Page 2 sur 6 PremièrePremière 1234 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 156

Discussion: [Organisation] Zaefal

  1. #31
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Entre nulle part et partout.
    Messages 
    2 309
    Ah, enfin une mission digne de moi, pensait l'homme en revétant son armure de mailles et en s'assurant que sa large épée était bien dans son dos, prête à servir. Dire que ces ingrats avaient osé lui demander de garder un entrepôt de blé pendant un mois. Mais c'était fini maintenant, il allait participer à une vraie mission. Protéger un noblio. Evidemment, il ne s'agissait pas de l'Impératrice, mais c'était un grand pas en avant.
    Et tandis qu'il sortait du bâtiment, sa tête emplie de rêves de gloire, de fortune et de femmes faciles, un étrange bruit lui parvint. Ce n'était pas le bruit d'une chute d'eau, ni celui du raclement d'une barque qu'on ramène sur la plage en la trainant, mais cela s'en approchait. Toutefois, le ton étant différent, régulier, et étrangement, agressif.
    Il n'avait pas un esprit rapide, mais le grognement de la bête était un avertissement suffisant pour que même un veillard souffreteux puisse esquiver l'attaque, aussi ce fut sans mal qu'il roula sur le côté et dégaina son arme pour se retrouver en face de la créature.

    La première pensée qui lui vint fut que ce devait être un de ces démons bleus venus d'un autre plan qui aurait échappé à l'influence du mage qui l'avait convoqué, mais il réalisa vite que la chose correspondait fort bien à la description de la créature qui avait agressé quelques habitants de Melandis ces derniers jours.
    Il sentit la peur l'envahir, ce sentiment qu'il redoutait de ressentir car seuls les faibles en souffraient, mais la première attaque de la bête, malgré sa rapidité, vint heurter son armure au niveau de la hanche sans même faire une égratignure. Ses griffres étaient longues et acérées, mais la bête ne semblait pas connaître la solidité du métal ou l'utilité d'une armure.
    Sa deuxième attaque fut moins rapide, et la parade de l'homme, bien qu'un peu maladroite, fut suffisante pour repousser le coups et blesser l'ennemi superficiellement.
    La bête poussa un grognement de colère, particulièrement effrayant, et s'enfuit sans demander son reste. Il fallu quelques minutes à l'homme pour comprendre ce qui venait de lui arriver. Enfin, il venait d'affronter son premier monstre, et personne ne pourrait lui constater ce qualificatif pour son adversaire. Il était maintenant un guerrier expérimenté.
    Agifem, Auteur des Chroniques de l'Age Sombre, mordeur des titreurs négligeants, molosse modérateur du forum NeverWinter Nights 1, et Tyran Suprème du forum NeverWinter Nights 2.

    Un dernier merci à Egrevyn, mon ami, pour tout ce que tu as fait pour nous tous.

  2. #32
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Duorok s'était finalement rétablit de ses nombreuses blessures. On lui avait aussi apprit que Dame Oan était devenu "Grand Melandien", Lady Oan !

    Cette nouvelle ferait connaître la guilde et cela serait bénéfique :eye:.

    Mais avant tout Duorok devait penser à sa mission, retrouver et tuer son mentor qui lui avait mentit sur la nature de Talos !

    Il sortit donc de ses appartements, il revêtit ses vêtements, son armure et prit sa hache. Il s'inclina devant la statuette d'Umberlie qui trônait dans sa chambre puis sortit.
    Il se rendit alors à la cantine de la guilde.


    -Une bière et un gobelin rôti. demanda-t-il au cuisinier.

    -Bien M'Sieur Duorok, j'vois qu'vous allez mieux m'sieur !

    -On ne peut mieux.

    Il resta un peu moins d'une heure dans la cantine. Après avoir finit sa bière il quitta la guilde pour aller en ville.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  3. #33
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Duorok rentra dans la soirée, Horiol l'interpella dès son arrivée.

    -Messire Duorok ! Messire !

    -Qu'y a-t-il Horiol ? Pourquoi tant d'agitation ?interrogea Duorok.

    -C'est Dame Oan, messire. On ne l'a pas vu de la journée alors j'ai été voir à sa porte avec Daelc, la chambre n'était pas verrouillée et Dame Oan avait prit ses affaires !

    -Quoi ? mais c'est impensable ! Bon écoute ne t'affole pas, allons nous reposer nous y verrons plus clair demain. Mais veille à ne rien dire aux mercenaires.

    -Bien Messire.

    Duorok traversa la guilde et se rendit dans ses quartiers. Il allait traverser comme d'habitude son bureau sans s'y assoir quand il aperçut un parchemin frappé avec le sceau d'Oan. Il ouvrit et le lut plusieurs fois avant de croire ce qui y était dit.

    Il sortit précipitement de son bureau et courut voir Daelc et Horiol.


    -Faites rassembler les mercenaires dans la cour, je dois leur parler.

    -Que se passe-t-il Duorok ?

    -Tu le saura bien assez tôt Daelc.

    Une fois que les mercenaires furent rassemblés, Duorok les fit taire et commença son discours.

    -Mercenaires de Zaefal, j'ai une annonce importante à vous faire, j'ai ici une lettre de Dame Oan et je vais vous la lire.

    "Duorok,
    pour des raisons personelles je désire quitter MelandisIl y eu un murmure plaintif dans l'assemblée. La guilde a été un épisode important de ma vie et j'espère que malgré mon absence elle prospérera. Duorok, je vous confie la direction de Zaefal.
    Les mercenaires devront vous obéir comme à moi.
    Adieu Duorok.
    Adieu Zaefal.
    Adieu Melandis."

    Voilà chers amis, vous avez entendu, Dame Oan est partie et maintenant Zaefal et sous mon commandement.

    Il marqua une pause.

    -Bon reprenez vos activités, même si quelqu'un d'important nous as quitté, nous devons continuer.

    Peu à peu les mercenaires se dispersèrent. Duorok alla se coucher, après une courte prière à Umberlie, il s'affalla sur son lit et pensa.
    Le départ d'Oan et la finde son "engagement" auprès de Talos, la fin de son tourment... Il finit par s'endormir malgré les éclairs.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  4. #34
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Duorok se réveille tard dans la matinée et se rendit à la cantine où Roguerio le cuisinier lui fit des oeufs au lard. Il le complimenta sur sa cuisine.

    -Merci Duorok, merci *soupir*

    -Qu'est ce qui ne va pas ? Quelque chose te tracasse ?

    -Moi pas spécialement, c'est le moral général de la guilde qui n'est pas terrible. Tu sais Oan avait beau être une maîtresse dure et sévère, elle est très apprécié par les Mercenaires, ils te considèrent plus comme leur ami et je pense qu'ils t'obéiront mais veille à ne rien changer à ta personnalité.

    -Tu as raison Roguerio, je pense qu'une mission suffira à les remettre d'aplomb ! Je vais aller voir dans les affaires qu'Oan a laissé.

    Il finit son assiette et se rendit dans le bureau de Dame Oan. Elle n'avait emporté que ses affaires personelles et tout les documents concernant la Guilde était encore là. Il emporta la paperasse dans son propre bureau pour la lire tranquillement.

    Il s'assit et commença à tout examiner.


    -Hum le budget de la Guilde, la liste des mercenaires, les salaires... mais tiens qu'est ce que ceci ?

    Il sortit un parchemin du tas. Il le lut attentivement.

    -Diantre ! Un projet concernant Zaefal et la Guilde d'Aenarion... hum je vais aller voir ça sur place.

    Il roula le parchemin et l'emmena avec lui puis après avoir laissé des ordres aux mercenaires de s'entraîner, il partit vers la Guilde d'Aenarion...
    [/I]
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  5. #35
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Duorok rentra d'un pas de la Guilde de la Dague Noire, il avait apprit par messager que Dame Oan était de retour !

    Il n'informerai pas les hommes avant d'en être sûr. Il alla manger puis se coucha tôt il avait à faire à l'extérieur de la ville le lendemain. Son sommeil fut troublé, Oan de retour signifiait le retour de son tourment.

    N'arrivant point à trouver le sommeil, il se leva en pleine nuit et pria Umberlie une petite heure. Ensuite il s'habilla, prit ses affaires et sortit. Il devait se rendre à Manost et finalement partir de si bonne heure serait plus discret et il éviterai les foudres des mercenaires qui lui en voudraient de ne pas venir dans cette chasse à l'homme.

    Il laissa une note à Horiol et Daelc puis arnacha son cheval afin de se rendre à Manost la cité bénie...
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  6. #36
    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Lille
    Messages 
    231
    Le retour d'Oan fut rapide. Quelques instants après avoir passé le gué de la cité; la drow se dirigeait déjà vers Zaefal et sa batisse imposante, maintenant, grâce à son labeur, sa sueur, respectée de tous; ou presque. Oan était impatiente de voir, après tant de mois d'abscence, ce qui avait changé, ce qui n'avait pas changé aussi, dans sa guilde, et elle ne fut pas étonnée de snetir se poser sur elle les regards éberlués de ses mercennaires, et même d'Horiol et de Daelc qui conversaient, quand elle pénétra dans la guilde.

    Oan était presque crasseuse, mais sa grâce naturelle rendait ses haillons presque royaux, et en réponse aux regards interrogateurs des membres de Zaefal, Oan lança un regard noir, plein d'une signification de "Retournez travailler bande de fainéants, et tandis qu'elle se dirigeait vers ses apartements surement poussiéreux, les voix heureuses de ses intendants lui firent comprendre qu'elle était la bienvennue.

    Il ne lui restait plus qu'à converser avec Duorok; car Oan, si elle souhaitait gouverner d'une main de fer Zaefal, visait déjà une place plus importante; et laisserait à son adjoint le soin des affaires courantes...
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  7. #37
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Dès que Dame Oan fut présentable Horiol alla la voir.

    - Madame, nous sommes ravis de vous revoir, et je pense que Sire Duorok le serait tout autant mais il est actuellement en mission à Manost.

    Au regard interloqué d'Oan il ajouta.

    - Une mission dans laquelle il espérait recruter des mercenaires de qualité.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  8. #38
    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Lille
    Messages 
    231
    Oan observa Horiol intensément; elle n'avait pas vu son ancien compère depuis des mois, et son retour trouvait en sa personne une justification minuscule, mais ayant le mérite d'exister...
    Oan s'attarda quelques instants après qu'Horiol ait respectueusement quitté la pièce, puis revêtant ses plus beaux vêtements, après des mois de chaos, apprécia la sensation du velours sur ses cuisses nues, ses hanches froides et mates.
    La drow enfila prestement son armure d'appârat, de platine et d'argent, puis détacha ses cheveux maintenant, et enfin, propres, pour laisser les boucles soyeuses se détendre et caresser l'acier de son plastron.

    Oan se décida à sortir; à peine arrivée, il lui fallait régler de nombreuses choses...
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  9. #39
    Eldora Invités
    [QUETE] QUETE D'ADMISSION

    Eldora traversa le grand halle et se dirigea vers un garde. La tension qui régnait dans la grande salle était presque palpable et la cour ocre dont était recouverte la pièce, et cela n’était pas pour déplaire à Eldora, qui préférait un environnement strict et sobre, au fourmillement de la rue. Quand le garde l’aperçut, il lui ordonna de faire halte.

    «*Je voudrais voir la Maîtresse de Guilde Oan, indiquez moi ou la trouver, je vous prie.*» Lui demanda Eldora en essayant de paraîttre le plus assurée possible.

    Le garde lui demanda alors la raison de cette demande.

    «*Je voudrais engager quelques-uns un de ces Mercenaires pour un travail assez complexe, peut être pas en théorie, mais en pratique assurément.*»

    Le garde lui répondit assez étonné*:

    «*Je vais voir ce que je puis faire pour vous Madame.*»

  10. #40
    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Lille
    Messages 
    231
    Oan revenait de loin, les discussions avec les commerçants affiliés à la guilde avaient été longues et éprouvantes. Néanmoins, la drow était sereine. Elle traversa le hall de part en part, en tenue d'apparât; tenue militaire - plastron d'argent et casque sévère qui ne cachait absoluement pas les longues mèches noires et ondulées dépassant de la protection. Le bruit de ses bottes résonna sur le sol propre et entretenu du hall, vide de mercennaire et parcouru par deux ou trois valets et administratifs insignifiants venus pour affaire. Le soleil s'échouait violemment, en provenance des hautes fenêtres, sur le sol, et Oan se plaisait à s'aveugler d'une telle luminosité.

    Un garde, soudain, lui fit signe, le plus discrètement du monde et selon les codes de la Guilde. Il était amusant de voir comment en quelques mois les rituels s'installaient, les codes perduraient. Malgré son abscence, Oan se souvenait parfaitemenent de cela: elle en avait été l'instgatrice... Oan s'approcha rapidement, le visage habité d'une expression d'inflxibilité la plus totale, de l'individu dont elle ne distinguait que le dos. A la courbe de ses hanches, l'individu s'apparentait davantage à la gente féminine elfique qu'au modèle masculin de smi-orcs, et Oan devina d'un coup d'oeil rapide et précis que l'individu en question n'était ni là pour embaucher, ni là pour louer les services de Zaefal, mais à sa gestuelle, venait certainement à Zaefal à la recherche d'un emploi, d'un renseignement, d'un financement... La finesse de son corps laissait supposer une certaine force de l'âge, une habilité réelle, mais ne laissait aucun doute quant à la profession de la jeune personne. Oan tout en observant et décryptant ainsi le dos qui s'offrait à elle s'approchait doucement du soldat, puis d'une voix claire, dure et certainement peu avenante, invita la jeune femme, toujours de dos, à la suivre dans un des bureaux annexes qui servait aux affaires courantes, nécessitant peu de précautions quant à la divulgation de quelconques renseignements.
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  11. #41
    Eldora Invités
    Quand Eldora entendit le garde revenir, elle fit demi-tour sur elle-même pour faire face à la nouvelle arrivante.

    Et quel ne fut pas alors la surprise de la dirigeante de voir une jeune femme au visage si marqué. Elle était même tout à fait hideuse.


    « Bonjour, lui dit immédiatement Oan pour masquer son étonnement et son dégoût, J’ai cru comprendre que vous vouliez recourir à nos services ? »

    Eldora avait remarqué la gène de la maîtresse de guilde, mais cela ne la dérangait pas outre mesure, et elle lui répondit le plus normalement possible afin de détendre un peu la dirigeante.

    « En effet, il me faudrait l’aide de vos mercenaires pour débusquer quelques voleurs. En fait, je n’aurais besoin que d’une diversion. Il me faudrait savoir rapidement si ce genre d’opération est dans le domaine de compétences de vos mercenaires ? Et quel est le prix qu’il me faudra payer ? »

  12. #42
    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Lille
    Messages 
    231
    Oan changea de ton, devenant tout à coup beaucoup plus tranchée et critique. Elle n'aimait pas les gens stupides, elle détestait les gens stupides, et par dessus tout, haïssait la laideur chez une femme. Elle ne portait également pas dans son coeur les individus assez stupides pour s'adresser à elle d'une manière aussi sommaire, sans se soucier de son rang, de son statut, de son argent... Les gens stupides, pensait Oan, sont toujours les plus naïfs de tous. On peut être idiot, confondre salade et choux, mais les gens stupides son pires, inexistants aux yeux du monde, persuadés que les stupides, stupides oui, vérités générales qu'ils énoncent suffisent à faire d'eux des gens interessants, intelligents et digne de mépris. Car Oan ne prenait même pas la peine de mépriser les gens stupides...

    Dame Eldora. La politesse, même avec moi, est une chose ... primordiale. Ne vous a-t-on jamais incluqué dans votre vie - qu'Oan ne put s'empêcher de présumer misérable -, que les plus élémentaires salutations suffisent à engager une discussion...

    Oan lança à Eldora un regard froid, dénué de toute haine, mais d'une cruelle froideur qui aurait glacé le plus hivernal des Ours Faerunien.

    Je vous invite donc de nouveau à me suivre. Il suffira que votre argent sonne comme il faut, je suppose. L'argent, de toute façon, sonne toujours comme il le faut. Sauf quand il est faux, auquel cas votre vie risquerait de s'abréger dans les plus brefs délais.

    Intimidation inutile, et certainement sans effet, mais... Les menaces, dit-on, sont les armes les plus flambloyantes que les dieux aient forgées aux hommes, et elles effectuaient, le plus souvent, un office remarquable. Peu de gens savaient en user, et plus rares encore étaient ceux qui en usaient à bon escient... Mais...
    Eldora aurait fort à faire, car Oan sentait les choses, sentait qu'une manigance maladroite s'effectuait dans l'ombre de sa guilde, sous couvert de son nom, et personne ne la manipulait... Ainsi un travail peu rentable se présentait à elle, mais cette proposition d'Eldora lui permettrait ainsi de s'infiltrer dans le coeur, plus encore, des réseaux de Mélandis. Et dès lors qu'elle les contrôlerait... Plus rien ne serait impossible.
    Pour l'heure, il lui fallait négocier, et, certainement, c'était à ce jeu là qu'elle excellait le mieux...


    [HRP: Je m'occupe de ta quête d'admission de Mélandis. Je pense que le conseil d'administration est OK, de toute façon je l'ai signalé. Néanmoins, tu dois te soumettre aux "épreuves" que t'imposera indirectement Oan. Ainsi Oan va se mêler de tes affaires. Je me permettrai donc de te "tester".]
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  13. #43
    Eldora Invités
    Eldora eut un léger sourire, qui n'avait rien d'amusé, en entendant les mots que prononçait la Grande Mélandienne.

    Et son regard était perdu dans le vague lorsqu’elle lui répondit :


    « Et bien en réalité, on ne m’a malheureusement pas inculqué les politesses dont vous parler. Mais je ferais mon possible pour soigner mes manières…Dame Oan.

    Et j’en profite pour me présentait plus avant : je me nomme Eldora, et ce n’est que tout ressemant que je suis entrée en ville.

    Je vous pris donc d’excuser mes inconvenances.

    Pour ce qui est de l’argent, je peux vous assurer que le mien sonne vrai, et qu’il sonne aussi vrai qu’il l’est, Dame Oan. »

  14. #44
    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Lille
    Messages 
    231
    Oan eut un rictus. Trop facile. Stupide... Elle détestait par dessous tout les imbéciles si soumis. Néanmoins, qu'il provienne de la bourse d'un marchand rusé ou d'une stupide aventurière, l'argent n'avait - à Mélandis, l'odeur de la mort et de la vinasse qui parfumait l'argent aurait pu la contredire -, pas d'odeur.

    Bien. Je vous écoute. Faîtes vite, vous ne m'avez pas encore payée et le temps que je perds à vous écouter, je le perds à m'enrichir...


    [ Tu es à Mélandis et souhaites devenir Mélandienne, sois plus agressive, moins soumise dans tous les cas... ]
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  15. #45
    Eldora Invités
    Aux dernières paroles de la dirigeante, Eldora eut une grimace de dégoût, et faillit répondre, mais elle se retint et préféra conserver son sang froid. Inutile de perdre son temps en vains bavardages, elle devait aller droit au but.

    « Très bien ! Je voudrais engager dix de vos Mercenaires. Pendant qu’ils attaqueront la guilde de front, je m’infiltrerai dans le cœur de la guilde et assassinerai leur chef. Pour cela je suis prête à vous offrir 220 pièces d’or. »

  16. #46
    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Lille
    Messages 
    231
    Oan éclata d'un rire cruel. L'idiotie était une chose, mais la naïveté, à un tel point, en devenait risible. Ainsi, elle pensait, cette jeune insouciante, qu'elle mettrait sa guilde en péril pour 200 misérables pièces d'or... Attaquer une guilde, et elle ne préfèrait même pas imaginer laquelle, de front, se ridiculiser pour 200 pièces d'or qu'elle dépenserait en draps de soie...

    Oan regarda fixement Eldora puis, d'une voix haineuse, froide, inflexible, laissa s'exprimer sa cruauté.


    Jeune fille, sachez une chose. L'argent est une chose, l'honneur en est une autre. Vous croyiez peut être sincèrement et à tort en venant ici que mon aide vous serait acquise, que je sacriferais prestige et rang pour vos petites affaires sans que vous ne vous en expliquiez...

    Oan se leva brusquement.

    Je veux le nom de la guilde, votre plan, vos raisons, vos ambitions. Je veux 1000 pièces d'or. Je vous offrirais l'escorte de 20 mercennaires. Je veux la batisse de la guilde, je veux les esclaves. Et vous me devrez un service. C'est une proposition avantageuse, non discutable, non négociable. Tentez de négocier avec un rival, je vous ferez tuer, tenter de vous plaindre, on vous tuera avant que j'en eu la possibilité. Tentez enfin, de refuser ma proposition, je vous tue ici et envoie votre dépouille violée post-mortem par mes plus répugants employés.
    Oan marqua une pause.

    Ne tentez rien qui pourrait m'egratigner le visage, vous seriez morte avant.

    Elle planta son regard dans celui d'Eldora. Proposition non négociable. Zaefal, racontait-on, était dirigée d'une main de fer par la pire des garces. Les garces, hélas, en Ombreterre, possèdait le pouvoir, l'intelligence, et une cruauté à toute épreuve.
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  17. #47
    Eldora Invités
    La jeune femme ferma les yeux un instant. Quand elle les rouvrit, ses yeux, d’habitude si ternes, flamboyaient d’une nouvelle lueur. Mais la lueur ne fut que fugitive et s’évanouit presque aussitôt. Eldora fixa Oan dans les yeux, comme le faisait la dirigeante.

    - La mort me laisse indifférente, mais la prochaine fois que vous ne faites, ne serait-ce qu’évoquer, le projet de me faire violenter, je vous l’égratignerais votre si joli visage. Même si je dois mourir pour ne vous infliger qu’une blessure ridicule.

    Eldora repris un air calme et posé.

    - Bien ! Revenons aux affaires présentes. Vos conditions sont parfaitement acceptables. Je vous payerais 300 pièces d’or d’avance et le reste une fois la tâche de vos Mercenaires accomplis. Pour ce qui est du nombre d’homme que vous voulez me fournir… 10 hommes m’aurait suffi. Mais vous faite bien ce que vous souhaitez de vos troupes !

    La guilde de voleur dont il est question ne porte pas de nom. Elle est en apparence trop faible pour pouvoir s’afficher en se donnant un nom, et elle préfère restait la plus discrète possible.

    En ce qui concerne le plan que devrons adopter vos mercenaires, il est assez simple : ils devront faire diversion en attaquant la guilde ouvertement mais sans trop se montrait ni tenté de s’introduire dans le bâtiment lui-même. Je pourrai leur montrer une fois sur place ou ils peuvent se planquer pour pouvoir à la fois infliger le maximum de dégâts à leurs adversaires et n’êtres pas trop à portée de ceux-ci. Il faudrait que l’équipe soit composée principalement d’archers.

    Pour la partie qui me concerne : je vais m’introduire dans la guilde par les toits et assassiner le dirigeant de cette guilde. Je m’arrangerai ensuite pour que les autres voleurs de la guilde sachent que leur chef est mort. Il devrait alors y avoir suffisamment de désordre à l’intérieure pour que vos guerriers puissent nettoyer tout cela sans trop de problème.


    Eldora marqua une pause et réfléchie un instant.

    - Pour les esclaves et les bâtiments, je ne suis pas sure que cela intéresse grand monde à part vous. Vous pouvez donc les garder.

    La jeune femme prit soudain un air suspicieux.

    - Par contre, pour ce qui est de ce petit service, je veux savoir de quoi il s’agit avant de m’engager dans quoique ce soit.

  18. #48
    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Lille
    Messages 
    231
    Ex Profundae

    [Plusieurs mois après qu'elle ait laissée à ses bras droits la direction de la guilde, et alors que les coffres de Zaefal ne suffisaient maintenant plus pour entasser l'argent, soit à elle, soit protégé, Oan délaissa voyages et travaux sans intérêts. Zaefal n'avait quasiment plus besoin d'elle, et Aenarion n'avait posé aucun problème. Les deux guildes, en effet, s'étaient respectueusement observées en chien de faïcence durant de longs mois avant de décréter que ni l'une ni l'autre, implicitement, n'était soit capable, soit n'avait pas l'ambition, de réduire la rivale en poussière.
    Durant les mois qui avaient précédés, Oan avait délaissé les contrats sans intérêt, quasi-uniquement à prestige, et l'argent, s'il ne coulait pas encore à flot, ne dédaigner pas s'arrêter et reposer longuement dans les coffres de l'organisation.
    Tout, ou presque, était idéal, dans le meilleur des mondes.]


    Plusieurs mois. Il lui avait fallu plusieurs moi, à elle, insatiable ambitieuse, pour se remettre de ces émotions et de cette "mort" passée. Aujourd'hui, le soleil brillait fort dans le ciel Mélandien, et déjà, d'épaisses volutes de fumée ocre s'élevaient au dessus de la cité, la recouvrant dès lors de son presque habituel voile. Oan s'étira longuement, et malgré la vie de paresse, en apparence et aux yeux de tous, qu'elle semblait avoir mené durant ces derniers mois, la drow se levait toujours tôt, si tôt que les cris dans Mélandis ne se révélaient pas encore à la hauteur de l'odeur nauséabonde qui parcourait déjà les rues des Bas-Quartiers environnants.

    Oan s'étirait, donc, quand une vive douleur vint lui marteler le crâne. En quelques secondes, Oan tombait de son lit, agitée de violentes convulsions, les yeux injectés de sang. La douleur transperçait de part en part son cerveau, et son crâne ainsi perforer se voyait devenir le centre d'une souffrance abominable.
    Quelques secondes encore, et son apparence physique redevenait normale... Talos, encore, qui réclamait sa part...

    Oan se releva, dépliant les bras et poussant nonchalament son corps vers la hauteur, rejetant son crâne endolori en arrière. Levée, la drow se dirigea vers son lit, large et aux draps frais et défaits. Assisse, elle comprit l'enjeu qui se présentait alors. Elle devrait recommencer, ne plus s'habituer. Elle se devait, par respect pour son propre sang et par respect pour la personne qu'elle avait été durant un temps, de ne pas s'arrêter. Elle n'avait, ni n'aurait, le droit, de se reposer de nouveau de la manière dont durant ces mois elle venait de le faire.

    Et puis, certaines choses en Mélandis se chuchotaient, se murmuraient, à l'abri d'oreilles ou de regards indiscrets. Ces rumeurs et complots qui circuaient dans l'ombre, elle devait de nouveau les faire siens. Elle savait, ce matin, et alors qu'une douleur toujours vive bien qu'atténuée lui déchirait toujours le crâne, ce qu'elle avait à faire. La tâche, pour la vie qu'il lui restait à vivre, n'était finalement qu'une étape. Abordable, à l'évidence.


    Habillée, revêtue de son armure d'apparât, propre, les cheveux lustrée à l'aide d'u produit dont elle se réservait l'usage, Oan sortit un grimmoire de son étagère, un de ces livres qu'elle avait étudié intensément durant les derniers mois. Bientôt ils sauraient. Zaefal arboraient un nouvel insigne. Elle aussi, dès aujourd'hui, paraderait de celui-ci affublée. Trouvant la page qu'elle cherchait, tournant les autres, usées et presque illisibles, Oan poussa un soupir de satisfaction. Des mots qu'elle prononça à cet instant, seuls ceux d'Ex Profundae devait rester inscrit sur la page, désormais quasiment blanche. Et son armure elle, se voyait décorée d'un nouvel insigne. Les plans se mettraient en route. Cet insigne, c'était celui de l'ombre. Celui du pouvoir.

    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  19. #49
    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Lille
    Messages 
    231
    [Après un long temps mort, réponse à la quête d'admission d'Eldora. Considèrons que cette quête se déroule après le retour d'Oan en RP]


    Oan ne cilla pas, et au contraire, soutint le regard lourd et paradoxal de le femme qui lui faisait face, et à cet instant, se comportait avec l'insouciance et la témérité d'une fillette de 10 ans... Eldora. Qui l'avait envoyé à elle? Cette chose fragile ne pouvait, non, était incapable de lutter à arme égale. Un appât, ou un cadeau de Seina peut être. Un pou? Une puce? Oan soupira longuement, et la stupidité la fatiguait... Non, elle l'irritait. Au plus haut point. Néanmoins, elle paierait. Elle la ferait lui rembourser jusqu'à la moindre pièce. Et Oan se contenterait de ceci, d'une bourse pleine d'or, d'une autre bourse, qui s'ajouterait à toute celle qui reposaient déjà dans les coffres de Zaefal.


    [color=gray]]Bien Eldora. Mes hommes suivront vos ordres. Prenez ce dont vous avez envie, attaquez, tuez, je n'ai que faire de vos raisons. Mais si jamais le moindre ennui, de votre faute, venait entacher la réputation de cette guilde, je vous trouverais. S'il s'avèrait que de votre faute mon oeuvre se voyait altérée, je vous traquerais, moi même, et vous saignerais comme la truie que vous êtes.


    Oan s'approcha de la femme, lui caressant son visage du doigt. Dédaigneuse elle s'écarta.



    Il me sera difficile de vous enlaidir. Néanmoins je trouverais toujours moyen de vous rendre les quelques heures qu'il vous resterait plus qu'insuportables.


    Oan se retourna, sa voix grave, terrifiante de haine et de soif de sang, de cruauté pure, s'éleva tout de même suffisament haut pour qu'Eldora entende ses paroles.


    Laissez moi, et à l'entrée, demandez Duorok, ou l'intendant. Il s'occuperont de votre affaires. Je suis lasse de vous. Et votre sang pu la naïveté. Ne craignez pas la mort dame Eldora, ne le craignez pas. Craignez de souffrir, ce qu'aucune femme de votre famille n'a souffert, si votre orgeuil en venait à atteindre et salir mon nom. Payez moi, et je serais satisfaite, attirez le discrédit sur moi... Je ne veux rien savoir de plus quant à votre entreprise. Mais réfléchissez avant de souscrire définitivement contrat avec nous...


    Oan disparut, derrière un lourd rideau de soie. Les femmes décidément, étaient soient belles et stupides, soient laides et effrontées. Mais Oan, dans toute sa prétention, n'arrivait pourtant pas à déterminer laquelle de ces deux vermines était plus haïssable que sa concurrente.
    La compassion en ce monde n'était qu'une pièce d'or jetée à la geule d'un mendiant. La cruauté dont Oan ferait preuve, indépendante du résultat de l'entreprise, à l'égard d'Eldora, serait sans limite. Oui. Sans aucune limite. On appele ça la folie, dans d'autres lieux. En Zaefal, c'était de la bonté.

    [Poste dans le lieux dit créé pour cette guilde de voleur. Utilise le nombre d'hommes dont tu as besoin. J'interviendrai pour faire la "résistance" si ton post le permet, et si tu le souhaite.]
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  20. #50
    Prince Arthas Invités
    L'aube ne pointait pas encore, seuls quelques échoppes avaient ouvert et les quelques bruits d'activité s'élevant ça et là des rares échoppes d'artsans matinaux ne suffisaient pas à masquer l'atmosphère pesante d'une ville pas encore réveillée...

    A l'entrée de l'imposant bâtiment, siège de la guilde Zaefal, le garde en faction s'agitait. Celà faisait des heures qu'il était ici et il commençait à s'impatienter. La relève se faisait attendre et l'inaction le paisait... Il se baissa quelques instants pour masser ses mollets engourdis en pastant contre le monde entier, lorsqu'une voix le fit sursauter...


    "Salutations mercenaire..."

    Le garde se releva immédiatement pour reprendre une posture digne et dévisagea l'arrivant... Quelque chose chez cet homme clochait, dérangeait. Sa peau était d'une pâleur extrême, mais il semblait toujours humain, et ses cheveux bloncs ocillaient vers le blanc, bien qu'il n'avait pas l'air d'avoir un âge avancé... Outre ces détails, l'homme semblait avoir été séduisant par le passé. Il portait une armure de cuir clouté, et ne semblait à première vue porter aucune arme. Le garde fut tiré de sa rêverie par la voix impatiente de l'humain.

    "Quelque chose vous dérange ?"

    "Non, aucunement monsieur. Qu'est ce qui vous amène en ces lieux à une heure si... matinale ?"

    "Je suis venu solliciter une audience auprès de Dame Oan, j'ai entendu dire que la guilde recrute et je souhaite postuler. Pourriez vous la prevenir de mon arrivée je vous prie ?"

    Le garde acquiesça, puis disparu quelques instants. A son retour, il lui ouvrit la porte en grand et l'invita à entrer. Arthas traversa alors dans le grand hall, et fut un instant subjugué par la beauté froide, silencieuse du lieu, surprenante pour une guilde de mercenaires, d'habitude emplie de bruit et d'agitation... Le garde se tourna alors vers lui.

    "J'ai prevenu Dame Oan de votre arrivée, si vous voulez bien vous donner la peine d'entrer, elle vous attend."

    "Je vous remercie." conclut Arthas en poussant la lourde porte que le garde lui indiquait...

  21. #51
    Date d'inscription
    mars 2004
    Localisation
    Lille
    Messages 
    231
    On fit pénétrer Arthas dans un spacieux bureau, certainement pas celui d'Oan, mais un des ces bureaux qu'on mettait à disposition des chefs de la Guilde dès lors qu'ils recevaient quelqu'un en Zaefal.
    Il était étrange qu'Arthas fut accueilli de cette façon en Zaefal, alors que les mercennaires dits "oridinnaires" étaient embauchés au coup d'oeil. Selon qu'ils sachent manier ou non les armes, on leur attribuait des tâches différentes... Mais Arthas avait été autorisé à converser en privé avec Oan.
    Le bureau était recouvert d'un luxueux parquet, et la lumière blafarde de l'aube éclairait toutefois une grande partie de la pièce, les rayons pâles du soleil n'épargnant qu'un minuscule recoin, derrière le bureau, espace suffisant pour qu'Oan s'installât dans l'ombre, à l'abri du regard d'Arthas, déjà en position de force.
    D'Oan, on ne pouvait voir, de l'endroit ou se tenait Arthas, que ses yeux à la couleur changeante. Plusieurs secondes passèrent durant lesquelles les seuls bruits qui se fasaient entendre étaient les gémissement du parquet sous le poids du corps d'Arthas.


    Et bien, Messire, présentez-vous, je n'aime parler aux êtres sans noms...
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  22. #52
    Prince Arthas Invités
    Arthas était troublé. Le fait de ne pas voir Oan agrandissait l'aura de mystère qui s'en dégageait, et sa voix dure, sèche et tranchante, bien que paradoxalement mélodieuse, achevait de le mettre mal à l'aise. Mais il ne devait pas faiblir. Il ne devait pas montrer ses faiblesses, et paraître le plus assuré possible... Bien que Zaefal semblait recruter facilement, il ne pouvait s'empêcher de penser que de cet entretien résulterait la question de son admission... et peut être bien plus...

    Arthas se ressaisit vite, s'inclina et lorsqu'il prit la parole, il le fit du ton le plus assuré mais néanmoins le plus respectueux possible :


    "Dame Oan je vous présente mes respect. J'ai conscience que vous êtes très occupée par vos affaires et vous remercie de m'accorder cet entretien. J'ai ouï dire que votre guilde est toujours à la recherche de bras supplémentaires, et je souhaiterais mettre le mien à votre service. Je serais heureux de servir Zaefal par mes talents...

    Arthas marqua une pause, se demandant si il devait décrire tout de suite ses compétences. Il jugea que celà ferait trop présomptueux, et préféra attendre une réponse de la part de Dame Oan...

  23. #53
    Eldora Invités
    [QUETE] QUETE D'ADMISSION

    C’était tout ce qu’Eldora avait besoin d’entendre de la part d’Oan. Pour le reste, elle verrait plus tard.
    Elle n’avait pas cru en arrivant ici que la méchanceté pouvait prendre des formes aussi détournées et perfides, mais cette femme venait incontestablement de lui prouver le contraire. Il faudrait se méfier d’elle, car la prochaine leçon que la dirigeante de Zaefal lui donnerait pourrait bien lui coûter la vie.

    Elle s’arracha à ses réflexions et retourna voir le Garde qu’elle avait vu en entrant. Cette fois elle lui demanda ou elle pourrait trouver L’intendant ou Duorok.

  24. #54
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Finalement, le temps que Duorok quitte le temple d'Umberlie, le matin était arrivé. Il passa les portes de Zaefal.

    - Salut Horiol, madame.Dit-il en saluant la femme qui était là, mais il ne s'arrêtait pas et ne trouva pas Oan.

    - Daelc, où est Oan ?

    - Elle parle avec un postulant dans le bureau de recrutement.

    Duorok ne répondit pas à Daelc et se rendit dans le bureau en question, il entra sans frapper alors qu'Arthas finissait sa phrase.

    - Dame Oan, je suis de retour, désolé de vous avoir fait attendre. Je vais finir d'interroger le postulant.

    Oan fit un signe de tête et sortit laissant Arthas seul avec Duorok qui prit la place d'Oan.

    - Bien, pouvez me répêter ce que vous venez de dire à Dame Oan ?
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  25. #55
    Prince Arthas Invités
    Arthas se sentait étrangement soulagé... Le nouveau venu, il ne savait pourquoi, paraissait bien plus conciliant que Oan. Il l'étudia pendant que celui-ci prit la place d'Oan... Un demi-orc, c'était donc lui le fameux Duorok dont on lui avait parlé ? Le second de la guilde ? Nul doute n'était possible. Quoiqu'il en soit il ne s'attarda pas sur ces pensées. Même si son interlocuteur avait changé, il lui fallait s'efforcer de faire bonne impression.

    "Salutation, Messire. Comme je le disait à Dame Oan, je souhaite postuler pour entrer dans Zaefal. Je désire mettre mes talents à votre bénéfice, et espère vous servir au mieux... Pour ce qui est de mes qualifications, j'ose penser qu'elle pourront être utile à la guilde."


  26. #56
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Tout en triant les papiers se trouvant devant lui, Duorok écoutait d'une oreille le mercenaire. Du moins il parassait ne l'écoutait que d'une oreille.

    - Bien, bien. Je n'en doute pas. Nous recherchons toujours des mercenaires motivés.
    Justement quels sont vos talents et autres compétences ? Vos armes favorites ?


    Il sortit un parchemin et une plume pour noter les réponses.

    - Ha oui, je voudrai votre nom, votre région d'origine et le dieu que vous vénérez.

    Ces informations étaient nécessaires, on était jamais trop prudent.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  27. #57
    Prince Arthas Invités
    Arthas rêfléchi un instant... Devait il révéler la présence de son épée ? Il avait beau détester montrer ce qu'il possédait de plus précieux, mais il préféra jouer franc jeu... De plus, il n'accepterait de se battre qu'avec cette arme, il n'avait nulle confiance en les autres...

    Duorok, assis sur son siège, vis Arthas écarter un pan de son manteau et en sortir une fine rapière de couleur noire. Le demi-orc fut aussitôt mal à l'aise devant cette lame semblant irradier de mal et de corruption. Voyant le trouble du nouveau chef de guilde, Arthas s'expliqua :


    "C'est une rapière d'ombre. Je suis jadis entré en possession de cette lame et elle ne m'a plus quitté depuis... Elle a de nombreux... avantages, comme celui de suivre ma volonté et de traverser certaines matière comme du vide. Au fil des ans, je suis passé maître dans son maniement... Je suis également habile à l'utilisation d'arc et d'arbalètes. Enfin, je dois dire que je porte tous types d'armures, mais je préfère me cantonner à des armures légères qui n'entravent pas mes mouvements...

    Pour ce qui est de mes compétences, je suis à l'aise en combats, mais aussi en discrétion. J'étais anciennement assassin, mais je me suis émancipé de ma guilde. Je n'ai cependant jamais renié les techniques de combats que le grand nombre qualifie de "loyales". Je sais faire preuve d'initiative, et si vous avez quelque mission nécessitant finesse, je puis m'en occuper. "

    Pendant qu'Arthas énumérait ses talents, Duorok prenait quelques notes. Pour conclure, Arthas dit :

    "Et pour ce qui est des renseignements généraux, je m'appelle Arthas de Lordaeron, je vient d'un petit duché proche d'Everlunned. Quant à la divinité que je vénère, je n'ai jamais renié Cyric, le Soleil Noir...

  28. #58
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Un fidèle de Cyric, portant une lame d'ombre.*Fantastique*pensa ironiquement Duorok. Décidement c'était sa journée. Il acheva de noter les renseignement sur le jeune homme.

    - Bien, je pense que ce sera tout pour l'instant Arthas de Lordaeron. Je pense que votre adhésion ne posera aucun problème, vous pouvez d'ors et déjà prendre une couchette dans le dortoir des mercenaires. La salle commune vous est ouverte ainsi que la salle d'entraînement. Nous y avons des squellettes prêts au combat. Je vous ferai part de ma décision plus tard.

    Il fit signe à Arthas de se lever et continua à gribouiller sur le parchemin.

    - Au fait, je suis Duorok Gutràsh, haut dirigeant de Zaefal. Et pour garantir l'équilibre de la guilde je vous prierais de ne pas afficher vos penchants pour le prince des mensonges. La plupart des hommes sont Talossiens et verraient mal un fidèle du soleil noir.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  29. #59
    Prince Arthas Invités
    Arthas sourit faiblement. Cela avait été facile finalement... Plus qu'il ne le croyait en tout cas. Son intégration était en bonne voie il le savait. Il répondit au demi-orc :

    "Soyez sans craintes, je ne suis pas du genre à afficher mes convictions religieuses, d'autant plus quand elles peuvent constituer un handicap. Je vais donc de ce pas prendre mes quartiers... Messire Duorok, je vous salue."

  30. #60
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Lorsqu'Arthas fut sortit, Duorok roula le parchemin sur lequel il avait prit des notes et le prit à la main. Il se leva et sortit du bureau, verrouillant la porte derrière lui.

    Il traversa les couloirs de Zaefal pour se rendre dans le Hall. De là il ouvrit la porte du Bureau de Daelc.


    - Tiens Duorok ! Te voilà de retour de Manost !

    - En effet, je viens d'auditionner un homme voulant entrer dans la guilde.dit-il en jetant le parchemin roulé devant Daelc.Voici le bilan de son entretien, lis-le et donne moi ton avis. En attendant je vais me reposer.

    Il sortit sans attendre de réponse et se rendit dans la salle commune. Il s'assit au bar et demande une pinte à Roguerio avec de la viande.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

Page 2 sur 6 PremièrePremière 1234 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Organisation] Zaefal
    Par Duo dans le forum L'Esplanade Impériale
    Réponses: 87
    Dernier message: 29/09/2009, 18h53
  2. organisation
    Par Eldora dans le forum Les Archives Poussiéreuses
    Réponses: 3
    Dernier message: 24/08/2005, 15h26
  3. Discussion sur l'organisation
    Par Sous Nain dans le forum Les Archives Poussiéreuses
    Réponses: 19
    Dernier message: 03/06/2005, 17h31

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251