitude voulait que les gladiateurs montrent leurs corps et lui, était entièrement recouvert par ses longs et épais habits. Rapidement ils étaient devenus humides et collants à cause de la sueur du combat, mais cela n’avait pas semblé gêné le combattant.

    Ils s’étaient salués selon les règles de l’art et s’étaient rué l’un sur l’autre.

    Epique avait opté pour une épée à deux mains qu’il tenait maladroitement dans une seule et un filet qu’il affectionnait.
    Son adversaire maniait un large bouclier comportant des pointes rougies sur un fond noir. L’autre main tentait de blesser à l’aide d’une arme qui ressemblait au premier abord à une dague sacrificielle, la poigne était dorée et la lame torsadée. Mais dans ce cas, la lame était longue d’environ 50 cm et été maniée d’une main experte.

    Epique tournait sur lui-même afin de se donner l’énergie suffisante pour manier l’épée à une seule main et obligeait Sanja à faire un pas de recul à chaque tour.
    Sanja manquait d’allonge et tentait d’avancer tant bien que mal, tantôt parant avec son bouclier et attaquant avec sa lame, tantôt l’inverse. Pourtant, il restait sans cesse sur la défensive, jamais à l’abri de la menace du filet clouté.

    Les passes d’armes furent nombreuses et c’est Sanja qui porta véritablement un coup en premier. Il s’était jeté sur son adversaire avec son bouclier, cassant la distance et l’empêchant d’utiliser son arme à dexu mains.
    Les pointes du bouclier avaient blessé Epique et celui-ci avait été obligé de reculer, modifiant sa façon de se déplacer. Sanja avait prévu ce geste et en profita pour placer un coup d’épée qui perfora l’armure, cependant sans entailler la peau.

    Epique sentit une goutte de sueur sur son front, ça avait été juste…

    Le combat repris. L’homme à l’épée à deux mains s’acharnait sur le côté droit de Sanja, l’obligeant à se tourner de manière excessive pour se protéger avec son bouclier. Ne pouvant lui-même attaquer, Sanja accumula les coups encaissés et sentit son bras portant sa protection se fatiguer. De plus, le bouclier s’affaiblissait, le bois partait peu à peu pendant que son porteur perdait de plus en plus de terrain.

    Sanja risqua alors une esquive plutôt qu’une parade et glissa sous l’épée lancée contre lui et tenta de se rapprocher une nouvelle fois suffisament proche pour porter un coup mortel. Mais cette fois ci, Epique avait prévu et, d’un pas, esquiva et jeta son filet d’une main experte qui enveloppa son adversaire. Il regarda son adversaire en reculant de quelques pas, reprenant une distance plus adéquat à son style de combat.

    Sanja sentit le geste mais, pris par son élan, il ne pu sortir de la zone couverte par le piège de corde. Quand il fut couvert entièrement, il sentit avec rage les pointes de fer s’enfoncer doucement mais sûrement dans sa chair à chaque mouvement. Il ne pourrait s’en sortir qu’au prix d’une grande souffrance.
    Réfléchissant au prix à payer pour sa douloureuse délivrance, il entendit une voix au loin dire :

    « C’est fini !!»

    C’était un des gardes arrêtant le combat par ce cri. Quand Sanja releva la tête précautionneusement pour ne pas être blessé, il vit Epique en position de donner un ultime coup de son épée qu’il tenait maintenant à deux mains.

    L’entraînement était terminé pour ces deux gladiateurs. Deux gardes vinrent enlever le filet dont les pointes étaient déjà entrées dans la chair de Sanja puis les opposants se saluèrent.

    Tout deux repartirent toujours escortés par des gardes. Ils s’embrassaient et rigolaient maintenant ensemble.

    Chaque moment de détente était bon à prendre avant le vrai combat où ils s’entretueraient….

  22. #22
    Date d'inscription
    février 2005
    Localisation
    Quartier Est de Calimport
    Messages 
    92
    Le jour suivant, un nouveau prisonnier fut emmené au stade. C'était un jeune homme, un air enfantin et fanatique peint sur le visage. Il paraissait discret, peu robuste et était accompagné de cinq gardes. Il n'avait pas d'arme...
    Les autres prisonniers apprirent plus tard qu'il n'avait pas le droit pour l'instant d'être armé ni de participer aux entraînements avant d'avoir vu Doort.


    "Hé...Hé, toi, le jeune! Pourquoi t'as pas le droit de te battre? Les gardes ont peur que tu te fasse mal avant le spectacle?" lui demanda un des prisonniers, quand il fut arrivé dans sa cellule.
    Sous les rires de l'assistance, le jeune Dyree haussa les épaules et se terra dans un coin. Il n'avait pas entendu le conseil d'Epique, mais suivit fort bien son instinct, qui lui disait de PATIENTER.

    Il fut enfin présenté au fameux Doort. Cet homme robuste était une vrai force de la nature.

    "Alors, le nouveau prisonnier? On est important au point de se faire escorter par cinq gardes? Pourquoi tant de méfiance envers un jeune homme inoffensif?
    -Nous..Nous préférions prendre des mesures...il a tenté d'occire ses gardes.
    Doort réfléchit un moment...Hum...Peut-être a-t-il un mince chance face aux autres gladiateurs. Je pense pas qu'il tienne plus d'une journée mais bon...Autant essayer, je n'ai rien à perdre à part lui

    Edit : Oui alors pour le moment on va se contenter de faire simple ...

  23. #23
    Nithep Invités
    On amena Dyree à l'armurerie sous bonne escorte.
    La pièce est longue et étroite, et s'achevait en cul de sac sur le coffre des armes d'entrainement. Derrière une espèce de fenêtre à l'intérieur de la pièce, le commis pouvait distribuer des objets supplémentaires.
    Là on lui donna le choix entre une armure de cuir, une cotte de maille, ou aucune armure. Ensuite, dans le coffre des armes d'entraînement il put trouver un fléau, une masse, une épée courte, une épée longue, juste derrière, posés contre le mur un trident et un filet. Les armes semblaient avoir bien vécu mais Dyree pouvait prendre toutes celles qu'il souhaitait.
    Après avoir fait son choix, le jeune homme se vit escorté dans l'arène elle-même, et quelle arène ...

    Le stadium avait une arène qui devait mesurer presque deux cent mètres de long, peut être un peu moins de large, et les murs qui séparaient les combattants du public devaient mesurer la taille de trente hommes. Cette arène était tapissée d'un fond de sable grossier et assez clair, sur lequel s'entrainaient au loin deux groupe de gladiateurs dont certains semblaient être dans le métier depuis longtemps, au vu de leur maîtrise de leurs armes et des cicatrices qu'ils avaient sur le corps.

    Un peu plus près, Doort et un homme entre deux âges portant une cotte de maille, une épée et un arc attendaient en discutant calmement. Quand ils furent à portée, Doort prit la parole.


    " Hé bien voilà, je vais t'expliquer ce qui se passe ici ... ici c'est le Heroes Stadium, c'est moi qui décide de la vie et de la mort de chacun. Si on t'a envoyé ici, c'est qu'on a jugé que la mort était trop douce et qu'on veut faire de toi un homme... soit.
    Voici Kërn, il va superviser ton entrainement ... si tu survis jusqu'à ce soir on en rediscutera. D'ici là tu lui obéis et tu essaies de ne pas te faire trop écharper. "

    Sans attendre de réponse, le nain quitta le stade pour les portes de sortie. Il frappa pour qu'on lui ouvre car elles n'avaient pas de poignées, à l'instar des herses qui refermaient l'accès des gladiateurs. Kërn se racla la gorge et siffla dans la direction des gladiateurs qui s'entrainaient. Ces derniers s'interrompirent et l'aide de Doort pointa l'un des rétiaires avant de lui faire signe de s'approcher. Ce dernier s'exécuta et vint rejoindre le deux autres hommes.

    " Ouais, commença Kërn, Polsius et toi, le nouveau ... Ithrand nous a dit que tu t'appelais Dyree? On va voir déjà ce que tu as dans le ventre. Prend déjà le temps de faire connaissance avec ton matériel et ajuste le comme il faut. Polsius n'a que quelques jours d'entrainement derrière lui, je pense que vous aurez à peu près le même niveau.
    Vous allez essayer déjà de me faire quelques passes en faisant bien attention de ne pas vous tuer, on a vite fait de se faire mal tout seul quand on n'a pas l'habitude.

    Le but de l'exercice est simple, toi Dyree, tu dois essayer de frapper Polsius au niveau de son épaulière. Je ne veux pas que tu le touches ailleurs c'est clair? Essaie juste de frapper son épaulière, ne lui arrache pas un oeil, ne lui coupe pas une oreille. Toi Polsius, exercice habituel, tu te défends, tu n'attaques pas ... " et à voix basse " et n'hésite pas à lui coller quelques coups de manche dans les jarrets s'il s'approche trop près. "

    Le rétiaire tira son filet sur son épaule afin de ne pas être gêné et saisit fermement son trident, en garde face à Dyree.


    Mentionnes au cours de ton post les armes que tu as prises, l'armure que tu as choisie si tu en veux une, et indique si tu t'équipes d'un bouclier. Tu peux décrire ça au cours d'un bref échauffement ou en faisant un flashback. Pour le reste, je te laisse la possibilité de décrire cet exercice comme tu le souhaites. Bonne chance

  24. #24
    Date d'inscription
    février 2005
    Localisation
    Quartier Est de Calimport
    Messages 
    92
    Dyree, face à son adversaire, regarda pour la cinquième fois la dague qu'il avait choisie.Elle paraissait vieille, mais de bonne facture. Elle serait son arme unique. Il n'avait pas pri de bouclier en raison de la lourdeur de ceux-ci et parce qu'il tenait a se mouvoir le plus vite possible.
    Cette fois-ci, ce n'était pas comme les fois où il pouvait tuer un officier calimshite sans se préoccuper de ses blessures: Il allait devoir simuler face à cet homme qui n'avait aucune chance...(C'était au début son avis...)
    Il attaqua molement, son coup étant arrêté facilement paré par Polsius. Ennuyé de se retenir, il attaqua avec toute la force et toute la rapidité qu'il pouvait mettre dans ce coup. Il pensait blesser à coup sur cet adversaire qui, contraîrement aux autres colosses de l'arène, ne paraissait pas dangereux.
    Son adversaire esquiva le coup comme s'il s'amusait et frappa Dyree dans les cotes. Ce dernier, le souffle coupé, ne se remit pas en combat et demanda d'arreter, voyant les sourrires peints sur des visages de gladiateurs.

  25. #25
    Nithep Invités
    Kërn regarda le jeune homme à terre et haussa le ton.

    " Il me semble que je t'ai dit de te battre, gladiateur, pas de manger le sable de l'arène. Allez, debout, et essaie de me toucher cette damnée épaulière sinon tu goûteras assez de coups de bâton pour te demander si tu n'es pas toi-même en bois! "

  26. #26
    Date d'inscription
    février 2005
    Localisation
    Quartier Est de Calimport
    Messages 
    92
    Se relevant, le visage voilé par un rictus de haine,le novice feinta, pivota, et réussit a frapper Polsius à l'epaulière. Ce dernier, surpris par la colère du jeune Dyree recula et regarda Kërn avec étonnement.

  27. #27
    Nithep Invités
    J'ai fait l'édit nécessaire

    Kërn fronça les sourcils et secoua la tête

    " Je crois que nous sommes tombé sur une anguille ... c'est bon Polsius tu peux disposer. Va me chercher Mathan. "

    Le rétiaire s'éloigna vers les groupes qui s'entrainaient. Resté seul, l'instructeur fronça les sourcils.

    " Pas mal du tout, c'est assez inattendu. Mais je te préviens, ne t'avise pas de tenter cela avec un gladiateur expérimenté, le feintage est une seconde nature chez eux et tu as parfois à combattre plusieurs adversaires avant tout. Je te dis ce que je dis à tous ceux qui débutent, c'est facile de se croire le meilleur quand on peut arracher un sang à un adversaire, mais ce qui compte avant tout c'est de durer, survivre le plus longtemps possible. Ca suffira pour commencer. "

    Une gladiatrice vêture d'une armure articulée recouverte de peau de lion s'approchait, au début Dyree crut qu'elle tenait des épées courtes, mais à y regarder de plus près, elle portait des gantelets prolongés de longues griffes droites. Ses avant bras portaient une paire de boucliers ronds en métal.

    " Alors, je te présente Mathan, elle n'en a pas l'air mais cela fait à peine un peu plus d'un mois qu'elle est ici et elle a très rapidement fait ses preuves. "

    La gladiatrice s'arrêta à côté de Kërn et ses yeux, apparaissant au dessus d'une portection pour le visage, se firent interrogatifs à l'attention du dresseur de gladiateurs.

    " Oui ma chère, il est temps de mettre à profit ce que je vous ai appris ... voici une jeune recrue qui a fait à peu près ce que vous avez fait à Lovrik quand vous êtes arrivée, si ce n'est que lui au moins a eu l'amabilité de ne pas briser l'épaule de son partenaire. Il est un peu plus lent et moins précis que tu ne l'étais alors mais je pense qu'il pourrait lui être profitable que tu l'entraines. "
    Puis à l'adresse de Dyree.
    " Tu es en de bonnes griffes ... essayez de contenir vos bouillants caractères jusqu'à ce soir bande de scorpions... cela ne vous sera que plus profitable. "

    Le dresseur s'éloigna. Seule restait la gladiatrice, un peu plus petite que Dyree. Ses yeux étaient deux billes noires impénétrables visibles entre la mâchoire de lion et le masque de métal, et sa stature laissait deviner qu'une apparence frêle dissimulait une musculature étirée en souplesse ... mais un guerrier expérimenté s'en rendrait assez vite compte.

    " Bon, toi, faut que tu saches plusieurs choses. Les gens comme toi et moi on aime pas les arènes, c'est trop éclairé, ça permet pas d'agir tranquillement, on a aucune position intéressante pour s'embusquer ou utiliser une arme de jet facilement. Mais on peut faire certaines choses intéressantes comme profiter du fait que parfois certains combattants se retrouvent en prise, et qu'on peut éliminer celui qui a l'air le plus fort.
    Biens souvent les favoris aiment à s'empoigner dès le début du combat ou bien juste à la fin, il faut alors en profiter pour les esquinter au mieux ceux que tu peux, et c'est là que ta rapidité et ta souplesse t'éviteront de prendre un mauvais coup en retour.
    Malgré tout ça, une arène est un territoire de guerriers et de fauves, c'est pour ça qu'on y fait combattre à la fois les hommes et les bêtes, et qu'avec le temps ils finissent par se ressembler. Si personne ne te donne les bases tu vas te faire écraser comme un moucheron.
    Déjà il te faudrait un bouclier, parer avec une dague ce n'est pas simple ... or on ne peut pas tout esquiver sur une arène, il faut parfois dévier ou accuser les coups, trouve toi un truc pour parer facilement, moi par exemple j'utilise des targes ... c'est léger et pas encombrant. "

    Mathan se ramassa sur elle-même, plaçant toutes les plaques de son armure comme une sorte de coquille autour d'elle. La peau de lion semblait s'animer sous sa respiration, inspirant ainsi l'apparence des grands fauves.

    " A présent il faut que tu développes certains réflexes. Essaie de m'attaquer de différentes façon et je te répondrais par la défense qu'adopte typiquement un gladiateur face à ton attaque. Ca t'obligera petit à petit à trouver le moyen le plus efficace d'utiliser ton arme et tes capacités.
    Vas y! "

    Tu as la possibilité de décrire des passes de combat face à ton entraineur. Mathan est plutôt calme et lente, mais ses réactions son réellement très rapide, même avec le poids de son armure.
    Quoi que tu tentes, elle ne portera pas de contre attaque avec ses griffes mais avec ses coudes et des jambes, donc Dyree ne sera pas blessé quoi qu'il advienne s'il décide de faire l'exercice.
    En revanche s'il veut tenter autre chose comme éliminer Mathan ou s'enfuir, décris juste ton action mais pas son éventuel succès ou échec, car cela ne dépend pas uniquement de toi.
    Bon courage!

  28. #28
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    décembre 2004
    Messages 
    33 502
    [Quête : le prophète gris]

    Pour leur premier assaut à partir des égouts, les rebelles prirent pour cible le grand stade. Il se situait dans la zone sous contrôle des autorités mélandiennes, mais était suffisamment proche des bas-quartiers pour que celles-ci ne puissent soupçonner par quel moyen les insurgés avaient déjoué l’imposant siège qu’on leur imposait.

    Un commando d’une trentaine d’hommes surgit ainsi à quelques pas du Colisée. Ils fondirent sur les gardes qui, pris par surprise, furent rapidement submergés. Puis ils pénétrèrent dans les geôles et libérèrent les malheureux gladiateurs qui les accueillirent à bras ouverts et les suivirent dans leur prompte retraite à travers les égoûts. Ils étaient heureux d’avoir enfin retrouvé la liberté mais, surtout, ils brûlaient de pouvoir utiliser leurs compétences guerrières contre les oppresseurs qui les avaient longtemps forcés à s’entretuer.

    Quant à Taliesin, il éprouvait un agréable sentiment de revanche. C’était ici que le conseiller Mornagest l’avait forcé à accomplir un terrible méfait. Et c’était ici qu’il avait tenu à engager la nouvelle phase d’hostilités qui, espérait-il, mènerait au renversement d’un pouvoir maléfique et corrompu.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

Discussions similaires

  1. [Lieu] Les taudis
    Par Garfield dans le forum Les Taudis
    Réponses: 368
    Dernier message: 26/08/2022, 22h47
  2. [Bâtiment] Les entrepôts
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Le Complexe Portuaire
    Réponses: 447
    Dernier message: 14/12/2018, 11h42
  3. [ACTUALITE] Musiques du jeu au Stade de France
    Par Ben-jXX dans le forum La Taverne du Berceau de l'Hiver (Icewind Dale 1)
    Réponses: 1
    Dernier message: 11/02/2009, 20h27
  4. [Bâtiment] 4 rue Elminster
    Par Aloysius Kelsen dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 79
    Dernier message: 10/11/2004, 07h41
  5. [Bâtiment] Le confessional
    Par dragum dans le forum Les Archives des structures de Melandis
    Réponses: 11
    Dernier message: 12/09/2003, 22h41

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252