Page 2 sur 2 PremièrePremière 12
Affichage des résultats 31 à 53 sur 53

Discussion: [Quête] Cérémonie des décorations

  1. #31
    kaliyouga Invités
    Kaliyouga pris la décision de surveiller les allés et venue dans la chambre des serviteurs de Xvim. Il pu se dissimuler à l’entrée, grâce à ses talents de furtivité, et à l’apprentissage des drows. Au bout de quelques heures, deux gantelets sortirent de la chambre. L’elfe noir failli se faire remarquer, car il ne s’attendait pas à voir quelqu’un sortir de la chambre, qui était vide quelques heures plus tôt. Il sursauta en les voyant, et ne peut s’empêcher de pousser un petit cri. Les deux hommes s’arrêtèrent net, et sortirent leurs épées. L’un deux prononça une incantation, sûrement un sort de négation de l’invisibilité. L’elfe essaya de ne pas se laisser gagner par la panique, se disant que caché comme il l’était, il ne risquait rien.

    Le premier gantelet rangea ses épées, et dit :
    -"Il n’y a rien ici, on perd notre temps.
    -Je suis sûr d’avoir entendu quelque chose.
    -Je te dis que c’était un rat ! Il y en a plein dans cette auberge ! Si nous ne nous dépêchons pas, nous allons nous faire étriper !"

    L’autre inclina la tête, et ils sortirent, en jetant un dernier coup d’œil derrière eux.

    Kaliyouga poussa un soupir. Il avait vraiment cru qu’ils allaient le découvrir. Il s’avança vers leur chambre.

    -"Bon, au moins je suis fixé. Il y a quelque chose dans la chambre, un passage ou autre, se dit-il."

    La chambre, plutôt spacieuse, était quasiment vide. Quelques lits, une table, des sièges, mais pas la moindre penderie, aucun coffre, rien. Il y avait quelques tapisseries poussiéreuses au mur, et un grand miroir. Ce dernier attira son attention, car contrairement au reste de la pièce qui semblait ne pas avoir été utilisé depuis des mois (vu la poussière qui s’y accumulait), était impeccable. Il s’avança vers celui-ci. Il était très grand, et recouvrait quasiment toute la hauteur du mur. Il était orné de toutes sortes de décorations. Des mots étaient gravés dans son cadre de bois, dans une langue inconnue. L’on pouvait retrouver, à chaque angle du miroir, un symbole que le drow n’avait jamais vu… une sorte de triangle à l’envers, avec un rond au milieu, et une grande lettre Z… Il remarque aussi, en bas du cadre, un orifice, de la forme d’un objet, une chevalière, supposa t’il. Il s’empressa de noter tout sur son carnet, en vue de faire son rapport à Egrevyn.





  2. #32
    Date d'inscription
    mai 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages 
    2 128
    *La réunion du conseil venait de s'achever. Avant de quitter la salle avec Folken, Egrevyn alla saluer le grand émissaire, qui lui souhaita toute la chance possible. Se retournant vers Kazium et ERZ, il leur adressa un signe de tête avant de se diriger vers la sortie de la grande pièce. *

    -Nous n'échouerons pas, pour Manost et pour la Justice, vous avez notre parole. Mais il faudrait ordonner à l'un de nos hommes postés aux abords de l'auberge que nous a signalée le prêtre de Tyr de prévenir Kaliyouga des derniers bouleversements. Désormais, c'est à vous qu'il fera son rapport, pendant mon absence que je souhaite être la plus courte possible.

    *Après avoir achevé ces mots, le conseiller sortit avec son compagnon, et ces derniers se lancèrent aussitôt dans les préparatifs du départ.

    Chacun alla se recueillir au temple, en mémoire des victimes du gantelet et pour demander la protection de Helm qui, jusqu'ici, leur avait toujours permis de vaincre l'adversité. Avant de quitter le lieu saint, Egrevyn observa une dernière fois les habitants vaquer à leurs occupations, les commerçants haranguer les passants, les enfants jouer aux abords de la place. C'étaient aussi pour eux qu'il fallait réduire à néant la menace qui pesait sur la cité.

    Il rentra à sa chambre du palais et commença à récupérer tout son équipement personnel: ses cimeterres élémentaux, son armure elfique, son casque de bénédiction et sa chère épée "Redemptrice". Sans oublier les parchemins et les artefacts rares qu'il avait gardé de côté pour affronter une quête aussi dangereuse. Après quelques instants de méditation, il rejoignit le groupe qui avait été désigné pour l'accompagner, lui et Folken, dans l'expédition vers la Tour de Garde.

    C'était en fin de matinée qu'Egrevyn retrouva l'escouade sur la place de la citadelle. Les autres soldats, non encore partis en patrouille, s'étaient réunis pour assister au départ et exprimer tout leur soutien. Le conseiller arriva et pu voir que le groupe était au complet: trois maîtres-magiciens, trois prêtres de haute valeur, quatre paladins aux talents divers, et deux rangeurs ainsi qu'un chasseur de prime issus d'une guilde alliée. A leur tête se tenait Folken, équipé lui aussi d'une armure rutilante et majestueusement perché sur son cheval. Egrevyn s'installa sur sa monture et les dernières recommandations fut données.*

    Folken salue son ami et lui dit:"Ravestha m'a remis les sceaux de Helm, comme cela, nous aurons un accès facile à tous les niveaux de la Tour.

    -Bien. Nous verrons alors comment le Zhentarim a pu pénétré. *Se tournant vers le groupe* Vous vous êtes tous équipés des parchemins de protection nécessaires? *les hommes acquiescèrent* Bien. N'oubliez pas que seules des armes enchantées seront valables. Maintenant, en route et qu'Helm nous garde.

    *L'équipage poussa des cris d'enthousiasme et les montures reçurent le signal pour se mettre au galop et se diriger vers les portes de la ville. Le groupe entendait déjà les acclamations des soldats à l'arrière. Les ovations se poursuivirent dans les rues à mesure que le cortège s'approchait de l'entrée de la cité. Bientôt, les bruits de vivats se firent de plus en plus lointains: l'escouade avait enfin quitté Manost et se dirigeait vers son destin. Ravestha était resté au palais mais il était allé au balcon, voir le départ des hommes. Ceux-ci n'étaient plus qu'un nuage de poussière, signe que les chevaux étaient au triple galop. Il pria pour leur âme. *
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  3. #33
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Messages 
    1 258
    Ravestha quitta le palais tard dans la nuit. Il se dirigea seul vers le poste de garde aux portes de la villes. Il portait ses deux épées croisées dans le dos et une cotte de maille cachée sous un manteau simple. Arrivé aux portes, on lui fournit une monture. Il quitta la ville ainsi, dans le plus grand secret. Il chevaucha vers le nord des vaux sans s'arrêter, priant en lui même pour que le mage soit toujours là.

    A quelques lieues de sa destination, il fit une courte pause. Lui et son cheval avait bien besoin de se reposer un peu. Il s'arrêtèrent à côté d'un bosquet et Ravestha s'assit contre un arbre. Lorsqu'il rouvrit les yeux, il était entouré de bandits : des orcs, des hommes...Il avait plusieurs archers qui braquaient leurs flèches sur lui.

    - Pas un mouvement ! Ton or, et tes objets de valeur, sans tarder !

    - Eloignez-vous ou vous allez le regretter.

    Mais ce n'était pas le grand Emissaire qui avait parlé. Un homme avec un grand chapeau avait fait son apparition à quelques pas derrière les bandits qui se retournèrent surpris.

    - Je serais vous, je me mêlerais de mes affaires.

    - Vous savez qui vous avez en face de vous, vermiceau rampant, pour oser me parler de la sorte ?

    - Ca suffit, vous parlez trop, vous auriez mieux fait de fuir !

    Les voleurs décochèrent leurs flèches qui vinrent ricocher sur la robe du mage. Le mage sortit une épée enflammée et brandit son baton de l'autre main. Une colonne de feu s'abattit sur les bandits qui s'écroulèrent tous. Les quelques survivants partirent en courant dans toutes les directions, leurs habits en feu.

    - Eh bien, mon jeune élève, ne vous ai-je pas enseigné la prudence ! dit le mage en froncant gravement les sourcils.

    - Eloern ! Je priais pour vous trouver ici.

    - Je sais, je suis venu. Et je connais aussi l'objet des préoccupations helmites actuellement. Toutes sortes de rumeurs ont déjà éclater. Certains membres de cultes opposés à Helm proclament déjà la chute de Manost. J'ai appris que le Zhentarim était mêlé à cette affaire...

    - Oui...euh...maître. Le haut-prêtre de Château Zhentil, Fzoul chembryl, du culte de Lyachtu Xvim, est à l'origine de la libération de Demogorgon, et ses pouvoirs dépassent de loin les miens et ceux de plus puissants mages helmites, et c'est pourquoi...

    - Tu as décidé de faire appel à moi. Eh bien en temps normal, je ne serais pas intervenu, mais tu sais que je n'ai jamais porté le rejeton du seigneur sombre dans mon coeur, c'est pourquoi je vais me permettre de t'apporter mon aide. Mais sache qu'elle sera courte et que je n'interviendrai que lorsque je l'aurai décidé, je ne peux pas me permettre de trop m'impliquer vois-tu. Guette ma venue, elle pourra faire pencher la balance. Même pour moi, affronter le Haut-prêtre est une épreuve, il est réellement puissant...il a libéré Demogorgon après tout. Enfin, il est temps pour moi de te laisser. Je viendrai au moment voulu. Ca m'a fait plaisir de te revoir, tu es devenu "quelqu'un", si je puis dire, dit-il en souriant à pleines dents.

    - Je guetterai votre venue, Eloern. Votre aide est plus que nécessaire.

    - Je sais, Ravestha. Et bien, nous nous reverrons ! Au revoir !

    Et sur ces paroles, le mage disparut dans un écran de fumée, laissant Ravestha debout près de son cheval.

    - Il est temps de rentrer à Manost !

    Ravestha remonta sur selle et repartit sur le dos de l'animal en direction de la capitale...
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  4. #34
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650
    Le soleil entamait sa course descendante et un petit groupe de cavaliers se dirigeait lentement vers la tour de garde.
    -Ca n’a pas l’air très occupé, remarqua l’un des paladins composant le petit groupe…
    -Et pourtant…je sens le mal ici répliqua un des prêtres.

    Folken et Egrevyn ne dirent pas un mot … Simplement d’un geste, Folken envoya deux de ses paladins vérifier les entrées. Ils revinrent très vite –à la surprise des deux conseillers helmites-

    -Tout est fermé, c’est comme si personne n’y était jamais entré ! s’exclama l’un des deux éclaireurs
    -Et pas un garde ? s'étonna le gardien de la défense
    -Pas âme qui vive dit le paladin en relevant sa visière, visiblement soulagé

    Les deux conseillers helmites se regardèrent … Et après avoir usé de vision sacrée et de détection du mal et de l’invisibilité, tous deux en arrivèrent à la conclusion que l’endroit était effectivement désert … du moins à l’extérieur … un puissant aura émanant de la tour leur empêchant de détecter quoique ce soit d’autre qu’un mal assez flou à l’intérieur.
    Les hommes firent une courte pause et se hâtèrent de rentrer dans la tour avant que la nuit et ses créatures ne les surprennent au dehors.

    Une fois la porte ouverte grâce au sceau de Helm, la petite escouade fût envahie par une odeur de putréfaction qui semblait régner partout dans la tour. Cette odeur, Folken mit rapidement un nom et une origine dessus …c’était l’odeur de la mort, de la putréfaction.


    -Et bin si on a des odeurs pareilles à ce niveau là je me demande ce qu’on va trouver au sous-sol s’inquiéta l’un des paladins.

    Et la troupe poursuivit son chemin dans les étages de la tour les armes à la main… Et se retrouva au rez-de-chaussée où ils constatèrent avec horreur ce qu’il s’était passé durant tout ce temps où ils n’avaient pu reprendre le contrôle de la région. Des corps en décomposition, à moitié mangés, profanés et vidés de leur sang jonchait le sol de part et d’autre des couloirs et des salles….

    -Bien, dit Egrevyn, on touche au but… Démogorgon devait être emprisonner juste au dessous de là où nous nous trouvons … Et les indices d’activités du mal se multiplient … Redoublez de vigilance !

    -Mais on ne sait toujours pas par où ils sont entrés demanda un clerc

    -Il ne fait aucun doute maintenant qu’ils ont réussi à utiliser un portail de téléportation ou quelque chose du genre répondit Folken

    -Ils doivent être surpuissants pour avoir réussi un pareil coup … les protections contre ce genre de magie ne manquait pourtant pas raisonna Egrevyn.

    Et la discussion du petit groupe fût interrompu par l’arrivée de créatures qui leur barrèrent la route. Les paladins reconnurent tout de suite des vampires accompagnés d’orcs … environ 6 vampires et autant d’orcs… En infériorité numérique le petit groupe n’avait pourtant nullement l’intention de reculer, le portail menant au dernier niveau se trouvant juste derrière… un mage prit la fuite laissant tomber un objet dans sa course…et laissant aussi un homme en armure avec les insignes de Tyr visiblement encore en vie derrière lui…
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  5. #35
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650
    Les paladins essayèrent au maximum de s'occupper des vampires avec leurs armes spéciales mais le combat s'avèrait délicat en raison de leur infériorité numérique.
    Pendant ce temps Folken et Egrevyn s'occupaient des orcs avec les prêtres

    Rapport de combat 0I16dFCvHL entre Folken et Orque

    -=> Folken a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Orque a perdu 7 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Folken : +0 (Pas de modifications)
    Bonus Orque : +0 (Pas de modifications)
    E Folken= 21
    E orque= 8

    le 1er orque n'eut pas le temps de fendre l'air avec son épée qu'il se prit un premier coup dans le ventre

    Rapport de combat VfFvGXdsOr entre Orque et Folken

    -=> Orque a perdu 11 points d'endurance <=-
    -=> Folken a perdu 0 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Orque : +0 (Pas de modifications)
    Bonus Folken : +0 (Pas de modifications)
    E Folken=21
    E orque= -3

    Et fut rapidement achevé ...
    Voyant la situation tourner à leur avantage concernant les orques qui seraient éliminés sans difficultés Folken décida d'aller aider les paladins plus en difficulté avec les vampires

    Rapport de combat BxqLJKBbRU entre Folken et Vampire

    -=> Folken a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Vampire a perdu 2 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Folken : +2 (Arme contre mort-vivant+effet de surprise )
    Bonus Vampire : +0 (Pas de modifications)
    E Folken=21
    E Vampire = 23


    Bénéficiant de l'effet de surprises Folken parvint à atteindre l'un de ses adversaires

    Rapport de combat mvR0Bcji3H entre Vampire et Folken

    -=> Vampire a perdu 3 points d'endurance <=-
    -=> Folken a perdu 0 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Vampire : +0 (Pas de modifications)
    Bonus Folken : +1 (Arme spéciale)
    E Folken=21
    E Vampire=20

    malgré la rapidité de son adversaire, Folken parvint à esquiver une première attque et à toucher son ennemi à nouveau

    Rapport de combat OTtTjdwAcz entre Folken et Vampire

    -=> Folken a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Vampire a perdu 3 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Folken : +1 (Pas de modifications)
    Bonus Vampire : +0 (Pas de modifications)
    E Folken=21
    E Vampire = 17

    puis en enchainant il blessa de nouveau le mort-vivant

    Rapport de combat zg5DUYQsK4 entre Vampire et Folken

    -=> Vampire a perdu 8 points d'endurance <=-
    -=> Folken a perdu 0 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Vampire : +0 (Pas de modifications)
    Bonus Folken : +0 (Pas de modifications)
    E Folken=21
    E Vampire= 9

    Son arme trempée dans l'eau bénite avant de venir ne faisant plus effet, Folken allait devoir se contenter de sa seule force et ruse ( :notme2: qui a dit peur ? :angry: ) pour venir à bout du monstre
    Ce qui lui réussit plutôt bien esquivant un nouveau coup de griffe de celui-ci il planta son katana dans les côtes du vampire

    Rapport de combat KMb6xR3NS2 entre Folken et Vampire

    -=> Folken a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Vampire a perdu 2 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Folken : +0 (Pas de modifications)
    Bonus Vampire : +0 (Pas de modifications)
    Folken E=21
    Vampire E= 7

    Et alors que la bête surprise reculait, Folken en profita pour lui bondir dessus et lui administer un nouveau coup.

    Rapport de combat riBKKKGjCW entre Vampire et Folken

    -=> Vampire a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Folken a perdu 0 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Vampire : +2 (Fureur )
    Bonus Folken : +0 (Pas de modifications)
    C'est alors que le vempire entra dans une rage folle qui multiplia sa vitesse de frappe et obligea Folken à parer les coups comme il le pouvait

    E inchangés

    Rapport de combat mL2IMft3Rb entre Folken et Vampire

    -=> Folken a perdu 7 points d'endurance <=-
    -=> Vampire a perdu 0 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Folken : +0 (Pas de modifications)
    Bonus Vampire : +2 (Furreur)
    La vitesse doublée de son adversaire surpris Folken lorsque celui-ci tentant d'attauqer son adversaire vît ce dernier l'esquiver avec une facilité déconcertante et lui envoyer ses griffes en plein visage ...ce qui fît reculer Folken

    E Folken=14
    E Vampire=7

    Rapport de combat Jd8bF2C6EJ entre Vampire et Folken

    -=> Vampire a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Folken a perdu 2 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Vampire : +1 (Fureur)
    Bonus Folken : -1 (Energie drainée)
    Malgré la fureur qui s'estompait avec la vue du sang de son adversaire le vampire n'eut aucun mal à toucher un Folken affaiblit par cette première blessure infligée

    E Folken=12
    Vampire E=7

    Rapport de combat u5DMtxZDxm entre Folken et Vampire

    -=> Folken a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Vampire a perdu 2 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Folken : -2 (Drainage drainage)
    Bonus Vampire : +0 (Pas de modifications)
    Mais le gardien de la défense finit par reprendre ses esprits et réussit à tromper la vigilance de sonadversaire

    E Folken=12
    E Vampire=5

    Rapport de combat u5DMtxZDxm entre Folken et Vampire

    -=> Folken a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Vampire a perdu 2 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Folken : -2 (Drainage drainage)
    Bonus Vampire : +0 (Pas de modifications)
    Le vampire sous le coup de la douleur se jeta alors sur Folken qui le décapita d'un cup de katana dont la puissanceet la rapidité le surprirent lui-même ....

    ........ :..: INFIRMIIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEERS ! :rigoler:
    Ah ils osnt occuppés à combattre ...bon ...

    Folken se remettait doucement de son combat, affaibli alors que les duels continuaient de plus belle dans les couloirs ...
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  6. #36
    Date d'inscription
    mai 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages 
    2 128
    Egrevyn vit Folken reculer vers un coin, plus en sécurité, afin de retrouver ses forces. Ce dernier lui adressa un signe de la tête, lui indiquant que tout allait bien.

    Pendant ce temps, le groupe parvenait à réduire petit à petit la menace des orques et des vampires. Egrevyn avait lui-même décapité un orque qui avait tenté une attaque dans le dos d'un des paladins, occupé à maîtriser un autre buveur de sang.

    Ce fut alors qu'un être de la nuit, aussi grand et plus massif que celui qu'avait exterminé son camarade conseiller, sortit de l'ombre et se rua vers Egrevyn. Il s'agissait certainement de l'autre meneur de la bande. Félin et aux réflexes surhumains, il tenta de poter un coup de griffe au visage de l'helmite. Ce dernier eut à peine le temps de brandir son cimeterre pour parer la puissance du coup. Mais il fut touché à la nuque.

    Rapport de combat 3GTDwC14Gb entre Vampire et Egrevyn Berrak

    -=> Vampire a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Egrevyn Berrak a perdu 2 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Vampire : +0 (Pas de modifications)
    Bonus Egrevyn Berrak : +0 (Pas de modifications)
    Egrevyn: 26
    Vampire : 25

    Le conseiller tenta un coup circulaire afin de se donner un peu de champ, mais l'être maléfique exécuta un saut vers l'arrière, évitant la pointe de la lame.

    Rapport de combat YSp2znAdr1 entre Egrevyn Berrak et Vampire

    -=> Egrevyn Berrak a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Vampire a perdu 0 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Egrevyn Berrak : -1 (Energie drainée)
    Bonus Vampire : +0 (Pas de modifications)
    Egrevyn: 26
    Vampire: 25

    Mais l'Helmite, remis de sa surprise, et s'habituant peu à peu aux caractéristiques hors norme du mort-vivant attendit que le vampire revint à la charge et, esquivant son attaque, lui assena un coup si puissant que tout le flanc gauche de l'individu s'ouvrit de part en part. Cela eu pour effet de décupler la rage de celui-ci et, psalmodiant une formule dans un langage inconnu du conseiller, il sembla avoir accru ses forces.

    Rapport de combat lu2CLfiab1 entre Vampire et Egrevyn Berrak

    -=> Vampire a perdu 12 points d'endurance <=-
    -=> Egrevyn Berrak a perdu 0 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Vampire : +0 (Pas de modifications)
    Bonus Egrevyn Berrak : -1 (Energie drainée)
    Egrevyn: 26
    Vampire: 13

    Mais cela ne changeait rien, malgré ses réflexes de plus en plus aiguisés, le vampira se heurtait à la parade d'Egrevyn, concentré sur chaque geste et cherchant une ouverture. Il finit par par enfoncer son épée dans le ventre du buveur de sang. Celui s'effondra à terre, grognant et le regard halluciné.

    Rapport de combat JLphO1Z19Z entre Egrevyn Berrak et Vampire

    -=> Egrevyn Berrak a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Vampire a perdu 10 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Egrevyn Berrak : -1 (Energie drainée)
    Bonus Vampire : +2 (Furie)
    Egrevyn:26
    Vampire:3

    Le vampire se releva de manière fulgurante et tenta de faire tomber le conseiller en bondissant sur ses jambes. Il reçut, en guise de cela, un coup de pommeau sur la crâne, ce qui le laissa une nouvelle fois à terre.

    Rapport de combat e87xksyrmS entre Vampire et Egrevyn Berrak

    -=> Vampire a perdu 1 points d'endurance <=-
    -=> Egrevyn Berrak a perdu 0 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Vampire : +2 (Furie)
    Bonus Egrevyn Berrak : -1 (Energie drainée)
    Egrevyn: 26
    Vampire: 2

    Trouvant que le combat avait assez duré, Egrevyn profita de la position du vampire pour se ruer sur lui et abattre son cimeterre sur l'épaule de la bête, parvenant à séparer une partie du tronc, avec la tête, du reste du corps.

    Rapport de combat Ek2nKWot78 entre Egrevyn Berrak et Vampire

    -=> Egrevyn Berrak a perdu 0 points d'endurance <=-
    -=> Vampire a perdu 7 points d'endurance <=-
    --------------------
    Informations supplémentaires
    Bonus Egrevyn Berrak : -1 (Energie drainée)
    Bonus Vampire : +2 (Furie)
    Egrevyn: 26
    Vampire: -5

    *Il ne restait plus que des membres éparpillés au sol. regardant une dernière fois le vampire, Egrevyn se retourna vers Folken qui s'était relevé et était soigné par l'un des prêtres.

    Tous les orques ainsi que le reste des buveurs de sang avaient été mis hors d'état de nuire. Les cadavres jonchaient le sol du corridor mais l'escouade de manostiens, toujours au complet bien qu'un peu essouflée par la fureur du combat, poursuivit son avancée. Egrevyn et Folken, en tête du peloton, s'étaient approché du l'individu en armure qui reposait par terre. Il poussait des rales de douleurs et était, manisfestement, bléssé grièvement.

    Le semi-elfe helmite fit un signe à l'un des prêtres de se porter à l'avant. Il n'eut pas besoin de parler, le clerc s'était déjà agenouillé près du chevalier pour examiner ses blessures. Non loin de là, une lueur sur le sol attira le regard de Folken: il s'agissait d'un médaillon noir aux reflets argentés sur lequel apparaissait un emblême encore difficile à distinguer de cette position.*

    -Je vais voir ce que c'est. Occupe-toi du blessé.

    *Tandis que folken partit se saisir du médaillon, pour l'examiner, surveillé par les paladins, au cas où un nouveau danger surgirait, Egrevyn se posta aux côtés du prêtre helmite.*

    -Crois-tu qu'il peut nous parler? *Le prêtre manostien eut une moue de dépit, et déclara qu'il restait peu de temps au paladin et qu'il n'avait pu que reculer l'échéance de sa mort. Egrevyn s'agenouilla à droite de l'homme et l'observa quelques instants.

    Il prit son épée qui gisait à ses pieds et la mit dans ses mains qu'il joignit l'une à l'autre. Il fallait préparer les hommages à l'homme, visiblement un paladin de Tyr. Mais, avant, il fallait aussi obtenir des renseignements sur sa présence et sur l'identité du mage qui l'avait mis dans un tel état. Le paladin respirait difficilement mais tourna péniblement sa tête vers le conseiller, indiquant qu'il tenterait de les aider avant de rendre son dernier souffle*.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  7. #37
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Messages 
    1 258
    Après une journée de chevauchée sans encombre, Ravestha s'arrêta pour dormir. Le soleil disparaissait à l'horizon. Il nourrit son cheval et le fit boire. Il avala un morceau et s'allongea sur l'herbe verte, fixant le ciel qui s'assombrissait. Au fur et à mesure, ses yeux se fermèrent...
    Et soudain, pendant son sommeil, il eut des flash. Il se voyait dans la tour de garde, il voyait un portail et puis d'un coup, il se retrouva dans une salle très sombre. Il était évident qu'il s'agissait de Chateau-Zhendril. Il voyait le haut-prêtre Fzoul Chembryl entouré d'autres prêtres réciter des invocations et sur un autel, un homme sans armure et enchainé totalement terrorisé, les yeux grand ouverts de peur. Fzoul abaissa une dague qu'il planta dans le corps de l'homme et aussitôt, un autre flash. Il vit Egrevyn s'écrouler devant Fzoul Chembryl gardant la main tendue vers le conseiller qui avait le visage en sang et le corps recouvert de taillades et de plaies encore ouvertes...et derrière lui, les corps de Folken et des paladins et prêtres de Helm qui faisaient partie de l'expédition. Entourés de plusieurs mages, guerriers et vampire.
    La dernière chose qu'il vit dans son rêve fut le gant de helm d'où émanait une puissante lumière.

    Ravestha se réveilla d'un coup en sursautant. Il était en sueur et resta assit à repenser à ce qu'il avait vu. Ses amis allaient se jeter droit dans la gueule du loup...Il était certain que c'était un présage de Helm, la signature finale ne lui laissait aucun doute.

    Il remonta aussitôt à cheval et galopa le plus rapidement possible vers Manost. Quand il s'approcha de la cité, les gardes le reconnurent aussitôt et ouvrirent les portes le laissant entrer à vive allure dans la ville. Dans les heures qui suivirent, Ravestha lanca un appel aux meilleurs paladins et prêtres pour une excursion qui "nécessitait des personnes fortes, autant d'esprit que de corps, pour aller affronter un danger comme peu en ont vu : une attaque de dragons". Ceci n'était qu'un leurre envers les gantelets bien sûr. Ils avaient deux jours pour arriver à Manost. Des héraults partirent dans toutes les directions. C'est ainsi que deux jours plus tard, l'expédition se réunit sur la place du temple. Ravestha vu alors que nombreux étaient ceux qui avaient répondu à son appel. Il y avait là des paladins et des prêtres de plusieurs cultes. D'abord de Helm bien sûr, mais aussi de Tyr, d'Illmater et de Torm. Ravestha remercia tous d'être venus. Il vit trois hommes en armure, à la fière allure, venir vers lui. Ils se présentèrent. D'abord un homme en armure avec une grande épée à deux mains dans le dos et son heaume sous le bras :

    - Dethar, paladin de Tyr, je dirige l'expédition de Tyriens. Votre appel a été entendu, nous vous aiderons.

    L'autre portait aussi une armure et tenait une hallebarde dans la main.

    - Meshuin, prêtre de Illmater. Nous sommes venus vous apporter notre soutien.

    Enfin le dernier, lui aussi en armure, avaient une épée longue qui pendait sur le côté et son bouclier accroché dans le dos.

    - Taerm, paladin de Torm. Vous voyez ici la triade réunie, elle ne lâchera pas Helm maintenant.

    - Eh bien je suis heureux et honoré de votre soutien messieurs. Je ne doute pas de la valeur de vos hommes t je vous remercise d'avoir répondu à mon appel, leur répondit Ravestha

    Il y avait là 110 paladins et 55 prêtres. Tous se préparèrent et lorsque fut venu le moment de partir, tout le monde se mit en colonne devant les portes de la ville et là tout le monde fut contrôlé, pour vérifier si aucun adepte du culte de Lyachtu Xvim ne s'était glissé dans leur rang.
    L'expédition quitta Manost et lorsqu'elle fut assez loin, Ravestha la fit s'arrêter. Là il prit la parole et avoua alors le réel objectif de l'expédition. un murmure de surprise et d'indignation commenca à se faire entendre. Ravestha leur dit qu'il n'avait pas le choix car le gantelet surveillait tout à Manost et il ne pouvait pas prendre de risques.

    - Tous ceux qui veulent peuvent partir car le danger est important. Je respecterai votre souhait de partir.

    Mais à sa surprise, seule une dizaine de paladins et 5 prêtres décidèrent d'abandonner. Dethar, Meshuin et Taerm vinrent le voir.

    - La triade ne reculera pas, nous vous accompagneront dans l'antre du fils du seigneur sombre. L'épée de Tyr, Illmater et Torm est vôtre. Vous pouvez être certain de notre appui.

    Ravestha fut rassuré suite à ces propos. C'est ainsi que l'expédition repris sa route vers, environ 100 paladins et à peu près 50 prêtres. D'ors et déjà des héros...
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  8. #38
    Date d'inscription
    mai 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages 
    2 128
    Le paladin avait beaucoup de mal à s'exprimer, crachant du sang et tremblant de froid, signe que l'ombre allait le recouvrir inexorablement. Egrevyn approcha sa bouche de l'oreille du guerrier et commença à lui poser quelques questions, en murmurant afin d'apaiser le tyrien souffrant.

    L'escouade de Manostiens s'était regroupée autour des deux hommes, tandis que Folken revenait avec le médaillon pendant de sa main gauche. Il prit la parole:

    -On retrouve l'insigne de Xvim sur le dessus de la pièce. J'ai vu un mage qui l'a laissé tombé. C'est certainement un homme de Fzoul, mais il est déjà loin à l'heure qu'il est. Mais nous devons l'empêcher de repartir du portail pour alerter ses comparses.

    En entendant Folken achever ses paroles sur cette constatation, le paladin agonisant toussa et essaya de parler. Egrevyn posa sa main sur son épaule et lui fit un signe d'encouragement.

    -Ces mages…. font partie d'une confrérie…. de château-Zhentil. Il maîtrisent les magies les plus puissantes, mais ils ne sont pas imbattables……*l'homme s'interrompit, vomissant un peu de sang*.

    -Pourquoi êtes-vous là? Comment êtes-vous rentrés? La tour était fermée, et vous n'avez pas les sceaux?

    -Nous sommes parvenus….à infiltrer le château….Fzoul est tellement obnubilé par la prochaine cérémonie d'incarnation de Xvim qu'il a confié la surveillance du palais aux orbes…qui ont commis des attaques dans diverses villes de notre culte……alors nous y sommes allés afin d'observer…sans chercher à attaquer frontalement le Zhentarim…..Grâce à quelques alliés au cœur même du château, nous avons pu pénétrer dans l'enceinte et nous avons suivi plusieurs bataillons de mages vers un bâtiment désaffecté….*à nouveau le paladin toussa et des goûtes de sueur perlaient sans arrêt sur son visage*….mais, au moment où ils ont ouvert le portail avec un parchemin assez étrange, il nous ont repéré….nous avons été exterminés en quelques minutes mais quelques uns d'entre nous sont parvenus à les suivre dans la foulée….dont moi. Manifestement, ils pensaient avoir réglé le problème et n'ont pas fait attention à leurs arrières….

    -Ca veut dire que Fzoul sait que vous l'avez infiltré?

    -Oui, maintenant, les gardes ont dû être redoublées et le portail doit être gardé mais….ils pensent que nous sommes tous morts…alors ils ne l'ont pas fermé….*
    le tyrien reprit alors son récit*…alors nous les avons suivis dans la tour…ils étaient occupés à se débarrasser des monstres ….et ils se dirigeait vers le sommet…..et c'est là que nous sûmes leurs vraies intentions: libérer le Démogorgon. Nous avons décidé d'attendre à côté du portail…….Pardonnez notre lâcheté, mais nous étions plus qu'un petit nombre…nous pensions que le Démogorgon allait les massacrer….mais ils ont dû ouvrir un second portail pour le faire sortir directement et éviter qu'il ne se retourne contre eux…..ne voyant rien venir…nous avons décidé de monter les niveaux de la tour malheureusement nous avons été séparés en chemin….Je ne sais pas ce que sont devenus mes autres camarades…..Lorsque j'ai essayé de partir à leur recherche, je suis tombé sur le mage que vous avez vu s'enfuir….il était accompagné d'une horde de vampires…encore une invocation du zhentarim….

    -Où sont les autres mages, mon ami? Vous avez parlé d'un bataillon.

    -oui……*l'homme était plus essoufflé que jamais* ils ont dû prendre le portail à la suite du Démogorgon….je ne sais pas s'ils ont fait un pacte avec lui….en tout cas, il ne s'est pas retourné contre eux…je ne pense pas que d'autres magiciens soient ressortis par le portail d'arrivée…à part celui qui m'a mis dans cet état…

    -Peut-être le médaillon sert-il à l'activer, proposa Folken. Alors, si c'est le cas, nous retomberons sur ce mage, mais tout seul, il ne pourra rien contre nous.

    -Une dernière chose….*le paladin avait de plus en plus de mal à rester conscient*….essayez de retrouver mes compagnons….peut-être que certains sont en vie, nous étions 5 au départ….je sais que vous avez une mission….mais…..

    Egrevyn l'interrompit.

    -N'aie crainte, nous abandonnerons pas un allié, dussions-nous explorer tout la tour. Nous ferons tout pour savoir ce qu'ils sont devenus; tu en as assez fait….garde tes..

    *A peine le conseiller acheva ces mots que le paladin Tyrien expira. Il avait retrouvé une mine apaisée, signe de sa confiance envers les Helmites*.

    Egrevyn lui ferma les yeux et prit sa cape pour le recouvrir, en ayant pris soin de l'allonger contre le mur. Les prêtres firent une dernière bénédiction et folken prit la parole.

    -Tu as honoré Tyr par ton courage et ton abnégation. Nous ferons en sorte que ton sacrifice ne soit pas vain. *se tournant vers Egrevyn*. Nous devons faire vite, si nous parvenons à retrouver d'autres paladins, s'ils sont en état, nous aurons une plus grande force de frappe.

    -Oui, allons –y……

    *Le groupe avait entrepris sa quête des autres paladins tyriens; Allant dans la direction opposée du portail, ils poursuivaient leur avancée dans les corridors et dans les salles. Le nettoyage avait manifestement déjà eu lieu. Le bataillon avait déjà découvert deux corps de Tyriens, et les espoirs s'amenuisaient peu à peu quant à la possibilité de retrouver des rescapés. Manifestement, ceux-ci n'étaient même pas parvenus au second niveau de la tour. D'autres vampires ainsi que d'autres orques avaient attaqués les Manostiens, et ceux-ci, bien que repoussant les menaces successives, commençaient à fatiguer.

    Ils parvinrent dans une immense bibliothèques, décorées de plusieurs blasons dont certains rendaient hommage à Helm. Une icône, en particulier, le représentait sous sa forme d'avatar, dans toute sa superbe. Mais les Helmites n'avaient pas le temps d'admirer leur dieu en action. Ils arrivèrent à la sortie de la bibliothèque, dans un couloir conduisant à l'escalier menant au deuxième étage. Là, deux corps jonchaient le sol. Les deux cadavres, mutilés et portant de nombreuses morsures et coup de griffes, portaient des armures avec l'insigne de Tyr.

    La mission de sauvetage n'avait plus lieu d'être: les tyriens restant avaient été exterminés par les hordes vampiriques semées par les gantelets. Il fallait rendre les derniers hommages et vérifier que les deux hommes ne se relèveraient pas en vampire. Une fois la cérémonie achevée, les groupe décida de faire demi-tour, en silence et conscient que non seulement ils devaient honorer Helm mais aussi rendre hommage aux paladins décédés.


    *mais, à peine Egrevyn eut donné le signal de départ qu'un paladin s'affala au sol, vomissant et suant. Un prêtre s'était approché et l'examinait. Il déclara que le combattant souffrait d'une infection purulente….une de ces maladies vampiriques qu'il avait attrapées en ayant été griffé. D'autres paladins, ainsi que les rangers commençaient à se sentir mal. Folken et Egrevyn allaient bien, mais ils commençaient à voir un peu trouble. Les prêtres et les mages, qui n'avaient pas combattus au corps à corps avaient été épargnés. L'un deux déclara*

    -Nous pouvons neutraliser le mal. Mais il faudra au moins un jour pour s'en remettre.

    -Nous n'avons pas le choix de toute façon, nous ne pouvons nous permettre d'aller vers Fzoul affaiblis, coupa Egrevyn. Et puis, nous avons besoin de repos, après tous ces combats. Le mage ne pourra pas ressortir alors établissons un bivouac dans la bibliothèque. Il n'y a que deux entrées faciles à garder. Nous pourrons en profiter pour nous informer sur château-Zhentil*.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  9. #39
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Messages 
    1 258

    Ravestha chevauchait en tête accompagné de Dethar, Meshin et Taerm. Il leur raconta les divers événements qui troublèrent Manost, dus aux gantelets.

    - Eh bien, les problèmes auxquels vous avez du faire face n'ont pas du être simples a traïter. Sans parler des deux attentats qui ont failli vous coûter la vie, dit Dethar.

    - J'ai eu de la chance. Mais elle ne sera pas toujours avec moi.
    - Prions nos dieux qu'elle nous accompagne dans le château, dit Meshuin.

    Ils continuèrent aussi leur chemin jusqu'au moment ou ils furent en vue de la Tour de Garde. Le soleil se couchait et ils semblaient y avoir une certaine agitation à la sortie de la tour. Un camp avait été installé et un feu allumé. La colonne s'approcha du camp. Ravestha et les dirigeants de la triade se détachèrent du corps de l'expédition et s'avancèrent avec prudence vers le groupe autours du feu, la main sur la garde. Meshuin gardait sa hallebarde fixée horizontalement sur le cote de son cheval. Mais Ravestha reconnut les visages d'Egrevyn et de Folken, visiblement endormis...

    - Il n'y a pas de danger, dit-il à ses 3 compagnons qui se détendirent aussitôt.

    Ravestha s'avança dans la lumière du feu, observant les membres du groupe.

    - Eh bien ! Vous avez mauvaises mines, dit-il à ceux qui étaient encore éveillés.
    Un prêtre lui répondit :
    - Ils ont été touchés par une maladie vampirique, à la suite de leur combat contre des vampires. Visiblement tous les prêtres étaient bien portants.
    - Ainsi la tour n'était pas inoccupée.
    - Nous avons aussi vu un groupe de paladins tyriens, nous n'en avons hélas trouvé qu'un seul survivant, mais il était agonisant et nous n'avons pas pu le sauver, ils sont tous morts...

    A ces mots Dethar, augmenta fortement son étreinte sur les rênes.

    - Quand seront-ils rétablis ? demanda le Grand Emissaire, en regardant les paladins endormis.
    - Ils sont fatigués, mais la maladie touche a sa fin grâce aux soins que nous leur avons prodigués. Apres une bonne nuit de sommeil, ils seront de nouveau en mesure de manier l'épée.
    - Très bien, j'ai réuni ici les plus grands prêtres et paladins, et nous avons reçu le soutien de Tyr, Illmater et Torm.

    Les 3 émissaires inclinèrent la tête en signe de salut.

    Ravestha regarda l'un des prêtres et lui demanda :
    -Avez-vous trouvé le portail ?

    [Accents corrigés: satanés claviers américains]
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  10. #40
    Date d'inscription
    mai 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages 
    2 128
    *Le conseiller helmite fut réveillé par les bribes de conversations qui lui parvenaient aux oreilles. A ses côtés, son camarade, Folken s'étirait déjà et se leva précipitement en apercevant la rangée des paladins de la triade et surtout Ravestha, en armure de combat à la tête de la vaste escouade. Egrevyn fit de même, prit son cimeterre qu'il avait posé et le remi dans son fourreau.

    Une fois levé, il se frotta les yeux pour dissiper les derniers effets de son sommeil et rejoignit le groupe autour du feu. Saluant respectueusement son grand émissaire, il alla se poster devant lui.*

    -Ravestha, je ne pensais pas que tu nous rejoindrais. Manost est-elle hors de danger? A moins que vous ayez retrouvé les membres de la secte qui terrorisaient notre paisible cité?

    *En posant cette dernière question, le semi-elfe se tourna vers les trois émissaires de la triade, avec un regard interrogatif et les salua en inclinant la tête, ayant reconnu les blasons de Torm, Tyr et Illmater sur le plastron des trois compagnons de Ravestha. Folken prit la parole*

    -Tu es venu avec du soutien. Je suis heureux d'accueillir nos alliés, surtout dans la situation dans laquelle nous nous trouvons face à ces fanatiques, mais comment as-tu su que nous étions affaiblis?

    -Helm m'a envoyé une vision durant ces temps troubles. Elle m'a convaincu que nous devions vous apporter des renforts. Je suis parvenu à manœuvrer pour faire croire au gantelet, malheureusement toujours infiltré dans nos rues, que nous avions quitté Manost pour combattre des dragons, et nos alliés ont répondu à l'appel. Et puis, la vraie bataille sera au cœur de Château-Zhentil, et je ne serai pas étonné de voir ressurgir les gantelets lorsque nous pénétrerons chez Fzoul.

    *Egrevyn intervint à son tour, pour confirmer les hypothèses du grand émissaire.*

    -Oui, ils sont parvenus à créer un portail pour pénétrer dans la tour de garde et ont fait de même pour libérer le Démogorgon et l'envoyer sur Paymill. Pourquoi n'en utiliseraient-ils pas pour quitter Manost et arriver immédiatement au Château? Ils maîtrisent manifestement parfaitement cette magie de téléportation. Dès que nous méttrons les pieds dans l'antre de Fzoul, ils sonnera le rappel…
    Au moins, notre ville sera-t-elle préservée…mais le renfort ne sera pas de trop. Je remercie aux disciples de tyr, de Torm et d'Illmater d'être venus nous aider. Vu les combats que nous avons menés, notre escouade a été affaiblie….

    *Les émissaires de la triade se présentèrent et Ravestha fit le récit de son périple pour trouver Eloern. Ceci eut le mérite de remonter le moral de toute la troupe qui s'étaient rassemblée autour du grand émissaire et des ses compagnons. Les conseillers écoutaient attentivement les derniers développements, tandis que les flammes du campement dansaient sur les visages de chacun et que la nuit était d'un noir profond….

    Pendant ce temps, la petite armée de paladins et de prêtres avait profité de la halte pour se reposer et se restaurer. Ravestha réitéra sa question concernant la portail*

    -Nous ne l'avons pas encore approché, répondit Egrevyn. Mais, selon le paladin que nous n'avons pas pu soigner, malheureusement *et à ces mots Dethar baissa la tête en signe de recueillement* le portail serait au sous-sol; Nous n'étions qu'à une longueur de corridor de ce dernier mais nous avons tout tenté pour retrouver les survivants. Hélas, tu connais la suite….

    -Le mage qui s'enfuyait à laisser tomber cela avant de tenter de rejoindre le portail. *Folken tendit le médaillon à Ravetha qui l'observa attentivement avant de le passer à Déthar, Meshuin et Taerm.* Je pense que ça sert à l'activer…ce qui veut dire que ce mage est resté bloqué et que nous le rencontrerons en nous rendant au sous-sol.

    -Il serait étonnant qu'il se laisse faire, même à un contre nous tous, ces fanatiques ne reculent devant rien, manifestement, intervint Déthar que la funeste disparition de ses paladins avait réveillé sa détermination.

    -Nous pourrons toujours essayer de l'interroger mais il nous induira en erreur, rajouta Meshuin.

    -Bien, de toute façon, il me semble que ce médaillon sert d'activateur….Nous n'avons pas d'autre choix que de le tester. En nous approchant du portail nous déclencherons certainement le rideau d'énergie qui nous permettra de nous téléporter vers cette bâtisse d'où sont partis tous ces fanatiques.

    *Ravestha se tut un instant et réfléchit à une tactique, Egrevyn en profita pour rajouter*

    -Demandons à nos rangeurs d'ouvrir le cortège, au cas où les gantelets auraient posé des pièges ou d'autres surprises de ce genre….

    -Oui, et une fois devant le portail, nous devrons nous séparer en trois ou quatre groupe. Méshuin, Détha et Taerm conduiront leur propre escouade de paladins et de prêtre. Quant à nous, nous nous regrouperons. Avant d'entrer dans l'antre de Fzoul, nous aurons des couloirs et des étages à traverser, et certainement un comité d'accueil peu avenant.

    *Tout le monde acquiesça. Ravestha continua à donner le plan de bataille. L'aube allait se lever dans quelques heures, il fallait se mettre en route pour prendre Château-Zhentil par surprise. Chaque groupe se forma selon les instructions de Ravestha et chacun vérifia que tout son équipement était au complet. Les mages s'étaient reposés et avaient retrouvé toute leur énergie magique.

    Les prêtres avaient béni l'ensemble des escouades et chacun avait pris le temps de se recueillir un dernière fois, de penser aux disparus ou à la famille laissée derrière eux, d'autres étaient déterminés à mettre fin aux agissements du Zhentarim, pour épargner à leur cité ou leur famille ce qu'avait vécu Manost. Il fut enfin temps de rejoindre le portail.

    Chaque groupe suivait l'autre et le défilé d'hommes en armure était impressionnat dans les couloirs étroits de la Tour de garde. Ravestha, entouré d'Egrevyn et de Folken, et précédé par les éclaireurs et les mages arriva dans le corridor où reposait le paladin de Tyr, mort au combat. Déthar s'agenouilla un instant à ses côtés et prononça une prière funèbre, selon le précepte de Tyr.

    Il rejoignit son bataillon et, enfin, la tête de la légion atteignit l'escalier final menant à la dernière salle du sous-sol. Seuls les torches de quelques paladins permettaient d'avancer dans les sombres corridors. Ravestha fit signe à ces derniers de se mettre à l'écart, et désigna ses conseillers, bénéficiant de l'infravision grâce à leurs origines elfiques, et des rangers pour partir en reconnaissance et voir où se trouvait le mage.

    En avançant dans le noir, le petit comité, suivi de quelques mages, progressa silencieusement vers une grande chambre voûtée, illuminée en son centre par un portail d'énergie projetant des reflets azurés. Il cherchait le mage fanatique et finit par apercevoir les jambes, au sol, du Gantelet, derrière le portail.

    En s'approchant, Egrevyn vit que celui-ci s'était ouvert les veines et avait tracé, de son sang, l'insigne du Iyatchu Xvim. Un dernier geste de soumission avant de se donner la mort, certainement conscient du déséquilibre des forces et voulant éviter d'être forcé à donner des information sur son maître. Un rictus s'était figé sur le visage du fanatique.

    Egrevyn demanda aux mages de retourner chercher le reste de l'escouade et fit allumer des torches par les rangers. Une fois tout le monde au complet, remplissant la quasi-totalité de la salle où étaient présents des rayonnages de grimoires et des bibelots sacrés, Ravestha sortit son médaillon et s'avança dignement vers le portail.

    A mesure que le grand émissaire comblait les derniers mètres le séparant de la porte dimensionnelle, le rideau d'énergie changea de couleur et se mit à briller et irradier d'un blanc presque aveuglant. Toute l'assemblée retint son souffle tandis que Ravestha prit le risque de coller sa main contre le voile énergétique. Celle-ci s'y enfonça en toute douceur et puis Ravestha la retira, un sourire de victoire se lisant sur son visage.

    Le portail était bien activé et il était temps de pénétrer, à son tour, chez l'ennemi. Après avoir exprimé leur enthousiasme, les escouades se mirent en rangs et celle de Ravestha, de Folken et d'Egrevyn ouvrit le bal….*
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  11. #41
    EricZEGod Invités
    Pendant ce temps là, à Manost ...

    Kaozium et EZG étaient restés à Manost pour défendre la cité, et soutenir les troupes qui étaient restées dans la ville. L'approvisionnement en "Etoiles du jour", et en parchemins de sorts divins et profanes s'étaient bien passé. Cependant l'inquiétude avait gagné le conseiller Helmite : bien sûr celle-ci était liée à ses compagnons et amis, partis se battre à Chateau Zhentil.

    Mais Ravestha lui avait confié, ainsi qu'a Kaozium, les clefs de la ville, et la vie des habitants dépendait désormais d'eux.

    C'est sur cette pensée que les deux conseillers allaient se coucher (ou du moins essayer de dormir ...).

    (Que de fautes dsl :timide: ) EZG

  12. #42
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Messages 
    1 258
    *Ravestha se tourna de nouveau vers le portail puis inspira un grand coup. Il fit un pas en avant pour le franchir. Il se retrouva instantanément dans une salle d'assez grande taille, uniquement éclairée par la puissante lumière blanche qui émanait du portail. Ses yeux parcoururent la salle, heureusement vide, du moins le croyait-il.

    Une ombre avait assisté à son arrivée et elle se glissa vers la sortie sans un bruit. Il s'avanca un peu afin de laisser l'espace devant le portail et le bruit qu'il faisait à chaque pas raisonnait dans la salle.

    Ravestha fut rapidement rejoint par Egrevyn, Folken et les dirigeants de la Triade, suivis de leurs compagnons. Une fois remis de ses émotions, chacun verifia son équipement. Il y eut de brèves discussions puis, chacun à leur tour, les groupes quittèrent la salle, promenant des regards anxieux autours d'eux. Ils prirent des directions différentes et le groupe d'Helmites s'enfonca dans les ténèbres du château. Ils perdirent rapidement de vue les autres groupes. Tous les sens aux aguets, la trentaine de paladins, les quatorze prêtres, Ravestha, Egrevyn et Folken, qui composaient le groupe, évoluaient en silence dans les couloirs étroits du chateau à la seule lueur de leurs torches et de celles fixées sur les murs.*

    - Un endroit vraiment rejouissant, fit ironiquement Ravestha.

    - En effet, et la décoration manque un peu d'originalité à mon goût, ajouta Egrevyn avec un sourire.

    *Les murs étaient en marbre, vierges à part quelques symboles de Lyachtu Xvim gravés à intervalles réguliers. Le sol etait un carrelage à motifs simples, avec parfois quelques symboles dont la signification leur échappait.*

    - J'ose à peine imaginer le genre de créatures qui doivent se terrer ici, fit Folken en grommelant.

    - C'est dur d'être optimiste dans ce genre d'endroit, ajouta un paladin juste derrière eux, reprimant un frisson.

    - Qu'ils s'amènent s'ils l'osent, fit un immense paladin avec une voix de baryton, caressant sa hache.

    *Il y eut quelques rires discrets puis le silence retomba. Le groupe avançait et les cliquetis des armures se perdaient dans les couloirs. Les Helmites continuaient d'évoluer lentement, scrutant l'obscurité comme s'ils s'attendaient à voir en sortir une créature dépassant leur imagination.

    Un hurlement exprimant à la fois l'effroi et la souffrance s'éleva des profondeurs du chateau. A ce cri, leur sang se figea et leurs réflexes à tous fut de sortir leurs armes. Les regards qu'ils échangeaient étaient plein d'appréhension.

    - Je crois que nous ne sommes pas au bout de nos surprises, fit un prêtre avec une voix légèrement tremblotante...

    [Maudit clavier américain: la revanche]
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  13. #43
    Date d'inscription
    février 2003
    Messages 
    624
    A Manost, pendant ce temps là, Jeece continuait à surveiller la grande porte, aidé d'une dizaine de paladins qui parcouraient la ville en surveillant chaques recoins.

    L'un d'eux vint le voir en courant, l'avertissant d'une bousculade qui avait eu lieu dans une auberge entre un vieillard et deux étranges hommes, qui, selon un petit garçon témoin de la scène, portaient une armure sombre, avec des bandes vertes.Les deux hommes avaient ensuite disparus dans les ruelles de la cité.

    "Va voir tout de suite EricZEGod ou Kaozium et avertis-les de ce que tu viens de me dire.Il te diront ce qu'il en pense."

    Puis Jeece appela un autre paladin à qui il demanda d'aller surveiller l'auberge en question pour voir si ces deux hommes s'y manifesteraient à nouveau.

    Sur ce, il se remit a observer chaque personne qui parcourait la ville.
    code couleur pour Elvin: #66CD00

  14. #44
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    646
    Une fois de plus, l’obscurité était tombée sur Manost. Une fois de plus, la cité allait vivre une nuit de terreur et de chaos.

    Une semaine. Une semaine déjà que les Conseillers étaient partis à la tête d’un puissant groupe de mages et de guerriers dans une tentative désespérée pour débusquer un ennemi invisible. Une semaine à peine que Sire Wookiee al Kashyyyk, le paladin de Helm, avait rejoint la cité de Manost à l’issue d’un long voyage pour se mettre à son service. Une semaine qui avait paru une éternité tant la lutte avait été difficile pour maintenir un semblant d’ordre dans la ville terrorisée.

    Le paladin rajusta la sangle du bouclier dans son dos et s’emmitoufla dans sa cape. Bien que l’on fût en été, les nuits semblaient désespérément froides et interminables, comme si une terrible malédiction était tombée sur la cité helmite. Les paroles reçues en rêve du Vigilant lui-même semblaient encore résonner dans l’esprit troublé du guerrier divin :
    « Un futur sombre s’annonce pour la ville de Manost. ». Jamais il n’aurait imaginé que le futur en question eût pu être aussi proche…

    A son arrivée dans la cité helmite, le paladin avait été agréablement surpris par l’accueil chaleureux que lui avait réservé par le Conseil, accédant sans discuter à sa requête de fonder un nouveau chapitre du Très Noble Ordre Radieux et de lui en confier la direction. Aujourd’hui, Sire al Kashyyyk se demandait si ledit Conseil n’avait pas plutôt été impressionné par son passé glorieux de chasseur de morts-vivants et n’avait pas souhaité mettre à profit son expérience.

    Car telle était la terrible vérité : les vampires avaient envahi Manost. Oh, certes on ne les croisait pas à tous les coins de rue, il était même extrêmement difficile de ne serait-ce qu'en approcher un avec des intentions hostiles. Ces abominations mort-vivantes semblaient douées d’une ruse diabolique pour déjouer les patrouilles et s’attaquer aux citoyens sans défense et aux gardes imprudents.

    A vrai dire, depuis quelques jours, on ne recensait plus que des attaques de non-morts, les membres du culte à l’origine des troubles semblant s’être fait plus discrets alors que les espions de la ville étaient sur le point de les démasquer. Mais ce qui était autrement plus inquiétant aux yeux du paladin était la récente épidémie qui se répandait lentement au travers de la ville, une épidémie causée par l’infection des plaies des rares survivants d’attaques de vampires. La peau de ces malheureux commençait lentement à pourrir puis à tomber en lambeaux sanguinolents, telle une lèpre surnaturelle. Pire encore, l’infection se répandait par simple contact cutané, avant même que ses horribles effets soient visibles, si bien que dans les premiers jours des attaques, près d’un quart de la population avait été affectée et, malgré les dons surnaturels de guérison des rares paladins et prêtres restants, cette proportion ne semblait pas diminuer.

    La vraie raison de l’inquiétude de Sire Wookiee était autre cependant, un détail qui semblait avoir échappé à tous dans le chaos ambiant : l'horrible infection semblait faire fi de l’immunité des paladins aux plus graves maladies. Le guerrier se souvenait d’avoir été confronté une seule et unique fois à pareil cas, ayant été lui-même contaminé par la terrible lèpre vampirique. Il se rappelait encore de la terrible sensation de brûlure sur tout le corps, l'odeur de putréfaction, la fièvre intolérable, tant de choses qu’il n’avait jusqu’alors jamais connues. Grâce aux prières sans relâche de prêtres zélés, la maladie avait pu être stoppée et le responsable de cette contagion sans précédent avait pu être découvert à l’issue d’une traque de grande envergure. Il s’agissait d’un maître vampire dont les faibles rejetons avaient été chargés de répandre l’infection dans un but resté secret que le terrible sorcier mort-vivant avait emporté (une deuxième fois) dans la tombe.

    Un cri strident d'horreur absolue, un cri de femme, déchira soudain la nuit à proximité de la rue dans laquelle le paladin patrouillait. Il fit aussitôt s’immobiliser son fidèle destrier, un katarn venu du lointain sud de Féérune, cherchant à repérer l’origine de l’appel au secours.

    « Par ici, vite ! » cria un des gardes de la patrouille, un jeune homme nommé Jrytha réputé parmi les membres de la Garde Manostienne pour son exceptionnelle vigilance, en agitant sa torche vers une ruelle peu éclairée. Aussitôt les quelques gardes de la patrouille menée par le paladin s’élancèrent dans cette direction, rapidement devancés par le cavalier monté sur son impressionnant destrier tandis que Jrytha soufflait dans son cor un signal d’alerte qui allait se répéter de rue en rue pour signaler l’ennemi. En quelques longues foulées puissantes, l’animal s’était immobilisé à proximité d’un corps immobile sur le sol mais l’agresseur s’enfuyait déjà dans la rue étroite à une vitesse surnaturelle.

    D’un geste réflexe acquis aux cours de dix longues années de chasse de dizaines de créatures identiques, Sire Wookiee décrocha son arbalète des fontes, l’arma et tira dans un mouvement presque continu. Le carreau siffla au travers de la ruelle, manquant sa cible de deux bons mètres et allant se ficher dans l’enseigne de la taverne « Au Loyal Paladin ». A peine la créature se retournait-elle pour lâcher un ricanement méprisant qu’un second projectile fendit l’air, vrombissant au dessus de l’épaule du paladin pour aller se ficher directement dans l’abdomen du vampire, lui arrachant un cri de dépit et de douleur. D’un bond prodigieux, le mort-vivant se plaça hors d’atteinte sur un toit proche et disparut dans la nuit, non sans proférer à haute voix quelques imprécations.

    Wookiee se retourna lentement vers l’auteur de ce coup de maître, une jeune fille à cheval et en cotte de mailles d’à peine une quinzaine d’années, Maerswin Elgareth, une jeune novice de l’Ordre du Cœur Radieux qui avait servi d’écuyère à un paladin mort des effets de l’infection vampirique. C’était une jeune fille volontiers exubérante, au caractère entier mais incroyablement talentueuse dont le Sire al Kashyyyk s’était pris d’affection, une chose qui ne lui était plus arrivé depuis des années, et qui l’avait recueillie à son service. Ses yeux brillaient de plaisir lorsqu’elle fit fièrement :

    « J’ai failli l’avoir, messire ! La prochaine fois, je le tuerai, pour de bon ! » ajouta-t-elle farouchement.
    « A moins que ça ne soit moi que tu tues, jeune fille. J’aurai presque pu attraper ton carreau. » rétorqua froidement le paladin.
    « P…Pardon, messire, j’étais absolument sûre de moi. Je … ça ne se reproduira pas » termina-t-elle platement en baissant les yeux.
    « Viens, voyons si la victime est encore en vie »

    La victime en question, une vieille femme vêtue de haillons était dans un piètre état, un de ses bras lui ayant été arraché et sa gorge à moitié déchirée, sans aucun doute dans le but pervers d’assouvir une soif sanguinaire et sans pitié. Jrytha, qui cumulait à des sens supérieurs au commun des mortels une foulée exemplaire, était penchée sur elle et tentait de calmer sa respiration sifflante entrecoupée de gargouillis tandis que les autres gardes se déployaient au travers de la rue à la recherche d’un ennemi depuis longtemps disparu.

    Wookiee al Kashyyyk soupira en songeant que cette alarme ne serait que la première d’une longue nuit, les mort-vivants semblant redoubler d’efforts chaque jour et n’hésitant pas à s’attaquer même à des patrouilles isolées avant de s’évanouir sans une trace, laissant la cité en émoi. Il mit pied à terre, s’agenouilla près de la dernière victime en date, retira les gantelets de son armure de plates complètes et signifia d’un geste au jeune garde manostien de reculer. Tout en récitant une courte prière au Vigilant, le paladin pressa ses paumes contre les tempes de la vieillarde, lui insufflant toute l’énergie positive dont il était capable, refermant certaines de ses blessures, restaurant une partie de son énergie vitale aspirée par le vampire et soignant l’infection vampirique dont elle avait été sans aucun doute la victime.

    La respiration de la vieille femme devint un peu moins sifflante et plus régulière tandis que Maerswin, ayant elle aussi posé pied à terre, sortait une trousse de premiers secours de ses fontes et bandait les blessures de la malheureuse.

    Une soudaine poussée de colère fit se redresser d’un coup le paladin de Helm. C’en était assez, la terreur n’avait que trop duré, les morts ne s’étaient faits que trop nombreux. Il fallait que cela cesse, que le mal soit éradiqué à la source. Et soudain, le guerrier sacré, comme inspiré par le Vigilant, sut ce qu’il fallait faire…
    Responsabilités: Modérateur des forums de la Besace de Jan
    Manost: Wookiee al Kashyyyk, ancien membre du Très Noble Ordre du Coeur Radieux.

  15. #45
    Date d'inscription
    mai 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages 
    2 128
    Deux hommes encapuchonnés, en robes pourpres et noires, dont chaque manche était décorée d'un motif représentant un oeil ouvert, étaient plaqués contre un mur en pleine invocation de sortilège. Essoufflés et le front perlé de sueur, ils tentaient de résister à la panique qui risquait de s'emparer d'eux.

    Tandis qu'une lumière pulsatile émanait de la direction opposée, éclairant à peine une vaste salle plongée, sinon, dans les ténèbres, l'un des sorciers contemplait, furtivement, les corps jonchant le sol. Sur les visages des victimes, vêtues comme les deux survivants, un rictus de frayeur s'était à jamais figé sur leur face. Non loin de là, des morceaux de pierre étaient disséminés sur les vastes tapis décorés de l'insigne du Zhentarim et de dorures quelconques.

    En balayant le reste de ce qui semblait être une chambre cérémoniale, avec de nombreuses étagères remplies de grimoires aussi divers que mystérieux, des signes cabalistiques sur les parties nues alternant avec de lourds drapés violets pèsant contre les parois, et un autel de marbre au centre d'un pentacle indéchiffrable incrusté à même le sol, l'un des sorcier, déglutissant le peu de salive qui lui restait, arrêta son regard sur un sceptre de bronze surmonté de tentacules chacune sertie de pierres précieuses.

    Un air d'incompréhension se lut un instant sur son visage mais à peine eut-il le temps de reprendre sa concentration que son comparse fut interrompu dans la sienne par une chaîne d'éclairs suivie, immédiatement, par un rayon verdâtre puissant qui le désintégra sur le champ, ne laissant de lui qu'un ensemble de bijoux en miettes.

    Un autre cri, plus étranglé, retentit et le dernier sorcier en vie, paralysé par la terreur vit la masse en lévitation s'approcher lentement sans pouvoir réagir……


    *******************

    Les quatre groupes continuaient leur progression méfiante dans les corridors du château, étrangement vide, mais tous se demandaient si Fzoul était déjà au courant de leur infiltration dans son domaine. La rumeur selon laquelle Manshoon demeurait dans son antre, la Citadelle du Corbeau pour poursuivre l'élaboration de ses sombres plans et ses recherches sur les arcanes, semblait se confirmer. Mais la garde de Fzoul, les orbes et les gantelets de Xvim, devait se cacher ou les attendre de pied ferme dans certains recoins.

    L'escouade menée par le conseil manostien, précédée par quelques rangers chargés de partir en éclaireurs, et clôturée par quatre fleurons de la Garde restant quelques mètres en retrait pour protéger les arrières de la troupe, était sur le qui-vive depuis les premiers hurlements. Le second cri, puis le terrible silence qui lui avait succédé avait décidé Ravestha à désigner une petite équipe pour partir en reconnaissance. Il fallait éviter tout risque d'embuscade et les hurlements entendus, en plus d'indiquer un danger important, pouvaient sonner l'alerte, même si les couloirs semblaient déserts.

    Egrevyn, Folken, Lordaeron, Azael et Sigwald, trois des plus vaillants paladins du Très Nobre Ordre du coeur Radieux, ainsi qu'un mage et un prêtre se détachèrent rapidement de l'escouade qui avait ralenti sa progression, suspendue aux actions des 7 élus.

    La petite patrouille, sur ses garde, s'avança dans la galerie centrale, jalonnée de statues et de décorations baroques et tape à l'œil. Arrivés au bout, les Manostiens se trouvaient dans un hall d'où partaient deux étroits embranchements, terminés, l'un par une porte massive gravée de symboles dorés, et l'autre par un escalier en colimaçon conduisant à l'étage supérieur. Dans le demi-cercle central était édifiée une statue qu'approcha Folken.


    -Hum, cet étage ne me dit rien qui vaille, chuchota Folken. Je ne sais pas si nous avons plus à craindre des sorciers du gantelet ou des autres bestioles que ce château recèle. Se tournant vers Egrevyn Tu reconnais cette représentation?

    Le demi-elfe s'approcha, tandis que ses compagnons veillaient sur les trois issues, et fixa longuement la statue.

    -Oui, c'est la Grande Mère, la divinité des Beholders, répondit Egrevyn en murmurant. Ca ne m'étonne pas, au fond, on sait bien que Fzoul a une garde rapprochée constituée de 8 Tyrannoeils morts-vivants.

    -Tu savais que Maxam, le confident de Manshoon, est le Beholder le plus puissant de Féérûne?

    -J'ai oui dire de cela, mais personne n'a pu vérifier....

    -...ou revenir vivant pour le dire. De toute façon, les cris provenaient de cet étage, alors il nous reste plus qu'à vérifier ce à quoi mène cette porte désignant l'ouverture massive.

    Azael accourut auprès des deux conseillers, satisfaite des premières actions:"Nous avons vérifié que la zone ne recelait pas d'illusions. La porte semble ne pas être protégée magiquement. Comment s'organise-t-on?

    -Nous devons la franchir. En avant!! Folken fit signe au mage et au prêtre de fermer le groupe. Les trois paladins précédaient les deux conseillers. Le prêtre se préparait à lancer des sorts de protection tandis que le mage se concentrait. Les 5 autres Helmites serraient avec détermination leur lame. Un léger cliquetis régulier accompagnait l'avancée de l'équipe. Arrivés devant la porte, Sigwald s'avança et plaqua son oreille sur la porte...aucun bruit ne provenait de l'autre côté, sauf un petit sifflement régulier et quelques sons guturaux....Il en informa ses compagnons.

    Egrevyn donna alors le signal de la préparation en posant la main sur la poignée et en entrouvrant la porte. Le prêtre lança une aube trompeuse qui permit à la patrouille de pénétrer par surprise dans la grande chambre cérémoniale. Les deux conseillers eurent le temps de voir le chaos qui s'était emparé da la pièce: des corps partout, les torches et les candélabres éteints, des parchemins à éparpillés sur le sol...mais, à peine en position de combat, les Helmites se figèrent en voyant, près de l'autel situé à l'opposé de la porte une grosse masse dégageant une lumière pourpre s'approcher lentement, en lévitation à une trentaine de centimètres du sol.

    A mesure que le sort se dissipait, on pouvait prendre la pleine mesure de l'ennemi inconnu: un gigantesque Tyrannoeil de plus de 2 mètres, dont les yeux multiples, au bout de plusieurs tentacules surplombant ce qui constituait son corps sphérique, s'avançait dangeureusement. L'œil central, ainsi que les pupilles secondaires, commencèrent à clignoter de plus en plus rapidement, jusqu'à ce qu'un rayon surgit pour frapper Lordaeron. Grâce à la résistance que lui offrait son statut de paladin, il put éviter les effets du rayon affaiblissant...mais ce n'était qu'un avant-goût de ce que réservait le Beholder.



    Les 5 combattants se dispersèrent tandis que le prêtre commençait à lancer les protections contre la pétrification. Le mage se concentrait sur l'abaissement des résistances.


    -Attention, ce n'est pas un vulgaire Tyrannoeil, hurla Egrevyn: vu sa taille, nous avons peut-être à faire à un spécimen particulier, il suffit de voir avec toutes ces victimes.

    En effet, les tentacules se mirent à bouger et chacune choisit un Helmite différent pour cible…et les yeux clignotèrent à nouveau.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  16. #46
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    646
    Il aurait du le sentir depuis le début. A vrai dire, il l’avait senti, et ce dès le jour de son arrivée. Une impression diffuse, dérangeante, présente partout mais impossible à identifier. Le mal était à Manost, cela ne faisait aucun doute, un mal puissant.

    Sire Wookiee al Kashyyyk retira lentement les mains de ses tempes tandis que la sensation de douleur dans son crâne s’estompait. Voilà maintenant plusieurs jours qu’il parcourait inlassablement la ville en tous sens, faisant appel à ses capacités de paladin pour détecter le mal. Le guerrier sacré leva timidement une main en visière pour se protéger du soleil. Il était étonnant de constater à quel point, à la lumière de l’astre du jour, la cité pouvait paraître calme et sereine, à des lieues de la terreur qui la secouait chaque nuit. Pourtant ce soir, comme chaque soir, le chaos fondrait à nouveau sur la ville, les morts-vivants attaqueraient, des vies seraient prises et la cité se réveillerait un peu plus affaiblie, tentant de survivre un jour de plus.

    La vaillance de ses défenseurs n’était pas à mettre en cause. La Garde Manostienne et les paladins patrouillaient la ville sans relâche, sauvant les vies qu’ils pouvaient, poursuivant des ennemis plus difficiles à attraper que des anguilles. Chaque vie sauvée, chaque vampire abattu semblait une énorme victoire tant la tâche était rude. A ce jour, seule une dizaine de morts-vivants avaient été abattus, cueillis en pleine fuite par un tir chanceux d’arbalète ou brûlés à mort par les torches de gardes ayant réussi à les acculer. Mais malgré cela, les attaques étaient toujours aussi nombreuses et semblaient même redoubler d’intensité. Les vampires tendaient maintenant des embuscades en groupe aux patrouilles, réduisant encore le contingent de la ville.

    Mais il était encore temps de faire quelque chose… Wookiee poussa un soupir de contentement ; pour la première fois depuis des jours, il s’était offert le luxe d’une nuit de sommeil, n’ayant pas eu l’occasion auparavant de dormir depuis une bonne centaine d’heures. Il avait confié le commandement des opérations à son officier combattant, Siegfrid. Le Haut Prélat allait avoir besoin de toutes ses forces pour l’épreuve qui l’attendait aujourd’hui et, de toute manière, il ne se sentait pas à sa place parmi les paladins de Manost. Certes, aucun n’avait protesté à haute voix, la discipline et l’obéissance faisant partie de leur nature, mais Wookiee savait parfaitement qu’ils le considéraient comme un usurpateur et un arriviste à qui on avait confié la tête de l’Ordre du Cœur Radieux, et par conséquent celle de virtuellement tous les paladins de la ville, seulement parce qu’il pouvait être un atout dans la situation présente.

    Le guerrier sacré secoua la tête, tentant de chasser ces pensées négatives. L’heure n’était pas à la déconcentration. Devant lui se tenait l’impressionnant palais de Manost, où il avait été reçu en grande pompe il n’y a pas encore si longtemps. Le paladin gravit les marches, saluant la garde d’élite du palais et pénétra dans le bâtiment dont l’agréable fraîcheur l’enveloppa immédiatement, le soulageant de la chaleur du dehors. Hormis quelques fonctionnaires, le palais était à peu près désert depuis que les Conseillers étaient partis dans leur folle quête pour abattre les ennemis de la cité. Il fallait bien avouer que l’absence de ces figures charismatiques de Manost ne faisait rien pour calmer la population.

    Le paladin ferma les yeux pour se concentrer et détecter à nouveau les effluves maléfiques. La douleur devenait de plus en plus forte dans son crâne, ce qui confirmait ses soupçons et ses longues investigations dans la ville : l’ennemi était dissimulé au cœur même du palais. Guidés par la douloureuse sensation, les pas du paladin le menèrent *à nouveau* dans la grande salle du Conseil restée vide depuis le départ des dirigeants de la ville. C’était là, à n’en pas douter…Quelques pas dans la salle suffirent à lui faire remarquer un simple éclat dans une des grandes dalles de marbre de la pièce. La poussière qui s’était déposée partout ailleurs dans la pièce semblait soufflée tout autour de celle-ci. Saisissant du mieux qu’il pouvait le coin brisé, le paladin s’arc-bouta et tira de toutes ses forces, en vain…

    Reprenant son souffle, Sire al Kashyyyk adressa une prière mentale à Helm, l’implorant de lui permettre de puiser dans son immense force divine pour vaincre l’obstacle. Le paladin sentit soudain la force du dieu l’envahir tandis que son armure semblait briller de l’intérieur. Sans perdre un instant, il saisit à pleines mains les contours de la dalle et tenta de la soulever. Celle-ci vint d’un coup, sembla hésiter en position verticale quelques instants puis s’abattit de l’autre côté avec un fracas terrifiant, laissant un trou béant dans le sol. Une volée de marches grossièrement taillées dans la pierre disparaissait dans les ténèbres. Le paladin n’avait même plus besoin de se concentrer pour sentir le mal irradier de l’ouverture enténébrée.

    « Quelle originalité, une antre obscure ! » ironisa intérieurement le paladin en allumant une torche qu’il avait pris la précaution d’amener « Et on ose dire que les paladins sont prévisibles. ». Après avoir appelé une dernière fois la bénédiction de Helm sur lui, le guerrier s’engagea dans l’ouverture béante.

    En bas de l’interminable escalier, une odeur désagréable d’humidité et de pourriture régnaient sans partage. Si la roche et la terre constituaient apparemment la majorité de l’étroit passage devant Wookiee, il semblait évident qu’il était l’œuvre de l’homme et relativement ancien, sans doute une ancienne issue de secours oubliée de tous. Le paladin s’y engagea prudemment mais d’un pas ferme. Il se sentait confiant, ayant déjà traqué des morts-vivants dans des dizaines de cryptes, cimetières et autres refuges du même genre. L’esprit du guerrier se mettait lentement en condition pour la confrontation qu’il sentait proche.

    Celle-ci ne tarda guère à se présenter sous la forme d’une demi-douzaine de goules se traînant lentement vers lui en produisant d’horribles bruits de déglutition. Le paladin sourit légèrement en voyant s’approcher ces caricatures d’être humains qui l’avaient tant effrayé lors de sa première expédition en tant que novice. Il s’arqua légèrement pour les attendre, l’épée toujours au fourreau, la main posée sur le symbole de Helm de sa cotte d’armes. Lorsque le premier des horribles mangeurs de chair morts-vivants arriva à portée d’attaque, Sire Wookiee ouvrit sa conscience à Helm, formant un canal vivant avec le plan d’énergie positive, la capturant et la libérant en une soudaine vague autour de lui. Sous la violence du choc, les six goules explosèrent littéralement, projetant des lambeaux de chair morte en toutes directions.

    Mais le combat n’était pas terminé ; sortant en sifflant de l’ombre, deux vampires se jetèrent sur le paladin qui, faisant appel une fois de plus aux réflexes nés de l’expérience, se saisit de l’arbalète préalablement chargée qu’il portait en bandouillère et décocha un carreau presque sans viser. Une des deux horreurs mort-vivantes s’abattit sur le sol, le cœur transpercé de part en part par le projectile mortel tandis que la seconde frappait le Haut Prélat à la tête de toute sa force et sa vitesse surnaturelles, ses griffes crissant sur le heaume poli sans blesser son porteur. Le chasseur de morts-vivants et sa proie s’immobilisèrent, se toisant l’un l’autre avec un air de défi. Avec un sourire moqueur, le paladin observait les effets que provoquait son aura sur le faible vampire qui lui faisait face. Le mort-vivant, qui n’avait sans doute que quelques nuits à peine, découvrait péniblement la véritable puissance des paladins sur les créatures maléfiques. Bien que pitoyablement faible par rapport aux membres les plus puissants de sa race, le vampire était toutefois suffisamment fort pour résister au vade retro qui avait balayé les goules avec tant d’efficacité.

    Avec un cri terrible, le non-mort fit un bond prodigieux par-dessus le paladin qui tira sa lame ryyyk en un large arc dans son dos mais malheureusement un peu trop vite. L’épée siffla, ne rencontrant que le vide, laissant le champ libre au vampire qui plongea ses terribles griffes entre deux plaques de l’armure de toute la force dont il était capable. Les doigts du non-vivant se frayèrent un chemin dans les chairs du paladin mais, au grand dépit de l’assaillant, l’énergie vitale du guerrier divin ne s’écoula pas en lui.

    « Tu crois sans doute que tes petits tours peuvent quelque chose contre moi, pathétique chose ! » cracha avec colère le paladin tandis qu’un peu de sang s’écoulait de sa bouche. « Essaie de l’éviter celle-là » (©Matrix) ajouta-t-il en ramenant son épée en un large cercle sur la taille du vampire, le coupant en deux. Malgré la terrible blessure, la créature n’était toujours pas (re-)morte et rampait maintenant piteusement en utilisant ses bras tandis que le dessous de son torse tranché grouillait en essayant de régénérer les jambes dont la précédente occurrence tombait déjà en poussière. Avec un sourire mauvais, le paladin ramassa la torche qu’il avait lâchée pour se défendre et l’enfourna dans la bouche du non-mort qui s’enflamma aussitôt avec un hurlement étranglé. Puis, tenant son côté blessé d’où le sang s’écoulait toujours en un ruisseau vermeil sur son armure, il décapita l’autre vampire immobilisé, le transformant en un petit tas de cendres.

    Tandis que les hurlements et les flammes mouraient derrière lui, Wookiee al Kashyyyk contempla l’immense porte qui lui faisait face, constituée de deux énormes blocs de pierre inamovibles par un simple humain même doté d’une force divine. A grand regret, le paladin fit demi-tour. Il était temps d’aller chercher du renfort…
    Responsabilités: Modérateur des forums de la Besace de Jan
    Manost: Wookiee al Kashyyyk, ancien membre du Très Noble Ordre du Coeur Radieux.

  17. #47
    Date d'inscription
    mai 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages 
    2 128
    L'ensemble des Helmites entourait désormais la masse flottante, suspendus aux petits mouvements incessants des tentacules qui semblaient vouloir se fixer sur des cibles précises. La tactique consistait à parader continuellement autour du tyrannoeil pour laisser à Marxius le temps de lancer les premières protections, ce qu'il put à peine faire avant que le clignotement ne cessa, annonçant la première attaque. Une volée de rayons jaillit alors de manière fulgurante et frappa, simultanément, Azael, Sigwald, Egrevyn et Rizald.

    Un gémissement étouffé retentit dans l'immense pièce cérémoniale. Les deux paladins et le conseiller n'avaient été que très peu affectés par la tentative de charme-personne et de sommeil magique du beholder, mais le pauvre prêtre, en pleine incantation, avaient souffert de plein fouet de blessures graves: essoufflé, effondré à même le sol, et encore sous le choc d'une attaque aussi puissante, Rizald paraissait hors d'état d'assister ses compagnons, et pourtant, nous n'étions qu'au début des hostilités.

    A ce rythme, le groupe allait se réduire comme une peau de chagrin s'il ne trouvait pas une faille, et vite. Conscient de l'urgence de la situation, et voyant que le beholder avait effectué un quart de tour, se positionnant face aux deux paladins, les tentacules à nouveau clignotantes, Folken, dont le katana fétiche battait l'air à coup de moulinets, bondit avec célérité et adresse dans le dos du monstre et fendit sa chair, parvenant à laisser une coupure béante. Prêt à sauter en arrière afin de reprendre sa sarabande autour du tyrannoeil, Folken reçut une volée de grimoires, suivi de l'agenouilloir de l'autel qui le projeta contre les étagères de la grande bibliothèque, dans un fracas énorme.

    Le demi-elfe se relevait péniblement et fit signe à son ami conseiller qu'il n'était pas trop blessé. Egrevyn somma ses compagnons de se préparer à lancer une attaque groupée….tout en poursuivant leur ronde débridée autour du beholder…


    -Il a décidé de nous montrer toute sa palette d'attaques magiques. Méfiez-vous de ses facultés télékinésiques, il a compris que tous ses sorts d'état ne fonctionneraient pas contre nous…alors on va passer à la vitesse supérieure…

    Azael, dans une posture de défense, l'épée légèrement tendue vers le monstre, prenant la pleine mesure de la faible distance qui l'en séparait, répondit, avec précipitation..

    -Sigwald et moi, on peut lancer une dissipation pour neutraliser les yeux de ses tentacules.

    -Oui, mais l'œil central ne sera pas affecté...les petits yeux recommencèrent à clignoter, la masse flottante tentant à nouveau de se fixer sur une prochaine victime, et ayant choisi Rizald, qui avait profité du contre-temps subi par le monstre pour soigner Marxius, toujours inconscient, il ouvrit, cette fois-ci son œil central. Une lueur bleutée éclairait le sorcier qui resta figé, comme hypnotisé par la pupille maléfique de la créature, restée silencieuse.

    Parallèlement, Folken avait repris sa position près d'Egrevyn…


    -Cessons cette mascarade, à 4 on le réduit à néant…et vite, avant que Rizald ne rejoigne ces idiots…désignant les cadavres des sorciers du Zhentarim.

    -Il a ouvert l'œil central, ça veut dire qu'il n'est plus protégé par son bouclier anti-magique. Egrevyn, fit un clin d'œil à Azael pour lancer les dissipations tandis qu'il serra vigoureusement son cimeterre et murmura à Folken de le frapper au flanc gauche. Lordareon, qui avait suivi les gestes des deux conseillers, et les vit se positionner des chaque côté, tout en évitant de laisser le cliquetis de leur armure détourner l'attention du tyrannoeil, se mit aussi en posture offensive.

    Désormais, plusieurs faisceaux lumineux clignotaient de plus en plus vite, convergeant en partie vers le mage helmite. Il fallait lancer l'assaut avant qu'un premier rayon ne vienne frapper Rizald, dont la respiration hiératique et le regard fixé sur la masse flottante signifiaient définitivement son impuissance à agir et aider ses compagnons.

    Egrevyn abaissa sa lame d'un mouvement vif et donna le signal de la charge, si possible ultime. Les deux paladins restés en retrait parvinrent à neutraliser les tentacules, forçant les orifices oculaires à se clore prématurément, ce qui plongea la salle dans une semi-obscurité, la seule lueur provenant désormais de l'œil central du beholder.

    Folekn, Egrevyn et Lordaréon se ruèrent de concert vers la créature qui s'était subitement retournée vers les deux conseillers…l'œil vitreux et la pupille dilatée dangereusement. Sans attendre ce que leur réservait le monstre, le paladin et le chef de la garde foncèrent de chaque côté du tyrannoeil tandis qu'Egrevyn bondit au-devant de la masse stationnaire, la mâchoire serrée et le regard rageur, tenant sa lame dans ses deux mains.

    Dans un mouvement d'une synchronisation et d'une fulgurance presque surnaturelles, les trois combattants portèrent leur coup. Les entailles à chaque flanc avait presque sectionnée la créature dans toute sa largeur, quant à l'œil central, il n'était plus qu'un amas visqueux qui dégoulinait du trou béant qui avait, quelques secondes auparavant abrité les globe oculaire du beholder. Dans un claquement bref, la masse s'effondra au sol, laissant apparaître une trainnée flasque qui recouvrait peu à peu le tapis incrusté da la pièce cérémoniale. Egrevyn reprit son cimeterre, qui était resté enfoncé dans l'orifice et l'essuya nonchalamment sur le tapis.

    Azael accourut pour examiner ce qui restait de la créature, toujours sur le qui-vive, anticipant une réaction qui, selon toute vraisemblance, ne viendrait pas. Sigwald avait rejoint les deux lanceurs de sorts helmite, s'assurant qu'ils pouvaient reprendre leur mission. Le mage était sorti de sa torpeur et Marzius, de nouveau conscient, se relevait péniblement mais sans séquelles apparentes.

    Les deux conseillers se détournèrent du spectacle du beholder baignant dans une mare glaireuse, intrigués par le sceptres qui était posé sur l'autel, près d'un parchemin à demi-ouvert. Folken, s'approchant, reconnut instantanément l'insigne de Fzoul, le même que celui qui décorait le parchemin trouvé dans le temple de Manost après l'attentat meurtrier contre les fidèles. Egrevyn, qui l'avait accompagné, prit le sceptre et chercha en vain une quelconque inscription pour avoir un indice de son utilité.


    -Plus rien ne m'étonne de la part de ces fanatiques…qu'ont-ils cherché à faire pour s'attirer les courroux d'une créature pourtant alliée?

    -Hum…Egrevyn s'était interrompu, parcourant des yeux la salle désormais en plein lumière grâce à Lordaréon qui avait pris soin de repositionner les candélabres et de les rallumer, avec les torches fixées à chaque mur de la pièce aux décorations baroques.

    Son regard s'était arrêté sur les bénitiers pourpres posés sur les encensoirs, les portes soutanes, les idoles mystérieuses….jusqu'à se concentrer sur une mosaïque en deux partie: la première représentait un tyrannoeil gigantesque entouré d'individus en robes sacerdotales des mains desquelles surgissaient des halos colorés. La seconde se limitait à une créature, seule: un Tyran. Le conseiller helmite, inspirant une profonde bouffée, comprit ce qu'avaient tenté de faire les sorciers du gantelet.


    -Je crois que Fzoul veut augmenter sa garde….à peine eut-il commencé sa phrase que le grand émissaire, accompagné de deux gardes hellmites pénétra dans la pièce. Azael était partie prévenir le reste de l'escouade que tout danger à l'étage avait été écarté. Ravestha observa un instant la masse visqueuse et alla féliciter ses conseillers, soulagé de voir qu'aucune perte n'était à declarer. Azael lui avait expliqué en chemin ce qui s'était déroulé.

    -Selon l'estimation de dame Azael, vous avez mis hors d'état de nuire un beholder aux dimensions incroyables…mais pourquoi tous ces corps? Ils sont censés être tous nos ennemis, et ils s'entretuent…on n'en demandait pas tant…mais ça serait pourtant trop simple.

    Egrevyn désigna la fresque.

    -Je ne crois pas. Tu nous as déjà parlé de la garde personnelle de Fzoul: ses 8 beholders morts-vivants. J'ai l'impression qu'il a essayé de l'étoffer…mais les mages ont du rater leur incantation. J'avais déjà entendu des anecdotes sur des tyrannoeils qui se retournaient contre leur possesseurs humains. Ce sacré spécimen n'a pas du apprécier la chose.

    -Voilà ce qui arrive quand on sous-traîte…rajouta Folken avec humour, pour détendre l'atmosphère pesante.

    -Bien, le groupe nous attend au pied de l'escalier…ensemble, nous montrerons à Fzoul et à toute sa clique qu'on en s'attaque pas impunément aux serviteurs du Vigilant. J'espère que nous retrouverons les autres équipes. En avant messieurs.

    Le groupe vida la salle, après qu'Egrevyn eut prit le sceptre, le tendant à Ravestha et Folken le parchemin. La file, silencieusement, concentrée, traversa à nouveau le corridor, ne s'arrêtant même pas devant la statue de la Grande Mère, et rejoignit le reste de l'escouade. Les dernières marches qui menaient aux dernier étage du château narguaient les Helmites, semblant les menaçer de représailles terribles pour avoir osé infiltrer l'antre de Fzoul.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  18. #48
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    646
    * Lamnis Valnon, le magicien entropiste, contemplait d’un air vaguement surpris la masse molle et fondante qui avait été une porte de pierre quelques instants plus tôt. Sa magie était particulièrement capricieuse aujourd’hui, sans doute un effet des phases de la lune, à moins que ce ne soit l’approche de l’anniversaire de Morgoth l’Empaleur qui créait une déchirure dans le continuum espace/énergie. Quoi qu’il en soit, les deux énormes blocs de pierre barrant l’entrée souterraine du repaire des vampires n’étaient plus désormais qu’une flaque de beurre liquide. *

    « Je croyais que vous étiez supposé *ouvrir* les portes » grinça Sire Wookiee al Kashyyyk, un sourcil levé. Le paladin était entré en trombe dans le laboratoire de l’entropiste à peine une heure plus tôt alors que celui-ci était engagé dans une conversation passionnante avec Ziloth, un jeune prêtre du temple de Helm, sur les différences entre la magie profane et la magie divine. En quelques mots, il leur avait expliqué avoir découvert le repaire des créatures qui terrorisaient Manost et avoir besoin de toute urgence des compétences du mage pour franchir un obstacle dépassant les siennes. Si Lamnis comprenait parfaitement la nécessité d’intervenir tant qu’il faisait jour, afin d’éviter que les créatures ne s’échappassent à la faveur de la nuit, il comprenait en revanche beaucoup moins pourquoi le paladin ne tenait pas à demander l’aide de la Garde Manostienne. S’engager dans l’antre d’un maître-vampire avec un groupe aussi réduit lui paraissait déraisonnable au possible, aussi n’avait-il promis au paladin que de lui faire franchir la première porte. *

    « J’ai décidé que ce serait un gaspillage d’efforts et d’efficacité, sans parler du bruit » rétorqua sèchement le mage avec un aplomb impressionnant. Ce jeune blanc-bec arrogant avait le don de lui taper sur le système avec ses airs supérieurs et ses vérités toutes faites et Lamnis n’entendait pas perdre la face devant lui. « Ce sera tout votre Seigneurerie ? » ajouta-t-il d’un ton grinçant. *

    « A vrai dire, j’apprécierais assez si vous pouviez utiliser vos pouvoirs de détection pour nous prévenir de la présence de pièges ou d’embuscades. » répondit le paladin sans se départir de son calme ni de sa courtoisie habituels avant d’ajouter d’un ton d’excuse : « Mes propres pouvoirs ne sont pas très précis. »

    * L’entropiste regarda le long couloir obscur qui se dressait devant eux, de multiples alcôves à peine éclairées par les torches du groupe dissimulant sans doute des pièges mortels et des horreurs mort-vivantes par dizaines. En grommelant de vagues imprécations, il commença à prononcer la formule et à modeler dans l’air un sort de détection des chausse-trapes. Si seulement il avait prévu une équipée dans un donjon rempli de pièges, peut-être le mage aurait-il pris la peine de réviser les sorts appropriés. Malheureusement, dans le cas présent, il était contraint de faire appel une fois de plus à la versatilité de sa magie entropique. Valnon était à peine à la moitié de l’incantation, tentant de stabiliser une composante magique capricieuse, lorsqu’un afflux d’énergie se déversa soudain entre ses mains occupées à modeler le plus précisément la forme du sort. « Un hiatus ! » songea horrifié le magicien tandis que l’énergie atteignait des proportions gigantesques. Lamnis savait que s’il ne relâchait pas immédiatement son sort, le hiatus risquait tout bonnement de le désintégrer, à moins qu’il ne se contentât simplement de téléporter Manost dans un autre plan d’existence. Avec un hurlement, le mage libéra la forme intangible du sort, priant intérieurement pour qu’il ne fût pas trop tard.

    Une énorme langue de feu au moins aussi grande et large que le couloir lui-même s’engouffra avec un rugissement infernal dans l’ouverture béante laissée par la porte. Un concert de cris de souffrance et d’agonie se déclencha bientôt dans le corridor tandis que l’énorme souffle se propageait, carbonisant tout sur son passage. Bientôt, aux hurlements des morts-vivants s’ajoutèrent divers bruits de chaînes et autres cliquetis mécaniques tandis que les non-morts en train de brûler déclenchaient toutes les défenses du repaire dans leur dernière course d’agonie. Puis enfin, au bout d’interminables secondes, ce fut le silence…
    *

    « Vous les avez tous détruits, vous êtes un génie ! » s’écria joyeusement Maerswin, la jeune écuyère de Sire al Kashyyyk avec son exubérance habituelle. « Les magiciens sont vraiment des êtres supérieurement intelligents ! ». Wookiee, Lamnis et Ziloth, le clerc qui les avait accompagnés par curiosité, avaient croisé la jeune fille sur le chemin du palais. Elle espionnait apparemment son mentor afin de comprendre le sens de son manège diurne, accompagnée par Jyrtha, un jeune garde qui ne semblait pas insensible à son charme. Il faut dire qu’il était quasiment impossible de ne pas aimer la jeune fille, toute en gentillesse et en bonne humeur. Elle contrebalançait presque la mauvaise opinion que s’était faite Lamnis des paladins en écoutant parler Sire Wookiee. Quoiqu’il en fût, l’entropiste avait été soulagé de rencontrer les deux jeunes gens, d’autant plus que Jrytha s’était empressé d’aller chercher quelques uns de ses amis pour les escorter dans les souterrains. *

    « Euh, oui » bredouilla le mage « d’ailleurs je vais vous accompagner pour vous aider contre ce vampire, vous risquez d’avoir besoin de moi » ajouta-t-il tout en regrettant instantanément ses paroles inspirées par les yeux brillants d’admiration de la jeune novice. « Très bien, mais c’est MOI qui reprend les rênes » tempêta Sire Wookiee, qui ne semblait pas dupe quant à la capacité du magicien à contrôler tous ses sorts. *

    *****************************

    * Le paladin de Helm n’en croyait pas ses yeux. Le spectacle qui s’étendait devant le groupe était tout simplement irréel. Une étroite passerelle rocheuse s’étendait entre la double porte (en bois cette fois), que le Haut Prélat venait de défoncer d’un coup de pied rageur, et une plate-forme circulaire, de roche elle aussi, en plein centre d’une vaste caverne sphérique. La grotte était percée de plusieurs ouvertures similaires à celle que le groupe venait de franchir, chacune de ces ouvertures étant reliée à la plate-forme centrale par une passerelle identique. Un profond fossé entourait la plate-forme en question, fossé du fond duquel s’élevaient d’insoutenables odeurs de chair putréfiée. On pouvait apercevoir, à la lumière d’une providentielle flore fongiforme fluorescente, un épais amas de cadavres entassés qui semblait, aussi horrible que cela parût, se mouvoir doucement. Mais ce n’était pas là ce qui provoquait l’incrédulité du paladin.

    Sur la plate-forme, au milieu d’un petit groupe hétéroclite se dressait une silhouette affreusement familière, plus haute d’une tête que les autres, celle du frère maudit du guerrier divin, Arrachen. Pendant plus de dix ans, Sire Wookiee avait parcouru plus de la moitié de Féérune à sa recherche et aujourd’hui, alors qu’il venait à peine de renoncer à jamais le trouver, il se retrouvait face à lui. Mille fois le paladin avait pénétré une crypte envahie de morts-vivants en espérant que cette fois serait la bonne et qu’il allait enfin pouvoir régler la très vieille dette qu’il y avait entre eux et mille fois il avait été déçu. Pourtant, en cet instant, il ne pouvait y avoir de doute : le maître-vampire se tenait désormais à portée de son épée.
    *

    « Maître ! Vous êtes vivant ! » s’écria une voix jeune. Le Haut Prélat n’était apparemment pas le seul à avoir reconnu quelqu’un dans le petit groupe. Maerswin courait du plus vite qu’elle pouvait vers la silhouette en armure la plus proche, celle de Sire Meboth, son ancien mentor supposé mort de la lèpre vampirique. Le paladin n’eut ni le temps de retenir son écuyère, ni même de lui crier un avertissement avant que la jeune fille ne s’immobilise, les yeux écarquillés d’horreur, à quelques pas de l’homme en armure qui se retournait lentement.

    Le heaume relevé du guerrier laissait apparaître la peau livide et les crocs caractéristiques d’un vampire. Mais le visage du non-mort n’avait rien de la ténébreuse beauté qui caractérisait les siens : sa peau était arrachée par endroits, tombait en lambeaux par d’autres et la vermine semblait grouiller sous le derme. Des yeux rouge brillant d’un éclat maléfique se fixèrent sur la jeune écuyère paralysée d’horreur et un bras armé d’une terrible masse se leva, puis retomba sur la jeune fille, lui arrachant la tête. Celle-ci vint doucement rouler jusqu’aux pieds de Sire al Kashyyyk, le visage figé dans un rictus horrifié, tandis qu’un rire terrifiant s’échappait du heaume du paladin mort-vivant.

    Un cri de rage lui répondit alors que Jrytha abaissait sa hallebarde pour charger le colosse en armure. Cette fois, Wookiee fut plus prompt et l’attrapa à l’encolure en rugissant d’un ton de commandement qu’il ne s’était découvert que récemment :
    « Arrête-toi, c’est un ordre ! ». Secoué, le jeune homme s’immobilisa, tremblant toujours de rage.

    De l’autre côté de la passerelle rocheuse, à quelques mètres à peine, la clique des mort-vivants se mettait en position pour faire face aux Manostiens. Outre Arrachen et Sire Meboth, deux nains arborant le heaume noir caractéristique des Gantelets de Xvim dégainaient leurs armes tandis qu’une demi-douzaine de vampires, certains normaux et d’autres dans un état de décomposition proche de celui du paladin mort, montraient leurs crocs en poussant des grognements de bête sauvage. Nul doute que la confrontation finale était proche et que le combat allait être épique…
    *
    Responsabilités: Modérateur des forums de la Besace de Jan
    Manost: Wookiee al Kashyyyk, ancien membre du Très Noble Ordre du Coeur Radieux.

  19. #49
    Date d'inscription
    mai 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages 
    2 128
    Un groupe d'individus encapuchonnés, vêtus de soutanes noires et portant des gantelets de métal sombre, avec, sur le dos de chaque main, une paire d'yeux luisants incrustés, pénétra à la hâte dans une grande salle circulaire, éclairée par quelques chandeliers d'où émanaient des lueurs d'étranges couleurs.

    Quelques tapisseries recouvraient, ça et là, des surfaces de ce qui constituait les deux murs de la pièce, séparé par un catafalque encadré deux piliers de marbre et de draperies pourpres, lesquelles n'obturaient pas complètement la vue vers une grande lucarne. Celle-ci était prolongée par un balcon dont les bords étaient sculptés d'arabesques diverses.

    Un sofa, contre le mur ouest, était l'unique marque d'une quelconque fonction récréative, dans une pièce vraisemblablement vouée à la sorcellerie. Alambics, grimoires, chaudron, flasques, prismes de volumes variés, clepsydre… garnissaient plusieurs établis, signifiant clairement que des cérémonie occultes étaient à l'œuvre. Un livre étrange, surmonté d'un crane mortuaire reposait près d'un récipents contenant des poudres de toute sorte.




    Des crânes surmontaient des piques plantées à différents endroits du sol dont le carrelage présentait, sur toute la surface de la salle, un gigantesque pentacle confirmant, si besoin était, la nature pandémoniaque des activités se déroulant dans la chambre voutée. Enfin, planté à la verticale, dans un réceptacle doré, incrusté de pierres précieuses, et surtout d'un œil surmonté d'une émeraude, dardant ainsi une lueur verdâtre, était un sceptre de matière inconnue dont l'extrémité était une main.



    Les orbes s'étaient attroupés devant l'autel tandis qu'une grande silhouette élancée, à la chevelure rousse et portant une longue cape noire leur tournait le dos, les bras croisés, fixant, imperturbable, le jardin extérieur. Un des prêtres s'avança, le respiration désormais moins précipitée, lentement et précautionneusement. Ayant ôté sa capuche, il débuta son rapport.

    -Maître, nous sommes infiltrés….ils ont trouvé un moyen de franchir le portail et nous n'avons pas reçu de nouvelles de nos envoyés ni de la cérémonie pour l'invocation de neuvième beholder mort-vivant. Mais, Arkon est sorti vivant dans l'embuscade qu'ils nous ont tendus dans la salle des tortures.

    Le porte-parole fit signe à deux de ses condisciples de faire venir l'intéressé. Ce dernier, portant des stigmates de l'affrontement tout récent, le regard perdu, se détacha du groupe et poursuivi l'exposé, d'un ton affolé.

    -Des paladins, des mages, toute une petite armée…il ne nous ont pas laissé le temps de réagir….et les futurs sacrifiés…ils les ont libérés…Maître, j'ai tout tenté, mais ils étaient trop nombreux….

    Toujours de dos, l'homme à la cape demanda, posément, avec une voix suave mais ferme.

    -Tu parles de paladins. Quels étaient les insignes de leur armure? A moins que tu n'aies été trop occupé à sauver ta peau.

    -j'ai essayé de chercher des renforts…mais je crois que c'était des Tyriens….je, j'ai essayé de combattre mais je ne pouvais rien faire….

    -Hum…des Tyriens dis-tu, alors la Triade s'est regroupée avec les Helmites. Ils sont moins stupides que je ne le pensais, et surtout plus rusé que vous, incapables. Mais tout cela est n'est que futilités, ils ne font que repousser l'échéance de leur pitoyable fin. Qu'ils viennent après tout, ils découvriront le véritable pouvoir. Quant à toi, tu vas juste les précéder.

    A peine l'homme acheva t-il sa phrase qu'il se retourna subitement. Une barrière acérée, accompagnée d'une lumière éblouissante, surgit de ses paumes et conclut instantanément l'existence de l'impudent qui était parvenu à s'enfuir. Les individus en soutane restèrent silencieux, suspendus aux ordres du maître.



    -Débarrassez donc le tapis de ce vermiceau, et faîtes preuve d'un peu plus de résistance quand ils viendront. Disposez maintenant.

    La confiance que manifestait le cruel individu tranchait singulièrement avec les nouvelles des victoires de l'ennemi, ce qui n'augurait rien de bon.


    L'escouade helmite avait débuté la montée de l'escalier en colimaçon. Sur plusieurs dizaines de mètres, en file indienne, le long défilé des combattants manostiens, paladins, mages, prêtres, soldats,…comblaient peu à peu la distance qui les séparait du dernier étage. Les conseiller cernaient les grand émissaire, Egrevyn devant et Folken derrière Ravestha. Juste devant, un ranger et deux paladins s'assuraient qu'aucun piège ou illusion ne pouvait menacer leur progression.

    Bientôt, dans un silence qui n'était couvert que par le cliquetis des armures et des armes, le groupe arriva à l'étage ultime du château. Veillant à ne pas sonner l'alerte par des bruits intempestifs, les Helmites franchirent un à un l'entrée du niveau, se mettant ensuite en formation, respectant ainsi l'organisation convenue au départ. Le grand émissaire était entouré de sa garde rapprochée tandis que les conseillers, leur épée tirée, dirigeaient chacun leur petite escouade.

    Tous se mirent en route, calmement: les mages se concentraient déjà, prêts à lancer leurs sorts en cas d'attaque surprise, les prêtres préparaient les protections et les paladins, conduits par Azael, Lordareon et Sigwald, avaient pris la tête pour lancer des visions véritables. Comme à l'étage précédent, des décorations baroques fleurissaient de chaque flancs du couloir, mais cette fois-ci, au bout, se trouvait un hall semi-circulaire où s'élevait la statue que tous reconnurent comme étant celle de Xvim grâce à la main comprenant les deux yeux luisants qui ornait chaque face du poedestal sur laquelle elle était posée.


    -Nous y sommes, murmura Ravestha. Je vois deux autres corridors à l'embranchement. Où est la salle principale? Ce serait logique, selon la configuration de l'étage, que la statue l''introduise.

    Le grand émissaire s'interrompit un instant…profitant de son audition de demi-elfe, il reconnut des bruits de pas. Mais plus étrange, il y avait deux sources: chacun des deux autres couloirs qui se rejoignaient, comme celui-ci, dans le Hall. Les sons étaient de plus en plus rapprochés. Les Manostiens s'immobilisèrent, tentant de distinguer qui pouvait venir. Entre l'espoir de revoir leur compagnons et le pressentiment qu'ils allaient affronter d'autres suppots de Xvim, ils restaient sur le qui-vive, prêt à surgir à l'assaut à la moindre alerte.

    Egrevyn et Ravestha aperçurent simultanément le groupe de Meshuin, dans le corridor opposé, qui s'avançait vers le Hall. Un éclaireur Tormien sortit de troisième couloir. La Triade était enfin réunie…seuls manquaient les Tyriens….mais Ravestha ignorait qu'ils avaient mené une attaque contre des membres des Orbes.

    A peine eut-il esquissé un sourire qu'un fracas métallique retentit, suivi d'une course précipitée: des prêtres de Xvim, les mêmes orbes qui avaient fait leur rapport à l'homme roux, armés de marteaux et portant des heaumes et une robe noirs envahirent le Hall. C'était le dernier obstacle séparant les Helmites de l'antre de celui qui se nommait Fzoul chmebryl, haut-prêtre de Iyachtu Xvim. Les escouades de Meshuin et Toerm se ruèrent sur les fanatiques tandis que le haut-Prélat de Torm hurla à Ravestha de profiter de leur surnombre pour aller dans l'antre du dirigeant du Zhentarim. Les premiers combats faisaient rage, et tout n'était plus que fureur et tumulte.

    Le grand émissaire se retourna une dernière fois tandis que les Helmites coururent vers les grandes portes qui conduisaient à la salle centrale du château et eut, comme dernière vision, celle de Meshuin levant son épée sainte et décapitant un premier orbe.


    -Nos frères d'armes sortiront vainqueurs, n'ayez crainte, dit Ravestha, à la suite de ses conseillers qui avaient atteint le perron conduisant à la chambre semi-circulaire. Concentrons-nous, car ce qui nous attend dépasse ce que nous avons affronté jusqu'ici.

    La troupe monta les marches et arriva enfin dans :l'antre du haut-prêtre. Un homme en armure noire recouverte par une robe cérémoniale, portant une longue cape ainsi qu'un drapé à la ceinture, à la stature imposante, se tenait dans toute sa majesté sur l'autel central, un rictus aux lèvres. Son plastron était surmonté d'un insigne devenu familier: une main qui ornait le sommet d'une cage thoracique incrustée, ajoutant une touche lugubre à l'apparition. Un crâne décorait le ceinturon et une pierre était fiché dans son front.



    -Fzoul Chembryl dit laconiquement Ravestha tandis que les Manostiens s'étaient postés sur toute la largeur de la pièce, Egrevyn et Folken entourant le grand émissaire.

    L'homme se mit à rire, et descendit majestueusement de son catafalque, se postant à quelques mètres des Helmites, et levant son sceptre. Un grondement retentit et des portails se matérialisèrent, laissant apparaître des Beholders géants, les fameux Tyrants morts-vivants, la garde rapprochée de Fzoul.

    -Vous croyiez que je vous aurais attendu sagement. Impudents, vous avez eu de la chance jusqu'ici, mais tout a une fin, et mes amis avaient envie d'un peu d'action.

    Fzoul, entouré des masses flottantes et clignotantes, tira son épée, défiant les Manostiens.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  20. #50
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Messages 
    1 258
    Comme pour répondre au défi de Fzoul, les Helmites brandirent leurs armes en criant, et pour ceux qui ne l'avaient pas fait, sortirent l'arme du fourreau dans un bruit de métal.
    C'est alors que de guerriers en armure sombre portant un casque à panache vert sortirent de l'ombre sur le côté de la pièce. Ils sortirent l'épée d'un geste calme et serein, avant d'engager le combat face aux Helmites. L'un des guerriers para un coup dans un bruit de lames entrechoquées. Ce fut le premier d'une longue série...
    Fzoul, l'épée sortie du fourreau, ne bougea pas. Observant le déroulement de la bataille.
    Ravestha combattait avec une lame de lune dans chaque main. Il se retrouva aux prises avec un des membres du gantelet. Parant les coups ou les esquivants avec la souplesse que lui permettait son statut de demi-elfe, et moins encombré par sa cotte de maille que ne l'était son adversaire avec la lourde armure. D'un coup d'épée dans le ventre, il fit se plier en deux son adversaire, avant de séparer la tête du corps de sa lame encore libre.
    Il essuya la sueur qui lui coulait du front, et vit qu'Egrevyn et Folken s'en tirait au moins aussi bien que lui.
    Au même instant, les mages des deux côtés engagèrent le combat. L'affrontement entre la magie de l'Orbe et celle des Gardiens des Arcanes engendrait un festival de sort.
    Un des guerriers Helmites tenta bien de s'attaquer à Fzoul, mais sa lame se heurta à un bouclier magique, sous l'oeil amusé du haut-prêtre. Ce dernier ouvrit la main devant le visage du guerrier et jailli un puissant rayon lumineux. Le guerrier s'écroula le crâne troué par le rayon.
    Voyant que le combat ne voyait aucun des deux groupes prendre l'avantage sur l'autre, il se tourna vers les 4 beholders qu'il avait invoqué et d'un signe de tête, il leur ordonna d'attaquer. Les Beholders flottèrent vers le groupe avec leur regard inquiétant, gardant l'oeil central fermé. Plusieurs mages helmites tentèrent de leur envoyer des sorts, mais ils étaient totalement inefficace. Egrevyn hurla dans la mêlée, voyant les mages qui s'acharnaient :
    - Il ne sera vulnérable à vos attaques que lorsqu'ils ouvriront leur oeil !
    Et justement, un des Beholder l'ouvrit et envoya un sort si puissant qu'il désintégra sur place le mage ciblé.
    Puis d'un coup, les grandes portes de la salle s'ouvrirent, laissant entrer le flot des serviteurs de Torm et d'Illmater, provoquant le surnombre. Fzoul prit un air contrarié de voir l'évolution de la situation. L'un des Beholder ouvrit un oeil pour lancer son sort, mais un des guerriers helmites en profita pour planter sa hache à double tranchant dans l'oeil central. Le monstre hurla de douleur avant de s'écrouler. Le gantelet était à présent dépassé et avait du mal à contenir les attaques, malgré l'appui de l'orbe.
    C'est alors que Fzoul se dressa de toute sa hauteur. Une aura de mort émana de lui, et des failles apparurent dans le sol. De puissants guerriers squelettes firent leur apparition, ainsi que plusieurs momies supérieures, qui vinrent soutenir l'Orbe de leur magie. Les squelettes faisaient preuves d'une violence impressionante et d'une résistance tout aussi grande. Ce n'était pas les simples squelettes qu'un renvoi des morts-vivants éliminait sur le champ et ces invoquations contribuèrent à rééquilibré le combat.
    Mais Fzoul ne profita pas longtemps de la situation, la porte centrale vola en éclat alors que le groupe de Tyriens entraient dans la salle telle une meute en colère. Il sentit la colère le gagner voyant que de nouveau la situation ne tournait pas en sa faveur. Et déjà deux de ses Beholders étaient morts, le deuxième s'étant pris un sort de soin extrême lorsqu'il avait voulu attaquer, de sorte qu'un simple coup l'acheva.

    La plaisanterie avait assez duré, il était temps d'entrer dans la danse. Un grand changement s'opéra chez Fzoul Chembryl. Le haut-prêtre prit un air grave avant de mettre son épée devant lui, debout la pointe dirigée vers le sol. Une forte lumière verte commenca à émaner de son arme et une aura à se dégager de lui. Ses pupilles disparurent, le vent faisait voler ses cheveux en arrière et la lumière baissa en intensité alors qu'il concentrait une quantité impressionante d'énergie magique devant lui. Les combats s'arrêterent et tous tournèrent la tête vers le Haut-prêtre. Il emmagasinait toujours plus d'énergie lorsque 4 épais rayons lumineux sortirent du sol régulièrement disposés autours de lui, laissant derrière eux des runes d'une blancheur éclatante. Tout le monde avait fait un pas en arrière lorsque les rayons étaient sortis du sol, et on pouvait lire la peur sur bien des visages helmites.
    Enfin, Fzoul entama ses incantations qu'il termina en brandissant son épée au dessus de lui. Fzoul lanca son sort dans un festival de couleurs et la lumière devenait tellement puissante que tous dûrent détourner la tête. Puis il y eu un bruit d'explosion alors que huit Beholders morts-vivants venaient de faire leur apparition dans un nuage de fumée...
    Fzoul reprit une position normale, observant avec satisfaction la réaction de ses ennemis. Les yeux tentaculaires des monstres se tournaient dans tous les sens., flottant dans l'air, menaçant. L'un des beholders se tourna vers un guerrier et lanca un rayon noir comme la mort sur le pauvre homme qui n'essaya même pas d'esquiver, paralysé par la peur et la surprise. La seconde suivante, il n'y avait à sa place qu'un tas de cendre qui fumait encore sous l'oeil horrifié des Helmites. Fzoul éclata de rire, plus des visages dépités de ses ennemis que de joie de voir sa créature avoir réduit npoussière le guerrier. Un autre beholder se tourna, vers Egrevyn cette fois. Le rayon partit très vite et il mit ses bras devant son visage dans un réflèxe défensif. Mais miraculeusement, il ne fut pas touché. Une barrière magique avait absorbé le rayon dans sa totalité juste avant que celui-ci n'atteignent Egrevyn. Fzoul étouffa un cri de surprise cherchant des yeux l'auteur du sort. Au vu des visages des prêtre helmites, au moins aussi surpris que lui, il ne pouvait pas s'agir d'eux. Sa surprise fit place à la colère alors qu'il n'arrivait pas à identifier celui qui avait réussi un coup pareil.
    Mais il n'eut pas le temps de réfléchir plus longuement à la question qu'un des beholders s'agita, flottant dans l'air avec un rythme effrené. Ses yeux tentaculaires se tournait dans tous les sens avec des mouvements désordonnés. Son oeil central trahissait le désarroi qui s'était emparé de lui. Puis son corps entier se mit à vibrer alors qu'il s'écroulait sur le sol, son corps inerte remuant dans un dernier spasme...
    Un grondement de surprise semblable à celui qui était apparu lorsque le bouclier avait protégé Egrevyn accompagna la mort du beholder. Fzoul regarda son beholder mort, furieux. Il fulminait, lâchant un chapelet de jurons, avant de se contrôler et de reprendre son calme. Il ferma les yeux, et lorsqu'il les rouvrit, il avait le regard vide, son visage absent témoignant de sa concentration. Puis il fronça les sourcils et serra les dents, affichant clairement sa frustration quand deux autres beholders furent frappés du même mal. Un des soldats de Fzoul, qui avait reculé, terrifié, fut projeté contre un mur par une force invisible avant de s'écrouler, inconscient.

    Un éclair traversa les yeux de Fzoul. Il tourna la tête vers un coin de la pièce. Il hurla de colère en tendant les mains :
    - Montrez vous, chien galeux !
    Le sort qu'il lanca fit apparaître un vieil homme avec un grand chapeau et une large robe de mage tenant un simple bâton à la main. Ce dernier fixait Fzoul avec un air de défi.
    Enfin le haut-prêtre voyait son ennemi, enfin le combat pouvait véritablement commencer.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  21. #51
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    646
    PS HRP : Les événements décrits ici, ainsi que la plupart de ceux de la quête de la cérémonie des décorations, sont censés se dérouler dans le passé et sont en particulier antérieurs à ceux d’ « une ruelle sombre ».

    * Il eut été difficile d’imaginer atmosphère plus lourde et électrique que celle qui régnait dans la caverne souterraine à cet instant. Sire al Kashyyyk s’avança, brandissant son épée d’une main et son bouclier de l’autre, indiquant ainsi clairement sa détermination à se battre. Les beaux discours qu’il avait répétés tant de fois en son for intérieur en prévision de ce jour n’avaient plus aucun sens dans son esprit. Tout ce qu’il désirait à présent était détruire son frère et sa clique de mort-vivants. Il s’immobilisa à quelques centimètres du corps décapité de sa jeune écuyère, évitant de peu de marcher dans le flot de sang vermeil qui s’écoulait sur la roche. Une petite voix intérieure lui hurlait que quelque chose d’horrible venait d’arriver mais son esprit, entièrement tourné vers le combat à venir, ne pouvait se permettre aucune distraction. Derrière lui, le paladin pouvait entendre les incantations de sorts de protection du prêtre Ziloth et de l’entropiste Valnon, ainsi que les pas lourds des gardes manostiens franchissant prudemment le précipice juste derrière lui.

    Si il n’avait pas envie de parler, ce n’était certes pas le cas d’Arrchen, manifestement presque aussi surpris que lui de se retrouver en vis-à-vis :
    *
    « Ainsi, nous nous rencontrons à nouveau, mon frère assassin. Une fois de plus, tu viens essayer de me détruire, ainsi que ma famille. Et tu oses te prétendre un serviteur du ‘Bien’ ? »
    « Qu’essaies-tu d’insinuer, créature ? » siffla le paladin de Helm, interloqué, alors que les gardes manostiens finissaient de se mettre en position à ses côtés « C’est toi qui a tué tout ceux que j’aimais en les transformant en monstres sanguinaires ! »
    « Nous étions ce que nous étions, mon frère. C’étaient mes enfants, je les aimais et ils m’aimaient. Seul notre père les avait empêchés de s’en rendre compte… jusqu’à ce que je le tue. » Les phalanges du paladin blanchirent à ces mots. « Ensuite, nous t’avons invité à venir nous rejoindre et, non content de refuser, tu as tué tous ceux auxquels je tenais, abject que tu es. »
    « Quoi… que… comment oses-tu ? »
    « Mais cette fois tu ne pourras rien contre moi » coupa le maître-vampire avec un affreux sourire « J’ai recréé une grande famille, une très grande famille et rien ne pourra m’arrêter. » finit-il avec un ricanement en montrant d’un grand mouvement de bras le précipice les entourant.
    « Cela suffit » fit l’un des deux clercs de Lyachtu Xvim d’une voix chevrotante « Ces intrus doivent être éliminés sur le champ pour ne pas compromettre notre sécurité. Peut-être d’autres ont-ils découvert notre refuge. »
    « Mais, je ne vous ai pas présenté à mes amis » fit Arrachen comme si le nain n’avait rien dit d’alarmant. « Ces adorateurs du fils du Dieu mort m’ont promis de me donner la ville si je leur prêtais assistance. Je dois avouer que le marché était tout à fait à mon goût. Ils m’ont aidé à créer cette lèpre que moi et mes premiers infants –il désigna les deux vampires « normaux » qui l’accompagnaient- avons répandue parmi la population. Encore quelques jours de maturation, et mes nouveaux enfants se lèveront pour combattre à mes côtés, une nouvelle race de vampires entièrement sous MON contrôle. Les premiers essais sont déjà une réussite, n’est-ce pas Sire Meboth ? N’êtes-vous pas satisfait de votre nouvelle condition ? »

    * Le paladin mort fit un affreux sourire en réponse, sa peau déchirée laissant apparaître l’os de sa ma mâchoire. N’y tenant plus, Sire Wookiee fit un pas en avant, dans le simple but de faire subir à la créature son aura de sainteté et de lui faire ainsi perdre son horrible rictus. Mais ce fut le paladin lui-même qui se figea, son sang se glaçant dans ses veines en approchant du vampire. Ce dernier dégageait une aura de mal absolu, qui parvenait à affecter même le guerrier divin. A l’évidence, ce n’était pas un mort-vivant ordinaire. *

    « Je pense qu’il est temps que vous nous quittiez, Sire Meboth. » ajouta Arrchen, souriant devant l’apparente souffrance de Wookiee « Votre tâche ne saurait attendre et il n’y a rien ici que nous ne puissions et ne voulions régler nous-même. ». A grand regret, le mort en armure fit demi-tour, libérant le paladin de son influence maléfique et s’éloigna à grands pas vers une des sorties de la caverne.
    « Non, il ne doit pas s’enfuir, à l’attaque » rugit Jrytha, une haine incontrôlable consumant tout son être.

    * Le jeune garde à la foulée leste se lança sans attendre à la poursuite du chevalier en armure, battant l’air de sa hallebarde pour se frayer un chemin. Sire Wookiee n’eut même pas la possibilité de tenter de l’arrêter, le mur des vampires se refermant derrière le garde pour faire face au groupe. De toute façon, il n’avait en cet instant absolument aucune envie de se lancer à la poursuite du jeune suicidaire. Seule une chose comptait désormais : plonger son épée dans les entrailles de son frère.

    L’esprit du paladin fonctionnait à toute allure, envisageant tous les plans de bataille possibles. Face à lui, les quatre vampires horriblement défigurés étaient recroquevillés sur eux-mêmes, semblant prêts à bondir au moindre geste de commandement. Derrière cette première ligne d’attaque, le maître vampire et ses deux infants « normaux » restaient immobiles, parfaitement détendus et souriant d’un air incroyablement suffisant. A leurs côtés, les deux clercs nains brandissaient chacun hache et marteau de guerre, prêts à en découdre. Du côté des manostiens, le paladin n’était plus entouré que de trois gardes légèrement armés et soutenu à l’arrière par le prêtre et l’entropiste. Le combat s’annonçait rude.

    Soudain un des vampires lépreux se jeta sur un des jeunes manostiens et, emporté par son élan, tomba dans le précipice, emportant avec lui le jeune homme hurlant. On entendit un « ploc » humide puis d’horribles bruits de déchirure et de succion s’élevèrent du contrebas, se mêlant aux cris d’agonie du manostien. Tandis que ceux-ci mouraient doucement, la lumière se fit dans l’esprit de Sire al Kashyyyk quant aux paroles sibyllines de son frère maudit. La masse entière de cadavres dans le gouffre était vivante, sans doute des victimes de l’épidémie qui étaient destinées à se transformer en vampires lépreux à leur tour. Il y avait peut-être des centaines de corps dans la fosse…

    C’est alors que les Gantelets de Xvim profitèrent de la stupéfaction des Helmites pour invoquer leur Dieu afin de lancer une terrible malédiction. Nul ne sut toutefois de quel sort il pouvait bien s’agir, une volée de projectiles magiques venant cueillir l’un des nains en pleine incantation tandis que l’autre se métamorphosait en écureuil. Lamnis Valnon veillait apparemment au grain à l’arrière-garde.

    Ce fut le signal des hostilités. Les trois vampires lépreux s’élancèrent en direction des guerriers manostiens tandis que l’un des deux infants d’Arrchen effectuait un bond prodigieux par-dessus le groupe, toutes griffes sorties pour fondre sur le magicien à découvert en sifflant
    « Je m’en occupe, maître ». D’un même mouvement, Sire Wookiee al Kashyyyk et Ziloth, le prêtre de Helm, activèrent chacun de leur côté leur lien avec le plan positif et projetèrent des ondes d’énergie autour d’eux. Face à ces puissantes créatures mort-vivantes, le vade retro ne pouvait guère que stopper l’avancée des non-morts. Les lépreux s’immobilisèrent à quelques mètres du paladin, grimaçant de douleur tandis que l’infant d’Arrchen, déconcentré par l’aura du prêtre, manquait sa réception et chutait dans l’abîme, non sans avoir imprimé la marque de ses griffes dans la poitrine du clerc. Tandis que celui-ci glissait au sol, aussi blanc que son aube, de nouveaux bruits de déchirures et hurlements se firent entendre du fond du gouffre. *

    « On dirait que tes horreurs ne font guère de distinction. » fit Sire Wookiee, sarcastique.
    « En effet, mais cela n’a aucune importance. » rétorqua le maître vampire avec un affreux sourire tout en s’approchant de son deuxième infant resté interdit. « Il n’était plus qu’un poids mort sans aucune utilité, tout comme celui-ci. »
    « M…Maître ? » bégaya le vampire en voyant Arrchen lever sa main griffue « Noooon » gargouilla-t-il alors que la main retombait avec une force impitoyable, envoyant le corps désarticulé de l’infant rejoindre son malheureux frère dans l’abîme.
    « Tu tues tes propres serviteurs à présent ? Tu souhaites nous faciliter le travail ? »
    « Pourquoi aurais-je besoin de servants aussi incontrôlables lorsque j’en ai autant de loyaux à ma disposition ? » fit le mort-vivant en montrant du doigt le vampire lépreux tombé dans le gouffre remettre les pieds sur la plate-forme bientôt suivi d’un autre, puis d’un autre.
    « Cela ne change rien » tempêta le paladin qui transpirait abondamment sous son armure « Tes mignons ne peuvent nous approcher. »
    « Qu’à cela ne tienne, j’utiliserai donc les tiens » répliqua d’un air toujours aussi détendu son frère honni en posant un regard appuyé sur les deux gardes survivants.
    « Un sort de charme » songea le paladin, se rappelant avoir failli en être la victime il y a bien longtemps.

    Les deux jeunes Helmites se retournèrent lentement vers leur supérieur, le regard vide, et tentèrent de le frapper avec leurs armes. Le paladin para le premier coup de son arme, esquiva le second et envoya au tapis l’un des gardes en lui imprimant le symbole de Helm sur la figure avec son bouclier. Mais il avait perdu sa concentration et les mort-vivants étaient à nouveau libres de leurs mouvements. Il n’était de toute manière plus question de différer l’assaut, il était temps de passer aux choses sérieuses et de frapper à la tête.

    Faisant volte-face, le Haut Prélat poussa un cri de rage et chargea le maître vampire, sa lame ryyyk haut levé. Toujours souriant, le non-mort ne se donna même pas la peine d’esquiver et effectua une passe magique, faisant apparaître un bouclier intangible dans l’air. L’épée du paladin glissa sur la protection magique sans infliger le moindre dommage au vampire. Redoublant de rage, le paladin lâcha la lame inutile et imposa les mains sur les tempes de son frère, utilisant son don de soin pour blesser le mort-vivant. La peau de celui-ci se mit à fumer et à se craqueler sous l’effet de l’exposition à l’énergie positive, arrachant enfin à l’horrible créature son rictus suffisant.
    *

    « Cela suffit, à présent tu vas mourir » fulmina (au propre comme au figuré) le vampire, envoyant le paladin au tapis d’un puissant coup au thorax.
    « Lamnis, il faut absolument que vous dissipiez ses protections ou nous sommes tous morts ! » cria désespérément le guerrier divin en jetant un coup d’œil en arrière. Il était en fait inutile de préciser une telle chose, le magicien ayant depuis longtemps pris l’initiative de lancer un sort de perce-magie. Malheureusement, sa magie était définitivement trop capricieuse ce jour-là et l’entropiste n’avait réussi qu’à se transformer lui-même en statue de pierre dans la tentative. Tout était perdu…*
    Responsabilités: Modérateur des forums de la Besace de Jan
    Manost: Wookiee al Kashyyyk, ancien membre du Très Noble Ordre du Coeur Radieux.

  22. #52
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    646
    * Allongé par terre, le paladin vit comme dans un mauvais rêve le maître-vampire descendre lentement les marches devant lui tandis que le cercle des vampires lépreux se refermait sur lui. En son for intérieur, Wookiee adressait une prière secrète à Helm : *
    « Pourquoi m’avoir fait attendre pendant dix ans pour me mener finalement dans un combat que je ne peux gagner ? Pourquoi me faire traverser les océans et me mener à mon ennemi si c’est pour perdre aussi misérablement ? Ô Helm, accorde-moi une dernière fois ton aide, je t’en supplie… »

    * La caverne s’emplit soudain d’une lumière bleutée intense, stoppant l’avancée des mort-vivants. C’était une lumière rassurante, apaisante dans cette atmosphère malsaine, une lumière divine à n’en point douter. Elle semblait venir de partout et en même temps n’avoir qu’une origine que le paladin ne tarda pas à identifier : la lame ryyyk posée sur le sol brillait d’un éclat aveuglant. Wookiee et Arrchen sentirent tous deux l’extraordinaire pouvoir qui se dégageait de l’épée et l’identifièrent immédiatement pour ce qu’elle était, l’un avec un soudain regain d’espoir, l’autre avec terreur : une lame sainte. Accédant à la prière de son serviteur, Helm lui-même avait béni l’arme, lui conférant des pouvoirs extraordinaires.

    Le paladin se releva d’un bond malgré son armure, ce qui constituait en soi un exploit, et d’un geste attrapa son épée lumineuse. A peine l’avait-il empoignée qu’il sentit un cercle de pouvoir se former autour de lui, dissipant la magie démoniaque qui envoûtait les deux gardes Helmites et faisant exploser le bouclier magique du maître-vampire avec un bruit de cristal brisé. Celui-ci tenta aussitôt d’en invoquer un nouveau et se rendit compte horrifié que le pouvoir de l’épée sainte l’empêchait d’utiliser ses talents de magicien.
    *

    « Non, ce n’est pas possible, tu ne peux me splortch ! ». Splortch n’était ni une traduction étrange du verbe « vaincre », ni un juron vampirique mais simplement le bruit que fit la lame bénie en découpant le non-mort de la tête aux pieds d’un seul puissant coup vertical (© Kalon). Les restes du vampire s’enflammaient à peine que le paladin faisait volte-face, un divin courroux brûlant dans ses yeux. Il est sans doute inutile de s’attarder sur les quelques dizaines de secondes qui suivirent. Tout au plus, pourra-t-on dire qu’à l’issue de ce court laps de temps, aucun mort-vivant sur la plate-forme ne méritait plus l’appellation de « vivant ».

    S’assurant d’un œil que les gardes manostiens étaient encore en vie, Sire Wookiee courut se porter au secours du prêtre visiblement mal en point mais apparemment encore en vie. Constatant que le clerc n’était que blessé, l’attitude du paladin changea du tout au tout et il empoigna le malheureux ecclésiastique en le suppliant :
    *

    « Vite, prêtre, je t’en conjure, utilise tes pouvoirs pour ramener Maerswin à la vie. Chaque seconde compte ! »
    « Désolé, messire, je ne dispose pas de ce pouvoir. » répondit faiblement le clerc, toujours aussi pâle. « Mais il n’y a rien à faire pour elle, je le crains. Le corps a été bien trop endommagé. »
    Avec un rugissement de rage, le paladin laissa retomber Ziloth, lui arrachant un cri de douleur. Puis il aboya aux deux gardes qui achevaient rageusement quelques vampires bien mal en point:
    « Toi occupe-toi du prêtre et toi, maîtrise ce Gantelet pour interrogatoire » ajouta-t-il en désignant le nain qui avait mordu la poussière. « Et trouvez un moyen de libérer Lamnis de son roc. Pour ma part, je n’en ai pas encore terminé avec les vampires ». Puis, se relevant sans plus un mot, le paladin courut vers le couloir qu’avait emprunté Jrytha et Sire Meboth une éternité plus tôt. *



    * Le jeune homme était toujours en vie. Cela tenait du miracle dans la mesure où il était empalé latéralement sur sa propre hallebarde, elle-même enfoncée dans le mur. Le paladin courut soutenir le jeune homme puis fit la seule chose envisageable : faire glisser le plus précautionneusement le corps du jeune homme le long de la hampe, ce qui arracha à ce dernier nombre de cris de douleur et ce malgré son état de faiblesse proche de la mort. Le paladin invoqua aussitôt la puissance de guérison de Helm et referma du mieux qu’il pouvait la terrible blessure.

    Le chevalier mort-vivant n’avait sans doute eu aucune difficulté à disposer du soldat et était probablement très loin à présent. Le jeune Helmite ouvrit péniblement les yeux.
    *
    « Tout va bien, nous avons gagné » lui murmura doucement le Haut Prélat avec un pauvre sourire. « Viens, je vais te porter jusqu’à Maerswin, elle est une soigneuse de premier ordre, elle te remettra sur pied en quelques instants. » ajouta-t-il sans réfléchir.

    Ce n’est qu’en prononçant ces mots que le paladin ressentit enfin de plein fouet la terrible perte qu’il venait de subir. Oui, certes ils avaient vaincu la menace qui planait sur la ville, oui après toutes ces années Sire Wookiee avait accompli sa vengeance et éliminé définitivement son frère maudit, mais à quel terrible prix ? La jeune fille ne reviendrait pas à la vie, pas plus que les dizaines de Manostiens sacrifiés à la folie du vampire et celle des clercs de Xvim. Dans le secret d’un tunnel profondément enfoui sous terre, aux côtés d’un jeune homme agonisant, le paladin se mit à pleurer toutes les larmes de son corps…
    *
    Responsabilités: Modérateur des forums de la Besace de Jan
    Manost: Wookiee al Kashyyyk, ancien membre du Très Noble Ordre du Coeur Radieux.

  23. #53
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Messages 
    1 258
    Le seigneur des lieux, Fzoul Chembryl, n'était pas du genre téméraire. En balayant son regard autours de lui, il vit que la situation commençait à échapper au contrôle des Zhentilars. Sans renfort de la garde de la cité, qui était loin de se douter de ce qui se tramait ici, le combat était perdu. Il braqua un regard de feu sur Eloern qui lui rendit.

    - Il n'y a plus d'espoir pour vous, Chembryl.

    - Il y en a plus que vous n'en croyez, fit Fzoul en souriant, feintant un air serein.

    C'est alors que quatre prêtres débarquèrent dans la salle, manquant de chanceler dans leur course.


    - Seigneur ! Nous avons eu une vision !!

    L'excitation laissa place à la peur lorsqu'ils prirent soudain conscience de la présence de leurs ennemis. Les Zhentilars encore aptes à combattre étaient peu nombreux. A cette annonce, Fzoul sourit de plus belle, cette fois sincère. Fzoul embrassa du regard l'assemblée qui avait cessé tout combat avant de se fixer sur Eloern.

    - Ainsi le songe disait vrai, se tournant vers les prêtres il ajouta : Allez clamer la nouvelle dans tout Château-Zhentil, que toute la ville se prépare à célébrer son retour !

    Les prêtres gloussèrent d'excitation avant de disparaître dans l'obscurité des couloirs. Le haut-prêtre continua :

    - Vous avez mal choisis votre jour pour venir jouer les troubles-fêtes. La garde ne devrait plus tarder maintenant, et votre petit groupe ne surivera pas quand tout Château-Zhentil lui tomber dessus, ricana Fzoul. Vous allez pouvoir nous laisser, j'ai moi-même une cérémonie à célébrer...

    Les Beholders survivants entourèrent Fzoul alors que chacun se remettait en garde, s'apprêtant à engager de nouveau le combat. Ravestha braqua sa lamelune ensanglantée vers Fzoul :

    - Vous n'irez nulle part...

    - Ah non ? Allons, tendez l'oreille, bientôt vous pourrez entendre les cris de joie éclater dans Château-Zhentil. L'euphorie va gagner la cité, et si vous restez elle vous emportera vous et vos pauvres âmes qui vous ont suivi dans la gueule du loup.

    Egrevyn s'avança, ignorant les yeux des Tyrannoeils braqués sur lui :

    - Et qu'est-ce qui pourrait provoquer un tel mouvement de joie chez les Zenthilars alors que nous sommes tout près de couper la tête du chef du Zentharim ?

    Le Haut-prêtre eut un rire mauvais. Puis prenant un air solennel, il écarta les bras et dit :

    - Mes amis, aujourd'hui est un grand jour. Llyachtu Xvim n'est plus.

    Des hoquets de surprise l'interrompirent, tant dans les rangs de l'alliance que dans ceux des Zhentilars survivants, qui échangeaient des regards inquiets : leur chef serait-il devenus fou ?
    L'air satisfait de Fzoul ne laissait augurer rien de bon et les conseillers se préparèrent au pire. Bien leur en pris car les paroles qu'allait prononcer le Haut-Prêtre allait leur faire l'effet d'un choc. Ce dernier parla plus fort pour faire son annonce, profitant de la surprise générale.


    - Mes amis..., dit-il avant de se mettre à rire tel un dément.

    Une fois calmée, on pouvait lire l'extase sur son visage. Il continua :

    - Il revient reprendre ce que Cyric lui a volé, car mes amis... Le Seigneur des Conflits, Baine le Fléau, est de retour !!

    A cette annonce, les regards inquiets changèrent de camp. Les derniers soldats de Xvim acclamèrent la nouvelle alors que les Helmites et les envoyés de la Triade commençait à reculer. Dans son coin, Eloern grommela. Le bras de Torm n'avait pas suffit... Avant de disparaître, il adressa ces mots à Folken, qui se tenait non loin :

    - Il ne sert à rien de rester, repartez immédiatement.

    Comme pour faire écho à ses paroles, on entendait déjà les soldats Zenthilars dans les couloirs se diriger vers la salle où se tenait Fzoul, un sourire accroché au visage. Il n'avait osé croire à la résurrection de son dieu, mais ses prêtres avaient aussi partagé sa vision. Le doute n'était plus permis... Folken ordonna la retraite. Aussitôt tous les soldats s'exécutèrent pour reprendre la direction de la salle du portail. Fzoul croisa une dernière fois le regard des conseillers qui le toisaient avec colère avant de disparaître eux aussi dans les couloirs, à l'instant même où la garde de Château-Zhentil déboulait dans la salle dans un vacarme de fer et d'acier. La dernière chose que les Helmites entendirent fut le rire exalté de Fzoul Chembryl. C'est un peu au hasard des couloirs que le groupe avançait. La providence les ramena au portail sans encombre. A sa vue, tous bénirent Tymora en silence avant de retraverser la porte magique. A leur retour à Manost, les blessés furent soignés tandis que les dirigeants n'osait prononcer un mot. Ainsi bien des années auparavant, le Temps des Troubles n'avait pas vu Baine le Fléau chuter à l'instar de son allié Myrkul... Lui avait trouvé un moyen de survivre..
    L'excursion n'avait pas vraiment été un succès. La nouvelle du retour de Baine traverserait les royaumes à grande vitesse et bientôt Cyric et Baine s'affronteraient pour la sphère d'influence des conflits... C'était là une bien maigre consolation pour les Helmites et la triade
    .

    Pendant que Manost et ses alliés méditait sur ce qui venait de se dérouler, beaucoup plus loin, à Château-Zhentil, un nouvel étendart flottait... un étendart que l'on ne pensait plus revoir...
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

Page 2 sur 2 PremièrePremière 12

Discussions similaires

  1. Cérémonie des RP Awards 2006-2007
    Par Taliesin dans le forum La Couronne de Zinc
    Réponses: 132
    Dernier message: 19/05/2008, 14h50

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250