Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: [Quête] Un ange, un souvenir, une ombre, un passé

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650
    A peine avait-il quitté Manost, suivi par le messager de la garde qui l’avait prévenu du retour de Ravestha, que Folken ressentit une douleur étrange dans son dos, puis dans ses épaules. Une douleur ne trouvant pas de suite son sens, jusqu’à ce qu’une vision lui traverse l’esprit.
    Un ange.
    Son cheval qu’il avait jusqu’alors maintenu au galop ralentit le rythme pour finalement s’arrêter totalement au beau milieu de la plaine.


    - Il y a un problème monsieur ?

    La douleur gagna alors l’esprit du demi-elfe. Sans désormais prêter gare à tout ce qui pouvait lui être extérieur, Folken restait figé, comme absorbé par quelque chose qui demeurait en lui. Alors que le messager se porta à sa hauteur pour essayer de faire réagir le conseiller, celui-ci sursauta d’un coup et écarquilla les yeux.

    Un souvenir…
    Petit à petit alors que la température était des plus froides, le messager observait des gouttelettes de sueur ruisseler sur le front de son supérieur, comme une poussée de fièvre subite des plus virulentes. De plus en plus inquiet pour son compagnon de voyage le messager se résolu alors malgré lui à le secouer


    - Monsieur ? Ca ne va pas ?

    Un passé.
    Oui enfin ! Tant de choses, qu’il aurait cent fois voulu ne pas vivre ou, au moins réussir à oublier –ce qu’il pensait avoir réussi à faire en débarquant à Manost dans le but de vouer un culte à Helm et servir la justice- Toutes ses choses lui revinrent d’un coup à l’esprit avec cette vision : « l’ange », un souvenir tiré de son plus lointain, de son plus enfoui passé, un passé demeuré flou pour ses proches ainsi que pour lui-même. Tout cela lui était revenu d’un coup à l’esprit avec un pressentiment, Folken retrouva alors son calme, soupira profondément et leva alors les yeux au ciel comme s’il attendait quelque chose.


    Une Ombre.

    - Je vois que malgré tout ce qu’on a pu me dire, tu n’as pas oublié, dit une voix provenant du ciel
    - Monsieur ? Le soldat sursauta et se retourna ébahi
    - Ne vous inquiétez pas soldat.

    Le demi-elfe posa alors pieds à terre, alors qu’une ombre passa rapidement sous la lune qui pour la première fois depuis longtemps régnait enfin sur le ciel. Le messager resté sur son cheval leva alors à son tour la tête et fût alors le témoin d’une scène superbe : un elfe ailé se posait devant lui pour faire face au conseiller. Ses pieds sur le sol, le visiteur laissa aller ses ailes au vent, ce qui laissa le messager littéralement bouche bée. Il se passa alors un long moment sans qu’aucun son ne vienne perturber la scène, un long moment durant lequel le conseiller manostien et le visiteur venu du ciel s’observèrent. Celui-ci rompit alors le silence :

    - Ainsi ma quête s’achève enfin. J’ai retrouvé « le prince déchu »
    - Galadriel, je te croyais…
    - Mort ? Alméride a peut-être flambé entièrement sous ta main, et l’impératrice avec elle, mais beaucoup d’entre nous avons échappé au massacre en fuyant. Obligés de vivre au sol, où la vie est dangereuse pour nous.
    - Ce n’est pas de ma main que…
    - Qu’importe, cela revient au même ! s’emporta l’elfe ailé, puis reprenant son calme, de toutes façons je ne suis pas là pour ça ! j’ai été envoyé ici car l’Alliance t’offre une chance de te racheter.

    Ces mots eurent pour Folken l’effet d’un poignard qu’on lui aurait directement planté dans le cœur. Rien de pire ne pouvait lui être annoncé. Ils lui collèrent à l’esprit des images dont son expression trahissait l’horreur. Les images d’une guerre et de nombreuses morts horribles dont il se savait responsable. Après avoir subit l’horreur de tous ces flashs qui lui revenaient, le demi-elfe tomba à genoux sous l’œil méprisant de son interlocuteur, et se mît à vomir. Les larmes aux yeux il prononça quelques paroles :

    - « L’Alliance » ? Alors…non ! ce n’est pas possible…ne me dit pas que…qu’il
    - Si Folken, il est revenu, on ne sait comment, mais il est devenu sacrément puissant. Les monarques ont décidé de faire appel à toi. Personne n’est en mesure mieux que toi de lui faire face. Tu as été son élève, sa carte maîtresse, et tu l’as fais tomber une fois, après l’avoir poussé au sommet. Maintenant ton devoir se trouve sur Gadia.
    - Je croyais l’avoir tué !
    - Trop tard, sa magie avait fait son œuvre… Il a réussi.
    - Mais j’ai encore beaucoup à faire ici, les gens courent un grand danger et…
    - Cela n’est pas de ta faute, qui plus est tu sais très bien que d’autres sauront y faire face à ta place…Gadia requière ton aide. Tu as une faute à te faire pardonner.
    - Elle ne peut l’être soupira Folken, tu sais comme moi que quoi qu’il soit fait, je ne pourrai jamais me racheter auprès de Gaïa.

    Après avoir prononcé quelques paroles, Folken tourna ses yeux devenus rouges vers le messager inquiet.

    - Tu vas continuer ta route vers la vigie. Explique à Ravestha comme tu le pourras que d’autres affaires me retiennent hors des Royaumes, de toutes façons il sera très bien secondé par Hugues et Gothmog
    - Mais …

    Le demi-elfe se releva, et son interlocuteur sourit :

    - Penses-tu pouvoir me suivre ?
    - Je manque d’entraînement, mais il le faut se résigna le conseiller

    Galadriel porta alors son regard par delà l’épaule de Folken, semblant regarder juste derrière, le mépris se lisait de nouveau sur son visage.

    - Aurais-tu pousser l’affront jusqu’à renier ta race ? Pourquoi leur avoir fait subir un châtiment aussi ignoble ! elles sont l’instrument de la liberté et toi tu les caches ? tu les enfermes !

    Folken ôta alors sa cape et son armure encore neuve qu’il replia soigneusement sur la selle de son cheval. Le messager fût alors saisi d’une telle stupeur qu’il manqua de tomber de son cheval. Galadriel marqua aussi dans son regard un instant de surprise, mais celle-ci n’avait pas la même origine, il s’y mêlait un sentiment de dégoût. Ce qui eut pour effet de surprendre le messager, c’est que son supérieur venait de dévoiler à son tour des ailes que l’on aurait qualifier de semblables à celles de son interlocuteur si ce n’est que – et c’est ce qui marqua la surprise et le dégoût de l’elfe- les siennes, au lieu d’être d’un blanc pur étaient du noir le plus sombre.

    - Cela répond à toutes tes questions ? demanda Folken
    - En effet… j’ignorai que tu étais « maudit ».

    Combien de fois le demi-elfe avait-il eu envie de se sectionner ce qui était le témoignage le plus douloureux de son passé ; plus douloureux encore que ce bras droit qui n’était plus tout à fait chair que par son sang, témoignage d’un échec de jeunesse. Ses ailes, elles témoignaient de la malédiction que lui avait vouée Gaïa en punition de sa conduite. Folken par cette rencontre des plus douloureuses, entrevoyait néanmoins l’espoir de tirer enfin définitivement un trait sur ce passé douloureux. Il s’adressa alors une dernière fois à son messager.

    - File ! Prend mon cheval, explique ce qui s’est passé à Ravestha, et dis-lui que je reviendrai

    L’elfe ne put s’empêcher de montrer un sourire désapprobateur, qui trahissait ses doutes quant à un possible retour du demi-elfe sur ce continent.

    - Je reviendrai ! Sois-en sûr dit Folken confiant. Que Gothmog et Hugues soient prévenus aussi, ils doivent rejoindre Ravestha. Je leur fais confiance, ils sauront faire face aux problèmes restant à venir

    L’elfe prit alors son envol vers les cieux, Folken s’élança alors avec peine, essayant de masquer sa douleur, il se tourna une dernière fois vers cette terre sous les yeux du messager encore tout étonné par ce qu’il venait de vivre.

    - A bientôt ! répondit-il alors.
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  2. #2
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650
    La nuit allait bientôt tomber sur une calme plaine du nord de Manost. Enrek et son fils aîné Lladyss revenaient du champ, se dirigeant, leur attirail dans une charrette, vers leur ferme où les attendait un bon repas chaud. Tout en devisant sur leur journée de travail, les deux hommes guidaient leur cheval de trait qui soudainement s’arrêta, refusant d’obéir au paysan.

    - Ah, saleté de canasson ! Qu’a donc encore c’te foutu bestiau !? s’emporta Enrek

    C’est alors qu’une forte explosion retentit dans le ciel au milieu d’une onde légèrement bleutée.

    - Qu’est-ce que c’est encore que ça ? continua à grommeler le paysan alors que son fils effrayé commençait à prendre la fuite.
    - Reviens un peu ici espèce de couard ! poursuivit-il, tu vas pas me dire que c’est un simple coup de tonnerre qui t’fous les jetons non ?

    Le fermier leva alors les yeux au ciel pour constater avec horreur que plusieurs boules de feu allaient s’écraser sur la plaine, descendant directement du ciel. Le vieil homme lâcha alors les rennes de son cheval voulant suivre son fils mais la chute d’une première boule de feu deux mètres à ses pieds le contraignit à se jeter sur le côté, les bras sur la tête. Une seconde suivit de peu et s’écrasa sur la charrette qu’elle pulvérisa sur le coup, faisant fuir à toutes pattes le pauvre cheval qui la tractait. Ce fût ainsi une petite dizaine de boules enflammées qui s’écrasèrent sur la plaine. On pouvait alors entendre entre deux déflagrations le pauvre paysan réciter toutes ses prières à Helm. Une fois le calme revenu, Enrek se releva, remettant son chapeau sur la tête et jurant par tous les jurons qu’il connaissait :

    - C’est quoi ce bordel !!!!? Mon canasson ! Lladyss ! Rattrape-moi le canasson ! hurla-t-il à son fils qui se trouvait à l’autre bout de la plaine.

    Se tournant pour constater les dégâts subis par sa charrette qui avait littéralement explosée, Enrek distingua vaguement derrière le nuage de fumée une silhouette titubante qui se rapprochait quand soudain elle fût rattrapée par deux autres silhouettes qui l’assaillirent brusquement. Enrek se saisit alors d’une fourche et se précipita pour porter secours à l’individu, mais à peine avait-il traversé le rideau de fumée provoquée par les cendres de sa charrette, qu’il regretta son geste. La scène qui se déroulait en effet sous ses yeux n’était pas des plus banales… ni des plus rassurantes : deux orques qui se trouvaient devant lui à hacher le corps d’un malheureux elfe levèrent leur tête en direction du pauvre paysan qui recula alors doucement.

    - pa’ ! je l’ai
    - Euh…

    Les deux orques lachèrent ce qu’il restait du pauvre elfe et faisaient face à Enrek …prêt à lui bondir dessus quand à leur tour ils marquèrent une hésitation. Enrek sentit alors une présence derrière lui.

    - Fuyez
    - Heu …

    L’homme se tourna et comprit alors pourquoi les deux orques avaient hésité à lui sauter dessus. Un être ailé torse-nu se tenait derrière lui, une lame noire à la main. Outre ses ailes noires, celui-ci se distinguait également par son bras gauche qui ne semblait pas humain.
    Enrek tout d’abord surpris par cette nouvelle arrivée se ressaisit pour constater que l’homme qui s’était maintenant posté devant lui ne semblait pas en grande forme. Outre une coupure au dessus de son œil droit qui faisait s’écouler un petit filet de sang le long de son visage, le demi-elfe ailé avait le dos en sang et comptait visiblement quelques égratignures.


    - Euh …vous allez bien au moins ?
    - Ne vous en faites pas pour moi. Ne restez pas là.

    La fumée s’était maintenant dissipée et le ciel s’assombrissait rapidement. Les deux orques se ruèrent en même temps sur le demi elfe qui d’un coup de lame désarma le premier et para l’attaque du second -attrapant le manche de sa hache dans sa main- qu’il repoussa ensuite d’un coup de pied en plein ventre alors que son camarade prenait la fuite. Folken arma son arbalète et l’abatis. Et ce fût Enrek qui planta sa fourche dans le corps du second. Mais le pauvre paysan n’était pas au bout de ses peines…Cherchant du regard son fils pour s’assurer que celui-ci avait vu de quel exploit il s’était rendu capable, il ne trouva au bout de son regard qu’une liche et deux hommes en armure aux prises avec une jeune sorcière en robe noire et un jeune guerrier aux cheveux longs.

    Lord Azard : Labyrinthe à Morgwanà Déviation de sorts à Enrek

    Effrayé par la disparition soudaine de son père, Llyadiss partit se réfugier derrière un rocher d’où il observait la scène. Folken déploya ses ailes dégoulinantes de sang et s’envola en direction des cinq personnages à vive allure, les traits grimaçants de douleur.

    « Et la neige alourdit mes ailes
    Jamais, jamais je n’aurais pu croire
    Qu’il fasse aussi noir dans les nuages
    Jamais je n’aurais cru, jamais je n’aurais su
    Jamais je n’aurais cru »

    Dolly

    En haut de la vigie ce raffut n’était pas passer aperçu mais il laissait perplexe :


    - Mon caporal il y a de drôles de lueurs au sud, et ça semble animé !
    - Quoi ? vers Manost ?

    Les problèmes de ce genre ayant habituellement lieu au nord, la zone séparant la vigie de manost étant très bien protégée, cette nouvelle surprit le caporal qui en déduisit qu’il devait s’agir là d’un nouveau coups des ombres de Meboth qui se seraient trouvé un nouveau jouet ou compagnon de jeu. Toutefois le contexte actuel le poussait à rester méfiant. Il était inutile de vider le fort pour un feu d’artifice d’autant plus que celui-ci restait en état d’alerte et devait reste disponible et se tenir prêt à agir en cas de coup dur. Le caporal partit donc informer son supérieur occupé à faire l’inventaire de la salle d’arme avec l’intendant. Celui-ci tint le même discours et d’un commun accord les deux hommes décidèrent d’envoyer deux faucons messagers au fort de Manost pour avertir les autorités de ce fait et une dizaine de cavaliers avec pour ordre de s’informer discrètement de la situation d’abord et d’agir si cela leur est possible et nécessaire. Et c’est ainsi qu’un petit groupe d’une dizaine d’hommes partit au trot en direction de ces mystérieuses lueurs qui embrasaient le ciel. Arrivés à proximité de l’endroit cherché, trois hommes mirent pied à terre et partirent en éclaireur. Ils revinrent dix minutes plus tard en courant !

    - Il va falloir y aller les gars ! ça castagne fort là bas !
    - Que se passe t-il ?
    - Ben ça on sait pas ..mais il y a une liche soutenue par un humain au milieu du tas, on ferait peut-être mieux d’y aller …
    - Une liche ? et tu veux y aller ? moi je propose qu’on retourne faire notre rapport au lieutenant !

    Et alors que les cavaliers débattaient sur la décision à prendre, un vieil homme portant une longue barbe en robe noire et sorti de nul part fit son apparition.

    - Fichtre ! j’avais senti que ça nous échapperait et il a fallu que j’y aille quand même ! grommelait le vieil homme tout en s’époussetant
    - Halte là vieil homme ! veuillez-vous présentez et nous expliquer la raison de votre présence ici ! cria un des soldats nerveux.
    - Holà ! pas tant de nervosité l’ami ! Vous n’aurez rien à craindre de moi. Je vais là où l’on requiert mes services ; parfois je donne parfois je prend…

    Le mage s’arrêta soudain de parler se concentrant sur une présence.

    - ah oui murmura-t-il, il a perdu de sa puissance… Messieurs, j’ai la réponse à votre dilemme, sourit-il

    Le vieil homme s’approcha d’un des chevaux, lui murmurant quelque-chose à l’oreille sous l’œil rieur des dix soldats qui perdirent immédiatement leur sourire quand les chevaux partirent tous au galop vers le champ de bataille sans qu’ils ne puissent les arrêter. Les trois soldats qui se trouvaient à pied hésitèrent puis décidèrent finalement de porter secours à leurs camarades courant derrière les chevaux.
    L’arrivée en masse de soldats à l’allure aussi décidée fit le plus bel effet sur le champ de bataille, au milieu des orques convoqués par la liche et de quelques squelettes convoqués, eux, par la sorcière Morgwan. Un peu perdus au départ les soldats prirent le parti de taper dans le tas sur les orques et les squelettes qu’ils finirent par maîtriser assez rapidement sans subir trop de dommages car, aidés, il faut le dire, par le vieux mage qui les avait envoyer dans ce pétrain. Tant et si bien qu’à la fin du carnage la liche s’était retrouvée encerclée par les soldats, Folken, Morgwan et le vieil homme qui répondait au nom de Myrfield.


    - T’en as mis un temps ! se plaignit Morgwan qui, soutenue par Folken, semblait à bout de force
    - Désolé, mais même les vieux mages ne sont pas à l’abri des pièges de vieux chasseurs répondit le vieil homme évasivement.

    La situation de la liche esseulée avec son dernier allié semblait critique. Ce dernier cédant à une folie meurtrière sauta sur Folken qui soutenait déjà avec difficulté Morgwan. Son épée à deux mains en l’air, Kristion fit valser un premier soldat qui avait tenté de s’interposer et alors qu’il se préparait à frapper le conseiller helmite il s’écroula atteint par deux flèches tirées par deux des soldats helmites. La liche profita alors de la confusion pour jouer sa dernière carte :

    Azard > enchainement
    Azard > doigt de mort > Morgwan
    Azard > boule de feu > Myrfield
    Azard > projectiles magiques > Myrfield
    Azard > vaporisation prismatique > Soldats

    Si la boule de feu et les projectiles magiques furent inefficaces contre le vieux magicien, la vaporisation prismatique et le doigt de mort furent fatals pour les cibles visées. Le visage de la sorcière se figea sous les yeux impuissants de Folken. La pauvre jeune fille n’eut pas le temps de se tourner vers son compagnon d’armes malgré toute sa volonté de lui dire un dernier adieu, elle tomba à genou, le regard vide et s’écroula malgré les efforts de son ami pour la maintenir. Cette perte semblait affecter le conseiller manostien de façon troublante. Myrfield ne put non plus contenir sa peine mais maîtrisa sa colère. La jeune fille que venait de s’écrouler ici, il l’avait quasiment éduqué. Plus que son apprentie, elle était quasiment sa fille adoptive, celle qu’il avait recueilli avec son petit frère , alors encore nourrisson, à la mort de leurs parents, assassinés pour une histoire de trône par leur oncle Doth. Depuis tout ce temps il l’avait formé à sa demande, avait remis son petit frère Arther sur le trône qui était le sien et l’avait vu grandir, évoluer. Et en un instant toute cette vie prenait fin sous ses yeux.
    Les soldats de la vigie avaient eux aussi subit de lourdes pertes : cinq d’entre eux ne survécurent pas au sort et finirent pétrifié, désintégrés ou périrent sous la gravité des blessures infligées. Deux autres perdirent la vue et un autre la raison. Bref seul un de ces malheureux parvint à se relever. En un instant la liche qui avait retrouvé un sourire des plus maléfiques. Le demi-elfe tenait toujours dans ses bras le cadavre de la malheureuse sorcière, le regard perdu, il leva alors le regard vers la liche, il sentait la haine l’envahir, mais une haine inutile. Il savait qu’à lui seul il n’arriverait jamais à venir à bout de la liche.

    « je me laisse attirer
    mes pensées, mes idées
    par le noir
    j’efface, j’efface »

    Dolly

    Myrfield faisait à son tour face au redoutable adversaire quand celui-ci invoqua une petite troupe de gobelins dans le but d’éviter d’avoir le demi-elfe à affronter en même temps et c’est alors qu’au milieu de la petite armada, Enrek réapparu, sa fourche à la main. Surprenant toute l’assistance et visiblement lui-même surpris de se retrouver au milieu d’une pareille troupe. Il esquiva miraculeusement un coup de hache quand son fils déboula à toute allure afin de lui venir en aide. La scène plutôt épique n’aurait sûrement pas manqué de faire perdre son sérieux à Myrfield en d’autres circonstances mais à ce moment il restait concentré sur son adversaire.


    Myrfield > anéantissement des défenses > Azard
    Azard > fourvoiement magique > Myrfield
    Myrfield : Jet de sauvegarde contre les sorts
    Myrfield > protection contre l’énergie magique
    Azard > convocation de squelettes

    Folken se précipita vers les deux paysans en difficulté afin de leur porter secours. Enrek décidément très inspiré ce jour avait réussi à embrocher l’un des gobelins mais ne put réussir à extraire sa fourche du cadavre de la créature alors que Lladyss à coup de pioches essayait de chasser les trois autres. Malheureusement pour lui l’un d’entre eux parvint à le surprendre et à le toucher d’un coup de hache au bras. C’est à ce moment que Folken intervint survolant les deux hommes il dégaina son arbalète et élimina un premier gobelin d’un carreau en pleine tête. Atterrissant au milieu des deux autres, il parvint à en tuer un sans trop de difficulté, le décapitant tout bonnement. Le dernier voulu alors se jeter sur lui la hache à la main mais vit son coup paré par la lame noire de son adversaire, qui , avec la haine qui se lisait dans ses yeux, attrapa sa hache dans sa main et d’un coup de lame fulgurant transperça le corps du gobelin. Mais le demi-elfe n’eut pas le temps de se retourner qu’un squelette le jeta à terre et lui sauta dessus. Un cri de douleur retentit alors sur la plaine. Enrenk prenant son courage à deux mains sauta sur le squelette la fourche à la main le déséquilibrant à son tour, celui-ci se ressaisissant le frappa violemment au crâne et le mît à terre. Lladyss ne tenant plus sa fourche péniblement que d’une main, fût vite écarté aussi d’un coup de bouclier qui l’envoya valser à plus de deux mètres. Le demi-elfe se releva, une plaie saignante sur les côtes avait fait son apparition. Le squelette l’attaqua de front mais Folken put esquiver son coup et contrer…En vain, le squelette para le coup avec son bouclier, et d’un revers de garde envoya de nouveau le demi-elfe à terre. Lorsque celui-ci releva la tête il vit le squelette effectuer quelques moulinets en se dirigeant tranquillement vers lui, ce qui motiva le demi-elfe à se relever au plus vite, ramassant son katana et entamant un rude combat :

    Folken E=21
    Squelette E= 13

    L’assaut suivant fût donc donné par Folken qui bondit –ailes dehors- sur son ennemi à toute vitesse, frappant avec une telle rage que le bouclier du squelette céda sous le coup qui propulsa à son tour le squelette à terre.

    Rapport de combat 4AfEDkA9Xi entre Folken et Guerrier Squellette 3

    -=> Folken a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Guerrier Squellette 3 a perdu 6 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Folken : +2 (Dégats de glace du katana)
    Bonus Guerrier Squellette 3 : +0 (Pas de modifications)
    Folken E=21
    Squelette E= 7

    Le squelette se releva alors que Folken fonçait sur lui pour l’achever et lui porta un nouveau coup dans le flanc qui sonna littéralement le demi-elfe sur le coup

    Rapport de combat qDhC8iJzOe entre Guerrier Squellette 3 et Folken

    -=> Guerrier Squellette 3 a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Folken a perdu 6 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Guerrier Squellette 3 : +0 (Pas de modifications)
    Bonus Folken : +2 (Pas de modifications)
    Folken E= 15
    Squelette E=7

    Sa blessure saignante avait visiblement affaibli le conseiller manostien qui parvint toutefois à surprendre son adversaire sur une nouvelle attaque frontale, lui assénant un coup sur le crâne.

    Rapport de combat up7rr1Mntc entre Folken et Guerrier Squellette 3

    -=> Folken a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Guerrier Squellette 3 a perdu 4 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Folken : +0 ()
    Bonus Guerrier Squellette 3 : +0 (Pas de modifications)
    Folken E= 15
    Squelette E= 3

    Le Squelette furieux se rua sur le demi-elfe l’épée en l’air, ce qui permit à ce dernier de l’achever en lui administrant un ultime coup dans les côtes.

    Rapport de combat NKN7JI47Eg entre Guerrier Squellette 3 et Folken

    -=> Guerrier Squellette 3 a perdu 7 points d'endurance <=-
    -=> Folken a perdu 0 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Guerrier Squellette 3 : +0 (Pas de modifications)
    Bonus Folken : +0 (Pas de modifications)
    Folken : Born to be Alive (ou Die another day)
    Squelette : RIP

    Le demi-elfe avait certes triomphé, mais il demeurait épuisé, et à bout de force et il savait que malgré tout il lui faudrait aider Myrfield a vaincre la liche tout aussi diminuée par un combat marathon qui avait usé ses sorts. Observant son vieil ami affronter Azard, Folken fût agréablement surpris par la tournure que prenait le combat : la liche n’avait en effet plus de protections et Myrfield encore tout frais semblait maîtriser la situation. Qui plus est le dernier cavalier encore en vie avait repris ses esprits et venait apporter son aide au vieil homme, hésitant mais prenant son courage à deux mains le cavalier se rua à l’attaque, encourager par le bruit d’une troupe qui arrivait au galop en provenance de Manost. Azard livrait ses derniers efforts :

    Azard > poussée magique > Cavalier

    L’homme tomba mais se releva aussitôt reprenant sa charge héroïque à découvert, sous la couverture de Myrfield qui faisait au mieux pour empêcher la liche de nuire. Utilisant flèches enflammées, flèches acides de melf et autres. Ce qui n’empêcha pas malgré celà, la liche d’immobiliser le cavalier qui la chargeait. Malheureusement pour elle de façon très courte, Myrfield tirant son allié d’affaire à l’aide d’un contre-sort. Finalement le cavalier à pied parvint à atteindre la liche qui n’eut cette fois pas le temps de sortir un ultime atout de sa manche. L’épée longue du cavalier la transperça de part en part ; le temps sembla s’arrêter, ses yeux s’écarquillèrent comme surpris. Son visage se courba, un long filet de sang s’écoula de ses lèvres, et dans un dernier geste, elle leva la tête vers celui qui venait de la terrasser, le regardant comme pour voir qui venait de mettre un terme à ses plans de manière définitive, qui en un geste la faisait retomber dans le néant. Le soldat un genou à terre, lui aussi à bout enfonça la lame au plus profond, voulant à tous prix s’assurer que le monstre ne tenterait plus rien. C’en était fini. Folken tomba à genoux auprès du corps de son amie tombée il y avait quelques minutes. Il venait sans doute de racheter sa dette, mais au plus profond de lui il en doutait. Beaucoup trop étaient encore tombés dans cette quête et il s’en sentait en partie responsable. Myrfield l’approcha alors :

    - Tu n’as rien à te reprocher. Dis-toi que si tu n’avais pas été là, c’eût été pire encore !

    Ces paroles réconfortèrent en partie le demi-elfe qui savait que le vieil homme était un homme de savoir et de parole. Mais une certaine amertume lui restait dans la bouche. Le goût du sang si souvent répandu ces derniers temps en appelait à un désir de justice encore plus marqué qu’avant.
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



Discussions similaires

  1. Quête : retour à Ombre terre
    Par Oblivion dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 6
    Dernier message: 27/10/2013, 17h47
  2. [Quête] Le mange pierre: chapelle du souvenir
    Par Lothringen dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 84
    Dernier message: 05/10/2008, 14h20
  3. « Mon nom est Ange et Reine en Exil. »
    Par Elzen dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 2
    Dernier message: 17/02/2008, 02h57
  4. [TECH] Ailes d'ange pour jeu online
    Par Qoèlet dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 12
    Dernier message: 20/12/2005, 21h52
  5. [TD] [Quête] Manost Revenge : Un passé douloureux
    Par Seina dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 37
    Dernier message: 09/09/2005, 19h47

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256