Une belle soirée qui débutait à présent, dans ce domaine très privé du Seigneur Diaguilev. Nombre d'invités, tous des notables de la cité, ou la plupart, en tout cas. La réception était grandiose, les richesses étalées eurent fait pâlir de jalousie les plus dandys des aristocrates luméniens : tapisseries fines, bouquets de fleurs exotiques, lustres en cristal et en gemmes précieuses, plats raffinés et domestiques en suffisance pour subvenir aux moindres désirs des invités.

L'apéritif expédié, le repas fut donné vers onze heures du soir. Les convives se régalèrent, tandis que leur hôte s'évertuait à distraire ses amis, par des facéties tantôt audacieuses, tantôt caustiques, par les critiques qu'elles contenaient. Mais, le ton humoristique donné laissait aisément au Seigneur Diaguilev le fait d'être pardonné.

Plus tard dans la nuit, la véritable fête commença. Alors que la moitié des invités rentrait déjà à leurs villas, les amis les plus intimes du Seigneur furent conviés, comme à l'accoutumée, à une orgie des plus décadentes. Esclaves, nourriture, danseuses étaient au menu, cette fois. Il y en avait pour tous les goûts, tous les bords...

Enfin, après ce légitime délassement, les convives furent invités à terminer la nuit dans un sauna luxueux, sans avoir pour autant récupéré leux vêtements. La plupart des gens continua donc leurs festivités dans le gigantesque complexe de vapeur brûlante...

Chaude nuit...