Page 2 sur 2 PremièrePremière 12
Affichage des résultats 31 à 50 sur 50

Discussion: [Lieu] Une ruelle sombre du port

  1. #31
    Anandelys Invités
    « Eh bien, Perdigan, est-ce bien moi que vous cherchez ? Oui ? Alors, ne cherchez plus, douce vampire, vous m’avez trouvé. »

    *Se retournant d’un geste vif, Perdigan eut une frayeur peu commune, car devant elle... se tenait… son parfait double ! Comme si un miroir se fût tenu devant elle et qu’elle contemplât son exact reflet. Pourtant la créature qui lui faisait face n'était pas une illusion... Elle souriait avec malice et portait un regard cruel sur la conseillère interdite et stupéfaite. La ruelle était silencieuse, pas une âme qui vive aux alentours… Perdigan avait été décidemment bien téméraire de s’aventurer en un tel endroit à pareille heure… *

  2. #32
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Localisation
    Elindore
    Messages 
    2 682
    Qu'est-ce que c'est que cette diablerie ?

    (La morte-vivante avait l'impression de faire face à un miroir, pourtant, cette femme devant elle était bien réelle. Et c'était ... elle-même. L'effet de surprise passé, la dame vampire comprit que cette femme ne pouvait être que celle-là même qui avait abusé Sire Wookiee. Perdigan sentit la peur monter en elle, cette femme, qui qu'elle soit vraiment, avait des pouvoirs terrifiants. Perdigan ignorait si elle sortirait vivante de cette ruelle, mais elle décida néanmoins de profiter de cette occasion, qui serait peut-être la dernière, pour interroger cette créature)

    C'est vous, n'est-ce pas ? C'est bien vous qui étiez avec Sire Wookiee lorsqu'il a été attaqué ? C'est bien vous qui avez invoqué ce balor ? QUI ETES VOUS ?

    (Perdigan lança à son double un regard où se mélangeait à la fois de la peur et de la colère).
    New Barbie Order - CEO

  3. #33
    Anandelys Invités
    *Anandélys était ravie de son petit effet... La conseillère avait eu l'imprudence de mener son enquête seule... dans une ruelle désertée... Mais Anandélys n'avait pas l'etoffe d'une assassine... Loin de là. Elle voulait voir Perdigan "chuter". Aussi prit-elle son temps pour lui répondre, la toisant d'un regard qui semblait lire dans ses pensées.*

    "Ce que je suis..."

    *Reprit-elle d'une voix sifflante et perfide.*

    "...n'a pas tellement d'importance, Perdigan. Mais ce qui en a, en revanche, c'est de savoir ce que vous êtes. Et je vais vous le dire : vous êtes une créature assoifée de sang, qui ne peut survivre que dans le crime, qui ne peut pleinement être que dans la cruauté... Pourquoi vous cacher ainsi de vous-même ? Regardez-moi, Perdigan, ne suis-je pas au fond votre vérité ? Démone je suis... mais non moins que vous l'êtes et je suis ici pour vous le rappeler."

    *Ses yeux brillèrent à mesure que sa parole distillait son venin dans l'esprit du vampire*

    "Je suis toi, Perdigan. Je suis le fantôme de ta nature démoniaque qui ne cherche qu'à éclore."

    *Sur ces paroles, Anandelys commença à exercer une puissante suggestion mentale... Elle essayait d'endormir les préventions morales qui, à l'intérieur de cette fière vampire, luttaient contre sa nature ; elle essayait de réveiller la bête prédatrice qui sommeillait en elle. S'entourant ensuite d'une aura infernale, Anandelys s'efforçait de la rendre plus vulnérable...*

  4. #34
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Localisation
    Elindore
    Messages 
    2 682
    (L'esprit de Perdigan s'embrouillait. Cette femme ... c'était elle ... non, ce n'était pas possible, cette créature essayait de la subjuguer, elle devait résister)

    Tu ne m'auras pas, chienne !

    (La morte-vivante voyait défiler des scènes de mort, des crimes, des actes qu'elle avait elle-même commis avant d'apprendre a créer des clones pour se nourrir. Tout défilait dans son esprit à une vitesse vertigineuse.

    Perdigan regardait la diabolique créature qui avait prit son apparence ... mais était-ce seulement "une apparence" ... ou seulement le reflet de ce qu'elle était vraiment, une vampire, une créature démoniaque vouée au mal. Elle avait peur, elle ne savait plus quoi penser, elle ne savait plus qui elle était.

    Essayant de retrouver le contrôle d'elle-même, la dame vampire sentait monter la colère en elle, la peur laissant place à la rage. Sa nature vampirique, si longtemps contrôlée, remontait à la surface, lentement, insidieusement. Le sourire provocateur de ce "double" n'effrayait plus Perdigan, il la faisait enrager. Sa colère augmentant, les peurs et la prudence de la morte-vivante s'évaporaient, remplacés par la fureur et la soif de sang propres aux vampires. Elle n'avait jamais ressentit une telle hargne en elle. La montée de la fureur qui la consumait s'accompagnait d'un sentiment de supériorité, de puissance. Elle se sentait invulnérable. Comment cette pitoyable créature qui lui faisait face avait-elle osé prendre son apparence)


    Je suis Perdigan Foxglove, la morte-vivante. Rien ne pourra m'abattre. Comment a-tu OSE prendre mon apparence, méprisable larve ? Qui que tu sois, tu vas me payer ça !

    (Délivrée de ses craintes, sans aucun obstacle à sa colère, la morte-vivante s'élança sur son double pour l'attaquer)
    New Barbie Order - CEO

  5. #35
    Anandelys Invités
    *La vampire se jeta sur Anandélys qui, esquivant non sans difficulté, roula de côté pour éviter la griffe meurtrière du vampire.*

    "Bien, Perdigan, enfin la rage te submerge..."

    *Souffla-t-elle*

    "Tu ne crois pas si bien dire, tu vas périr démone !"

    *Plus ses coups fusèrent, plus la férocité de Perdigan semblait croître. Ses coups se firent plus précis, plus vifs, et Anandelys battait en retraite. Ne perdant pas de vue son objet, elle ne cessait pourtant d'invectiver la vampire à chacun de ses coups*

    "Criminelle... Buveuse de sang... Démone... Oui, défoule-toi !"

    *Un instant, les deux combattantes se fixèrent, les yeux rivés l'une sur l'autre. Tout le mépris que dardait le regard du vampire répondait à l'ironie de la démone. Anandélys était satisfaite. Que restait-il de la femme bonne, tendre et mesurée qu'elle avait abordée quelques minutes auparavant ? Mais à ces questions, seul l'avenir pourrait répondre... Pour le moment, Anandelys devait échapper à la furie sanguinaire qui s'abattait sur elle. Elle opta pour une solution courageuse... la fuite. Incantant aussitôt, la démone prit une forme spectrale, juste avant que la vampire ne lui assène un violent coup de griffe... qui passa à travers elle...*

  6. #36
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Localisation
    Elindore
    Messages 
    2 682
    (La fureur et la haine consumaient la morte-vivante. Lorsqu'elle vit son ennemie se transformer en une sorte de brume et s'éloigner d'elle, elle entra dans une rage apocalyptique, et le mot est faible, poussant un hurlement de rage et de dépit. Elle lança éclair magique sur éclair magique en direction de la forme spectrale, sans réussir a la toucher.

    Alors que son ennemie disparaissait, Perdigan retrouva peu à peu son calme naturel. Un frisson la parcourût alors qu'elle réalisait ce qu'elle venait de faire, dans quelle rage elle avait sombré. Pendant tout le temps qu'avait duré ce combat, une fureur dévastatrice l'avait consumée, inhibant ses peurs et développant en elle une haine et une cruauté dont elle ne se croyait pas capable. La dame vampire n'arrivait pas a croire ce qui venait de se passer)


    Qu'est-ce que j'ai fais ? Mais qu'est-ce qui m'a prit ? Comment ai-je pu en arriver là ?

    (Perdigan chuchotait ces mots en regardant ses mains griffues. Elle avait, l'espace de quelques minute, complètement perdu le contrôle d'elle-même. Pire, elle y avait même trouvé du plaisir. Perdigan comprît que sa nature vampirique avait ressurgit des limbes dans lesquelles elle croyait l'avoir définitivement enfouie.

    La dame vampire regarda autour d'elle, personne, la ruelle était silencieuse, personne n'avait été témoin de la scène. Perdigan quitta rapidement la sombre ruelle, en proie à l'angoisse. Sa nature maléfique de vampire avait ressurgie en elle, pourrait-elle encore la contrôler, ou finirait-elle par succomber à son côté obscur ?)




    (* Au coin d'une maison, une femme que, ni Perdigan, ni la démone, n'avait remarquée, n'avait rien perdu de la scène*)
    New Barbie Order - CEO

  7. #37
    Anandelys Invités
    *Depuis sa forme spectrale, Anandélys observait la vampire.
    Elle songea en son for :*


    "Luménis, cité de lumière, ta demeure ? Tsss... Luménis, cité de l'aurore ! Quelle ironie... L'aurore, la chose la plus crainte des vampires... Tsss... Ton insulte à ta nature ne durera pas, Perdigan. Tu ne sortiras pas aussi facilement du bourbier de ta malédiction... T'abreuveras-tu longtemps du sang insipide de tes clones ? J'en doute..."

  8. #38
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    646
    * L'agitation habituelle régnait sur le port de Manost, encombré de navires en provenance du monde entier comme à son habitude. Sous un ciel grisonnant, dockers et marins s'affairaient pour décharger les marchandises et réapprovisionner les bâtiments. Perdus dans cette petite foule de travailleurs, quelques rares passagers tentaient de se frayer un chemin jusqu'aux navires ou, au contraire, de s'éloigner de la cohue au plus vite pour rejoindre les ruelles plus tranquilles de la ville.

    Parmi ces derniers figurait un humain de haute taille, emmitouflé dans un manteau de voyage en fourrure et portant à la ceinture un impressionant cimeterre. Menant par la bride une créature ressemblant à un puissant cheval de guerre, l'homme à la chevelure blond cendré et aux yeux d'un bleu glacial gravissait d'un pas lent les petites rues du port en direction des hauts quartiers de la ville.

    Sire Wookiee al Kashyyyk, car c'était lui (si, si je vous jure, c'est lui), scrutait gravement du regard la cité qu'il avait quittée si précipitamment quelques semaines plus tôt après avoir été la victime de créatures diaboliques. Parti se recueillir sur la tombe de sa famille pour la première fois depuis plus de dix ans, le paladin avait fini par retrouver un semblant de paix intérieure après près de trois jours de prière ininterrompue.

    Ô combien il avait été étrange de se retrouver à nouveau en ces lieux si familiers et pourtant si différents. Le guerrier divin avait imaginé pendant toute sa vie que la mort de son frère maudit lui apporterait enfin une paix méritée, mais il n'avait pu que constater la fausseté de cette allégation.

    Si le maître-vampire avait désormais rejoint le repos éternel auquel il n'aurait jamais du échapper, de nouveaux ennemis plus terribles encore se dressaient sur la route du paladin et sur celle de la cité qu'il s'était juré de protéger. Bien que quelques blancs persistassent encore dans la mémoire du paladin, son esprit était à présent aussi clair que du cristal et sa détermination plus solide que le roc. Qu'ils soient succube, démons ou autres abominations maléfiques, les serviteurs du Mal allaient désormais devoir payer le prix fort...
    *
    Responsabilités: Modérateur des forums de la Besace de Jan
    Manost: Wookiee al Kashyyyk, ancien membre du Très Noble Ordre du Coeur Radieux.

  9. #39
    Khan Invités
    Il était près de 5h30 du matin, les rues étaient désertes hormis les patrouilles de gardes manostiens qui, inlassablement, parcouraient la ville pour y assurer l'ordre et la sécurité. Mais deux ombres progressaient avec difficulté dans une ruelle sombre proche du Loyal Paladin...

    L'une était un très grand humain aux cheveux longs et noirs qui soutenait tant bien que mal son compagnon, un jeune paladin visiblement très mal en point. Arrivé au milieu de la ruelle, l'homme au long manteau de cuir noir jeta son compagnon par terre, qui atterrit lourdement avec un cri étouffé. Soudainement, ses yeux fatigués redevinrent aussi perçants que ceux d'un aigle et ses jambes mal assurées redevinrent droites alors qu'il cessait sa comédie. Il repoussa ses longs cheveux noirs à l'arrière de sa tête pour retrouver le visage encore peu connu à Manost de Khan.


    "Sais-tu, dit-il, que l'homme, a de tout temps recherché trois choses:
    un bon alcool, un bon aphrodisiaque et un remède contre leurs effets secondaires.
    Les deux premiers sont très faciles à trouver, mais je suis une des rares personnes qui sachent fabriquer le troisième..."
    "Que m'as-tu fait, je sens le poison dévorer mes entrailles? Pourquoi?" fit le jeune paladin d'une voix que la douleur déformait.
    "Je te préfère ainsi, car je vais devoir te tuer, c'est dommage..."

    Le jeune paladin le regarda avec un regard mêlant incrédulité et dégoût.
    "Je ne me laisserai pas faire!" dit-il en se relevant et en sortant avec difficulté son épée de son foureau. Pour toute réponse, Khan prit la garde qui se trouvait derrière son dos et sortit une immense épée à deux mains.

    Pressé par la douleur toujours plus vive, le paladin tenta une attaque latérale gauche, facilement contrée par le grand humain. Il tenta ensuite plusieurs attaques tout aussi inefficaces. Le jeune paladin empoisonné avait des mouvements gauches, alors que son adversaire était très expérimenté.

    Khan attaqua à son tour après plusieurs échanges de coups, entailla le bras du jeune homme et lui donna un coup de garde dans le visage. Le paladin en eut le nez cassé mais tenta malgré tout encore plusieurs coups circulaires évités par son puissant adversaire. Khan lui attrapa le bras, le tira vers lui et le fit tomber d'un coup de pied bien placé. Fou de douleur et d'une colère qu'il ne parvenait plus à contrôler, son adversaire fonça sur lui la pointe de son épée vers l'avant. Khan s'écarta facilement de sa trajectoire et, pendant qu'il passait, il lui trancha le pied. faisant lourdement s'effondrer le paladin par terre. Khan approcha derrière lui et lui enfonça son épée dans la nuque d'un geste précis. Dans une dernière convulsion, le jeune paladin mourut. Ayant besoin d'une preuve de son crime, Khan retira la cotte d'armes arborant le symbole du Coeur Radieux et déjà imbibée de sang. Après une minuscule hésitation, il se saisit également de la bourse du mort.


    "Au moins cela couvrira mes frais au bar..." se dit-il en se dirigeant vers les portes de Manost, qu'il voulait quitter au plus vite.

  10. #40
    Elissa Keens Invités
    Descendant vers le port, la demie elfe marchait en se guidant avec les charettes de poissons qui remontait la peche quotidienne vers le marché ... soudain, elle sentit une main dans sa poche qui cherchait sa bourse ... le voleur n'avait vraiment pas de chance... la bourse en question etait certes dans cette poche , mais totalement plate... Elissa laissa partir son voleur , et le suivit facilement dans une ruelle sombre. Quand celui ci voulut ouvrir la bourse, elle lui tomba littéralement dessus, le soulevant et le collant au mur..
    "- Hé bien mon petit, je crois bien que tu t'est trompé de cliente aujourd'hui
    - Hein ? Que quoi ?
    - N'essaye pas de noyer le poisson, je te file depuis que tu m'as fouillée ... en empruntant ceci au passage ! fit elle en agitant sa bourse devant le nez du voleur
    - Ho mais non , elle a du tomber dans ma poche quand je vous ais bousculé, voila tout ... je serais ravi de vous la rendre..
    - Ben voyons ... et que vais je faire de toi maintenant hein ?
    - Me relacher ?
    - Oh oui, ne t'inquiete pas, je te relacherais.. le temps que je trouve un garde..
    - Un garde? Mais .... les cachots ne sont pas fait pour moi, c'est trop humide... et si je vous donnais un renseignement .. vous avez besoin d'argent avec une bourse aussi plate..
    - Tiens, je croyais que tu ne savais pas que tu l'avais...fit la demie elfe en resserant sa prise sur le cou du voleur
    - Maisnonjenesavaispasmaisattendezrelachezmoijepeuxplusrespirer...
    La demie-elfe relacha la pression
    - Parle,menaça elle
    - Hé bien voila, sur le port il ya une guilde de mercenaires...et je pense qu'avec vos talents ils pourraient vous employer
    - Ou est elle, cette guilde ?repondit elle d'un ton méfiant
    - hé bien, vous voyez, elle est un peu cachée ... recherchez une herboristerie et sa tenanciere Delcia ... parlez lui de Basile et de dame Banshee, elle comprendra..
    La demie elfe relacha Basile, toujours mefiante envers lui mais contente d'avoir enfin reussi a trouver du travail, meme si elle ne pensait pas que ça se déroulerais de cette façon.. elle partit donc sur le port en laissant la ruelle et le voleur occupé a reprendre son souffle derriere elle.

  11. #41
    Elissa Keens Invités
    [Quête : La lutte pour le trône du soleil]

    Elissa, revenant de La Vierge d’Argent, décida de prendre un raccourci pour rejoindre la boutique de l'oeil fertile après avoir fait ses emplettes pour les soins du groupe ... Prenant une ruelle plus sombre qu'a l’ordinaire, par ce temps pluvieux, elle se dépêcha et se mit a courir pour éviter une future averse ...

    Cette course lui sauva peut être la vie, mais ne la laissa toutefois pas indemne, car au moment ou elle passait un croisement, une dague siffla a ses oreilles ... et elle ressentit une forte brûlure au niveau de la joue qui commençait a saigner. Se retournant vers l'endroit d'ou venait le tir, elle s'aperçut vite que se mettre a couvert serait une bonne idée : l'agresseur armait son bras pour lancer une nouvelle dague ... qui se planta derrière elle dans le mur en torchis ou elle se tenait auparavant.

    Risquant un oeil au niveau de l’allée, elle s'aperçut que l'homme (si c'en était un) faisait déjà demi tour en courant dans la foule de l'autre coté de la rue ...


    - Trop tard pour le poursuivre, dirait on ... murmura elle pour elle même.

    Un passant s'approcha toutefois


    - Vous n'êtes pas blessée ? Ca va ?
    -Non, juste une estafilade... merci toutefois

    Le passant repartant, rassuré, la demie-elfe, elle même plus inquiète, repartit vers la boutique en courant de plus en plus vite... les assassins les aurait ils déjà trouvés ?

  12. #42
    Mérillym Martial Invités
    [Quête : La lutte pour le trône du soleil][Post d'ambiance]

    Dans Manost, par une nuit de pleine lune, dans un des quartiers de la promenade des docks, une silhouette étrange se mouvait avec une grâce féline. Il devait être minuit : qui donc pouvait bien se promener dans les quartiers du port à cette heure ci ? L’ombre mystérieuse s’engouffra dans une ruelle, s’adossa légèrement contre un mur puis s’immobilisa. Un quelconque individu qui serait passé dans cette ruelle n’aurait jamais pu deviner la présence de cette silhouette, si ce n’est de temps à autre grâce aux pâles reflets de la lune sur le bâtiment contre lequel s’était adossé la silhouette. Ce bâtiment était d’une simplicité alarmante, et il ne se différenciait guère des autres bâtiments qui étaient à touche-touche avec lui. La porte en bois était en piteux état et des lambeaux de bois pendaient de tous côtés. Les murs du bâtiment semblaient au bord de l’affaissement. La maison ne possédait que deux ouvertures, une porte et une seule fenêtre, facile d’accès pour quiconque était habile avec ses pieds et ses mains. Nul doute que ce quartier des docks était l’un des plus pauvres de la ville…

    Mais que donc pouvait bien vouloir ou chercher cet individu ? Par moment un pâle rayon lunaire l’illuminait : de taille moyenne, vêtu tout de noir, portant une cape qui retombait souplement… Soudain, une lueur, un éclat se fit voir. Cet individu était armé d’un dague, et peut-être même d’un brise épée. De sa description, une seule chose ressortait : cet homme devait être un assassins en quête d’un vilain tour…

    C’est alors que le mystérieux individu se mit à bouger… D’un pas souple, il se rendit sous la fenêtre, et à l’aide d’une pirouette remarquablement bien exécutée, il passa à travers la fenêtre et la brisa dans un bruit sourd… La fenêtre venait de voler en éclat. L’assassin regarda par la fenêtre afin de vérifier que personne n’avait entendu le bruit sourd du verre qui se brise. Une fois la chose faite, il accola son oreille contre le mur de la pièce afin d’écouter attentivement : des bruits de voix se firent entendre dans la pièce voisine, une lumière s’alluma… L’assassin resta tapis sournoisement dans l’ombre. Des bruits de pas indiquaient qu’un individu, et un seul, venait par ici. Il pu entendre un homme murmurer à sa femme :

    « Ne t’inquiète pas chérie, ce n’est rien de grave, rendors-toi, je vais voir ce qui a bien pu causer, ce bruit… Sûrement un chat de gouttière… »

    Cependant, la petite femme rondelette n’avait pas l’air d’être rassurée. Elle vit partir son mari avec une torche dans une main et une sabre dans l’autre… Elle entrouvrit légèrement la porte que son mari venait de fermer afin de voir ce qui se passait…

    L’homme, le propriétaire de cette maison, qui était vraisemblablement un marin, entra dans la pièce et demanda de sa grosse voix :

    « Qui est là ? Y a-t-il quelqu’un ? »

    C’est à ce moment là qu’il prit conscience que la fenêtre était brisée, cassée en mille morceaux. Les fragments gisaient sur le sol. Soudain un cri, étouffé retentit. Il eut tout juste le temps de retourner dans le couloir pour voir sa femme agoniser sur le sol. A côté d’elle se dressait un individu, tout vêtu de noir : un assassin. Dans un cris lugubre, où la détresse et la haine se mélangeaient, il se rua sur l’assassin pour venger la mort de sa femme. Il n'avait pas fait trois pas qu’il sentit un poignard s’enfoncer dans sa poitrine. Il fut complètement éberlué. Il s’affala sur le sol. Mais dans un excès de bravoure, il se releva et se jeta, corps et âme sur l’assassin. Un deuxième poignard se logea dans sa poitrine, suivi d’un troisième dans la tête. Le marin s’écroula sur le sol, inerte et sans vie.
    Un sourire pervers se dessina sur les lèvres de l’assassin… Il laissa les corps des deux pauvres gens par terre, sans même prendre la peine de les cacher. Il fouilla la maison, sans doute à la recherche d’une quelconque chose. Il finit par trouver ce qu’il voulait : c’était un bout de papier sur lequel on pouvait lire : « Un homme du nom de Mérillym Martial a franchi les portes de la ville le… » A la réflexion, l’homme qui fut assassiné était un garde manostien, chargé de la surveillance des portes de la ville…

  13. #43
    Bouliiar Invités
    [Quête : La lutte pour le trône du soleil][Post d'ambiance][La bête mystérieuse]


    La bête, perchée sur un toit, était excitée, son voyage inter plan l’avait stressé mais ce lieu était un ravissement pour elle. Tant de senteurs nouvelles, de bruits intrigants, du gibier humanoïde à foison, et derrière, sourde, discrète, mais la non moins reconnaissable odeur de la peur. Elle allait partir en chasse, plus par cruauté que par faim. Elle scruta les environs à la recherche d’une proie, quand son regard fut attiré par un mouvement furtif dans la mer des toitures. Prenant bien soin de rester contre le vent, elle s’élança. La traque commençait…

    La jeune voleuse escalada une gouttière. Bien qu’encore peu expérimenté elle avait préparé son coup longtemps à l’avance avec une méticulosité de professionnel. Elle avait pour cible une maison de marchands moyennement riche, mais qui étaient pour elle plus grands que des rois. Elle serait passée à l’action plus tôt mais les troubles à Manost l’avaient forcé à retarder son acte, tout les « honnêtes » gens ayant jugé bon de renforcer leurs défenses devant cette vague de criminalité. Elle avait du complètement remanier son plan, mais maintenant elle était prête. Elle sauta avec grâce sur un autre toit. Elle approchait.

    La créature approchait également de sa proie. Elle avançait rapidement, sautant d’un bond des ruelles de plusieurs mètres de largeur, et atterrissant de l’autre côté sans bruit avec une grâce toute féline. Et à mesure qu’elle se rapprochait sa soif de sang augmenté, elle boirait le chaud liquide directement au cou de sa victime. Une seul pensée l’habitait à présent, tuer… tuer… TUER !...

    La roublarde arriva enfin à l’endroit qu’elle cherchait à atteindre. Une fenêtre au sommet de l’édifice était le point faible de tout le bâtiment. Bien que solidement verrouillé, ce n’était rien comparé aux pièges qui étaient installés aux autres entrées. Elle regarda attentivement les montants de l’ouverture et la fenêtre elle-même : elle était solide, toute de verre épais et renforcé de fer et de bois massif, l’encadrement lui, était du chêne. Décelant une fissure dans le bois elle y inséra une lame fine qu’elle fit courir tous le long des joints, les faisant sauter. Insérant à présent un croché elle farfouilla à la recherche de fils déclencheur d’alarmes, et en ayant attrapé quelques uns elle les tira doucement vers l’extérieur. Là elle les coupa puis les attacha au chambranle pour ne pas qu’ils déclenchent les mécanismes auxquelles ils étaient reliés. Elle répéta l’opération jusqu’à ce qu’elle soit sûre d’avoir enlevé tous les fils. Elle allait enfin pouvoir s’atteler à l’ouverture elle-même…

    Sa proie s’était arrêtée. La bête s’était tapie au cas improbable où la petite forme l’aurait remarqué. Voyant qu’elle s’afférait à une chose vide de sens pour elle, la créature recommença à avancer, faisant pattes de velours. Elle était presque sûre elle, plus que quelques mètres et elle pourrait bondir…

    La petit voleuse avait glissé une langue de fer à l’équerre terminé par un croché par la fente qu’elle avait agrandit. A présent elle s’essayait à l’aide de ce curieux objet de tirer le loquet qui maintenait la fenêtre fermée. Avec un dernier effort elle agrippa le fermoir de l’autre côté, tira et il céda enfin ! La fenêtre s’ouvrit et elle l’attrapa pour qu’elle ne claque pas. Soufflant un peu, elle commença à tourner pour s’adosser au bois et aperçu un mouvement brusque. Surprise, seuls ses réflexes de tire-laine la sauvèrent. Elle bondit à travers la fenêtre et la referma sur elle avant que la bête ne l’atteigne. Se faisant elle sectionna les fils qu’elle avait attachés et des cloches d’alarmes se mirent à sonner. Dans sa confusion elle ne pensait qu’une chose : Des griffes ! Des crocs ! Elle eu tout du moins assé de présence d’esprit pour tirer le loquet qu’elle s’était tant échinée à ouvrir. Derrière la fenêtre, la chose s’escrimait inutilement contre cette paroi qu’elle ne pouvait ouvrir. Toute tremblante elle se releva, et fonça dans l’escalier. Pour avoir longuement parcouru ses plans, elle connaissait cette maison comme sa poche. Elle croisa et bouscula un domestique qui avait accouru pour connaître la raison du déclenchement de l’alarme. Poussée par l’adrénaline et la peur, elle arriva comme une flèche au rez de chausser et franchit la porte sans hésitation pour se perdre dans la foule apaisante par son nombre la nuit en ce quartier de la ville. Elle rentrait bredouille, mais elle avait sa vie, un bien d’une importance qu’elle avait jusqu’à présent bien sous estimé…

    La créature rageait. Elle avait beau essayé d’entrer, ses griffes ne prenaient pas prise sur ce verre trop épais. Haineusement elle se détourna, prête à chercher une autre victime. Cette fois elle n’échouerait pas, car maintenant elle avait faim…

  14. #44
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    En provenance de

    Voilà deux jours que Masha'a errait en ville. Elle mangeait peu, se contentant de quelques fruits et d'un pain achetés avec ses quelques sous (ce fut un soulagement et une surprise pour elle de voir que sa monnaie de Féerune était acceptée à Manost). Elle laissait le chat se nourrir dans les détritus. Quant à Grka, il accompagnait souvent le chat, même si Masha'a essayait de le nourrir avec sa propre nourriture. Le gobelin se montrait ravi de souffler de l'air frais le soir tombé, une fois libéré du sac. A la fin du 2e jour, Masha'a lui avait trouvé guenilles et chapeau sur une pile de détritus. Affublé de vêtements trop grands pour lui, Grka pouvait masquer sa nature et oser marcher en pleine lumière. Ceci soulagea Masha'a qui en avait assez de porter un tel poids sur l'épaule toute la journée durant.

    Masha'a était logiquement arrivée au port. Là, interrogeant des marins ou des marchands, elle avait enfin découvert qu'elle se trouvait sur une île loin à l'ouest de Féerune, séparée de ce continent par un océan. Elle en fut profondément troublée : la reine elfique disposait d'un pouvoir immense pour avoir réussi à la téléporter aussi loin. Elle sut qu'elle perdait tout lien avec son pays d'origine. A moins de payer un long et coûteux voyage, ou à moins de trouver un sort semblable à celui qui l'avait amenée là, elle ne reverrait jamais sa terre natale. Cette nouvelle la laissa curieusement froide. Du moins en apparence. Masha'a se sentait à la fois perdue et rassurée. Le déracinement était aussi brutal qu'irréversible, mais elle se sentit définitivement coupée d'une vie qui n'était que fuite et rapines. Ici, une nouvelle existence s'offrait à elle.
    "Vraiment ?"
    C'était Grka qui venait de réagir ainsi en entendant Masha'a soliloquer. L'ensorceleuse s'arrêta. Elle le regarda. Le gobelin la fixait avec étonnement et une forme d'hébétude. La jeune femme secoua la tête avant d'éclater en sanglots. Non, sa vie n'avait pas changé : elle restait isolée et perdue sur ce continent hostile. Des visions terribles la frappaient et elle était impuissante. Elle se laissa aller contre une porte et se retrouva assise sur le perron, pleurant à chaudes larmes.

    C'est là que le chat apparut. Il était assis sur le rebord de la fenêtre à côté de la porte, en train de ronronner sous la caresse d'une main ridée. Une voix douce résonna : "Allons, allons, qui pleure donc devant ma porte ?"
    La main qui flattait le chat se retira. Des pas résonnèrent à l'intérieur de la maison puis un bruit de verrou qu'on tire. La porte s'ouvrit et une vieille femme apparut sur le seuil.

    C'est ainsi que Masha'a rencontra Gibelda, une veuve de marin, qui la recueillit et l'hébergea plusieurs jours durant. Elle vivait d'aumône et de la vente de breloques qu'elle récoltait sur les quais. Son mari avait disparu bien des années auparavant au cours d'une mission lointaine. Les marins du port, n'ayant pas oublié sa mémoire, rendaient service à la vieille avec quelques piècettes ou des objets qu'ils lui laissaient afin qu'elle puisse les revendre. Ainsi passaient les jours de Gibelda, sans faire de vague.

    Malgré ses maigres avoirs, elle fut prise de pitié pour cette jeune inconnue qui semblait perdue comme un objet au fond de l'eau. La crasse, la disette, avaient marqué les traits de celle qui semblait être une trop jeune aventurière. Gibelda l'attira à l'intérieur et, à mots doux, la fit s'asseoir et se détendre. Masha'a voulut résister, se souvenant de ce rêve de pirate qu'elle avait fait. Mais elle était trop faible et bientôt, bercée par les vapeurs de thé et le balancement de sa chaise à bascule, elle s'endormit.

    Contrairement à ses angoisses qui n'avaient cessé de la tenailler dans ses rêves, Masha'a se réveilla le lendemain matin et découvrit une Gibelda déjà affairée, préparant un petit déjeuner copieux qui tranchait avec l'atmosphère dépouillée de la pièce. Elle se leva et s'étonna également de trouver, couchés au pied du lit, un chat et un gobelin qui sommeillaient paisiblement.

    Masha'a sauta sur ses pieds, moins facilement que prévu, et chercha ses habits. Ne les trouvant pas, elle émit un petit cri de frayeur.
    "- Bonjour. Tu as bien dormi ?
    - Où avez-vous mis mes vêtements ? " fit Masha'a d'une voix inquiète.
    "- Ne t'inquiète pas. Je les ai lavés. Ils pendent dans la courette arrière, au soleil et au vent." Masha'a sembla un peu rassurée. " Tiens, prends cet habit. je suis désolée, il n'est pas aussi seyant que le joli ensemble que tu portes d'habitude, mais c'est mieux que rien en attendant." Et Gibelda lui tendit une sorte de longue chemise qui avait dû être blanche jadis. " Au fait, je m'appelle Gibelda." Les yeux de la vieille femme semblaient rire à tout instant. Sa douceur et sa simplicité eurent raison des inquiétudes de Masha'a :
    "- Mer... merci. Je suis désolée, je, j'ai cru être piégée..." Et de lui raconter son rêve. Au fur et à mesure qu'elle parlait, le visage de Gibelda semblait se décomposer. A la fin, la veuve s'assit, comme abattue. "Que se passe-t-il ? Qu'ai-je dit ?
    - La... la femme que tu viens d'évoquer...
    - Hé bien ?
    - Elle... elle existe bien. C'est ma soeur." Le choc fut rude pour Masha'a. Elle resta prostrée quelques instants, tandis que Gibelda fermait les yeux comme pour exorciser de mauvais souvenirs. "Nous étions si proches... Et puis, elle a suivi une autre voie. Moins... honorable." Gibelda leva les yeux vers Masha'a. "Que tu aies rêvé d'elle et que tu sois ici aujourd'hui ne peut signifier qu'une chose : tu es le message !
    - Le message ?
    - Oui. Ces visions, elles servent à quelque chose ! Je dois aller voir ma soeur. Je dois y aller, oui. " Gibelda se leva avec énergie et prépara ses bagages. " Peut-être lui est-il arrivé un malheur ? Peut-être est-elle proche de la fin ? Il faut que j'la voie, il faut qu'j'la voie !" Elle semblait de plus en plus agitée. Masha'a ne savait que dire. Elle restait là, debout, à regarder Gibelda qui terminait de fourrer ses maigres avoirs dans un sac de jute.
    - Gibelda, vous... vous êtes trop âgée pour voyager...
    - N'aie crainte, ma petite. Je saurai me débrouiller. Personne n'attaque une petite vieille et je suis sûre que Gontran acceptera de me déposer là-bas durant son trajet.
    - Gontran ?
    - C'est un vieil ami. Un capitaine pour qui mon défunt mari - paix à son âme ! - a travaillé.
    - Laissez-moi vous accompagner !
    - Non ! Tu as assez fait ! Les dieux t'ont chargée de venir jusqu'ici. Ta tâche est désormais terminée. A moi d'assumer ce qui m'incombe. Je préfère que tu gardes la maison en attendant..." Gibelda s'approcha de Masha'a, lui ceignit les mains et, d'une voix pleine d'émotion : "Je suis désolée, ma petite fille. Je dois y aller. J'ai toute confiance en toi. Reste ici, à ton aise. Ou pars si tel est ton destin. Mais prends bien soin de toi. Ce don que tu as est... signe de chance. Mais il peut aussi être dangereux. Je n'ai rien à te donner... sauf ceci." Gibelda se mit sur la pointe des pieds et déposa un baiser sur le front de Masha'a. Puis, sans ajouter un mot, elle avança vers la porte, se retourna une dernière fois, un sourire plein de gratitude aux lèvres, avant de disparaître au dehors.

    Masha'a resta longtemps immobile, trop abasourdie. Encore une fois, le destin venait de la pétrifier. Tout allait trop vite ! Les événements se succédaient sans qu'elle puisse faire quoi que ce soit ! Elle poussa un long hurlement de révolte : "ASSEEEEEEEEEEEEEEEEZ !!!" Assez ! Assez ! Assez ! Elle ne voulait plus subir ! Elle se laissa tomber sur le lit, prise d'un accès de lassitude après ce sursaut de volonté.

    Il lui fallut trois jours pour se relever. Gibelda avait laissé de la nourriture et quelques piécettes. Masha'a put ainsi se reposer et retrouver quelques forces. Elle prit ensuite le temps d'examiner la demeure de la veuve et trouva l'un ou l'autre élément pour compléter son arsenal (une petite bouteille vide, un briquet, une petite corde, etc.) Grka, lui, avait trouvé des habits plus à sa mesure qui masquaient malgré tout sa nature.
    Le matin du 4e jour, Masha'a était prête. Elle sortit, suivie du gobelin et du chat. Elle voulait choisir. Et vivre. Elle allait se faire embaucher. Grâce à cela, elle pourrait avoir rapidement accès au savoir qui lui manquait pour comprendre, por maîtriser. Elle avisa la route des Arcades et la suivit jusqu'au moment où elle aperçut une enseigne colorée surmontant un établissement animé. "Le loyal Paladin". voilà qui semblait parfait.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  15. #45
    Date d'inscription
    avril 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages 
    946
    [quete : à la recherche d'informations]

    La douceur estivale flotait dans les ruelles de Manost, bénies par les rayons de l'astre lunaire. L'elfe noir, dont la queu de cheval flotait au grés de la fine brise vespérale, marchait simplement dans les ruelles, visiblement fort aise de pouvoir n'être qu'un passant au milieu d'autres passants, une silouhette dans le soir déambulant dans une rue.

    Dans les batiments éclairé, on pouvait voir la bonne humeur propre à la ville si festive, et un flot musical que l'elfe se contenta de supposer "folclorique" animait les ruelles du quartier du port. Certe il y avait déjà quelques victime de l'éthylie, mais après tout ce tableau semblait être attribuable à toute ville, mais les deux homme que Beorn croisa, semblaient bel et bien très joyeux de vivre, chantant à tue tête une chanson grivoise, l'un appuyé sur son compagnon, un pichet à la main.

    Un peu plus loin, l'elfe croisa un barde jouant d'un instrument des plus étrange. A vrai dire aussi étrange que son accoutrement. Une sorte de flutte agrémentée d'un sac et de plusieur canaux d'orgue produisant un son étannant mais fort agréable. L'homme était vêtu d'une sorte de jupe à carreau et d'une chemise de toile. Un berret couvrant son chef qu'une épaisse barbe rousse couvrait. Beorn continua son chemin. Il arriverait bientôt là où il trouverait peut-être quelques informations.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  16. #46
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 413
    Quête : Trône du soleil, Partie 2 : Liquidation

    Episode précédent: ici.

    Une des nombreuses ruelles du port, large escalier qui descend par paliers vers la mer.
    Dans la quiétude du soir, un léger brouillard salé monte vers les arcades par chacun des voies tortueuses de ce quartier, léchant les colombages des façades plus que modestes des maisons pauvres.
    Les chandelles des habitants, posées loin des vitrages pour plus d’économies, ne diffusent au dehors qu’une faible lumière, éparpillée, lointaine, presque irréelle dans l’opacité blanche. Mais que voudrait-on voir ? Ce chien errant qui lèche ses plaques de gale ? ce petit ruisseau odorant déposé en passant par quelque ivrogne un peu tardif ? cet autre ivrogne – son compagnon, sans doute – qui gît évanoui, en plein milieu du passage, le visage tourné vers le sol ? Cela fait bien longtemps que les riverains ont renoncé à sortir après la nuit tombée. Ils ferment les volets des rez-de-chaussée et se réfugient dans le confort tout relatif de leur intérieur. Rien à voir.


    Il s’agite pourtant, cet ivrogne inconnu. Il se tâte et se redresse, comptant ses abattis. Il fronce les sourcils en se grattant l’occiput, puis semble enfin comprendre où il trouve, et se relève rapidement. C’est un semi-elfe, plutôt jeune, et il porte l’uniforme de la garde manostienne. Il a plutôt l’air de revenir d’un évanouissement que de sortir de cuite, finalement. Il jette un dernier regard stupéfait à ses armes, surtout à son épée, comme si elle venait de faire quelque chose d’extraordinaire qu’il ne comprend pas tout à fait. Puis il observe l’obscurité, la brume, autant qu’il peut. Il est tendu, inquiet. La téléportation lui a permis d’échapper à ses poursuivants, mais elle ne l’a pas du tout envoyé où il aurait voulu.

    L’elfe frissonne, s’enveloppe dans sa cape et se hâte. Il faut partir d’ici. Vite. Et rejoindre aux portes ceux qui sauront comment le défendre. Vite.
    Pas assez vite. Deux silhouettes silencieuses et rapides se détachent déjà du brouillard, devant lui. Il comprend : il est resté évanoui trop longtemps ; on a dû réussir à localiser par magie en quel endroit il s’était téléporté. L’elfe se prépare à fuir dans l’autre direction : après tout, ce ne sera pas la première fois qu’il échappe de la sorte à ces mystérieux assassins noirs. Mais un troisième homme se tient derrière lui. A bien y regarder, ils ne ressemblent pas aux assassins auxquels l’elfe a coutume d’être confronté ces derniers temps. Certes, ils sont vêtus de noir. Mais leurs armures semblent elles mêmes tissées d’ombre…


    Les trois hommes ont l’air assez sûrs de leur fait : ils ne passent pas tout de suite à l’attaque. L’elfe espère pouvoir en profiter pour leur soutirer des informations, ces informations qui lui manquent si cruellement. Il se tient sur ses gardes, dresses les pointes de ses oreilles et essaie de trouver une stratégie sans faille.

    - Voilà donc notre cible… commence l’assassin isolé. Un enfant, et tout seul… Ne trouvez-vous pas que ce contrat fait insulte à notre rang, compagnons ?

    - Telle est la volonté du Soleil Sombre ; qui sommes-nous pour la contredire ?

    - Bande d’arrogants. D’autres ont échoué, gronde le petit elfe en crispant les doigts sur ses armes.

    - C’est vrai. Longtemps ta chance a amusé notre regard. Tu as répandu le conflit partout où tu as porté tes pas ; tu as apporté guerre civile et destruction dans la cité qui t’a offert l’asile. Il éclate d’un rire sinistre. Une cité du vigilant ! Tu nous as diverti… Mais à présent que tu t’apprêtes à quitter cet endroit, il est temps que le Calimshan se tourne vers de plus nobles querelles. Il est temps de rappeler qui est le dieu des assassins.

    Aux propos de ses adversaires, le semi-elfe comprend peu à peu à qui il a affaire. Des Maîtres des conflits, voilà ce qu’il a en face de lui… Des chéris de Cyric. Ils sont si peu nombreux dans les Royaumes… Il est si difficile de s’attacher leurs services… Quel est son ennemi pour pouvoir recourir à de tels expédients ?

    Ils approchent tous les trois, ensemble, de quelques pas. Silhouettes noires au visage encapuchonné. Ils sortent leurs lames dont la rumeur dit que le poison foudroie à la moindre égratignure. Leur aura frappe de plein fouet la victime dont la gorge commence à se nouer. Il n’a aucune chance. Et il le sait. L’un d’eux jette un sort tandis que ses compagnons se fondent dans les ombres, juste sous les yeux du barde qui ne sait où regarder et se jette un pauvre sort d’image miroir avant de se placer dos au mur. Il cherche à glisser le long du mur, cherche un bouton de porte, cherche à crier mais aucun son ne sort de sa gorge nouée. Une illusion immense, monstrueuse, se dresse soudain devant lui, une sorte de dragon gigantesque qui ouvre la gueule pour l’engloutir. L’elfe hésite, est-ce une création de son imagination ou une vision de l’avenir ? Il vacille. Non… Le troisième assassin s’est fondu dans les ombres. Le garde continue de longer le mur, il accélère, il se met à courir, tant pis, la terreur, seule la vitesse peut le sauver. Un assassin réapparaît soudain juste en face de lui… il vient de planter sa dague dans le ventre de l’elfe, qui tombe et agonise. Pas tout de suite cependant. Le poison pénètre lentement ses veines, déclenche des convulsions, le suffoque à demi, paralysant lentement ses membres. Il est tétanisé mais reste conscient.

    - Adieu, Martial Merillym, garde de Manost, cauchemar des assassins à la petite semaine, fait le premier en essuyant sur le visage de l’elfe un talon dégoulinant du liquide évoqué plus haut.

    - Adieu, Martial, fils de Vendril, héritier légitime du trône de Mekelthya.

    - Adieu, jeune barde, concurrent potentiel du pacha de Calimport.

    Tous trois éclatent de rire tant la situation est grotesque.

    - Le décors toutefois n’est pas tout à fait digne de nous. Il faut que l’œuvre de Cyric soit reconnue, et son nom redouté.

    L’elfe sent – à peine – qu’on le tire par les poignets sur le pavé des ruelles, jusqu’au port. Il perd conscience. Il la retrouve sur le pont d’un navire. Il est écartelé des quatre fers sur le gouvernail du plus gros navire marchand de la rade. Il est nu. On l’a bâillonné. L’un de ses bourreaux approche une lame de sa chair… et découpe…
    Ce hurlement que nul ne peut entendre.

    Au matin, les hurlements des premiers marins qui montent sur le pont. Ecartelé sur la roue du gouvernail, il y a un corps nu, sanguinolent, castré, écorché vif et rongé par le sel. De son ventre ouvert jaillissent en étoile des entrailles qui ont été artistement nouées aux deux bouts, ventre et cordages, pour dessiner un soleil…
    … Un soleil de Cyric.


    La peau et le sexe ont apparemment été jetés aux poissons. Le sang qui continue de dégoûter sur le pont rend ce dernier particulièrement glissant. Un chien gâleux reniffle la tripaille.
    Manque la tête.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  17. #47
    Date d'inscription
    juin 2004
    Localisation
    Paname
    Messages 
    1 859
    Quête: trône du soleil

    Se passe avant les évènements cités précédemment.
    En provenance de

    Ben-j et Duorok s'approchèrent doucement de l'ivrogne qui cuvait sa vinasse. Ben-j lui souleva quelque peu le menton et Duorok reconnu Merillym, l'instinct du moine avait fait mouche!

    Il se regardèrent, ils n'avaient plus que le coup de grâce à donner, mais tout cela leur semblait trop facile.
    Leur méfiance avait vu juste lorsqu'ils sentirent au dessus d'eux une présence puissante et inconnue.
    Préférant éviter toute précipitation qui pouvait leur être fatale, ils allèrent se cacher derrière des cageots qui trainaient dans la ruelle et ils se firent tout petits en attendant que la présence passe.


    Duorok et Ben-j assiste à la scène

    @Duo: tu postes, on rentre à la planque, on partage la thune et on se caaasse.
    Téléchargez donc ce superbe perso pour SOA... Et celui-ci pour TOB !
    Mon vrai moi...
    ... et mon moi RP
    Pour faire parler Ben-j en RP: salmon (comme le poisson)

  18. #48
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages 
    2 579
    Quête: trône du soleil, ben épilogue si on peut dire

    Les deux assassins avaient assistés à la scène, Duorok avait hésité à aller aider les 3 nouveaux arrivants mais il se ravisa quand il les entendit parler du Soleil Noir.

    Les mercenaires étaient quelque peu dépités de n'avoir pas pu étripper Martial de leurs propres mains, mais ce qui était fait était fait et c'est un duo sans entrain qui se rendit lentement vers son QG.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  19. #49
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Messages 
    1 258
    Quête : Vol d'une relique


    La nuit sans lune plongeait la ruelle près du port dans une obscurité oppressante. Un contingent de garde patientait près d’une petite porte en bois discrète à la seule lumière d’une torche. Le Grand Emissaire se tenait devant, fixant la porte sans vraiment la voir. C’est étrange comme certaines pensées vous prennent par surprise. Un souvenir, un sentiment, une sensation parfois sans lien avec l’instant présent mais que vous ne pouvez refouler et vous empêche de penser à autre chose.

    C’était une première dans l’histoire de Manost : il allait arrêter des prêtres. Comment la situation avait-elle pu se dégrader à ce point ? Ils avaient combattu le Demogorgon, les armées de Shar, fait face à de nombreux complots, mais jamais Ravestha n’avait eu à s’attaquer aux propres prêtres du culte. Etait-ce la preuve d’une certaine impotence ? Ces arrestations marquaient-elles un aveu d’impuissance alors que le mal avait déjà gangrené Manost et le clergé lui-même ? Avait-il eu tort de s’absenter de si longs mois ? Non, le Grand Emissaire raffermit sa volonté. Il s’était dû de ramener le calice, et il avait eu confiance dans le conseil. Le conseil… cette pensée le fit défaillir à nouveau. Deux conseillers étaient morts et un porté disparu pendant son voyage. Plus que cela, il avait perdu des amis et il ne pouvait pas s’empêcher de culpabiliser. Que se serait-il passé s’il était resté ? Il écarta immédiatement cette pensée, la considérant comme un manque de respect pour ses amis. Sa présence n’y aurait sans doute rien changé. Il ne pouvait à présent que tenter d’éliminer la corruption qui avait gagné le culte lui-même.
    Ravestha ne vit pas les gardes échanger quelques regards interrogateurs, il regardait son ombre instable projetée sur la porte. Etait-ce la le reflet de son âme, une âme tiraillée, ou était-ce là le symbole de l’ombre qui a gagné Manost et qui se cache en partie derrière cette porte. Idiot ! Il se rendit compte de l’absurdité de ses pensées et les chassa aussitôt, mais Helm qu’il détestait cette ombre ! D’un violent coup de pied, il enfonça la porte qui céda immédiatement sous l’impact. Un homme assis sur un tabouret se releva d’un bond, l’air affolé. Avec célérité, l’un des gardes plaqua sa lame sur la gorge de l’homme en lui faisant signe de se taire. Ravestha continua dans l’antichambre sans prêter attention au prêtre et s’avança vers la porte située au fond. On pouvait déjà entendre des éclats de voix.


    Un prêtre s’écria :

    - Vous êtes au courant de ce qui se passe ? Le conseil a découvert qu’il y avait anguille sous roche et nous menaçons d’être découvert au grand jour. Nous devons cesser nos activités et arrêter de nous voir le temps que cette purge cesse !
    - Je sais tout cela.
    - Alors pourquoi nous avoir fait venir aujourd’hui alors que les enquêtes et les arrestations se multiplient ?

    La porte s’ouvrit, laissant apparaître les gardes, puis le Grand Emissaire qui s’exprima d’une voix glaciale :

    - Parce que je lui ai demandé. Il semble que tous n’aient pas totalement oublié où allait leur allégeance.

    Emporté par un même élan, tous les prêtres se levèrent d’un bond. Les gardes réagirent aussitôt pour maîtriser les traîtres. Un des captifs se tourna vers celui qui les avait dénoncé pour lui cracher :

    - Trahison ! J’espère que Cyric te réserve une place au frais dans le Mur des Infidèles !
    - Nous nous y retrouverons ensemble, crois-moi.
    - C’est à cause de personnes incompétentes comme vous que nous allons courir à notre perte ! Par votre faute, le culte…

    Ce fut au tour du Grand Emissaire de s’énerver :

    - Le culte n’a pas besoin de prêtres qui agissent de façon intolérables et indignes d’Helmites dans l’unique but de servir leurs propres intérêts ! Vous avez sali le nom de Helm en l’associant à des actes ignobles, il vous retire sa confiance. Emmenez-les !

    Les soldats quittèrent la pièce en emportant les traîtres fermement attachés. Des volets s’ouvraient pour observer à la lumière d’une lanterne l’étrange expédition qui passait sous leur fenêtre. Et c’était déjà la deuxième série d’arrestations en une semaine…
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  20. #50
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 350
    Quête : entre ombres et lumière

    En provenance du marché

    Althea poursuivait sa promenade. Elle retardait au maximum son retour au Loyal Paladin. Besoin de marcher, de laisser aller librement aller ses pas au rythme de ses pensées, être seule. Le trouble suscité par les paroles de Kléman s’était mué en une sorte de désagréable angoisse. Elle avait ressassé sans relâche les événements précédant la disparition de son fiancé à la recherche d’un indice. En vain. Absorbée par ses réflections, elle sentit à peine une main plonger adroitement dans ses poches pour en retirer sa bourse. Quand elle s’en rendit véritablement compte, il était trop tard. Le petit homme courait devant elle emportant avec lui le fruit de son larcin. Le temps de lancer un juron, elle se lançait à sa poursuite.

    Jouant des coudes, se faufilant entre les passants, bousculant les malchanceux au passage … Elle était sur ses talons. Il n’avait qu’une coudée d’avance. Elle tendit la main. Une charrette malencontreuse vint les séparer. Elle l’entendit ricaner devant elle. Mais il ne s’en tirerait pas à si bon compte. Un saut et elle atterrit sur le véhicule. Elle posa malencontreusement sa main dans un sac, l’en ressortit bleue, évita de justesse un coup de bâton … Mais elle était passée de l’autre coté. Le voleur qui s’était arrêté pour reprendre son souffle repartit au galop. Elle accéléra encore. Un point de coté pesait sur sa hanche et le souffle lui manquait, mais elle ne s’arrêterait pas avant de l’avoir attrapé. Là, il passerait un sale quart d’heure … Elle avait déjà quelques idées de vengeance en tête. Elle arriva enfin à sa hauteur. Elle entendait distinctement son souffle rauque. L’espace d’une seconde, elle put même voir son visage. Il ne lui était pas étranger … Mais qui ? Il gagna du terrain pendant la seconde d’inattention. Elle voulut le rejoindre mais c’était sans compter cette villageoise qui ouvrit la porte juste avant son passage. Emportée par son élan, elle heurta de plein fouet le bois. Sonnée, elle se laissa couler le long du chambrale. Cette fois, il ne l’attendit pas … Elle se remit péniblement debout et reprit son chemin, avec une belle bosse à la place de sa bourse … Que le voleur jouisse donc de son lot, il ne l’emporterait pas au paradis d’Ao
    .

    Direction la constellation des arcanes
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

Page 2 sur 2 PremièrePremière 12

Discussions similaires

  1. [Lieu-dit] Le Port de Melandis
    Par Duo dans le forum Le port de Melandis
    Réponses: 155
    Dernier message: 10/08/2020, 11h27
  2. [Lieu-dit] Les ruelles interlopes du port
    Par Duo dans le forum Le port de Melandis
    Réponses: 146
    Dernier message: 12/12/2014, 17h00
  3. [Lieu] Le port d'Anarelis
    Par Mornagest dans le forum Les Plaines du Centre
    Réponses: 174
    Dernier message: 20/07/2013, 08h08
  4. [Lieu] Une ruelle sombre
    Par Kasumi dans le forum Les Beaux Quartiers
    Réponses: 29
    Dernier message: 10/10/2007, 01h52
  5. [TD] [Quête] Vol d'une relique : Le puit du Pal, un lieu sombre et maléfique
    Par Hugues de Breizh dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 45
    Dernier message: 31/10/2005, 18h14

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250