Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 38

Discussion: [TD] [Quête] Manost Revenge : Un passé douloureux

  1. #1
    Seina Invités

    [TD] [Quête] Manost Revenge : Un passé douloureux

    Quête Manost Revenge - acte III

    PRECISION : cette scène se passe sur Féérune, à quelques lieux de Valombre, mais pour des raisons pratiques je l'écris ici



    Le voyage Magique déstabilisa un peu le Semi Drow qui ne s’y était pas attendu. Quand le Barde lui avait dit avoir quelque chose à faire, il avait soupçonné une sombre machination en Melandis… Pas une téléportation dans un lieu étrange. Il observa d’ailleurs ce lieu.


    La première chose qui le surpris fut cette quiétude et cette sensation de bien être qu’il ressentait. Malgré les derniers évènements il se sentait totalement en paix. Il voyait clairement les choses, sans douleur ni colère. Toute trace de lassitude, toutes ses blessures avaient disparus. Il était ressourcé…

    Ses yeux s’habituèrent à la luminosité blessante de la Clairière dans laquelle il se trouvait. Il fut surpris de voir 5 piliers de glace entourer la Clairière. Dans chacun de ces piliers… Une personne… Le visage serein… Gisant pour l’éternité dans la protection glaciale de leur sépulture quelque peu orthodoxe. Au centre de la clairière un coffre… Avec un vieil homme assis devant en train de lire un énorme grimoire.

    La Clairière avait l’air hors du temps, hors de tout lieu. L’herbe était d’un vert surnaturel et les Arbres semblaient être multi-centenaires. Lothringen n’avait jamais vu de lieu semblable dans sa vie… Et il était incapable de déterminer Où il se trouvait. Il lança un regard interrogateur au Barde afin d’obtenir une réponse à ses questions muettes.

    Mais le barde ne lui prêtait aucune attention. Il avait le visage complètement dévasté par le chagrin et le remords. Ses yeux parcouraient la clairière d’un air distrait. Il fixait de temps en temps le visage des 5 personnes prisonnières des glaces. Puis il baissa les yeux, vaincu… Il s’approcha alors du vieil homme.


    Celui ci avait un visage sage et imberbe. Des cheveux gris tombaient en cascades gracieuses sur ses épaules. Il portait une robe d’un blanc immaculé. Autour de son cou : un symbole identique à celui que Seina avait dévoilé quelques instants plus tôt. Il leva les yeux de son grimoire et contempla d’un regard sans âge les deux voyageurs.

    « Que la Chance me bénisse, deux visiteurs alors que je n’en attendais qu’un seul ! »

    Il posa son regard sur Lothringen.

    « Qui es tu fils de Drow, né d’une humaine ? »
    Dernière modification par Lothringen ; 19/01/2009 à 19h54.

  2. #2
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Lothringen observait l’endroit sans comprendre, doutant qu’il y ait quoi que ce soit à comprendre… Fait rare, même son instinctive méfiance s’engourdissait. Une magie cléricale puissante était à l’œuvre en ces lieux. Une magie bénéfique à n’en pas douter…
    Se pouvait-il que Seina ait quelque chose à voir avec un sanctuaire de Tymora ? Qu’il ait - encore - l’usage d’un symbole sacré de cette déesse ? Et que faisaient ces morts en cercle autour de lui… On aurait dit que le mélandien connaissait bien cet endroit, ces morts et ce vieillard. Lothringen devinait qu’il n’était pas le seul à avoir un passé chargé. Il en devinait davantage mais le gardait pour soi: quoi qu’il en soit, cela ne le concernait pas.
    Le visage du barde, en cet instant... Il n’avait pas pour habitude de s’immiscer dans les affaires des autres, et ne prenait guère de plaisir à contempler leur confusion. Il ne pouvait pas aider Seina, ni dans un sens ni dans l’autre, l’eût-il souhaité. Il se serait voulu à cent lieux de là…


    Voyant qu’il n’y avait rien à attendre du barde, le semi-drow reporta son regard sur le vieillard qui lui parlait.

    « Fils de Drow, né d’une humaine.. . »

    Il sursauta. Il fallait bien de l’astuce pour deviner rien qu’en le voyant quel était son parent humain, son parent drow. En règle générale, on ne voyait même pas qu’il était sang-mêlé... Qui était-il, au juste ? Rien de plus qu’un intrus. Et il ne tenait vraiment pas à approfondir la question avec quelqu’un qui verrait peut-être plus clair en lui qu’il ne le jugeait souhaitable.

    - On m’appelle Lothringen et je suis un mercenaire de Manost… un fidèle du Vigilant… Cela ne répond pas à votre question, bien sûr… Une question que Lothringen avait bien envie de lui retourner, d’ailleurs ; mais il préféra s’abstenir. Il saurait tout ce qu'il voudrait, sans doute, en temps voulu. Mettons que j’accompagne provisoirement Seina. Je n’ai pas de raison valable de me trouver ici et – il parlait autant à l’attention de Seina que du vieil homme – le hasard qui m'a fait venir ressemble de près à une erreur. Vous ferez aussi bien d’oublier ma présence…

    Il fit quelques pas en arrière et serait volontiers sorti du cercle s’il en avait eu le pouvoir, mais quelque chose le retenait de partir.
    Etait-ce la magie de l’endroit, ou la simple curiosité ?
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  3. #3
    Seina Invités
    Le Vieil homme ferma son lourd grimoire et regarda le Semi Drow. Il saisit une petite bourse à sa ceinture sans se presser. Il en sortit 3 pièces d’Or gravées. Il les jeta soudain en direction de Lothringen. Ce dernier, alerte s’en saisit presque par réflexes. Le Vieil homme sourit et dit :

    « Face… Les trois… »

    Amusé, le Semi Drow ouvrit sa main et regarda les trois pièces dans sa paume… Toutes montraient le coté Face…


    « La question est de savoir si j’ai eu de la chance… ou si j’ai provoqué la chance… Peut être étais ce un hasard… Mais le hasard existe-t-il vraiment ? Crois tu , Semi Drow, que nous sommes Maître de notre Destin ? Le Destin ne serait-il pas un mélange de Chance, Malchance et de choix ? »

    Seina s’avança :

    « Cela suffit Elgarond… »

    Avec un regard sévère, dénué de colère le Vieil homme haussa légèrement le ton :

    « Ce n’est pas à toi que je m’adresse Apprenti…. Je te prie de te taire… »

    La voix du Vieil homme eut l’effet d’un coup de fouet sur Seina, il tressaillit, serra les poings, mais baissa les yeux résigné.

    « Lothringen, crois-tu vraiment que notre rencontre n’est du qu’au hasard ? Ou bien La Chance a-t-elle décidé de te sourire ? »

  4. #4
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    La Chance ? Lothringen hocha la tête, se repassant mentalement le fil de son existence. En règle générale, elle s’était contentée de le maintenir en vie contre vents, marées et tempêtes prochaines, et il ne lui en demandait pas davantage. Etait-ce la chance, d‘ailleurs ? Ou le hasard ? Ou plutôt, le fruit inévitable du contexte et des interventions des mortels…
    Dans ses représentations du multivers, il n’y avait de place que pour la volonté individuelle ; et ce qu’il avait appelé « hasard », tout à l’heure, par pure commodité, n’était guère que le nécessaire résultat d’un concours de circonstances à lui inconnues. Il faisait ce qu’il estimait avoir à faire, prenait ses précautions, et advienne que pourra.
    Pas de chance, non. Ou, du moins, il refusait de s’y fier, comme il refusait toujours d’abandonner la moindre parcelle de pouvoir sur son propre avenir. Renoncer de soi-même à la maîtrise des événements, si limitée que soit l’action d’un seul être ? Quelle folie… Il n’était pas joueur.
    En tant que devin, il ne croyait pas à la possibilité de s’amadouer le destin. A moins d’avoir un dieu qui travaille pour soi, bien sûr. Comme cet homme qui semblait jouer avec lui comme avec les nerfs de Seina…


    - On ne parle généralement de hasard que pour désigner son ignorance, et c’était mon cas tout à l’heure. Pour que je sois ici, il a fallu que je décide d’émigrer sur Dorrandin, que je me lie tantôt avec une vampire, qu’un mélandien rapporte à Manost le corps de sa patronne au moment même où nous rentrions de mission, et diverses causes supplémentaires dont je ne sais rien ou trop peu. Et pourtant, il aurait suffi que je sache il y a quelques minutes où j’allais atterrir pour que je m’en abstienne… Il sourit. De l’extrême nécessité au plus complet absurde, il n’est qu’un voile si subtil… que l’humeur du spectateur est souvent, en fin de compte, la seule nuance identifiable. J’accueille donc les événements comme ils me viennent, vieil homme : en dépit que j’en aie, sans me fermer non plus. Cette rencontre était-elle chance, malchance, ou scorie du destin, nous le verrons bientôt… Pour l’heure, je n’en sais rien ! Me demandant seulement où vous voulez en venir…

    Cet aveu d’impuissance fit sourire Elgarond. Peut-être était-ce, somme toute, exactement cela qu’il attendait.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  5. #5
    Seina Invités
    « Souris toi toi même et la chance te sourira… La chance ne va pas te sauver, elle ne t’apportera pas la fortune .. Non elle sera simplement le petit coup de pouce qui fera qu’une action audacieuse sera couronnée de succès. Il est commun de dire par chez nous que les plans qui ont une chance sur un million de fonctionner sont ceux qui réussissent neuf fois sur dix. »


    Alors qu’Elgarond parlait, Lothringen ne pouvait s’empêcher de remarquer que le barde si affable d’habitude, ne pipait mot et gardait obstinément les yeux baissés vers le sol. D’une simple parole le vieil homme avait vaincu le barde.

    « Tu ne sauras si cette rencontre en valait la peine que si tu décides de la vivre entièrement. Il faut se fier à sa bonne étoile. Se dire que si nous nous rencontrons c’est qu’il y a un enseignement à tirer, ou qu’il y a quelque chose pour nous en ce lieu. Maois si tu rejette cet état de cause, te disant que ce n’est qu’un concours de circonstances ou bien une erruer, alors oui.. Ce sera une erreur et tu ne comprendras rien. Vas vers l’avant Lothringen, vis tout ce que l’on t’offre avec intensité, persuadé que c’est là ton destin et que la Chance est penchée sur toi… Si tu ne le fais pas… ta vie ne sera qu’incomplète…

    Alors Lothringen ? Repenses à ton périple, aux évènements passés et futurs… Et que crois tu faire ici ? »

  6. #6
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Allons bon… Le semi-drow se souvenait pourtant bien de n’être arrivé dans cette clairière que quelques instants plus tôt, amené là à contrecœur par un Seina apparemment rattrapé par les remords, en somme pris par surprise et en passager clandestin dans une histoire qui n’était pas la sienne – et voilà que le prêtre s’obstinait à ne s’adresser qu’à lui, prétendant même que cette rencontre pouvait lui apporter quelque chose d’important. Oui mais quoi ?
    Au début, Lothringen avait cru qu’Elgarond cherchait seulement à humilier le barde qui restait là, en tiers, comme oublié, à baisser les yeux en silence… Il n’était pas assez stupide pour n’avoir pas remarqué que, pour avoir commencé à parler sur le ton dont il avait parlé, Seina avait dû être plus et autre chose qu’un simple « apprenti » autrefois.


    Le discours du prêtre avait au moins réussi à le plonger lui aussi dans une certaine confusion. Lothringen était beaucoup trop rationaliste pour croire facilement aux effets bénéfiques d’un simple acte de foi… D’un autre côté… qui saurait définir les frontières de l’impossible dans un monde régi par les dieux? Et il n’avait pas non plus grand chose à perdre à accepter de jouer le jeu.

    Se rappelant quelles étaient les dernières paroles de son interlocuteur, le guerrier-mage songea aux divers rebondissements de son séjour pourtant bref à Melandis. Sur l ‘échelle des probabilités, les chances devaient être bien faibles qu’il se retrouve jamais dans la situation où il se trouvait à présent : en territoire ennemi, faisant équipe avec un dirigeant local réputé peu fiable qu’il ne connaissait guère avant de partir, à chercher à élucider le meurtre d’une elfe… qu’il n’avait pas connue… Hé ! Somme toute, c’était plutôt drôle.
    Il se mit à rire à cette pensée, évacuant par là un peu de la tension accumulée au fil des jours.
    Puis pensa au meilleur du conte, qui restait à venir.


    - Pour ce qui est des plans qui ont une chance sur un million de fonctionner, j’en ai un bien en tête, que nous allions mettre à exécution sous peu contre une horde de morts-vivants surentraînés au meurtre… N’importe quel tacticien amateur, je suppose, dirait qu’à deux c’est du suicide.

    Il jeta un coup d’œil gêné sur Seina.

    - Je n’apportais pas de passion dans cette enquête. Ni vengeance, ni haine… ni amour. Je ne pouvais m’aveugler comme vous autres sur les risques encourus. Tandis qu’ils se rapprochent, où puiser mon audace ? Quelle sera ma raison d’avancer ? Peut-être me suis-je trop longtemps laissé guider par la folie des autres… Peut-être serait-il temps de me trouver la mienne...

    Il eut un pâle sourire à destination d’Elgarond.

    - Et voilà donc ce que je crois chercher ici.

    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  7. #7
    Seina Invités
    Elgarond sourit. Le Semi Elfe commençait à comprendre.

    « Lothringen, Vous qui semblez révérer la raison et la lucidité, dites moi alors pourquoi vous êtes vous embarqué dans cette aventure ? Vous ne connaissiez pas l’elfe vous l’avez dit vous même, vous avez pourtant suivi ce Barde. »

    Elgarond semblait s’obstiner à ne pas prononcer le nom du dirigeant.

    « Alors expliquez moi la logique dans cette histoire. A aucun moment vous n’avez pensé à un piège, destiné à vous éloigner, vous et vos compagnons, de votre cité. A aucun moment vous n’avez remis en cause le but de cette « mission »… Pourquoi ? Alors que vous semblez une personne rationnelle et lucide, pourquoi vous être embarqué dans cette histoire ? Vous avez suivi la folie d’un homme, dont le passé fut glorieux et qui tomba au plus profond des abysses, un homme qui pourrait, sur un coup de tête, vous trancher la gorge pendant votre sommeil…"


    Le regard du Semi Drow fut attiré par un léger éclat cristallin. Il tourna les yeux pour voir une goutte d’eau éclater sur le sol… Non… Une larme… Provenant du regard vide du barde. Il fut rattrapé par la voix du Vieux sage.

    « Et où l’avez vous suivi cet homme sanguinaire sans morale ? Dans son Fief, là où il est tout puissant… A chaque pas, à chaque souffle votre vie était en ses mains… Alors expliquez moi ce qui vous a incité à le suivre… »

  8. #8
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Lothringen protesta aussitôt :

    - Bonté divine, l’ai-je suivi ? ! Tout charismatique qu’il puisse être, je me suis défié de lui depuis le premier jour ! Mais nous avions deux autres compagnons, et l’une des deux était mon amie. Je l’aurais dissuadée d’entreprendre ce voyage, si j’avais pu ; mais autant prêcher aux sables mouvants, elle voulait sa vengeance… Je n’ai pas pour habitude d’interroger mes compagnons de route sur leur passé, de crainte de me voir retourner la question ; cependant je n’ai jamais douté de leur désir, à tous trois, de venger Banshee. Le barde… je l’ai vu rapporter le corps de l’elfe de lune… son expression, alors ! ça m’a suffi.
    Vous me parlez de piège, mais c’est surévaluer mon importance. Je ne connais qu’un mortel au monde qui prenne quelque intérêt à ce que je deviens, et ce dernier possède ses propres serviteurs. Nos deux autres compagnons étaient à peine plus exposés… Néanmoins je savais que le mélandien pourrait trahir, que Melandis était mortelle, et je n’avais pas très envie de devoir venger à mon tour ; alors je suis venu, le sommeil léger et les poings sur les haches.


    De ce point de vue, songea-t-il, son voyage n’avait pas été tout à fait inutile ; Erszebeth n’avait pas été fâchée de le trouver là quand il avait fallu affronter les deux paladins. Il n’empêche ; ils avaient été séparés et il était resté…
    Il marqua un temps. Lui dont le visage était généralement si expressif que qui le connaissait un peu pouvait y lire à livre ouvert avait à présent les traits durs et figés. Il n’aimait pas parler de lui, encore moins de ses sentiments. L’effort était visible.


    - Lorsque je les ai perdus dans la ville, j’ai voulu continuer l’enquête là où elle en était… Avoir le fin mot de l’affaire. Accomplir ce pour quoi nous étions venus. Moi qui voulais rejoindre la guilde dont l’elfe de lune avait été le chef… savoir ce qu'il s'était passé, qui avait fait cela, ça me semblait le minimum. J’ai toujours tendance à vouloir aller jusqu’au bout de ce que j’entreprends…

    Il se tut à nouveau, se mordant les lèvres, le regard fixé sur les jeux de lumière dans les feuillages. Pourquoi toutes ces belles raisons lui paraissaient-elles à présent si dérisoires ?
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  9. #9
    Seina Invités
    Le Vieil Homme sourit :

    « Vous êtes donc si épris de vérité pour aller la chercher au péril de votre vie dans une entreprise qui a une chance sur dix milles de réussir ? Vous même vous dites que ce plan est suicidaire. Alors pourquoi le suivre ? En quoi pouvez vous vous fier aux plans turbulent créés par cet homme ? Qu’est ce qui vous empêche de renoncer et de rentrer dans vos terres ?

    Ne pensez vous pas que c’est l’exaltation, ce désir irrépressible de voguer sur les flots tourbillonnants de la vie… D’agir et de vouer au diable la raison ? N’avez vous pas l’impression que peu importe le nombre vous vaincrez ? Regardez bien le Barde… Ilse jette la plupart du temps à corps perdu dans des plans qui souvent ne tiennent que par un fil très fin de cohérence… Et pourtant, il est toujours en vie… Plus « puissant que jamais » à quelques choses près…

    Finalement la réussite ne tiens souvent qu’à un détail… La Confiance… Avez vous confiance en ce moment même en votre réussite ? »

  10. #10
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Lothringen était de plus en plus mal à son aise. Cette conversation avait déjà trop duré, et plus elle durait plus elle tournait à son désavantage et à sa confusion. Il devinait à présent où tout cela risquait de le conduire ; il hésitait ; quelque chose – un scrupule, un remords, oh ! il savait bien quoi - le freinait encore. Il fut tenté de briser là la discussion.

    Mais aussi, qu’est-ce qui avait suivi le sens commun depuis son départ pour Melandis ? A quoi les raisonnements pouvaient-ils lui servir dans un tel chaos… Pourquoi Helm se taisait-il à présent ? Et pourquoi son dieu s’était-il donc tu quand il s’était retrouvé face aux deux paladins, pourquoi l’avait-il abandonné au point de le réduire à commettre… ce crime…
    NON.
    Il fronça les sourcils, furieux contre lui-même.

    « Concentre-toi. Ce n’est pas de cela qu’il s’agit. »
    Ou bien si ?

    Car Elgarond avait raison. En toute rigueur, Lothringen aurait dû revenir sur ses pas sitôt perdus ses compagnons. C’était encore possible… Et le fait de le constater ne changeait en rien sa volonté de n’en rien faire.
    Les bras croisés, le regard vide et les lèvres aussi closes qu’une bourse d’avare, il tenta de se remémorer ce qui l’avait poussé à accepter le projet du mélandien, même lorsque ce dernier avait reconnu qu’il n’avait d’autre plan que de foncer dans la masse… Peut-être s’était-il laissé gagner par l’entrain de Seina, en effet ; ou plutôt, l’assurance du barde l’avait dispensé de voir qu’il n’écoutait plus lui-même que son propre enthousiasme, cet enthousiasme qui accompagnait pour lui toute situation périlleuse : plus que le goût du sang, le goût du risque… calculé… Ce besoin de se poser des défis et de les relever, de se porter au-delà de ses limites… encore… et encore… Ce qu’il appelait avec pudeur, jadis, le goût de l’aventure - cette sorte d’exaltation qui le prenait depuis toujours au cœur des combats, et qui, désormais, semblait le guider même au repos et même à froid.


    Il soupira légèrement et sourit à son tour, avant de regarder le prêtre, une lueur de défi dans les yeux.

    - D’accord, vous avez gagné. J’ai effectivement très envie d’en découdre, de soulever les montagnes et de montrer à tout un chacun qu’il n’est pas si facile de me tuer… Voilà qui est dit.

    Et maintenant?

    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  11. #11
    Seina Invités
    Le Vieil homme sourit et posa un regard attendri vers Seina puis sur Lothringen :

    " Quel intérêt dans un combat déjà gagné d'avance... Quel excitation dans un combat où les paris sont de 100/1 pour soi... Il n'y a rien de plus vivifiant qu'un défi... ne se vouer qu'à ses propres forces et celles de ses compagnons... Finalement en quoi celà serait-il apaisant de rendre justice à la mort d'une amie, d'une personne respectée si cet acte n'entrainait aucun risque ? Si cet acte n'était pas fait par sa main ... Bien sûr, il serait aisé d'alerter la garde, de rassembler une armée et de punir les coupables... Mais... Vous n'en ferez rien... vous désirez que votre main soit la justice divine s'abbatant sur le Mal, vous désirez sentir le frisson de la bataille... Mais prenez garde... en vous sommeille deux tendances dangereuses... le sang colérique de votre ascendance elfe noir et la folie intempestive des humains... La barrière entre la Justice et le Meurtre est mince...

    Ne devriez vous pas ammener les assassins devant la Justice, pour qu'ils soient juger sur des faits ? les emprisonner à vie ? Et pourtant... pourtant... en quoi celà serait-il plus juste que de les abbattre sans sommations ? tenter de les capturer couterait la vie à de nombreux hommes, innocents.. Alors qu'un massacre en règle aurait plus de chance de réussir...

    Dites moi Lothringen... Qu'en pensez vous ?"

  12. #12
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Les propos du prêtre renvoyaient Lothringen à la pensée de Gythris, qui gisait encore quelque part dans l’antre des miséreux, poursuivi au-delà même de la mort par ses anciens tortionnaires… Les derniers événements lui avaient fait sortir provisoirement de l’esprit la déplaisante rencontre de tantôt.

    En Outreterre, Gythris avait été son plus proche compagnon de captivité, son « ami », si le mot a un sens, des années durant. Dès qu’ils avaient un instant à eux, l’humain avait longuement raconté au semi-drow quelles étaient les mœurs des sociétés de sa race, aiguisant sa curiosité. En retour, le semi-drow avait toujours mis à profit sa position privilégiée d’apprenti du maître pour tâcher de lui éviter de plus durs traitements. A longueur de soirées, ils avaient continué de s’exercer à rêver d’ailleurs et d’autrefois, passant bien des heures à se décrire mutuellement l’effet de la lumière du jour sur les pupilles. Pour ne pas oublier.


    Puis ils avaient fui, croyant qu’ils se sauveraient ou périraient ensemble, et il en avait été autrement… Gythris avait péri empoisonné par une araignée géante alors qu’ils avaient épuisé leur dernier antidote ; son compagnon n’avait eu d’autre choix que de l’abandonner au bord du chemin, n’ayant pas de temps pour pleurer, continuant seul sa course vers la surface. Et maintenant l’humain était de retour, si l’on peut dire…

    Le semi-drow s’était promis de le délivrer de la malédiction, quelle qu’elle soit, qui l’empêchait de quitter son corps putrescent, et il se doutait bien que cela ne se produirait pas sans que le sang ne coule. Il s’en réjouissait. Ces drows devaient payer pour les souffrances de Gythris et pour ce qu’ils avaient osé lui faire, un crime contre la vie, contre la paix des morts.
    Ce désir de vengeance n’était pas très différent, à tout prendre, de celui qui animait Seina en ce qui concernait Banshee.


    Et pourtant…

    - Le sang ne ramènera pas les morts, n’apaisera pas leur perte, ne lavera pas les anciennes blessures… La vengeance est un piège, un cercle vicieux, elle rejaillit de proche en proche et d’âge en âge sans jamais interrompre son cours; elle nous met tous en danger : c’est pourquoi la Loi l’interdit, et j’y souscris moi-même. Mais quand les preuves vous manquent, quand la justice des hommes vous fait défaut, quand les dieux n’en ont cure, il serait bien stupide d’attendre d’on ne sait où quelque improbable restauration de la justice. Les assassins vont-ils avoir la moindre chance de poursuivre leur œuvre impunément ? Il faut qu’ils paient, il faut qu’ils sachent, eux et tous ceux qui leur ressemblent, qu’ils ne pourront y échapper si aisément…
    Et pour cela, il va falloir que l’on s’en mêle. Ce serait un meurtre, oui, si l’on ne se mettait pas soi-même en danger… Cette prise de risque n’est guère davantage que l’excuse maladroite de celui qui n’a pu mieux faire - l’alibi, peut-être, ou l’hommage à la Justice de celui qui se souvient qu’il n’est pas la Justice divine, à peine un piètre substitut… Cela ne purifie pas celui qui frappe, cela sauvera à peine la valeur de son geste. Car même ainsi, je ne me fais pas d’illusions, cela reste un meurtre. Mais il est essentiel que ce soit fait, et qui le commettra à ma place ? Qui sera plus que moi en droit de le commettre, de prendre sur soi sa souillure, moi qui suis le plus proche de celui qui ne peut plus se défendre… son dernier témoin parmi les vivants… le dernier écho de sa douleur…


    Lothringen qui serrait les poings fit soudain silence, voyant qu’il s’était laissé emporter un peu plus loin qu’il ne voulait.

    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  13. #13
    Seina Invités
    Le Vieil Homme passa une main défraichie sur son menton d'un air pensif :

    " Voilà des paroles bien sages pour un Hybride... je serai curieux de connaître l'emprise de votre sang des profondeurs sur vous... Il semble que vous ayez une vision éclairée de ce qu'est la vie... Bien des Paladins, imbus de leur pouvoir sur la morale, devraient vous écouter parler, histoire de se remémorer ce qu'est le fait d'enlever la vie à un être vivant...

    En effet, Justice ou vengeance, il n'en reste pas moins qu'un meurtre est un meurtre... Le Sang macule les mains de bon nombres de défenseurs du Bien... Et pourtant... celà ne leur enlève pas de leur aura de protecteurs... Car la Mort est inéluctable... Elle est parfois nécessaire.. je lis dans vos paroles une blessure personnelle, plus profondes que votre philosophie, vos paroles montrent que tout en parlant vous vous référrez à votre vécu.. ou plutôt à votre avenir...

    Quoi qu'il en soit, celà ne me regarde pas... La seule question que je souhaiterai vous poser est la suivante :

    Vengeance, Justice, peu importe... pensez vous que vous suivez une cause Juste ? Pensez vous que votre entreprise, aussi dangereuse et suicidaire qu'elle soit en vaut la peine ? gardez votre réponse pour vous... Elle vous appartient.. Quoi qu'il se passe ensuite, gardez la dans votre coeur... Cette réponse, tout aussi simple qu'elle parait, pourra vous sauver la vie plus sûrement qu'une bonne épée..."


    Il se reprit après avoir avisé les armes du Semi-Drow.

    "Enfin, plus qu'une hache en l'occurence. la Volonté.. Voilà la vrai puissance... Sans elle pas de courage, sans elle, la chance ne vous sourira pas... Et si je puis vous donner un conseil... Ne planifiez jamais à long terme, laissez vous porter par le flot de la vie tout en gardant en tête vos objectifs... Rien ne sers de perdre du temps à planifier moults plans... Rien ne se passe jamais comme on l'espère..."


    Elgarond se leva soudain. Il lissa sa robe immaculée, replaça ses cheveux pour leur donner une forme élé"gante et se redressa. A la place du Vieil homme avachi sur son coffre, Lothringen s'apperçut qu'il faisait face à un homme ua charisme impressionnant.. Il en imposait...


    " l'heure est venue... La Maîtresse des Lieux ne drevrait plus tarder..."

  14. #14
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Lothringen avait été bien soulagé de voir que le prêtre ne lui demandait pas de répondre tout de suite à la dernière question qu'il lui avait posée: il y a des profondeurs intérieures où il ne fait pas bon s'aventurer trop tôt...

    Sa cause était-elle juste? Il savait qu'un cadavre immonde attendait avec des spasmes de douleur de se séparer de son âme... Et il savait que sa propre souffrance était vraie, plus vraie peut-être que bien des aventures vaines auxquelles il avait survécu. Il pouvait douter de bien des choses, mais pas de cela.

    Le semi-drow sentit que la conversation arrivait à son terme quand Elgarond, sur une dernière recommandation, se leva et sembla se métamorphoser à vue d'oeil dans l'attente d'il ne savait qui.

    Lothringen demeura immobile, jetant néanmoins un coup d'oeil curieux du côté du barde.
    Si Elgarond n'était pas lui-même le maître des lieux, alors, celle qui devait venir...




    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  15. #15
    Seina Invités
    Seina, qui était resté prostré pendant toute la conversation, releva la tête, visiblement il avait senti quelque chose à laquelle était hermétique Lothringen... Il se redressa de toute sa stature avec un regard où brillait l'excitation mêlée de ... peur ...


    A l'opposé, Elgarond avait mis un genoux à terre, les bras repliés, les yeux baissés dans une stature humble et révérencieuse.


    Lothringen s'étonna que les deux hommes, sans s'être concertés, étaient tournés dans la même direction.

    Le Semi Drow releva la tête, lui aussi le sentait.. Quelque chose approchait, quelque chose de très puissant... Tout son corps frémissait, à l'unisson d'une vibration sourde... De toute part des créatures apparurent : Centaures, Satyres, Fées et Lutins... tous apparurent des sous-bois comme par enchantement, avec le même regard extatique.


    Une brise légère s'éleva dans la clairière, sucrée et rafraichissante, parfaite. Elle enveloppa Lothringen avec douceur, la douceur d'une mère envers son enfant... le Baiser doux et chaleureux d'un être fait d'amour...

    La sensation de puissance s'intensifia alors que la brise se transformait en bourrasque violente, comme si l'air ne pouvait supporter l'énergie qui s'approchait... Une si puissante force que la Nature ne pouvait la supporter.


    Une lueur chatoyante stria le centre de la clairière, la réalité se déchira dans un chuintement : Un escalier immense et infini s'offrit aux regards des personnes présentes. un silence religieux se fit dans la clairière, pas même un pépiement.. Rien... Les marches de cet escalier était d'or et de cristal, semblant mener aux confins de l'Univers... Une Femme descendait paisiblement les Marches.

    Elle n'était pas belle... ce mot était trop infime pour contenir toute l'immensité qu'elle représentait... maginifique, sublime, époustoufflante, de pale reflet de la réalité qui s'offrait aux yeux du Semi Drow.

    Il entendit comme dans un rêve Seina chanter ... Il n'avait jamais entendu le barde chanterde la sorte pas avec une voix si douce et chaude... triste et langoureuse :

    " Je ne peux que te contempler
    Je ne peux que t'aimer
    Je ne peux que te vénérer
    Car dans tes yeux je lis l'Eternité


    Je ne peux que te désirer
    Je ne désire que t'embrasser
    de baisers je veux te caresser
    Car tes courbes ne sont que Volupté

    Indolant et Nonchalant
    j'étais tel le vent
    Malicieux et Envoutant
    Libre et Aimant


    Nul ne pouvait me capturer
    Et pourtant c'est ce que tu as fait
    M'entrainant dans une danse folle et délurée
    Et mon coeur ne put que t'aimer"

    Des larmes coulèrent sur ses joues alors qu'il s'effondrait sur le sol, un genou au sol en signe de piété, jouant désespérèment de sa harpe il avait un regard fou.


    "Toi qui fut pour moi le bonheur
    Ton sourire est une bénédiction
    Qui hante mes nuits, torturant mon coeur
    Empli du sang des justes, de ma folle trahison

    Dix milles ans pourraient passer
    Milles tourments mon âme pourraient endurer
    Mon nom je pourrais renier par fierté
    Et pourtant je ne pourrais cesser de t'aimer"



    Qui aurait pu le croire... la Chance existe-t-elle ? Le Destin est-il écrit ? Car ce que vivait Lothringen, rien ne l'y avait préparé... Un enchevêtrement d'évènements, de morts et de souffrances qui l'avaient mener en ce lieu pour une rencontre si improbable, si utopique qu'elle en aurait fait rire les plus fervents croyants... car à cet instant... Lothringen contemplait une déesse.

  16. #16
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Si le semi-drow n’avait été que le témoin de cette scène, il aurait certainement eu un haut le cœur offusqué en entendant les paroles de Seina, effaré qu’on puisse s’adresser sur ce ton à une déesse et ne pas être à l’instant foudroyé.

    Mais il se trouvait avec les autres, dans la clairière, baigné dans la même Présence. Sa plénitude investissait l’espace, figeait l’instant. Pour la première fois peut-être de son existence, lui lâchait tout – ses souvenirs, sa pensée, ses projets, ses scrupules, les êtres qu’il aimait et ceux qu’il poursuivait – oubliait tout jusqu’à lui-même, et s’y abandonnait. Absorbé dans son extase, l’elfe noir n’entendait pas non plus les paroles du chant, mais il en percevait le timbre, les accents, l’amour et la tristesse. C’était comme une musique lointaine à laquelle son intuition lui disait que la Déesse ne répondait pas défavorablement, parce qu’elle vibrait à l’unisson de tout ce que lui renvoyaient ses sens.

    Il ne voyait déjà plus les créatures étranges qui s’étaient assemblées autour de cet endroit et dont tous les regards convergeaient vers la même vision onirique. Elle était… là. Simplement. Le chant du barde s’était tari comme le pas de Son avatar frôlait l’herbe en y faisant naître des fleurs printanières. Les marches de l’escalier céleste s’estompèrent peu à peu, tandis que le ciel reprenait sa place, éclipsé par Son aura.

    Le regard attendri de la Femme se portait sur le barde, puis parcourait la clairière. Sa puissance et Sa bienveillance enveloppaient toutes choses, comblaient toute attente. Sa gloire éclatante était insoutenable, mais Lothringen ne plissait pas seulement les paupières, lui que d’ordinaire la seule lumière du jour aveuglait à demi. Il ne s’était pas agenouillé avec les autres et ne le ferait pas, n’ayant pas seulement conscience de se distinguer en cela des deux humains. Ce n’était là ni orgueil, ni provocation. Il estimait simplement qu’il voyait mieux à hauteur d’homme, et il désirait voir, dut-il pour cela s’y brûler définitivement les yeux. Il avait même fait quelques pas en avant, avant de s’arrêter pour contempler encore.

    Dans le silence qui était revenu après le chant du barde, un rire léger se fit entendre. Léger comme le calme écoulement d’une fontaine, comme le vent frais sous les arbres : don gratuit, joie sincère. La voix en était grave et… masculine. Lothringen mit quelques temps à comprendre que c’était la sienne.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  17. #17
    Seina Invités
    Comment par la suite Lothringen pourrait-il décrire le miracle de cette rencontre ? Il pourrait se poser la question longtemps sans en trouver la réponse. La seule réponse possible... Il ne le pourrait pas... Quels mots pourraient décrire l'infinie grâce de cette rencontre ? Une Déesse peut elle être décrite avec des phrases ? Non... la seule chose possible était de conserver dans son coeur la magie de cet instant...

    Chaque frémissement, chaque souffle étreignait le coeur du Semi Drow avec une force qui lui coupait le souffle. la puissance de la Déésse était si extraordinaire qu'elle en était presque palpable... Puissance dénuée de menaces, Puissance d'Amour et de Confiance.

    Lothringen contemplait une Femme qui dégageait une lumière si vive qu'elle lui en aurait brulé la rétine en temps normal, et pourtant elle n'était que douceur et chaleur, pour la première fois de sa vie, il lui semblait voir.. réellement voir...


    Changeante elle était, sa chevelure prenait tantôt une couleur cuivrée pour virer ensuite au noir corbeau, chaque mouvement de sa chevelure faisait jaillir une myriade d'étincelles tout autour, certaines se transformaient en papillons aux couleurs éclatantes, d'autres en pétales de fleurs aux milles senteurs.

    Ses yeux d'une infinie douceur mélée d'une pétillante étincelle d'audace couvrait l'ensemble des lieux d'un amour sans fin. passant sur les 5 pylones de Glace enfermant les corps d'aventuriers, son regard se voila quelques peu. Mais très vite, sans que les spectateurs purent assimiler le changement il reprit son aspect serein. Lothringen dévorait chaque mouvement, chaque sensation, voulant s'abbreuver de cette scène unique... C'est ainsi qu'il remarqua que les pupilles de la déesse changeaient à l'unisson de ses sentiments, d'un bleu profond évoquant une tristesse infinie alors qu'ils viraient à un vert chatoyant empli d'amour...


    Il est normal que les artistes ne parviennet à se mettre d'accord sur la représentation à faire de la déesse. Car telle la chance dont elle était la patrone qui va et vient au gré du temps, la Déesse était changeante, tout et rien à la fois...

    Alors qu'il contemplait la Majesté de la Déesse, Lothringen pouvait comprendre enfin les paroles du Barde, son chant si aimant et profond...


    Le regard de la déesse se posa sur Lothringen, un regard si fort et si imposant qu'il ne put s'empécher de s'agenouiller... C'était ça la puissance d'un Dieu... Il n'était qu'un misérable insecte face à elle...

    Et alors elle parla... et ces mots resteraient gravés à jamais dans la mémoire du semi Drow... Il pourrait oublier le lieu, ses compagnons ou son propre nom, mais jamais au grand jamais la parole divine ne pourrait s'effacer de son esprit.

    " Que les 7 Grâces veillent sur toi, Almaeron Jaell'ym, Fils de Leodacya, ou bien préfères tu le nom de Lothringen ? Le destin suit des routes sinueuses qui parfois mène à des évènements imprévus... Il n'était pas écrit que tu serais là en cet endroit à cet instant... Mais la roue de la destinée a tournée, la Chance s'est penchée sur toi et te voilà ainsi devant MOI. A toi de choisir désormais... Vivras tu cette rencontre en spectateur ou en acteur ?"

    Elle ne parlait pas, et pourtant Lothringen entendait distinctement ses paroles.. Elles coulaient en lui telle une source d'eau regénérante, une nouvelle source d'énergie qui semblait inépuisable

  18. #18
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Bien qu’il eut baissé la tête, Lothringen pouvait sentir sur lui le regard de la déesse tandis que Sa voix résonnait dans son esprit qu’elle allait désormais hanter, sans aucun doute, jusqu’à la fin.
    Il n’y avait pas une parcelle de son corps qui ne sentit déjà l’effet de la présence divine toute proche – et voici qu’elle s’emparait à présent de son esprit...
    Il était vain d’espérer dissimuler quoi que ce soit à cette parole qui le fouillait. Jamais son âme n’avait été si transparente… Un autre se serait insurgé de cette dépossession. Pour Lothringen, c’était grisant.

    Maintenant qu’Elle avait commencé de s’adresser à lui, il comprenait qu’il venait de contracter comme une maladie incurable la soif mystique que rien n’étanche : il voulait qu’Elle continue de parler. De lui parler. Encore. Et à tout prix.
    Sa voix était douce et puissante, grave et rieuse. Sa voix était âgée comme le monde, nouvelle comme la reverdie. Ses paroles étaient promesses et mise en garde. Il comprenait à demi-mot. Elle lui reprochait son silence. Elle se moquait de son égarement. Elle était sagesse mutine et savait tout de lui…

    Réfléchir n’était plus possible. Sa propre réponse jaillissait de lui aussi spontanément qu’une évidence, sans passer par le filtre de la pensée, exprimant naturellement ce qu’il aurait eu tant de peine à formuler, en temps normal.
    Ses paroles n’étaient rien de plus qu’un murmure inaudible pour les autres personnes présentes dans la clairière, mais il savait qu’Elle entendrait.


    - De tous les noms que j’ai portés, Almaeron n’était que le premier, et Lothringen que le dernier en date, constata-t-il en souriant. Tantôt chasseur, souvent fuyard, j’ai connu plus de noms que de toits sur ma tête… Manost et l’Ombreterre, deux étapes, deux vies ; j’en ai connues et j’en connaîtrai d’autres. S’il est un nom qui me convienne, Puissante Déesse, apprends-le moi, Toi qui change aussi vite qu’un reflet sur les eaux, Toi qui est l’image même de ma destinée… Et que le porteur de ce nom, en retour, soit à Ton service. Si Tu veux de lui.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  19. #19
    Seina Invités
    La déesse partit d'un rire cristallin aux mots de Lothringen, non pas un rire moqueur, mais un rire de plaisir... Une joie communicative qui ne pouvait laisser insensible...

    Elle s'avança les bras écartés semblant flotter dans l'air, l'herbe se couchant devant ses pieds nus, lui rendant grâce. Lothringen se mit à frémir de tout son corps, il était si proche de la déesse qu'il aurait pu la toucher.

    " Au delà du temps, au delà des vents, ton nom résonnera dans les mémoires Semi Drow. Des noms on t'en a donné moults et on t'en donnera encore de nombreux, aucun ne reflètera l'entière ampleur de ta personnalité, et pourtant tous te correspondront... Un Nom... je ne t'en donnerai point, car si je te le donnais quelle serait la finalité de ta vie ? Chacun passe sa vie à se chercher, et souvent le Nom évolue au fil des ans, au fil des choix... le libre arbitre, Lothringen, voilà ton bien le plus précieux...

    Ton Nom ? cherche le au fond de ton coeur, qu'il reflète tes convictions, ta foi et ton courage... Lutte pour le trouver, lutte pour te trouver, la recherche de ton Nom sera ton plus grand combat, tu en sortiras grandi... Pour ton bien, pour le bien de Toryl je te laisserai mener ce combat... Il n'appartient qu'à toi...

    Dans les ténèbres de Melandis se trouve une partie de ta destinée, dans les tréfonds de cette cité git un mal qui doit être déraciné... Tu iras le combattre, car tel est ton désir, car telles sont tes convictions, tu te jetteras dans un combat inégal, pour toi, pour lui, pour la Vie...

    Oublie les préceptes de prudence, de calme et de contrôle de soi... jette toi sans arrières pensées dans la tourmente, frappe de ta sainte colère les ennemis, pourchasse les dans leur antre, montre leur que le Bien triomphe par les actes, si infimes qu'ils soient, des mortels...

    Tu désires me servir ? Mais je ne veux de serviteurs... Je ne souhaites que ton amour, Lothringen, je suis une amante jalouse et protectrice, je ne pourrais accepter que ton coeur balance entre deux déités, Heaume et Moi... D'ailleurs lui non plus, il est le gardien des Traditions... Tu ne pourras être fidèle qu'à un seul.. Et le choix t'appartient, malgré tout ce que tu peux entrendre, le choix appartient aux Mortels...Ta foi doit être entière, comme ton être... Sache que si tu choisis de m'aimer moi, seulement moi, je te rendrai cet amour, pour toujours, et si cette foi tu embrasses, qu'elle ne le soit pas par des mots, mais par des actes, sois fidèle à toi même, sois moi fidèle, rends moi honneur, que tes actes transpercent le firmament par leur audace, que tes bras foudroient d'une sainte furie les ennemis du Bien, point besoin de vénérer la Justice pour la prodiguer, on ne défend pas le Bien parcequ'on le dit, mais parcequ'on le fait... Je ne demandes pas de grandes homélies, de grandes cérémonies, mais juste que ma parole sois portée au delà des flots, au delà des montagnes par des Mortels courageux, droits et entiers... Fais tu partie de ceux là Lothringen ? "

  20. #20
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Le semi-drow fonça fugitivement les sourcils lorsque la déesse évoqua pour la première fois le nom du Vigilant. Quel rapport? Mais rapidement la mémoire lui revint, et avec elle vinrent les larmes, chaudes et lentes. Comment avait-il pu...

    Il avait servi Helm avec une foi sincère, adhérant à ses dogmes, à ses principes. Il y avait là davantage que le hasard de ses rencontres passées avec des soldats helmites: une correspondance intime avec certains aspects de son éthique et de son caractère. Manost était en outre devenue son refuge, les helmites sa patrie... Si éloigné qu'il se soit du Gardien ces derniers temps, il ne pouvait pas - ne voulait pas oublier cela.

    Mais celle qui se tenait en face de lui avait éveillé quelque chose de plus profond et de plus déroutant qui détruisait ce fragile équilibre, qui étreignait son coeur d'une urgence vitale, qui bouleversait tout. Il irait vers ce risque avec la certitude que là était sa vie. Et le visage impassible du Gardien ne pourrait rien contre la séduction de Son sourire...

    Il se tut un instant au seuil de l'irréparable. Il savait bien qu'en reniant sa foi c'était aussi une partie de lui-même qu'il devrait rejeter. Sa voix pourtant fut ferme quand il parla enfin.


    - C'est librement que j'ai adopté la foi du Vigilant et tout aussi librement que j'y renonce, ne m'étant pas engagé envers lui. Bien que je ne veuille rien oublier, la gratitude ne peut me tenir lieu de foi. Que soient arrachés de mon coeur les sentiments qui Te déplaisent, afin que tout de moi T'appartienne... Je viens à Toi entier, non pas indemne: ne me repousse pas.

    Il leva les yeux sur Elle, sur ce regard tantôt bleu, tantôt vert où il puisait sa force, redoutant à demi qu'Elle ne s'offense de ses pleurs.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  21. #21
    Seina Invités
    La déesse de son regard à la sagesse infinie contempla cet être qui lui promettait une foi sans faille. Quelques secondes fugitives s'égrenèrent, des heures pour Lothringen qui venait d'offrir son coeur et son âme sans arrières pensées. Puis ses yeux se mirent à briller... pas de magie ou d'une quelconque forme primaire de sorcellerie.. non une réaction dirons nous... humaine... deux larmes lumineuses perlèrent sur le visage de la Déesse. Lothringen sentit son coeur s'arréter, le néant s'ouvrir sous ses pieds.. les larmes de la déesse étaient telles des milliers d'épées qui lui laceraient le corps, qui le pourfendaient dans une douleur insoutenable.

    Elles commencèrent à rouler sur les joues sans défauts de la déesse lentement, si lentement... Elle leva la main vers le semi drow qui se sentit soulever de terre. Alors la magie éclata tel un coup de tonnerre pour se déverser dans la clairière. Et il vit la vraie déesse. pas la femme à la puissance palpable et au sourire ensorceleur.. non...la puissance cosmique qui d'un simple geste aurait pu détruire tout un continent, la quintessence du pouvoir... d'une voix sans âge elle parla, elle hurla, elle murmura... Lothringen ne pouvait le savoir, le déterminer, la seule chose qu'il savait c'est que ses mots se gravaient un à un dans son âme, qu'ils le marquait au fer rouge invisible.

    " Alors ainsi soit ta volonté Almaeron. Que soient arrachés de ton coeur les sentiments qui Me déplaisent ! Que tout ce que J'estime impur et indigne soit définitivement détruit en toi !"

    Alors Lothringen sentit la magie le pénétrer au plus profond de son être, se propager dans chaque fibre de son corps, dans un râle de douleur et d'extase... Indescriptible... Puis il se sentit retomber sur le sol, pantelant, le souffle court et la peau moite. A genoux, la tête baissée, la sueur se mélant aux larmes, il chercha en lui ce qui avait disparu...


    HRP : décris tout ce que tu penses qu'aurait pu te faire oublier ou arracher la déesse... mais à chaque fois trouve le...

  22. #22
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Autant chercher Nétheril entre les dunes de l’Anauroch… Des rochers. Des gravats. Un désert. De vagues souvenirs de souffrance aux contours désormais plus flous qu’une onde de chaleur. Et le grand vent nocturne soufflant sur les derniers débris, murmure et chuintement, avec ses suggestions railleuses:
    « C’est allé trop loin cette fois… Chhh… que t’es-tu mêlé d’approcher les Puissants ? Ils te broieront…tu es allé trop loin… donner, abandonner, faire confiance… Tu étais plus sage du temps de ton esclavage, quand les dieux n’étaient pour toi que des mensonges et les puissants que des bourreaux à la peau noire. Laisser briser ton âme… Pure folie ! donner, abandonner, faire confiance…Tsss… Plus suicidaire, plus sûr chemin vers le néant que les rêves des ambitieux… Hélas pour toi, mortel. Et quand il n’y aura plus que mon souffle pour exhumer ce qu’ils auront éparpillé de toi ?…».
    Tandis que Lothringen rassemblait à grand peine ses membres et ses pensées, cette idée flotta quelques temps à la surface de sa conscience, tenace comme le malaise diffus au réveil de quelque mauvais songe. Si même la voix disait vrai, il était allé beaucoup trop loin, justement, pour que ces paroles puissent en rien l’aider.

    Le vague sentiment d’une perte sans nostalgie le ramena à … ce que la Déesse venait de lui faire… Il ne comprenait pas. Avait-elle pris au pied de la lettre son souhait d’être plus digne d’elle ? cette tâche qu’il s’était confiée, pour le présent et pour l’avenir, pour une vie entière – se l’était-elle appropriée par sa magie, réalisant à sa place et instantanément ce qui n’avait de valeur que s’il y parvenait lui-même ?
    C’était comme si les mille arguties d’un interminable débat éthique devaient se résoudre tout soudain avec la précision mortifère d’une équation mathématique. Apaisant mais… absurde. Seul un Immortel pouvait prétendre réaliser cela. Il ne s’y était guère attendu… A vrai dire, il ne l’aurait pas seulement cru possible, même à une divinité.
    Ni possible ni surtout souhaitable.


    L’idée se précisait dans son esprit. ELLE N’AVAIT PAS LE DROIT. Sauf que s’il lui venait cette idée… c’était qu’il n’avait rien perdu de son libre arbitre. Le dragon qui se mord la queue.

    Il songea à nouveau à ce que la Déesse avait pu vouloir rejeter de lui… Ses convictions d’helmite, à coup sûr, si divergentes des siennes. Il les passait à présent en revue : cet attachement viscéral au devoir, aux serments, à la raison, à la maîtrise de soi qui avait lentement étouffé en lui toute l’énergie ô combien plus précieuse que peut vous procurer la simple spontanéité du désir … Cette peur de l’avenir et des autres qu’il avait appelée présomptueusement prudence, méfiance ou vigilance… Ce sens des responsabilités ou de l’obéissance qui lui avait toujours servi d’alibi pour ne pas assumer ses choix, pour ne pas paraître donner quand il n’osait risquer d’essuyer un refus… Autant de règles pour se tenir en lisière, comme s’il ne savait pas encore marcher tout seul. Autant de lois auxquelles il s’était cramponné, dans l’espoir de trouver ainsi sa place dans les sociétés des hommes… Illusions et chimères ? N'y avait-il là rien à sauver?

    Mais il n’y avait pas que cela, bien sûr. Il y avait pire : ce qu’Elgarond avait appelé la part du sang des drows. Sa propension à la colère destructrice ; sa soif de combats, de sang et de carnage… Combien de fois s’était-il demandé pourquoi il se sentait si proche d’Erszebeth ? D’une vampire vouée aux forces du chaos… il avait partagé le même amour de la violence… refoulé, non assumé, et d’autant plus actif…
    Et sa haine des drows, voilà qui n’avait pas été plus digne et qu’il jugeait sans complaisance à présent : il s’était permis de les juger tous, comme un seul peuple à condamner ensemble, ne ménageant pas plus sa clémence pour les dobluths égarés en surface que pour les suivants d’Eillistrae… Il s’était laissé bercer par ses rêves de vengeance, plus ou moins consciemment, et les avait laissé contaminer le moindre de ses projets…
    Mais condamner cela ne signifiait guère que ces sentiments n’étaient plus que des souvenirs… Il se sentait encore porté par sa rancœur quand il pensait aux drows. Quinze ans d’attente, cela ne s’efface pas facilement.


    Il fit le compte de ses souvenirs, cherchant à savoir si sa mémoire avait été tout à fait épargnée. D’un autre côté, comment reconnaître ce qui manquerait? Il avait le souvenir des sentiments qu’il avait nourris dans un certain nombre de situations, d’actes plus ou moins indignes qu’il avait commis… Il se souvenait de la paladine tuée à peine un ou deux jours plus tôt… Si quelque chose avait dû disparaître, c’était bien la gênante absence de remords mêlée de malaise que lui inspirait l’événement… Il était curieusement soulagé de la retrouver intacte. Non, au moins la Déesse n’avait-elle pas joué avec cela. Qu'est-ce que cela signifiait?

    S’essuyant le visage comme il pouvait, il se redressa sur un genou, perplexe et boudeur.

    - Qu’as-Tu fait… Non seulement je ne demandais rien de tel, mais même si je l’avais demandé Tu n’aurais pas dû le faire… Et d’ailleurs Tu ne l’as pas fait !

    Il n’avait pas vraiment conscience de l’absurdité de ce qu’il disait. En revanche, il percevait très bien qu’il avait été franc et sincère et que, d’une façon ou d’une autre, Elle s’était jouée de lui. Il se sentait trompé dans sa confiance, une confiance qu’il n’accordait pourtant pas facilement - et son ton ressemblait assez à de la colère triste mêlée de déception. A croire qu’il avait déjà oublié la douleur de tantôt, et la nature de Celle à qui il parlait. Impulsif jusqu’à la déraison : plus de doute à présent, c’était bien le même Lothringen.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  23. #23
    Seina Invités
    La Déesse suivit le cour des pensées de son Suivant. Ses paroles l’attristèrent.


    « As tu si peux confiance en Moi Lothringen, en Ma sagesse infinie et en Mon amour pour toi ? Crois tu qu’il y ai une parcelle de toi que Je rejette ? Si cela avait été le cas, Je t’aurai mis à l’épreuve avant de t’accepter au sein de mon ordre, J’aurai patienté jusqu’au jour où tu serais devenu « digne » de Mon regard. Non, Semi Drow, Je t’ai accepté et Je t’aime à présent d’un amour maternel et bienveillant tel que J’aime tous mes servants. Ce que J’ai fait, Je t’ai offert une leçon… Mes paroles étaient en adéquation avec Mon geste… Je voulais te faire comprendre qu’il n’y avait rien en toi que Je ne chérissais pas… Mais pour que tu le comprennes, il fallait que Je te fasse subir cela, que tu t’interroges sur toi même après Mon geste, que tu cherches en toi ce que Je pourrais détester… Ce que tu as trouvé ? c’est ce que TU estimes indigne en toi, c’est la ta plus grande leçon mon Enfant, tu as trouvé les points de ton âme sur lesquels tu devras méditer jusqu’à te comprendre, jusqu’à t’améliorer. Non pas pour Moi, mais pour l’évolution de ton être, afin de devenir plus fort spirituellement.

    Tes faiblesses et tes forces sont un tout pour moi, ce que j’attend de toi c’est que tu tendes à l’excellences, non pas forcément que tu l’atteignes, mais que ce soit ton but… Affrontes tes peurs et tes doutes, cultives ton audace et ta joie de vivre. Drow ou pas, Esclave ou pas, Aimé ou Détesté, ne courbe jamais l’échine face à l’adversité. Car il existe toujours une solution. Et si toutes tes forces ne suffisent pas, sache qu’il y a une Déesse aimante qui veille sur toi. Mais n’attends jamais une aide providentielle de ma part, une aide spectaculaire décimant tes adversaires d’un seul battement de cil, non… Car cela signifierai que je n’ai confiance en toi pour vaincre. Mais paradoxalement je serai toujours présent avec toi, je serai ton Etoile du Matin, celle qui te porte chance dans tes entreprises les plus hasardeuses. »


    La Déesse ramena ses mains parfaites sur son visage recueillant les deux larmes qui perlaient toujours sur ses joues. Elle les serra dans ses poings délicatement et ouvrit lentement, si lentement les doigts. Les deux larmes s’étaient transformées en perles nacrées magnifiques. Elles s’élevèrent dans l’air puis se dirigèrent vers Lothringen, qui se demandait sûrement encore quel tour allait lui jouer la Déesse malicieuse et imprévisible en s’effrayant de ces pensées impies. Les deux perles vinrent s’enchâsser sur les Haches magnifiques du semi Drow, ses deux précieuses haches de Mythril. Immédiatement l’aura magique de ses armes s’amplifia dans une aura pâle et sereine.

    « Cela fait désormais plusieurs jours que Je t’observe Lothringen, depuis que tu as croisé le chemin de Mon Enfant Renégat et que tu as décidé de l’accompagner dans sa folle entreprise. Je sais ce que tu t’apprêtes à faire. Saches que toi et ton compagnon avaient de fortes chances de périr dans cette aventure suicidaire… Mais que sont les probabilités face à la détermination et à la folle audace de deux servants de Tymora ! »

    Sa voix s’amplifiait, désormais elle parlait d’une voix forte qui conforta Lothringen dans sa détermination et sa hargne. Comment pouvaient-ils échouer ? C’était impossible, nul ne pourrait leur résister !

    « Voici Mon présent Fils de la Nuit et du Soleil, que tes Haches s’abattent désormais sur les ennemis de la Vie, sur ceux qui ne peuvent entrevoir ou ressentir la beauté du Soleil ! A présent, Mon Fils, tu es un Servant de Tymora, Déesse des Aventuriers et de la Chance. Sois en fier et réjouis mon cœur de tes exploits, fais les retentir jusqu’au plus haut du Firmament. »



    HRP : le bonus d’altération de tes haches est augmenté de 1. Les Morts Vivants et créatures extraplanaire Mauvaise subisse 1D8 de plus de dommages.

    En RP cela se traduit par le fait que tes haches sont entourées de flammes bleues en combat, des flammes divines qui, lorsque tes coups portent , provoquent une grande douleur à l’adversaire et l’empêche de régénérer les blessures causées par tes haches.

  24. #24
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Enervé, épuisé, vaincu, Lothringen écoutait la parole inaudible, piteux comme un enfant qui sait qu’on a raison de le gronder. Mais peu à peu, en présence de sa Déesse, il s’apaisait… Heureux, tout simplement, plus qu’au premier regard, non seulement de Sa présence, mais de l’amour et de la confiance qu’Elle voulait bien lui accorder.

    Puisqu’Elle l’y invitait, il songea avec Elle au combat qui allait venir… avec un doux sourire rêveur qui n'augurait rien de paisible.


    HRP: *se demande si elle ne vient pas de battre son record de sobriété rp. *
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  25. #25
    Seina Invités
    La Déesse adressa un dernier regard à Lothringen, puis, comme si ce qui devait être fait l’avait été, elle se détourna de lui. Tout avait été dit, l’avenir n’appartenait plus qu’à Lothringen, seul lui pourrait désormais choisir sa voie. Parfois certains se trompaient, aveuglés par l’amertume de la vie… Comme le Barde… Elle se tourna alors vers Seina et s’approcha de lui.

    Durant toute sa discussion avec Tymora, Lothringen n’avait pas une seule fois eu conscience de la présence du Melandien a ses cotés, il n’avait pas ressenti cette sensation d’oppression que provoquait le regard dur et malicieux du Dirigeant de la Cité du Chaos. Intuitivement il se tourna lui aussi vers Seina. Il croisa alors son regard et fut stupéfait par ce qu’il y lu : respect, camaraderie, tristesse et… jalousie… Puis le barde fit quelque chose d’encore plus surprenant, il s’inclina les paumes ouvertes vers le Semi Drow. Le symbole du respect et de l’Accueil chez les Elfes de la Surface. Lothringen ne put que se demander comment le barde pouvait se montrer aussi irrespectueux face à une déesse. Comment pouvait-il ne pas la regarder, la vénérer alors que celle ci se dirigeait d’un pas flottant vers lui. Décidément ce barde était réellement insaisissable… Puis Lothringen réagit… Seina venait de lui faire le salut le plus respectueux du peuple Elfique… Celui de la fraternité…

    Seina se redressa de toute sa stature, les jambes serrées, droites, le buste droit, le menton droit, de ses mains jointes, il tenait sa harpe contre son torse. Ses cheveux d’un blond étincelant virevoltant au gré de la brise, provoquée par le déplacement de la Déesse. Le Semi Drow ne put qu’être admiratif face au charisme presque palpable dégagé par le barde.

    La Déesse à présent ne se trouvait plus qu’à quelques centimètres du barde. Son regard était indéchiffrable, sa prestance presque insoutenable. Pourtant le Barde ne broncha pas. Mais son regard changea lorsque la Déesse le fixa dans les yeux, lui caressant le visage de sa main divine. Lothringen sentit son âme se rebeller. Comment Tymora, belle déesse immaculée, pouvait-elle souiller sa main en caressant la peau d’un être fourbe et abjecte, un être qui opprimait une population entière pour son simple plaisir ! Un suppôt de Talos ! Un être qui avait renié la foi en Tymora ! Sa propre foi à présent ! Non, ce n’était pas possible. Mais son cœur lui soufflait autre chose. Comme si cette scène était normale, voir naturelle. Un geste écrit il y a des milliers d’années dans le Livre cosmique du temps. Non l’équilibre était là, il ne voyait plus un Melandien et la Déesse de la Chance, mais un servant aimant sa Déesse. L’expression du visage du Barde lui provoqua un pincement au cœur. Ses traits reflétaient une lutte intérieure déchirante alors que son regard faisait ressentir tout l’amour qu’il éprouvait pour cet être cosmique… non pas cosmique… Lothringen comprit alors avec effroi et envie… Seina regardait la Déesse comme une Mortelle, comme une femme d’une époustouflante beauté… Comme un amour secret et éternel. Il y avait une parcelle de folie dans cet être humain. Ou une audace surprenante. Seina pourrait renier sa foi, tuer, piller ou trahir. Pourtant il aimerait toujours Tymora de tout son cœur. Elle était celle vers qui il reviendrait toujours. Celle vers qui à l’aune de sa vie il tournerait ses pensées. Mais comment ? comment pouvait-il éprouver de tels sentiments envers la Déesse ? où était ce respect mêlé de crainte présent chez les Servants et les Adorateurs des Dieux ?

    Au contact de la douceur de la main de la Déesse Seina frémit de tout son être. Ce contact il l’avait rêvé chaque nuit depuis tant d’années, depuis ce jour honnis où il avait commis l’irréparable. Et pourtant il avait toujours espéré qu’il ne viendrait jamais. Que la Déesse le laisserai en paix, ou plutôt le laisser se perdre dans les méandres de sa folie et de ses pires pulsions. Pour ne pas penser, pour ne pas assumer sa lâcheté. Un maigre sourire ironique naquit sur ses lèvres. Quelle présomption de sa part, quelle ego ! Elle avait toujours respecté son choix.. C’était LUI qui était venu à elle… par nécessité… Face à une épreuve insurmontable, face à un adversaire que ses réflexes Melandien lui soufflait de ne pas affronter mais que son cœur brûlait de punir, il s’était naturellement tourner vers celle qui avait soutenu son bras tant d’années. Il voulait se mettre à genoux, la supplier de lui pardonner, de l’aimer… Mais ce n’était que des chimères. Comment pouvait-elle lui pardonner son crime ? sa faiblesse et sa lâcheté. Et puis surtout… Comment pourrait-il vivre avec ses regrets, ses doutes et ses peurs. Durant des années il avait érigé un mur en lui, un mur de folie, noyant ses doutes et ses craintes dans le sang. S’enfonçant peu à peu dans l’horreur, la traîtrise et la fourberie pour se cacher la réalité : Il avait été faible… et sa faiblesse avait coûté la vie et l’âme de ses compagnons. Il ne pouvait pas assumer ce fait alors Seina s’était perdu dans le mal pour pouvoir se faire croire à lui même qu’il avait trahi ses compagnons par cruauté, par calcul… Il avait fondu son âme pour s’en reforger une… Et voilà que tant de temps après la boucle était faite. Il se retrouvait au même point, au même lieu avec les mêmes peurs et doutes qu’à l’heure de son choix.

    Lothringen s’attendait à de longs discours comme il avait eu droit, se réjouissant déjà de la douce mélodie enivrante de la voix de sa déesse. Il s’attendait à en apprendre plus sur la relation entre Tymora et Seina. Et encore une fois il fut surpris. Encore une fois, tant le barde que la Déesse le laissèrent coi, ne faisant rien de ce qu’il aurait trouvé logique. La déesse se détournait de Seina, s’éloignant de lui pour aller gracieusement s’appuyer sur un rocher. Les deux bras appuyés en arrière tendus, la tête penchée dans une grâce infinie, les yeux clos. Elle semblait s’offrir entière à la paix de ce lieu, à la douceur du vent et à la fraîcheur de l’air. Sa robe, diaphragme semblait animée d’une vie propre. Alors les lèvres de la Déesse s’entrouvrirent pour murmurer d’une voix câline et douce un seul mot.

    « Chante »


    Seina commença à jouer quelques notes de sa harpe. Des cordes jaillirent une musique rieuse et entraînante. Lothringen reconnut le style espiègle du barde qu’il avait déjà entendu jouer un soir au coin du feu avec Cyric et Erszebeth. La voix du barde s’éleva alors dans les airs.

    « Nobliaux, Nobles Gens
    Voyageurs des terres de Légendes,
    Que vos esprits s’apaisent
    Et que vos cœurs s’ouvrent

    Alors que commence ma prose
    Ecoutez le barde rieur
    Qui va vous conter l’histoire
    De Maÿlin, la femme de sa vie

    Cette chanson commence
    Dans l’esprit d’un enfant
    Pour finalement finir
    Dans le cœur d’un homme

    Maÿlin est un tout
    Maÿlin est une femme
    Maÿlin vous guide
    Maÿlin vous sourit

    J’ai parcouru le monde
    Chantant et Riant
    Sur les chemins de la vie
    Sur les croisées des destins

    Voleur, Acrobate ou Vaurien
    Chanteur, Conteur et Musicien
    De Valombres à Athkatla
    Maÿlin fut toujours là

    Vêtue de rêves et de désirs
    Maÿlin est une Chimère
    Qui ne trouve réalité
    Que dans les flammes de mon être

    Maÿlin est un tout
    Maÿlin est une femme
    Maÿlin vous guide
    Maÿlin vous sourit

    Elle fut ma complice
    Dans mes larcins les plus fous
    Surveillant mes arrières
    Me guidant dans mes gestes

    Elle fut mon amie
    Me prenant dans ses bras éthérés
    Alors que la pénombre tombait
    Me protégeant des ombres de la nuit

    Elle fut ma sœur
    Essuyant mes larmes d’enfants
    D’un doux baiser aimant
    Chassant la tristesse d’un sourire rieur

    Maÿlin est un tout
    Maÿlin est une femme
    Maÿlin vous guide
    Maÿlin vous sourit

    Si elle n’exista que dans mon cœur
    J’eu l’espoir qu’elle soit réelle
    Parcourant Mille lieux
    Pour découvrir sa cachette

    Je retrouvais la douceur de sa peau
    Perdu dans les bras d’Ann de Mellisandre
    Fille de joie à Lune d’Argent
    Si fière drapée dans sa nudité enivrante

    Je décelais la fraîcheur de sa voix
    Dans les contes merveilleux
    De Colombe de Gernavoy
    Belle barde de la Cour du Cormyr

    Je me perdit dans son regard
    Rieur , Fier et Audacieux
    Dans les yeux de Kalya
    Guerrière sacrée, Amazone des forêts.


    Maÿlin est un tout
    Maÿlin est une femme
    Maÿlin vous guide
    Maÿlin vous sourit

    Les années passèrent,
    Les Lieux se multiplièrent
    Et toujours je la croisait
    Et toujours elle me souriait

    D’audace et d’Entreprises Folles
    De rires et de chants de guerre
    D’espièglerie et de Séduction
    Je vis

    Car je sais qu’elle sera toujours là
    S’enivrant de mes exploits
    S’amusant de mes périples
    Me soutenant dans mes épreuves

    Je croyais l’avoir créer
    Alors que je ne faisait que l’espérer
    Je comprit la réalité
    Dans les paroles d’un vieil homme


    Maÿlin est la joie
    Maÿlin est l’espoir
    Maÿlin est notre rêve
    Maÿlin est en nous »



    Alors qu’il continuait d’égrener des notes de ses doigts agiles et experts, Seina cessa de chanter pour parler d’une voix calme et douce.


    « Nobliau, Nobles gens
    On attend d’un Barde
    Qu’il nous révèle
    La morale de ses histoires

    Je ferai honte à ma profession
    Si je ne m’exécutais pas
    Ainsi écoutez ma confession
    Et découvrez qui est Maÿlin

    Elle ne peut être une
    Car elle est un tout
    C’est une Quintessence
    C’est Tymora, Déesse de la Chance


    Levez les yeux vers les Cieux
    Pensez aux paroles de votre serviteur
    Remerciez la de tout votre cœur
    Car elle vous accompagne tous

    Pour moi elle fut Maÿlin
    En chacun de vous elle porte un nom
    Trouvez le et chérissez le
    Car Tymora est notre ange gardien »



    Alors que la voix de Seina s’apaisait, il continua à jouer, et ses notes devinrent plus lentes, plus graves. Il composait une mélodie à la tristesse infinie. Lothringen comprit qu’il allait chanter un morceau bien plus personnel, un de ceux qu’il ne devait jouer que dans l’intimité de sa solitude, seulement destiné aux étoiles et au vent. Bercé par la musique exceptionnelle de l’humain Lothringen sentit que le voile du mensonge et de la négation du barde s’étiolait. Il jouait réellement désormais avec son cœur et son âme. Du même coup, le semi Drow sentait qu’il pouvait voir réellement qui était ce barde prétendu « fantasque » Il l’observa quelques instants fixement, tentant de percer le mystère de son âme. Ce qu’il perçut alors allait sûrement le laisser longtemps étonné et expectatif. Seina avait semblé prendre de la prestance, ses traits dégageaient une douceur infinie, son regard était envoûtant. Ses cheveux devenus d’un blanc neigeux, tombaient en cascade sur ses épaules. Il se dégageait du barde une aura bénéfique, Lothringen crut apercevoir un instant de magnifiques ailes blanches translucides sur le dos du barde, s’étirant comme si elles vivaient une sorte de renaissance, puis elles disparurent aussi soudainement qu’elles étaient apparues. Sûrement un mirage provoqué par la musique du barde, qui inconsciemment, insufflait aux notes toute la magie bardique qu’il possédait. Soudain la voix mélancolique et triste du barde s’éleva dans l’air. Une voix douce presque féminine parfois, surnaturelle sûrement.

    « Mistral et Zéphir, mes amis, mes frères
    Déferlez à mon appel pour porter ces notes
    Jusqu’à celle que je ne connais guère
    Si ce n’est par le sang qui vit en moi.

    Emportez la complainte d’un enfant perdu,
    Jusqu’au plus haut du firmament,
    Pour lui dire mon amour et ma tendresse
    Et la mélancolie de mon existence.


    Mère, je ne vous ai jamais connue
    Et ne vous verrai peut être jamais
    Pourtant dans mon cœur, vit une lueur
    Qui ne s’éteindra jamais.

    Celle d’un enfant mal aimé,
    Qui pourtant possède tant d’amour
    Pour celle qu’il voudrait appeler maman
    Pour celle qui lui manque tant. »


    Lothringen, alors que le barde chantait observait sa Déesse, celle ci avait relevé la tête et posait un regard affectueux sur quelque chose dissimulé parmi les arbres. Instinctivement il suivi son regard et hoqueta. Dissimulé en partie par les hautes herbes et les troncs d’arbres, il y avait un être fabuleux qui observait la scène et semblait écouter la musique du barde. C’était une femme d’une grande beauté, aux traits fins et harmonieux, deux ailes d’une blancheur de nacre jaillissaient de son dos nu. Elle portait une tunique d’un blanc immaculé, fixée à la taille par une ceinture de cuir rouge à laquelle pendait un fourreau aux milles pierres précieuses. La main appuyée sur un tronc d’arbre, l’autre serrée sur son cœur, elle n’avait d’yeux que pour Seina. Ce fut son regard qui attira et troubla Lothringen au plus haut point. Cet être angélique avait les mêmes yeux que ceux de Seina… Et son regard était triste et affectueux. Lothringen y reconnut le regard de sa propre mère alors qu’il la quittait.

    « J’ai vécu l’amour fraternel
    De jeunes vauriens
    Qui dans la misère de la vie
    Se soutenaient comme des frères

    J’ai connu l’amour paternel
    D’un Elfe vagabond, qui m’appelait fils
    Et qui mourut le sourire aux lèvres
    Fier de son protégé et de son courage

    J’ai connu l’amour de tant de femmes
    Qui dans mes yeux lisaient des promesses
    De fidélité et d’amours éternels
    Que jamais je ne pourrais respecter

    Aucun ne réussit à combler le vide
    Qui flotte dans mon âme
    Laisser par le manque
    Du sourire d’une mère »


    Des larmes perlèrent aux yeux de l’être angélique, ses lèvres se serrèrent et elle fit mine d’avancer vers la clairière. Mais elle n’esquissa pas un pas, la main tremblante posée sur sa poitrine.

    J’aurai aimé sentir la caresse de ta main,
    J’aurai aimé entendre ta voix mélodieuse,
    J’aurai aimé connaître la beauté de ton visage
    J’aurai aimé t’aimer d’un amour sans rivages

    Comment peux-tu me manquer tant
    Sans avoir connu l’amour de tes bras
    Comment puis je être aimé
    Alors que tu m’a abandonné

    Pourtant nul rancœur ne gît dans mon âme
    Nul reproche n’effleurerai mes lèvres
    Si un jour tu me retrouvais
    Si un jour je pouvais t’aimer

    Pourquoi ne m’as tu jamais chercher
    Pourquoi ne puis-je te connaître
    Chercher en toi ce dont j’ai hérité
    Chercher en toi, une raison à mon existence

    Pourtant je sais, ou bien j’espère
    Qu’un jour je croiserai ton regard
    Et je prie pour pouvoir te dire
    Mère, je suis quelqu’un de bien

    Lire la fierté dans tes yeux
    D’avoir un fils qui lutta
    Pour devenir un être bon
    Luttant pour ses idéaux

    Alors que les étoiles brillent
    Alors que la nuit m’emporte
    Fuyant mes espoirs déçus
    Et mon cœur mélancolique

    Je ne peux m’empêcher d’entendre
    La berceuse imaginaire
    Que le soir, je t’imaginais me chanter
    Plongeant dans les bras de morphée. »



    Seina ferma les yeux, cessant de jouer de la harpe. Mais sa voix ne mourut pas, elle monta dans des aigus d’une pureté époustouflante et ses paroles devinrent incompréhensible. Désormais seule l’intonation de sa voix pouvait guider sur le sens de ce chant. Il chantait l’amour et la tendresse d’une mère, caressant le visage de son enfant pour qu’il s’endorme, il chantait l’affection qui lui manquait. Lothringen ne savait pas comment il le savait, mais il en était certain. Ce chant était magique, apaisant le cœur, réchauffant l’âme. Il y avait plus que le pouvoir de suggestion d’un barde, il y avait quelque chose de divin. Ainsi donc c’était là, la berceuse que Seina avait inventé, le soir proche du sommeil, pour simuler la présence d’une mère chimérique….


    Discrètement, imperceptiblement une deuxième voix plus triste encore, une voix déchirée par la souffrance du cœur se mêla à celle de Seina, qui, emporté par les sentiments du passé, ne s’en aperçut pas. C’était l’être angélique qui, les yeux fermés, un sourire mélancolique perdu dans le passé aux lèvres, avait mêlé sa voix à celle du barde. Le chant n’en devint que plus beau encore, leurs deux voix se mêlant pour donner corps à la mélodie. Tymora contemplait toujours l’Ange d’un regard maternel, mais rapidement elle se perdit dans les méandres des notes surnaturelles de la berceuse.

    Le chant dura longtemps, et l’Ange à un moment arrêta de chanter. Elle réouvrit les yeux et le fixa sur le barde. Les mains serrées sur son cœur, ses lèvres murmurèrent des paroles d’une voix quasi inexistante. Lothringen crut entendre :


    « Ne perds pas courage... je t’aimerai toujours »

    Puis à reculons l’Ange se fondit dans la pénombre de la forêt pour disparaître totalement. La suite des évènements resteraient toujours flou dans l’esprit de Lothringen qui tomba peu à peu dans les bras de Morphée.

    HRP : J’utilise volontairement le mot « ange » afin que le lecteur s’imagine la femme comme un ange.. rien ne dit que cela en soit un

  26. #26
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Quelle heure pouvait-il être ? La fraîcheur nocturne l’avait rappelé à lui : il se sentait si éveillé, si parfaitement dispos qu’il en vint à se demander s’il s’était vraiment endormi de son propre chef. Mais qu’importe…

    Lothringen porta un regard attentif sur la clairière désormais silencieuse.
    Pas un souffle de vent, pas un signe de vie. Le prêtre lui aussi avait quitté les lieux : l’infravision du semi-drow ne décelait aucun autre être vivant que le corps du barde qui reposait non loin de lui, rougeoyant dans l’obscurité.

    Rien ne pouvait donc lui rappeler la réalité de ce qu’il s’était produit, sinon les cinq piliers de glace toujours dressés en cercle et l’éclat nouveau de ses haches. Mais il n’avait pas besoin de confirmation, bien sûr… Les paroles de la Déesse se détachaient mot pour mot dans sa mémoire, avec une précision surnaturelle.

    A présent il y avait à faire, tant à faire… et, pour commencer, rentrer à Melandis. Dans son impatience, il aurait pu réveiller Seina, sans doute ; mais il n’en fit rien. Autant le laisser dormir, et méditer un peu… Les moments de répit n’étaient pas si nombreux.
    S’enveloppant dans sa cape, il s’assit sur l’herbe, simplement adossé à un tronc d’arbre, guettant le réveil du mélandien. Il venait d’en apprendre sur lui peut-être plus que ce dernier n’en savait lui-même ; mais, même à présent, il était curieux de voir si le barde n’aurait pas au réveil un visage encore différent de ceux, si contradictoires, qu’il lui connaissait déjà.

    Elgarond n’avait-il pas fait allusion à de sombres histoires de trahison, de compagnons assassinés dans leur sommeil ? En d’autres circonstances, songea le semi-drow avec amusement, il y avait de bonnes chances pour que Seina crève de rage, à son réveil, de voir que Lothringen l’avait vu dormir et que lui-même avait été à sa merci.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  27. #27
    Seina Invités
    Seina fut réveillé par le froissement harmonieux des feuilles d’arbres. Il y avait bien longtemps qu’il n’avait dormi à la belle étoile. Et dans un lieu aussi enchanteur et protégé que celui ci, cette nuit de sommeil sans craintes et sans cauchemars l’avait ressourcé. Il garda encore les yeux clos afin de méditer quelques minutes.

    Qu’avait-il fait hier soir ? Certes il avait eu besoin de l’aide de la Déesse, il avait eu besoin qu’elle lui rende ses pouvoirs mais de là à chanter pour elle. Il avait renié sa foi il y a de cela des dizaines d’années. Et depuis il avait commis des actes abjectes, s’enfonçant toujours plus dans les méandres de la folie et du mal. Et voilà qu’il se mettait à espérer le pardon de sa déesse, qu’il se mettait à espérer la rédemption… Ce n’était pas pour lui non… Pas encore… Il n’avait pas encore assez souffert… De plus, il s’était trop enfoncé sur le chemin de la déchéance pour pouvoir espérer revenir sur le chemin du Bien… Il en avait perdu la direction. Alors qui était-il vraiment ?

    Alors que la Déesse le couvait du regard, alors qu’il chantait pour elle, il avait senti son cœur s’enflammer, son amour déborder. Hier soir, oui, hier soir il était redevenu un serviteur de Tymora. Non pas parce qu’elle lui avait rendu ses pouvoirs. Mais parce qu’il l’avait souhaité et s’était donné corps et âme à ‘entité divine. Mais il avait commis tant d’actes mauvais, il avait tant de sang sur les mains. Comment redevenir l’être pur qu’il avait été ? C’était impossible… Il maudit cette flamme intérieure qui brillait désormais en lui, la flamme de l’espoir. Il avait fallu le sang de nombreux innocents pour l’éteindre. Devrait-il tout recommencer ?

    Pourquoi avoir choisi de revenir ici. La souffrance était à nouveau là. Il pouvait sentir le regard froid et désolé de ses compagnons, emprisonnés dans les glaces éternelles de la malédiction. Mais désormais, il y avait aussi le poids de toutes les âmes qu’il avait détruite de son propre chef. Enfants, femmes et mâles… Il n’avait jamais fait de distinction alors que l’heure de la destruction et de la perversité venait. Désormais son fardeau était encore bien plus lourd à porter et la souffrance de son cœur, la honte de ce qu’il était bien plus douloureuses.

    S’il choisissait de revenir sur le versant du Bien, il lui faudrait assumer ses actes. En serait-il capable désormais ?

    Bien sûr, quelque chose avait changé depuis sa déchéance. LUI. Il n’était plus le jeune adolescent imbu de son pouvoir mais craintif de l’échec et de la souffrance des autres. Il n’était plus le jeune guerrier innocent, aveugle à la réalité de ce monde, qui s’était jeté dans la bataille, sûr de pouvoir changer le monde. Non, plus d’un siècle s’était écoulé depuis. Il avait atteint les recoins les plus obscurs de son âme, avait côtoyer les êtres les plus vils et les plus tortueux du monde. Il avait été l’un de ceux là. Désormais, il savait comment ces êtres pensaient, désormais il connaissait la souffrance du monde. Cette connaissance pourrait sûrement l’aider à ne plus chuter, cette connaissance pourrait l’aider dans sa lutte. Mais cette connaissance le ferait souffrir, nuit après nuit, il reverrait les visages de ses victimes. Il se souviendrait des royaumes détruits par sa faute, de ces havres de paix décimés pour son amusement. Il devrait vivre avec… lui même… Il savait désormais de quoi il était capable… Et puis.. il était si facile de faire le mal, si facile de résoudre ses problèmes par un coup d’épée, ou un contrat d’assassinat.. Il était si facile d’avoir le pouvoir par la force, l’influence par la peur… Résisterait-il à toute ses tentations après y avoir goûté pendant plus de cinquante ans ?

    Il se souvint alors de la quiétude de son cœur alors qu’il communiait avec sa déesse, il se souvint aussi de la joie de rechanter, de chanter réellement, pas ce qu’il faisait depuis qu’il était à Melandis. Il se souvint aussi de la tristesse qui avait étreint son cœur alors qu’il rechantait pour sa mère disparue, sa mère inconnue, la joie mêlée de mélancolie de chanter aux vents, pour lui, pour elle… Et puis surtout … il se souvint de ses idéaux d’enfant abandonné, d’enfant orphelin luttant dans les rues d’Eau Profonde. Il avait envie de retrouver cette innocence, cette joie de vivre, cette malice. Il avait envie de croire en des chimères…

    Il prit alors sa décision… Il resterait désormais un servant de Tymora et ne renierai plus jamais sa foi… Plutôt mourir… Seina pensait qu’après avoir tant vécu, vu tant d’horreurs il pourrait désormais accepter la mort plutôt que la honte de ramper devant son adversaire. L’échec ne lui faisait plus peur. C’était humain après tout. Il n’avait plus honte de son apparence si… angélique… pas assez sèche, pas assez provocante…

    Il combattrait… et il verrait bien là où ça le mènerai. Et puis.. Il était maintenant bien plus fort… bien plus réfléchi… Il n’échouerai pas… Et il allait commencer par rendre justice à Banshee. Ce serait son premier pas vers la rédemption.


    Il ouvrit les yeux et s’étira. Même si ses résolutions étaient prises, il n’en perdait pas pour autant ses réflexes Melandiens. Alors qu’il s’étirait nonchalamment, son regard fit le tour de la clairière pour en assimiler tous les détails. Il vit Lothringen appuyé contre un arbre, réveillé.

    Un instant son cœur s’emballa d’avoir été si vulnérable, il aurait du se réveiller dès que le Semi Drow avait bougé.. Il avait frôlé la mort… Mais il se calma. Il tenta de contrôler ses pulsions affûtées par des années de vie à Melandis. Ce ne serait pas une mince affaire que de détruire ces pulsions meurtrières et calculatrices. Seina força son esprit à réfléchir calmement.

    « Lothringen vient d’adopter la foi envers Tymora, il est mon frère d’arme. Pour quelle raison aurait-il voulu m’assassiner. »

    « Parce que tu es Melandien, et un dirigeant d’autant plus ! » lui hurla son cerveau.

    « C’est un être droit et loyal envers ses compagnons se força à contrer Seina. De plus Tymora ne m’aurait jamais lâchement abandonné à la mort après m’avoir rendu mes pouvoirs. Si elle l’a accepté en son sein s’est qu’il est de confiance. »

    « Elle aurait pu se tromper ! »

    « Il faut avoir confiance en elle, elle est différente de ce fou de Talos »

    La petite voix intérieure se tut , vaincue. Mais elle revint rapidement à la charge.

    « Il en sait trop sur toi… tu devrais le tuer avant qu’il ne devienne un danger »

    « Non, le temps des meurtres gratuits est fini. De plus, je le respecte. »

    « et ton respect te vaudra moults ennuis… »

    « Alors soit, j’assumerai pour une fois… »

    [color= orange]« Je t’aurai prévenu… En tout cas j’espère que tu va pas lacher tes privilèges à cause de ta ridicule remise en question »[/color]

    « Chaque chose en son temps.. pour l’instant occupons nous de venger banshee »

    Sur ce point là, les deux voies furent du même avis et restèrent sur un statut quo, motivées par la même idée. Punir l’assassin de Banshee Sang de Lune »


    Seina fixa Lothringen et lui dit :

    « Bien le Bonjour, Seigneur Lothringen, une nuit plutôt mouvementée n’est ce pas ? »

  28. #28
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Lothringen depuis quelques temps observait sans mot dire le mélandien qui avait l’air de se débattre dans un lacis de contradictions sanglantes. Il ne le jugeait pas. Peut-être même éprouvait-il une sorte de compassion, pour autant qu’il connaisse le sens de ce mot, lui qui toujours se défiait des sentiments comme des hommes… Car il était devenu lui-même, à sa manière, un renégat. Et il s’était senti si misérable quand la déesse l’avait sommé de choisir entre Elle et le Gardien… il n’avait pourtant jamais entendu dire que ces deux divinités-là soient rivales ni ennemies comme l’étaient évidemment Talos et Tymora. A force de grands écarts d’actions, de foi et de principes, Seina se déchirait… en pure perte. Sans compter les dégâts collatéraux, dont le semi-drow, trop récemment débarqué sur Dorrandin, ne connaissait qu’une vague rumeur, mais qu’il savait catastrophiques.

    De tout manière c’était là une affaire entre Seina et Tymora dont il éviterait, autant que possible, de se mêler, autant par respect envers la déesse qu’envers le libre arbitre de son compagnon. Mais il devinait aussi que c’étaient leurs destins eux-mêmes qui se trouvaient désormais mêlés, qu’ils le veuillent ou non. A cause de la déesse, mais pas seulement…
    Si Seina devait sans doute commencer à trouver que Lothringen en savait trop sur lui, ce dernier en avait autant à son service. Depuis la veille le refoulé de leur passé pouvait se réciter à livre clos… Le barde connaissait son vrai nom ; il avait probablement deviné son passé d’esclave : combien de temps s’écoulerait-il avant qu’il ne devine quel usage il pourrait en faire contre lui ?
    Enfin… Lothringen hocha la tête, étonné de sa propre paranoïa.


    « Je te tiens, tu me tiens… Ni lui ni moi n’avons rien à gagner à ce jeu. Du calme. Tu n’es qu’un petit mercenaire anonyme qui, une fois cette affaire réglée, n’est même pas certain de vouloir revenir un jour à Manost. Pour qu’on veuille te nuire, il faudrait encore que ça en vaille la peine… Et, quand j'y songe, tu n’es pas tout à fait sans défense.»

    « Bien le Bonjour, Seigneur Lothringen, une nuit plutôt mouvementée n’est-ce pas ? »

    A ces paroles qui le surprirent un peu, Lothringen rendit au mélandien son regard et esquissa un sourire amusé. Seigneur, lui ? Ce titre lui viendrait-il du futur qu’il ne serait pas certain d’en vouloir…

    « Mais une nuit sereine ; une fin, un début… Il leva les yeux sur la voûte céleste, et remarqua : J’ai eu tout le temps d’observer le mouvement des astres: malgré quelques nuances, je reconnais sans hésiter les constellations de Féerûne... Où sommes-nous au juste, Seina ? »

    Une question qu'il pensait sans réelle importance: n’était-ce pas mieux ainsi…

    HRP: codes couleurs de Seina et de Tymora stp. Tymora tu marques "pink" pour moi c'est désormais dans mla signature
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  29. #29
    Seina Invités
    Seina sourit faiblement. Répondre " dans mon passé" serait-il de mauvais goût ?

    " Nous sommes non loin de Valombre, Fief du grand Archimage Elminster. C'est ici que mon destin fut scellé."

    Il se leva et sortit de son sac une bouteille de vin. Il la lança prestement à Lothringen.

    " Je sais que du vin le matin n'est pas très approprié, mais je ne m'attendais pas à passer tant de temps ici. En attendant de pouvoir partir, celà nous requinquerra quelque peu. »

    Au regard étonné du Semi Drow il répliqua d’une voix douce et mélancolique.

    « Vous ne croyez pas que je suis simplement venu ici pour souffrir des échecs de mon passé. Non… je suis venu chercher quelque chose.. Si j’en ai retrouvé une partie, je n’ai pas récupéré tout ce que je désirais… Cela ne devrait pas tarder. La personne qui doit venir ne devrait plus tarder. »

    Il soupira.

    « Je suppose que tu as de nombreuses questions. Poses les et je tenterai de te répondre dans la mesure de mes moyens. »

    Voilà, il avait choisi. Choisi d’être franc avec son compagnon. C’était risqué, mais Seina avait décidé de sa voie... La rédemption devrait passer par la franchise.

  30. #30
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Toujours adossé à son arbre, les bras posés sur ses genoux repliés, jouant avec le goulot de la bouteille qu’il avait déposée sur l’herbe, entre ses jambes, Lothringen le dévisageait avec attention : comme s’il le voyait pour la première fois.

    - Etrange démarche ..., répliqua-t-il enfin, en haussant les épaules. Tu as bien pris soin de ne pas me dire ni qui tu attendais ni ce que ce tu souhaitais récupérer, et à présent tu me demandes quelles sont mes questions. Comme si tu ne le savais pas.

    Mais je peux te donner un échantillon, ajouta-t-il d’un air plus malicieux. Que s’est-il produit, ici, par le passé ? ... Il y a combien de temps ? Et combien s’en souviennent ?…
    Et, quand j’y pense, quelle était la nature exacte de ta relation avec Banshee ?


    A la mine un peu confuse du barde, son sourire devint plus franchement moqueur. Il détourna les yeux.

    - Vois-tu ? Des questions, j’en ai beaucoup, bien sûr, mais elles sont si nombreuses que je pourrais les réciter jusqu’à la nuit prochaine : et je n’en vois pas une qui ne soit indiscrète.
    Je ne peux pas t’extorquer les informations comme si j’étais ton juge. Si tu te tais, ma curiosité mal placée n’aura que ce qu’elle mérite. Mais si tu veux parler – si tu en as envie – alors, reprends les choses dans l’ordre, là où elles commencèrent… ici, je crois.


    En attendant la réaction du barde, il se décida enfin à goûter le vin qu’il lui proposait. Un bon bouquet. Une simple rasade. Avec une constitution comme la sienne, il ne faisait pas bon boire à jeun. Peut-être trouverait-il encore quelques rations au fond de son paquetage ?
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [TD] [Quête] Manost revenge : Le bois des succubes
    Par Seina dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 27
    Dernier message: 20/10/2004, 18h50
  2. [Quête] Le Grand Ralliement : Famine à Manost
    Par Folken dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 19
    Dernier message: 29/01/2004, 10h49
  3. [Quête] L'assaut contre Meboth : Non loin de Manost
    Par Ravestha dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 42
    Dernier message: 17/11/2003, 14h54
  4. [Quête] Retour à Manost
    Par Morgana LeFay dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 2
    Dernier message: 16/11/2003, 13h31
  5. [Quête] Un ange, un souvenir, une ombre, un passé
    Par Folken dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 1
    Dernier message: 12/11/2003, 22h41

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250